Kalmoukie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

République de Kalmoukie
(ru) Респу́блика Калмы́кия
(xal) Хальмг Тангч
Blason de République de Kalmoukie
Armoiries de la Kalmoukie
Drapeau de République de Kalmoukie
Drapeau de la Kalmoukie
Kalmoukie
Administration
Pays Drapeau de la Russie Russie
Région économique Volga
District fédéral Sud
Statut politique République
Création 9 janvier 1957
Capitale Elista
Chef Batou Khasikov (intérim)
Premier ministre Igor Zotov
Démographie
Population 278 733 hab. (2016)
Densité 3,7 hab./km2
Géographie
Superficie 74 731 km2
Autres informations
Langue(s) officielle(s) Russe, kalmouk
Fuseau horaire UTC+4
Code OKATO 85
Code ISO 3166 RU-KL
Immatriculation 08
Liens
Site web http://kalm.ru

La Kalmoukie, ou république de Kalmoukie[a] (en russe : Респу́блика Калмы́кия (Respoublika Kalmykiïa) ; en kalmouk : Хальмг Тангч (Haľmg Tañğç)) est une république de Russie (un sujet de la fédération de Russie). Les habitants de la Kalmoukie sont les Kalmouks.

La Kalmoukie présente la particularité d'être la seule division administrative européenne[b] dont la population, originaire du Khanat dzoungar, est majoritairement bouddhiste.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de la Kalmoukie.

Le pays, dont la superficie est de 74 731 km2, est dominé par la steppe. Le climat y est continental, avec une température moyenne qui varie de −7 °C en hiver à +30 °C en été. Les précipitations varient en moyenne de 170 mm/an (à l'est) à 400 mm/an (à l'ouest).

Histoire et société[modifier | modifier le code]

Portrait d'un Kalmouk par Ilia Répine (1871).

La population de la Kalmoukie est principalement constituée, sur le plan ethnique, de Kalmouks, c'est-à-dire les descendants de Mongols oïrats originaires du Khanat dzoungar, dans l'actuel Xinjiang en Chine, qui furent refoulés vers l'ouest par l'Empereur de Chine Qing Kangxi[réf. nécessaire]. Ils s'établirent alors dans la région du delta de la Volga aux alentours d'Astrakhan dans la fédération de Russie.

Au XVIIIe siècle, certains d'entre eux entreprirent un retour vers leurs territoires ancestraux. Le petit nombre qui atteignit la Chine est aujourd'hui appelé Oïrats (terme qui désigne l'alliance des Mongols occidentaux). Ceux qui restèrent dans la région de la mer Caspienne se désignèrent alors sous le nom de Kalmyks (littéralement « ceux qui sont restés »). Les Kalmouks, soumis aux Tsars, puis au régime soviétique, se sont lentement sédentarisés tout en gardant leur culture et leur langue. Lénine était d’origine kalmouke par ses grands-parents paternels.

En 1943, Staline ordonne la déportation des Kalmouks vers la Sibérie, où la moitié d'entre eux périt. Les Kalmouks furent autorisés à regagner leur région en 1947.

Au début du XXe siècle, de nombreux Kalmouks engagés dans l'armée des Russes blancs ont dû fuir la Russie après la révolution bolchevique. Quelques dizaines de milliers d'entre eux ont aujourd'hui la nationalité française. Jean Djorkaeff, père de Youri Djorkaeff, est d'origine kalmouke. D'autres ont gagné les États-Unis.

Langue[modifier | modifier le code]

Le kalmouk est une langue mongole appartenant au groupe des dialectes oïrates.

Religions[modifier | modifier le code]

Statue de Bouddha dans le centre d’Elista.

