Ligne 1 du tramway de Valenciennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ligne T1
Rame tramway devant la gare de Valenciennes le 28 mai 2012.
Rame tramway devant la gare de Valenciennes le 28 mai 2012.
Carte

Réseau Tramway de Valenciennes
Ouverture
Dernière extension
Terminus Université
Anzin Hôtel de Ville
Espace Villars
Exploitant Transvilles (RATP Dev)
Conduite (système) Conducteur
Matériel utilisé Alstom Citadis 302
Dépôt d’attache Saint-Waast
Points d’arrêt 28
Longueur 18.3 km
Temps de parcours 45 min
Distance moyenne entre points d’arrêt 678 m
Communes desservies 8
Jours de fonctionnement Tous les jours
Lignes connexes  T2 

La ligne T1 du tramway de Valenciennes est une ligne de tramway entrée en service en 2006, originellement sous le nom de Ligne 1 puis Ligne A entre 2010 et 2014, pour enfin redevenir Ligne T1.

Historique[modifier | modifier le code]

Compte tenu des contraintes financières du SITURV, la réalisation de la ligne a été réalisée en plusieurs phases :

  • Université - Dutemple, longue de 9,5 kilomètres et comprenant 19 stations
  • Dutemple - Espace Villars, longue de 8,5 kilomètres et comprenant neuf stations[1]

La première ligne du réseau est ouverte au service commercial depuis le 3 juillet 2006 sous le nom de ligne A. Longue de 9,5 km, cette ligne dessert huit communes de l'agglomération : Valenciennes, Famars, Aulnoy-lez-Valenciennes, Marly, Anzin, La Sentinelle, Hérin, et Denain.

Certaines stations disposent de parcs relais facilitant le rabattement des automobilistes vers le tramway. Les stations importantes constituent également des pôles d'échanges entre transports en commun, car les lignes de bus classiques ont été restructurées pour être rabattues sur le tramway.

Le projet et son coût[modifier | modifier le code]

Les acteurs du projet sont :

En , le projet du nouveau tramway est déclaré d’utilité publique[1]. Les premiers coups de pioche des travaux du tramway sont donnés l'été 2003 avec les travaux préliminaires (déplacements des égouts et autres réseaux...), et en , les travaux de construction de l’atelier dépôt du tramway à Saint-Waast démarrent. Le premier rail de la ligne est posé le . La ligne est inaugurée le 16 juin 2006, en présence de Jean-Louis Borloo, alors Ministre de l’Emploi et du Logement et Président de la Communauté d'agglomération de Valenciennes Métropole[3].

La première phase de la ligne A a coûté 242,75 millions d'euros, financés par emprunt et sur ses fonds propres par le SITURV, ainsi que par une subvention de l'État de 41,5 millions d'euros, soit 17 % du projet[1], ainsi que d'une subvention européenne de 5,08 millions d’euros[4].

La qualité de la ligne A du tramway de Valenciennes a été reconnue par plusieurs distinctions : le Prix TCSP de l’année de la revue Villes et Transports, et le prix Janus de la Cité remis par l'Institut français du design[5].


Infrastructure de la ligne[modifier | modifier le code]

Section d'un rail à gorge, type Broca, classiquement utilisé pour les voies de tramway urbain car il ne dépasse pas de la chaussée ou du gazon.
Place de la Gare à Valenciennes : La voie est engazonnée, sauf pour permettre les traversées, et les rails sont de type Broca.
Entre Valenciennes et Denain, la voie est beaucoup plus ferroviaire, avec son ballast, ses rails posés sur traverses bibloc et sa caténaire traditionnelle. Elle est longée, sur la quasi-totalité de son parcours, d'une voie pour les circulations douces.
Sur la partie haute des caténaires, il y a deux câbles de feeder.

La ligne est établie, à voie normale, sur une plate-forme noyée dans une dalle de béton avec rails à ornière 41 GPU, type Broca, fournis par Corus[6], de Université à la sortie de Dutemple, ainsi que de Taffin à Espace Villars. Le revêtement y est souvent constitué de gazon hors des traversées routières.

