Adult contemporary

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour le classement du Billboard, voir Hot Adult Contemporary Tracks.
La chanteuse adult contemporary Céline Dion est l'une des plus grandes vedettes de l'industrie musicale, qui dénombre plus de 220 millions d'albums vendus dans le monde[1].

L'adult contemporary (AC) est un style musical, variant entre musiques vocales des années 1960, soft rock des années 1970[2] et ballades actuelles, caractérisé par des éléments d'easy listening, de soul, de rhythm and blues, et de rock[3],[4],[5]. L'adult contemporary est une continuité d'easy listening et du soft rock popularisé dans les années 1960 et 1970 caractérisée par quelques ajustements reflétant l'évolution de la musique pop/rock[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Premières racines[modifier | modifier le code]

En termes de vente et de carrière, Barry Manilow est l'un des chanteurs d'adult contemporary les plus populaires et rentables des années 1970[7].

L'adult contemporary retrace ses racines dans le format easy listening des années 1960, composé à 70-80 % de morceaux instrumentaux et 20-30 % de chants. Il se composait parfois de 90 % d'instruments, et d'une poignée entièrement instrumentale. Le format easy listening, au tout début, est lancé par certaines chaînes de radio à la fin des années 1950 et début des années 1960 afin de continuer à jouer les chansons à succès mais en les différenciant des chaînes de radio étiquetées « rock 'n' roll. » Billboard publie pour la première fois un classement Easy Listening le 17 juillet 1961, avec 20 chansons en liste ; la première place est attribuée à Boll Weevil Song de Brook Benton. Le classement se décrit lui-même comme « pas trop éloigné dans les deux sens[8]. »

À l'origine, les chanteurs comptaient du genre Frank Sinatra, Doris Day, Johnny Mathis, Connie Francis, Nat King Cole, Perry Como, entre autres. Les enregistrements personnalisés étaient des reprises instrumentales de chansons rock 'n' roll ou pop anciennes ou récentes, diffusées sur des chaînes de radio pour faire appel à une audience de masse sans que ça ne fasse trop commercial. Certaines chaînes de radio jouent occasionnellement des chansons de l'ère big band des années 1940 et début des années 1950[9]. Après 1965, des différences entre le classement Hot 100 et le classement Easy Listening commencent à se faire sentir. Pour mieux refléter ce que les chaînes de radio jouent, la composition du classement change drastiquement.

Tandis que le rock continue à se renforcer, les croisements entre le Hot 100 et le Easy Listening se font très rare contrairement à la première moitié des années 1960. Roger Miller, Barbra Streisand et Bobby Vinton sont les musiciens les plus célèbres du classement[8].

Soft rock[modifier | modifier le code]

Careless Whisper conserve la première place du classement d'adult contemporary pendant 18 semaines[10]. Il s'agit du premier single solo de George Michael[11].

Le hard rock devient un genre musical populaire en 1965. À la fin des années 1960, il n'est pas rare de scinder le rock populaire en soft rock et hard rock[6], les deux genres étant constamment diffusés à la radio aux États-Unis[12]. Le soft rock est souvent dérivé du folk rock, de par son usage d'instruments acoustiques, de mélodies et d'harmonies. Les musiciens principaux sont Carole King, Cat Stevens, James Taylor[13] et Bread[14],[15].

Les classements Hot 100 et Easy Listening deviennent à nouveau similaires vers la fin des années 1960 et au début et milieu des années 1970, lorsque la texture de la majeure partie des chansons du Top 40 commencent à s'adoucir (devenir plus « soft »). L'adult contemporary commence à évoluer en un son qui se définira par la suite grâce à des groupes et musiciens orientés rock comme Chicago, The Eagles, et Elton John[8]. Le soft rock atteint son pic commercial au milieu et à la fin des années 1970 grâce à des groupes comme Toto, England Dan & John Ford Coley, Air Supply, Seals and Crofts, America et Fleetwood Mac, dont l'album Rumours (1977) devient le plus rentable de la décennie[16].

En 1977, certaines chaînes de radio, comme WTFM et NBC Owned WYNY de New York, adoptent le format tout soft rock[17]. Dans les années 1980, les goûts changent et les chansons diffusées à la radio reflètent ce changement[18],[19]. Des chaînes de radio jouent des chansons du Top 40 peu importe le genre.

Arrivée à la radio[modifier | modifier le code]

Le 7 avril 1979, le classement Easy Listening est officiellement renommé Adult Contemporary[8] et ces deux termes définiront désormais ce classements. La musique adult contemporary devient le format le plus diffusé à la radio pendant les années 1980. L'AC populaire évolue en une mode au fil des années ; des musiciens traditionnellement AC comme Barbra Streisand, les Carpenters, Dionne Warwick, Barry Manilow, John Denver, et Olivia Newton-John éprouvent des difficultés à atteindre le Top 40 tandis que les années 1980 progressent, et que, parallèlement à l'influence de MTV, des artistes deviennent le tremplin du format Contemporary Hit Radio, comme Richard Marx, Michael Jackson, Bonnie Tyler, George Michael, Phil Collins puis Laura Branigan. Collins est décrit par AllMusic comme l'« un des chanteurs pop et adult contemporary les plus populaires des années 1980 et plus[20]. » Cependant, entre MTV et les radios spécialisées, l'adult contemporary paraît plus difficile à se définir comme un genre.

Bien que la dance, l'electronic pop et le rock dominent les années 1980, les chansons soft rock/AC parviennent à se populariser modérément à l'aide d'Amy Grant[21], de Lionel Richie, Christopher Cross, Dan Hill, Leo Sayer, Billy Ocean[22], Julio Iglesias, Bertie Higgins et de Tommy Page[23].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Stacia Proefrock, « Celine Dion - Music Biography, Credits and Discography », AllMusic (consulté le 3 octobre 2012).
  2. (en) Adult Contemporary Music. about.com, consulté le 4 août 2008.
  3. (en) « Soft Rock Music - What is Soft Rock? - Oldies Music Songs and Artists », Oldies.about.com, (consulté le 3 octobre 2012).
  4. (en) Adult Contemporary, « Adult Contemporary : Significant Albums, Artists and Songs, Most Viewed », AllMusic (consulté le 3 octobre 2012).
  5. (en) Musical Terms. American Popular Music. Oxford University Press, consulté le 4 avril 2008.
  6. a et b (en) R. B. Browne and P. Browne, eds, The Guide to United States Popular Culture (Popular Press, 2001), (ISBN 0-87972-821-3), p. 687.
  7. (en) Steve Huey, « Barry Manilow - Music Biography, Credits and Discography », AllMusic, (consulté le 3 octobre 2012).
  8. a b c et d (en) Trust, Gary (23 juillet 2011). Vanilla Is Licking the Competition. Billboard. Vol. 123, Issue 25.
  9. (en) « Project MUSE - Lounge Caravan: A Selective Discography », Muse.jhu.edu, (DOI 10.1353/not.2005.0059, consulté le 3 octobre 2012).
  10. (en) « Careless Whisper - Wham! », Billboard.com (consulté le 3 octobre 2012).
  11. (en) Mark Deming, « George Michael - Music Biography, Credits and Discography », AllMusic, (consulté le 3 octobre 2012).
  12. (en) M. C. Keith, The Radio Station: Broadcast, Satellite and Internet (Focal Press, 8th edn., 2009), (ISBN 0-240-81186-0), p. 14.
  13. (en) J. M. Curtis, Rock Eras: Interpretations of Music and Society, 1954-1984 (Popular Press, 1987), page 236.
  14. (en) Soft Rock, « Soft Rock : Significant Albums, Artists and Songs, Most Viewed », AllMusic (consulté le 9 janvier 2013).
  15. (en) « Soft Rock - Profile of the Mellow, Romantic Soft Rock of the '70s and Early '80s », 80music.about.com, (consulté le 9 janvier 2013).
  16. (en) P. Buckley, The Rough Guide to Rock (Rough Guides, 3rd edn., 2003), p. 378.
  17. (en) C. H. Sterling, M. C. Keith, Sounds of Change: a History of FM broadcasting in America (UNC Press, 2008), pages 136-137.
  18. (en) « Journey: The band who did not stop believing », BBC News, (consulté le 6 décembre 2010).
  19. (en) « 10 Best Soft Rock Ballads », Made Man (consulté le 6 décembre 2010), Journey fans can easily list a dozen soft rock ballads from the band...
  20. (en) William Ruhlmann, « Phil Collins Biography », AllMusic (consulté le 21 avril 2014).
  21. (en) William Ruhlmann, « Amy Grant - Music Biography, Credits and Discography », AllMusic (consulté le 3 octobre 2012).
  22. (en) Greg Prato, « Billy Ocean - Music Biography, Credits and Discography », AllMusic, (consulté le 3 octobre 2012).
  23. (en) Peter Fawthrop, « Tommy Page - Music Biography, Credits and Discography », AllMusic, (consulté le 3 octobre 2012).

Liens externes[modifier | modifier le code]