Kraï de Transbaïkalie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Kraï de Transbaïkalie
(ru) Забайкальский край
bouriate : Yбэр Байгалай хизаар
Blason de Kraï de Transbaïkalie
Armoiries du Kraï de Transbaïkalie.
Drapeau de Kraï de Transbaïkalie
Drapeau du Kraï de Transbaïkalie.
Kraï de Transbaïkalie
Paysage de la réserve de Daourie.
Administration
Pays Drapeau de la Russie Russie
Région économique Sibérie orientale
District fédéral Extrême-Orient russe
Statut politique Kraï
Création
Capitale Tchita
Gouverneur Alexandre Mikhaïlovitch Ossipov (ru) (2018- )
Président de l'Assemblée législative Gong Yong-hwa (ER)
(2021- ) [1]
Démographie
Population 992 202 hab. (2023)
Densité 2,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 54° nord, 118° est
Superficie 431 892 km2
Autres informations
Langue(s) officielle(s) russe
Fuseau horaire UTC+9
Code OKATO 76
Code ISO 3166 RU-ZAB
Immatriculation 75, 80
Localisation
Localisation de Kraï de Transbaïkalie
Liens
Site web https://75.ru/

Le kraï de Transbaïkalie ([zəbɐjˈkalʲskʲɪj kraj], en russe : Забайкальский край, tr. Zabaikal'skii krai, en bouriate : Yбэр Байгалай хизаар, romanisé : Uber Baigalai Xizaar), communément appelée la Transbaïkalie, est un sujet en Sibérie de la fédération de Russie, dont la capitale est la ville de Tchita. Le nom « transbaïkalie » vient de la région du même nom située à l'est du lac Baïkal. La région est d'ailleurs aussi connue officieusement sous le nom de Transbaïkalie. Rosstat lui attribue le code 76, et son code d'immatriculation est 75. La seule langue officielle est le russe, bien que le bouriate soit aussi parlé dans certaines parties du kraï. La république est située dans le nord de l'Asie à la jonction de la taïga sibérienne, et du désert de la Mongolie.

Le kraï de Transbaïkalie est une région aux paysages variées, possédant à la fois de la taïga sibérienne, des paysages de steppes, un désert et des régions montagneuses, comme le massif de Kodar et les monts Iablonovy. Les vestiges des premières civilisations humaines dans la région remontent à la période du Paléolithique , vers 35 000 ans avant notre ère. Il est ensuite tour à tour peuplé par des peuples mongols, les Xiongnu, les Xianbei, avant de faire partie pendant le Moyen-Âge du khanat des Ruanruan, du Khaganat turc, du Khaganat ouïgour et enfin du Khaganat kirghize du Ienisseï au Xe siècle. Après de nombreuses conquêtes, la Transbaïkalie devient assujettie à l'Empire mongol au XIIIe siècle. Lorsqu'il s'effondre, elle est intégrée à la dynastie Yuan du Nord, puis au Khanat oïrat. Après son effondrement, la région devient peu à peu conquise par les cosaques de Sibérie, l'intégrant ainsi à la Russie.

En 2023, le territoire comptait 992 202 habitants, en baisse à cause de l'exode migratoire et des soldes naturels négatifs. Créé le , il résulte de la fusion, approuvée par référendum, de l'oblast de Tchita et du district autonome d'Aga-Bouriatie. Son économie est surtout axée sur le secteur primaire, se basant sur l'agriculture, l'élevage, la sylviculture mais aussi et surtout l'extraction de matières premières. La région possède d'importants gisements de charbon, de gaz, de lithium, de zircons et d'autres richesses. Sur le plan touristique, la Transbaïkalie bénéficie du classement d'un de ses sites au patrimoine mondial de l'UNESCO, et regroupe 3 parcs nationaux et deux réserves naturelles, avec d'autres zones aussi classées. Toutes ses activités ont généré un PIB régional de 326,9 milliards de roubles en 2018.

Enfin, la Transbaïkalie possède un patrimoine culturel varié et important, hérité de l'histoire et des différents peuples locaux avec leurs cultures. Parmi les monuments on retrouve des temples bouddhistes, des églises comme la cathédrale de Kazan à Tchita, des musées ou des théâtres. Les trois principales artères de transport de la région sont le chemin de fer transsibérien et les routes fédérales R297 et R258, liant la région au reste du pays.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Couvrant une superficie de 431 893 km2, le kraï de Transbaïkalie est un sujet possédant une superficie grande comparé aux autres sujets russes; mais une superficie moyenne voire petite comparée aux sujets sibériens avec la Bouriatie et ses 351 334 km2 ou l'oblast d'Irkoutsk et ses 774 846 km2. Elle compose 2,6 % du territoire de la fédération de Russie, et 6,21 % du district fédéral extrême-oriental, soit le sixième sujet le plus grand du district sur dix. Le kraï s'étend sur la Transbaïkalie, région montagneuse aussi nommée la Daourie. Le fleuve Amour prend naissance à une frontière de la Transbaïkalie avec la Chine, à la confluence des rivières Chilka et Argoun. Elle est limitrophe au sud de la Mongolie et de la Chine, à l'ouest de la Bouriatie, au nord de l'oblast d'Ikroutsk et de la Iakoutie, et à l'est de l'oblast de l'Amour.

La Transbaïkalie possède un relief principalement montagneux, mais avec une part non négligeable de steppes et autres vallées. La plus grande steppe est celle dans la partie sud à la frontière avec la Mongolie et la Chine (avec Borzia et Zabaïkalsk). On trouve aussi une grande plaine vers Nertchinsk, ainsi que les vallées fluviales de l'Ingoda et de la Tchita. Enfin, la plaine vers Tchara, dans le nord du kraï se distingue par son environnement, entouré de montagnes. La Transbaïkalie est couverte à 68,3 % de forêts, contre 45,3 % pour la moyenne nationale[2].

Carte topographique du territoire.

La Transbaïkalie, située en Sibérie orientale, fait partie depuis 2018 du district fédéral extrême-oriental. Son point le plus bas est dans la vallée de l'Amour vers Pokrovka (292 mètres) et son point culminant à 3073 mètres est le pic BAM dans le massif de Kodar. Ce massif, qui fait partie des plateaux Stanovoï (en), couvre le nord du kraï, et c'est dans la plaine de Tchara que se trouve un désert, les sables de Tchara. Outre ce massif, on trouve les monts Khentii dans le sud-ouest à la frontière avec la Mongolie ou bien les monts Iablonovy, couvrant la partie limitrophe de la Bouriatie[3].

Espaces protégés[modifier | modifier le code]

Le kraï de Transbaïkalie compte deux zapovedniks, c'est-à-dire des aires naturelles protégées dont l'objectif est de les conserver « éternellement vierges » :


  • Réserve naturelle de Sokhondo (en) : réserve créé en 1973. D'une superficie totale de 211 000 hectares, elle est située dans le massif de Sokhondo, dans le sud-ouest du territoire et non-loin de la Mongolie. Elle a une largeur de 14 km, pour une longueur de 20 km, couvrant des sommets supérieurs à 2000 mètres, des petits glaciers, des lacs dont celui de Boukoukoun et de vastes espaces de taïga, appartenant aux forêts de conifères de Transbaïkalie (en). La végétation est variée, et dépend de l'altitude, avec de la taïga, de la toundra et des paysages de steppes. Les mélèzes de sibérie, les pins de Sibérie et autres épicéas dominent le territoire. On compte environ 40 espèces de mammifères, 125 espèces d'oiseaux, 10 de poissons et quelques reptiles et amphibiens. Parmi les espèces citées dans le livre rouge de Russie, on retrouve le tigre de l'Amour, le hérisson daourien, la grue à cou blanc, la grue demoiselle, le tabargan, le pika ou encore le manul.
  • Vue de la réserve de Daourie au crépuscule
    Réserve naturelle de Daourie : établie en 1987 dans le sud de la Transbaïkalie, elle couvre une superficie de 44,7 mille hectares. Le paysage est surtout steppique, avec aussi des lacs, zones humides et quelques zones forestières. On retrouve d'ailleurs les lac Toreï, des lacs de soudes peu profonds, qui se trouvent sur le passage de nombreux oiseaux migratoires. 256 espèces d'oiseaux ont ainsi été recensées, tout comme 41 espèces de mamifères, 6 d'amphibiens, 4 de poissons et surtout 520 espèces d'insectes. Site Ramsar, il y a 39 espèces sur la liste rouge de l'UICN, dont 35 espèces d'oiseaux et quatre espèces de mammifères que sont le manoul, le hérisson daourien, la marmotte de Mongolie et la gazelle de Daourie. Depuis 1994, le cheval de Przewalski et l'hémione de Mongolie ont été réintroduits sur le territoire de la réserve[4].

Répartition des terres[modifier | modifier le code]

La répartion des terres selon le rapport d'État « Sur l'état et la protection de l'environnement de la fédération de Russie en 2022 » du ministère des ressources naturelles et de l'environnement russe est, selon les catégories du code foncier russe, la suivante[5]:

Répartition des terres selon les catégories du code foncier russe en 2022[5]:
Répartition 2022 (mille ha) 2022 (%)
Terres agricoles 7969,6 18,5
Terres des localités 235,3 0,5
Terres d'industrie et autres fins spéciales 1342,9 3,1
Terres de territoires et des objets protégés 401,4 0,9
Terres du fonds forestier 31 936,5 74,0
Terres du fonds aquatique 121,8 0,3
Terres de réserve 1181,7 2,7
Total 43 189,2 100

Histoire[modifier | modifier le code]

Pétroglyphes sur le Mont Baga-Zarya.


En Transbaïkalie, les premières traces de présentes humaines remontent au paléolithique, il y a entre 150 et 35 mille ans. Les premières traces ont été retrouvées sur les rives de la rivière Gyrchelounka, près de Tchita (à Soukothino-1) et vers Oust-Ourlouk sur une rive de la Chilka. La plus ancienne culture est de la culture de Tolbaga, datant d'il y a 34 000 à 2000 ans avant le présent. La poterie la plus ancienne date d'il y a 12 000 ans, et elle fut retrouvée vers Oust-Karenga, village qui a donné son nom à une culture d'alors.

Au néolithique, vers - 5000, l'influence de la Chine arrive dans la région. Pour la première fois, les habitants de Daourie ne reposent plus seulement sur la chasse et la cueillette, mais aussi sur la pêche et l'agriculture.

