Flottille 12F

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Flottille 12F "Les Lascars"
Image illustrative de l’article Flottille 12F
Blason de la 12F

Création
Pays Drapeau de la France France
Allégeance Marine nationale
Branche Aéronautique navale
Type Chasse-bombardement
Rôle Appui aérien
Bombardement
Défense aérienne
Dissuasion nucléaire
Ravitaillement en vol
Reconnaissance
Garnison BAN Landivisiau
Surnom La Douzeff
Les Lascars
Mascotte Donald Duck
Équipement Dassault Rafale
Guerres Guerre d'Indochine
Guerre d'Algérie
Guerre de Bosnie-Herzégovine
Guerre du Kosovo
Guerre d'Afghanistan
Crise ivoirienne
Guerre civile libyenne
Décorations Croix de guerre 1939-1945
Croix de guerre des TOE
Commandant Capitaine de frégate CF

La flottille 12F est une unité de combat de l'Aéronautique navale française créée le . Sa mission principale est la chasse/interception. Toujours active, c'est la première unité aérienne au monde à avoir été équipée de Dassault Rafale, aujourd'hui au nombre de 14 en ligne[1]. La flottille 12F et sa sœur la flottille 11F, aussi opérationnelle sur Rafale, sont les seules unités aéronavales au monde à mettre en œuvre une capacité d'attaque nucléaire dans le cadre de la composante Force Aéronavale Nucléaire (FANu) des forces nucléaires françaises[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Le Vought F-8(FN) Crusader N° 32, ici en 1983, sera l'un des 12 derniers Crusader en ligne dans la 12F en 1999.
Les Rafale de la 12F sur le pont du Charles de Gaulle

La flottille 12F est créée le sur la BAN Hyères Le Palyvestre. Elle est équipée de Supermarine Seafire puis de Grumman F6F Hellcat, et engagée en Indochine entre septembre 1952 et juin 1953. Après avoir été transformée sur Chance Vought F4U-7 Corsair, elle retournera en Indochine quelques mois en 1955, puis participe aux opérations en Algérie française à partir de mai 1956. Durant la guerre d'Algérie, elle est engagée entre autres le 8 février 1958 au bombardement de Sakiet Sidi Youssef en Tunisie. elle perd plusieurs appareils accidentellement, ainsi que, le 30 août 1957, le seul Corsair abattu par l'ennemi[3].

Notons une expérimentation au début de l'année 1959, quelques Corsair ont été armés de SS 11. Le missile était guidé depuis l'avion. Le pilote tirait alors à deux kilomètres environ de la cible, à basse altitude. Il lui fallait diriger l'engin à l'aide d'un petit manche, de la main droite, et continuer à piloter l'avion de la main gauche. Malgré de très bons résultats, cet armement ne fut jamais déployé en Algérie[3].

Dissoute le , la 12F est réarmée le sur la BAN Lann-Bihoué et équipée de Vought F-8(FN) Crusader (qu'elle conservera pas moins de 34 ans). La flottille s'installe sur la BAN Landivisiau en août 1968 et participe à diverses opérations extérieures, notamment lors de l'indépendance de Djibouti, au Liban et en soutien de la FORPRONU en ex-Yougoslavie.

La 12F est à nouveau dissoute le , lors du retrait des 12 derniers Crusader[4], puis réactivée le pour recevoir les premiers Rafale livrés à aviation navale française. La flottille opérera dès 2001 sur le porte-avions nucléaire Charles-de-Gaulle lors de l’opération Héraclès en océan indien[5], elle sera déclarée opérationnelle sur cet avion le , après trois ans d'expérimentation et de mise au point. Les Rafale de la 12F ont participé à des missions d'appui aérien rapproché en Afghanistan à partir de mars 2007[6], effectuant le premier largage réel de bombes par cet avion quelques jours plus tard[7].

En octobre 2017, quatre Dassault Rafale M des flottilles 11F et 12F, sont envoyés sur la base aérienne projetée (BAP) Prince-Hassan en Jordanie, dans le cadre de l'opération Chammal[8].

Bases[modifier | modifier le code]

Appareils[modifier | modifier le code]

Un Rafale aux couleurs de la flottille 12F

Fanion[modifier | modifier le code]

Le 11 novembre 2011, son fanion est décoré de la croix de la valeur militaire avec une palme pour sa participation aux opérations Licorne (Côte d'Ivoire) et Pamir (Afghanistan)[9].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Véronique Sartini, « L'autre porte-avions... : La BAN de Landivisiau », Défense et Sécurité internationale,‎ , p. 71 (ISSN 1772-788X)
  2. « LA FORCE AÉRONAVALE NUCLÉAIRE (FANU) ÉLARGIT LA PALETTE DES MOYENS DONT DISPOSE LE POLITIQUE POUR ASSURER LA PROTECTION DES INTÉRÊTS VITAUX DE LA NATION », sur Cols Bleus-MARINE NATIONALE, (consulté le )
  3. a et b Patrick-Charles Renaud, « Corsair aux portes du désert » (consulté le ).
  4. Jean-Michel Roche, Alexandre Gannier, « Vought F-8E (FN) Crusader », sur Netmarine, (consulté le ).
  5. Digidust Corp, « La flottille 12F fête ses 70 ans ! | colsbleus.fr : le magazine de la Marine Nationale », sur www.colsbleus.fr (consulté le )
  6. Afghanistan : les Rafale Marine F2
  7. Afghanistan : première utilisation d’un Rafale dans une opération au sol (29.03.07)
  8. Loïc, « Chammal : Les Rafale M regagnent la Jordanie, pour la troisième fois », Defens'Aero,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. Attribution de Croix de la valeur militaire