José Gotovitch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
José Gotovitch
Naissance
Bruxelles
Nationalité Drapeau de la Belgique Belgique
Profession
professeur honoraire de l'Université libre de Bruxelles
Autres activités

José Gotovitch, né à Bruxelles le , est un universitaire belge, membre de l'Académie royale de Belgique et professeur honoraire de l'Université libre de Bruxelles[1]. Il a également été professeur invité à Paris X Nanterre en 1990 et à l’Institut d’études politiques à Paris en 1996.

De 1987 à 2014, Gotovitch est administrateur du Centre de recherche et d'information socio-politiques. Il est l’auteur d’une centaine de publications dans des revues scientifiques et d'ouvrages collectifs[2]. Il a également participé, comme conseiller scientifique, à de nombreuses émissions historiques de télévision.

Parcours académique[modifier | modifier le code]

En 1957, il entame des études d’Histoire Contemporaine à l’Université libre de Bruxelles. Son mémoire de maîtrise porte sur la presse censurée lors de la Première Guerre mondiale[3].

Depuis son entrée à l’université et jusqu’en 1962, il milite au sein des Étudiants Communistes de l’ULB. Il sera aussi co-fondateur et secrétaire national de l’Union des étudiants communistes.

D'abord assistant à l’ULB auprès du Professeur John Bartier pour les « Exercices d’Histoire Contemporaine », il sera ensuite chargé du cours général « d’Histoire Contemporaine » et créera plus tard le cours « Enjeux et débat ».

En 1971, il publie, en collaboration avec Jules Gérard-Libois, l'ouvrage : Gotovitch, José ; Gérard-Libois, Jules. L’an 40 : la Belgique occupée. Bruxelles : CRISP, 1971.

Cet ouvrage a fait grand bruit dans le monde académique, Chantal Kesteloot[4] a écrit un article à ce sujet dans Les Cahiers d'Histoire du Temps Présent[5].

En 1988, José Gotovitch défend sa thèse sur les communistes belges de 1939 à 1944. En 1992, elle est publiée sous le titre : Du rouge au tricolore : Les communistes belges de 1939 à 1944. Un aspect de l’histoire de la Résistance en Belgique[6],[7].

Il crée, la même année, au sein de l’Institut de Sociologie de l’ULB, le Groupe d’Histoire et de Sociologie du Communisme qui deviendra le Centre d’Histoire et de Sociologie des Gauches[8] et compte de nombreuses publications[9] organisation de colloques.

Après deux brèves années dans l’enseignement secondaire, Gotovitch est engagé comme chercheur au Centre de recherches et d'études historiques de la Seconde guerre mondiale qui verra, officiellement, le jour en 1967. L’institution deviendra le Centre d'études guerre et société en 1997[10].

En 1988, il en devient directeur jusqu’à sa retraite en 2005. Sous sa direction, l’institution devient un centre d’initiative de la recherche interuniversitaire sur la période qui s’élargira progressivement à l’ensemble du XXe siècle.

Implication au sein du Centre des Archives Communistes en Belgique[modifier | modifier le code]

José Gotovitch est directeur scientifique du Centre des archives communistes en Belgique[11]. Cette institution conserve les archives du Parti communiste de Belgique, les archives de militants communistes et des ouvrages consacrés au communisme et les sujets qui en découlent[12].

Objets de recherche principaux[modifier | modifier le code]

À partir de 1985, il mène une dizaine de missions de recherches dans les archives de l'Internationale communiste à Moscou. Il sera d’ailleurs un des découvreurs des archives belges volées par l’occupant et reposant secrètement dans la capitale russe depuis 1945. Il a dirigé avec le Professeur M. Narinski, l’équipe du Dictionnaire biographique du Komintern pour les pays de langue française[13].

Il mène ses recherches dans la double direction de l’histoire de la Seconde guerre mondiale et du communisme en Belgique, vu principalement sous l’angle social et prosopographique.

Prix reçus[modifier | modifier le code]

  • Titulaire de la Chaire Francqui aux Facultés universitaires Notre Dame de la Paix à Namur (1994-1995)[14].
  • Prix quinquennal de Stassart pour l’histoire nationale 1992-1997 (Académie Royale de Belgique)[15].
  • Élu à l’Académie Royale de Belgique, Classe des Lettres (2004).

Principales publications[modifier | modifier le code]

  • Avec Aron, Paul (Dir.). Dictionnaire de la seconde guerre mondiale en Belgique. Bruxelles : A. Versailles éd., 2008.
  • Gotovitch, José ; Gérard-Libois, Jules. L’an 40 : la Belgique occupée. Bruxelles : CRISP, 1971.
  • Gotovitch, José. De Belgische socialisten in Londen. Antwerpen : 1981.
  • Gotovitch José, Du communisme et des communistes en Belgique. Approches critiques, Bruxelles, 2012.
  • Gotovitch, José ; Delwit, Pascal ; De Waele, Jean-Marie. L’Europe des communistes. Bruxelles : Complexe, 1992[16].
  • Gotovitch, José. Du rouge au tricolore : Les communistes belges de 1939 à 1944. Un aspect de l’histoire de la Résistance en Belgique. Bruxelles , 1992.
  • Avec Narinski, Mikhaïl (Dir.). Komintern : l’Histoire et les Hommes. Dictionnaire biographique de l’Internationale Communiste en France, Belgique, au Luxembourg, en Suisse et à Moscou (1919-1943). Paris : Ed. de l’Atelier, 2001[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [[|]] (en)
  2. « José Gotovitch », sur Persée
  3. « Notice bibliographique du mémoire de José Gotovitch »
  4. Chantal Kesteloot (1963), est chef de travaux au CEGES et collaboratrice scientifique à l’ULB. Docteure en histoire (ULB), elle a essentiellement publié sur l’histoire du Mouvement wallon, l’enjeu bruxellois, la question des identités et la mémoire de la guerre. Elle est notamment l’auteure de "Au nom de la Wallonie et de Bruxelles français. Les origines du FDF", Bruxelles, Complexe, 2004.
  5. Chantal Kesteloot, « Il ne s'agit pas ici d'un best-seller de qualité incertaine : quelques échos suscités par la parution de L'an 40 », Cahiers d'Histoire du Temps Présent, no 15,‎ (lire en ligne)
  6. José Gotovitch, Du rouge au tricolore : Les communistes belges de 1939 à 1944. Un aspect de l’histoire de la Résistance en Belgique. Bruxelles : Labor, 1992
  7. « Référence à cet ouvrage via l'ULB »
  8. « Onglet destiné au Centre sur le site de l'ULB »
  9. « Liste de ces publications »
  10. « Historique du CEGESOMA sur leur site officiel »
  11. « Composition du Centre »
  12. « Collections du Carcob »
  13. « Référence à l'ouvrage sur Google Books »
  14. « Référence à la Chaire Francqui »
  15. « Prix de José Gotovitch sur le site de l'ULB »
  16. "José+Gotovitch"&hl=fr&sa=X&ei=rl_kVOHMLYSOPeKagdAD&ved=0CCAQ6AEwAA#v=onepage&q="José%20Gotovitch"&f=false « L'ouvrage sur Google Books »
  17. « Référence de l'ouvrage sur Google Books »

Liens externes[modifier | modifier le code]