Entre Dutemple et Taffin, la voie a des caractères de tramway express, avec ses rails type Vignole sur ballast et alimentation électrique par caténaire et feeder[7]. Deux sections de la ligne empruntent la plate-forme ferroviaire de l'ancienne ligne de Somain à Péruwelz du réseau de la Compagnie des mines d'Anzin, entre la station Anzin Hôtel de Ville et Dutemple, et, pour la seconde phase, sur 6,5 kilomètres[8].

La création de la ligne a nécessité la réalisation ou la rénovation de plusieurs ouvrages d'art, tels le pont sur l'autoroute A2 et celui sous l'autoroute A23, le Pont Jacob sur les voies ferroviaires de la ligne de Douai à Blanc-Misseron et l'Escaut, les viaducs Sainte-Catherine (sur le tracé de l'ancienne ligne de Valenciennes-Faubourg-de-Paris à Hautmont) et Pompidou, le pont sur la ligne de Fives à Hirson[1],[7].

La plupart des stations sont à quais latéraux. Toutefois, sans doute par manque de place, trois stations, dont Pont Jacob sont à quai central. Deux stations disposent d'une voie de tiroir (située à une certaine distance de la station) permettant de stocker une rame et d'organiser des services partiels : Anzin - Hôtel de Ville et Dutemple. Le dépôt est situé près de la station Saint-Waast, et est accessible par des appareils de voie depuis toutes les directions.

La signalisation est une signalisation Tramway classique. Toutefois, les signaux de manœuvre ressemblent à une signalisation routière, avec un symbole T qui indique qu'ils s'appliquent au tramway. Dans les sections urbaines, les carrefours routiers sont protégés soit par une signalisation tricolore traditionnelle, soit par un feu rouge clignotant qui s'allume à l'approche des rames du tramway. Dans les sections interurbaines, les carrefours sont généralement protégés par des passages à niveau dont les barrières se ferment à l'approche des rames du tramway.

Phase I[modifier | modifier le code]

La création et l'aménagement de qualité du tramway ont favorisé la mutation urbaine des quartiers traversés, comme ici à Anzin.

La première phase de la ligne A du tramway (Université - Dutemple, 19 stations) a été mise en service le , c'est-à-dire quarante ans, jour pour jour, après la fin de l'exploitation de l'ancien réseau de tramway. Elle portait alors le nom de ligne 1.

Longue de 9,5 kilomètres, elle traverse cinq communes de l'agglomération de Valenciennes, et relie au centre ville des quartiers excentrés et classés en rénovation urbaine (ANRU). Cette première phase structure l’agglomération avec la connexion rapide de l’université, via le centre-ville, au pôle d’échanges de la gare de Valenciennes.

Phase II[modifier | modifier le code]

Paysage de la ligne T1 entre Hérin et Denain : La voie est de type ferroviaire classique, avec sa voie ballastée et sa caténaire, permettant une plus grande vitesse et un plus faible coût d'entretien que la voie type tramway. Sur cette section interurbaine en alignement, les rames circulent à 70 km/h.

L'extension de la ligne T1 du tramway de Valenciennes (Dutemple) à Denain (Espace Villars), avec sept nouvelles stations a été inaugurée le 31 août 2007 pour une mise en service commercial le 3 septembre 2007. Elle est longue de 8,8 kilomètres. Le coût de cette seconde phase est de 69 millions d'euros.

Deuxième pôle de l’arrondissement valenciennois, Denain affirme sa volonté d’améliorer les déplacements dans son bassin d’habitat. La ville souhaite intégrer les transports collectifs et le transport individuel dans un plan global de déplacements.

Évolution de la ligne T1[modifier | modifier le code]

Une huitième station de la Phase II, Solange Tonini, pour desservir la route d'Oisy et la maison des Papillons Blancs à Denain a été inaugurée en septembre 2008. La station Allende a été rebaptisée Jean Dulieu à cette occasion.

