Berliet GBC8 6x6 Gazelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Berliet GBC 6x6 « Gazelle »
Berliet GBC8 6x6 Gazelle
Berliet GBC 6x6 Gazelle cabine M

Marque Drapeau : France Berliet
Années de production 1957 à 1977
Classe Camion de moyen tonnage
Usine(s) d’assemblage Vénissieux
Moteur et transmission
Moteur(s) Berliet polycarburant et diesel : 5 cylindres 7,9 litres
Puissance maximale à 2.100 tr/min : 125 ch
Transmission 6x6 - 5 rapports
Poids et performances
Poids à vide P.T.A.C. 12.500 kg
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Cabine arrière monocoque

Le Berliet GBC8 « Gazelle » est un camion à cabine arrière présenté par Berliet en octobre 1957 et fabriqué jusqu'en 1977 dans l'usine de Bourg-en-Bresse.

Histoire[modifier | modifier le code]

Lors d'un voyage au Sahara en 1956, Paul Berliet se met au volant d'un GLB 4x4 et constate, avec grand étonnement, que ce camion ne correspond pas du tout aux besoins des transports de l'industrie pétrolière en terrain désertique. Le camion est déséquilibré, car trop chargé sur l'essieu avant, la charge utile et le moteur sont largement insuffisants. De retour en France, il confie à Jean Girard, responsable des véhicules incendie à Paris, la conception d'un petit véhicule, la « Gazelle ». Il décide également que l'usine de Courbevoie fabriquerait ce camion car elle n'était pas trop éloignée des plages d'Ermenonville, terrain d'essai idéal. Jean Girard, ancien responsable du bureau d'études de Laffly, avait acquis une certaine expérience en matière de tout-terrain militaire.

Le nouveau Berliet GBC8 6x6 « Gazelle », avec ses trois essieux simples, disposait, lui, d'une bonne répartition des masses, mais capable de transporter des charges limitées, de 4 à 5 tonnes au maximum.

La version militaire[modifier | modifier le code]

Les cinquante premiers exemplaires de « Gazelle » sont en fait des GLC8 6x6 produits sur commande pour l'industrie pétrolière en 1957. Ils sont parfaitement reconnaissables à leurs joues de capot.

Les militaires, comme toujours depuis la libération de 1945, liés uniquement aux constructeurs français, suivent de près les essais du nouveau petit camion Berliet et apprécient les capacités de franchissement du véhicule. Dès sa disponibilité sur le marché, ils vont passer une commande pour équiper les troupes engagées dans la guerre d'Algérie et ainsi enfin pouvoir commencer à remplacer les antiques GMC CCKW datant de la Seconde Guerre mondiale.

Au cours de la période 1957-1962, le GBC8 reçoit la cabine "M" qui équipe la gamme routière GLC-GLR-GLM de l'époque. Certaines versions du GBC8 sont renommées GBA pour quelques rares marchés d'exportation.

Berliet GBC 8KT 6x6 cabine M2

Lancé en , le modèle tout-terrain GBC8 6x6 « Gazelle » à moteur 5 cylindres servira de base au GBC 8KT à cabine décapotable dite torpédo destiné à remplacer le célèbre et vieillissant GMC CCKW datant de la Seconde Guerre mondiale. Équipé d'un moteur polycarburant (essence ou alcool), le GBC 8KT fera l'objet d'une importante commande de l'armée française déjà équipée de GBC 8 « Gazelle ».

En [1], le capot du GLR devient carré tandis que la cabine s'appelle M2. À partir de 1962, le GBC8 KT 6x6 devient la principale version fabriquée. Cette version « KT » dispose d'une cabine découvrable, type torpédo. La plupart des GBC8 KT ont été carrossés avec une caisse cargo, un plateau à ridelles bâché avec des bancs longitudinaux.

La seconde vie des « Gazelles »[modifier | modifier le code]

Au milieu des années 1990, l'armée française, en manque de moyens financiers pour remplacer les anciens GBC8, décide de les rénover. Pour ce faire, Berliet, entre-temps racheté et intégré dans Renault Véhicules Industriels, est chargé de conserver les châssis, ponts, arbres, boîte de transfert, freins à tambours et les jantes des vieux camions et de remplacer la cabine, le moteur polycarburant, l'embrayage, la boîte de vitesses et les circuits électriques par des éléments neufs. L'ancien et obsolète moteur Berliet de 125 ch est remplacé par un moteur Renault 06.02.26 développant 175 ch avec un couple de 575 Nm accolé à une boîte de vitesses Eaton à 6 rapports.

Livré à partir de 1998, le « nouveau » Renault GBC 180 pèse entre 7 471 et 9 031 kg à vide pour un PTAC maxi de 12 800 kg ou un PTRA de 18 800 kg. Ils ont été reconstruits dans l'usine Renault de Limoges et deviendront des GBC 180. La modernisation consistera en un changement de moteur et à l'adoption de la cabine fermée type « C » de la gamme chantier Renault.

Les motorisations[modifier | modifier le code]

Lors de sa présentation, le GBC8 6x6 Gazelle version civile, était équipé d'un moteur diesel Berliet 5 cylindres de 7 917 cm3 développant 125 Ch à 2 100 tr/min. Comme la plupart d'entre eux, le filtre à air est implanté sur l'aile gauche ce qui confirme que le moteur diesel est bien équipé d'une injection licence MAN. Lorsque le filtre à air est placé sur le côté droit, il s'agit d'une injection licence Ricardo dont 211 exemplaires ont été livrés à l'armée française en 1958-1959 avec moteur polycarburant.

Selon la tradition militaire, les moteurs diesel ne sont pas de règle. Berliet a mis au point une version polycarburant de son moteur diesel pour l'armée française développant la même puissance. Un « K » désigne ce type de motorisation. C'est ainsi que l'on trouve les versions GBC8 MT 6x6 et GBC8 KT 6x6. Il faut toutefois signaler que l'on a trouvé quelques rares exemplaires de tracteurs « Gazelle » en 6x4 tractant des semi-remorques grumiers. Vu la faible capacité de charge du modèle, cette configuration est pour le moins extravagante.

C'est en collaboration avec Herwaythorn que Jean Girard a créé la « Gazelle » en utilisant un mélange de composants mécaniques disparate : une boîte de vitesses Berliet à 5 rapports existante, une boîte de transfert HWT à 2 rapports, un pont arrière de série modifié en pont avant avec adaptation HWT et un tandem arrière réalisé avec 2 ponts de série. La boîte de vitesses Berliet 5 rapports sera rapidement remplacée par une boîte ZF à 6 rapports, plus fiable et plus facile à manier. Sur route, la boîte de transfert fait de la Gazelle un 6x4 qui se transforme en 6x6 en tout terrain. Le blocage des différentiels des ponts arrières est en option.

Le Berliet GBC8 6x6 Gazelle a pu être homologué par l'OTAN comme petit camion de 4 tonnes utiles.

La famille Gazelle[modifier | modifier le code]

Le camion de faible tonnage Berliet GBC8 6x6 Gazelle, fabriqué à quasiment 32.000 exemplaires (le nombre exact n'est pas connu) dans l'usine de Bourg-en-Bresse, dans l'Ain, a donné lieu à de très nombreuses versions civiles comme militaires.

Les différentes versions ont été équipées de cabines ouvertes ou fermées M & M3. Le moteur Berliet a été décliné en version diesel, essentiellement pour les usages civils et polycarburant pour les militaires.

Les applications du véhicule, bien que de faible tonnage 3,5 à 5 tonnes maximum, sont très variées. En version civile, ils ont été utilisés en tarière, pour les sondages, nacelles élévatrices et transports en tout terrain. En version militaire,

Curiosité[modifier | modifier le code]

Au cinéma, tout au long du film Cent mille dollars au soleil d'Henri Verneuil (Gaumont, 1964), on peut voir Lino Ventura au volant d'une Gazelle GBC 8 qui poursuit Jean-Paul Belmondo parti en TLM (T comme tracteur) et Bernard Blier qui conduit un TBO 15.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Gabriel Jeudy, Les camions de chez nous en couleurs, éditions E.T.A.I.

Bibliographie[modifier | modifier le code]