María Teresa Fernández de la Vega

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

María Teresa Fernández de la Vega
Illustration.
María Teresa Fernández de la Vega, lors de sa prise de fonction comme présidente du Conseil d'État.
Fonctions
Présidente du Conseil d'État espagnol

(4 ans, 3 mois et 16 jours)
Monarque Felipe VI
Président du gouvernement Pedro Sánchez
Prédécesseur José Manuel Romay
Successeur Miguel Herrero (intérim)
Magdalena Valerio
Première vice-présidente du gouvernement
Ministre de la Présidence
Porte-parole du gouvernement

(6 ans, 6 mois et 2 jours)
Président du gouvernement José Luis Rodríguez Zapatero
Gouvernement Zapatero I et II
Prédécesseur Rodrigo Rato (vice-président)
Javier Arenas (Présidence)
Eduardo Zaplana (porte-parole)
Successeur Alfredo Pérez Rubalcaba
(vice-président, porte-parole)
Ramón Jáuregui (Présidence)
Manuel Chaves (Fonction publique)
Secrétaire générale du groupe socialiste au Congrès des députés

(5 ans, 10 mois et 7 jours)
Porte-parole Josep Borrell
Luis Martínez Noval
Jesús Caldera
Législature VIe et VIIe
Prédécesseur Jesús Caldera
Successeur Diego López Garrido
Députée aux Cortes Generales

(14 ans, 7 mois et 9 jours)
Élection
Réélection

Circonscription Jaén (1996)
Ségovie (2000)
Madrid (2004)
Valence (2008)
Législature VIe, VIIe, VIIIe et IXe
Groupe politique Socialiste
Successeur Margarita Pin
Secrétaire d'État à la Justice

(1 an, 11 mois et 22 jours)
Ministre Juan Alberto Belloch
Prédécesseur Poste créé
Successeur José Luis González
Biographie
Nom de naissance María Teresa Fernández de la Vega Sanz
Date de naissance (73 ans)
Lieu de naissance Valence (Espagne)
Parti politique Indépendante
Diplômée de Université complutense de Madrid
Profession Greffière
Magistrate

María Teresa Fernández de la Vega María Teresa Fernández de la Vega
Secrétaires d'État à la Justice d'Espagne
Vice-présidents du gouvernement d'Espagne
Ministres de la Présidence d'Espagne
Portes-paroles du gouvernement d'Espagne
Présidents du Conseil d'État

María Teresa Fernández de la Vega Sanz (/maˈɾia teˈɾesa feɾˈnandeð ðe la ˈβeɣa ˈsanθ/[a]) est une juriste et femme politique espagnole, née le à Valence. Elle est proche du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE).

Après des études en droit, elle est nommée greffière, spécialisée en droit du travail. Elle rejoint en le ministère de la Justice espagnol, d'abord comme directrice de cabinet du ministre, puis en tant que directrice générale des services à partir de . En , peu après avoir été promue magistrate, elle est élue au Conseil général du pouvoir judiciaire par le Sénat, sur proposition du PSOE.

Elle est nommée en secrétaire d'État à la Justice par le ministre de la Justice et de l'Intérieur, Juan Alberto Belloch, et travaille à l'adoption du nouveau Code pénal. Deux ans plus tard, elle est élue au Congrès des députés, où elle siège jusqu'en . Elle est, entre et , secrétaire générale du groupe socialiste, alors dans l'opposition.

Avec le retour du PSOE au pouvoir en , José Luis Rodríguez Zapatero en fait sa première vice-présidente du gouvernement, ministre de la Présidence et porte-parole du gouvernement. Première femme à exercer ces fonctions, elle est aussi, à ce titre, la première femme à présider — en qualité de suppléante — le Conseil des ministres. Elle devient alors le « bras droit » du président du gouvernement, gérant les crises et personnifiant la communication de l'exécutif.

Elle est relevée de ses fonctions en , à l'occasion d'un important remaniement ministériel qui confirme sa perte d'influence depuis . Quelques jours plus tard, elle est nommée conseillère permanente et présidente de section du Conseil d'État. Désignée présidente de cette institution en par le socialiste Pedro Sánchez, elle démissionne au bout de quatre ans et trois mois pour retrouver la fonction de conseillère permanente.

