K-pop

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
K-pop
Description de l'image girls' Generation 2012.jpg.
Origines stylistiques Pop, musique coréenne
Origines culturelles Début des années 1990 (précurseurs retracés depuis les années 1960), Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud
Instruments typiques Chant, basse, boîte à rythmes, clavier, échantillonneur, piano, rapping, séquenceur, synthétiseur

Genres dérivés

DPRK-pop, Q-pop

Genres associés

J-pop, C-pop, Q-pop, T-pop, V-pop

K-pop (coréen : 가요, kayo[1]; abréviation de Korean pop[1], français : Pop coréenne, coréen : 케이팝) est un terme désignant plusieurs genres musicaux (dance-pop, pop ballad, électronique[2], etc.) originaires de Corée du Sud, caractérisés par une large variété d'éléments audiovisuels et abrégés au terme de K-pop.

Ce courant musical inventé après la guerre pour aider la crise financière que traversait la Corée du Sud, a en 1992 suite à la transition vers un état démocratique, vu sa popularisation être lancée grâce au groupe Seo Taiji & Boys, dont la fusion entre plusieurs styles musicaux (et principalement du hip-hop) a remporté un franc succès, qui a révolutionné l'industrie musicale en Corée du Sud[3]. De ce fait, l'ajout d'éléments en provenance de musiques étrangères devient une pratique banale dans l'industrie de la K-pop[4].

À partir des services de réseaux sociaux et de la plateforme de partage vidéo YouTube, la K-pop étend son audience et prolifère grâce à ces services de partage sur Internet[5]. Au milieu des années 2000, le marché de la musique K-pop double ses ventes. À la première moitié de 2012, elle rapporte un total de 3,4 milliards de dollars[6], et est reconnue par le magazine Time comme l'« exportation la plus rentable de Corée du Sud[7]. »

Initialement devenue populaire dans l'est de l'Asie durant la fin des années 1990, la K-pop s'ouvre au marché japonais au tournant du XXIe siècle grâce à la SM Entertainment et de la star BoA. Fin des années 2000, elle passe d'un genre musical à une sous-culture chez les adolescents et jeunes adultes en Asie de l'est et du sud[8]. Depuis, la K-pop est présente dans d'autres régions du monde, comme l'Amérique latine[9],[10],[11], dans le Nord-Est indien[12],[13], en Afrique du Nord[14],[15], au Moyen-Orient[16],[17], en Europe[18],[19],[20] et dans la population immigrée en Occident[21],[22],[23],[24],[25].

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Le phénomène de la K-pop est apparu dans la deuxième moitié du XXe siècle, avec la fin des guerres et le retour à un rythme de vie plus paisible et propice au divertissement. Durant les années 1950, les performances musicales organisées par les forces américaines dans leurs bases militaires et à l'extérieur, feront découvrir à la Corée de nouveaux genres musicaux modernes. Au croisement de ces cultures occidentales et asiatiques, le divertissement coréen prendra alors son essor. La scène musicale coréenne commencera à se développer avec la montée en puissance des boys bands sans pour autant négliger les auteurs-interprètes. Le rock, introduit en Corée durant les années 1970, influencera dès lors une partie de la K-pop.

Conception et industrialisation[modifier | modifier le code]

Le pionnier de la K-pop est le chanteur américain d'origine coréenne Yang Joon-il mais son style efféminé lui vaut alors le rejet de la société sud-coréenne très conservatrice et sa carrière ne dure que 2 ans de 1991 à 1993. Les débuts du groupe Seo Tai-ji and Boys en 1992 marquent un tournant pour la musique sud-coréenne[3]. La fondation de la SM Entertainment, créée en 1995 par l'entrepreneur coréen Lee Soo Man, a permis le lancement des premiers girl groups et boys bands. À la fin des années 1990, la YG Entertainment, la DSP Media, et la JYP Entertainment ont également lancés leurs propres groupes sur scène[réf. nécessaire]. Ces entreprises du divertissement seront les pionnières de la K-pop et deviendront des entreprises florissantes et renommées, dont les avantages au fil des années deviendront proéminentes. Des groupes tels que Fin.K.L, G.O.D, H.O.T., Sechs Kies, SES, et Shinhwa connaissent un succès fulgurant dans les années 1990. C'est également au cours de cette période qu'ont émergé le hip-hop et le R&B en Corée du Sud, grâce au succès d'artistes tels que Drunken Tiger et 1TYM.

L’Asie a été le premier continent touché par la vague de culture sud-coréenne, la hallyu, dès les années 1990. L’introduction de la K-pop dans les pays asiatiques tient au fait que les dramas coréens, de plus en plus présents dans les médias asiatiques, ont familiarisé le public avec la culture coréenne. De plus, les génériques de ces séries étaient eux-mêmes des chansons K-pop chantées par des stars très populaires en Corée du Sud[26].

Mondialisation[modifier | modifier le code]

La K-pop ne cesse de gagner en influence sur les marchés étrangers en dehors de l'Asie, notamment aux États-Unis, en Europe, au Canada et en Australie. En 2009, les Wonder Girls sont devenues le premier groupe coréen à être placé, aux États-Unis, sur le U.S. Billboard Hot 100 chart avec leur single, Nobody. L'année suivante, l'artiste, du célèbre groupe BigBang, Taeyang et le groupe féminin 2NE1 ont commencé à produire nombre de musiques différentes à travers les États-Unis et le Canada avec la sortie de plusieurs albums et chansons à succès. Bonamana, le quatrième album des Super Junior, a été classé à la 7e place au Billboard's World Album-Chart en 2010.

Afin de poursuivre les efforts de mondialisation du genre, les artistes travaillent de plus en plus avec des talents en dehors de la Corée. Aux États-Unis, les artistes coréens sont en tournée avec des groupes tels que les Jonas Brothers et certains collaborent avec des producteurs tels que Kanye West, Teddy Riley, Diplo, Rodney Jerkins, Chris Brown et Will.i.am. En , le label coréen SM Entertainment organise une tournée mondiale SMTown Live afin de populariser ses artistes dans le monde entier. La tournée passe par les États-Unis, la Chine, le Japon et la France.

En , les Girls' Generation signent chez le label américain Universal Music Group/Intercore et sortent un album aux États-Unis avec un titre-phare en version anglaise produite par Teddy Riley[27].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Recrutement[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs méthodes de recrutement des futurs artistes. La plus répandue est l'audition au sein d'une agence musicale. Cette méthode est pratiquée par les agences sur le territoire national, mais également à l'étranger. Par exemple, la SM Entertainment organise souvent des auditions en Chine, au Japon, aux États-Unis et au Canada. Une autre façon de recruter les futurs chanteurs est de passer par les chasseurs de tête dans la rue, les festivals musicaux, les concours de danse, etc.

La méthode qui est de plus en plus pratiquée est de passer par des émissions qui ont pour but de lancer un groupe à la fin de celle-ci. Plusieurs exemples peuvent être cités : Produce 101, Finding Momoland, NO.MERCY, etc. Le choix des membres constituant le groupe final est en parti basé sur le vote du public, permettant ainsi de faire débuter un groupe composé des membres préférés du public coréen.

Ceux qui aspirent à devenir des stars de la K-pop doivent suivre un programme d’entraînement intensif pouvant durer plusieurs années avant que leur groupe ne débute officiellement[28].

Contenus audiovisuels[modifier | modifier le code]

Bien que la K-pop fasse en général référence à la pop musique de la Corée du Sud, il faut prendre en compte l'évolution constante de ce genre musical, qui possèdent un large spectre musical mais aussi visuel[29].

L'Institut national de l'audiovisuel français définit la K-pop comme étant une « musique de synthèse accompagnée de chorégraphies calibrées au millimètre, portée par des chanteurs séduisants, à la pointe de la mode »[30].

Groupes[modifier | modifier le code]

La K-pop regroupe principalement des Boys band et Girl group, qui peuvent être séparés par différents critères comme le style d'un groupe ou la génération à laquelle un groupe appartient, en fonction du nombre de membres, etc.

Les principaux groupes formant la première génération sont H.O.T., Shinhwa, SES, Fin.K.L, etc. Cette génération a marqué le début de la K-pop, soit dans les années 1990.

La seconde génération peut être citée comme celle ayant propulsée la K-pop dans le monde entier avec le début d'internet, on peut nommer Super Junior, BigBang, Girls' Generation, Kara, 2PM, T-ara, 2NE1, f(x), SHINee , etc. Cette génération est aussi apparentée à la période où la musique digitale était beaucoup plus populaire que les albums ou CD physiques. Nous assistons à une reconnaissance médiatique à l'international croissante avec quelques groupes. C'est également cette génération qui a connu un grand changement dans le paysage de la K-pop. En effet, les groupes masculins étaient les plus appréciés du public tandis que les groupes féminins avaient plus de difficulté à se faire connaître. Un événement illustrant bien cet aspect est le fameux black ocean que les Girls' Generation ont du faire face lors du Dream Concert de 2008. Alors que les autres groupes voyaient leur public avec des light sticks et des acclamations, le groupe féminin a expérimenté 10 minutes de silence pendant leur performance[31]. Cependant, dans les années qui ont suivi, l'image des groupes féminins s'est améliorée et ils ont attiré plus d'attention, dépassant même la popularité des groupes masculins. Ce dernier constat s'est fait par la victoire de plusieurs groupes féminins contre des groupes masculins lors de cérémonies musicales importantes en Asie. Notamment le Daesang du meilleur album de l'année (équivalent du grand prix en Corée du Sud) remporté pour la première fois en 2010 au Golden Disk Awards par un groupe féminin[32]. Malheureusement, la plupart des groupes féminins de cette génération ont arrêté leurs activités à la fin de leur contrat[33],[34]. Les groupes masculins sont pour la plupart toujours actifs.

Entre cette génération et la suivante, une génération surnommée "la génération 2.5" voit de nouveaux groupes débuter. Durant ces années, les groupes de la génération précédentes sont pour la plupart très célèbres et continuent de gagner de la popularité. Les groupes débutant à ce moment connaissent un succès plutôt rapide et présentent des concepts jusque là assez rare. Quelques groupes qui ont marqué le plus cette génération sont Sistar, Miss A, Girl's Day, Infinite, etc. Malheureusement, les groupes comme Sistar ou Miss A ont préféré ne pas renouveler leur contrat et ainsi poursuivre des carrières individuelles, que cela soit dans la musique ou dans le cinéma[35],[36].

La troisième génération serait celle qui comprend les groupes ayant débuté après 2010. Nous pouvons citer EXO, BTS, Got7, IKON, Monsta X, Red Velvet, Twice, GFriend, NCT, BLACKPINK, etc. On assiste avec cette génération, une augmentation des vues sur YouTube beaucoup plus rapide qu'avec la génération précédente. Cela peut s'expliquer par une meilleure disponibilité du réseau. Les groupes de cette génération sont toujours actifs pour la plupart, même s'ils commencent à laisser de la place aux nouveaux groupes, par exemple le groupe Exo voit ses activités ralentis par rapport au début de leur carrière.

Enfin, la quatrième génération est composée de groupes tels que : (G)i-dle, Stray Kids, TXT, ATEEZ, A.C.E, Oneus, Onewe, The Boyz, LOONA, Itzy, Everglow, AB6IX etc. Cette génération est caractérisée par l'utilisation massive des réseaux sociaux comme Instagram, Twitter et de la plateforme multimédia YouTube. L'utilisation stratégique des hashtag, des techniques de marketing permettant d'augmenter la reconnaissance médiatique à l'international. Nous observons également la montée de YouTuber parmi les idoles de K-pop. Cela leurs permet de montrer différents aspects de leur vie, comme la musique, le sport, la cuisine, ...

Une des principales différences de ces générations va être le type de support musical. En effet, la première va voir ses ventes de CD et d'albums très élevées, la seconde les ventes physiques seront faibles mais aura des ventes digitales (en téléchargement) au contraire élevées. Enfin les autres voient leurs ventes physiques et digitales augmenter sans préférences pour un type de support particulier.

Bien que ces limitations de générations ne sont pas officielles, c'est ce que les médias coréens utilisent pour qualifier un groupe, ainsi selon les différentes sources que l'on peut trouver, certains diront qu'il y a aujourd'hui cinq générations par exemple[37]. Il est à noter que les artistes des générations précédentes et qui sont toujours actifs adoptent les nouvelles méthodes de marketing pour viser un public plus jeune.

Sous-groupes ou sous-unités[modifier | modifier le code]

Pour améliorer leur stratégie de marketing, des agences musicales ont eu l'idée de créer des sous-groupes. Ce sont des groupes composés d'une partie des membres d'un groupe déjà existant. Il peut y avoir plusieurs raisons à cela. Nous pouvons citer premièrement que le fait de réduire le nombre de membre va permettre de "sélectionner" des fans et de mieux les cibler, par exemple le sous-groupe Super Junior-K.R.Y. est composé des principaux vocalistes du groupe Super Junior, et chante plutôt des ballades. Ainsi ce seront plutôt un public aimant ce genre musical qui sera touché. Comme second exemple, un autre sous-groupe issu de Super Junior, nommé Super Junior-M a pour but de viser le public chinois, et cela en sortant des albums en mandarin. La particularité de ce sous-groupe est qu'il contenait aussi des membres qui ne font pas partie du groupe de base à savoir Henry Lau, Zhou Mi et Han Geng.

Une autre raison de lancer un sous-groupe, va être de conserver une certaine activité musicale de la part de certains membres du groupe sans être forcément au complet. Si on prend l'exemple de Girls' Generation-Oh!GG, ce sous-groupe a débuté en 2018, soit 11 ans après les débuts du groupe de base. Cela s'explique par le fait, qu'au bout de leur dixième anniversaire trois membres ont décidé de changer d'agence, rendant les activités du groupe au complet compliquées. Ainsi, le sous-groupe est composé des membres ayant décidés de rester dans l'agence originelle du groupe. Un autre exemple similaire est celui du groupe NU'EST. Pendant, qu'un de ses membres faisait des activités à part, le groupe a continué mais sous un autre nom : NU'EST-W[38].

Les sous-groupes modélisant bien l'intérêt et le but de ce système est NCT. En effet, ce groupe a la particularité de n'avoir que des sous-groupes. Donc chaque sous-groupe va viser un public en particulier. Par exemple NCT Dream va viser un public très jeune, NCT 127 vise le public coréen en général, etc[39],[40].

Solistes[modifier | modifier le code]

Dans la K-pop en général, il y a déjà des chanteurs solistes comme IU, Rain, BoA, Eric Nam, Ailee, etc. Mais il y a aussi plein de chanteurs solistes issus de groupes de K-pop. Parfois, à la fin de leur contrat en groupe, certains membres peuvent décider d’entamer une carrière en tant que solistes. Une autre possibilité est qu'au cours de la carrière d'un groupe, un membre peut être amené à sortir des chansons seul à l'occasion de musiques de film ou drama, comme Taeyeon. Enfin, une autre méthode qui se fait de plus en plus est simplement un début en solo pour un membre ou plus toujours en faisant partie d'un groupe. Cela peut s'expliquer par le fait qu'au sein d'un groupe composé de plusieurs membres, certains n'ont pas assez de temps de chant durant une chanson alors que leur rêve était de devenir chanteur et pouvoir chanter une chanson en entier. Comme solistes ayant suivis cette dernière méthode de début on peut citer : Baekhyun, Dawn, Henry Lau, Hyorin, Hyuna, Hwasa, Jessi, Kim Sung-kyu, Kyuhyun, Seohyun, Sunmi, etc.

Il existe des cas particuliers parmi les solistes. Nous pouvons regrouper par exemple James Lee (ex-membre du groupe Royal Pirates) et Tiffany dans la même catégorie de solistes. En effet, après avoir eu une carrière axée vers la K-pop, ces deux chanteurs sont partis écrire un nouveau chapitre de leur carrière artistique en s'exportant aux États-Unis en tant que soliste.

Ainsi, non seulement des solistes restent dans la K-pop (et/ou J-pop), mais certains visent le marché américain.

Concepts[modifier | modifier le code]

Chaque groupe peut parfois posséder un concept en particulier dès le début du groupe, mais parfois ce concept peut changer au cours du temps (soit par préférence des membres soit par intérêt commercial)[réf. souhaitée]. Par exemple, le groupe Girl's Day s'est confié sur le fait que leur concept qualifié de « mignon » à leur début ne leurs correspondait pas, ainsi le changement pour un concept plus mature et sexy lors de leur comeback avec la chanson « Something » leur convenait[41]. Du côté des groupes masculins, il y a VIXX qui s'est démarqué pour son concept sombre adopté au cours de leur carrière.

Parfois le concept d'un groupe peut justement être le changement de concept à chaque nouvel album. Nous pouvons citer les Girls' Generation, qui n'ont fait que changer de concept à chaque comeback, passant du mignon au sexy, ainsi qu'au sombre et au rétro.

Promotions[modifier | modifier le code]

Dans le domaine de la K-pop, les artistes sont très souvent amenés à avoir une période de promotion pour leur nouvel album ou single. Il y a donc pour cela plusieurs moyens. Tout d'abord, la sortie de teaser, ces derniers sont des objets multimédias, donc pouvant prendre la forme d'une photo ou d'une vidéo. Ils servent à donner un aperçu du concept choisi par le groupe pour la nouvelle chanson, parfois on peut aussi avoir un aperçu audio, permettant de voir quel style musical cette chanson va se rapprocher, etc. Cette pratique remonte à plusieurs années et n'est pas nouvelle, en effet on peut citer un teaser pour la chanson Genie des Girls' Generation sortie en 2009, cependant la liste des types de teaser s'élargit de plus en plus, en effet aujourd'hui, certains groupes dévoilent des medley de leur nouvel album par exemple[42],[43].

Après la sortie de la nouvelle chanson, les artistes ont le choix entre ne rien faire, donner un concert, faire un showcase, participer à des émissions musicales, etc. La plupart du temps, c'est ce dernier choix qui est prise. Les artistes interprètent leur nouveau titre dans des émissions musicales, notamment Show! Music Core, M Countdown, Music Bank, et de nombreux autres. Durant celles-ci, les chanteurs sont invités à entonner leur titre-phare mais aussi une deuxième piste figurant dans leur nouvel album, par exemple les Infinite avaient interprété leur titre-phare The Eye et la chanson Thank You après la sortie de leur nouvel album, lors de leur premier live dans l'émission M Countdown en 2016[44],[45]. Il peut arriver qu'un groupe entonne même trois chansons, par exemple les Girls' Generation avaient eu l'occasion de chanter Lion Heart, You Think et Show Girls le même jour pour le Show! Music Core en 2015[46],[47],[48]. Il est à noter que la permission d'interpréter deux chansons (ou plus) n'est donnée seulement pour la première semaine suivant la sortie du nouvel album, les semaines suivantes, soit le groupe décide d'arrêter les émissions musicales, soit le groupe continue, mais ne chantera que le titre-phare.

Il existe plusieurs intérêts à participer à une émission musicale : augmenter la visibilité du groupe, gagner l'attention du public ou encore gagner un trophée attribué à l'artiste classé numéro 1 pour la semaine. Les critères pour ce classement dépendent de chaque émission, de plus certaines émissions n'attribuaient pas de trophée pour la première place. Ainsi une comparaison entre les artistes des différentes générations en ce qui concerne le nombre de trophées obtenus dans ce genre d'émissions n'est pas significatif.


Industrie de la K-pop[modifier | modifier le code]

Labels[modifier | modifier le code]

Les trois plus grandes maisons de production coréennes sont SM Entertainment, JYP Entertainment et YG Entertainment, appelées les Big Three, elles dégagent des bénéfices allant jusqu'à dix milliards de wons. Pour le troisième trimestre de l'année 2018, le label SM Entertainment a eu un revenu net de 168,7 milliards de wons (soit à peu près 130,7 millions euros), YG Entertainment 65,2 milliards de wons (soit à peu près 50,5 millions euros) et JYP Entertainment 34,8 milliards de wons (soit à peu près 26,9 millions euros)[49].

Liste des labels coréens et principaux chanteurs liés :

Controverses[modifier | modifier le code]

Les agences gérant la K-pop ont beaucoup été critiquées pour leur exploitation de leurs artistes à travers des heures de travaux très élevées et des contrats très stricts, ces derniers décrits comme des "contrats d'esclavage" dans une émission de la chaîne britannique BBC BBC report[50]. D'après le The Hollywood Reporter, "le marché du divertissement coréen est très improvisé et non régulé. Beaucoup de stars de la K-pop - dont beaucoup sont des idoles adolescents - sont connues pour s'être entraînées et avoir donné des performances sans dormir"[51].

En , la SM Entertainment a été appelée au tribunal par des membres des groupes TVXQ et Super Junior, qui ont porté plainte à cause de leurs conditions de travail ayant affecté leur santé[52],[53]. Cela a engendré la rupture des contrats pour les membres concernés et depuis des mesures juridiques ont été mises en place[50].

