Coordination rurale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Coordination rurale (CR)
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Syndicat
But La Coordination rurale revendique une maîtrise des productions et des marchés, pour garantir des prix rémunérateurs et un revenu équitable pour tous les agriculteurs.
Zone d’influence Drapeau de la France France
Fondation
Fondation 1992
Fondateurs Jacques Laigneau, Philippe Arnaud et Jean-Paul Couvreur
Origine Réaction à la réforme de la Politique agricole commune (PAC)
Identité
Siège 1 impasse Marc-Chagall
32000 Auch
Président Bernard Lannes
Membres 15 000[1]
Représentativité 21,54% aux élections chambre d’agriculture de 2019[2]
Slogan

« Nourrir les hommes mérite un digne revenu » « Foutez-nous la paix, laissez-nous travailler »

« Des prix, pas des primes »
Site web coordinationrurale.fr

La Coordination rurale (CR) est un syndicat agricole français, né en 1991. Elle représente des agriculteurs de tout type de production, en agriculture biologique ou conventionnelle.

Historique[modifier | modifier le code]

Naissance[modifier | modifier le code]

La Coordination rurale est née en 1991 d’une contestation de la réforme de la PAC et des positions de la FNSEA[3]. Le 2 décembre 1991, une quarantaine d’agriculteurs tiennent la réunion constitutive de la Coordination Rurale qui apparaît pour la première fois à L’Isle-Jourdain (32) et adopte la forme associative loi 1901. Ses fondateurs, Jean-Paul Couvreur, Philippe Arnaud et Jacques Laigneau, tous trois agriculteurs dans le Gers, ne la définissent pas comme un nouveau syndicat[4] mais comme une coordination trans-syndicale, créée dans le but de lutter unitairement contre la réforme de la Politique agricole commune portée par le commissaire européen Ray Mac Sharry.

Ce mouvement transversal avait, dans un premier temps, réussi à fédérer un large front contre la réforme de la PAC. Outre le réseau qu’il avait été en mesure de mobiliser par lui-même, notamment parmi les céréaliers et les agriculteurs soucieux de perfectionnement et d’efficacité technico-économiques, elle rassemble dès l’année suivante près de 7 000 adhérents[5] : des dissidents[6] de la FNSEA, des agriculteurs de la FFA et du Modef et des militants de la Confédération Paysanne, parmi lesquels José Bové et Yves Mainguy[7].

Au printemps 1992, l’organisation tient plusieurs meetings : à Agen le 29 février, à Niort le 31 mars, puis à Chartres le 21 mai[8]. Elle édite à cette occasion son premier tract "Amis citadins" et interpelle Louis Mermaz, alors ministre de l’Agriculture et de la Forêt, à de nombreuses reprises.

Le blocus de Paris de 1992[modifier | modifier le code]

Le 21 mai 1992, le Conseil des ministres européen entérine la nouvelle PAC[9]. La Coordination Rurale organise alors depuis Écublé[10],[11] en Eure-et-Loir, le « blocus de Paris », une action nationale destinée à « essayer de paralyser Paris »[12] en dressant dans la nuit du 22 au 23 juin 1992 des barrages sur les accès principaux d’Île-de-France, comme au péage de Senlis[13].

L’organisation du convoi sera pensée comme un véritable assaut sur la capitale, afin de forcer le Gouvernement à renégocier la PAC. De l’Aquitaine à la Picardie en passant par la région Rhône-Alpes, des centaines d’agriculteurs attendent le feu vert du quartier général basé dans le centre de la France. Cinq cents tracteurs prendront la direction de la capitale.

Paul Quilès, le ministre de l'Intérieur, avait appelé les préfets à interdire les manifestations entravant la circulation, ce à quoi la CR avait répliqué par le maintien de l'appel au blocus, tout en précisant que la manifestation serait non violente, à moins d'« être agressés de façon sauvage » par les forces de l'ordre[14],[15]. L'opération n'a d'ailleurs finalement été émaillée que de peu d'incidents[12],[16].

En réalité, ce « blocus de Paris » n'a que très peu bloqué les accès à la capitale[17]. Il a surtout marqué la naissance médiatique du mouvement[18].

Après la levée des barrages, alors que les agriculteurs rentrent dans les campagnes pour aller moissonner, Raymond Girardi, vice-président du Modef, estimait que l'action avait porté ses fruits en faisant naître une « force considérable » avec laquelle il allait désormais falloir compter[19].

FNSEA et CNJA considèrent irresponsable la position radicale de la Coordination rurale. Christian Jacob, président du CNJA, explique son désaccord fondamental avec l'objectif de la CR de faire retirer le texte adopté le 21 mai 1992 préférant militer auprès du Gouvernement français pour un « plan d'adaptation pour l'agriculture et une gestion dynamique des soutiens »[20]. Ces mesures d'accompagnement seront finalement annoncées le 20 juillet 1992 par le Gouvernement français[21]. Le secrétaire général de la Coordination Rurale, Philippe Arnaud, dénonce alors des mesures « ridicules »[22] et promet de nouvelles actions, qui donneront lieu à davantage d’« opérations escargots »[23] quelques mois plus tard.

En 1993, 2e blocus de la Coordination rurale à Paris, pour dénoncer l’entrée de l’agriculture dans le GATT[24] et l’accord de Blair House. Des manifestations sont notamment organisées au Marché d'intérêt national de Rungis ou encore au Parc Disneyland Paris, où les agriculteurs soutenus par des militants CGT du site, parviennent à perturber un sommet de l'agroalimentaire[25].

Le manifeste fondateur : Une révolution en vert et pour tous[modifier | modifier le code]

En janvier 1993, Jacques Laigneau, Philippe Arnaud, Nicolas Jaquet, Henri Gaulandeau, Raymond Girardi et Yves Manguy publient Une Révolution en vert et pour tous, un ouvrage dans lequel ils appellent à « une nouvelle révolution sociale et culturelle » et qu'ils adressent « aussi bien aux agriculteurs qu'aux acteurs des autres secteurs de l'économie et qu'aux responsables politiques »[26].

Tant que la PAC de 1992 et le GATT « conduisent à la disparition des paysans », qu'ils qualifient encore de « génocide paysan »[27], ils estiment devoir les combattre selon quatre axes qu'ils déterminent et qui structurent encore le discours de la Coordination Rurale[27] :

  • « Nourrir les hommes mérite un digne revenu » ;
  • « Sauver la ruralité, plus un agriculteur de moins » ;
  • « Nous nous battons pour maintenir notre civilisation » ;
  • « Sans semences, pas de paysan ».

La Coordination rurale s'inscrit dès lors au-delà des revendications purement corporatistes, dans la défense d'une identité paysanne[28]. Le sociologue François Purseigle écrira en ce sens que le mouvement entend « affirmer l'identité d'un groupe social menacé et devenu minoritaire »[27].

L'appel de Paris pour une exception agriculturelle[modifier | modifier le code]

Lors d'un colloque international « Pour que vivent nos cultures : non au GATT » organisé par la CR avec Teddy Goldsmith et Agnès Bertrand au théâtre de la Mutualité à Paris le 7 décembre 1993, Jacques Laigneau, président de la Coordination Rurale, revendiquait pour la première fois une « exception agriculturelle » au GATT.

De l'association au syndicat[modifier | modifier le code]

Constatant que l’ordre cogestionnaire ne peut être défait, les élections aux Chambres d’agriculture de 1995 apparaîtront comme l’occasion toute trouvée d’entamer une conquête du pouvoir[29], ce qui va précipiter la transformation de la structure associative en organisation syndicale propre dès 1994.

Or, ne pouvaient être déposées que des listes réunies sous la bannière d’un syndicat ayant au moins cinq ans d’ancienneté. La Coordination Rurale ne disposant pas d'une telle ancienneté, elle va alors absorber les statuts de la Fédération française de l'agriculture (FFA) pour répondre à cette exigence[30]. Le syndicat Coordination Rurale – Union nationale est ainsi créé en juin 1994[31].

Positionnement politique[modifier | modifier le code]

Ce syndicat est fréquemment classé à l'extrême droite du champ politique[32],[33],[34],[35] et serait réputé poujadiste[36]. Une proximité avec le Front national lui est également prêtée[37],[38],[39], même si elle s'en défend[40]. Ce positionnement est contesté par certaines sources[41].

Pour Denis Barrault, ex directeur de la Chambre d'Agriculture de Lot et Garonne aujourd'hui dirigée par la Coordination Rurale, « la Coordination est née du rejet de la FNSEA, c’est un syndicat de choc, un peu poujadiste, qui occupe le terrain, contre un syndicat majoritaire jugé trop dans le consensus. Mais l’idéologie est sensiblement la même, libérale, dans le rejet des normes »[36].

La Coordination rurale se revendique apolitique et l’a inscrit dans ses statuts. Elle exigerait de tous ses représentants qui souhaitent s’engager dans un parti qu'ils démissionnent auparavant de leurs mandats de représentation agricole[42].

Les fondateurs de la Coordination rurale à la tribune en 1992 à Agen, avec Philippe Arnaud (au centre) et Jacques Laigneau (à droite).

Présidents[modifier | modifier le code]

Actions et engagements[modifier | modifier le code]

Un nouveau mode d’action[modifier | modifier le code]

Avant même son discours, la genèse de ce mouvement se caractérise par les actions qu’elle a su entreprendre. Comme nouvelle organisation sociale, la Coordination Rurale permet aux agriculteurs de construire un mouvement dont la singularité tient à l’utilisation d’instruments d’action empruntés à d’autres professions et à la mobilisation de beaucoup d’autres moyens dont les racines puisent dans une mémoire syndicale oubliée. Parmi ces instruments, la pancarte puis l’affiche seront les premiers à être mobilisés. Si la FNSEA fait appel à des communicants de renom pour organiser de grands événements, la Coordination Rurale déploiera, pour attirer à elle, des instruments plus rudimentaires mais non moins efficaces. À la dégustation de produits régionaux et à une scénographie savamment orchestrée dans les rues de Paris, la CR préférera alerter en silence.

Grâce à la Coordination rurale, une nouvelle méthode de protestation est née : le « pancartage »[27]. Empruntant aux mouvements sociaux estudiantins ou politiques, la technique et les cibles évolueront par la suite. De la simple pancarte, elle passera aux affiches sauvages. Les murs de certaines bourgades du Sud-Ouest se verront ainsi tapissés d’affiches anti-PAC et pro-Coordination Rurale. Tout en défendant la ruralité, la CR développe un mode d’action jusqu’alors inutilisé par les agriculteurs.

Engagement contre la corruption[modifier | modifier le code]

En février 2004, l'Organisation des producteurs de grains, la branche céréalière de la CR devenue depuis France Grandes Cultures, mène des actions en justice qui conduiront à la mise en examen de huit responsables de la FNSEA dans l'affaire Unigrains-ITCF[27]. Elle met alors en avant un slogan qui se retrouvera encore des années plus tard dans la communication de la Coordination Rurale : « Servir et non se servir »[43].

Semences[modifier | modifier le code]

La Coordination rurale soutient les semences de ferme, et s'oppose au paiement de royalties sur ces dernières[44]. Elle adhère à la Coordination nationale de défense des semences fermières (CNDSF) pour combattre les groupes semenciers qui déposséderaient selon elle les paysans d'un droit ancestral à utiliser leurs propres semences[27].

Barrage de Caussade[modifier | modifier le code]

À Saint-Pierre-de-Caubel, la Chambre d'agriculture du Lot-et-Garonne porte un projet de construction de retenue d'eau (dite « lac de Caussade ») ayant pour but de stocker l’eau de l’hiver pour irriguer l’été les champs d’une vingtaine d’exploitations[36]. Alors que la construction de ce barrage avait été validée dans un premier temps (juin 2018) par la préfecture du Lot-et-Garonne, cette dernière décide finalement de faire machine arrière quelques mois plus tard (octobre 2018) sous la pression notamment du ministère de la Transition écologique[36]. Soutenue par les maires du Lot-et-Garonne, la Chambre d’agriculture poursuit le projet et fait construire illégalement la retenue d'eau sur le ruisseau de Caussade[45]. Au printemps 2020, l’État accepte finalement que le barrage soit utilisé par les agriculteurs[36]. Celui-ci s’étale sur 378 mètres de large et 12,5 mètres de haut pour barrer le lit du ruisseau, et peut retenir 920 000 m³ d’eau[46]. À la suite des procédures engagées, le tribunal administratif de Bordeaux a déclaré illégale cette réalisation[47]. Le , le tribunal judiciaire d'Agen a condamné pénalement le président de la chambre d’agriculture du département et son vice-président à des peines de prison ferme et à des amendes[48]. En appel, la prison ferme a été transformée en sursis. Pour Bernard Lannes, président national de la Coordination Rurale, « Il faudra envoyer l’armée ! C’est un procès politique ! Une guerre de religion ! La justice et certains écologistes nous frappent alors que le gouvernement se montre ouvert sur des négociations »[36].

Représentation électorale[modifier | modifier le code]

La Coordination rurale a présenté des listes aux élections des Chambres d’agriculture de 2001 dans 57 départements. Elle a obtenu en moyenne 20 % des voix et remporté deux Chambres d’agriculture (Calvados, Lot-et-Garonne). Au niveau national, la CR a obtenu 12,48 % des voix.

En 2007, la Coordination rurale est présente dans 81 départements et obtient 18,7 % des voix aux élections des Chambres d'agriculture[49]. Elle conserve ses deux Chambres d'agriculture. Elle est le second syndicat français en métropole (hors DOM TOM) et le troisième syndicat pour l'ensemble du territoire français (DOM-TOM compris).

En 2013, le syndicat obtient 20,49 % des suffrages[50], il devient le deuxième syndicat agricole en France, conserve ses deux Chambres d'agriculture (Calvados, Lot-et-Garonne) et en remporte deux nouvelles (Charente et Puy-de-Dôme, cette dernière étant en liste d'union avec la Confédération paysanne).

En 2019, la CR obtient 21,54% des suffrages[51] : elle perd les Chambres d'agriculture de Charente, du Puy-de-Dôme et du Calvados. Le syndicat conforte sa position dans le Lot-et-Garonne[52], et remporte les Chambres de la Vienne[53] et de la Haute-Vienne[54]. À l'issue de ces élections, la Coordination Rurale demeure le deuxième syndicat agricole français.[51]

Activités[modifier | modifier le code]

Journal[modifier | modifier le code]

La Coordination rurale éditait jusqu'en 2019 un journal mensuel, 100% agriculteur (anciennement CR infos).

Lobbying[modifier | modifier le code]

La Coordination rurale est inscrite depuis décembre 2017 sur le registre de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique et déclare exercer des activités de représentation d'intérêts en France pour un montant compris entre 50000 et 750000 euros en 2018[55].

Le Festival national du non labour et semis direct (Festival NLSD)[modifier | modifier le code]

En 1999, la Coordination rurale organisait en Charente le premier festival NLSD, décrit comme le rendez-vous annuel des agriculteurs consacré au travail du sol, aux couverts végétaux et aux itinéraires techniques innovants[56].

La création de ce festival pour la promotion des techniques de non-labour et semis direct et autres techniques culturales simplifiées n'était pas dénuée d'arrière-pensées syndicales. Elle constituait également « un pied de nez » aux concours de labour[57], ce qu'assumait pleinement un responsable de l'Organisation des producteurs de grains en 1999[27].

En disant « non au labour » les agriculteurs de la CR disent « non » aux modèles techniciens portés par le syndicalisme majoritaire et notamment à ceux des Jeunes agriculteurs lors des finales de concours de labour[27].

Le festival est organisé dans un lieu différent chaque année. Il se déroule désormais au sein de lycées d'enseignement général, technologique et professionnel agricole (Legta)[58] :

1999 : Bouëx (Charente)
2000 : Tremblay-les-Villages (Eure-et-Loir)
2001 : Barran (Gers)
2002 : Fégréac (Loire-Atlantique)
2003 : Saint-Pouange (Aube)
2004 : Mende (Lozère)
2005 : Reignac-sur-Indre (Indre-et-Loire)
2006 : Venère (Haute-Saône)
2007 : Bucquoy (Pas-de-Calais)
2008 : Frontenay-Rohan-Rohan (Deux-Sèvres)
2009 : Legta de Vendôme à Areines (Loir-et-Cher)
2010 : Semallé (Orne)
2011 : Legta de Saint-Pouange (Aube)
2012 : Legta de Marmilhat (Puy-de-Dôme)
2013 : Legta du Chesnoy à Amilly (Loiret)
2014 : Legta Naturapolis à Châteauroux (Indre)
2015 : Legta de Cibeins à Misérieux (Ain)
2016 : Legta de Courcelles-Chaussy (Moselle)
2017 : Legta Jean-Monnet à Vic-en-Bigorre (Hautes-Pyrénées)
2018 : Legta Robert-Schuman à Chauny (Aisne)
2019 : Legta de Vendôme à Areines (Loir-et-Cher)