Famille et vie privée[modifier | modifier le code]

María Teresa Fernández de la Vega Sanz naît le à Valence. Son père, Wenceslao Fernández de la Vega, est originaire de Vegadeo, dans les Asturies, et sa mère, Elena Sanz, est originaire de Xàtiva, dans la province de Valence[1],[2]. En , son père, inspecteur du travail, est relevé de ses fonctions de délégué du ministère du Travail dans la province d'Albacete par l'État franquiste, en raison de ses sympathies républicaines, mais il est réhabilité quinze ans plus tard et devient délégué dans la province de Saragosse[3].

Ses tantes jumelles, Elisa et Jimena Fernández de la Vega, également nées dans les Asturies, sont les deux premières femmes à obtenir une licence à l'université de Saint-Jacques-de-Compostelle, dans les années 1910, avant de devenir médecins. Lors de ses études en droit, María Teresa Fernández de la Vega réside chez Jimena, à Madrid. Dans chacun des bureaux qu'elle occupe par la suite, elle prend toujours soin d'exposer une photo de ses deux tantes, qui ont inspiré son engagement féministe[4],[5].

Elle est célibataire et n'a pas d'enfant[6].

Études et vie professionnelle[modifier | modifier le code]

En , María Teresa Fernández de la Vega obtient un diplôme en droit de l'université complutense de Madrid[1]. Elle s'inscrit ensuite à l'université de Barcelone, où elle réussit le passage de son doctorat[1]. Elle passe avec brio le concours des greffiers (Cuerpo de Secretarios Jurídicos) en , se classant première de sa promotion, et rejoint le corps des greffiers du travail[7].

Elle est d'abord affectée, la même année que l'obtention de son concours, au tribunal du travail de Barcelone. Elle devient ensuite, en , conseillère juridique à la direction de l'Assistance sociale du département de la Santé de la généralité de Catalogne[7]. Dans la capitale catalane, elle participe à la fondation, clandestine, de Justice démocratique, qui deviendra ensuite le syndicat Juges pour la démocratie (JpD), et dont elle est, à ce moment-là, l'unique femme adhérente[8],[9].

Engagement politique[modifier | modifier le code]

Haute administration[modifier | modifier le code]

Ayant milité dans sa jeunesse au sein du Parti communiste d'Espagne (PCE) puis du Parti socialiste unifié de Catalogne (PSUC)[1], María Teresa Fernández de la Vega est nommée en directrice de cabinet du nouveau ministre de la Justice socialiste, Fernando Ledesma[6].

En , elle est relevée de ses fonctions pour prendre celles de directrice générale des services du ministère[6], un poste nouvellement créé[10]. À ce poste, elle participe à la restructuration du ministère et à la révision de la carte judiciaire, tandis que le nombre de juges est multiplié par deux[7]. Elle rejoint en le corps des greffiers du travail auprès du Conseil général du pouvoir judiciaire (CGPJ) après avoir été remplacée dans ses précédentes fonctions[7].

Membre du Conseil du pouvoir judiciaire[modifier | modifier le code]

María Teresa Fernández de la Vega accède à la magistrature en , devenant juge après avoir été classée première de la promotion des candidats retenus « au quatrième tour », c'est-à-dire en tant que juristes aux qualités professionnelles reconnues[6]. En de la même année, son nom est évoqué comme candidate proposée par le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) pour occuper un siège au sein du Conseil général du pouvoir judiciaire (CGPJ), dans le cadre des négociations pour en assurer le renouvellement, notamment en raison de la forte implication de Fernando Ledesma dans les discussions[11].

Le , son nom est effectivement sur la liste des candidats arrêtée par les principales forces politiques lors de la conclusion de leur pacte : au sein du nouveau CGPJ, elle appartient au groupe de la majorité, composée par les membres proposés par le PSOE ; et relève du quota des huit membres juristes et des dix membres du Conseil élus par le Sénat[12]. Elle est élue, le suivant, par la chambre haute des Cortes Generales, avec 211 voix favorables[13]. Avec l'ensemble de ses nouveaux collègues, elle est assermentée le lendemain, devant le roi Juan Carlos Ier et en présence du ministre de la Justice, Enrique Múgica[14].

Au sein du CGPJ, elle fait partie de la commission permanente, occupe la place de déléguée du conseil pour les îles Baléares, et se voit chargée des dossiers des relations internationales et de la formation[7].

Secrétaire d'État à la Justice[modifier | modifier le code]

En , le nouveau ministre de la Justice et de l'Intérieur, Juan Alberto Belloch, annonce son intention de nommer María Teresa Fernández de la Vega — avec qui il siégeait au CGPJ[6] avant de rejoindre le gouvernement de Felipe González — comme secrétaire d'État à la Justice[15]. Elle remet sa démission le au président du CGPJ, Pascual Sala, réticent à l'accepter puisque quatre sièges sont déjà vacants au sein de l'institution[16].

Elle est formellement nommée six jours plus tard, en Conseil des ministres, avec la nouvelle secrétaire d'État à l'Intérieur, Margarita Robles[17]. Bien que ce terme n'existe pas dans le vocabulaire de l'administration gouvernementale, Juan Alberto Belloch préfère donner à ses deux nouvelles subordonnées le titre de « vice-ministres » (viceministras)[15]. Elle prend ses fonctions deux jours plus tard, au cours d'une cérémonie à laquelle assistent les ministres Cristina Alberdi, Ángeles Amador et José Antonio Griñán, Pascual Sala et le président du Tribunal constitutionnel, Miguel Rodríguez-Piñero[18].

À ce poste, elle travaille notamment sur le nouveau Code pénal[6]. Il est adopté en , remplaçant celui de , la secrétaire d'État considérant qu'avec ce nouveau texte, « les condamnations seront effectivement accomplies » en raison d'une réglementation plus stricte des remises de peine[19].

Députée et cadre du groupe socialiste[modifier | modifier le code]

Candidature compliquée[modifier | modifier le code]

Dans la perspective des élections générales anticipées du 3 mai 1996, Felipe González souhaite que plusieurs personnalités de son administration soient candidates en position éligible au Congrès des députés, dont María Teresa Fernández de la Vega[20].

Elle est ainsi pressentie comme candidate en quatrième ou cinquième position dans la circonscription de Valence, mais cette idée est rejetée par la commission exécutive du Parti socialiste du Pays valencien-PSOE (PSPV-PSOE), qui refuse une candidate imposée par la direction nationale[21]. Sa candidature est alors envisagée en tête de liste dans la province de Ségovie, mais elle est finalement investie le , par la commission fédérale des listes, en deuxième place dans Jaén[22]. La liste dont elle fait partie remporte plus de 48 % des voix, obtenant trois députés sur les six à pourvoir, ce qui assure son élection au palais des Cortès[23], tandis que le PSOE bascule dans l'opposition au Parti populaire (PP).

Elle est élue en secrétaire de la commission d'enquête parlementaire mise en place par le Congrès sur les conditions dans lesquelles près de deux cents millions de pesetas de majoration d'impôts que l'État aurait dû percevoir sous le précédent gouvernement socialiste ont été prescrites[24]. Le rapport de la commission est approuvé quatre mois plus tard lors de la séance plénière de la chambre, avec l'opposition du PSOE[25].

Secrétaire générale du groupe socialiste[modifier | modifier le code]

Photographie en couleur d'un homme. Il porte des lunettes. Devant lui se trouve deux microphones.
Jesús Caldera (ici en 2010) a été remplacé par María Teresa Fernández de la Vega au secrétariat général du groupe socialiste au Congrès en 1998.

María Teresa Fernández de la Vega est promue, en , secrétaire générale adjointe du groupe socialiste par le nouveau dirigeant du parti, Joaquín Almunia, sous l'autorité du porte-parole du groupe, Juan Manuel Eguiagaray, et du secrétaire général, Jesús Caldera[26]. Environ six mois plus tard, le chef de file électoral du Parti socialiste, Josep Borrell, devient porte-parole. Il hésite initialement entre confirmer Caldera ou le remplacer par Fernández de la Vega[27], qu'il envisage également pour prendre le nouveau poste de porte-parole adjoint, chargé de la gestion du groupe parlementaire au quotidien[28]. Lors de la réunion de groupe du , Borrell promeut l'ancienne secrétaire d'État comme secrétaire générale, Luis Martínez Noval devenant porte-parole adjoint[29].

Pour les élections générales du , elle est initialement rétrogradée en troisième position sur la liste dans la circonscription de Jaén, en raison de la volonté de l'appareil du PSOE de placer les cadres du parti en position éligible, étant ainsi devancée par la secrétaire aux Femmes de la direction nationale, Micaela Navarro, et le vice-secrétaire général provincial, José Pliego[30]. Finalement, la combinaison de l'exclusion d'Ángeles Amador et du refus exprimé par Cristina Narbona lui permet d'obtenir la tête de liste dans la province de Ségovie, où le Parti populaire a investi la ministre de la Justice sortante, Margarita Mariscal de Gante[31],[32]. Avec 30,7 % des voix, sa liste remporte un seul des trois sièges en jeu, qui lui revient, à l'image du résultat de [33].