Au cours de l'Antiquité Moyen-Âge, la région est étroitement liée aux divers empires turcs et mongols qui se succèdent. Des Xiongnu (iiie siècle av. J.-C.ve siècle) succèdent ensuite les Xianbei, le khanat des Ruanruan, le Khaganat turc, le Khaganat ouïgour et enfin du Khaganat kirghize du Ienisseï au Xe siècle. Ce khaganat est ensuite conquis par la dynastie Liao, qui finit par s'éteindre en 1125. La Transbaïkalie n'est alors plus dominée par aucun État, permettant aux diverses tribus nomades de se regrouper au sein d'une confédération au cours de ce siècle. C'est en grande partie dû à Gengis Khan, qui permet au XIIIe siècle l'apogée de l'Empire mongol sur l'Asie et l'Europe de l'Est. La dynastie Yuan du Nord prend le relais pendant près de 300 ans, avant que sa désintégration permette au Khanat oïrat de conquérir brièvement la région. Mais dès le milieu du XVIIe siècle, les cosaques de Sibérie explorent la région et soumettent les peuples locaux, et les premiers villages russes apparaissent, comme Tchita en 1653. Avec la découverte de gisements importants comme de charbon, des forteresses sont créées, et la main d'œuvre est composée de prisonniers russes envoyés d'Europe. En 1689, le traité de Nertchinsk trace la frontière sino-russe, entrant de jure la Transbaïkalie dans le tsarat de Russie.

Sretensk en 1913.

Avec l'avènement du transsibérien à la fin du XIXe siècle, la région se développe rapidement, avec l'apparition de nouvelles villes. Pendant la révolution russe de 1905, la république éphémère de Tchita est proclamée en novembre 1905, avant d'être durement réprimé dans le sang en janvier 1906.

Après la révolution russe, la Transbaïkalie connait la guerre civile avec des combats opposant les bolcheviques de la république d'Extrême-Orient (1920-1922) aux armées blanches et aux troupes alliées, dont celles japonaises.

L'oblast de Tchita est officiellement créé le 20 octobre 1938 par décret du Præsidium du Soviet suprême de l'URSS, avant qu'il soit dissout par référendum le lorsque l'oblast fusionne par référendum avec le district autonome d'Aga-Bouriatie[6].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Recensements (*) ou estimations de la population[d 1],[Rosstat 1],[Rosstat 2]:

Évolution démographique
1784 1897* 1959* 1970* 1979* 1989* 2002* 2010*
39 213343 7221 036 3871 144 9181 233 4351 377 9751 155 3461 107 107
2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019
1 099 3961 095 1691 090 3441 087 4521 083 0121 078 9831 072 8061 065 785
2020 2021* 2022 2023 - - - -
1 059 7001 004 1251 000 520992 202----
Pour 1784 : Population de l'oblast de Nertchinsk. Pour 1897 : Cumul des populations des comtés d'Aksha, de Nertchinsk, de Nertchinski-Zavod, et de Tchita.

Religions[modifier | modifier le code]

Religions de la Transbaïkalie(2012)[d 2]

Selon l'enquête officielle de 2012[d 2], 25 % de la population adhèrent à l'Église orthodoxe russe.

Les Russes pratiquent principalement le christianisme russe orthodoxe, ainsi que d'autres variantes du christianisme.

Le bouddhisme est pratiqué par 6 % de la population, principalement chez les Bouriates.

Il y a aussi 17 % de la population qui se déclare athée ou sans religion.

Monastère de Nertchinsk.

Composition ethnique[modifier | modifier le code]

Pourcentage de russes en Sibérie orientale (la Transbaïkalie est à droite) en 2002.

Groupes ethniques: Selon le recensement de 2010, la composition ethnique de la population régionale se répartissait ainsi[7] :

  • 977 400 Russes (89,9 %);
  • 73 941 Bouriates (6,8 %);
  • 6 743 Ukrainiens (6,5 %);
  • 5 857 Tatars (0,5 %);
  • 3 943 Arméniens (0,3 %)
  • 2 045 Azéri (0,3 %);
  • 1 634 Kirghizes (0,2 %);
  • 1544 Biélorusses (0,2 %);
  • 1515 Ouzbeks (0,2 %);
  • 1387 Évenks (0,1 %).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Politique[modifier | modifier le code]

Alexandre Ossipov.

Le chef de la République ou gouverneur est élu au scrutin uninominal majoritaire à deux tours pour un mandat de cinq ans, sauf si un candidat dépasse les 50 % au premier tour. Il détient le pouvoir exécutif, il est chargé de nommer, avec l'accord de l'assemblée, le gouvernement de la République. Les dernières élections eurent lieu en 2019, et ont vu Alexandre Ossipov l'emporter à 89,61 % au premier tour, avec un taux d'abstention d'environ 65 %[8].

L'assemblée législative, qui déteint donc le pouvoir législatif du kraï de Transbaïkalie, est composée d'un total de 50 sièges renouvelés tous les cinq ans, dont 20 sièges au scrutin uninominal majoritaire à un tour dans autant de circonscriptions électorales, 25 au scrutin proportionnel plurinominal, et 5 dans une circonscription plurinominale formée sur le territoire de l'Aga-Bouriatie[k 1]. Les dernières élections eurent lieu en 2018, et Russie unie est arrivée en tête avec 21 sièges, suivi par le Parti communiste avec 14 sièges, et par le parti libéral-démocrate avec 10 sièges. Russie juste a obtenu 3 sièges, le parti des retraités 1 siège, tout comme le parti des entrepreneurs[9].

