Coordination rurale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir CR.
Coordination Rurale (CR)
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Syndicat
But La Coordination rurale revendique une maîtrise des productions et des marchés, pour garantir des prix rémunérateurs et un revenu équitable pour tous les agriculteurs.
Zone d’influence Drapeau de la France France
Fondation
Fondation 1992
Fondateur Jacques Laigneau
Origine Réaction à la réforme de la Politique agricole commune (PAC)
Identité
Siège 1 impasse Marc-Chagall
32000 Auch
Membres 15 000[1]
Représentativité 21,12 % aux élections de chambre de 2013
Slogan « Nourrir les hommes mérite un digne revenu », entre autres
Site web coordinationrurale.fr

La Coordination rurale (CR) est un syndicat agricole français. Il se veut indépendant de toute organisation économique et politique, et défenseur de tous les agriculteurs.

Naissance[modifier | modifier le code]

La Coordination rurale (CR) est un syndicat agricole se revendiquant apolitique, créé en 1992 en réaction à la réforme de la politique agricole commune (PAC), avec le mot d’ordre « Tous unis », d’où le nom de « Coordination rurale ». Elle s’est transformée en syndicat deux ans plus tard. Un des slogans de la CR est « Des prix, pas des primes ».

Représentation électorale[modifier | modifier le code]

La Coordination rurale avait présenté des listes aux élections chambres d’agriculture de 2001 dans 57 départements. Elle avait obtenu en moyenne 20 % des voix et remporté deux chambres d’agriculture (Calvados, Lot-et-Garonne). Au niveau national, la Coordination rurale avait obtenu 12,48 % des voix.

En 2007, la Coordination rurale est présente dans 81 départements et obtient 18,7 % des voix aux élections chambres d'agriculture. Elle conserve ses deux chambres d'agriculture. Elle est le second syndicat français en métropole (hors DOM TOM) et le troisième syndicat pour l'ensemble du territoire français (DOM-TOM compris).

L'organisation est classée à droite alors que le troisième syndicat agricole, la Confédération paysanne, est classée à gauche[2]. Une proximité avec l'extrême-droite et particulièrement le Front national lui est également prêtée[3],[4], même si elle s'en défend[5].

Propositions de la Coordination rurale[modifier | modifier le code]

La Coordination rurale milite pour une PAC 2014 qui retrouve ses missions fondamentales et notamment pour que l’Union européenne rééquilibre les productions excédentaires et déficitaires, dans un souci de sécurité alimentaire.

Cette organisation lutte également pour la diminution des contraintes administratives et des cotisations sociales. Elle défend les droits fondamentaux des agriculteurs à ressemer leurs récoltes semences fermières et milite pour que la norme nitrate soit réévaluée sur des fondements objectifs et scientifiques.

Afin de redonner une marge de compétitivité aux agriculteurs français et garantir la pérennité de leur protection sociale, elle propose de supprimer les cotisations sociales en agriculture en les remplaçant par une TVA sociale.

La CR est contre la culture des OGM en plein champ, vu la controverse existant sur leurs effets sur le plan sanitaire et environnemental. La Coordination rurale est pour la recherche, à condition qu'elle soit strictement encadrée.

Historique[modifier | modifier le code]

Présidents[modifier | modifier le code]

Les présidents successifs de la Coordination rurale depuis sa création sont :

Journal[modifier | modifier le code]

La Coordination rurale édite un journal mensuel qui se nomme 100% agriculteur (anciennement CR infos).

Activité de lobbying[modifier | modifier le code]

Pour l'année 2017, la coordination rurale déclare à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique exercer des activités de lobbying en France pour un montant qui n'excède pas 50 000 euros[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Que pèse aujourd'hui la FNSEA sur la scène agricole? La réponse en 5 chiffres clés », FIGARO,‎ (lire en ligne)
  2. Ghislain de Montalembert, « Coordination rurale vs Confédération paysanne. Les challengers de la FNSEA », Le Figaro Magazine, semaine du 23 février 2018, page 26.
  3. Amandine Cailhol, « Syndicats agricoles : la FNSEA… et les autres », Libération.fr,‎ (lire en ligne)
  4. « Régionales: le vote FN nourri par un "sentiment d'abandon" dans le Sud », Public Senat,‎ (lire en ligne)
  5. Gaëlle Richard, « La Coordination rurale n’est pas proche du FN », SudOuest.fr,‎ (lire en ligne)
  6. « Fiche Organisation « Haute Autorité pour la transparence de la vie publique », sur www.hatvp.fr (consulté le 10 juin 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Qu'est-ce que la Coordination rurale ?, éd. L'Archipel, (2006)
  • Élections 2013 chambres agriculture, Résultats par Département - Site du ministère [1]