Oberhoffen-sur-Moder

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Oberhoffen.
Oberhoffen-sur-Moder
Oberhoffen-sur-Moder
Ancienne cloche du village d'Oberhoffen-sur-Moder fondue en 1850 par Jean-Louis Edel (1810-1887) et conservée au musée historique de Strasbourg.
Blason de Oberhoffen-sur-Moder
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Bas-Rhin (Strasbourg)
Arrondissement Haguenau-Wissembourg
Canton Bischwiller
Intercommunalité C.A. de Haguenau
Maire
Mandat
Günter Schumacher
2014-2020
Code postal 67240
Code commune 67345
Démographie
Gentilé Oberhoffenois(es)
Population
municipale
3 441 hab. (2015 en augmentation de 4,15 % par rapport à 2010)
Densité 241 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 47′ 05″ nord, 7° 51′ 52″ est
Altitude Min. 121 m
Max. 142 m
Superficie 14,25 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Oberhoffen-sur-Moder

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Oberhoffen-sur-Moder

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Oberhoffen-sur-Moder

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Oberhoffen-sur-Moder
Liens
Site web www.ville-oberhoffen.fr

Oberhoffen-sur-Moder est une commune française située dans le département du Bas-Rhin, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le ban d'Oberhoffen est délimité au nord par l'ancienne voie romaine Brumath - Seltz ; il suit ensuite de l'ouest au sud le cours de la Moder jusqu'à Rohrwiller et de là se trace une ligne parallèle à la voie romaine jusqu'aux limites de Schirrhein pour ensuite rejoindre à nouveau cette ancienne voie. Ce même ban se compose de deux niveaux, composés par la terrasse sablonneuse du cône de déjection de la Moder et la basse terrasse du Rhin.

La commune est baignée par la Moder.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'hôpital de Haguenau a des terres à Oberhoffen-sur-Moder en 1207. Mais son histoire est beaucoup plus ancienne, comme le démontre la découverte de haches en pierre conservées au musée de Haguenau. D'après M. Hatt et Zumstein, il existait un campement de nomades de l'âge du bronze à Oberhoffen-sur-Moder. À l'époque mérovingienne l'histoire d'Oberhoffen-sur-Moder est très étroitement liée à l'abbaye d'Arnulfsau, située aux confins du ried vers Drusenheim. L'ancien saint de la paroisse, Saint Mathieu provient de cette époque. Plus tard Oberhoffen-sur-Moder devient un lieu de pèlerinage dédié à sainte Riedchilde enterrée là avec ses sept enfants. Terre pauvre, les gens y vivent d'élevage grâce aux prairies du ried. La culture du safran permet d'améliorer l'ordinaire. Il semble que la culture de la garance en quantité industrielle du XVIIIe siècle n'ait guère profité au village, mais il allait se rattraper par la suite grâce au pasteur Ehrenpfort qui y introduit la culture du houblon. En 1836 eut lieu un procès entre les éleveurs d'Oberhoffen-sur-Moder et des propriétaires de Bischwiller à propos de droits de vaine pâture, un vieux conflit d'ailleurs d'où Oberhoffen-sur-Moder sortit victorieux. Oberhoffen-sur-Moder n'est pas cité dans les vieilles chartes de Wissembourg, mais son territoire semble correspondre à la marche de Semheim qui, fait troublant, a ses limites le long de la Moder ; une autre rivière est citée dans la charte, Flad-aha qu'on peut facilement assimiler à la rivière d'origine phréatique le Fallgraben.

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason d'Oberhoffen-sur-Moder

Les armes d'Oberhoffen-sur-Moder se blasonnent ainsi :
« De gueules à l'éperon d'argent posé en pal, la molette en chef, adextré d'une étoile d'or et senestré d'un croissant tourné du même. »[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie d'Oberhoffen.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1971 2001 Charles Christmann    
2001 2008 Pierre Schuster    
2008 2014 Frederic Schott    
2014 en cours Günter Schumacher[réf. nécessaire]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Démographie du Bas-Rhin.


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[3].

En 2015, la commune comptait 3 441 habitants[Note 1], en augmentation de 4,15 % par rapport à 2010 (Bas-Rhin : +1,89 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
560 578 707 885 1 086 1 114 1 195 1 315 1 350
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
1 482 1 709 1 939 1 831 1 893 1 952 2 050 2 036 2 142
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 168 2 183 2 203 2 093 2 086 2 213 2 188 1 530 1 939
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
2 239 2 349 2 459 2 711 2 930 2 944 3 101 3 123 3 390
2015 - - - - - - - -
3 441 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église protestante Saint-Michel d'Oberhoffen.

Événements et fêtes à Oberhoffen-sur-Moder[modifier | modifier le code]

  • Le dimanche après le 29 septembre, Saint-Michel : messti du village.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Didier Meyer, pasteur, médaille d'or de la ville de Menton (2016), citoyen d'honneur de la commune libre du Careï-Menton.
  • Sébastien Loeb, champion WRC de rallye.
  • Charles Miller, maire, général, industriel aux États-Unis, né à Oberhoffen le .

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville d'Oberhoffen-sur-Moder est jumelée avec[6] :

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) M. Heinrich, Geschichte und Geschichten von Oberhoffen,
  • Mémoire pour les sieurs Abraham Bertrand et consorts, appelans ; contre la commune d'Oberhoffen,intimée.1837

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur http://www.labanquedublason2.com (consulté le 24 mai 2009)
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  6. « Jumelage »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 22 septembre 2017)