Elle est ensuite confirmée dans ses fonctions au sein de la direction du groupe, quand Caldera est nommé porte-parole par le nouveau secrétaire général du PSOE, José Luis Rodríguez Zapatero, en [34].

Ministre de la Présidence[modifier | modifier le code]

Photographie en couleur d'une femme vêtue d'une veste rouge. Elle est assise derrière un bureau. Devant elle est posé un microphone. Une cruche d'eau et un verre sont posés à sa droite. Sur sa droite est placé un drapeau bleu comportant des étoiles jaunes.
María Teresa Fernández de la Vega est ministre de la Présidence et porte-parole du gouvernement entre 2004 et 2010.

Premier mandat[modifier | modifier le code]

À l'approche des élections générales du , María Teresa Fernández de la Vega est investie en quatrième position sur la liste socialiste dans la circonscription de Madrid, que conduit José Luis Rodríguez Zapatero[35].

À la suite de ce scrutin, qui voit le Parti socialiste remporter la majorité relative, le futur président du gouvernement révèle qu'il a l'intention de la nommer première vice-présidente du gouvernement, ministre de la Présidence et porte-parole du gouvernement, confiant à cette travailleuse infatigable dotée d'une forte capacité d'organisation, maîtrisant parfaitement les méandres de l'administration, du Parlement et de la justice, féministe et n'appartenant pas au PSOE, la tâche de coordonner l'action de l'ensemble des ministères, à l'exception de ceux relevant du domaine économique[36],[37],[38]. Première femme à exercer ces responsabilités[39], elle devient à la fois le visage du gouvernement tant après le Conseil des ministres que dans les situations de crise, et le « bras droit » du chef de l'exécutif[40].

Elle prend ses fonctions, après avoir prêté serment devant Juan Carlos Ier et Zapatero, le suivant[41], procédant le jour même à la passation de pouvoir avec son prédécesseur, Javier Arenas[42]. Le , elle devient la première femme dans l'histoire espagnole à présider le Conseil des ministres, en raison du voyage du président du gouvernement au Mexique[43].

Elle gère pour le gouvernement plusieurs dossiers particulièrement délicats[5]. Ainsi, elle prend en main à partir de l'été le sujet de l'immigration illégale, notamment aux frontières de Ceuta et Melilla[5], mais aussi sur les plages de l'archipel des Canaries, tenant un discours particulièrement dur en affirmant que « tout ce qui entre illégalement en Espagne en ressort, tôt ou tard. Ceux qui arrivent doivent le savoir, les gouvernements des pays dont ils viennent, également »[44]. En , elle conclut l'accord avec l'Église catholique concernant son financement et son régime fiscal[45] et défend devant le Congrès le projet de loi sur la mémoire historique[46], adopté l'année suivante sans le soutien du Parti populaire et de la Gauche républicaine de Catalogne[47].

En , un sondage de l'institut Sigma Dos pour le journal El Mundo révèle qu'elle est la ministre la plus appréciée du gouvernement, devant le ministre des Finances, Pedro Solbes, et José Luis Rodríguez Zapatero ; elle est la première femme à atteindre cette place dans une enquête d'opinion[48]. Son nom est évoqué cinq mois plus tard comme potentielle candidate du Parti socialiste à la mairie de Madrid, après que le favori du chef de l'exécutif, José Bono, a renoncé contre toute attente[49],[50], mais le président du gouvernement refuse de se séparer de sa numéro deux[51] et choisit son principal conseiller économique, Miguel Sebastián[52].

Second mandat[modifier | modifier le code]

À l'occasion d'une réunion des militants socialistes à Valence le , elle annonce qu'elle occupera la première position de la liste des candidats du PSOE pour les élections générales du 9 mars 2008 dans la circonscription, ce qui déclenche un tonnerre d'applaudissements dans l'assistance[53]. Afin de voter pour sa candidature, elle se domicilie administrativement dans le village de Beneixida, dans la Ribera Alta, où ses parents sont inhumés et où elle passait tous ses étés[54]. En dépit des mauvais résultats du PSPV-PSOE aux élections municipales et territoriales du , sa liste obtient environ 40 % des voix et sept députés, soit autant de sièges qu'en 2004 mais environ deux points de moins, enregistrant douze points de retard sur celle du Parti populaire d'Esteban González Pons, qui la devance largement dans la ville de Valence et prend l'ascendant dans les communes de la désormais ancienne « ceinture rouge » de la capitale régionale, telles Burjassot, Torrent, Alaquàs et Paterna[55].

Le PSOE ayant conservé le pouvoir, elle est confirmée dans l'ensemble de ses responsabilités[56]. Avec tous ses collègues, elle prête serment devant le souverain et le président du gouvernement reconduit le [57]. Selon une enquête publiée six semaines plus tard par le Centre de recherches sociologiques (CIS), elle est toujours la ministre la plus appréciée, juste devant sa nouvelle collègue ministre de la Défense, Carme Chacón[58].

À l'occasion du remaniement du , elle demande et obtient les compétences sur la fonction publique, qui relevaient jusqu'ici du ministère des Administrations publiques[59],[60]. À la même période, son soutien résolu à la reconduction du directeur du Centre national du renseignement (CNI), Alberto Saiz, crée des tensions avec Carme Chacón, autorité de tutelle du CNI, qui s'y oppose[61]. Saiz démissionne à peine trois mois et demi plus tard, en raison de ses désaccords avec le ministère de la Défense sur la gestion des services secrets[62].

Ce second mandat est cependant marqué par une perte de son influence au sein de l'exécutif. La détérioration de la situation économique assombrit ses conférences de presse postérieures au Conseil des ministres, là où celles de son premier mandat étaient marquées par la présentation de projets de loi importants dans le domaine social. En net recul dans les sondages de popularité, elle est de facto remplacée comme porte-parole par les ministres et poids lourds socialistes, Alfredo Pérez Rubalcaba et José Blanco. Ce passage au second plan fait naître, en , des rumeurs quant à sa possible sortie du gouvernement, à tel point que son interlocutrice principale lors des questions d'actualité au gouvernement, la porte-parole du groupe populaire, Soraya Sáenz de Santamaría, sous-entend qu'elle ferait mieux d'interpeller la vice-présidente Elena Salgado, qui semble plus peser politiquement au sein de l'exécutif[63].

Le , elle est admise en urgence dans un hôpital madrilène pour être opérée d'une occlusion intestinale causée par un tissu cicatriciel, conséquence d'une infection par un anisakis des années auparavant, cette intervention la forçant à être absente de la séance de questions au gouvernement au Congrès des députés[64]. Elle quitte l'hôpital pour achever sa convalescence à son domicile six jours plus tard[65].

À la suite de l'abordage du chalutier Alakrana par des pirates somaliens, elle pilote la coordination interministérielle entre [66] et [67], devant publiquement réfuter le des désaccords avec Carme Chacón quant aux conséquences sur les otages du transfert en Espagne de deux des pirates, arrêtés par la Marine, en affirmant qu'elle assume « toute la responsabilité politique » dans la gestion de la crise[68].

Départ du gouvernement[modifier | modifier le code]

Photographie en couleur d'une femme debout et d'un homme debout à côté d'elle. Tous deux sourient et tiennent le même sac par sa poignée.
Alfredo Pérez Rubalcaba remplace María Teresa Fernández de la Vega dans ses fonctions en 2010.

José Luis Rodríguez Zapatero annonce le un important remaniement ministériel, au cours duquel il relève María Teresa Fernández de la Vega de l'ensemble de ses responsabilités, confiant la vice-présidence et le porte-parolat au ministre de l'Intérieur, Alfredo Pérez Rubalcaba, et le ministère de la Présidence à Ramón Jáuregui. Il déclare à cette occasion que « [ses] remerciements envers de la Vega ne peuvent uniquement s'exprimer avec des mots, pour son courage et son dévouement à défendre l'égalité », considérant qu'elle laissera « une trace indélébile dans l'histoire de l'Espagne »[69]. Elle cède formellement ses fonctions le lendemain, expliquant que « cela a été un honneur et un privilège de partager [avec Zapatero] ces années intenses, ce projet engagé, progressiste, qui en valait la peine jusque dans les moments les plus difficiles »[70]. Rendue publique un an plus tard en vertu de la loi sur la prévention des conflits d'intérêts, sa dernière déclaration de patrimoine révèle qu'elle était la plus riche parmi ses collègues ministres lors de ses derniers mois au gouvernement : la valeur de l'ensemble de ses biens s'élèvait à 744 000 , dont 323 000  de patrimoine immobilier[71].