La Plaine, station située entre Saint-Waast et Dutemple, à hauteur de la rue Saint-Éloi à Valenciennes a ouvert le 3 juillet 2009.

Une autre station intermédiaire complémentaire est envisagée ultérieurement, Les Grémonts, sur la commune de Hérin.

En 2010, à l'occasion de l'attribution de la délégation de service public de l'exploitation du réseau Transvilles par Veolia Transport, le réseau est restructuré, et la ligne 1 est renommée ligne A. Graphiquement, la ligne, qui était repérée en vert, devient une ligne rouge, comme toutes les lignes du réseau cadencées toutes les dix minutes. À cette occasion, les deux branches du projet de seconde ligne de tramway du réseau, appelée jusqu'alors ligne 2, deviennent les projets de lignes C et D, l'indice B étant réservé pour dénommer la ligne TER Nord-Pas-de-Calais reliant Valenciennes à celle de Saint-Amand-les-Eaux, les circulations se font alors sur la ligne de Fives à Hirson[9]. En 2014 la ligne devient T1 tandis que la ligne vers Vieux-Condé prend l'indice T2.

Stations[modifier | modifier le code]

Rame de la ligne T1 près du terminus Espace Villars.

Les stations[modifier | modifier le code]

      Stations Lat/Long Communes desservies Correspondances
  o   Université 50° 19′ 12″ N, 3° 30′ 45″ E Famars Parc relais,  T2  103  104  333  420 
  o   Moriamez Recherche 50° 19′ 29″ N, 3° 30′ 51″ E Famars  T2 
  o   Campus Mont Houy 50° 19′ 43″ N, 3° 30′ 53″ E Aulnoy-lez-Valenciennes  T2 
  o   Chemin vert 50° 19′ 53″ N, 3° 30′ 49″ E Aulnoy-lez-Valenciennes  T2  S1  104 
  o   Jules Chevalier 50° 20′ 02″ N, 3° 31′ 06″ E Aulnoy-lez-Valenciennes  T2 
  o   La Briquette 50° 20′ 24″ N, 3° 31′ 15″ E Marly  T2 
  o   Vosges 50° 20′ 31″ N, 3° 31′ 02″ E Valenciennes  T2  S1 
  o   Nungesser 50° 20′ 55″ N, 3° 31′ 09″ E Valenciennes Parc relais,  T2 
  o   Sainte-Catherine 50° 21′ 05″ N, 3° 31′ 01″ E Valenciennes  T2  110 
  o   Porte de Paris 50° 21′ 12″ N, 3° 31′ 01″ E Valenciennes  T2  110 
  o   Sous-Préfecture 50° 21′ 22″ N, 3° 31′ 11″ E Valenciennes  T2 
  o   Hôtel de ville 50° 21′ 29″ N, 3° 31′ 20″ E Valenciennes Fermeture le 1er juin 2017
  o   Clemenceau 50° 21′ 39″ N, 3° 31′ 13″ E Valenciennes  T2 
  o   Gare 50° 21′ 50″ N, 3° 31′ 05″ E Valenciennes TER Nord-Pas-de-Calais TGV,  T2  1  5  6  30  S1  100 Express  103  131  401  403  450 
  o   Pont Jacob 50° 21′ 57″ N, 3° 30′ 51″ E Valenciennes.  T2 
  o   Croix d'Anzin 50° 22′ 02″ N, 3° 30′ 29″ E Anzin
  o   Anzin Hôtel de Ville 50° 22′ 07″ N, 3° 30′ 07″ E Anzin Parc relais  2  12  13  S2 
  o   Saint Waast 50° 21′ 49″ N, 3° 29′ 30″ E Valenciennes Parc relais  1  2  H 
  o   La Plaine 50° 21′ 39″ N, 3° 29′ 18″ E Valenciennes
  o   Dutemple 50° 21′ 25″ N, 3° 28′ 50″ E Valenciennes Terminus partiel à certaines heures
  o   Bois des Montagnes 50° 21′ 21″ N, 3° 28′ 18″ E La Sentinelle
  o   Le Galibot 50° 21′ 11″ N, 3° 27′ 08″ E Hérin  102  110  A 
    Les Grémonts Hérin Station projetée
  o   Solange Tonini 50° 20′ 23″ N, 3° 24′ 46″ E Denain
  o   Bellevue 50° 20′ 10″ N, 3° 24′ 10″ E Denain Parc relais  107 
  o   Jaurès 50° 19′ 55″ N, 3° 23′ 31″ E Denain à distance : Gare de Denain TER Nord-Pas-de-Calais
  o   Taffin 50° 19′ 46″ N, 3° 23′ 10″ E Denain
  o   Jean Dulieu 50° 19′ 36″ N, 3° 23′ 08″ E Denain
  o   Espace Villars 50° 19′ 34″ N, 3° 23′ 34″ E Denain  3  4  30  101  104  105  106  107  111  211  334 