En 2014, la Corée du Sud fait passer une loi qui régule l'industrie musicale, protégeant les chanteurs en dessous de 19 ans de conditions de travail dangereuses pour la santé et de performances excessivement sexualisées. La loi leur garantit aussi le droit de suivre une scolarité, de se reposer et de dormir. La loi précise que si ces mesures ne sont pas respectées, la société incriminée risque une amende pouvant s'élever à l'équivalent de 10 000$[51].

Le , la K-pop vit un événement qui a fait parler dans une grande partie du monde. Il s'agit du décès de Jonghyun, chanteur du groupe SHINee des suites d'un suicide. Cette tragédie a notamment mis en lumière les conditions de vie et de travail inhumaines ainsi que les clauses léonines (« contrat d'esclavage ») imposées aux artistes par les agences ainsi que les problèmes psychologiques que peuvent subir les idoles[54].

En 2019, l'image de la K-pop est de nouveau écornée en raison de plusieurs scandales et suicides : le scandale du Burning Sun, une affaire de viols filmés aux ramifications multiples, sur fond d'allégations de réseaux de prostitution et de corruption policière, qui implique plusieurs chanteurs connus et autres personnalités de la K-pop ; les suicides de deux chanteuses, Sulli et Goo Hara, toutes deux victimes de cyberharcèlement, puis la révélation de trucage de télécrochets fait par le producteur Yang Hyun-suk, aussi impliqué dans l'affaire du Burning Sun, etc[55].

Par ailleurs, cette industrie a connu d'autres controverses liées à des pratiques de certaines agences musicales. Par exemple, la SM Entertainment a connu de vives critiques liées au management de ses artistes. Non seulement celle citée plus haut avec le groupe TVXQ, mais également le licenciement de Jessica Jung du groupe Girls' Generation qui reste incompris par la grande majorité du public, la promotion étonnement courte (trois jours seulement) des Girls' Generation pour leur comeback fêtant leur dixième anniversaire, et bien d'autres.

Parfois les controverses viennent aussi du côté du public. En effet, parfois ce sont des fans de certains groupes qui sont critiqués suite à l'envoi de cadeaux inappropriés à leur artistes préférés ou pour avoir agi de façon inacceptable vis-à-vis des artistes. Il semble que c'est le groupe TVXQ qui est celui ayant été le plus sujet à ce genre de controverses. Par exemple, des fans avaient créé un double de la clé de leur dortoir, d'autres ont offert leur sang menstruel au membre du groupe [56]. D'autres controverses existent au sein d'un groupe, en général à cause de harcèlement d'un membre en particulier par l'ensemble des autres membres comme ce fut le cas chez les After School[57] ou de disputes et menaces pouvant faire l'objet de scandales et d'interruption des activités d'un groupe pendant une certaine période, comme cela a été le cas avec le groupe T-ara[58].

Un autre sujet de controverse peut être les excuses publiques ainsi que les demandes d'excuses publiques faites par les artistes de K-pop lorsqu'ils ont fait une faute. Pour le public international, ces excuses sont parfois inutiles ou exagérées, tandis que le public coréen est celui qui a l'habitude d'en demander dès qu'un artiste commet une erreur pouvant être grave. Par exemple, il n'est pas rare de voir des artistes écrire une lettre d'excuse pour avoir caché leur relation amoureuse, utilisation d'émoji rappelant l'époque coloniale de la Corée, et bien d'autres[59],[60].

Développement[modifier | modifier le code]

Japon et Asie[modifier | modifier le code]

C’est à partir du début des années 2000 que la K-pop s'exporte au Japon avec des artistes comme BoA ou TVXQ. Poussés par la taille du marché japonais (le Japon est le deuxième marché mondial pour l’industrie musicale, derrière les États-Unis)[61] et par la crise qui frappe de plein fouet l’industrie musicale coréenne au début des années 2000[62], les labels coréens tentent dans un premier temps de conquérir le marché japonais et le Japon devient la première étape dans la stratégie de développement de la K-pop en Extrême-Orient. Les maisons de disques coréennes coopèrent avec les japonaises pour adapter le plus possible leurs artistes et leur marketing au marché japonais. Un des éléments essentiels consiste à faire apprendre le japonais aux artistes et aux groupes de K-pop destinés à faire carrière au Japon. De cette façon, ils peuvent supprimer la barrière de la langue, et interpréter sans difficulté leurs chansons traduites systématiquement en japonais[63].

Tous ces efforts ont produit leurs effets puisque depuis quelques années, la K-pop est devenue un genre musical très populaire au Japon. La K-pop représente, en 2011, 7,8 % du chiffre d'affaires total de l'industrie musicale japonaise, pour une valeur de 309,5 millions de dollars[64]. Le classement officiel des ventes de singles et d’albums, publié par l’Oricon, témoigne de ce succès. Les singles et albums coréens y battent régulièrement des records de vente dans la catégorie des artistes non-Japonais, et atteignent très souvent les premières places dans les classements[65]. Parmi les artistes et les groupes de K-pop les plus populaires au Japon, on retrouve BoA, TVXQ, Girls' Generation, Kara, Super Junior, BIGBANG, Rain, SHINee, 2PM, Bangtan Boys et EXO.

La K-pop est déjà connue depuis plusieurs années dans les pays d'Asie du Sud-Est. Les groupes de K-pop réalisent fréquemment des tournées dans ces pays. À Taïwan par exemple, l'exposition médiatique est telle que l'on retrouve des stars coréennes dans les publicités pour les enfants et les jeunes, et les chaînes de télévision accordent une large place à la K-pop lorsqu'elles diffusent des programmes musicaux. De plus, le gouvernement coréen a déjà manifesté officiellement sa volonté de conquérir les pays d'Asie du Sud-Est comme Taïwan, la Chine, la Thaïlande, le Viêt Nam, et plus récemment la Malaisie ainsi que les Philippines. La présence d'artistes originaires de ces pays dans de nombreux groupes de K-pop est un outil marketing qui fonctionne, tandis que la relative proximité des cultures d'Extrême-Orient facilite aussi la propagation du phénomène[66].

Occident[modifier | modifier le code]

Amérique du Nord et Europe[modifier | modifier le code]

La K-pop commence à se faire remarquer en Amérique du Nord et en Europe à la fin des années 2000. Durant cette période, certains artistes coréens tentent une percée à l’international, notamment aux États-Unis, à l’image de la chanteuse BoA qui y sort un album tout en anglais en 2009 (classé 127e du Billboard 200 à sa sortie en )[67], ou des Wonder Girls dont le single “Nobody” réussit en l'exploit d'entrer dans le Billboard Hot 100, à la 76e place[68]. Dans le même temps, de nombreux fans occidentaux de la culture japonaise, découvrent progressivement la K-pop, en particulier grâce à sa popularité grandissante au Japon et à la mise en ligne par les labels coréens des clips officiels des chansons sur les grandes plateformes telles que YouTube.