Ainsi qu'il l'avait fait savoir lors de l'annonce du remaniement[69], le président du gouvernement la nomme conseillère permanente au Conseil d'État[b] lors du Conseil des ministres du suivant, lui confiant la présidence de la septième section, qui réalise les rapports relatifs à l'éducation, à la culture, à la santé et à la politique sociale[72]. Trois jours auparavant, elle avait fait ses adieux aux parlementaires socialistes aux Cortes Generales à l'occasion de leur traditionnelle réunion hebdomadaire, disant renoncer « non sans peine » à son mandat « mais pas au projet qui nous rassemble, aux idées qui le soutiennent et aux valeurs et principes qui le guident »[73]. Son mandat revient le à l'ancienne députée Margarita Pin, qui figurait en neuvième position sur la liste du PSOE dans la province de Valence[74]. Elle est assermentée conseillère d'État le lors d'une cérémonie présidée par Alfredo Pérez Rubalcaba, à laquelle assistent notamment les présidents du Tribunal constitutionnel et du Tribunal suprême, revendiquant « le refus instinctif de l'injustice et le désir permanent de défendre la cause de ceux qui en souffrent »[75].

Le , à quelques jours du 38e congrès du PSOE, parti dont elle n'est pas membre, elle apporte publiquement son soutien à Carme Chacón dans sa candidature — malheureuse — au secrétariat général, en participant à un événement public de la candidate au Círculo de Bellas Artes de Madrid[76].

Présidente du Conseil d'État[modifier | modifier le code]

Photographie en couleur d'une femme debout qui tient dans ses mains des feuilles de papier. Un homme est assis à côté d'elle à sa droite. Un autre homme est assis à sa gauche. Devant chacune des personnes est posé un microphone et un verre d'eau.
María Teresa Fernández de la Vega préside le Conseil d'État entre 2018 et 2022.

Le , le nouveau président du gouvernement, le socialiste Pedro Sánchez, annonce son intention de proposer María Teresa Fernández de la Vega comme nouvelle présidente du Conseil d'État, en remplacement de José Manuel Romay, en poste depuis [77]. Auditionnée le suivant par la commission constitutionnelle du Congrès, qui doit juger de son aptitude à exercer cette fonction, elle reçoit un soutien unanime des groupes parlementaires, le groupe populaire faisant part de ses doutes quant à sa capacité à diverger du gouvernement, étant donné son passé politique[78].

Elle prête serment le et prononce un discours dans lequel elle insiste sur l'égalité entre les femmes et les hommes et l'impartialité de l'institution[79]. Trois mois plus tard, le gouvernement la remplace comme conseillère permanente et présidente de la septième section par Victoria Camps, professeur des universités de l'université de Barcelone et philosophe[80].

