Communes insurrectionnelles en France en 1870-1871

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Plaque commémorative de la commune de Narbonne, mur de Notre-Dame de Lamourguier.

En plus de Paris, d'autres communes françaises connurent des mouvements insurrectionnels à la suite de la guerre franco-allemande de 1870[1],[2].

Chronologie[modifier | modifier le code]

La première Commune est celle de Lyon, où la nouvelle République est proclamée en avance sur Paris, le au matin. Elle dure jusqu'en janvier de l'année suivante[3], avant de reprendre de mars à avril[4]. Elle est suivie par celle de Marseille, mise en place le et présidée par Adolphe Joseph Carcassonne[5],[6], avant que le pouvoir ne soit repris par le préfet Alphonse Gent[7].

Après la proclamation de la Commune de Paris le , les Communes de provinces se développent plus rapidement, mais sont de courte durée : à Marseille, une seconde a lieu du au sous le commandement de Gaston Crémieux[3],[5], à Saint-Étienne, l'insurrection ne dure que quelques jours du 24 au [3][8], à Narbonne[9] du 24 au 31, proclamée par Émile Digeon, à Toulouse du 24 au 27, à Perpignan le 25, au Creusot le 26 par Jean-Baptiste Dumay[3], puis à Grenoble le , à Bordeaux les 16 et 17 et à Nîmes le 18[10].

D'autres soulèvements ont lieu à Limoges[11],[12], Périgueux, Cuers, Foix, Rouen ou au Havre[10].

Le gouvernement de Versailles réussit à réprimer ces menées lors de la campagne de 1871 à l'intérieur.

Liste détaillée[modifier | modifier le code]

Communes listées par ordre alphabétique.

Brest[modifier | modifier le code]

En octobre 1870, un ouvrier du nom de Constant Le Doré appela à suivre l'exemple de Paris, Lyon et Marseille et à créer une commune ; il constitua un comité autour de lui, mais tous furent arrêtés quelques jours plus tard et traduits en conseil de guerre le , où Le Doré et Coupat, considérés comme les meneurs, furent condamnés à deux ans[13].

Le Creusot[modifier | modifier le code]

La Commune du Creusot est une commune insurrectionnelle éphémère proclamée au Creusot (Saône-et-Loire) par Jean-Baptiste Dumay le et réprimée deux jours plus tard.

Lyon[modifier | modifier le code]

Fresque en hommage aux massacrés de la commune de Lyon, visible sur l'avenue Berthelot à Lyon
Fresque en hommage aux massacrés de la commune de Lyon, visible sur l'avenue Berthelot à Lyon

Le , à la suite de la défaite de Sedan, un comité de militants radicaux s'empara de l’hôtel de ville et proclama la République. L'Association internationale des travailleurs devint bientôt impliquée par des activistes tels que Bakounine, fondant bientôt un "Comité du salut de la France". Ils seront réduits le [14],[15].

Dans la nuit du au , l’Hôtel de ville est une nouvelle fois envahi avec l’aide d’acteurs du et autres fonctionnaires de la première commune. Le 25, le maire Jacques-Louis Hénon annonça la venue des défenseurs de Belfort, ce qui mit fin à l'insurrection[16][4].

La Guillotière, bastion du mouvement insurrectionnel, maintint le drapeau rouge à sa mairie ; le , des gardes nationaux empêchèrent la tenue des élections au conseil municipal régulier et la population érigea des barricades, opposant une résistance armée contre les forces armées avant d’être vaincus le même soir[16][4].

Marseille[modifier | modifier le code]

Portrait de Gaston Crémieux
Gaston Crémieux fut le principal acteur de ces évènements

Déjà le , une insurrection menée par Gaston Crémieux, Émile Bouchet, Maurice Rouvier et Gustave Naquet s'empara de la préfecture et, le lendemain, de la mairie. Ils furent arrêtés et, vers la fin du mois, condamnés par un conseil de guerre à des peines ne dépassant pas un an d'emprisonnement.

Ces insurgés furent libérés à la suite du , sous les acclamations de la foule ; les républicains les plus avancés, regroupés dans la Ligue du Midi, avec Crémieux à leur tête, se trouvèrent bientôt en porte à faux avec le gouvernement provisoire. Le , une seconde insurrection éclata, et une Commune proclamée, Alphonse Esquiros prenant la tête de la Commission municipale. Le préfet Alphonse Gent parvint à reprendre les choses en main et, le , il télégraphia au gouvernement provisoire que l'ordre était revenu[7].

Quatre jours après le début de l'insurrection parisienne, une troisième insurrection eut lieu le , menée par Crémieux aux cotés de Clovis Hugues brandissant le drapeau rouge. La foule s'empare de la préfecture, d'où Crémieux proclame la solidarité avec Paris, d'où des représentants viennent pour les aider.

Crémieux doit alors manœuvrer entre les dissensions internes, son souci de maintenir l'ordre et les services public et la désertion de nombreux fonctionnaires.

Finalement, le , le général Henri Espivent de la Villesboisnet marcha sur Marseille et réprima la Commune. Ses troupes victorieuses défileront le lendemain aux cris de « Vive Jésus ! Vive le Sacré-Cœur ! ».

Crémieux sera fusillé le sur la demande insistante d'Espivent, qui réussit à passer outre le désir d'Adolphe Thiers de le gracier.

La foule s'empare de la préfecture .

Narbonne[modifier | modifier le code]

À la suite du soulèvement du , des éléments du « club de la Révolution » menèrent une insurrection populaire et, du au , s'emparèrent des arrondissements centraux de la ville, ralliant des troupes à leur cause[9],[17],[18].

Dans la nuit du 29 au 30, des troupes versaillaises menées par le général Louis Adolphe Zentz d'Alnois réduisirent l'insurrection, et les principaux acteurs furent traduits devant des tribunaux civils et militaires.

Paris[modifier | modifier le code]

Affiche du Comité de Salut public de la Commune de Paris
Affiche du Comité de Salut public de la Commune de Paris

La Commune de Paris est l'exemple le plus connu, ainsi que le plus abouti, de ces communes insurrectionnelles.

Fondée le , elle fut écrasée par les troupes versaillaises au cours de la Semaine sanglante.

Saint-Étienne[modifier | modifier le code]

À la suite de l'insurrection parisienne, des sympathisants tinrent des réunions; cinq jours plus tard, le , à la suite de la Commune de Lyon, une délégation réclama la démission du conseil municipal. Devant son refus, le lendemain, la foule envahit l’hôtel de ville et la Commune est proclamée; les gardes nationaux envoyée par le préfet Henri de L'Espée se rallient à l'insurrection, et le préfet L'Espée mourut le dans des circonstances indéterminées, ce qui fit perdre au mouvement son soutien populaire.

Sans plus aucune existence réelle, le Comité révolutionnaire se rendit, sans combattre, le . Des dizaines de participants furent condamnés à la déportation.

Toulouse[modifier | modifier le code]

Le , sur le Capitole, l’acteur Saint-Gaudens, capitaine de la Garde nationale, lit à pleins poumons la « déclaration de la Commune révolutionnaire de Toulouse » rédigée par Armand Duportal, qui essaya plus tard de temporiser avec Versailles, affirmant que l'ordre public n'avait pas été troublé. De son coté, le trésorier-payeur général royaliste François de Carbonel constitua un "bataillon de l'ordre"[19].

Les appels au calme du procureur de la République Louis Delcurrou empêchèrent toute effusion de sang, l'armée régulière reprit la préfecture et la mairie et Edmond Valette, l'un des officiers ayant participé au mouvement, fut nommé maire provisoire[19].

