Char M24 Chaffee

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Char M24 Chaffee
image illustrative de l’article Char M24 Chaffee
Caractéristiques générales
Équipage 5 (Chef de char, tireur, chargeur, pilote et copilote)
Longueur 5,56 m
Largeur 3 m
Hauteur 2,77 m
Masse au combat 18 400 kg
Blindage (épaisseur/inclinaison)
Blindage 9,5 à 38 mm
Armement
Armement principal 1 canon de 75 mm M6 (48 obus)
Armement secondaire 2 Mitrailleuses Browning 1919 (3 750 balles) et 1 mitrailleuse M2 de 12,7 mm (440 balles)
Mobilité
Moteur 2 Cadillac 44T24 soit 16 cylindres
Puissance 220 à 300 ch (164 à 220 kW)
Suspension Barre de torsion
Vitesse sur route 56 km/h (40 en tout terrain)
Puissance massique 11,96 à 16,3 ch/tonne
Autonomie 161 km

Le char M24 Chaffee (ou Light Tank M24) est un char léger produit par les États-Unis et utilisé pendant la Seconde Guerre mondiale et dans les conflits d'après-guerre comme la guerre de Corée. Il est désigné Chaffee par les Britanniques en l’honneur du général Adna Romanza Chaffee, qui a contribué au développement des unités blindées dans l'armée américaine.

Développement et production[modifier | modifier le code]

M24 à Borden.
M24 à Borden.
M24 au musée de Yad la-Shiryon en Israël.

L'expérience au combat a montré plusieurs imperfections des chars légers M3/M5 Stuart, la plus importante d’entre elles étant la faiblesse de son armement. Le développement du T7 se révèle un échec, et ainsi un appel d’offres pour un nouveau char armé d’un canon de 75 mm mais aussi rapide que le Stuart est lancé.

En avril 1943, l’Ordnance et la division Cadillac de la General Motors Corporation commencent à travailler sur ce nouveau projet, sous le nom de Light Tank T24. L’objectif est de maintenir la masse totale armée du véhicule sous la barre des 20 tonnes. Le blindage reste donc faible avec seulement 25 mm d'épaisseur, mais incliné à 60° afin de dévier les obus. Un nouveau canon de 75 mm de masse réduite est mis au point, dérivé de celui du bombardier B-25H. Il a la même balistique que le 75 mm M3 des M4 Sherman, mais emploie un mécanisme de recul différent. Les bureaux d’études optent également pour des chenilles de 16 pouces (40,6 cm) et une suspension de type barre de torsion. Le char a ainsi une silhouette relativement basse et une tourelle où trois hommes peuvent se tenir.

Le 15 octobre 1943, le premier prototype est livré et la production en série commence en 1944 sous le nom de Light Tank M24. L'assemblage a lieu sur deux sites de production : à partir d'avril chez Cadillac et juillet à Massey-Harris. À l'achèvement de la production en août 1945, 4 731 M24 ont quitté ces chaînes de montage. Certains d'entre eux sont fournis aux forces britanniques.

Comportement sur le champ de bataille[modifier | modifier le code]

Un M24 près de Salzbourg en mai 1945.

Les premiers M24 arrivent en Europe en décembre 1944 (l’US 2d Cavalry Group reçoit 34 M-24 en novembre 1944 tandis qu'en France, 17 sont livrés à la compagnie F du 2d Cavalry Reconnaissance Battalion et à la compagnie F du 42d Cavalry Reconnaissance Battalion et aussi au 22e Cavalry Reconnaissance Battalion. Ils sont employés dans le secteur sud de la bataille des Ardennes en décembre 1944). Deux d'entre eux participent à la bataille des Ardennes avec le 740th Tank Battalion de l’US First Army. Les M24s sont prévus pour remplacer les M5, qui sont principalement employés pour surveiller les flancs des forces blindées principales. Ils remplacent lentement les M5, si bien que vers la fin de la guerre beaucoup de divisions blindées sont encore principalement équipées du M5. Quelques divisions blindées ne reçoivent leur premier M24 que juste après la fin de la guerre. Les rapports des divisions blindées qui les reçoivent avant la fin des hostilités sont généralement positifs. Les équipages apprécient ses qualités en tout-terrain et sa fiabilité mécanique et aiment particulièrement la qualité du canon de 75 mm, bien plus efficace que le 37 mm des Stuart. Le M24 n'est pas en mesure de combattre les derniers chars allemands et son faible blindage le rend vulnérable à tous les lance-roquettes allemands, panzerfaust ou encore panzerschreck allemands, mais son canon lui donne plus de chance de battre en retraite sereinement lorsque la situation devient critique. La contribution du M24 à la victoire finale est insignifiante, car ils arrivent trop tard et trop peu nombreux pour remplacer efficacement les M5 dans les divisions blindées.

Durant la guerre de Corée, les M24 sont les premiers chars américains à combattre les T-34 coréens. Le M24 fait pâle figure contre ceux-ci, meilleurs dans tous les domaines et ne détruisent qu'un seul d'entre eux[1]. Ils sont néanmoins plus efficaces lorsqu’ils sont cantonnés à des taches de reconnaissances avec l’arrivée des chars moyens M4 Sherman et lourds M26 Pershing puis M46 Patton.

M24 employé par l'armée française durant la guerre d'Indochine.

Comme d'autres réalisations efficaces de la Seconde Guerre mondiale, le M24 est fourni à beaucoup d'armées autour du globe et est employé dans des conflits locaux longtemps après avoir été remplacé dans l'US Army par les M41 Walker Bulldog. La France emploie des M24 durant la guerre d’Indochine dans des missions de soutien d'infanterie, avec de bons résultats. Certains combattent au cours de la bataille de Dien Bien Phu. En décembre 1953, 10 Chaffee sont démontés et transportés par avion pour fournir un appui-feu à la garnison. Ils tirent environ 15 000 obus au cours du siège avant que les Viet Minh ne prennent le camp en mai 1954. Ce char est observé une dernière fois en action lors de la troisième guerre indo-pakistanaise (1971), où 66 M24 Pakistanais stationnés au Bangladesh sont des proies faciles pour l’armée indienne et ses T-55, PT-76 et autres armes antichars. Bien que l'Iran et l'Irak reçoivent des M24 avant la guerre Iran-Irak, il n'y a aucun compte de leur utilisation pour ce conflit.

Au milieu des années 1970, la Norvège améliore ses M24 en y installant un canon de 90 mm d’origine française avec des stabilisateurs de tir modernisés et un moteur diesel. Ils sont désignés NM-116 et servent jusqu'à leur retrait en 1992-93.

De même, l’armée du Chili démonte le canon de 75 mm et le remplace par un IMI-OTO de 60 mm, un Hyper Velocity Medium Support (HVMS : canon à haute vélocité), leur donnant une efficacité comparable au 90 mm précédents et utilisé jusqu’en 1999.

L’Uruguay quant à elle utilise encore des M24. 1[1]

Versions[modifier | modifier le code]

  • Light Tank T24 - prototype, lançant ensuite la série des Light Tank M24.
  • Light Tank T24E1 - prototype avec un moteur Continental R-975-C4 et une transmission à convertisseur de couple Spicer. 1 véhicule converti depuis le prototype original T24 et testé en octobre 1944. Il possède des performances supérieures au M24 de série mais souffre d’un manque de fiabilité.
Un M24 anti-aérien tire sur une position chinoise durant la guerre de Corée (date inconnue).
  • M19 Gun Motor Carriage : Le moteur est placé au centre de la coque et deux canons jumelés anti-aériens M2 de 40 mm approvisionnés à 336 obus sont montés en arrière de la caisse. La commande initiale d'août 1944 porte sur 904 exemplaires mais seulement 285 sont réalisés.
  • M37 105 mm Howitzer Motor Carriage : Destiné à remplacer les M7 Priest, il emporte un obusier de 105 mm avec 126 obus. Sur les 448 commandés, 316 furent livrés.
  • M41 155 mm Howitzer Motor Carriage (Gorilla) : Version M37 mais avec un obusier de 155 mm, 60 livrés sur les 250 commandés. Des exemplaires sont fournis à l'armée française[2].
  • T77 Multiple Gun Motor Carriage.

M24 avec une nouvelle tourelle armée de 6 mitrailleuses M2 de 12,7 mm.

  • T9, T13 Utility vehicles.

Version sans tourelle de dépannage.

  • T22E1, T23E1, T33 Cargo carriers.

Version sans tourelle de dépannage.

  • T42, T43 Cargo tractors : Version sans tourelle de dépannage, basé sur les T33 mais équipé du convertisseur de couple du M18 Hellcat., le T43 est une version plus légère du T42.
  • T9. Version équipée d’un bulldozer
  • T6E1 Tank recovery vehicle.
  • NM-116 : Version améliorée norvégienne des M24. En 1979, l'armée norvégienne commande la modernisation de 90 M24 en le dotant d'un moteur Diesel et d'un canon de 90 mm (fourni par GIAT Industries)
  • Au milieu des années 1950, la France tentent d’améliorer les aptitudes anti tank du M24 en remplaçant sa tourelle par celle d’un AMX 13 et inversement, certains AMX-13 ont des tourelles de M24.
  • M38 Wolfhound : Prototype de véhicule blindé de reconnaissance à roues armé avec une tourelle de M24.
  • M4 Earth Moving Tank Mounting Bulldozer

Nouveau kit bulldozer adapté sur les M24.

Pays utilisateurs[modifier | modifier le code]

Carte des utilisateurs du M24.

Arabie saoudite, Autriche, Belgique, Cambodge, Chili, République de Corée, Danemark, Espagne, États-Unis, Éthiopie, France, Grèce, Irak, Iran, Italie, Japon, Laos, Norvège, Pakistan, Philippines, Portugal, Royaume-Uni, Taïwan, Thaïlande, Turquie, Uruguay, Viêt Nam du Sud.

Références[modifier | modifier le code]

  • Hunnicutt, R. P. Stuart: A History of the American Light Tank. Novato, California: Presidio Press, 1992. (ISBN 0-89141-462-2).
  • Pierre Petit, M24 Chaffee, le "Panther Pup", in Trucks & Tanks Magazine no 34, Éditions Caraktère, 2012
  • Zaloga, Steven, and Jim Laurier. M24 Chaffee Light Tank 1943–85 (New Vanguard 77). Botley, England: Osprey Publishing, 2003. (ISBN 1-84176-540-6).
  • AAMB, Les chars américains du Musée des blindés, CEDB/AAMB, Saumur, s.d.
  1. (en) Arrigo Velicogna, « Jake Devers' Tank The M26 Pershing, Part Two », sur Avalanche Press, (consulté le 10 janvier 2016).
  2. www.chars-francais.net 1956 M 41 155.

Liens externes[modifier | modifier le code]


Sur les autres projets Wikimedia :