Sloviansk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sloviansk/Slaviansk
Слов'янськ
Blason de Sloviansk/Slaviansk
Héraldique
Drapeau de Sloviansk/Slaviansk
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de l'Ukraine Ukraine
Subdivision Flag of Donetsk Oblast.svg Oblast de Donetsk
Maire Valentyn Rybatchouk
Code postal 84100 — 84129
Indicatif tél. +380 6262
Démographie
Population 117 445 hab. (2013)
Densité 1 994 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 52′ 12″ N 37° 37′ 30″ E / 48.87, 37.62548° 52′ 12″ Nord 37° 37′ 30″ Est / 48.87, 37.625
Superficie 5 890 ha = 58,9 km2
Divers
Fondation 1645
Statut Ville depuis 1794

Géolocalisation sur la carte : Oblast de Donetsk

Voir sur la carte administrative de l'Oblast de Donetsk
City locator 14.svg
Sloviansk/Slaviansk

Géolocalisation sur la carte : Ukraine

Voir la carte administrative d'Ukraine
City locator 14.svg
Sloviansk/Slaviansk

Géolocalisation sur la carte : Ukraine

Voir la carte topographique d'Ukraine
City locator 14.svg
Sloviansk/Slaviansk
Liens
Site web www.slavrada.gov.ua/
Sources
Liste des villes d'Ukraine

Sloviansk (en ukrainien : Слов'янськ) ou Slaviansk[1],[2],[3],[4] (en russe : Славянск) est une ville de l'oblast de Donetsk, en Ukraine, et le chef-lieu administratif du raïon de Sloviansk. Sa population s'élevait à 117 445 habitants en 2013.

Géographie[modifier | modifier le code]

Slaviansk est située à 96 km au nord de Donetsk.

Histoire[modifier | modifier le code]

La forteresse de Tor est construite à l'emplacement de la ville actuelle en 1676. L'exploitation du sel commence peu après dans les environs et donne lieu а un important commerce. La localité est renommée Sloviansk en 1784, une déformation de Solevansk, littéralement « Ville du sel ». Aujourd'hui encore la production de sel de la ville est une des plus importantes d'Europe. Depuis le début du XXe siècle, la ville s'est spécialisée dans les industries chimiques. Sous l'Empire russe, Slaviansk faisait partie du gouvernement d'Ekaterinoslav. La ville est connue pour ses premiers établissements de soins par les bains de boue ouverts à la fin du XIXe siècle.

Angle de la rue de la Noblesse et de la rue de Kharkov, vers 1900.

Les bolchéviques s'emparent du pouvoir à Slaviansk le 2 octobre 1917 (ancien style). Elle est occupée par l'armée allemande, le 20 avril 1918. L'armée blanche de Denikine s'y installe de mai à novembre 1919. Le général de l'armée blanche Koutepov y arrive à l'automne. En , le pouvoir bolchévique s'installe dans la région. En 1922, deux établissements de repos et des datchas expropriées sont réunis pour fonder un établissement thermal de 750 places. L'industrialisation de la ville commence dans les années 1930.

La station thermale obtient le statut d'établissement à échelle de toute l'Union soviétique en 1934. Le théâtre dramatique russe est inauguré en 1938. La veille de la guerre voit la ville possédant une vingtaine d'entreprises industrielles de niveau de l'Union ou de niveau de la république, ainsi que huit sanatoriums[5]. Quatre cliniques sont en service pour une population de plus de 75 000 habitants, ainsi que cinq polycliniques, vingt-trois établissements scolaires, six écoles spécialisées, et des écoles professionnelles dans le domaine de la chimie, du chemin de fer, etc. Sloviansk dispose aussi de neuf cinémas et de vingt-trois bibliothèques.

La ville est occupée par l'Allemagne nazie le . Vingt-cinq usines et fabriques sont détruites. Des commandos spéciaux SS incendient plus d'une vingtaine d'établissement scolaires et supérieurs, dont l'école technique, ainsi que la station électrique et font sauter deux ponts sur la rivière Torets. Le théâtre est incendié, lorsque l'armée allemande quitte la ville, ainsi que des cliniques et plus d'un millier de maisons. L'Armée rouge libère Sloviansk, le .

Aux élections présidentielles de 2004, ses habitants se prononcent pour Ianoukovitch à 90,98 % et pour Iouchtchenko à 6,7 %.

Troubles du printemps-été 2014[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Siège de Sloviansk.
Vue des hélicoptères envoyés par Kiev le 14 avril 2014, à proximité de la ville vers Kramatorsk.