Liste des gouverneurs du kraï de Transbaïkalie[10]
Nom Parti début du mandat fin du mandat notes
1 Ravil Gueniatouline Indépendant Ancien Membre du Conseil de la fédération de Russie
- Constantin Ilkovski Indépendant intérim
2 Constantin Ilkovski Indépendant démissionnaire
- Natalia Jdanova Russie unie intérim
3 Natalia Jdanova Russie unie démissionnaire
- Aleksandr Ossipov Indépendant 19 septembre 2019 intérim
4 Aleksandr Ossipov Indépendant 19 septembre 2019 En cours Ex-premier vice-ministre de la fédération de Russie

pour le développement de l'Extrême-Orient

Divisions administratives[modifier | modifier le code]

Carte des subdivisions administratives.

Le kraï de Transbaïkalie est divisée selon la loi sur la structure administrative et territoriale du kraï de transbaïkalie[k 2] :

  • 31 raïons
    • dont 3 inclus dans l'okroug d'Aga-Bouriatie en tant qu'unité administrative-territoriale à statut spécial.

Ces 31 raïons comprennent au 876 localités. Et contrairement à d'autres sujets de Russie, les okrougs urbains (que sont la capitale Tchita, la ville fermée de Gorny, la ville de Petrovsk-Zabaïkalski et le village d'Aguinskoïe) sont inclus dans les raïons.

N° sur

la carte

Nom Nom russe Code

OKATO

Population

(2021[Rosstat 1])

Superficie

(milliers de km²)

Centre administratif
1 Raïon d'Aguinskoïe Агинский район[n 1] 76 202 32 505 6.2 Aguinskoïe
2 Raïon d'Aktcha Акшинский район 76 203 8788 7.5 Aktcha
3 Raïon d'Aleksandrovski-Zavod Александрово-Заводский район 76 204 6214 7.7 Alexandrovski Zavod
4 Raïon de Baleï Балейский район 76 206 15 895 5.1 Baleï
5 Raïon de Borzia Борзинский район 76 209 45 109 8.7 Borzia
6 Raïon de Gazimourski-Zavod Газимуро-Заводский район 76 210 8146 14.5 Gazimourski Zavod
7 Raïon de Douldourga Дульдургинский район 76 211 13 903 7.2 Douldourga
8 Raïon de Zabaïkalsk Забайкальский район 76 212 19 795 5.2 Zabaïkalsk
9 Raïon du Kalar Каларский район 76 215 7614 56,6 Tchara
10 Raïon de Kalga Калганский район 76 218 5945 3.1 Kalga
11 Raïon de Karymskoïe Карымский район 76 220 33 867 8.2 Karymskoïe
12 Raïon de Krasnokamensk Краснокаменский район 76 221 55 961 5.4 Krasnokamensk
13 Raïon de Krasni-Tchikoï Красночикойский район 76 222 16 456 28.3 Krasni Tchikoï
14 Raïon de Kyra Кыринский район 76 224 10 639 16.2 Kyra
15 Raïon de Mogoïtouï Могойтуйский район 76 225 23 209 6.2 Mogoïtouï
16 Raïon de Mogotcha Могочинский район 76 226 21 424 25,5 Mogotcha
17 Raïon de Nertchinsk Нерчинский район 76 228 27 070 5.2 Nertchinsk
18 Raïon de Nertchinski-Zavod Нерчинско-Заводский район 76 230 7436 8.9 Nertchinski Zavod
19 Raïon d'Oloviannaïa Оловяннинский район 76 232 30 984 6.3 Oloviannaïa
20 Raïon de l'Onon Ононский район 76 234 8720 6.0 Nijni Tsassoutcheï
21 Raïon de Petrovsk-Zabaïkalski Петровск-Забайкальский район[n 2] 76 236 30 109 9.4 Petrovsk-Zabaïkalski
22 Raïon de Priargounsk Приаргунский район 76 238 16 061 4.7 Priargounsk
23 Raïon de Sretensk Сретенский район 76 240 18 527 15.2 Sretensk
24 Raïon du Toungir-et-Oliokma Тунгиро-Олёкминский район 76 242 1147 43,8 Toupik
25 Raïon de Toungokotchen Тунгокоченский район 76 244 10 009 50,4 Verkh-Ousougli
26 Raïon d'Oulioty Улётовский район[n 3] 76 246 24 821 16.5 Oulioty
27 Raïon de Khilok Хилокский район 76 247 25 519 14.8 Khilok
28 Raïon de Tchernychevsk Чернышевский район 76 248 30 066 12.8 Tchernychevsk
29 Raïon de Tchita Читинский район[n 4] 76 250 405 878 16.2 Tchita
30 Raïon de Chelopougino Шелопугинский район 76 252 5994 4.4 Chelopougino
31 Raïon de Chilkinsky Шилкинский район 76 254 36 230 6.4 Chilka
  • Raïons faisant partie de l'okroug d'Aga-Bouriatie

Principales villes[modifier | modifier le code]

Localisation des principales villes de Transbaïkalie.
Vue de Mogotcha.
Localités avec une population de plus de 10 000 personnes
Non. Localité Population (2021[Rosstat 1])
1 Tchita 334 427
2 Krasnokamensk 51 137
3 Borzia 29 596
4 Aguinskoïe 16 511
5 Nertchinsk 15 290
6 Petrovsk-Zabaïkalski 15 015
7 Tchernychevsk 13 670
8 Zabaïkalsk 13 445
9 Mogotcha 12 390
10 Karymskoïe 12 124
11 Chilka 12 046
12 Pervomaïski 11 112
13 Atamanovka 11 014
14 Mogoïtouï 10 809
15 Cherlovaïa Gora 10 335
16 Baleï 10 286

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie du kraï de Transbaïkalie est principalement axée sur le secteur primaire, et l'économie a généré en 2018 un produit régional brut de 326,9 milliards de roubles. Ce produit est générée d'une part par le secteur agricole, avec l'élevage, mais aussi la sylviculture et surtout le secteur minier. La Transbaïkalie est en effet la plus vieille région minière de Russie, avec des mines dès le milieu du XVIIe siècle d'argent, de plomb et de fluor. Au XIXe siècle a commencé l'exploitation de l'or et de l'étain, et vers la fin de ce siècle le tungstène et le molybdène ont commencé à l'être aussi. Aujourd'hui, l'on exploite ausis de l'uranium, du cuivre, du lithium, du tantale, des terres rares, du titane, du vanadium, du germanium, de la magnésite, sans compter les très importantes réserves de charbon. 42 % des réserves de fluor russe, 21 % du zirconium, 21 % du cuivre, 28 % de molybdène ou 18 % de titane sont en Transbaïkalie[11]. Il y a en tout plus de 100 types de minéraux extraits dans la région. Les principaux gisements sont ceux d'Oudokan, de Tchineïskoïe, de Baleï, de Darassoun etc, et on en compte en tout 280 dans la région.

Dragage au champ de l'Itaka (ru), 2017

Chaque année, 18 tonnes d'or sont extraites du sous-sol, et 1000 tonnes d'or l'ont été depuis le début des exploitations. Pour le lignite, 12 à 16 millions des tonnes sont extraites chaque année, permettant d'alimenter tous les besoins énergétiques de la région. Le massif du Kodar est la zone la plus productive, et le BAM permet de desservir les mines de la zone. Pour le gisement Bystrinski seulement, 74 millions de tonnes de fer, 2,2 millions de tonnes de cuivre, 1 167 tonnes d'argent et 261 tonnes d'or ont été découvertes, et pour celui Bougdainskoïe, il y a 600 mille tonnes de molybdène, 42 mille de plomb et 193 tonnes d'argent[12]. On trouve en autre zone d'extraction celle de Khilok-Ingoda et celle de Chilka-Argoun[13]. En tout, 28 millions de tonnes de charbon sont extraites chaque année, soit 30 % de la production d'Extrême-Orient. 3000 tonnes d'uranium le sont aussi, soit 93 % de la production nationale et les 18 tonnes annuelles représentent 6 % de la production russe.

Centrale à charbon Tchita CHPP-1.

L'économie a été avant 2020 fortement en croissance ; avec un PRB qui a augmenté de 24,9 % pour la seule période de 2008 à 2012. Sur cette même période, le taux de croissance de la production industrielle était de 111 % chaque année, et la production gagnait 28,5 % chaque année en moyenne[14]. En juin 2022, le taux de chômage était de seulement 1,4 %, avec de fait plus d'emplois à pourvoir que de demandeurs d'emplois. Mais les demandeurs sont souvent peu qualifiés, alors que les entreprises recherchent des employés qualifiés[15]. Le salaire moyen est de 47 000 roubles.

Outre le secteur minier, la Transbaïkalie possède un secteur industriel important, avec des usines automobiles, agroalimentaires, de textile, de boissons gazeuses et bières ou de papiers et cartons. Dans l'agriculture, la région cultive des pommes de terre, des choux-fleurs, des carottes, des mandarines et des pommes. Au niveau de l'élevage, ceux de moutons, de porcs et de volailles sont les plus importants, surtout destinés à la laine et à la viande[16]. Mais les céréales restent la partie la plus productive, avec 65 000 tonnes de blé, 44 mille tonnes d'avoine et 23 mille tonnes de colza cultivées chaque année. Il y a au total 6 mille hectares de terres agricoles[17].

Cependant, comme l'économie est surtout destinée à l'exportation, avec comme principaux pays importateurs la Chine, la Corée du Sud, le Japon, le Vietnam, la Biélorussie, la Mongolie, le Brésil, Taïwan, la France et l'Allemagne, elle a subi de plein fouet les sanctions contre la Russie liée à l'invasion russe en Ukraine. Cependant, la Chine n'a pas appliqué de sanctions, permettant de garder un partenaire commercial important. La Transbaïkalie a d'ailleurs le plus grand passage frontalier entre la Russie et la Chine à Zabaïkalsk[18].

Transport[modifier | modifier le code]

Transport routier[modifier | modifier le code]

La R297 dans le raïon de Karymskoïe.