Avec le nombre croissant de fans internationaux de K-pop, les majors coréennes commencent à organiser des concerts et des festivals en Amérique du Nord, en Europe, et également en Amérique du Sud. Ces manifestations rencontrent un très grand succès auprès des fans, les places se vendent généralement très rapidement. Les meilleurs exemples sont le SM Town World Tour et le Music Bank World Tour, deux tournées rassemblant des groupes de K-pop très populaires, et dont les concerts en Asie, en Amérique du Nord, et en Europe ont tous connu un grand succès[69]. De nombreux grands médias traditionnels sur tous les continents consacrent de plus en plus régulièrement des reportages et des articles sur le phénomène K-pop qui se répand dans le monde entier.

En 2011, l'album des BIGBANG, Tonight, est devenu le premier album K-pop à atteindre le top 10 de l'US iTunes chart et est le seul album de langue non-anglaise dans le top 100.

Les Girls' Generation seront même invitées à se produire aux très populaires Late Show with David Letterman et Live! With Kelly les et [70],[71].

Un concert gratuit s'est tenu le aux États-Unis, ce concert sponsorisé par Google, était rediffusé en direct sur YouTube à h du matin (heure française). Ce concert d'environ 3 heures a rassemblé plus de 110 000 personnes en ligne venant du monde entier.

Le , battant les One Direction, Lady Gaga et d'autres artistes, les Girls' Generation gagnent le prix de la vidéo de l'année aux YouTube Music Awards[72].

Classés premiers avec leur album Love Yourself Tear, sur le Billboard World Album Chart, ainsi que le Billboard 200, puis, dans le Top 10 du Billboard Hot 100 avec Fake Love, les BTS se propulsent à la première place du top 100[réf. nécessaire].

France[modifier | modifier le code]

La France est un des pays européens qui réserve actuellement le meilleur accueil à la K-pop[73]. Le meilleur exemple de la popularité de la K-pop dans l'Hexagone remonte à la mise en vente des places pour la date parisienne de la tournée SM Town World Tour en , qui rencontre un succès tel que toutes les places sont vendues en 15 minutes[74]. De nombreux fans déçus de ne pas avoir pu acheter une place organisent alors un flash mob géant devant le Musée du Louvre à Paris le 1er mai pour demander un second concert, qu’ils obtiennent. Cette fois, les places se vendent en moins d'une heure[75]. Ce sont donc deux concerts à guichets fermés qui se tiennent les 10 et au Zénith de Paris devant un total de 14 000 fans venus de toute l’Europe[76].

Le , la major Universal annonce la signature des Girls' Generation pour la promotion de leur carrière à l’international, tandis que le label affilié Polydor annonce quelques jours plus tard la sortie de leur album The Boys sur le territoire national. Après avoir fait une sortie remarquée aux États-Unis le , il se classe 130e des meilleures ventes d’albums en France à sa sortie nationale le [77].

Le , les Girls' Generation sont invitées au Grand Journal de Canal+, puis pour La Boîte à Questions; une première pour un groupe de K-pop[78],[79].

Le , le premier Music Bank K-Pop Festival réunit les groupes Girls' Generation, 2PM, B2ST, 4Minute, SHINee, T-ara, U-Kiss et Sistar à Bercy pour un concert devant près de douze mille personnes[80],[81].

La première K-CON en Europe a lieu à Paris le à l'Accor Hotels Arena, réunissant les groupes Super Junior, SHINee, Block B, BTS, F.T. Island, f(x) et I.O.I[82]

Méthode et organisation[modifier | modifier le code]

Utilisation d’Internet[modifier | modifier le code]

En premier lieu, les majors utilisent intensivement les nouveaux médias, avec par exemple la mise en ligne des clips officiels de leurs artistes sur les plateformes vidéo pour faciliter l’accès à la K-pop aux fans étrangers. Dans ce but, le label coréen SM Entertainment a lancé en 2006 sa propre chaîne sur YouTube, où l'on peut visionner les clips vidéos de ses artistes[25], cependant l'entreprise utilise un autre chaîne depuis 2011 où elle compte aujourd'hui plus de 18 millions d'abonnés[83]. Plus tard, d'autres labels en ont créé aussi (par exemple YG Entertainment). De même, les maisons de disques et leurs artistes utilisent intensivement les réseaux sociaux comme moyen de promotion, ainsi que de nombreux concours en ligne destinés aux fans étrangers[84].

A travers l'évolution de la K-pop, nous pouvons voir aussi l'évolution des réseaux sociaux. En effet, pendant les années 2000 à 2012 environ, YouTube n'était pas le site le plus consulté pour voir les clips des artistes et l'accès à internet n'était pas aussi facile et rapide qu'aujourd'hui. Ainsi, malgré le succès des chansons sorties durant ces années, le nombre de vues des clips n'atteignaient pas un nombre très élevé comparé aux clips plus récents. Par exemple, la chanson Gee des Girls' Generation qui a rencontré un très grand succès dans le monde de la K-pop, a atteint les 100 millions de vues seulement en 2014, soit six ans après sa mise en ligne[85],[86]. Alors que les clips des autres groupes comme BLACKPINK ou Twice atteignent ce nombre assez rapidement aujourd'hui et le dépasse sans problème.

Méthode de commercialisation[modifier | modifier le code]

Les labels coréens mettent occasionnellement en vente les chansons de certains groupes sur des plateformes de téléchargement légal comme iTunes[87].

Suivant les continents et le degré de popularité déjà atteint par la K-pop, on observe également l’émergence de partenariats entre les acteurs coréens et étrangers. On peut par exemple citer l’alliance de la major coréenne YG Entertainment avec la major japonaise Avex pour créer le label YGEX dont le but est la distribution et la promotion des groupes de K-pop au Japon[88].

Pour offrir plus qu'un simple album, les labels n'hésitent pas à créer de nouvelles méthodes de marketing. Par exemple, l'album Oh! était le premier album de K-pop à contenir une photo card[89]. Ce qui poussait les fans à vouloir acheter plusieurs albums pour collectionner toutes les photo cards. La SM Entertainment a également sorti le premier jeu pour smartphone en 2014 : Superstar SMTown.

Déplacements à l’étranger[modifier | modifier le code]

Pour conquérir de nouveaux fans et satisfaire la demande de ceux déjà existants, les groupes de K-pop réalisent des concerts et des tournées fréquentes en Asie, en Europe, en Amérique du Nord et en Amérique du Sud. Ces déplacements promotionnels contribuent largement à la popularité croissante du genre sur la scène internationale en entraînant une médiatisation[90].

Construction des chansons[modifier | modifier le code]

Les chansons, dont les paroles sont souvent traduites dans plusieurs langues (majoritairement l’anglais, le japonais, et le chinois) pour s’adapter aux différents marchés, sont efficaces, grâce à un titre facile à retenir ainsi qu’un refrain généralement répétitif ou non, certaines chansons ont un refrain entier, les paroles des chansons abordent différent thèmes : l'amour, l'amour et l'acceptation de soi, la confiance en soi, le féminisme, la dépression, l'envie de se dépasser, etc. Nous pouvons citer les boysband BTS et Stray Kids qui ont abordé les thèmes de confiance en soi et d'amour de soi de nombreuses fois dans leurs chansons, les BTS ont également abordé à leurs débuts la dureté du système scolaire coréen dans des titres tel que "No More Dream" ou "N.O"[91], le girlsband 2NE1 était réputé pour avoir un concept "badass", "girl power", la plupart des chansons sont écrites/co-écrites et/ou produites/co-produites par leurs interprètes.

Les maisons de disques coréennes n’hésitent plus à recourir à des producteurs internationaux très connus pour créer des chansons alliant des sonorités propres à la culture occidentale aux sonorités plus typiquement coréennes[92].

Depuis , pour viser un plus grand public, le groupe Super Junior a commencé à publier des chansons en espagnol souvent en collaboration avec des chanteurs d'Amérique latine, on peut citer Reik ou encore Leslie Grace[93],[94].

Contrôle de l’image[modifier | modifier le code]

Les majors coréennes proposent de nombreuses auditions visant à recruter des membres étrangers pour les groupes qu’ils veulent lancer[95]. Les départements de développement des idoles de chaque major coréenne sélectionnent des candidats étrangers par le biais du téléphone ou par internet et organisent régulièrement des auditions. Elles essayent par exemple de recruter des candidats en Chine, aux États-Unis, et au Canada[25].

Le but d’avoir des membres non-coréens dans un groupe est à la fois de lutter contre la barrière de la langue et de permettre aux fans étrangers de s’identifier plus facilement à leurs idoles. Enfin, l’image de chacun des membres des groupes de K-pop est extrêmement soignée et contrôlée. Durant leur période d'entraînement, les jeunes recrues suivent un programme pour perfectionner leur chant, danse, rap, style, jeu d'acteur, langues, attitudes, etc. Ces programmes ont déjà engendré de nombreux scandales, les conditions étant vivement critiquées au même titre que les contrats liant les artistes à leur maison de disques[96].

C'est pourquoi certains artistes n'hésitent pas à quitter leur agence de début au bout de quelques années de carrière. Nous pouvons par exemple citer le cas de Tiffany, membre des Girls' Generation, qui n'a pas renouvelé son contrat avec la SM Entertainment au bout de 10 années de carrière. On peut remarquer que depuis son nouveau contrat avec une agence américaine, l'artiste est beaucoup plus libre dans le choix des chansons, du style, et même de son image, qui paraît moins "contrôlée". Elle le dit elle-même durant une interview que la raison pour laquelle elle n'a pas signé avec une autre agence asiatique était à cause du manque de liberté que ces agences imposent[97].

Un autre exemple serait celui de Hyuna et E' Dawn, qui ont dû quitter leur agence parce qu'ils sont en couple. Ils ont par la suite rejoint le label de Psy : P-Nation[98].

Fandoms[modifier | modifier le code]

En Corée du Sud, les fandoms sont des mouvements de soutien reconnus par les labels discographiques[99]. Contrairement au stéréotype sur les fans de K-pop, en 2012 le magazine New York a interviewé des hommes majeurs fans des Girls' Generation, ils y ont avoué aimer le groupe pour leur apparence physique, mais aussi pour l'attitude que le groupe a envers les fans[100],[101].

Chaque fan club a sa couleur associée. En Corée du Sud, le Dream concert, est un concert où les fandoms défendent leur groupe favori grâce à des ballons. Ces ballons sont de la couleur officielle du groupe[102],[103]. Par exemple, la couleur des ballons du fan club de Super Junior, les ELF est le bleu saphir.

Fans du groupe Girls' Generation avec la couleur officielle du groupe

Aujourd'hui, la majorité des groupes possèdent aussi un light stick. Le premier groupe à en avoir eu un est BigBang, celui-ci ayant une forme emblématique : une couronne jaune que leur fandom, les VIPs, utilisent pour soutenir le groupe[89]. Les light sticks existent sous différentes formes : un ourson pour le groupe Apink, une rose pour le groupe BEAST (aujourd'hui connu sous le nom Highlight), une sucette pour le groupe Twice. De plus, certains groupes ont préféré en avoir un pour chaque tournée et donc plusieurs en tout, permettant ainsi d'avoir un light stick correspondant au thème de la tournée, comme la plupart des groupes de la seconde génération. Pour les groupes de la troisième génération et les suivantes, il y a eu la généralisation des light sticks officiels : nous pouvons citer les groupes tels que Got7, Red Velvet, BLACKPINK. Ainsi, les groupes de la seconde génération ont suivi ce principe et ont opté pour la création d'un seul light stick qualifié d'officiel, et donc l'ont sorti assez tard dans leur carrière : Girls' Generation, Super Junior, TVXQ.

La K-pop voit aussi se manifester des comportements excessifs de la part de fans. Les « sasaeng fans » peuvent ainsi avoir un comportement parfois dangereux pour les stars, lesquelles, bien qu'ayant contribué au fanatisme, préféreraient que cette minorité de fans s'en tiennent au fétichisme de la marchandise (par exemple les produits dérivés) et au prosélytisme[104].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Todd Joseph Miles Holden et Timothy J. Scrase, Medi@sia : global media/tion in and out of context, Taylor & Francis, , 250 p. (ISBN 978-0-415-37155-1, lire en ligne), p. 144.
  2. (en) « K-Pop », Doosan Encyclopedia, Naver (consulté le 11 mars 2012).
  3. a et b Lily Rothman, « Beyond PSY: 5 Essential K-Pop Tracks », Time, 12 avril l (consulté le 13 avril 2013).
  4. (en) « What Marketers Can Learn from Korean Pop Music », Havard Business Review (consulté le 19 octobre 2012).
  5. (en) Lina Yoon, « K-Pop Online: Korean Stars Go Global with Social Media », sur Time, (consulté le 20 février 2011).
  6. (en) Donnie Kwak, « PSY's 'Gangnam Style': The Billboard Cover Story », Billboard (consulté le 2 novembre 2012) : « The Korean music industry grossed nearly $3.4 billion in the first half of 2012, according to Billboard estimates, a 27.8% increase from the same period last year. ».
  7. (en) « South Korea’s Greatest Export: How K-Pop’s Rocking the World », Time, (consulté le 28 avril 2013).
  8. (en) « South Korea’s pop-cultural exports », sur The Economist (consulté le 9 janvier 2014).
  9. (en) Anjani Trivedi, « Forget Politics, Let’s Dance: Why K-Pop Is a Latin American Smash », Time (magazine), (consulté le 9 janvier 2014).
  10. (en) Marlon Bishop, « Meet Latin America's Teenage Korean Pop Fanatics », NPR, (consulté le 9 janvier 2014).
  11. (en) « South Korea's K-pop spreads to Latin America », sur Agence France-Presse (consulté le 28 mars 2013).
  12. (en) Findlay Kember, « Remote Indian state hooked on Korean pop culture », sur Agence France-Presse (consulté le 24 février 2013).
  13. Anugya Chitransh, « ‘Korean Wave’ takes Indian kids in its sway », The Times of India, (consulté le 9 janvier 2014).
  14. (en) « Korean pop culture spreads in Cairo », Egypt Independent (consulté le 14 avril 2013).
  15. (en) « Egyptian-Korean ties endorsed through pop idol competition », Egypt Independent (consulté le 30 juillet 2011).
  16. (en) « Middle East: Korean pop 'brings hope for peace' », BBC, .
  17. (en) Natalie Long, « Infinite lead K-Pop invasion in Dubai », Gulf News, (consulté le 9 janvier 2014).
  18. AFP, « Musique – La déferlante K-Pop débarque en Europe », La Tribune de Genève,‎ (lire en ligne, consulté le 15 juillet 2020).
  19. « K-pop Comes to Poland », The Warsaw Voice.
  20. (en) Mark James Russell, « The Gangnam Phenom », Foreign Policy (consulté le 11 octobre 2012), First taking off in China and Southeast Asia in the late 1990s, but really spiking after 2002, Korean TV dramas and pop music have since moved to the Middle East and Eastern Europe, and now even parts of South America..
  21. August Brown, « K-pop enters American pop consciousness », Los Angeles Times, (consulté le 24 mars 2013), The fan scene in America has been largely centered on major immigrant hubs like Los Angeles and New York, where Girls' Generation sold out Madison Square Garden with a crop of rising K-pop acts including BoA and Super Junior..
  22. (en) John Seabrook, « Cultural technology and the making of K-pop », The New Yorker (consulté le 4 mars 2013), The crowd was older than I’d expected, and the ambience felt more like a video-game convention than like a pop concert. About three out of four people were Asian-American, but there were also Caucasians of all ages, and a number of black women.
  23. (en) Peter Chen, « 'Gangnam Style': How One Teen Immigrant Fell For K-Pop Music », Huffington Post,‎ , p. It is common for Chinese teens in the U.S. to be fans of K-pop, too. (lire en ligne, consulté le 4 mars 2013)
  24. « Black is the New K-Pop: Interview With 'Black K-Pop Fans' », The One Shots (consulté le 4 mars 2013).
  25. a b et c (ko) « "K-POP 한류 아하~ 이렇게 다르구나…" - Les 3 couleurs de la K-Pop dans la Hallyu », Sports chosun,‎ , p. La K-Pop est devenue un style musical accès dans le monde entier. Elle est d'abord devenue populaire en Chine et en Asie du Sud-Est à la fin des années 90 grâce à des groupes comme Baby Box, NRG, et H.O.T. Aujourd'hui, elle est en train de conquérir également les pays occidentaux, des États-Unis à l'Europe, en passant par l'Amérique du Sud. Les départements de développement des idoles [de chaque major coréenne] sélectionnent au niveau international des candidats potentiels par le biais du téléphone ou d'internet, et organisent des auditions officielles régulièrement. Les majors coréennes essayent de recruter en Chine, à Los Angeles, à New York, et au Canada. La maison de disque coréenne SM collabore avec les partenaires locaux, établie des entreprises locales, et lance des albums à l'étranger. En plus de cette stratégie, elle utilise activement les réseaux sociaux tels que Youtube ou Facebook. SM Entertainment a rendu accessible ses œuvres dans le monde entier en ouvrant sa chaîne Youtube en 2009. (lire en ligne)
  26. « La hallyu dans le monde à travers des statistiques », sur Soompi, (consulté le 12 avril 2013).
  27. « Les SNSD vont sortir "The Boys" aux USA avec Universal Music - Soompi France », sur fr.soompi.com (consulté le 1er octobre 2017)
  28. « regardez le reportage Kpop diffusé dans l'effet papillon », sur Planete-kpop.com
  29. (en-US) « K-pop Music: For the Eyes or For the Ears? », sur seoulbeats, (consulté le 3 mai 2019)
  30. « La K-pop, un phénomène culturel en Corée du Sud », sur http://www.voyage.fr/ (consulté le 3 mai 2019)
  31. (en) « Girls’ Generation speak out about the ‘Black Ocean’ incident – but what really happened? », sur SBS PopAsia (consulté le 3 juillet 2020)
  32. « SNSD's thoughts on winning at the "2010 Golden Disk Awards" », sur allkpop (consulté le 3 juillet 2020)
  33. « Les 2NE1 se séparent – K-GEN », sur k-gen.fr (consulté le 3 juillet 2020)
  34. (en) « Breaking: Wonder Girls Disbanding, To Release One Last Single », sur Soompi, (consulté le 3 juillet 2020)
  35. « SISTAR confirme sa séparation – K-GEN », sur k-gen.fr (consulté le 3 juillet 2020)
  36. « Les miss A se séparent – K-GEN », sur k-gen.fr (consulté le 3 juillet 2020)
  37. « What’s the difference between the 1st, 2nd and 3rd generations of K-Pop? - Quora », sur www.quora.com (consulté le 3 mai 2019)
  38. « NU'EST W », sur www.nautiljon.com (consulté le 4 mai 2019)
  39. « NCT 127 Discuss the Group's Unique Concept, Breaking Into U.S. & More », sur Billboard (consulté le 4 mai 2019)
  40. (en) The Korea Herald, « NCT Dream releases new music video », sur www.koreaherald.com, (consulté le 4 mai 2019)
  41. « Girl’s Day Members Weren′t Comfortable With Their Cute Concept », sur omonatheydidnt.livejournal.com (consulté le 28 juin 2020)
  42. SMTOWN, « Girls' Generation 소녀시대 '소원을 말해봐 (Genie)' Teaser »,‎ (consulté le 4 mai 2019)
  43. jypentertainment, « GOT7 “FLIGHT LOG : DEPARTURE” Album Spoiler », (consulté le 4 mai 2019)
  44. (en) « [INFINITE - The Eye] Comeback Stage | M COUNTDOWN 160922 EP.493 », sur youtube.com, (consulté le 4 mai 2019)
  45. (en) « [INFINITE - Thank You] Comeback Stage | M COUNTDOWN 160922 EP.493 », sur youtube.com, (consulté le 4 mai 2019)
  46. MBCkpop, « [Comeback Stage] Girls' Generation - Show Girls, 소녀시대 - 쇼 걸 Show Music core 20150822 »,‎ (consulté le 4 mai 2019)
  47. MBCkpop, « [Comeback Stage] Girls' Generation - Lion Heart, 소녀시대 - 라이온 하트 Show Music core 20150822 »,‎ (consulté le 4 mai 2019)
  48. (en) « [Comeback Stage] Girls' Generation - You Think, 소녀시대 - 유 싱크 Show Music core 20150822 », sur youtube.com,‎ (consulté le 4 mai 2019)
  49. « Le bilan financier de SM, YG et JYP pour le troisième trimestre 2018 révélé », sur k-gen.fr, (consulté le 4 mai 2019)
  50. a et b (en-GB) Lucy Williamson, « The dark side of South Korean pop », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ (lire en ligne, consulté le 3 mai 2019)
  51. a et b (en) « South Korean Law to Protect Young K-Pop Stars From Sexualization, Overwork », sur The Hollywood Reporter (consulté le 3 mai 2019)
  52. (ko) « 한경 "SM, 非정상적 활동강요" », sur 스타뉴스,‎ (consulté le 3 mai 2019)
  53. « SM TOWN : Procés, Départ Et Tensions | FR Kpop Amino », sur FR Kpop | aminoapps.com (consulté le 3 mai 2019)
  54. « Kim Jong-Hyun, un suicide pas si anecdotique », Slate.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 16 janvier 2018)
  55. Jeff Benjamin, « K-pop in 2019: BTS, Blackpink break new ground, but deaths and scandal tarnish image of Korean music industry », sur scmp.com, .
  56. (en) « List of Crazy Actions Done by JYJ/DBSK’s Sasaeng Fans Shock Netizens », sur Soompi, (consulté le 28 juin 2020)
  57. (ko) « 가희 충격고백 "난 애프터스쿨 왕따였다" », sur 다음 연예,‎ (consulté le 29 juin 2020)
  58. « La vérité sur le scandale T-ARA/Hwayoung éclate suite à la révélation de messages de menace de Hyoyoung envers Ahreum – K-GEN », sur k-gen.fr (consulté le 29 juin 2020)
  59. (en) « 2PM’s Taecyeon Shares Personal Statement About His Recent Dating News », sur Soompi, (consulté le 4 juillet 2020)
  60. (en) « Tiffany Posts A Second, Much Lengthier Apology Regarding Controversy », sur Soompi, (consulté le 4 juillet 2020)
  61. [PDF] (en) « The Recording Industry In Japan 2011 », sur riaj.or.jp.
  62. (en) « Piracy makes harsh music for S Korea industry ».
  63. « Comment la K-Pop a-t-elle conquis le territoire nippon », sur Soompi, .
  64. (en) « K-Pop artists record highest-ever sales in Japan », sur Korean Herald.
  65. « Japon : la K-Pop continue sa conquête du marché musical », sur Soompi, .
  66. (en) « K-Pop's slick productions win Fans across Asia ».
  67. (en) « BoA 's Chart History », sur Billboard.com.
  68. (en) « Jay Sean Recaptures Hot 100's Top Slot », sur Billboard.com.
  69. (en) « SM Town Press Kit ».
  70. (en) « David letteman show », sur YouTube.
  71. (en) « Live! With Kelly », sur YouTube.
  72. (fr) Girls' Generation remporte le prix de la meilleure vidéo de l'année aux Youtube Music Awards, soompi.com
  73. « combien de fois les vidéos de K-Pop ont-elles été visionnées sur Youtube en 2011 »-Soompi
  74. « SM Town : Le Zénith complet... ou presque ! (le point à 13h30) ».
  75. « Vidéo Flash-mob Kpop du 1er mai 2011 à Paris : la version longue de l'événement qui a fait le tour de la planète »-Orient-extreme
  76. (en) « SM Entertainment gains $1.6 million from SM Town Paris ? »
  77. « charts in France – Top Album de la semaine du 13 février 2012 », sur Charts in France.
  78. « SNSD : The Boys @Canal+ Le Grand Journal (09/02/2012) - Vidéo dailymotion », sur Dailymotion, (consulté le 15 août 2018)
  79. « SNSD : Canal+ La Boite A Questions (15/02/2012) - Vidéo dailymotion », sur Dailymotion, (consulté le 15 août 2018)
  80. Music Bank - K-Pop Festival, bercy.fr
  81. La K-pop coréenne à l'assaut de Bercy, Le Figaro.
  82. « KCON Paris : des fans de K-pop médusés, un show spectaculaire. J'y étais, c'était inouï », Le Plus,‎ (lire en ligne)
  83. « SMTOWN », sur YouTube (consulté le 1er mai 2019)
  84. (en) « Korean Pop, with Online Help, Goes Global », sur Time world.
  85. (en) « Girls’ Generation’s “Gee” MV Surpasses 100 Million Views on YouTube », sur Soompi, (consulté le 1er mai 2019)
  86. (ko) « 소녀시대, 9주 연속 1위 차지 ‘음반·음원 모두 두각’ », sur 재경일보,‎ (consulté le 1er mai 2019)
  87. (en) « iTunes now offer wider selections of popular Korean artists in its store », sur Calgaryjournal.
  88. « Les maisons de disques YG Entertainment avex s'associent pour créer la YGEX entertainment », sur Soompi, .
  89. a et b « All The “First” In K-pop History That You Need To Know », sur KpopStarz, (consulté le 4 juillet 2020)
  90. « TF1 News vous explique tout sur Girls' Generation le nouveau phénomène K-pop », sur TF1.
  91. « 10 raisons de découvrir la k-pop »
  92. « les artistes pop coréens travaillent avec de grands producteurs internationaux », sur Orient-extreme.net.
  93. « Super Junior Team Up With Leslie Grace for Latin-Tinged 'Lo Siento': Watch the Music Video », sur Billboard (consulté le 23 avril 2019)
  94. « Super Junior releases Latin album », sur Korea JoongAng Daily (consulté le 23 avril 2019)
  95. « « KPOP Star » de SBS organisera des auditions dans 5 villes du monde », sur French.visitkorea.or.kr.
  96. (en) « The Dark Side Of South Korean pop music »-BBC News
  97. (en) Aref Omar, « #Showbiz: Girls' Generation behind reason Tiffany signs with American agency », sur NST Online, (consulté le 21 janvier 2020)
  98. « HyunA et E’Dawn signent dans la nouvelle agence fondée par PSY ! – K-GEN », sur k-gen.fr (consulté le 21 janvier 2020)
  99. (en) Learn about K-Pop fan clubs’ names and origins!, hellokpop.com
  100. (en) The Korea Herald, « K-pop drives hallyu craze: survey », sur www.koreaherald.com, (consulté le 1er mai 2019)
  101. (en) « Grown Men Creepily Moved by South Korean Girl Groups », sur The Cut (consulté le 1er mai 2019)
  102. (en) « Warning: this post is long. If you’re looking for anything specific, it is highly suggested that you search (ctrl/cmd + F) for it. », sur Tumblr (consulté le 2 avril 2013).
  103. (en-US) « 10 Things: K-Pop Fandom Color Lights at Dream Concerts », sur Kpopmap, (consulté le 4 juillet 2020)
  104. Jusqu’où les anti-fans et les fans sasaengs sont-ils capables d’aller ?

Bibliographie[modifier | modifier le code]

En français[modifier | modifier le code]

  • Élisabeth Hofer, sous la dir. de Bertrand Cabedoche, Médias et industries créatives dans un contexte de mondialisation culturelle, à travers le cas du succès de la musique pop sud-coréenne en France, mémoire de master 1 en Information et communication, université Pierre Mendès-France, Grenoble, 2014, 55 p. Texte intégral en pdf sur https://dumas.ccsd.cnrs.fr/
  • Lenz Praipanapong, sous la direction de Frédéric Carral et de Suthisa Rojana-Anon, La mode de la k-pop en France, mémoire de master en Études de français, Faculté des Arts libéraux, Université Thammasat, Bangkok (Thaïlande), 2013, 224 p. en pdf.
  • Xiao Wu, sous la direction de Catherine Bertho-Lavenir, Analyse du genre de la musique K-pop dans la Vague coréenne, mémoire de master 2 en médiation culturelle, université Paris 3, 2013, 143 p.
  • Lefebvre Cl. : La K-pop au top, « Air le mag », no 31, , p. 44-47

En anglais[modifier | modifier le code]