En mars-juin 2014, la ville est en proie à des mouvements d'agitation menés par des milices se réclamant de la « République populaire de Donetsk ». Le siège de la ville par l'armée ukrainienne depuis le 12 avril se révèle un échec et cause la mort de civils. La tension grandit également avec le stationnement depuis le 14 avril, à quelques kilomètres de la ville, d'une colonne de blindés de l'armée ukrainienne, commandée par le général Valeri Kroutov. Ce dernier affirme à propos des agitateurs qu'il qualifie de « terroristes » : « Il faut les avertir : s'ils ne déposent pas les armes, on va les liquider. »[6]. Les troupes ukrainiennes de Kiev encerclent la ville[7] le 15 avril avec une vingtaine de blindés et 500 hommes[8], et bénéficieraient de l'appui de 400 combattants de la société américaine Academi[9]. Nelly Chtepa[10], maire de la ville nommée par Kiev et ne pouvant exercer son mandat faute de se trouver à Slaviansk, déclare dans une interview à Kiev le mardi 15 avril au matin qu'il « faut débarrasser la ville des miliciens pro-russes qui, selon elle, terrorisent la ville. » Ces propos suscitent l'indignation du maire auto-proclamé de Slaviansk, Viatcheslav Ponomariov. Le lendemain, une partie des blindés envoyés par Kiev change de camp et se range du côté des partisans de la fédéralisation. La foule laisse les autres soldats retourner à leur base de Dniepropetrovsk. D'après les déclarations des soldats envoyés par Kiev, aucun « n'avait l'intention de tirer sur leurs compatriotes. » Il s'agit donc d'un échec de la part du gouvernement intérimaire de Kiev[11]. Le 25 avril 2014, sept observateurs qui n'étaient pas de l'OSCE [12](dont quatre Allemands, un Danois et un Suédois) et cinq militaires ukrainiens sont capturés par les insurgés pro-russes et détenus comme otages, sous l'autorité du maire auto-proclamé de la ville, Viatcheslav Ponomariov (lequel les qualifie d'« espions et de prisonniers de guerre »), ce qui a soulevé une vague de protestation de la part des pays de l'Union européenne. Ils sont relâchés quelques jours plus tard. La ville, dont la défense est organisée par le colonel Strelkov, est encerclée de chars de l'armée ukrainienne. L'eau, l'électricité et le téléphone y sont largement coupés, la ville et ses faubourgs sont quotidiennement bombardés[13]. Les Russes proposent - en vain - l'instauration d'un couloir humanitaire. Des colonnes de chars sont arrêtées à plusieurs reprises par la population (dont le 12 juin 2014). Ponomariov est remplacé au poste de maire par Vladimir Pavlenko, le 13 juin 2014. Ce dernier, ayant déjà rencontré des membres de la mission de l'OSCE en Ukraine, se dit prêt à « des discussions sur la nécessité de l'arrêt de la résistance armée dans la région. »[14].

Slaviansk est reprise par l'armée loyaliste le 5 juillet 2014[15].

Population[modifier | modifier le code]

Recensements (*) ou estimations de la population[16] :

Évolution démographique
1897* 1923* 1926* 1939* 1959* 1970*
15 792 21 410 28 385 77 842 82 784 124 183
1979* 1989* 2001* 2011 2012 2013
140 256 135 300 124 829 118 602 117 994 117 445


Économie[modifier | modifier le code]

Les principales entreprises de Sloviansk sont :

  • OAO Slavtiajmach (en russe : ОАО Славтяжмаш) : fondée en 1931, c'est la principale entreprise de l'ex-URSS pour les machines et équipements de cokerie[17].
  • ZAO Betonmach (russe : ЗАО Бетонмаш) : fabrique différents modèles d'usines à béton[18].

Personnalité[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Vue de la gare de Slaviansk vers 1910.
  1. D'après les règles de transcription du russe en français ; en anglais : Slaviansk et Slovyansk ; en allemand : Slawjansk et Slowjansk.
  2. « Slavyansk: Ukraine », Geomondiale.fr (consulté le 15 avril 2014)
  3. « Slov”yans’k: Ukraine », Geomondiale.fr (consulté le 15 avril 2014)
  4. Le Monde, 17 avril 2014, p. 2 ; voir également la légende des cartes postales anciennes en français, figurant dans cet article.
  5. Nom donné à l'époque soviétique aux établissements de repos, de vacances et de soins pour les travailleurs.
  6. « Les séparatistes qui ne déposeront pas les armes seront liquidés », Le Figaro, 15 avril 2014
  7. (en) ITAR-TASS, article du 15 avril 2014
  8. (en) ITAR-TASS, article et photographie des blindés encerclant la ville, 15 avril 2014
  9. 400 « contractors » d’Academi (ex-Blackwater) opèrent en Ukraine
  10. Elle est finalement arrêtée à l'automne par la justice de Kiev et incarcérée à Kharkov
  11. (en) I will not shoot at my own people no matter what, news.yahoo.com, 16 avril 2014
  12. « Les “observateurs de l’OSCE”, n’étaient ni des observateurs, ni de l’OSCE »
  13. Louis Imbert, Le Monde, 14 juin 2014, p. 4
  14. (ru) ITAR-TASS, Article du 13 juin 2014
  15. Le drapeau ukrainien flotte à nouveau sur le bastion rebelle de Sloviansk - Article de francetvinfo.fr du 5 juillet 2014.
  16. « Recensements et estimations de la population depuis 1897 », sur pop-stat.mashke.org(uk) « Office des statistiques d'Ukraine : population au 1er janvier 2010, 2011 et 2012 », sur database.ukrcensus.gov.ua« Office des statistiques d'Ukraine : population au 1er janvier 2011, 2012 et 2013 », sur database.ukrcensus.gov.ua
  17. Site de l'entreprise Slavtiajmach
  18. Site de l'entreprise Betonmach

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :