Indépendance du Kosovo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2008).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Reconnaissance internationale du Kosovo :
  •      Serbie
  •      États qui ont reconnu le Kosovo comme partie intégrante de la Serbie
  •      États qui ont reconnu le Kosovo comme État indépendant
  • (Mis à jour en avril 2014)

L’indépendance du Kosovo a été proclamée unilatéralement le lors d’une session extraordinaire du parlement des institutions provisoires du Kosovo qui déclarait cet État indépendant de la Serbie, cette dernière s'y opposant farouchement. L'indépendance est toujours contestée par Belgrade et divise la communauté internationale.

Situation antérieure[modifier | modifier le code]

Après la fin de la guerre du Kosovo en 1999, le Conseil de sécurité des Nations unies adopte la résolution 1244 afin de placer le Kosovo sous administration provisoire de l’ONU.

En février 2007, Martti Ahtisaari, désigné envoyé spécial de l'ONU par Kofi Annan pour négocier avec les Albanais et les Serbes sur la question du statut, propose de donner l’indépendance au Kosovo sous supervision internationale. Le Conseil de Sécurité des Nations unies n’approuva pas le rapport d’Ahtisaari en raison du veto de la Russie, mais ce rapport est repris par les institutions provisoires du Kosovo qui s’en servent pour déclarer leur indépendance.

Situation postérieure[modifier | modifier le code]

Alors que l'indépendance du Kosovo est reconnue par la majorité des pays de l'Occident, la Russie apporte un soutien à la Serbie qui parvient à demander à la Cour internationale de justice (CIJ), par l’ONU, si la proclamation d’indépendance est un acte légal ou non.

Le 22 juillet 2010, la Cour internationale de justice déclare qu'elle « est d’avis que l'adoption de la déclaration d’indépendance du Kosovo le 17 février 2008 n’a pas violé le droit international » sans reconnaître la qualité d’État du territoire[1].

Lors d'une réunion du Groupe d'orientation sur le Kosovo (ISG) le , il est annoncé que le Kosovo accédera à « la pleine souveraineté » en septembre 2012[2].

Selon Le Monde diplomatique en 2012, quatre années après la déclaration d'indépendance, « la reconnaissance de cet État ne fait toujours pas l’objet du moindre consensus »[3].

Début novembre 2015, 92 États ont voté pour la demande d'adhésion du Kosovo à l'UNESCO et 50 contre, soit un chiffre inférieur aux deux tiers nécessaires pour valider l'adhésion du pays à cette organisation, bien qu'il soit reconnu par 111 pays. Serbie et Russie ont combattu cette perspective d'adhésion car étant opposés au contrôle de quatre sites de l'Église orthodoxe serbe classés au patrimoine mondial de l'humanité par ce pays majoritairement musulman[4].

Réactions des hommes politiques en Europe[modifier | modifier le code]

Si la plupart des gouvernements soutiennent l'indépendance du Kosovo, de nombreuses voix discordantes critiquent ce précédent juridique et historique. Ainsi, pour l'ancien ministre français Jean-Pierre Chevènement, la reconnaissance du Kosovo « est une triple faute » : faute contre l'histoire, le pays n'ayant jamais été indépendant, faute contre le droit, la guerre déclenchée en 1999 par l'Otan ayant ignoré les principes du droit international, et faute contre l'Europe unie[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Avis de la CIJ le 22 juillet 2010
  2. « Kosovo : bientôt la pleine souveraineté », Le Figaro, 2 juillet 2012.
  3. Kosovo : l’illusion de la souveraineté, monde-diplomatique.fr, 17 septembre 2012
  4. Guillaume Descours, « Unesco : l'adhésion du Kosovo rejetée à trois voix près », lefigaro.fr,‎ (consulté le 10 novembre 2015)
  5. La reconnaissance du Kosovo, c'est une triple faute, lefigaro.fr, 22 février 2008