2020 : Lavaur (Tarn) : édition reportée en raison de la crise sanitaire (Covid-19)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Que pèse aujourd'hui la FNSEA sur la scène agricole? La réponse en 5 chiffres clés », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. « ÉLECTIONS CHAMBRES 2019 », sur terre-net.fr (consulté le )
  3. Pym, « 1991 : naissance de la Coordination rurale » (consulté le )
  4. Manguy Yves, « La coordination rurale », sur multitudes.net (consulté le )
  5. « Manifestation d'agriculteurs », sur Ina.fr (consulté le )
  6. « Les agriculteurs clament leur hostilité à la réforme de la PAC », sur lesechos.fr (consulté le )
  7. 1987-2007 Une Histoire de la Confédération Paysanne, Confédération paysanne - Fadear, , 136 p. (lire en ligne), p. 25
  8. « Coordinations rurales », sur Ina.fr (consulté le )
  9. « Quelle réforme pour la politique agricole commune ? », sur senat.fr (consulté le )
  10. « Coordination agriculture », sur Ina.fr (consulté le )
  11. AFP, « Vers le blocage de Paris », Revue de presse de l'OECD,‎ (lire en ligne)
  12. a et b « Manifestation d'agriculteurs », sur Ina.fr (consulté le )
  13. « Barrages de paysans sur l'A1 », sur Ina.fr (consulté le )
  14. « Coordination agriculture », sur Ina.fr (consulté le )
  15. « La Coordination rurale devrait bloquer Paris cette nuit », sur Les Échos, (consulté le )
  16. « Agriculteurs : quartier général Ecublé + Ablis », sur Ina.fr (consulté le )
  17. « Agriculteurs : point barrages hélicoptère », sur Ina.fr (consulté le )
  18. Bertrand Hervieu et Nonna Mayer, Les mondes agricoles en politique : De la fin des paysans au retour de la question agricole, Presses de Sciences Po, , 456 p. (ISBN 978-2-7246-8756-9, lire en ligne)
  19. « Coordination rurale », sur Ina.fr (consulté le )
  20. « Plateau Christian Jacob », sur Ina.fr (consulté le )
  21. « Prononcé le 20 juillet 1992 - Communiqué des services du Premier ministre, en date du 20 juillet 1992 », sur vie-publique.fr (consulté le )
  22. « Réactions syndicats mesures PAC », sur Ina.fr (consulté le )
  23. « La Coordination rurale compte poursuivre son « blocus » », sur lesechos.fr (consulté le )
  24. Bertrand Hervieu, Les Agriculteurs, Presses universitaires de France (réédition numérique FeniXX), , 128 p. (ISBN 978-2-13-067426-9, lire en ligne)
  25. « Les agriculteurs manifestent à Euro Disneyland », sur L'Humanité, (consulté le )
  26. Jacques Laigneau, Philippe Arnaud, Nicolas Jaquet, Henri Gaulandeau, Raymond Girardi et Yves Manguy, Une Révolution en vert et pour tous, L'Isle-Jourdain, , 93 p., Avant-propos, p. 9
  27. a b c d e f g et h François Purseigle, Bertrand Hervieu, Pierre Muller, François Purseigle et Jacques Rémy, Les mondes agricoles en politique de la fin des paysans au retour de la question agricole, Presses de Sciences Po, dl 2010 (ISBN 978-2-7246-1164-9 et 2-7246-1164-0, OCLC 690346701, lire en ligne), p. Chapitre 8 / La Coordination Rurale
  28. Benoît Hervieu, La Coordination Rurale (1991-1996) Naissance d'un syndicat, , 110 pages p.
  29. Serge Cordelier, Les mondes agricoles en politique, Presses de Sciences Po (lire en ligne)
  30. « La Coordination rurale », sur L'Humanité, (consulté le )
  31. Ivan Bruneau, « L'érosion d'un pouvoir de représentation - L'espace des expressions agricoles en France depuis les années 1960 », Politix, no 103,‎ , p. 9-29 (ISSN 0295-2319, lire en ligne)
  32. Ghislain de Montalembert, « Coordination rurale vs Confédération paysanne. Les challengers de la FNSEA », Le Figaro Magazine,‎ , p. 26 (lire en ligne).
  33. Florence Aubenas, « « En grande distribution, certains sont capables de tuer un fournisseur sans ciller » », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  34. Gérard Le Puill, « « Paysans : le message de la Coordination rurale pour 2018 » », L'Humanité,‎ (lire en ligne)
  35. Serge Cordellier, « Syndicalisme : du monopole au pluralisme », Pour, vol. 196-197, no 1,‎ , p. 136 (ISSN 0245-9442, DOI 10.3917/pour.196.0136, lire en ligne, consulté le )
  36. a b c d e et f Pierre Carrey, « Dans le Lot-et-Garonne, le barrage et «la jacquerie» », sur Libération.fr, (consulté le )
  37. Amandine Cailhol, « Syndicats agricoles : la FNSEA… et les autres », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  38. « Régionales: le vote FN nourri par un "sentiment d'abandon" dans le Sud », Public Senat,‎ (lire en ligne, consulté le )
  39. Jean-Louis Levet, Front National, le parti de l'anti-France : anatomie d'un programme contre la nation, France, Publibook, , 183 p. (ISBN 978-2-7483-2654-3, lire en ligne), p. 86
  40. Gaëlle Richard, « La Coordination rurale n’est pas proche du FN », SudOuest.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  41. Frédéric Descrozaille, « Histoire du syndicalisme agricole français : l'organisation paysanne, rempart contre la baisse du revenu paysan », Raison présente, vol. 148, no 1,‎ , p. 25–42 (DOI 10.3406/raipr.2003.3834, lire en ligne, consulté le )
  42. « La Coordination rurale n’est pas proche du FN », sur SudOuest.fr (consulté le )
  43. Jean-Loïc Guérin, La Coordination rurale entre en campagne (lire en ligne)
  44. « Semences de ferme : La liste des espèces autorisées passe de 21 à 34 (décret) », sur La France Agricole (consulté le )
  45. Baptiste Gay, « Projet du lac de Caussade : les maires du Lot-et-Garonne vont soutenir les agriculteurs sur le site dans la soirée », sur ladepeche.fr,
  46. France nature environnement, « Barrage de Caussade : histoire d’un projet illégal, dangereux pour le Lot-et-Garonne mais jamais arrêté », sur fne.asso.fr,
  47. « Lot-et-Garonne : la justice constate l'illégalité des travaux du lac du Caussade », sur france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le )
  48. Martine Valo, « Prison ferme pour les promoteurs du barrage de Caussade. La retenue, construite pour des agriculteurs irrigants, est illégale », Le Monde,‎ , p. 14
  49. « Tous les résultats détaillés par département », La France agricole,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  50. « Élections 2013 Chambres d'agriculture », Chambres d'agriculture,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  51. a et b « Tous les résultats des élections chambres d'agriculture 2019 », sur Terre-net (consulté le )
  52. « Lot et Garonne : La Coordination Rurale remporte haut la main les élections à la Chambre d'agriculture », sur actu.fr (consulté le )
  53. « Chambres d'agriculture : la Coordination rurale en tête dans la Vienne mais elle perd la Charente au profit de la FNSEA », sur France 3 Nouvelle-Aquitaine (consulté le )
  54. « Jusque-là majoritaire, la FDSEA est battue dans les élections agricoles en Haute-Vienne mais reste en tête en Corrèze », sur France 3 Nouvelle-Aquitaine (consulté le )
  55. « Fiche organisation - Haute Autorité pour la transparence de la vie publique », sur hatvp.fr (consulté le ).
  56. « Le 11-09-2019 : Festival du non-labour et du semis direct (NLSD) », sur La France Agricole (consulté le )
  57. Véronique LUCAS, Stéphane DE TOURDONNET, Jean-Marc BARBIER, Roberto CITTADINI, Pierre GASSELIN (12e journées de recherches en sciences sociales), « Le glyphosate en agriculture de conservation :Un cas illustratif de la dépendance de l'agriculture française aux pesticides », JRSS 2018,‎ , p. 7 (lire en ligne)
  58. « Notre festival », sur NLSD (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Qu'est-ce que la Coordination rurale ?, éd. L'Archipel, 2006
  • Élections 2013 des chambres d’agriculture, résultats par département (site du ministère)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]