Steve Aoki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Steve Aoki
Description de cette image, également commentée ci-après
Steve Aoki, lors d'une interview en 2019.
Informations générales
Surnom DJ Steve Aoki Kid Millionaire[1]
Nom de naissance Steven Hiroyuki Aoki
Naissance

(43 ans)
Miami, Floride

Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale Disc jockey, producteur
Genre musical EDM, electro house[2],[3], big room
Instruments Platines, ordinateur, CDJ
Années actives Depuis 1996
Labels Dim Mak Records, Ministry of Sound Australie
Site officiel steveaoki.com

Steven Hiroyuki Aoki, dit Steve Aoki (prononcé en anglais : [stiːv eɪˈoʊki]), né le à Miami (Floride), est un disc jockey et producteur américain d'origine japonaise, fondateur et PDG du label Dim Mak Records.

Biographie[modifier | modifier le code]

Steve Aoki est né à Miami, et a grandi à Newport Beach en Californie. Il est le troisième enfant de Rocky Aoki (en) et de Chizuru Kobayashi[4]. Son père Rocky Aoki est un ancien champion japonais de lutte et le fondateur de la chaîne de restauration américaine de cuisine japonaise Benihana. Steve Aoki a plusieurs frères et sœurs célèbres : une grande sœur, Kanaa (qui s'appelle désormais Grace), un grand frère, Kevin (patron du restaurant Doraku Sushi), un demi-frère et une demi-sœur plus jeunes, Kyle et Echo. Il a enfin pour autre demi-sœur l'actrice et top-model Devon Aoki. Enfant, Steve a vécu en compagnie de son grand-père, de sa mère ainsi que de son frère Kevin et sa sœur Kanaa. Son père, un homme d'affaires que Steve ne voyait que pendant les vacances, vivait à l'autre bout des États-Unis. En 2005, Rocky poursuit en justice quatre de ses six enfants (Grace, Kevin, Kyle et Echo) au motif qu'ils auraient tenté abusivement de prendre le contrôle de la société qu'il avait fondé et dont la valeur serait estimée entre 60 et 100 millions de dollars. Steve et Devon n'ont, eux, pas été poursuivis. Rocky déclare à propos de Devon qu'il ne lui en voulait pas « parce qu'[elle] ne participe pas aux affaires d'argent de la famille et qu'[elle] est [sa] préférée, qu'[elle] est très intelligente et qu'[il] est fier d'[elle][5]. »

Steve Aoki étudie à l'Université de Californie à Santa Barbara (USCB)[6], et en sort muni de deux diplômes de premier cycle, l'un en Études Féminines (Women's Studies) et l'autre en sociologie[7]. C'est à l'université qu'Aoki enregistre des productions réalisées entièrement tout seul et qu'il lance une série de concerts underground qui avaient lieu dans le salon de son appartement à Isla Vista qu'il renomma avec ses colocataires The Pickle Patch, une parcelle de terrain résidentielle adjacente à l'UCSB[8]. Âgé d'à peine plus de vingt ans, il lança son propre label musical qu'il nomma Dim Mak en honneur à l'art martial éponyme pratiqué par Bruce Lee, son héros d'enfance[9],[10],[11].

Carrière[modifier | modifier le code]

Dim Mak Records et débuts[modifier | modifier le code]

Steve Aoki à Paris, en France, en 2011.

Aoki fonde le label discographique Dim Mak Records en 1996. Au fil de son existence, ce label de musique house et de musique électronique produit des artistes aussi célèbres que MSTRKRFT, Klaxons, Scanners, Whitey, The Bloody Beetroots et Mystery Jets[12]. Aoki travaille également en tant que disc jockey et assure la programmation de boîtes de nuits. Il produit aussi des remixes en compagnie de Blake Miller (du groupe Moving Units, originaire de Los Angeles). Miller et Aoki collaborent sous le pseudonyme de Weird Science. Il remixe de nombreux artistes ainsi que des groupes, dont notamment Lenny Kravitz, Bloc Party, Snoop Dogg, Robin Thicke, S.P.A., Duran Duran, Timbaland, Chester French et Peaches.