En termes de pratique religieuse, la population de la Kalmoukie se répartit comme suit, en 2012[3] :

Les 20 % restants sont essentiellement agnostiques, catholiques ou protestants.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
2002 2010 2016 - -
292 410283 166278 733--
Indice de fécondité
Année Fécondité Fécondité urbaine Fécondité rurale
1990 2,66 2,29 3,09
1991 2,58 2,16 3,09
1992 2,57 2,29 2,87
1993 2,30 1,71 2,84
1994 2,20 1,71 2,68
1995 2,03 1,61 2,44
1996 1,82 1,55 2,07
1997 1,77 1,53 2,01
1998 1,76 1,55 1,96
1999 1,62 1,53 1,72
2000 1,55 1,50 1,59
2001 1,57 1,38 1,78
2002 1,70 1,51 1,90
2003 1,76 1,54 2,00
2004 1,74 1,52 1,97
2005 1,64 1,52 1,76
2006 1,62 1,59 1,64
2007 1,74 1,62 1,85
2008 1,84 1,73 1,93
2009 1,80 1,76 1,83
2010 1,88 1,83 1,92
2011 1,81 1,70 1,89
2012 1,89 1,84 1,93
2013 1,88 1,81 1,94
2014 1,85 1,85 1,85
2015 1,83 1,91 1,76
2016 1,71 1,81 1,62
2017 1,54 1,63 1,46

Économie[modifier | modifier le code]

La Kalmoukie est située dans la région de la basse Volga qui borde la mer Caspienne en Russie : sa population, encore fortement rurale (la population urbaine ne représente que 55,7 % de la population totale) vit principalement de l'élevage ovin, de la pêche et de la production de caviar. Les ressources naturelles du pays comprennent pétrole et gaz.

Politique[modifier | modifier le code]

De 1993 à 2010, avec plusieurs réélections et prolongations de son mandat, le président de la Kalmoukie est Kirsan Ilioumjinov, également président de la Fédération internationale des échecs (FIDE). Ce dernier affiche un visage libéral et a favorisé le renouveau des religions, en particulier du bouddhisme tibétain dans le pays. Plus d'une trentaine de temples bouddhistes étaient dénombrés en Kalmoukie au milieu des années 1990.

Depuis la mainmise sur le pouvoir par ce jeune milliardaire pro-occidental qui a décidé d'attirer coûte que coûte les investisseurs étrangers, la liberté de la presse en Kalmoukie est remise en question par de nombreux observateurs, notamment à la suite de l'assassinat de Larissa Youdina, rédactrice en chef du seul journal d'opposition, le Sovietskaïa Kalmykia Sevodnia, en [4].

En , Kirsan Ilioumjinov est remplacé par Alexeï Orlov[5]. Le , sa démission est acceptée par le président Vladimir Poutine qui nomme Batou Khasikov pour le remplacer à titre intérimaire.

Arts et culture[modifier | modifier le code]

C'est à Elista, capitale de la république, qu'eut lieu le match pour le championnat du monde d'échecs entre Veselin Topalov et Vladimir Kramnik. Il se déroula en 12 parties, du au .

L'enseignement des échecs est aujourd'hui devenu obligatoire dans les écoles kalmoukes.

Avec le président Kirsan Ilioumjinov, ex-champion d'échecs, Okna Tsahan Zam est certainement le Kalmouk le plus connu à l'étranger. Il est poète et chanteur traditionnel.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'usage diplomatique est d'écrire « République de Kalmoukie » (majuscule initiale), selon les préconisations du ministère des Affaires étrangères de la République française[1], mais le Lexique des règles typographiques en usage à l'Imprimerie nationale recommande d'écrire « république de Kalmoukie » (minuscule initiale)[2].
  2. On considère généralement que l'Europe est limitée à l'est par l'Oural et au sud-est par le Caucase.

Références[modifier | modifier le code]

  1. République française (Commission générale de terminologie et de néologie), « Recommandation concernant les noms d’États, d’habitants, de capitales, de sièges diplomatiques ou consulaires (liste établie par le ministère des Affaires étrangères et européennes) », sur legifrance.gouv.fr, (consulté le 1er août 2016).
  2. Lexique des règles typographiques en usage à l'Imprimerie nationale, Imprimerie nationale, [détail de l’édition], p. 142.
  3. (ru) « Атлас религий и национальностей России » (Atlas des religions et nationalités en Russie), Арена,‎ (lire en ligne, consulté le 24 juillet 2017).
  4. Articles à ce sujet dans le Nouvel Observateur [1], le Courrier international [2]& [3] et Regard sur l'Est [4]
  5. Article de l'agence de presse russe RIA Novosti

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]