Besançon[modifier | modifier le code]

La Commune de Besançon n'est restée qu'au stade de projet, mais fut véritablement conçue et préparée par les partisans révolutionnaires secondés de la future Fédération jurassienne. Alors que de nombreux notables témoignent d'un contexte insurrectionnel et que des soutiens armés venus de Suisse s'organisent, les correspondances laissées entre autres par James Guillaume et Mikhaïl Bakounine font état d'un déclenchement espéré entre fin mai et début . Avec le début de la Semaine sanglante, toute tentative comtoise se voit néanmoins sérieusement compromise et finalement abandonnée.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jeanne Gaillard, Communes de province, Commune de Paris (1870-1871), Flammarion, , 186 p.
  • [Lejeune2016] Dominique Lejeune, La France des débuts de la IIIe République, 1870-1896,
  • Commission d'enquête sur l'insurrection du 18 mars, Enquête parlementaire sur l'insurrection du 18 mars 1871, , 590 p. (lire en ligne), p. 61-97

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]


Références[modifier | modifier le code]

  1. MAURICE MOISSONNIER, « LA PROVINCE ET LA COMMUNE », International Review of Social History, vol. 17, no 1,‎ , p. 151–182 (ISSN 0020-8590, lire en ligne, consulté le 6 mars 2021)
  2. Jean-Pierre Azéma, « Jeanne Gaillard, Communes de province, Commune de Paris 1870-1871 », Annales, vol. 27, no 2,‎ , p. 503–504 (lire en ligne, consulté le 6 mars 2021)
  3. a b c et d Lejeune 2016, p. 38
  4. a b et c Lejeune 2016, p. 18
  5. a et b Ben Cahoon, « France », sur World Statesmen.org (consulté le 30 août 2018).
  6. « 1871 : proclamation et chute de la Commune de Marseille », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF, (consulté le 7 mars 2021)
  7. a et b Lejeune 2016, p. 17
  8. « Forez Info - La Commune de Saint-Etienne », sur www.forez-info.com (consulté le 7 mars 2021)
  9. a et b Marc César, La Commune de Narbonne (mars 1871), Presses universitaires de Perpignan, coll. « Études », , 305 p. (ISBN 978-2-35412-316-1, lire en ligne).
  10. a et b René Bianco, « 1871, la Commune... en province », Le Monde libertaire, no 1314,‎ 3-9 avril 2003 (lire en ligne).
  11. Jules Guesde, La Commune de 1871, , 53 p. (lire sur Wikisource), p. 33.
  12. P. Cousteix, « La Commune de Limoges », L'Actualité de l'histoire, no 15,‎ , p. 28–32 (ISSN 0398-8120, DOI 10.2307/3776961, lire en ligne, consulté le 7 mars 2021)
  13. « 1871. Les Bretons et la Commune », sur Le Telegramme, (consulté le 6 mars 2021)
  14. brunobenoit, « EVENEMENTS/La Commune de Lyon (1870-1871) », sur Histoires lyonnaises (consulté le 6 mars 2021)
  15. Louis Andrieux, « La Commune à Lyon en 1870 », Revue des Deux Mondes,‎ , p. 757–785 (lire en ligne, consulté le 6 mars 2021)
  16. a et b Julian Archer, « La Commune de Lyon (mars-avril 1871) », Le Mouvement social, no 77,‎ , p. 5–47 (ISSN 0027-2671, DOI 10.2307/3807010, lire en ligne, consulté le 6 mars 2021)
  17. « Insurrection et proclamation de la Commune, à Narbonne (Aude), du 24 au 31 mars 1871 ; défection de la troupe (dispersion de l'émeute par une décharge de tirailleurs algériens). | mai 1871-mai 1882 », sur FranceArchives (consulté le 6 mars 2021)
  18. « Quand Narbonne suivait Paris sur les barricades... », sur midilibre.fr (consulté le 6 mars 2021)
  19. a et b « Histoire. Le récit de l’éphémère Commune de Toulouse de 1871 », sur actu.fr (consulté le 6 mars 2021)