En , Aoki devient membre de la Music Is Revolution Foundation du bassiste des MC5 Michael Davis[13], une organisation à but non lucratif encourageant l'éducation musicale à l'école[14]. La même année, il lance une ligne de vêtements, Dim Mak Collection[15]. En 2009, il sort une seconde marque de vêtements qu'il dessine en compagnie de sa sœur Devon. Pour sortir cette collection, ils s'allient avec George Garrow et Dan Single, les fondateurs et présidents de la marque Ksubi. Aoki déclare qu'ils travaillent dessus  : « ensemble depuis deux ans, depuis les tous débuts[16]. » Aoki et son ami Greger Hagelin, le président de WESC, eurent l'idée de créer des « casques audio Steve Aoki. » Ils utilisèrent pour leur première collection différentes teintes de vert car c'était à ce moment-là la couleur préférée d'Aoki[17].

Aoki est sponsorisé par KR3W Apparel et Supra Footwear, deux compagnies pour lesquelles il dessine sous son propre nom une collection originale de vêtements et de chaussures. Aoki est, en compagnie de Danny Masterson, de Julian Casablancas des Strokes, de Mark Ronson, de Laura Prepon et de Jerry Butler, parmi d'autres, copropriétaire de la chaîne de restaurants spécialisée dans les barbecues coréens Shin. Il est en outre copropriétaire de la compagnie de management Deckstar, avec Paul Rosenberg et d'autres gérants (son ami DJ AM en était jusqu'à son décès également l'un des copropriétaires). Sous la tutelle de Deckstar, une division management de Dim Mak est formée pour gérer non seulement les artistes qui ont signé chez ce label mais également d'autres DJs. Il fait une apparition dans les jeux vidéo NBA 2K8 et NBA 2K9 en tant que personnage spécial déblocable. Le premier mix de Steve Aoki Pillowface and His Airplane Chronicles est publié en [18]. Il a également remixé le morceau When The Wind Blows présenté dans l'édition britannique du dernier album des All-American Rejects, When The World Comes Down.

Reconnaissance internationale (2010–2012)[modifier | modifier le code]

En , Aoki fait paraître I'm in the House, une collaboration avec Zuper Blahq — le surnom du chanteur will.i.am des Black Eyed Peas[19]. La chanson atteint la 29e place de l'UK Singles Chart sa première semaine après parution, puis l'UK Dance Chart et l'UK Indie Chart, au top 5. Le compositeur et producteur Lucas Secon confirme en dans une entrevue avec HitQuarters travailler sur un single aux côtés de Rivers Cuomo et Aoki[20]. Le premier album solo d'Aoki, Wonderland, est publié en et présente d'autres artistes et groupe comme LMFAO, Kid Cudi, Kay, Travis Barker, will.i.am aka Zuper Blahq, Wynter Gordon, Rivers Cuomo, Lil Jon, Chiddy Bang, Lovefoxxx, et Big John Duncan (ancien guitariste du groupe The Exploited), entre autres. Le , Aoki fait paraître son premier EP, It's the End of the World As We Know It, composé de trois morceaux musicaux[21].

A Light that Never Comes et Neon Future (depuis 2013)[modifier | modifier le code]

Aoki à Brasilia, au Brésil, 2014.