Au , le réseau routier du territoire transbaïkal avait une longueur totale d'environ 21 000 kilomètres. Environ la moitié, soit 11 763,402 kilomètres, sont des routes d'importance locale, suivies par les routes d'importance régionale avec 8151 kilomètres. Enfin, les routes fédérales cumulent une longueur de seulement 1709,8 kilomètres. La gestion de l'ensemble de ces routes est à la fois faite par Rosavtodor pour les routes fédérales, par le Ministère de la construction, des équipements routiers et des transports du territoire transbaïkal pour les routes régionales et par les collectivités locales (raïons, okrougs et localités) pour les routes locales. La densité du réseau routier est l'une des plus faibles de toute la Russie, avec seulement 0,05 km de routes par km2. En 2024, ces chiffres devraient passés à 19 623,481 km de routes régionales et locales, dont 7 527,075 km de routes régionales et 12 096,406 km. Ce réseau routier fait face à un besoin d'entretien de plus en plus urgent. Sur la longueur totale des routes régionales en 2014, 5904 km de routes sont en gravier et 124 km sont des pistes. Ainsi, près de 75 % des routes régionales nécessitent des travaux majeurs; sans compter le travail sur les ponts. 684 d'entre eux, soit 61 %, sont en bois, sur un total de 1115. Pour les routes locales, 79,6 % d'entre elles ont une chaussée en gravier ou aucune chaussée[k 3]. En 2024, après nombreux travaux, plus de 42 % des routes locales et régionales devraient être dans un état satisfaisant, soit 8 568,495 km de routes. Le réseau est fortement affecté par les phénomènes naturels comme les inondations (de 2018 par exemple) qui ont détruit 182 km de routes et endommagé plus de 30 ponts[19]. Sur la période 2014 - 2024, le kraï a décidé d'investir plus de 30 milliards de roubles dans son réseau routier[k 4].

Les deux principales routes de la Transbaïkalie sont les routes fédérales R258 et R297. La première relie Tchita à Irkoutsk vers l'ouest, tandis que la seconde relie Tchita à Khabarovsk à l'est. Ces deux routes desservent les principales villes de la région, avec comme d'ouest en est Petrovsk-Zabaïkalsk, Khilok, Oulioty, Tchita, Tchernychevsk ou Mogotcha. De cet axe par la majeure partie des routes régionales ainsi que les deux axes secondaires principaux de la région. Il y a l'A350, route fédérale, qui relie Tchita à la Chine (à Manzhouli) et la route Oulan-Oudé — Romanovka — Tchita. Parmi les autres itinéraires, on retrouve la 76A-005, de Darassoun à la frontière mongole, la 76K-004 de Byrka à Aktcha, la 76A-008 de Mogoïtouï via Sretensk à Olotchi ou encore la 76H-120 d'Ousougli à Toungokotchen. Il y a en tout 206 routes régionales ou locales en Transbaïkalie[k 5].

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Un 3ES5K en test sur le BAM.

Le réseau ferroviaire de la Transbaïkalie est composée de 2399 kilomètres de chemins de fer (16 % du district fédéral sibérien), dont 570,3 kilomètres de réseau privé. Le réseau dessert 340 gares ferroviaires, 1 aéroport, 7 gares routières et possède deux passages frontaliers avec la Chine[20].Le principal axe est le transsibérien, mais la région possède aussi la première section du chemin de fer de l'Est chinois (transmandchourien) de Tchita à Zabaïkalsk. Enfin, dans le nord du kraï passe à Tchara la magistrale Baïkal-Amour. Mais ce réseau est de plus en plus usé, avec 60 % du total en mauvais état. Il emploie cependant près de 55 000 personnes directement.

En 2013, le transport ferroviaire assurait 27,4 % du trafic de marchandise, soit un volume de 11,383 millions de tonnes de marchandises transporté. Pour le trafic de passager, il s'établit sur plus de 30 lignes, internes ou vers l'extérieure, mais qui représente que 3,3 % du trafic passager. En 2013, 2,9 millions de personnes ont emprunté les rails transbaïkalites, avec parmi les lignes les plus prisées Tchita — Mogzon, Tchita — Karmyskoïe, Petrovski-Zabaïkalsk — Khilok ou encore Tchiat — Zabaïkalsk[21],[22].

Parmi les projets ferroviaires, il y a la reconstruction du transmandchourien de Karymskoïe à Zabaïkalsk, en cours depuis 2004, comprenant la construction d'une deuxième voie, et la remise en l'état de la voie existante et l'électrification totale de l'itinéraire. Et entre 2008 et 2015 a été construit la ligne de Borzia à Gazimourski Zavod, afin de permettre le transport de minerais de nouveaux sites de gisements[23].

Transport fluvial[modifier | modifier le code]

Le transport fluvial est quasi inexistant dans la région, mis à part dans le raïon de Sretensk où 15 villages disposent en seul moyen d'accès la rivière Chilka, un affluent de l'Amour. Ainsi, une ligne de transport maritime a été mise en place entre Sretensk et Nijni Koularki, d'une longueur de 135 kilomètres. L'artère est subventionnée à hauteur de 2 millions de roubles chaque année. La transbaïkalie a aussi acheté des aéroglisseurs afin d'assurer un transport plus efficace et surtout toute l'année, car la rivière gèle en hiver[22].

Transport aérien[modifier | modifier le code]

L'aéroport de Tchita et un Tupolev Tu-154.