Exploitation[modifier | modifier le code]

La ligne T1 du tramway de Valenciennes, tout comme la ligne T2 et les bus, est géré sous l'autorité du SITURV dans le cadre d'une délégation de service public (DSP) regroupant l'ensemble du réseau de transport urbain de Valenciennes et des autres communes avoisinantes membres du SITURV dans le réseau appelé Transvilles. Le SITURV a confié la DSP à RATP Dev depuis le et ce jusqu'à fin 2022[10]. RATP Dev a succédé à Transdev qui était chargé du réseau de 2010 à fin 2014.

Fréquentation[modifier | modifier le code]

Neuf mois après sa mise en service, la ligne transportait, sur le tracé de la seule phase I, 22 000 voyageurs par jour en mars 2007[11]. Après l'ouverture de la phase II de la ligne, le trafic atteignait 29 000 voyageurs par jour en août 2007[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

[1],[5],[7],[11],[2],[3],[4],[6],[8],[9],[12]

  1. a, b, c, d et e Jean Tricoire, le tramway en France
  2. a et b [PDF] SETEC TPI, « Tramway de Valenciennes : Audits », sur http://www.tpi.setec.fr, (consulté le 24 janvier 2010)
  3. a et b « Une nouvelle ligne de vie », sur http://www.valenciennes-metropole.fr, (consulté le 24 janvier 2010)
  4. a et b [PDF] Préfecture du Nord - Bureau de la communication interministérielle, « Invitation presse : Comité de suivi du Programme européen objectif 1 :visite du tramway de Valenciennes et de ses abords », sur http://www.nord.pref.gouv.fr/, (consulté le 24 janvier 2010)
  5. a et b Alstom, « Un tram, une ville : Retour vers le futur pour le tramway de Valenciennes », sur http://www.citadismag.transport.alstom.com/, (consulté le 24 janvier 2010)
  6. a et b « Le rail 41 GPU de Corus équipera le tramway de Valenciennes », sur http://www.industrie.com, (consulté le 24 janvier 2010)
  7. a, b et c « Tramway de Valenciennes », sur http://routes.wikia.com (consulté le 23 janvier 2010)
  8. a et b « Abscon - Saint-Waast-la-Haut, section de la ligne Somain - Péruwelz », sur http://trains.wikia.com (consulté le 23 janvier 2010)
  9. a et b François Enver, « Tramway - Valenciennes : Veolia imprime sa marque », Ville, rail & transports, no 502,‎ , p. 14 (ISSN 2104-0028)
  10. « Deux nouveaux contrats pour RATP Dev : Valenciennes et Laon », sur ratp.fr (consulté le 12 janvier 2016)
  11. a et b Alstom, « Un tram, une ville : Le réseau de Valenciennes aujourd’hui », sur http://www.citadismag.transport.alstom.com/, (consulté le 24 décembre 2010)
  12. a et b « Du nouveau entre Dutemple et Denain », sur http://trampassion.canalblog.com, (consulté le 24 janvier 2010)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]