María Jesús San Segundo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
María Jesús San Segundo
María Jesús San Segundo en avril 2004.
María Jesús San Segundo en avril 2004.
Fonctions
Ministre de l'Éducation et de la Science d'Espagne
Président du gouvernement José Luis Rodríguez Zapatero
Prédécesseur Pilar del Castillo (Éducation)
Juan Costa (Science)
Successeur Mercedes Cabrera
Biographie
Nom de naissance María Jesús San Segundo
Gómez de Cadiñanos
Date de naissance
Lieu de naissance Medina del Campo (Espagne)
Date de décès (à 52 ans)
Lieu de décès Madrid (Espagne)
Parti politique PSOE
Diplômé de Université du Pays basque
Université de Princeton
Profession Économiste
Universitaire

María Jesús San Segundo
Ministres de l'Éducation d'Espagne

María Jesús San Segundo Gómez de Cadiñanos, née à Medina del Campo le et décédée à Madrid le , est une universitaire et femme politique espagnole membre du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) et ancienne ministre de l'Éducation entre 2004 et 2006.

Biographie[modifier | modifier le code]

Études[modifier | modifier le code]

Après des études primaires et secondaires à Burgos, elle quitte la Castille-et-León pour le Pays basque, où elle obtient, en 1980, sa licence en sciences économiques, avec le prix national de fin d'études. Deux ans plus tard, elle devient titulaire du master en économie de l'université de Princeton, obtenant son doctorat en 1985.

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

Elle fut titulaire d'une bourse du centre de formation de la Banque d'Espagne entre 1982 et 1984, puis professeur d'économie à l'université du Pays basque et à l'université Charles III à Madrid. Elle a été rectrice adjointe chargée des étudiants de l'université Carlos III de 2000 à 2002, puis membre du conseil de coordination universitaire, élue par le Congrès des députés sur proposition du PSOE.

Elle a également été vice-présidente de l'Association de l'économie de l'éducation (AEDE), membre du comité exécutif de l'Europe Access Network et du conseil de surveillance du Centre for Research in Lifelong Learning. Elle est l'auteur de diverses publications et de nombreux articles sur l'économie de l'éducation, le financement de l'enseignement, l'évaluation du système éducatif, le rendement académique, l'égalité des chances ou encore l'accès à l'enseignement.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Après avoir été conseillère du secrétaire d'État socialiste aux Universités entre 1994 et 1996, elle devient, le , ministre de l'Éducation et de la Science dans le premier gouvernement de José Luis Rodríguez Zapatero. À ce poste, elle mène la réforme de l'enseignement primaire et secondaire, au moyen de la nouvelle loi organique sur l'éducation (LOE), en entame le processus de modification de la loi organique des universités (LOU).

Fin de vie[modifier | modifier le code]

Le , elle est remplacée par Mercedes Cabrera, un jour après l'adoption de la LOE par les Cortes Generales. Promue trois mois et demi plus tard ambassadrice à l'UNESCO, elle y entreprend en une action pour lutter contre la discrimination des femmes à l'embauche. Elle est remplacée en et revient alors enseigner à l'université Carlos III.

Elle décède le , à Madrid, à l'âge de cinquante-deux ans[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]