Le transport aérien est lui qui possède la part la plus faible de tous les modes de transports dans la région, avec seulement 11 030 personnes transportées en 2013[n 5], soit 4 % du total. Cela est dû à des prix chers et à une demande quasi inexistante, sans compter un réseau sous-développé. En 2014, il y avait seulement 5 aéroports, dont seul lui de Tchita était international, et 43 aérodromes ou pistes d'atterrissages. Il y avait en 2014 5 liaisons aériennes internes ; Tchita - Ousougli - Toungokotchen - Krasni Iar - Ioumourchen ; Tchita - Oust-Karenga ; Tchita - Gazimourski Zavod ; Tchita - Tchara (exploité par Angara Airlines) et Tchita - Krasnokamensk. De nouvelles routes sont prévues dans les prochaines années. Les vols se font surtout sur des An-2, des Mi-6 et des Mi-8[21],[22].

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes

  1. Village d'Aguinskoïe inclus
  2. Ville de Petrovsk-Zabaïkalski incluse
  3. La ville de Gorny est incluse
  4. Ville de Tchita incluse
  5. Trafic vers l'international et les autres régions de Russie exclu

Issu de sites officiels

  1. (ru) « Положение о выборах депутатов Законодательного Собрания Забайкальского края первого созыва. » [« Règlement sur l'élection des députés de l'Assemblée législative du kraï de transbaïkalie de la première convocation. »], sur web.archive.org,‎ (consulté le ).
  2. (ru) Registre des unités administratives territoriales et des localités du kraï de Transbaïkalie au 1er janvier 2023. [« РЕЕСТР АДМИНИСТРАТИВНО – ТЕРРИТОРИАЛЬНЫХ ЕДИНИЦ И НАСЕЛЕННЫХ ПУНКТОВ ЗАБАЙКАЛЬСКОГО КРАЯ ПО СОСТОЯНИЮ НА 1 января 2023 ГОДА  »], Tchita,‎ (lire en ligne [doc])
  3. (ru) Gouvernement du kraï de Transbaïkalie, « Об утверждении государственной программы Забайкальского края "Развитие транспортной системы Забайкальского края" от 29 мая 2014 - docs.cntd.ru » [« Décision du gouvernement du kraï de transbaïkalie du 29 mai 2014 N 315 portant approbation du programme d'État du kraï transbaïkal "Développement du système de transport du kraï transbaïkal" »], sur docs.cntd.ru,‎ (consulté le ).
  4. (ru) Gouvernement du kraï de Transbaïkalie, « ПРАВИТЕЛЬСТВО ЗАБАЙКАЛЬСКОГО КРАЯ ПОСТАНОВЛЕНИЕ от 30 июня 2020 года N 241 О внесении изменений в государственную программу Забайкальского края "Развитие транспортной системы Забайкальского края" » [« Décision du gouvernement du kraï de Transbaïkalie du 30 juin 2020 N 241 portant modification du programme d'État du kraï transbaïkal "Développement du système de transport du kraï transbaïkal" »], sur docs.cntd.ru,‎ (consulté le ).
  5. (ru) Gouverneur du kraï de Transbaïkalie, « ПОСТАНОВЛЕНИЕ от 26 июня 2008 года N 135 Об утверждении перечня автомобильных дорог общего пользования регионального или межмуниципального значения Забайкальского края » [« Décision N° 135 du 26 juin 2008 portant approbation de la liste des routes publiques d'importance régionale ou intermunicipale dans le kraï de Transbaïkalie »], sur docs.cntd.ru,‎ (consulté le ).

Données fournies par le Service fédéral des statistiques de l'État russe (Rosstat)

  1. a b et c (ru) Service fédéral des statistiques de l'État russe, Tableau 5. Population de la Russie, districts fédéraux, entités constitutives de la fédération de Russie, districts urbains, districts municipaux, districts municipaux, agglomérations urbaines et rurales, agglomérations urbaines, agglomérations rurales de 3 000 habitants ou plus . Résultats du recensement panrusse de la population 2020-2021 (lire en ligne [xlsx])
  2. (ru) « Office fédéral de statistiques, Recensement de la population russe de 2010 », sur ru(ru) « Population résidente par municipalité de la fédération de Russie au 1er janvier 2012 » [rar], sur gks.ru(ru) « Population résidente par municipalité de la fédération de Russie au 1er janvier 2013 » [rar], sur gks.ru(ru) Population résidente par municipalité de la fédération de Russie au 1er janvier 2020 (lire en ligne [rar])(ru) Service fédéral des statistiques de l'État, Population permanente de la fédération de Russie par municipalités au 1er janvier 2022 (lire en ligne)(ru) Service fédéral des statistiques de l'État, Предварительная оценка численности постоянного населения на 1 января 2023 г.*(с учётом итогов Всероссийской переписи населения 2020 г.) [« Estimation préliminaire de la population résidente au 1er janvier 2023* (en tenant compte des résultats du recensement panrusse de la population de 2020) »],‎ (lire en ligne).
  3. (ru) « Statistiques », Service de statistiques fédéral de l'état de Russie (consulté le ).

