Rosa Aguilar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aguilar.

Rosa Aguilar
Illustration.
Rosa Aguilar en .
Fonctions
Conseillère à la Justice et à l'Intérieur de la Junte d'Andalousie

(1 an, 7 mois et 13 jours)
Président Susana Díaz
Gouvernement Díaz II
Prédécesseur Emilio de Llera
Successeur Juan Marín (Justice)
Elías Bendodo (Intérieur)
Conseillère à la Culture de la Junte d'Andalousie

(1 an, 11 mois et 23 jours)
Président Susana Díaz
Gouvernement Díaz II
Prédécesseur Luciano Alonso
Successeur Miguel Ángel Vázquez Bermúdez
Ministre espagnole de l'Environnement,
du Milieu rural et marin

(1 an, 2 mois et 1 jour)
Président du gouvernement José Luis Rodríguez Zapatero
Gouvernement Zapatero II
Prédécesseur Elena Espinosa
Successeur Miguel Arias Cañete
Maire de Cordoue

(9 ans, 9 mois et 19 jours)
Coalition IU
Prédécesseur Rafael Merino
Successeur Andrés Ocaña
Biographie
Nom de naissance Joaquina Rosa Aguilar Rivero
Date de naissance (62 ans)
Lieu de naissance Cordoue (Espagne)
Nationalité espagnole
Parti politique PCE (1974-89)
IU (1989-2009)
Indépendante (2009-14)
PSOE (depuis 2014)
Diplômé de université de Séville
Profession avocate

Rosa Aguilar
Ministres de l'Agriculture et de l'Environnement d'Espagne

Joaquina Rosa Aguilar Rivero, née le à Cordoue, est une femme politique espagnole membre du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE).

Adhérente du Parti communiste d'Espagne (PCE) puis de la Gauche unie (IU), elle est investie maire de Cordoue après les élections municipales de . Elle est reconduite à deux reprises.

En , elle est nommée conseillère aux Travaux publics de la Junte d'Andalousie, présidée par le socialiste José Antonio Griñán et quitte sa formation politique. Elle devient l'année suivante ministre de l'Environnement, du Milieu rural et marin.

Elle est élue députée en , mandat auquel elle renonce en après que Susana Díaz l'a nommée conseillère à la Culture d'Andalousie. Elle appartient au PSOE depuis .

Formation et carrière[modifier | modifier le code]

Joaquina Rosa Aguilar Rivero naît à Cordoue le [1].

En 1974, elle entame des études supérieures de droit à l'université de Séville, qu'elle achève six ans plus tard par l'obtention d'une licence. Avant même la fin de ses études, elle travaille comme conseillère juridique au syndicat des Commissions ouvrières (CCOO), auxquelles elle a adhéré en 1978. Elle renonce à ce poste en 1985, lorsque, devenue avocate, elle fonde un cabinet spécialisé en droit commercial, du travail et matrimonial.

Elle quitte la vie professionnelle à peine deux ans plus tard.

Vie politique[modifier | modifier le code]

Montée en puissance locale[modifier | modifier le code]

Adhérente du Parti communiste espagnol (PCE) depuis 1974, elle est élue au conseil municipal de Cordoue treize ans plus tard, où elle est aussitôt nommée adjointe au maire, chargée de l'Urbanisme, des Voies publiques et des Transports. Dans le même temps, elle occupe le poste de porte-parole du groupe de la Gauche unie (IU) à la députation provinciale de Cordoue.

En 1989, elle entre au Parlement d'Andalousie, siégeant jusqu'à la fin de la législature, en 1992.

Du Congrès à la mairie de Cordoue[modifier | modifier le code]

Elle est élue députée de la province de Cordoue lors des élections législatives anticipées de l'année suivante, étant réélue en 1996. Au cours de ses deux mandats, elle fait notamment partie de la députation permanente du Congrès des députés, et occupe la deuxième vice-présidence de la commission de contrôle de la RTVE.