Le , Aoki collabore avec Linkin Park sur la chanson A Light That Never Comes[22] inclus dans le remix album, Recharged, 18 jours après. Plusieurs remixes de la chanson sont publiés en dans la version téléchargeable de l'EP A Light That Never Comes (Remixes)[23]. En 2015, il participe à l'Ultra dans sa ville de naissance aux côtés de Dimitri Vegas & Like Mike ; ils forment ainsi le groupe 3 Are Legend[24]. Sur cette année, il réalise 178 prestations, record parmi les meilleurs DJ mondiaux[25]. Le 10 décembre 2016, il sort Just Hold On en collaboration avec Louis Tomlinson. Le , il collabore avec le groupe coréen BTS et Desiigner, et sortent le remix de MIC Drop, à sa sortie le titre se place directement en tête des classements iTunes dans plusieurs pays dont les États-Unis. Lors de sa sortie sur YouTube, le clip se classe dans le top 20 des tendances.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 2008 : Pillowface and His Airplanes Chronicles
  • 2012 : Wonderland
  • 2012 : It's The End Of The World As we Know It (EP)
  • 2014 : Neon Future I
  • 2015 : Neon Future II
  • 2015 : Neon Future Odyssey
  • 2016 : 4OKI
  • 2016 : Just Hold On feat Louis Tomlinson
  • 2017 : Steve Aoki presents : Kolony
  • 2017 : All Night (Single)
  • 2018 : 5OKI
  • 2018 : Neon Future III
  • 2020 : Neon Future IV

Apparitions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Matt Kenma, « Kid Millionaire cashes In », sur Santa Barbara Independant, (consulté le ).
  2. (en) Andrew Rennie, « A-okay Aoki », (consulté le ).
  3. (en) Sam Weiss, « Five People Crushed by Crowd at Steve Aoki's Madrid Show », Complex, (consulté le ).
  4. (en) « Aoki family tree from NY mag » (version du 1 décembre 2006 sur l'Internet Archive), sur NY Mag, .
  5. (en) « Rocky's Family Horror Show » (consulté le ).
  6. « Santa Barbara Student Housing Cooperative | we own it », sbcoop.org (consulté le ).
  7. (en) James Barone, « Shut Up And Dance », sur Submerge Magazine, .
  8. (en) « Pickle Patch Compilation », sur Mostly.blueskiesabove.us, (consulté le ).
  9. « The Look Right Now | Steve Aoki profile » (version du 29 octobre 2007 sur l'Internet Archive).
  10. (en) « The DNA Life | Blog: Steve Aoki x Dim Mak | How It All Started », blog.thednalife.net (consulté le ).
  11. (en) « About : », shop.dimmak.com (consulté le ).
  12. (en) « Steve Aoki Bio, Music, News & Shows » (consulté le ).
  13. (en) « Meet the Board », Music Is Revolution Foundation (consulté le ).
  14. (en) « Excitement stirs with most recently released album by Steve Aoki », thewarriorledger.com (consulté le ).
  15. (en) « Steve Aoki (Dim MakLA) + A1 Bassline (UK) Tickets », sur moshtix (consulté le ).
  16. (en) « Interview with Steve Aoki », sur About.com, (consulté le ).
  17. (en) « Win DJ Steve Aoki's Headphones », sur clubplanet (consulté le ).
  18. (en) « Pillowface & His Airplane Chronicles », sur Amazon (consulté le ).
  19. (en) « iTunes - Music - I'm In the House (feat. Zuper Blahq) - Single by Steve Aoki », itunes.apple.com (consulté le ).
  20. (en) « Interview With Lucas Secon », HitQuarters, (consulté le ).
  21. (en) « Album Review: Steve Aoki – It’s the End of the World As We Know It EP », Consequence of Sound, .
  22. (en) « Hear Linkin Park and Steve Aoki's A Light That Never Comes on Facebook | SPIN | Newswire », SPIN, (consulté le ).
  23. (en) « A LIGHT THAT NEVER COMES (Remixes) EP »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Linkinpark.com (consulté le ).
  24. (en) « DIMITRI VEGAS, STEVE AOKI & LIKE MIKE Team for '3 are Legend' », sur broadwayworld.com, (consulté le ).
  25. « Top 100 DJs 2015 : chiffres », DJ Magazine, Lyon, vol. Hors Série, no 1 H,‎ , p. 50 (ISSN 2271-006X) « 178 dates pour Steve Aoki […] Hardwell a réalisé 102 DJ sets ».

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :