Carme Chacón

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chacón.

Carme Chacón
Illustration.
Carme Chacón en 2009.
Fonctions
Députée aux Cortes Generales

(6 mois et 11 jours)
Élection
Circonscription Barcelone
Législature XIe
Groupe politique Socialiste
Ministre espagnole de la Défense

(3 ans, 8 mois et 8 jours)
Président du gouvernement José Luis Rodríguez Zapatero
Gouvernement Zapatero II
Prédécesseur José Antonio Alonso
Successeur Pedro Morenés
Ministre du Logement

(9 mois et 5 jours)
Président du gouvernement José Luis Rodríguez Zapatero
Gouvernement Zapatero I
Prédécesseur María Antonia Trujillo
Successeur Beatriz Corredor
Première vice-présidente du Congrès des députés

(3 ans, 3 mois et 8 jours)
Président Manuel Marín
Législature VIIIe
Prédécesseur Margarita Mariscal de Gante
Successeur Carmen Calvo
Députée aux Cortes Generales

(13 ans, 5 mois et 9 jours)
Élection
Réélection

Circonscription Barcelone
Législature VIIe, VIIIe, IXe, Xe
Groupe politique Socialiste
Successeur Joan Canongia
Biographie
Nom de naissance Carme María Chacón Piqueras
Date de naissance
Lieu de naissance Esplugues de Llobregat (Espagne)
Date de décès (à 46 ans)
Lieu de décès Madrid (Espagne)
Nature du décès arrêt cardiaque
Sépulture Esplugues de Llobregat (Espagne)
Nationalité espagnole
Parti politique PSC et PSOE
Diplômé de université de Barcelone
UAB
Profession universitaire

Signature de

Carme Chacón
Ministres du Logement d'Espagne
Ministres de la Défense d'Espagne

Carme María Chacón Piqueras [ˈkaɾme maˈɾia ʧaˈkõm piˈkɛɾas], née le à Esplugues de Llobregat et morte le à Madrid, est une femme politique espagnole membre du Parti des socialistes de Catalogne (PSC).

Elle rejoint les Jeunesses socialistes dès l'âge de 18 ans et entre au PSC en . Elle est élue conseillère municipale de sa ville natale cinq ans plus tard, devient députée de la province de Barcelone en .

Elle participe alors au groupe Nueva Vía, qui permet à José Luis Rodríguez Zapatero de prendre la direction du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE). Elle devient secrétaire à l'Éducation du PSOE et secrétaire à la Justice du PSC. Après les élections de , elle est désignée première vice-présidente du Congrès des députés. Elle est choisie comme ministre du Logement en et met en place quatre mois plus tard une aide financière à la location pour les jeunes.

Pour les élections de , elle est tête de liste à Barcelone et chef de file du PSC. Avec 46 % des voix et 25 députés, le parti catalan réalise son meilleur résultat depuis . Elle change de portefeuille le mois suivant et devient ainsi la première femme à occuper le poste de ministre de la Défense.

Au début de l'année , elle prépare sa candidature aux primaires socialistes en prévision des prochaines élections générales. Soumise aux pressions de l'appareil, elle renonce à postuler et apporte son soutien à l'autre favori, Alfredo Pérez Rubalcaba. À la suite de la déroute électorale du PSOE, elle se présente au congrès de mais s'incline face à Rubalcaba.

Elle continue de siéger au Congrès jusqu'en , puis elle se met en retrait de la vie politique en prenant un poste d'enseignante universitaire aux États-Unis. Elle accepte en d'intégrer la direction du PSOE, sous l'autorité du nouveau secrétaire général Pedro Sánchez, puis d'être tête de liste du PSC aux élections de .

L'impossibilité de former un gouvernement conduit à la tenue d'un nouveau scrutin en , auquel elle refuse de postuler. Elle meurt en des conséquences d'une malformation cardiaque. Son décès à l'âge de 46 ans consterne la classe politique espagnole.

Enfance et jeunesse[modifier | modifier le code]

Origines familiales[modifier | modifier le code]

Carme María Chacón Piqueras naît le à Esplugues de Llobregat, une ville de la « banlieue rouge » de Barcelone, avec une malformation cardiaque congénitale. Elle est la fille de Baltasar Chacón, pompier originaire de la province d'Almería, et d'Esther Piqueras, une avocate catalane. Elle a une sœur cadette et est la petite-fille d'un anarchiste aragonais[1],[2].

Formation et vie professionnelle[modifier | modifier le code]

Elle s'inscrit en à l'université de Barcelone, où elle étudie le droit, et adhère parallèlement à la Jeunesse socialiste de Catalogne (JSC). En , elle obtient sa licence, rejoint le Parti des socialistes de Catalogne (PSC) et devient professeure de droit constitutionnel à l'université de Gérone[3].

Elle entreprend ensuite un doctorat en droit de l'université autonome de Barcelone (UAB), qu'elle achève en en soutenant une thèse sur « Le fédéralisme à travers la Charte canadienne des droits et libertés de  ». Elle reçoit la mention honorifique « cum laude »[3]. Elle effectue par la suite plusieurs cycles postgrades, à l’Osgoode Hall Law School de Toronto, à l'université Kingston de Londres, à l'université Laval de Québec et à l'université de Montréal[4].

Elle participe en à une mission d'observation électorale de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) en Bosnie-Herzégovine, puis renouvelle l'expérience en Albanie l'année suivante[3].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

Premiers mandats[modifier | modifier le code]

Au cours des élections municipales du , elle est élue au conseil municipal de sa ville natale d'Esplugues de Llobregat. Elle est ensuite désignée première adjointe au maire, déléguée aux Services économiques, aux Ressources humaines et à la Sécurité publique[5].

À peine six mois plus tard, le , elle est investie par le PSC en 10e position sur sa liste dans la circonscription de Barcelone pour les élections législatives du [6]. Élue à 29 ans au Congrès des députés, elle y devient porte-parole adjointe du groupe socialiste à la commission de la Justice et de l'Intérieur[7].

Ascension fulgurante[modifier | modifier le code]

La déroute socialiste pousse le secrétaire général Joaquín Almunia à la démission et la convocation du XXXVe congrès fédéral du PSOE en suivant. Elle participe alors au groupe social-libéral Nueva Vía (en français : Nouvelle Voie), formé par plusieurs jeunes cadres autour du député de León José Luis Rodríguez Zapatero[8],[9]. Puisque Zapatero est peu connu des socialistes catalans, elle se charge de le présenter à la direction du PSC[2].

Au congrès socialiste de , elle soutient l'élection de José Luis Rodríguez Zapatero.

Elle entre à la commission exécutive du Parti des socialistes de Catalogne le , au poste de secrétaire à la Justice, puis elle devient secrétaire à l'Éducation, à la Culture et à la Recherche de la commission exécutive fédérale du PSOE (CEF) le mois suivant[10],[11]. Au retour de l'été, elle rejoint la commission parlementaire de l'Éducation et intègre la députation permanente du Congrès[7].

À ce titre, elle se montre très critique de l'avant-projet de loi relatif à la qualité de l'enseignement, présenté le par la ministre de l'Éducation et de la Culture Pilar del Castillo. Elle dénonce un texte qui favorise la « ségrégation » des élèves, qui ne finance pas la réforme scolaire qu'il organise, qui « relègue » l'éducation musicale, les arts plastiques, et qui « restreint » la participation démocratique dans les écoles[12]. Deux jours plus tard, elle révèle que huit partis d'opposition se sont fédérés pour intenter un recours en inconstitutionnalité contre la loi organique relative à l'enseignement supérieur (LOU), et qu'elles feront de même pour la loi de qualité de l'enseignement et la loi sur la formation professionnelle, toutes deux en cours d'élaboration[13].

Elle est réélue en conseillère municipale d'Esplugues de Llobregat, mais n'exerce plus aucune responsabilité[14]. Le suivant, Zapatero forme son comité électoral pour les élections générales du et choisit Carme Chacón comme porte-parole[15]. Elle est désignée trois mois plus tard porte-parole du Parti socialiste par la CEF, un poste jusqu'ici inexistant puisque les rapports avec les médias étaient assumés par Zapatero ou le secrétaire à l'Organisation José Blanco[16].

Première vice-présidente du Congrès[modifier | modifier le code]

Carme Chacón est élue première vice-présidente du Congrès par 125 voix en , à l'âge de 33 ans.

Alors que plusieurs figures du PSC — comme Josep Borrell et Narcís Serra — renoncent à se présenter, elle est pressentie au début du mois de comme « numéro deux » de la liste socialiste pour Barcelone, juste derrière le premier secrétaire du parti José Montilla, une rumeur confirmée trois semaines plus tard lors de la ratification des listes par le conseil national[17],[18].

Les socialistes ayant remporté le scrutin, son nom est évoqué pour occuper le poste de ministre de l'Éducation avec Gregorio Peces-Barba, Mercedes Cabrera et la philosophe Amelia Valcárcel. Elle est également citée pour le ministère de la Culture, aux côtés notamment de Carmen Calvo, Joaquín Leguina, Carmen Alborch ou Cabrera. Toutefois, le parti la choisit finalement comme future première vice-présidente du Congrès des députés[19],[20].

À l'ouverture de la VIIIe législature le , elle est effectivement élue à cette fonction avec 125 voix favorables[21]. À l'issue du XXXVIe congrès du Parti socialiste le suivant, elle est confirmée au sein de la commission exécutive en tant que secrétaire à la Culture, les questions éducatives relevant désormais d'Eva Almunia[22]. Lors du remaniement gouvernement d', elle est pressentie pour devenir ministre de la Justice mais n'entre finalement pas au gouvernement[23].

Ministre du Logement (2007-2008)[modifier | modifier le code]

Elle entre le au gouvernement comme ministre du Logement, où elle promeut une aide publique à la location pour les jeunes.

José Luis Rodríguez Zapatero annonce de manière inattendue le un remaniement de son premier gouvernement, qui affecte quatre ministères. À l'âge de 36 ans, Carme Chacón est ainsi nommée ministre du Logement[24]. Son entrée en fonction a lieu trois jours plus tard[25]. Elle démissionne de son mandat d'élue municipale[14].