Autres références démographiques

  1. (ru) Kartchanova L.M. (Population en 1784), Нерчинская область [« Oblast de Nertchinsk »] (lire en ligne)« Recensements de la population de l'Empire russe en 1897 », sur demoscope.ru.
  2. a et b « Arena - Atlas of Religions and Nationalities in Russia », Sreda.org (consulté le ).

Autres sources

  1. « Депутат - Законодательное Собрание Забайкальского края », sur zaksobr-chita.ru (consulté le ).
  2. « Лесные зоны Забайкальского края и перспективы их освоения », sur lesprominform.ru (consulté le ).
  3. (ru) Système d'échange d'informations touristiques, « Географическое положение. Забайкальский край » [« Position géographique. Kraï de Transbaïkalie. »], sur nbcrs.org (consulté le ).
  4. (ru) « Заповедники Забайкальского края » [« Zapodevniks du kraï de Transbaïkalie »], sur trasa.ru (consulté le ).
  5. a et b Ministère des ressources naturelles et de l'environnement de la fédération de Russie et Université d'État Lomonossov de Moscou 2023, p. 543.
  6. (ru) Système d'échange d'informations touristiques, « Историческая справка. Забайкальский край » [« Référence historique. Kraï de Transbaïkalie. »], sur nbcrs.org (consulté le ).
  7. (ru) Service fédérale des Statistiques, НАЦИОНАЛЬНЫЙ СОСТАВ НАСЕЛЕНИЯ ПО СУБЪЕКТАМ РОССИЙСКОЙ ФЕДЕРАЦИИ [« Tableau 7. Composition ethnique de la population selon les sujets de la fédération de Russie. »] (lire en ligne)
  8. (ru) Alexey Kuzichev, « Осипов победил на выборах с результатом 89,61% голосов » [« Osipov a remporté l'élection avec un score de 89,61% des voix »], sur zab.ru,‎ (consulté le ).
  9. (ru) « По алфавиту - Законодательное Собрание Забайкальского края » [« Liste des députés de la IIIe convocation »], sur Site de l'Assemblée législative du kraï de Transbaïkalie (consulté le ).
  10. (en) « Russian Administrative divisions », Liste des gouverneurs du kraï du Kamtchatka, sur worldstatesmen.org (consulté le ).
  11. (ru) « Общая информация » [« Informations générales »], sur Официальный портал Забайкальского края,‎ (consulté le ).
  12. (ru) Бахрамов Хапис Сулейманович, Чечеткин Владимир Степанович, Чабан Николай Николаевич et Харитонов Юрий Филиппович, « Минерально-сырьевые ресурсы как основной фактор развития экономики Забайкальского края : Les ressources minérales comme principal facteur de développement de l'économie du kraï de transbaïkalie », Вестник Забайкальского государственного университета, no 3,‎ , p. 11–16 (ISSN 2227-9245, lire en ligne, consulté le )
  13. « Экономический и промышленный потенциал Забайкальского края используется незначительно », sur lesprominform.ru (consulté le ).
  14. « Стратегия развития Забайкальского края 2030 », sur opzab.ru (consulté le ).
  15. (ru) « Горнодобывающая отрасль Забайкалья: А есть ли кадры? », sur mkchita.ru (consulté le ).
  16. « Всемирная География › Россия › Забайкальский край », sur worldgeo.ru (consulté le ).
  17. (ru) « ИНВЕСТИЦИОННАЯ СТРАТЕГИЯ ЗАБАЙКАЛЬСКОГО КРАЯ » [« Stratégie d'investissement du kraï de Transbaïkalie »], sur weekends.tilda.ws (consulté le ).
  18. (ru) ZAB.TV, « Состоялся отчет Минэкономразвития Забайкалья о результатах работы за 2022 год » [« Le rapport du ministère du Développement économique de la Transbaïkalie sur les résultats des travaux pour 2022 a eu lieu »], sur zab.tv,‎ (consulté le ).
  19. (ru) « Забайкальские дороги: нацпроект – по расписанию » [« Routes transbaïkale: projet national - dans les délais »], sur eastrussia.ru,‎ (consulté le ).
  20. (ru) ПАСПОРТ региона Российской Федерации Забайкальский край (lire en ligne)
  21. a et b (ru) « Транспорт в Забайкальском крае » [« Transport dans le kraï de Transbaïkalie »], sur Vuzlit (consulté le ).
  22. a b et c « Журнал: "Транспортная стратегия XXI век" статья: Забайкальский край – региональные аспекты | Издательский дом », sur sovstrat.ru (consulté le ).
  23. (ru) « Транспортная инфраструктура на юго-востоке Забайкальского края » [« INFRASTRUCTURES DE TRANSPORT DANS LE SUD-EST DU KRAÏ DE TRANSBAÏKALIE »], sur nedradv.ru (consulté le ).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (ru) Université d'État de Transbaïkalie, Современное состояние и основные направления развития социально-экономической системы Забайкальского края с позиции концептуального и эмпирического подходов [« L'état actuel et les principales orientations de développement du système socio-économique du territoire transbaïkal du point de vue des approches conceptuelles et empiriques »], Tchita,‎ , 218 p. (ISBN 978-5-9293-1991-4, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (ru) Забайкалье Современный путеводитель [« Transbaïkalie Guide moderne »], Moscou, PressPass,‎ , 266 p. (ISBN 978-5-6042323-0-9, lire en ligne [PDF]) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :