Flottille 11F

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Flottille 11F
Image illustrative de l’article Flottille 11F
Blason de la 11F

Création
Pays Drapeau de la France France
Allégeance Cocarde-aviation-marine.svgMarine nationale
Branche Aéronautique navale
Type Chasse-bombardement
Rôle Appui aérien
Bombardement
Défense aérienne
Dissuasion nucléaire
Ravitaillement en vol
Reconnaissance
Garnison BAN Landivisiau
Surnom La Furieuse
Équipement Dassault Rafale M
Guerres Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Guerre d'Indochine
Guerre d'Algérie
Guerre du Liban
Guerre de Bosnie-Herzégovine
Guerre du Kosovo
Guerre d'Afghanistan
Guerre civile libyenne
Batailles Bataille de Diên Biên Phu
Décorations Médaille militaire
Croix de guerre 1914-1918
Croix de guerre 1939-1945
Croix de guerre des TOE

La flottille 11F est une unité de combat de l'Aéronautique navale française. Héritière des traditions de l'escadrille B102, qui combattit pendant la Première Guerre mondiale[1], elle est de ce fait considérée comme la plus ancienne unité de chasse de l'aéronavale. La 11F est équipée depuis septembre 2011 de Dassault Rafale et sa mission principale est l'assaut maritime et terrestre, de jour comme de nuit. La flottille 11F et sa sœur la Flotille 12F sont les seules unités aéronavales au monde à mettre en œuvre une capacité d'attaque nucléaire dans le cadre de la composante Force Aéronavale Nucléaire (FANu) des forces nucléaires Française[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Un Super Étendard de la flottille 11F durant le Tiger Meet de 2007.

La flottille 11F est officiellement créée le sur la base de la flottille 1F[3], dont elle reprend les personnels, équipements, missions et traditions. Elle est aussitôt envoyée combattre en Indochine, où elle participe à la défense de Diên Biên Phu.

La flottille reçoit ses premiers avions à réaction (des Aquilon) en avril 1955 et participe à la guerre d'Algérie en 1958 et 1959. Elle sera dissoute une première fois le et réarmée le . Dissoute à nouveau le , elle est reconstituée le et passe à l'occasion sur Étendard IVM. Les premiers appontages sur le porte-avions Clemenceau ont lieu en septembre 1963. En mai 1967, la 11F quitte la BAN Hyères Le Palyvestre pour s'installer sur la BAN Landivisiau.

Équipée de Dassault Super-Étendard à partir de septembre 1978, la 11F reçoit alors la mission d'assaut maritime et terrestre, de jour comme de nuit. Ses avions sont armés en particulier de missiles anti-navires AM-39 Exocet, et aptes à l'emport de la bombe nucléaire AN-52. Ils participent à l'opération Olifant au Liban en 1983. En 1989, le missile de croisière ASMP remplace l'AN-52 pour les missions de frappe nucléaire.

La flottille 11F est déployée en Adriatique de janvier 1993 à février 1995 (mission Balbuzard), et participe aux opérations de la FORPRONU en ex-Yougoslavie. À partir de fin 1995, elle reçoit des Super-Étendard modernisés, capables de larguer et de guider des bombes guidées par laser. En 1999, la 11F participe à l'Opération Allied Force en Serbie et au Kosovo, effectuant plus de 400 sorties et traitant 85 objectifs.

De retour en France, la flottille participe (en 2000-2001) aux essais du porte-avions Charles de Gaulle puis à ses premières croisières. Ses Super-Étendard sont à nouveau modernisés, passant au standard 4 puis au standard 5. Un déploiement en Afghanistan est effectué de février à mai 2007.

Depuis fin 2010, elle commence sa conversion sur Dassault Rafale M. Le lundi , elle devient la deuxième flottille transformée sur cet avion, les SEM étant progressivement transférés à la flottille 17F. Elle dispose à cette date de 19 pilotes, l'objectif étant d'avoir 15 pilotes opérationnels sur Rafale lorsque la dotation prévue de 15 de ces avions sera atteinte au milieu des années 2010[4].

La flottille 11F est souvent représentée dans la chaîne YouTube " CHASSE EMBARQUEE ", filmée par des GoPro.

En octobre 2017, quatre Dassault Rafale M des flottilles 11F et 12F, sont envoyés sur la base aérienne projetée (BAP) Prince-Hassan en Jordanie, dans le cadre de l'opération Chammal.

NATO Tiger[modifier | modifier le code]

La Flottille 11F est membre de la NATO Tiger Association. En effet, bien qu'elle n'a pas de tigre comme symbole, la 11F ayant été affectée sur le Clemenceau dont le symbole était le tigre, elle en a conservé cet héritage. En 2008, elle accueille le NATO Tiger Meet sur la base d'aéronautique navale de Landivisiau.

Elle participe régulièrement aux éditions quand le calendrier des opérations le permet, et reçoit à Landivisiau le rendez-vous 2017 du Tiger Meet du 05 au 16 Juin.

Bases[modifier | modifier le code]

Un Super-Étendard de la 11F

Appareils[modifier | modifier le code]

F6F-5 Hellcat

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le , l'escadrille B102 devient l'AC1 (AC pour Avions de Chasse) qui est reconnue officiellement comme unité militaire à part entière en 1922. Après avoir été désignée C10 puis 7C3 puis 7C1, l'unité retrouve sa désignation AC1 en 1938 et participe un peu plus tard à la Bataille de France.
  2. « LA FORCE AÉRONAVALE NUCLÉAIRE (FANU) ÉLARGIT LA PALETTE DES MOYENS DONT DISPOSE LE POLITIQUE POUR ASSURER LA PROTECTION DES INTÉRÊTS VITAUX DE LA NATION », sur Cols Bleus-MARINE NATIONALE, (consulté le 13 mai 2015)
  3. La flottille F1C a été créée le par regroupement des escadrilles AC1 et AC2. Elle est stationnée sur la BAN Karouba puis sur la base aérienne 155 Casablanca et enfin sur la BAN Port-Lyautey. Renommée flottille 1F le puis dissoute le , elle est reconstituée sur la BAN Hyères Le Palyvestre en octobre 1945.
  4. Guillaume Steuer, « La flottille 11F », Air et Cosmos, no 2280,‎ , p. 32-33 (ISSN 1240-3113)