L'aide publique à la location[modifier | modifier le code]

Elle annonce le suivant l'instauration du « revenu de base pour l'émancipation » au , une aide publique de 210 euros par mois pour les jeunes salariés âgés de 22 à 30 ans dont les revenus bruts annuels ne dépassent pas 22 000 euros, pour les aider à louer leur logement. Ils recevront en outre un prêt de 600 euros pour le paiement de leur caution. Elle indique par ailleurs que tous les locataires dont le revenu brut annuel est inférieur à 28 000 euros pourront déduire de leur impôt sur le revenu le montant de leur loyer, dans la limite de 10 % de leurs revenus bruts. Le coût total du revenu d'émancipation et du prêt de caution est alors évalué à 435 millions d'euros. Ces mesures sont codifiées deux mois plus tard, par un décret-loi[26].

Le record des élections législatives[modifier | modifier le code]

Comme annoncé dès le début du mois de [27], elle est investie le tête de liste du Parti des socialistes de Catalogne dans la circonscription de Barcelone pour les élections générales du . La candidature soumise par la direction du parti reçoit 98 % de votes favorables du conseil national. Elle appelle ensuite à la mobilisation en jugeant que « la Catalogne sera à nouveau décisive. La formule est toujours la même : une impulsion en Catalogne et un gouvernement progressiste en Espagne »[28].

Au soir du scrutin, le PSC remporte 25 députés sur 47 avec 45,5 % des voix et plus de 1,6 million de votes, ce qui constitue un record historique absolu. Selon elle, « le soutien [des électeurs] a été large, clair et retentissant ». Elle estime que « nous avons de nouveau une grande confiance pour défendre la Catalogne, le progrès, la concorde et l'optimisme »[29].

Ministre de la Défense (2008-2011)[modifier | modifier le code]

Carme Chacón à Herat en .

Une nomination symbolique[modifier | modifier le code]

Zapatero révèle le que Carme Chacón sera nommée à 37 ans ministre de la Défense dans son second gouvernement. Elle sera donc la première femme à exercer cette responsabilité, et la première femme enceinte à détenir un portefeuille ministériel[30].

Cette nomination est critiquée au sein du secteur conservateur des Forces armées espagnoles ainsi que par la presse de droite — qui se garde bien de tout machisme et se concentre sur les origines catalanes et les opinions pacifistes de la nouvelle ministre — mais fortement soutenue par le roi Juan Carlos Ier. Le jour de sa prise de fonctions, le , elle se distingue par l'ordre sec donné aux soldats de la garde d'honneur du ministère de se mettre au garde à vous, avant de passer la troupe en revue[31],[32].

Premières décisions[modifier | modifier le code]

Le , elle réalise une visite surprise aux 460 soldats du contingent espagnol déployé dans la base avancée de l'ISAF à Herat, en Afghanistan. Accompagnée du secrétaire d'État à la Défense Constantino Méndez et de la secrétaire d'État à la Coopération Leire Pajín, elle est également suivie par une équipe médicale puisqu'elle atteint à ce moment-là sept mois de grossesse. Elle réfute le fait que ce voyage soit une réponse aux critiques selon lesquelles sa grossesse ne lui permettrait pas de remplir pleinement ses fonctions[33],[34].

Elle accouche un mois plus tard, le à l'hôpital Sant Joan de Deu à Esplugues de Llobregat. Elle devait comparaître le lendemain devant la commission de la Défense du Congrès des députés pour expliquer son programme de travail et ses objectifs pour les quatre ans à venir. Le président du gouvernement confie l'intérim de la direction du ministère au ministre de l'Intérieur Alfredo Pérez Rubalcaba[35].

De retour de son congé maternité, Chacón remplace les chefs d'État-major.

Elle reprend ses fonctions cinq semaines plus tard, le , par son audition devant la commission de la Défense. À cette occasion, elle fait connaître sa volonté de renouveler le groupe des chefs d'État-major (JUJEM). Si le remplacement des hauts commandants militaires est une habitude en début de législature, c'est la première fois qu'il intervient sans que le titulaire du ministère ait pu faire connaissance avec les généraux de manière approfondie. Elle fait d'ailleurs fi du conseil de son prédécesseur José Antonio Alonso et de Zapatero de conserver dans ses responsabilités le général Félix Sanz à son poste chef d'État-major de la défense (JEMAD)[36]. Contrairement à sa volonté initiale, elle respect le principe de l'accès tournant au poste de JEMAD et le confie au général de l'armée de l'air José Julio Rodríguez Fernández, jusqu'ici directeur général de l'Armement et du Matériel au sein du ministère, trois semaines plus tard. Elle réalise ainsi un choix qui ne tient compte ni des suggestions de la Maison royale, ni des propositions des généraux des forces aériennes. Bien que Rodríguez Fernández n'ait pas l'expérience des missions internationales, il bénéficie de la confiance politique de Chacón et Zapatero, et jouit d'une réputation de bon gestionnaire[37],[38].

Piraterie en Somalie[modifier | modifier le code]

En , elle approuve la participation de l'Espagne à l'opération Atalante.

Au cours de la traditionnelle cérémonie de la Pâques militaire le , elle fait connaître sa volonté de demander au Congrès des députés l'envoi de forces militaires au large de la Somalie afin de lutter contre la piraterie dans le cadre de l'opération navale européenne Atalante. Elle évoque alors « la première mission avec une composante fondamentalement navale dans le cadre de la politique européenne de sécurité et de défense ». Elle ajoute que « les forces armées espagnoles participeront à Atalante avec un avion de patrouille maritime, une frégate et un pétrolier. De plus, un capitaine de vaisseau espagnol assumera le commandement de la force à partir d' »[39]. Le contingent, formé de 395 militaires, sera ainsi le sixième déployé sur un théâtre d'opération extérieur, portant à 3 000 le nombre total de soldats espagnols déployés à l'étranger[40]. Lors d'une séance extraordinaire du Congrès le , le déploiement est autorisé par 311 voix contre deux, celles de Gaspar Llamazares et Joan Herrera. Chacón affirme devant les députés que « l'opération Atalante est d'une importance cruciale pour la défense des intérêts géostratégiques et économiques espagnols » et permettra « de garantir la sécurité de nos pêcheurs ». Elle reconnaît que la mission sera difficile et d'une très grande importance à cause « du chaos politique en Somalie » et de la « dramatique situation humanitaire »[41].

Durant une intervention au Congrès le au sujet de la piraterie au large de la Somalie, elle rappelle que l'État espagnol dépense 75 millions d'euros pour protéger les thoniers battant pavillon espagnol qui opèrent dans l'océan Indien, alors qu'il s'agit « d'entreprises privées qui font des affaires privées ». Elle appelle donc les propriétaires des navires « à apporter leur contribution, c'est ce qui me semble juste ». Elle rejette l'idée d'embarquer des soldats à bord des bateaux, une option contraire selon elle à la loi organique relative à la défense nationale et une solution qu'elle ne juge « pas adéquate sur le plan opérationnel ou fonctionnel ». Elle indique que les autorités sont prêtes à aider financièrement les armateurs qui auraient recours à des sociétés de sécurité privée, rappelant que le ministère de l'Intérieur autoriserait à cette occasion les mercenaires à s'équiper en fusils automatiques de grande capacité[42].

Le porte-parole parlementaire du PNV Josu Erkoreka reproche à Chacón sa « passivité » dans la lutte contre la piraterie en Somalie.

Moins de deux semaines plus tard, le , des pirates somaliens s'emparent du chalutier basque Alakrana. Le ministère de la Défense dénonce le fait que le navire se trouvait à plus de 800 milles de la frégate espagnole Canarias et à 350 milles de la zone la mieux protégée par Atalante[43]. Le député du Parti populaire (PP) Arsenio Fernández de Mesa, deuxième vice-président de la commission de la Défense, dénonce la « passivité » de l'exécutif et l'appelle à se souvenir que « ce ne sont pas là des riches qui pêchent, mais des entrepreneurs qui créent des milliers d'emplois ». Le porte-parole parlementaire du Parti nationaliste basque (EAJ/PNV) Josu Erkoreka reproche à Chacón de « jouer à ne pas perdre de scrutin au Congrès » tandis que « les pêcheurs jouent pour leur vie ». Si de son côté, CiU affirme que le Parti socialiste ouvrier espagnol s'est trompé deux semaines plus tôt en rejetant la résolution de l'EAJ/PNV proposant l'embarquement de soldats sur les chalutiers agissant dans l'océan Indien, le PSOE considère qu'il est « très injuste d'associer la ministre de la Défense à cette situation, qui travaille dur pour la sécurité des navires dans une zone très difficile »[44]. L’Alakrana est libéré le , après le versement d'une rançon de plus de deux millions d'euros par l'armateur[45].

Au lendemain de la libération, le PP et le PNV attaquent durement le gouvernement. Alors que le président du Parti populaire Mariano Rajoy avait accepté de rester silencieux quant à la gestion de l'affaire par les autorités, son parti indique dès le son intention de soumettre de nouveau au Congrès une proposition d'embarquer des militaires sur les chalutiers. La porte-parole parlementaire Soraya Sáenz de Santamaría se met en relation avec son homologue de l'EAJ/PNV Josu Erkoreka afin de coordonner leur réaction. Ce dernier affirme préparer pour les jours à venir des actions politiques pour demander des comptes à l'exécutif[46]. Dès le cependant, Rajoy annonce sa volonté de demander la réprobation par les députés de la première vice-présidente María Teresa Fernández de la Vega, de Carme Chacón et du ministre de la Justice Francisco Caamaño en dénonçant la « superbe », l'« incompétence », l'« improvisation », le « spectacle lamentable » et « les dommages causés à l'image de l'Espagne »[47].

La question du Kosovo[modifier | modifier le code]

Carme Chacón (g.) avec Robert Gates, secrétaire de la Défense des États-Unis, lors de la conférence de l'OTAN à Bucarest en 2008.

Elle annonce le que les 620 militaires espagnols déployés depuis dix ans au Kosovo dans le cadre de la KFOR vont être rapatriées, au cours de sa visite au contingent sur la base d'Istok. Cette décision fait suite à la déclaration d'indépendance, non reconnue par le gouvernement espagnol. Elle déclare à cette occasion aux soldats que « votre mission est terminée. Il est temps de rentrer à la maison ». Afin de ne pas avoir de contact avec les autorités kosovares, elle se pose sur la base italienne de Gjakovë plutôt qu'à l'aéroport de Pristina. Alors que le retrait était initialement prévu sur quatre mois, elle propose au secrétaire général de l'OTAN Jaap de Hoop Scheffer qu'il se fasse en six mois, comme geste de bonne volonté[48].

Cette décision suscite des critiques au sein de l'administration américaine. Quatre jours plus tard, elle réaffirme depuis que Cadix que « les raisons qui nous ont menés au Kosovo ont pris fin ». Elle rappelle que « il y a des pays alliés qui ont reconnu l'indépendance du Kosovo. Nous non » et souligne que les autorités espagnoles ont agi « comme cela se passe habituellement pour ce genre de décisions »[49]. Le vice-président des États-Unis Joe Biden indique le , en conclusion du sommet mondial des dirigeants progressistes à Viña del Mar et en présence de Zapatero, être convaincu « que les relations ne sont pas entravées, même si nous sommes en désaccord sur le Kosovo ». Biden fait savoir au président du gouvernement espagnol « la plus totale compréhension » de son pays quant à la décision de retrait des troupes et parle d'un « chapitre clos »[50].

Pourtant le , elle est mise en cause par le député nationaliste catalan Jordi Xuclà qui annonce que son groupe parlementaire a l'intention de déposer une motion condamnant la gestion gouvernementale de l'annonce du retrait des troupes[51]. Soumise au vote du Congrès le , la motion est partiellement approuvée : si les trois points sur l'information des députés par l'exécutif des résultats des sommets annuels de l'OTAN sont approuvés à une très large majorité, la partie affirmant que « le gouvernement ne peut pas prendre de décisions unilatérales sans informer en temps et dans les formes les Alliés de sa volonté de modifier les engagements adoptés dans des organisations internationales » — présentée comme une réprobation de l'action ministérielle — est rejetée par 172 voix contre, 164 voix pour et cinq abstentions. Au cours du débat, les députés de Convergence et Union (CiU) avaient refusé d'inclure un amendement du Parti populaire qui demandait formellement la réprobation de Carme Chacón[52].

La guerre d'Afghanistan[modifier | modifier le code]

Chacón visite en le QG de l'ISAF.

Auditionnée le par la commission de la Défense du Congrès, elle affirme que « la mission [espagnole en Afghanistan] se tient dans un contexte hautement risqué de conflit et de guerre ». Elle justifie le déploiement de 511 soldats et 40 gardes civils — ce qui porte le contingent espagnol à 1 509 membres et aura un coût annuel de 100 millions d'euros — par le fait que l'ISAF souhaite que « ce soient les Afghans qui assurent eux-mêmes leur gouvernement et leur sécurité ». Sur l'ensemble du nouveau corps expéditionnaire, aucun militaire ne sera donc affecté à des missions de combat, mais uniquement à des fonctions de formation, logistique et sécurité. À l'exception de la Gauche unie (IU), l'ensemble des forces politiques soutient cette démarche[53].

Le , elle préside à Sarajevo la cérémonie du début du retrait des troupes espagnoles de Bosnie-Herzégovine. Elle fait alors remarquer que « ce qui s'est passé dans les Balkans doit nous rappeler que les opérations internationales sont nécessaires » et ajoute que « dans l'avenir, [l'Espagne] mettra fin à ses autres missions, comme le Liban, la Somalie ou l'Afghanistan »[54].

Avec Trinidad Jiménez, Chacón accompagne José Luis Rodríguez Zapatero en Afghanistan en .

Elle indique le mois suivant, lors du 22e sommet de l'OTAN à Lisbonne, que le contingent espagnol de l'ISAF commencera dès — soit avec trois ans d'avance — à opérer le transfert aux Afghans de la sécurité dans deux provinces. Elle ajoute que cela n'implique pas « un retrait automatique » des militaires de son pays[55]. Un propose qu'elle confirme en devant la commission de la Défense, sans pour autant fixer de date précise pour le retour des soldats espagnols[56]. Au Sénat le , elle écarte toute idée de rapatriement du corps expéditionnaire avant la fin de l'année[57].

Le crash d'un hélicoptère en Haïti[modifier | modifier le code]

Le , un hélicoptère s'écrase à Fonds-Verrettes en Haïti, l'accident causant la mort de quatre soldats espagnols déployés au sein de la Minustah[58]. Elle s'y rend dès le lendemain afin de rendre hommage aux disparus et assurer leur rapatriement. Elle est accompagnée d'une équipe médico-légale de la Garde civile, chargée de confirmer l'identité des militaires et de mettre en œuvre le protocole instauré en pour éviter la répétition du scandale du Yak-42 de , quand 30 soldats morts sur 62 dans le crash de leur avion avait été mal identifiés[59]. Un mois plus tôt, elle avait visité le contingent espagnol, constitué de 450 soldats déployés à Petit-Goave à la suite du séisme du [60].

La loi des droits des militaires[modifier | modifier le code]

Carme Chacón passant en revue des troupes de l'unité militaire d'urgence (UME) en 2011.

Le conseil des ministres du approuve le projet de loi organique des droits et devoirs des membres de forces armées. Ce texte entend réglementer, pour la première fois, le droit des militaires à constituer des associations de défense de leurs intérêts professionnels. Il prévoit la création du conseil du personnel, comme organe de dialogue entre les associations militaires et le ministère de la Défense, ainsi que de l'Observatoire de la vie militaire, formé d'experts choisis par les Cortes Generales. À l'inverse de la Garde civile, il n'est pas prévu que les représentants de la troupe soient élus, puisque la représentativité de leurs associations sera mesurée par leur nombre d'adhérents[61].

Alors que Carme Chacón s'était engagée en à ce que la loi ne soit adoptée que s'il existe « le consensus le plus large » car « dans le domaine militaire, la seule arithmétique possible c'est l'addition »[62], le PSOE et le PP arrivent à un accord sur le contenu du projet de loi le , avec notamment des amendements concernant les fonctions du conseil du personnel et la garantie de la liberté religieuse des soldats[63]. Le texte, désormais surnommé « loi Chacón » (en espagnol : Ley Chacón), est adopté exactement deux mois plus tard, par 305 voix pour et dix abstentions, provenant de Convergence et Union, dont le porte-parole parlementaire Jordi Xuclà semble presque s'excuser de rompre ce consensus[64]. Revenue devant le Congrès le , la loi organique y est définitivement adoptée[65].

Une potentielle successeure de Zapatero[modifier | modifier le code]

Popularité et prise de positions[modifier | modifier le code]

Six mois après son entrée en fonction, un sondage en fait la ministre la plus populaire, détrônant ainsi la vice-présidente María Teresa Fernández de la Vega.

À l'issue du XXXVIIe congrès fédéral socialiste le , elle continue de siéger au sein de la commission exécutive. Représentant les socialistes catalans avec Miquel Iceta, elle est désignée pour un poste de membre sans responsabilité (en espagnol : vocal), aux côtés notamment d'Alfredo Pérez Rubalcaba et du député basque Eduardo Madina. Ses anciennes fonctions de secrétaire à l'Éducation sont ainsi confiées à la députée de Grenade Cándida Martínez[66].

En suivant, l'enquête du Centre de recherches sociologiques (CIS) la désigne comme ministre la plus appréciée, avec une note moyenne de 5,17/10, soit 0,07 point de mieux que la numéro deux du gouvernement María Teresa Fernández de la Vega — détentrice de ce titre depuis  — et 0,14 point de plus que Rubalcaba. Ce dernier affirme pour sa part qu'elle a « devant elle une carrière extraordinaire » tandis que de la Vega qualifie de « joie et fierté » le résultat du sondage[67].

À la suite de l'expulsion en d'une lycéenne de son établissement scolaire de Pozuelo de Alarcón car elle portait le hijab, elle estime que « l'Espagne n'est pas la France » — en référence au débat en cours sur l'interdiction de la burqa — et rappelle que l'on touche là aux « accords éducatifs » et « loi en rapport avec les connotations culturelles et religieuses ». Elle ajoute que ce qui est clair pour elle, c'est « qu'il doit exister un consensus parlementaire qui reflète un consensus social »[68]. Elle se place ainsi dans la lignée du ministre de l'Éducation Ángel Gabilondo, du ministre de la Justice Francisco Caamaño et de la ministre de la Santé Trinidad Jiménez, mais en opposition avec la ministre de l'Égalité Bibiana Aído, qui réaffirme son refus personnel de toute forme de voile[69].

Elle apporte en son soutien total aux mesures d'austérité budgétaire adoptées par les socialistes, tandis que Zapatero et le PSOE sont en chute libre dans les enquêtes d'opinion. Elle explique que les mesures de rigueur sont « dures » mais pensées « à moyen et long terme » afin de générer « confiance et stabilité » dans l'économie espagnole. Elle présente le président du gouvernement comme « un chef sérieux et vaillant » qui prend des décisions « non pas pour lui, mais pour son pays ». Critiquant vertement le Parti populaire, une formation où « une pseudo-démocratie a amené avec elle un pseudo-dirigeant, Mariano Rajoy », elle tient à rappeler qu'en Felipe González avait remporté les élections générales quand il accusait 11 points de retard sur le PP et souligne que « les élections ne sont pas demain ». Elle se montre alors convaincue que Zapatero sera le chef de file des socialistes pour le scrutin de [70].

En , un sondage montre qu'elle est la deuxième ministre la plus connue après le vétéran socialiste Alfredo Pérez Rubalcaba, ministre de l'Intérieur.

L'enquête publiée par le Centre de recherches sociologiques le suivant lui attribue une note moyenne de 4,38/10, contre 4,61 pour Rubalcaba. En revanche, elle devance des personnalités majeures comme María Teresa Fernández de la Vega, le numéro deux du Parti socialiste José Blanco et le troisième vice-président du gouvernement Manuel Chaves[71]. Le sondage que publie Público quatre jours après montre que 85,7 % des Espagnols déclarent la connaître, ce qui la place en deuxième position de ce point de vue, 54 % d'entre eux approuvent son maintien au gouvernement (une proportion qui atteint 82 % des électeurs socialistes) et que sa note moyenne est de 5/10, à la quatrième place des ministres les plus appréciés[72].

En réaction aux protestations en cours dans les pays arabes, elle déplore le que les pays d'Europe « se sont trompés à de nombreuses reprises » dans leurs relations avec leurs voisins du sud de la Méditerranée et rappelle que les réclamations des Égyptiens sont « des choses que nous donnons trop souvent pour acquises, comme la justice, la liberté et la dignité, alors que ce n'est pas le cas partout dans le monde ». Estimant que « la prudence ne peut en aucun cas nous rendre complice de la tyrannie », elle affirme que « l'Alliance des civilisations ce n'est pas la démocratie en Occident et l'autocratie en Orient, mais le vivre-ensemble et le respect de toutes les croyances »[73].

À l'occasion d'un déjeuner organisé par Europa Press le , elle affirme considérer comme évident que l'Espagne est prête à voir une femme accéder à la présidence du gouvernement, y compris si elle est originaire de Catalogne. Elle précise toutefois qu'elle soutiendra José Luis Rodríguez Zapatero s'il postule à un troisième mandat, mais que dans le cas contraire la décision reviendra aux militants. Elle cite ainsi Felipe González, « Vouloir être candidat est une chose, ce que veulent les adhérents en est une autre »[74].

Le renoncement d'une favorite[modifier | modifier le code]

Carme Chacón et la maire de Palma, Aina Calvo, lors d'un meeting pour les municipales en .

À la fin du mois de , les spéculations sur le renoncement de Zapatero ne font que redoubler, la presse fixant la date du pour l'annonce officielle[75]. Elle apparaît alors, aux côtés de Rubalcaba, comme une favorite pour prendre sa suite. Ainsi, 31,4 % des Espagnols citent spontanément son nom comme remplaçante du chef de l'exécutif, soit une progression de 19,3 points en deux mois. En cas de duel face au président du Parti populaire Mariano Rajoy, 39,3 % la choisirait, soit environ six points d'avance sur son concurrent conservateur[76]. Le , elle demande au nom du PSC que le président du gouvernement « ferme » le débat lors du comité fédéral prévu à la fin de la semaine et reporte le processus de succession « à la fin de la législature », une position transmise à Zapatero par le maire de Barcelone Jordi Hereu[77].

Si la perspective d'un renoncement semblait finalement s'éloigner[78], José Luis Rodríguez Zapatero annonce le devant le comité fédéral du PSOE sa décision de ne pas postuler à un troisième mandat à la tête du cabinet espagnol lors des prochaines élections générales, prévues en . Il précise avoir l'intention d'aller au terme de la législature et que le choix de son successeur sera déterminé lors d'un processus de primaires internes[79]. Un nouveau sondage est publié trois semaines plus tard : il révèle que 65,1 % des Espagnols la désignent spontanément comme successeure de Zapatero, soit une progression de 33 points, contre 19 pour Rubalcaba. Tous deux obtiennent des résultats et écarts similaires dans leur duel avec Rajoy et leur candidature produit des scores et différences identiques entre le PSOE — donné en tête de peu — et le PP dans les intentions de vote[80].

Après que Patxi López a demandé la tenue d'un congrès extraordinaire, elle renonce à postuler aux primaires internes pour les élections générales.

Elle annonce le , à deux jours du comité fédéral de déclenchement des primaires, qu'elle renonce à présenter sa candidature. Elle explique qu'elle « fait un pas de côté » par rapport à sa décision — « adoptée au mois de février » — de présenter « son projet » aux militants. Selon elle, l'escalade de la tension interne « met en danger l'unité du parti, l'image du président du gouvernement et la stabilité du gouvernement ». Elle estime que « depuis le début, il y a des dirigeants socialistes mobilisés contre les primaires et qui poussent à la présentation d'un candidat unique. La déroute socialiste aux élections locales a rendu cette mobilisation encore plus forte »[81]. Sa décision est la conséquence des déclarations faites 48 heures plus tôt par le lehendakari Patxi López, appelant à la tenue d'un congrès extraordinaire pour désigner un nouveau secrétaire général et établir un nouveau projet politique. Après que Chacón a expliqué à Zapatero disposer d'une équipe de campagne, d'un site Web et qu'elle lui a demandé de bénéficier des moyens du parti pour mener campagne, le chef de l'exécutif tente de raisonner López, dont la tactique est soutenue par plusieurs dirigeants régionaux et doit permettre l'investiture de Rubalcaba. Le président du gouvernement n'étant pas parvenu à dissuader le chef du gouvernement basque, Chacón choisit de renoncer à sa candidature plutôt que mettre en danger l'autorité de Zapatero[82].

Le , le porte-parole du Parti des socialistes de Catalogne Miquel Iceta indique que le premier secrétaire du parti José Montilla a proposé en ouverture de la commission exécutive à Chacón d'être à nouveau tête de liste pour Barcelone aux élections générales anticipées du , ce qu'elle a accepté[83]. Au cours de cette réunion, elle fait part de ses doutes quant à la réforme de l'article 135 de la Constitution, fruit d'un consensus entre le PSOE et le PP. Si elle dit « ne pas avoir d'objections » quant à la rédaction proposée car « elle se montre très flexible », elle précise qu'elle soutient le projet « par responsabilité et loyauté envers [Rubalcaba] ». Elle affirme toutefois avoir « plus de doutes au sujet de la procédure suivie pour la réforme constitutionnelle » dans une période où il existe « une demande sociale qui réclame, avec raison, plus de participation populaire dans les grandes décisions politiques »[84].

Le congrès de 2012[modifier | modifier le code]

Rumeurs de candidature[modifier | modifier le code]

À la suite de l'accession au pouvoir de Mariano Rajoy, elle cosigne un texte coordonné par Francisco Caamaño appelant les socialistes au droit d'inventaire.

Le scrutin parlementaire constitue une sévère déroute pour les socialistes espagnols. En Catalogne, le PSC tombe à seulement 14 députés, réalisant son plus mauvais résultat depuis l'avènement de la démocratie en . Dans la circonscription de Barcelone, le nombre de représentants passe de 16 à 10. Cet échec, associé à la victoire de Convergence et Union — qui devance les socialistes contre toute attente —, paraît compliquer fortement la volonté de Chacón de prendre la direction fédérale du PSOE. S'exprimant à l'issue du vote, elle déclare que « les socialistes ont perdu mais ne sont pas défaits. Ceux qui sont défaits sont ceux qui se rendent, et nous ne nous rendons pas »[85],[86].

Après que Zapatero a annoncé le lendemain des élections générales sa volonté de proposer au comité fédéral la convocation du XXXVIIIe congrès fédéral en [87], des rumeurs sur une candidature probable de Chacón commencent à émerger. L'ancienne ministre de la Culture Carmen Calvo juge par exemple qu'elle « peut être une magnifique candidate au secrétariat général » mais « elle doit aussi réaliser sa propre analyse des résultats des socialistes catalans », puis le président du PSOE Manuel Chaves affirme que « on parle de Rubalcaba, on parle de Chacón, moi j'aimerais qu'il y ait plusieurs candidats »[88],[89]. Elle reçoit dans les jours qui suivent le soutien du secrétaire général du Parti socialiste de Madrid-PSOE Tomás Gómez et de l'ancien ministre des Affaires étrangères Miguel Ángel Moratinos[90],[91].

Le , quelques heures seulement après l'investiture de Mariano Rajoy à la présidence du gouvernement, elle publie avec le ministre de la Justice Francisco Caamaño, la secrétaire d'État au Logement Beatriz Corredor, le député Ximo Puig, le député européen Juan Fernando López Aguilar, le maire de Soria Carlos Martínez, l'ancien président du Sénat Javier Rojo, les anciens ministres Cristina Narbona et Josep Borrell, l'ancienne maire de Palma Aina Calvo, le secrétaire général du Parti socialiste de Navarre-PSOE Roberto Jiménez, la présidente du PSM-PSOE Delia Blanco le manifeste « Mucho PSOE por hacer » (en français : Beaucoup de PSOE à faire). Rédigé notamment par le député José Andrés Torres Mora et coordonné par Caamaño, ce texte appelle le Parti socialiste à mieux s'ouvrir sur la société et entamer une réflexion idéologique pour construire une politique économique et fiscale de gauche. Si le groupe assume les grandes avancées sociales et sociétales des deux mandats de Zapatero, il s'accorde un droit d'inventaire en critiquant notamment le refus d'utiliser dès le terme de « crise » et les mesures d'austérité approuvées en [92],[93].

Officialisation[modifier | modifier le code]

Deux semaines plus tard, elle indique lors d'une réunion au siège de l'Union générale des travailleurs (UGT) à Valence qu'elle a l'intention de présenter sa candidature au secrétariat général du PSOE, avec la volonté de baser son projet sur la plateforme politique Mucho PSOE por hacer. Elle dit être candidate « pour lever le PSOE dès maintent, sans transition ni interrègne ». Elle assure vouloir « travailler très dur pour l'emporter » car « beaucoup de gens en Espagne ne peuvent plus attendre ». Pour elle, « il faut créer un PSOE fort pour l'alternance et pour gouverner le plus tôt possible ». L'annonce officielle de sa candidature est toutefois programmée trois jours plus tard à Olula del Río, la ville natale de son père dans la province d'Almería[94]. Contrairement à la situation de , elle se trouvera ainsi en concurrence avec Alfredo Pérez Rubalcaba, qui a indiqué dès le vouloir lui aussi postuler à la direction du parti[95].

Père de la Constitution et ancien président du Congrès, Gregorio Peces-Barba soutient l'élection de Carme Chacón au secrétariat général du PSOE.

Elle prononce donc le son discours officialisant sa candidature au XXXVIIIe congrès fédéral du Parti socialiste. Entourée de militants et personnalités de premier plan, elle affirme que le pays a besoin « d'un PSOE fort, actif et intelligent ». Pour elle, la seule crainte qui doit habiter les socialistes est celle « de l'immobilisme ». Elle se présente comme la candidate des raisons qui poussent à l'engagement parmi les socialistes, déclarant que « nous sommes venus dans ce parti avec l'espoir de changer les choses et l'espoir d'un futur meilleur ». Elle appelle son parti à la cohérence : « nous devons faire ce que nous disons et dire ce que nous faisons. Si nous disons primaires, alors faisons-les. Si nous disons gauche, alors faisons la gauche ». Elle salue le bilan social et sociétal des années Zapatero et le travail mené par Rubalcaba en tant que ministre de l'Intérieur. Face aux promesses non-tenues de Rajoy, elle prend en exemple les politiques menées en Andalousie par le président José Antonio Griñán. Assistent à ce moment le secrétaire général du PSOE en Castille-La Manche José María Barreda, l'ancienne ministre de la Santé Leire Pajín, l'ex-président du Congrès des députés Manuel Marín, la conseillère à la Présidence de la Junte d'Andalousie Mar Moreno, le conseiller municipal de Madrid Pedro Zerolo, le secrétaire à l'Organisation du PSC Daniel Fernández, le porte-parole du courant de la Gauche socialiste (IS) José Antonio Pérez Tapias et la secrétaire personnelle de Zapatero Gertrudis Alcázar[96],[97].

Elle reçoit par la suite le soutien de l'ancienne première vice-présidente du gouvernement María Teresa Fernández de la Vega, qui n'appartient pas au PSOE mais lui doit toute sa carrière politique, puis de l'ancienne ministre du Logement Beatriz Corredor, avant d'obtenir le , à seulement cinq jours du congrès, l'appui de Gregorio Peces-Barba, père de la Constitution et ex-président du Congrès[98],[99].

La défaite[modifier | modifier le code]

Le soutien de l'appareil du PSOE d'Andalousie, emmené par José Antonio Griñán, n'est pas suffisant pour qu'elle remporte le vote du XXXVIIIe congrès.

Lors de son discours devant les délégués du congrès, réuni à Séville, elle reprend son thème d'un parti cohérent entre les discours et les actes. Pour se démarquer des critiques sur sa dépendance au Parti des socialistes de Catalogne, elle affirme « venir ici sans attaches, sereine et consciente ». Approuvant la proposition de Rubalcaba de dénoncer les accords avec le Saint-Siège, elle appelle « à une société libre, sans tutelle confessionnelle. Du respect pour toutes les religions, mais des privilèges pour aucune ». Elle rappelle sa proposition de taxer les revenus du capital au même niveau que ceux du travail, puis promet que le Parti socialiste appuiera toute mobilisation sociale « de ceux qui résistent aux contre-réformes de la droite », rendant hommage aux liens entre le PSOE et l'UGT. Après avoir reconnu « les erreurs que les socialistes ont pu commettre », elle souligne « que quatre millions de personnes ont pris leurs distances avec nous, mais ils n'ont pas tourné le dos, ils attendent un signal de notre part ». Elle souhaite voir son parti opérer « un changement de cap » car « les deux dures défaites récentes n'ont pas des causes naturelles ou imputables à la crise » et explique « ne pas se présenter pour gérer l'intérim ou une traversée du désert »[100].

Avec 465 voix, soit 48,9 % des suffrages exprimés, elle est battue de 22 suffrages par Rubalcaba, qui a notamment fait valoir son expérience, porté de nombreux messages réformistes et une stratégie de changement tranquille, et annoncé son intention de ne pas laisser une trop grande autonomie aux fédérations régionales. À l'image de José Bono en face à Zapatero, elle perd le scrutin alors qu'elle bénéficie du soutien de l'appareil du Parti socialiste ouvrier espagnol d'Andalousie (PSOE-A), la principale fédération socialiste[101].

Lors d'une rencontre avec son concurrent victorieux, quelques heures plus tard, elle refuse d'intégrer la nouvelle commission exécutive fédérale ou la direction du groupe parlementaire, mais elle émet le souhait que ses soutiens en fassent partie[102]. Rubalcaba la place donc en tête de la liste du comité fédéral, avec l'ancien vice-président du gouvernement Manuel Chaves. Le président andalou José Antonio Griñán, qui la soutenait officieusement, est portée à la présidence du parti, tandis que José Zaragoza, comptant parmi les proches de Chacón, devient membre sans responsabilité de la commission exécutive[103].

Après le congrès[modifier | modifier le code]

Une critique de la direction socialiste[modifier | modifier le code]

Comparant l'affaire Bankia à la chute de Lehman Brothers, Chacón souhaite que le PSOE réclame une commission d'enquête parlementaire.

Elle réapparaît en public près de six semaines plus tard, le , en participant à une réunion électorale de Griñán à Almería. Elle alerte alors les Andalous qu'ils « ont toujours le pouvoir de voter contre les coupes budgétaires du Parti populaire », tandis que d'autres territoires « ne peuvent plus que sortir dans la rue ». Elle affirme ainsi que « les Espagnols regardent l'Andalousie avec espoir pour qu'ils freinent l'austérité du PP ». Selon Chacón, l'Andalousie peut devenir la deuxième communauté autonome à instaurer un ticket modérateur — après la Catalogne — si « le vote des Andalous ne l'empêche pas ». Elle affirme sa confiance que les Andalous « se mobiliseront non seulement pour sortir de la crise, mais aussi pour maintenir la forteresse européenne et espagnole de l'État providence »[104].

Après un long silence au sein du PSOE, elle critique — lors de la réunion commune des groupes parlementaires socialistes le  — la posture adoptée par Rubalcaba face au scandale Bankia. La direction du parti a en effet demandé la comparution devant le Parlement des anciens présidents de la banque et du gouverneur de la Banque d'Espagne. Considérant que cette affaire équivaut à la chute de Lehman Brothers, Chacón souhaite une position plus ferme vis-à-vis du gouvernement et que les socialistes réclament, comme la Gauche unie, une commission d'enquête parlementaire, qu'elle qualifie de « commission de la vérité ». Cette intervention est soutenue par Rosa Aguilar, Tomás Gómez, Odón Elorza ou encore Cristina Narbona. Au sortir de cette réunion, la porte-parole au Congrès Soraya Rodríguez réitère la demande d'auditions, après que la présidente de la commission de l'Économie Elvira Rodríguez l'a rejetée[105],[106].

Opposition à l'indépendance de la Catalogne[modifier | modifier le code]

Contrairement à la ligne défendue par Pere Navarro, elle s'oppose en à la proposition d'un référendum d'indépendance en Catalogne.

Au mois d', le Parti des socialistes de Catalogne se divise sur la posture à adopter sur un éventuel référendum d'indépendance. Elle déclare le être totalement opposée à une telle possibilité, puis précise quatre jours plus tard lors d'une visite à Cornellà de Llobregat être favorable à une consultation dans le cadre légal : « nous n'admettons pas d'actes illégaux. Dès lors, référendums légaux ». Cette modération de sa position initiale la rapproche donc du premier secrétaire du PSC Pere Navarro, qui défend lui aussi une consultation conforme à l'ordre juridique. Pourtant le , elle avait voté contre l'idée d'un tel référendum au Congrès[107],[108].

Le , Convergence et Union soumet une nouvelle résolution parlementaire proposant la tenue d'une consultation populaire sur l'indépendance de la Catalogne. Le PSC décide de voter oui et le PSOE non, mais Chacón choisit pour sa part de n'émettre aucun vote, bien qu'elle soit présente dans l'hémicycle. Ayant remis son mandat à disposition du parti, elle explique « ne pas appuyer cette résolution, car elle suppose un projet de rupture pour l'Espagne » et ajoute que « [son futur] importe peu, quand le sujet est la défense de millions d'Espagnols et de Catalans qui veulent continuer ensemble »[109]. Très critique de ce choix, Navarro lui rappelle alors que « le candidat [à la présidence du gouvernement] que nous devrons choisir au moment opportun doit accepter et défendre le programme électoral du PSC, et nous sommes engagés en faveur de la défense du droit à décider dans le cadre d'une consultation, comme principe démocratique ». Elle lui rétorque que jamais il ne lui viendrait à l'esprit de postuler à un scrutin avec un programme auquel elle ne croit pas et rappelle que « le programme des élections de défendait l'entente entre la Catalogne et l'Espagne », ce en quoi elle affirme croire fermement[110]. Elle règle le mois suivant une amende de 600 euros à son groupe parlementaire, pour avoir rompu la discipline de vote en n'ayant pas exprimé son refus à la résolution concernée[111].

Du retrait au retour[modifier | modifier le code]

Départ aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Carme Chacón annonce le qu'elle compte démissionner du Congrès des députés et quitte l'Espagne pendant un an, afin de dispenser des cours de systèmes politiques à l'université Miami Dade, en Floride, en tant que professeur de droit public comparé et droit international. Elle précise toutefois avoir l'intention de participer, deux mois plus tard, à la conférence politique promue par Rubalcaba. Elle réclame par ailleurs une rénovation « aussi vite que possible » du PSOE et déclare que son « projet de rénovation générationnelle reste en vigueur, aussi bien pour le socialisme espagnol que le système politique espagnol ». Affirmant que son intention est « de contribuer à l'appliquer le plus vite possible », elle explique que son parti « a d'autres projets et un autre calendrier » qu'elle ne partage pas. Pour cette annonce, elle est accompagnée d'une demi-douzaine de députés, notamment José Andrés Torres Mora et Odón Elorza[112].

La défense des primaires ouvertes[modifier | modifier le code]

Le secrétaire général du groupe PSOE au Congrès Eduardo Madina refuse de la rallier dans la perspective de primaires citoyennes.

À la suite de la conférence politique, elle est pressentie en avec Patxi López, Eduardo Madina et Emiliano García-Page comme une potentielle candidate aux futures primaires citoyennes décidées par les socialistes[113]. Elle critique vertement le règlement du scrutin, lors de la réunion du comité fédéral destinée à le ratifier le . Elle déplore que « le parti a eu deux ans pour l'élaborer, et maintenant nous allons l'approuver en à peine deux heures ». Elle remet implicitement en cause l'obligation faite aux sympathisants de s'inscrire au préalable pour pouvoir voter, appelant « à s'engager pour une mobilisation massive ». Selon elle, le PSOE « a besoin d'un débat large, qui amène des millions de citoyens à voter pour choisir la personne la plus capable et compétente pour battre la droite ». Elle juge que « ce n'est pas seulement ce que mérite le parti, c'est ce dont le pays a besoin » et que « nous avons toujours été capables du meilleur »[114]. La veille, elle avait maintenu une longue discussion avec Edu Madina et lui avait proposé d'être le numéro deux de sa candidature aux primaires citoyennes, afin de limiter les postulants et de pouvoir bénéficier d'un relais important au sein du groupe parlementaire, dont Madina se trouve être le secrétaire général. Toutefois, ce dernier repousse la proposition[115].

À la suite de la déroute des élections européennes du , Rubalcaba prend la décision de convoquer un congrès extraordinaire deux mois plus tard. Alors que Madina et le député de Madrid Pedro Sánchez annoncent qu'ils sont candidats au secrétariat général, l'élection se déroulant au suffrage des militants, Chacón critique la décision du chef du PSOE et demande à la direction à maintenir le calendrier des primaires citoyennes[116]. Après avoir estimé « logique » que les barons appellent la présidente andalouse Susana Díaz à postuler à cause « du zigzag, de l'improvisation constante et de l'énorme confusion » générée par Rubalcaba[117], elle rédige le un courrier aux militants, publié sur Internet, dans lequel elle annonce qu'elle ne sera pas candidate au secrétariat général du parti. Elle ajoute qu'elle travaillera « avec les centaines d'adhérents et progressistes indépendants [...] pour que des primaires citoyennes soient convoquées » et qu'elle a l'intention d'y être candidate. Elle critique férocement Rubalcaba, affirmant que la liste des élections européennes — « décidée » par lui seul et emmenée par son adjointe Elena Valenciano — « a obtenu les pires résultats de l'histoire socialiste », que par sa faute « le PSOE a manqué à sa parole envers les citoyens » en ne convoquant pas immédiatement les primaires ouvertes, initialement programmées en et « qu'il s'est senti légitime à décider un changement des statuts » en organisant un vote militant pour le secrétaire général[118].

Aux côtés de Pedro Sánchez[modifier | modifier le code]

Elle accepte en d'intégrer la commission exécutive de Pedro Sánchez, comme secrétaire aux Relations internationales.

Après la victoire de Pedro Sánchez, celui-ci lui fait savoir qu'il souhaite compter sur elle pour constituer la nouvelle commission exécutive fédérale du PSOE et lui confier un poste à responsabilité. Le premier secrétaire du PSC Miquel Iceta anticipe qu'elle acceptera[119]. Nommée secrétaire aux Relations internationales le , elle appartient aux membres de la direction appelés à jouer un « rôle spécial », qui bénéficient d'un lien direct avec le secrétaire général et son numéro deux César Luena[120].

En , à trois mois de la nouvelle date prévue pour les primaires socialistes, la direction du Parti des socialistes de Catalogne refuse de soutenir Chacón et préfère appuyer Sánchez. Elle précise qu'elle n'a toujours rien décidé et que son « unique priorité est pour le moment d'appuyer les candidats aux élections municipales du  »[121]. Le suivant, elle présente sa candidature pour être tête de liste socialiste dans la circonscription de Barcelone. Elle déclare que « je me sens utile, et quand quelqu'un se sent utile, il doit agir », ajoutant qu'elle veut aider à être « le fer de lance » pour écarter le Parti populaire du pouvoir. Elle dispose du total soutien de la direction du PSC[122]. Elle est proclamée chef de file de facto 18 jours plus tard, après qu'aucun autre candidat ne s'est déclaré[123].

La confection de la liste de candidats crée des dissensions au sein du Parti socialiste en suivant. Chacón souhaite en effet y intégrer l'ancien secrétaire à l'Organisation du PSC José Zaragoza et son ancien collaborateur ministériel Germán Rodríguez, et en exclure l'ex-dirigeant du parti Pere Navarro et l'ancien porte-parole parlementaire Maurici Lucena, qui appartient pourtant à l'équipe économique formée avant l'été par Pedro Sánchez[124]. À l'occasion du conseil national du , elle obtient partiellement gain de cause face à Miquel Iceta, puisque Navarro n'est pas intégré à sa candidature. Ayant refusé d'être candidat au Sénat ou d'occuper la sixième position sur la liste, il est le premier ex-dirigeant du PSC à être ainsi écarté d'une candidature électorale. En échange, elle doit accepter de présenter Lucena en sixième position. Rodríguez obtient la deuxième place et Zaragoza la quatrième[125].

Lors d'un entretien avec le journal catalan La Vanguardia le , elle révèle publiquement souffrir d'une cardiopathie congénitale. Elle explique que de son point de vue, « la vie est un privilège. J'ai une malformation cardiaque et chaque jour est un privilège ». Elle précise souffrir d'une transposition des gros vaisseaux : « j'ai 35 pulsations par minute, le cœur à l'envers et une blocage auriculaire et ventriculaire complet ». Elle ajoute que médicalement, elle aurait dû mener une vie très tranquille et ne pas avoir d'enfant[126].

Au soir des élections générales du , le PSC s'effondre avec à peine huit députés, soit six de moins qu'en . Écartant toute idée de renoncer à siéger, Carme Chacón qualifie ce résultat de « raisonnable » mais reconnaît « qu'il aurait été apprécié meilleur », indiquant qu'avec 589 000 voix et 15,7 %, les socialistes améliorent de trois points et 67 000 suffrages leur résultat des élections au Parlement catalan du . Elle n'effectue cependant pas la comparaison avec le scrutin de , où le PSC totalisait 920 000 bulletins de vote et 26,6 % des exprimés, car selon elle « on ne peut comparer les élections du et celles d'il y a quatre ans, car nous sommes entrés dans une nouvelle phase de la démocratie dans laquelle on trouve plus de pluralisme et de volatilité ». Pour elle, le parti a rempli ses objectifs de stopper la chute électorale et entamer sa remontée[127].

Un second retrait[modifier | modifier le code]

Le premier secrétaire du PSC Miquel Iceta souhaitant soumettre aux militants le choix de la tête de liste pour Barcelone aux élections de , Carme Chacón renonce à postuler et se retire de la vie politique.

Alors que la perspective de nouvelles élections se rapproche du fait de l'absence de formation d'un gouvernement, l'ancien sénateur Carles Martí indique en sa volonté de mener la liste pour Barcelone. En parallèle, des membres de la direction du Parti des socialistes de Catalogne appellent Iceta à procéder à une rénovation générationnelle, arguant que Chacón a été élue députée pour la première fois en . Également pressentie, la maire de Santa Coloma de Gramenet Núria Parlon écarte une telle hypothèse, tandis que la prise de position de Meritxell Batet, proche de Sánchez dont elle était la numéro deux pour Madrid tout en militant au sein du PSC, bien vue par l'appareil catalan et approuvée par les socialistes espagnols, se fait attendre[128]. Après que la direction du parti a confirmé sa volonté de consulter la base militante pour choisir sa tête de liste, Carme Chacón préfère renoncer à postuler. En sus de l'échec de son entourage à empêcher la tenue d'une primaire, elle bénéficie de l'inimitié d'une partie de la direction pour son refus net de retenir la candidature de Pere Navarro[129]. Elle confirme publiquement sa décision le , expliquant qu'elle est due à « de nombreux motifs politiques » sans toutefois les préciser, les qualifiant de « sans importance ». Réagissant à son départ, Pedro Sánchez évoque une « décision personnelle » et affirme qu'il continuera de travailler avec elle. Pour ses proches, il s'agit d'un pas de côté, afin d'attendre le résultat des élections anticipées du . Seul Zapatero, informé en , était préalablement au courant de sa décision[130].

Le , elle annonce qu'elle rejoint le cabinet d'avocats espagnol Ramón y Cajal, où elle est embauchée pour renforcer le département dédié au droit public[131]. Avec 17 autres membres de la commission exécutive, dont la présidente du parti Micaela Navarro, le président de la généralité valencienne Ximo Puig et le président de Castille-La Manche Emiliano García-Page, elle présente trois semaines plus tard sa démission, dans l'objectif de renverser Pedro Sánchez et constituer une direction provisoire. Les critiques du secrétaire général cherchent ainsi à l'empêcher de convoquer un congrès fédéral, dont le vote des militants lui permettrait de légitimer son projet de former un gouvernement contre la volonté des barons territoriaux d'une abstention du groupe parlementaire permettant l'investiture de Mariano Rajoy[132].

Arguant de raisons familiales, elle ne participe pas le suivant au congrès du Parti des socialistes de Catalogne qui confirme Miquel Iceta au poste de premier secrétaire. Cette absence entérine la prise de distance entre le PSC et Chacón, entamée après l'échec de celle-ci au congrès socialiste de , au cours duquel les socialistes catalans s'étaient très fortement engagés derrière sa candidature. Son refus d'intégrer Navarro aux élections de , puis son rôle dans la destitution de Sánchez deux mois plus tôt a achevé de consommer la rupture avec sa formation. Quelques semaines plus tôt, Pere Navarro l'avait durement mise en cause, jugeant que « depuis toujours, Carme Chacón a un projet politique très clair, et ce projet se nomme Carme Chacón »[133]. Participant le au lancement de la campagne de Susana Díaz pour les primaires du XXXIXe congrès socialiste, elle la décrit comme « une femme forte, de gauche, qui a l'envie d'unir non seulement le parti, mais aussi le pays », concluant que « l'Espagne mérite dès maintenant une femme à la présidence du gouvernement »[134].

Mort[modifier | modifier le code]

À l'annonce de sa mort, les souverains Felipe VI et Letizia adressent leurs condoléances au PSOE.

Le , alors qu'elle est à son domicile madrilène après être rentrée des États-Unis, elle est victime d'un arrêt cardiaque, conséquence de sa cardiopathie congénitale. Elle meurt à l'âge de 46 ans[135],[136].

Sa mort provoque la consternation dans la classe politique et en quelques heures, de très nombreux hommages affluent. Les souverains Felipe VI et Letizia ainsi que l'ancien couple royal Juan Carlos Ier et Sophie adressent leurs condoléances au Parti socialiste[137].

C'est sur Twitter que la plupart s'expriment : les trois candidats au secrétariat général du PSOE Patxi López, Pedro Sánchez, Susana Díaz, son concurrent au congrès de Alfredo Pérez Rubalcaba, le président du gouvernement Mariano Rajoy, la vice-présidente du gouvernement Soraya Sáenz de Santamaría, le président de la généralité de Catalogne Carles Puigdemont, le président de la Généralité valencienne Ximo Puig, le président de Cantabrie Miguel Ángel Revilla, la présidente de la Communauté de Madrid Cristina Cifuentes, la maire de Barcelone Ada Colau, la secrétaire générale du Parti populaire María Dolores de Cospedal, le secrétaire général de Podemos Pablo Iglesias, le président de Ciudadanos Albert Rivera, le coordonnateur général de la Gauche unie Alberto Garzón, le premier secrétaire du Parti des socialistes de Catalogne Miquel Iceta, le porte-parole du groupe socialiste au Congrès des députés Antonio Hernando et le Parti socialiste européen[138]. López, Sánchez et Díaz indiquent le soir même qu'ils suspendent leur campagne aux primaires internes du PSOE[139].

Alors que la direction du PSOE annonce qu'une chapelle ardente sera dressée à l'accueil de son siège national à Madrid, José Luis Rodríguez Zapatero émet le un communiqué où il se dit « désolé » par la mort de celle qu'il présente comme sa « camarade et amie » et dont il dit qu'elle était un exemple de « loyauté, affection et engagement »[140]. Le lendemain, la Généralité de Catalogne lui décerne à titre posthume la Creu de Sant Jordi, plus haute distinction honorifique de la communauté autonome[141].