À l'occasion des élections municipales de 1999 à Cordoue, la liste de la Gauche unie qu'elle conduit arrive deuxième avec neuf conseillers municipaux, contre six aux socialistes et quatorze aux conservateurs. Elle forme alors une coalition avec le PSOE, qui lui permet de devenir maire. Quatre ans plus tard, elle réussit à se classer première en obtenant treize élus, gouvernant alors en minorité jusqu'aux élections de 2007, où elle est de nouveau devancée par la droite mais renoue son alliance avec les socialistes, ce qui lui permet de se maintenir au pouvoir.

Une voix critique au sein de la Gauche unie[modifier | modifier le code]

Au sein d'IU, elle a souvent adopté une posture critique vis-à-vis des positions de la coalition, notamment concernant le rôle de « Gauche unie - Les Verts » (EBB), fédération d'IU dans le Pays basque ou le refus du traité établissant une Constitution pour l'Europe. Soutien de Gaspar Llamazares comme coordinateur général, elle a régulièrement affronté le courant anticapitaliste d'IU, restant la seule principale protagoniste de la coalition à soutenir ouvertement la monarchie parlementaire. Elle a notamment occupé le poste de coordinatrice pour les Relations institutionnelles au sein du comité exécutif fédéral, étant reconduite en 2008, lors de l'assemblée fédérale chargée de choisir le successeur de Llamazares. Elle avait d'ailleurs refusé de lui succéder à cette occasion.

L'entrée au gouvernement d'Andalousie, puis d'Espagne[modifier | modifier le code]

Le , le nouveau président de la Junte d'Andalousie, le socialiste José Antonio Griñán, la nomme conseillère aux Travaux publics et aux Transports. Elle renonce alors à la mairie de Cordoue et quitte la Gauche unie. Moins d'un an plus tard, le , un important remaniement lui donne le titre de « conseillère aux Travaux publics et au Logement », récupérant ainsi les compétences du département du Logement et de l'Aménagement du territoire[2]. Son entrée au conseil de gouvernement d'Andalousie a fait l'objet de nombreuses critiques au sein de son ancien parti[3].

À l'occasion de l'important remaniement du gouvernement espagnol opéré le , Rosa Aguilar devient ministre de l'Environnement et du Milieu rural et marin en remplacement d'Elena Espinosa[4].

Passage au Congrès et retour à la Junte d'Andalousie[modifier | modifier le code]

Elle est réélue au Congrès des députés aux élections anticipées du 20 novembre 2011, en tête de liste du PSOE dans la province de Cordoue, puis quitte le gouvernement le 22 décembre du fait de la victoire du PP. Elle démissionne du Congrès le , après avoir été nommé conseillère à la Culture de la Junte d'Andalousie par la présidente reconduite, Susana Díaz. Elle adhère en au PSOE et s'inscrit à la section de Cordoue[5].

Elle est désignée conseillère à la Justice et à l'Intérieur, récupérant les compétences relatives aux violences de genre, lors d'un remaniement du conseil de gouvernement orchestré par Díaz le [6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) « Dos abogados y un médico van por la Alcaldía », sur www.20minutos.es, (consulté le 20 mars 2019).
  2. (es) « Griñán remodela el Gobierno andaluz y reduce el número de consejerías », 20 minutos, le
  3. (es) « Rosa Aguilar dejará IU y entrará como independiente en el Gobierno andaluz », El País, le
  4. (es) « Zapatero pone su futuro en manos de Rubalcaba », El Mundo, le
  5. (es) Toñi Caravaca, « Y a los cinco años, Rosa se afilió », sur www.elmundo.es, (consulté le 5 juin 2017).
  6. (es) Olga Granado, « Susana Díaz refuerza a su vicepresidente y a Rosa Aguilar con nuevas competencias », sur www.eldiario.es, (consulté le 9 juin 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]