AMX-13 VCI

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir VCI.

AMX-13 VCI
Image illustrative de l’article AMX-13 VCI
AMX VCI au Yad la-Shiryon Museum (Israël)
Caractéristiques générales
Équipage 1 pilote

+ 1 chef de char + 1 radio tireur

+ 10 fantassins[1]
Longueur 5,59 m[1]
Largeur 2,51 m[1]
Hauteur 2,40 m[1]
Masse au combat 13,5 tonnes[1]
Armement
Armement principal canon de 20 mm, mitrailleuse de 12,7 mm ou 1 mitrailleuse de 7,5 mm[1]
Mobilité
Moteur essence
Vitesse sur route 60 km/h[1]
Puissance massique
Autonomie
Vue arrière d'un AMX-13 VTT

L'AMX-13 VCI (pour « véhicule de combat d'infanterie ») est une des multiples variantes du char léger français AMX-13. Il fut utilisé par l'armée française avant d'être remplacé par l'AMX-10 P, lui-même remplacé par le VBCI à partir de 2008.

Production[modifier | modifier le code]

AMX-13 VCI de la Gendarmerie mobile exposé à Satory.

Le prototype sort d'atelier en 1955. La production commence en 1957 aux ateliers de construction de Roanne, puis la production passe chez Creusot-Loire pour permettre la fabrication de l'AMX-30 à Roanne. Environ 3400 ont été produits jusqu'en 1973[2].

Description[modifier | modifier le code]

Il transporte dix fantassins[3]. Cet engin est appelé AMX-13 VTT (véhicule de transport de troupe) quand il reçoit un tourelleau CAFL 38 armé d'une mitrailleuse de 7,5 mm (Arme Automatique Modèle 1952) ou l'affût blindé Giat CB 127 équipé d'une Browning M2 de 12,7 mm[4]. Les dernières versions montaient une tourelle équipée d'un canon à tir rapide de 20 mm, la T20-13 ou Toucan I[5].

Variantes[modifier | modifier le code]

AMX-13 VTT français avec tourelleau CAFL 38 en manœuvre en 1972.

L'AMX-13 VCI a servi de base à plusieurs variantes[1] :

  • PC et PC Officier de tir (pour l'artillerie)
  • VCA : Véhicule Chenillé d'Accompagnement
  • VCG : Véhicule de combat du génie. Armé d'une mitrailleuse de 12,7 mm, il est équipé d'une lame Dozer, d'une grue de 4,5 t démontable et d'un treuil hydraulique. Il embarque 7 pionniers (en plus des 3 hommes d'équipage) et leurs outils[6].
  • RATAC : Radar d'Acquisition et de Tir pour l'Artillerie de Campagne
  • VTB (Sanitaire) : Véhicule de Transport de Blessés
  • Cargo
  • Porte-mortier
  • Porte-missile antichar SS 11

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g et h « AMX 13 VCI », sur chars-francais.net,
  2. a b c d e f g h i et j « AMX VCI », sur army-guide.com (consulté le 9 juin 2018)
  3. a b et c « AMX-13 VCI blindé de transport de troupe - Armoured personnel carrier », sur ArmyRecognition.com (consulté le 9 juin 2018)
  4. Christopher F. Foss, Jane's, Armour and Artillery, vol. 23, ed. Jane's Publishing Company Limited, 2002, p. 296
  5. tourelle développée par la Manufacture Nationale d’Armes de Saint-Etienne (Lesavre et de Launet 2007, p. 53-54 et planche 18)
  6. « AMX 13 VCG », sur chars-francais.net,
  7. https://www.cairn.info/revue-courrier-hebdomadaire-du-crisp-1981-10-page-1.htm#no73
  8. David Delporte, « Ordre de bataille de l’armée de terre au 1er janvier 1989 », sur Armée française en 1989, (consulté le 5 mars 2015).
  9. David Delporte, « Les unités d'infanterie », sur Armée française en 1989, (consulté le 5 mars 2015).
  10. (nl) Piet F. van den Heuvel et Alfred Staarman, « AMX voertuigen in de Koninklijke Landmacht, 1961-1983 » [archive du ]
  • René Lesavre et Michel de Launet, Les armements de défense antiaérienne par canons et armes automatiques, Paris, Centre des hautes études de l’armement, division Histoire de l’armement, coll. « Comité pour l’histoire de l’armement terrestre » (no 8-3), , 113 p.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]