Kabardino-Balkarie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
République de Kabardino-Balkarie
(ru) Кабардино-Балкарская Республика
(cau) Къэбэрдей-Балъкъэр Республикэ
(krc) Къабарты-Малкъар Республика
Armoiries de la zone Kabardino-Balkarie
Armoiries de la zone Kabardino-Balkarie
Drapeau de la zone Kabardino-Balkarie
Drapeau de la zone Kabardino-Balkarie
Kabardino-Balkarie
Administration
Pays Drapeau de la Russie Russie
Région économique Caucase du Nord
District fédéral Caucase du Nord
Statut politique République
Création 5 janvier 1936
Capitale Naltchik
Président Yuriy Kokov
Premier ministre Ivan Gerter
Démographie
Population 862 254 hab. (2016)
Densité 69 hab./km2
Géographie
Superficie 12 470 km2
Autres informations
Langue(s) officielle(s) Russe, kabarde, karatchaï-balkar
Fuseau horaire UTC+4
Code OKATO 83
Code ISO 3166 RU-KB
Immatriculation 07

La République de Kabardino-Balkarie, Kabardino-Balkarie ou Kabardo-Balkarie (en russe : Кабарди́но-Балка́рская Респу́блика, Kabardino-Balkarskaïa Respoublika) est une république autonome située dans la région du Caucase. C’est l'une des sept républiques autonomes caucasiennes de la Fédération de Russie (avec la Tchétchénie, le Daghestan, l'Ossétie-du-Nord-Alanie, l'Ingouchie, la Karatchaïévo-Tcherkessie et l'Adyguée) qui se trouvent pour l'essentiel au nord du territoire caucasien (Ciscaucasie).

Géographie[modifier | modifier le code]

Kabardino Balkaria Republic map.png

Situation[modifier | modifier le code]

Le territoire de cette république autonome comptant 12 470 km2, s'étend sur le versant nord du Caucase, dont le point culminant, le mont Elbrouz et ses 5 642 m, s’élève au sud-ouest du pays.

Subdivisions administratives[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Le territoire est en grande partie l'héritier de la Kabardie formée entre le XVe et le XVIe siècle, ainsi que des terres peuplées de Balkars (peuple turcique). Il fut annexé progressivement par la Russie entre 1764 (construction de Mozdok, aujourd'hui en Ossétie) et 1857.
  •  : création de la région autonome des Kabardes ou Kabardins (Tcherkesses orientaux) ;
  • 1922 : création de la région autonome de Kabardino-Balkarie;
  •  : création de la république socialiste soviétique autonome kabardino-balkare, qui sera dénommée entre 1944 et 1957, république socialiste soviétique autonome kabarde pendant la déportation de la plupart des Balkars, considérés comme peuple ennemi par Staline ;
  • 1942 : occupation de Naltchik et de la majeure partie de la RSSA kabardo-balkare par les armées allemandes, libérée au début 1943 par l'armée rouge. Staline fait déporter quelques mois plus tard la majorité des Balkars dans d'autres républiques soviétiques, sur accusation de collaboration avec les Allemands et les Turcs.
  • 1957 : retour des Balkars.
  •  : tenue d’un référendum pour la création de la République de Balkarie. Le congrès du peuple restaure l’État de Balkarie.
  •  : manifestation anti-russe à Naltchik, après l’arrestation du président de la « Confédération des peuples montagnards du Caucase » dans le contexte de la guerre de Tchétchénie.

Le pays fait partie de la « poudrière caucasienne ». La liberté de la presse n’est actuellement pas respectée en Kabardino-Balkarie.

Population et société[modifier | modifier le code]

Naltchik, la capitale, avec ses 269 227 habitants en 2009 est la plus importante ville du pays. La deuxième ville, Prokhladny comptait 58 182 habitants en 2015.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
2002 2010 2016 - -
901 494 893 819 862 254 - -

Composition ethnique[modifier | modifier le code]

En 2002, on recensait 55,3 % de Kabardes; 25,1 % de Russes; 11,6 % de Balkars; 1,1 % d'Ossètes; 0,8 % d'Ukrainiens et 6,1 % d'autres peuples.

Économie[modifier | modifier le code]

On y pratique traditionnellement l’élevage des chevaux et des moutons. Dans les vallées fertiles, qui ont reçu un aménagement hydro-électrique, on cultive les céréales, la vigne et les agrumes. la flore et faune accueille les animaux suivants : l'ours, le loup, le lynx sont les principaux prédateurs à craindre

Notes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :