Landing Vehicle Tracked

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant les forces armées des États-Unis image illustrant la Seconde Guerre mondiale
Cet article est une ébauche concernant les forces armées des États-Unis et la Seconde Guerre mondiale.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Landing Vehicle Tracked (LVT)
Un Landing Vehicle Tracked (LVT-4)
Un Landing Vehicle Tracked (LVT-4)
Caractéristiques de service
Utilisateurs Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de la France France
Conflits Seconde Guerre mondiale
Guerre d'Indochine
Guerre de Corée
Production
Concepteur Donald Roebling (en)
Année de conception 1935
Constructeur FMC Corporation
Unités produites 2 962
Caractéristiques générales
Équipage 3 + 30 passagers
Longueur 7,95 m
Largeur 3,25 m
Hauteur 2,49 m
Masse au combat 16,5 tonnes
Blindage (épaisseur/inclinaison)
Blindage 6 - 13 mm
Armement
Armement principal 2 mit. Browning M2
Armement secondaire 2 mit. Browning 1919
Mobilité
Moteur moteur en étoile
Puissance 250 ch
Vitesse sur route 32 km/h (sur route)
12 km/h (dans l'eau)
Puissance massique 150 ch/tonne
Autonomie 240 km (sur route)
80 km (dans l'eau)

Les Landing Vehicles Tracked (LVT) étaient une classe de véhicules amphibies de débarquement utilisés par la Marine américaine, le Corps des Marines des États-Unis et l'Armée de terre des États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale. Initialement conçus uniquement comme transporteurs de fret pour navire, ils ont rapidement évolué pour transporter des troupes d'assaut et des véhicules blindés. Dans l'armée américaine, ils étaient aussi couramment amtrack d'après la contraction du mot amphibious tractor (tracteur amphibie en anglais).

Ils pouvaient atteindre une vitesse maximale de 32 km/h (12 km/h dans l'eau) et accueillir jusqu'à 30 passagers.

Historique[modifier | modifier le code]

Des LVT-4 lors de la bataille d'Iwo Jima en 1945.

Les Amtracs ont une origine civile. C'est un ingénieur américain du nom de Donald Roembling qui a pensé à ce genre d'engin pour la première fois. Il eut cette idée après un ouragan en Floride en 1935 car les secours avaient du mal à opérer dans les Everglades. Soit les embarcations étaient bloquées par la boue ou la mangrove, soit les véhicules terrestres ne pouvaient accéder sur les lieux faute de routes. Il construisit donc un engin mixte entre un bateau et un camion pouvant se déplacer à la fois sur l'eau et sur la terre.

L' engin est découvert quelque temps plus tard par les Marines. Cette découvert tombe à pic puisque ceux-ci cherchent depuis un certain moment une solution pour débarquer la logistique sur les plages lors de débarquements. Ainsi, ils évitent d'utiliser à la fois des barges ou des bateaux pour déplacer la marchandise de la mer à la terre et ensuite un autre véhicule pour la distribuer à terre. C'est à Guadalcanal en août 1942 que les LVT-1 subissent le baptême du feu. Leur utilité est avérée aussi bien pour débarquer de la logistique que pour transporter des troupes. Leur utilité sera vraiment admise lors de la bataille de Betio (île de l'archipel de Tarawa entourée par un récifs de corail). Les barges d'assaut n'arrivant pas à passer cette barrière de corail, c'est les LVT-1 et les nouveaux LVT-2 (légèrement blindé) qui furent utilisés pour faire débarquer les Marines sur la plage. Après ça, ils seront utilisés chaque fois que des troupes devaient débarquer sur une plage.

Sur le front européen, les LVT portaient le nom de « Buffalo » et ne furent utilisés qu'à la fin de la guerre par les armées canadienne et américaine lors de la bataille de l’Escaut, de l'opération Plunder et lors de la traversée de l'Elbe en 1945. Cette version était motorisée par un moteur de char Stuart. 2 962 exemplaires furent au total produits.

Après la Seconde Guerre mondiale, ils continuent d'être utilisés par l'armée française pendant la guerre d'Indochine et lors de la crise du canal de Suez puis pendant la guerre de Corée par l'armée américaine.

Évolution[modifier | modifier le code]

Il a existé plusieurs versions du LVT lors de la seconde Guerre Mondiale. Ces modèles ont évolué au fil des combats dans lesquelles ils ont été impliqués. Au début, ils étaient peu blindé et servaient uniquement pour le transbordement de fret.

Par la suite, ils ont été convertis en véhicule amphibie transporteur de troupes et au fil des améliorations, étaient dotés de mitrailleuses et d'une porte à l’arrière du véhicule (LVT-3 et 4) afin de faire débarquer les troupes à l'abri de celui-ci. Plus tard lors de la guerre du Pacifique, des versions améliorées ont été mises au point. Ce sont les LVT(A) (pour Landing Vehicles Tracked Armored - Amtanks), mieux blindés et armés d'un canon de 37mm ou d'un obusier de 75mm pour déloger l'infanterie retranchée. Dans les années 1950, les anciens LVT en service seront progressivement remplacés par des AAV-7A1.

Les Amtracs et Amtanks symbolisent la réussite d'une machine crée pour répondre à un problème urgent. Ils sont aussi les produits de la doctrine amphibie naissante de l'armée des Etats-Unis.

Il est aussi intéressant de noter que le mode de propulsion de ces engins était simple et ingénieux quoique peu performant. Les chenilles des Amtracs et Amtanks étaient dotés de palettes qui lorsque ces véhicules sont dans l'eau agissent comme une roue à aube et assure la propulsion. Les modèles récents d'engins amphibies sont dotés d'hélices débrayables ou d'hydrojets.


Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Amtrac : effacer les plages pour mieux les conquérir. », Guerres et Histoire, no 29,‎ , p. 74-78.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]