Nord Matin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nord Matin
Pays Drapeau de la France France
Zone de diffusion Nord-Pas-de-Calais
Langue Français
Périodicité Quotidienne
Fondateur Augustin Laurent
Date de fondation 1943
Ville d’édition Lille

Nord Matin : Journal de la Démocratie Socialiste est un grand quotidien régional d'informations, titre aujourd'hui disparu, édité dans le Nord-Pas-de-Calais de 1943 jusqu'aux années 2000.

Historique[modifier | modifier le code]

Son principal fondateur est Augustin Laurent. Lorsque Augustin Laurent devient résistant à l’appel de Jean-Baptiste Lebas, il cofonde deux journaux clandestins : L'Homme libre en 1940, devenu La IVe République en 1941 ; et Nord Matin, Journal de la Démocratie Socialiste en 1943. Sa naissance à Lille en 1943 en fit l'un des principaux organes de diffusion des mots d'ordre de la Résistance. À la libération, Nord Matin reçut les biens du Réveil du Nord, qui avait continué à paraître pendant l'occupation sous contrôle allemand.

Nord Matin a longtemps été un titre de presse très à gauche, leader sur ses zones de diffusion, principalement dans le bassin minier du Nord Pas-de-Calais et également sur Lille et sa région.

Il était imprimé dans ses locaux situés rue de Paris à Lille, puis dans les années 1970 sur les rotatives du journal Nord Éclair (Socpresse) à Roubaix, Nord Matin représentait un paradoxe dans la presse française. Le journal de gauche était couplé à Nord Éclair (les deux titres faisant pages communes depuis 1993) et appartenait depuis 1967 au groupe Robert Hersant, marqué à droite. Le titre qui n'est plus distribué appartient aujourd'hui au groupe La Voix du Nord. Son ancien directeur Michel Nozière dirige La Voix du Nord[1].

Parmi les anciens collaborateurs du journal : Daniel Bilalian, Pierre Muller, Pierre Pinson, Yves Jouannic, Évelyne Thomas, Lionel Mondet, Alain Kynck, Gerard Tenier, Édouard Hanoff, Claude Bogaert, Paul Ravéra, Jacques Le Masson (Pierre Le Masson, son fils, seulement quelques mois), Joe Ameye Dominique Potier et Richard Malecha.

Nord Matin fut longtemps vendu dans les campagnes et a donné lieu à de jolies petites phrases populaires en patois cht'i : « Min vijin i avo pas ker Nord Matin, i voyo qu'par la Voix du Nord ». « Nord Matin ché pas comme cha qu'in devro dire ché nord miteux[2]. »

Chéto ch' journal l' plus lu quand même sul' région bin plus que Nord Matin. Nord Matin i avo sin local inter l' bonbonniere et l' café d' la paix , et quand qu'in éto tchiot et qu'in voyo quéqu un du journal sul' pas d' la porte, quand qu'on arvéno du catéchisme et qu'in faijo un détour par l' centre vile, j avo un camarate qui li crio 'nord matin, nord minteux"

par conte l' Voix du Nord i zavottent un sacré local, avec eune grante vitrine ed' vant d 'ailleurs té voyo souvint les gins qui n acatotent pas ch' journal tous les jours qui s arretotent ed vant l' devanture, pasqui i avo l' journal du jour qui éto mis in vitrine, alors ils le lisottent comme cha à l'eule[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]