Après son incinération, ses cendres sont transférées à sa ville natale d'Esplugues de Llobregat, où l'urne est exposée à l'hôtel de ville[142].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Le , elle épouse civilement l'ancien secrétaire d'État à la Communication Miguel Barroso, lors d'une cérémonie à Esplugues de Llobregat. Tous deux se sont connus après , quand Chacón était secrétaire à l'Éducation du PSOE et Barroso conseiller du parti sur ce sujet notamment. L'événement se tient dans un cadre strictement privé et seul son cercle d'amis le plus restreint était informé[143]. Elle accouche cinq mois plus tard, le à l'hôpital Sant Joan de Déu d'Esplugues de Llobregat, de son premier et unique enfant, prénommé Miquel[144]. Elle et son époux annoncent leur divorce le , évoquant une « rupture amicale »[145].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (es) Pablo Ordaz, « La nueva voz de los socialistas », El País,‎ (lire en ligne).
  2. a et b (es) Lola Galán, « "Soy pacifista" », El País,‎ (lire en ligne).
  3. a, b et c (es) « Carme Chacón, vocación cultural para la vivienda », La Vanguardia,‎ (lire en ligne).
  4. (es) « Biografía de Carme Chacón, nueva ministra de la Vivienda », Libertad Digital,‎ (lire en ligne).
  5. (es) « Una carrera fulgurante desde el PSC », El Mundo,‎ (lire en ligne).
  6. (es) Enric Company, « El PSC aprueba unas listas con el 42% de mujeres de elección probable José Borrell ocupa la segunda plaza en Barcelona, tras Narcís Serra », El País,‎ (lire en ligne).
  7. a et b (es) Congrès des députés, « Chacón Piqueras, Carme », sur congreso.es (consulté le 24 septembre 2018).
  8. (es) M. Schwartz et M. Manchón, « Zapatero promociona a Chacón con vistas a su futura sucesión », El Periódico de Catalunya,‎ (lire en ligne).
  9. Mathieu de Taillac, « La descente aux enfers de Zapatero », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  10. (es) « Una ejecutiva con 11 mujeres », El País,‎ (lire en ligne).
  11. (es) « La dirección socialista, renovada casi al completo », El País,‎ (lire en ligne).
  12. (es) « Oposición, sindicatos y estudiantes plantan cara a la Ley de Calidad », El País,‎ (lire en ligne).
  13. (es) « La oposición en bloque recurrirá ante el Constitucional la Ley de Universidades », La Voz de Galicia,‎ (lire en ligne).
  14. a et b (es) « Esplugues de Llobregat despide a Chacón », Cadena SER,‎ (lire en ligne).
  15. (es) Anabel Díez, « Zapatero refuerza el papel de Blanco, Caldera y Rubalcaba en la cúpula socialista », El País,‎ (lire en ligne).
  16. (es) Luis R. Aizpeola, « Zapatero refuerza el papel de Blanco, Caldera y Rubalcaba en la cúpula socialista », El País,‎ (Los socialistas renuevan su imagen y nombran a Chacón nueva portavoz).
  17. (es) « La ejecutiva del PSC refrenda la candidatura de Montilla », El País,‎ (lire en ligne).
  18. (es) Pere Rusiñol, « Los partidos arrancan la precampaña como una reválida de las autonómicas », El País,‎ (lire en ligne).
  19. (es) Christian Machío, « Carmen Calvo, en cabeza de las favoritas para ministra de Cultura », teatralnet,‎ (lire en ligne).
  20. (es) Anabel Díez, « Pedro Solbes asumirá la vicepresidencia segunda y la cartera de Economía y Hacienda », El País,‎ (lire en ligne).
  21. (es) Camilo Valdecantos, « La legislatura arranca con enfrentamiento », El País,‎ (lire en ligne).
  22. (es) « Nueva Comisión Ejecutiva Federal del PSOE », El Mundo,‎ (lire en ligne).
  23. (es) Susana Pérez de Pablos, « "Los jóvenes no quieren explicaciones, quieren pisos" », El País,‎ (lire en ligne).
  24. (es) Luis R. Aizpeola, « Zapatero intenta recuperar la iniciativa con un relevo gubernamental enfocado al futuro », El País,‎ (lire en ligne).
  25. (es) Juan Carlos Ier et José Luis Rodríguez Zapatero, « Real Decreto 962/2007, de 6 de julio, por el que se nombra Ministra de Vivienda a doña Carme Chacón Piqueras. », sur Bulletin officiel de l'État, (consulté le 24 septembre 2018).
  26. (es) « Chacón anuncia una ayuda de 210 euros para los jóvenes que alquilen una vivienda », El País,‎ (lire en ligne).
  27. (es) « Chacón encabezará la lista del PSC por Barcelona en las generales », El País,‎ (lire en ligne).
  28. (es) Miquel Noguer, « Chacón advierte de que Zapatero se la juega en Cataluña », El País,‎ (lire en ligne).
  29. (es) Joan Foguet, « El PSC lleva de nuevo en volandas a Zapatero a La Moncloa », El País,‎ (lire en ligne).
  30. (es) Isabel F. Lantigua, « Carme Chacón, una mujer entre soldados », El Mundo,‎ (lire en ligne).
  31. Élodie Cuzin, « Espagne : « ministre en cloque », Carme Chacon est critiquée », Rue 89,‎ (lire en ligne).
  32. Gilles Delafon, « Future mère et chef des militaires », Le Journal du Dimanche,‎ (lire en ligne).
  33. (es) Miguel González, « Chacón visita por sorpresa a las tropas en Afganistán », El País,‎ (lire en ligne).
  34. (es) Miguel González, « "A sus órdenes, señora ministra" », El País,‎ (lire en ligne).
  35. (es) Anabel Díez, « Rubalcaba suplirá a Chacón en Defensa durante la baja maternal », El País,‎ (lire en ligne).
  36. (es) Miguel González, « Chacón retoma el mando y anuncia el cese de toda la cúpula militar », El País,‎ (lire en ligne).
  37. (es) Miguel González, « Chacón respeta los turnos al frente de la cúpula militar para evitar tensiones », El País,‎ (lire en ligne).
  38. (es) Miguel González, « Cúpula militar a la medida de Chacón », El País,‎ (lire en ligne).
  39. (es) « Carme Chacón anuncia que se enviarán más fuerzas a Somalia », Radiotelevisión Española,‎ (lire en ligne).
  40. (es) « Chacón pide autorización al Congreso para enviar a 395 militares a Somalia », El Mundo,‎ (lire en ligne).
  41. (es) « El Congreso autoriza a Chacón el envío de 395 militares y dos buques a Somalia », Libertad Digital,‎ (lire en ligne).
  42. (es) Mikel Ormazabal, « Chacón afea a los atuneros que protegerles cuesta 75 millones », El País,‎ (lire en ligne).
  43. (es) Natalia Junquera, « Los piratas apresan un atunero español », El País,‎ (lire en ligne).
  44. (es) « Críticas a la 'pasividad' de Chacón, que para el PSOE 'se deja la piel' », El Mundo,‎ (lire en ligne).
  45. (es) Miguel González, « Zapatero: "El 'Alakrana' navega libremente hacia aguas seguras" », El País,‎ (lire en ligne).
  46. (es) Fernando Garea, « Ofensiva de PP y PNV para pedir responsabilidades al Gobierno », El País,‎ (lire en ligne).
  47. (es) Fernando Garea, « Rajoy se lanza a pedir el cese de tres ministros sin esperar las explicaciones », El País,‎ (lire en ligne).
  48. (es) Miguel González, « España abandonará Kosovo este verano », El País,‎ (lire en ligne).
  49. (es) « Chacón: "No reconocemos la independencia de Kosovo y nuestra labor acabó" », Público,‎ (lire en ligne).
  50. (es) « Biden: la polémica de Kosovo es "un capítulo cerrado" », Público,‎ (lire en ligne).
  51. (es) « Chacón se enfrenta a una reprobación del Congreso por parte de CiU », ABC,‎ (lire en ligne).
  52. (es) « El PSOE evita la censura del Congreso por la retirada de Kosovo por sólo ocho votos », Radiotelevisión Española,‎ (lire en ligne).
  53. (es) Iñigo Aduriz, « Chacón admite que el escenario afgano es "una guerra" », Público,‎ (lire en ligne).
  54. (es) Carolina Martín, « Chacón aspira a "exportar" la paz de Bosnia », Público,‎ (lire en ligne).
  55. (es) Gonzalo López Alba, « España entregará en 2012 el control de sus zonas afganas », Público,‎ (lire en ligne).
  56. (es) Iñigo Aduriz, « Chacón no pone fecha a la salida de Afganistán », Público,‎ (lire en ligne).
  57. (es) « España iniciará a partir del verano de 2012 la retirada de Afganistán », El País,‎ (lire en ligne).
  58. « Quatre soldats espagnols tués dans l'accident de leur hélicoptère », France 24,‎ (lire en ligne).
  59. (es) Manuel Cuéllar, « Defensa extrema el celo en la identificación de los muertos en Haití », El País,‎ (lire en ligne).
  60. (es) Miguel González, « Chacón viaja a Haití para visitar a las tropas españolas », El País,‎ (lire en ligne).
  61. (es) Miguel González, « Luz verde a la ley de derechos y deberes de los militares », El País,‎ (lire en ligne).
  62. (es) « La Ley de Derechos y Deberes de los militares sólo se aprobará con un "más que amplio consenso" », Radiotelevisión Española,‎ (lire en ligne).
  63. (es) Miguel González, « PSOE y PP pactan la ley de derechos de los militares », El País,‎ (lire en ligne).
  64. (es) Miguel González, « El Congreso aprueba la ley de derechos de los militares », El País,‎ (lire en ligne).
  65. (es) « El Congreso avala la ley de derechos y deberes de los militares », El País,‎ (lire en ligne).
  66. (es) Anabel Díez, « Zapatero aúpa a Leire Pajín », El País,‎ (lire en ligne).
  67. (es) Juan Carlos Merino, « La fulgurante ascensión de la ministra catalana, Carme Chacón », La Vanguardia,‎ (lire en ligne).
  68. (es) « Chacón sobre la regulación del velo: "España no es Francia" », Público,‎ (lire en ligne).
  69. (es) « La ministra de Igualdad: "No me gusta ningún velo" », Público,‎ (lire en ligne).
  70. (es) « Chacón: "Zapatero es un líder valiente y Rajoy, un pseudolíder" », Público,‎ (lire en ligne).
  71. (es) « El PP aventaja en 7,9 puntos al PSOE en intención de voto, según el CIS », Público,‎ (lire en ligne).
  72. (es) « El nuevo Gobierno crea más expectativas », Público,‎ (lire en ligne).
  73. (es) « Chacón admite "errores" de Europa con sus vecinos del sur », Público,‎ (lire en ligne).
  74. (es) « Chacón cree que España está lista para que una mujer presida el país », Público,‎ (lire en ligne).
  75. (es) Gonzalo López Alba, « Zapatero planea anunciar al PSOE el 2 de abril que no será candidato en 2012 », Público,‎ (lire en ligne).
  76. (es) « Rubalcaba y Chacón consolidan sus opciones », Público,‎ (lire en ligne).
  77. (es) Gonzalo López Alba, « El PSC secunda a Chacón para pedir a Zapatero que aplace la sucesión », Público,‎ (lire en ligne).
  78. (es) Gabriel Sanz, « Malestar de Zapatero con Rubalcaba y Chacón por acelerar la sucesión », ABC,‎ (lire en ligne).
  79. (es) « Zapatero: "No voy a ser candidato en las próximas elecciones generales" », Público,‎ (lire en ligne).
  80. (es) « Rubalcaba y Chacón logran más apoyo que Rajoy », Público,‎ (lire en ligne).
  81. (es) « Chacón: "Me retiro porque se ha puesto en riesgo al PSOE y al Gobierno" », El País,‎ (lire en ligne).
  82. (es) Luis R. Aizpeola, « Las 45 horas que sacudieron al PSOE », El País,‎ (lire en ligne).
  83. (es) « El PSC asume la reforma de la Constitución entre críticas y en un clima de impotencia », Radiotelevisión Española,‎ (lire en ligne).
  84. (es) « Chacón expresa "dudas" por el procedimiento seguido para reformar la Constitución », Radiotelevisión Española,‎ (lire en ligne).
  85. (es) Pere Ríos, « Chacón: "Hemos perdido las elecciones, pero no estamos derrotados" », El País,‎ (lire en ligne).
  86. (es) Àngels Piñols, « La cúpula del PSC elude dimitir y dará cuentas en el congreso de diciembre », El País,‎ (lire en ligne).
  87. (es) Anabel Díez, « Zapatero convoca un congreso ordinario en la primera semana de febrero », El País,‎ (lire en ligne).
  88. (es) « El futuro de Chacón, en el aire », La Vanguardia,‎ (lire en ligne).
  89. (es) Anabel Díez, « Chaves: “Me gustaría que Rubalcaba fuera candidato” », El País,‎ (lire en ligne).
  90. (es) « Gómez: “Si yo fuera Carme Chacón presentaría mi candidatura” », El País,‎ (lire en ligne).
  91. (es) Miguel González, « “El PSOE debe celebrar primarias ‘a la francesa” », El País,‎ (lire en ligne).
  92. (es) Anabel Díez, « Chacón, exministros y cargos territoriales abren la carrera para liderar el PSOE », El País,‎ (lire en ligne).
  93. (es) Carolina Martín, « Chacón firma un manifiesto que pide "un cambio de rumbo" del PSOE », Público,‎ (lire en ligne).
  94. (es) « Chacón se presentará como candidata para "levantar ya" al PSOE », Público,‎ (lire en ligne).
  95. (es) Jordi Fàbrega, « Rubalcaba presentará su candidatura a la secretaría general del PSOE el 29 de diciembre », Cadena SER,‎ (lire en ligne).
  96. (es) « Chacón: "Si decimos primarias, hacemos primarias y si decimos izquierda, hacemos izquierda" », Público,‎ (lire en ligne).
  97. (es) « Los chaconistas ya se sienten ganadores », Público,‎ (lire en ligne).
  98. (es) « De la Vega apoya a Chacón », Canal Sur Televisión,‎ (lire en ligne).
  99. (es) « Peces-Barba apoya a Chacón porque es "mujer, catalana y muy española" », El País,‎ (lire en ligne).
  100. (es) Pere Ríos, « Chacón: "Vengo aquí sin ataduras, serena y consciente" », El País,‎ (lire en ligne).
  101. (es) Anabel Díez, « Rubalcaba elige una nueva ejecutiva para liderar "un PSOE fuerte" », El País,‎ (lire en ligne).
  102. (es) Gonzalo López Alba, « Chacón rechaza cargos en el equipo de Rubalcaba », Público,‎ (lire en ligne).
  103. (es) « Rubalcaba otorga a Griñán la presidencia del PSOE », Público,‎ (lire en ligne).
  104. (es) « Chacón vuelve a Almería para apoyar a Griñán con un acto electoral », El País,‎ (lire en ligne).
  105. (es) Fernando Garea, « Chacón reaparece para presionar con que se cree la comisión de investigación », El País,‎ (lire en ligne).
  106. (es) Iñigo Aduriz, « Chacón exige a Rubalcaba más dureza con el Gobierno sobre Bankia », Público,‎ (lire en ligne).
  107. (es) Pere Ríos, « Chacón se distancia del PSC por la consulta soberanista y luego rectifica », El País,‎ (lire en ligne).
  108. (es) « El PSC defiende una consulta legal pero vota en contra en el Congreso », El País,‎ (lire en ligne).
  109. (es) Anabel Díez, « Chacón se desmarca del PSC y no vota la propuesta del derecho a decidir », El País,‎ (lire en ligne).
  110. (es) Pere Ríos, « Navarro pone contra las cuerdas a Chacón », El País,‎ (lire en ligne).
  111. (es) « Los diputados díscolos del PSC pagan este mes la multa de 600 euros », El País,‎ (lire en ligne).
  112. (es) Fernando Garea, « Chacón se va a Miami y se compromete a “renovar” el PSOE », El País,‎ (lire en ligne).
  113. (es) Fernando Garea, « Silencio de los aspirantes en el arranque de las primarias », El País,‎ (lire en ligne).
  114. (es) Fernando Garea, « Chacón critica la forma en que la dirección del PSOE prepara las primarias », El País,‎ (lire en ligne).
  115. (es) Fernando Garea, « Madina rechazó ir de ‘número dos’ de Chacón a las primarias del PSOE », El País,‎ (lire en ligne).
  116. (es) Fernando Garea, « Chacón mantiene el pulso, López se excluye y Madina gana tiempo », El País,‎ (lire en ligne).
  117. (es) « Chacón ve lógico el apoyo a Susana Díaz ante la “confusión” que genera Rubalcaba », El País,‎ (lire en ligne).
  118. (es) Anabel Díez, « Chacón renuncia a liderar el PSOE y se postula para las elecciones generales », El País,‎ (lire en ligne).
  119. (es) Fernando Garea, « Chacón se inclina por estar en la ejecutiva de Sánchez », El País,‎ (lire en ligne).
  120. (es) Anabel Díez, « Sánchez reparte el poder entre diez ejecutivos ajenos al aparato anterior », El País,‎ (lire en ligne).
  121. (es) Pere Ríos, « El PSC no apoyará a Chacón si concurre a las primarias del PSOE », El País,‎ (lire en ligne).
  122. (es) Miquel Noguer, « Chacón quiere repetir como candidata del PSC a las generales », El País,‎ (lire en ligne).
  123. (es) Pere Ríos, « Iceta será candidato a la Generalitat y Chacón, en las generales », El País,‎ (lire en ligne).
  124. (es) Pere Ríos, « La lista por Barcelona al Congreso amenaza la paz en el PSC tras el 27-S », El País,‎ (lire en ligne).
  125. (es) Pere Ríos, « Chacón gana el pulso a Iceta y aparta a Navarro de la lista de las generales », El País,‎ (lire en ligne).
  126. (es) Ima Sanchís, « Carme Chacón: “Tengo 35 pulsaciones por minuto y el corazón al revés” », La Vanguardia,‎ (lire en ligne).
  127. (es) Pere Ríos, « Chacón descarta dimitir y dice que el resultado es “razonable” », El País,‎ (lire en ligne).
  128. (es) Pere Ríos, « Peligra la continuidad de Chacón para encabezar la lista al Congreso », El País,‎ (lire en ligne).
  129. (es) Pere Ríos, « Chacón renuncia a las primarias del PSC y no repetirá como candidata », El País,‎ (lire en ligne).
  130. (es) Pere Ríos et Anabel Díez, « Chacón renuncia a ser diputada y se reserva para el congreso del PSOE », El País,‎ (lire en ligne).
  131. (es) José Marcos, « Carme Chacón ficha por el bufete Ramón y Cajal Abogados », El País,‎ (lire en ligne).
  132. (es) Anabel Díez et José Marcos, « Pedro Sánchez se niega a dejar su cargo », El País,‎ (lire en ligne).
  133. (es) Pere Ríos, « Chacón y el PSC, final de trayecto », El País,‎ (lire en ligne).
  134. (es) Anabel Díez et José Marcos, « “Pues muy bien, Susana Díaz y yo estamos juntos” », El País,‎ (lire en ligne).
  135. (es) « Muere la socialista Carme Chacón », El País,‎ (lire en ligne).
  136. (es) Érika Montañés, « ¿Cómo es el «corazón al revés» que tenía Carme Chacón y se puede vivir con él? », ABC,‎ (lire en ligne).
  137. (es) « Consternación entre los dirigentes políticos por la muerte de Carme Chacón », El País,‎ (lire en ligne).
  138. (es) « Sorpresa y dolor entre los políticos tras la muerte de Carme Chacón », Público,‎ (lire en ligne).
  139. (es) « Los tres candidatos a liderar el PSOE cancelan los actos de campaña por la muerte de Carme Chacón », El País,‎ (lire en ligne).
  140. (es) « El PSOE instalará una capilla ardiente para despedir a Carme Chacón », El País,‎ (lire en ligne).
  141. (es) « La Generalitat concede a Carme Chacón la Creu de Sant Jordi a título póstumo », El Periódico de Catalunya,‎ (lire en ligne).
  142. (es) « Carme Chacón, despedida por su exmarido y su hijo Miquel », Lecturas,‎ (lire en ligne).
  143. (es) « La ministra Chacón se casó ayer con Miguel Barroso », El País,‎ (lire en ligne).
  144. (es) Maiol Roger, « Nace el primer hijo de la ministra », El País,‎ (lire en ligne).
  145. (es) Cote Villar, « Carme Chacón se divorcia de Miguel Barroso tras nueve años casados », El Mundo,‎ (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]