Elle annonce le son intention de démissionner dans les jours à venir, concomitamment à la démission de Victoria Camps[81]. Le , le Conseil des ministres la nomme de nouveau conseillère permanente et présidente de la septième section[82]. La présidence revient à titre transitoire au président de la première section, Miguel Herrero[83], en attendant la nomination en Conseil des ministres annoncée de l'ancienne ministre du Travail, Magdalena Valerio[84], qui se produit le [85].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Prononciation en espagnol d'Espagne retranscrite selon la norme API.
  2. Les conseillers permanents, nommés par le gouvernement, siègent au Conseil d'État sans limite de temps.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (es) Luis Algorri, « Fernández de la Vega y las soledades del emú », Vozpópuli,‎ (lire en ligne [html], consulté le ).
  2. (es) Pilar Ferrer, « De la Vega: La perfecta «número dos» », La Razón,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  3. (es) « ¿Fue un alto cargo franquista el padre de la vicepresidenta? », Libertad Digital,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  4. (es) Josefa Paredes, « Las tías de la vicepresidenta », El Mundo,‎ (lire en ligne [html], consulté le ).
  5. a b et c Cécile Chambraud, « Maria Teresa Fernandez de la Vega : la belle revanche des Espagnoles », Le Monde,‎ (lire en ligne [html], consulté le ).
  6. a b c d e et f (es) Yaiza Perera, « María Teresa Fernández de la Vega. », El Mundo,‎ (lire en ligne [html], consulté le ).
  7. a b c d et e (es) « María Teresa Fernández de la Vega, de nuevo voz de Zapatero », El Imparcial,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  8. (es) « Teresa Fernández de la Vega (Valencia 1949): La mujer imprescindible », Diario SUR,‎ (lire en ligne [html], consulté le ).
  9. (es) Juan José Millás, « María Teresa Fernández de la Vega: "Más que felicidad, en mi vida tengo armonía" », El País,‎ (lire en ligne [html], consulté le ).
  10. (es) « Nombramientos », ABC,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le ).
  11. (es) José María Brunet, « La falta de acuerdo retrasa la cúpula del Poder Judicial », La Vanguardia,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le ).
  12. (es) A. Collado et M. Peral, « El PSOE se garantiza la mayoría en el nuevo Consejo del Poder Judicial », ABC,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le ).
  13. (es) Bonifacio de la Cuadra, « Varios vocales del CGPJ exigen un debate para elegir presidente », El País,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  14. (es) Agence EFE, « Pascual Sala, elegido presidente de los jueces sin la unanimidad prevista », La Vanguardia,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le ).
  15. a et b (es) « Dos mujeres "viceministras" », La Vanguardia,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le ).
  16. (es) José María Brunet, « Belloch asumirá las competencias sobre droga y corrupción tras la dimisión de Garzón », La Vanguardia,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le ).
  17. (es) « Fernando Puig de la Bellacasa renuncia a la Subsecretaría de Justicia e Interior », El País,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  18. (es) Jesús Duva, « Las nuevas 'viceministras' de Justicia e Interior prometen devolver la confianza a los ciudadanos », El País,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  19. Michel Bôle-Richard, « L'Espagne se dote d'un nouveau code pénal », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  20. (es) Anabel Díez, « La ejecutiva del PSOE intentara incluir en las listas a Alberdi, Rosa Conde y Fernández de la Vega », El País,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  21. (es) Salvador Enguix, « El PSOE de Valencia excluye de su lista a la secretaria de Justicia », La Vanguardia,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le ).
  22. (es) Luis R. Aizpeolea et Anabel Díez, « El líder del PSOE tuvo que emplearse a fondo para colocar a sus candidatas », El País,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  23. (es) « Los socialistas revalidan la mayoría en su feudo andaluz », ABC,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le ).
  24. (es) Camilo Valdecantos, « Rato descalifica a los socialistas por el 'caso de los 200.000 millones' », El País,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  25. (es) Concha Martín del Pozo, « El Congreso da carpetazo a la comisión de la 'amnistía fiscal' sin encontrar indicios de 'amiguismo' », El País,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  26. (es) G. López Alba, « Almunia incorpora a Marugán a la dirección del Grupo Socialista para desactivar la oposición del guerrismo », ABC,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  27. (es) Anabel Díez, « Martínez Noval acepta ser adjunto de Borrell en el grupo parlamentario », El País,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  28. (es) Carmen del Riego, « Ciscar y Yáñez cierran el pacto sobre el reparto de papeles en el PSOE entre Borrell et Almunia », La Vanguardia,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le ).
  29. (es) Camilo Valdecantos, « Apoyo unánime del PSOE a la nueva dirección del Grupo Parlamentario », El País,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  30. (es) Gonzalo López Alba, « La composición de las listas electorales hace aflorar las tensiones internas en el PSOE », ABC,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le ).
  31. (es) Gonzalo López Alba, « El PSOE ofrece un puesto seguro a Narbona, y Belloch se inclina por el Senado », ABC,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le ).
  32. (es) Anabel Díez, « La elaboración de candidaturas en el PSOE reaviva conflictos en Madrid, Aragón y Galicia », El País,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  33. (es) « Se repite el mapa de 1996, con clara ventaja popular », ABC,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le ).
  34. (es) Luis R. Aizpeolea, « Zapatero incorpora diputados afines a la dirección del grupo parlamentario », El País,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  35. (es) G. L. A., « La FSM aprueba la liste de Madrid sin el número dos, que designará Zapatero », ABC,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le ).
  36. (es) Anabel Díez, « María Teresa Fernández de la Vega será la vicepresidenta primera del nuevo Gobierno », El País,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  37. (es) Julio M. Lázaro, « Una jurista con gran capacidad organizativa », El País,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  38. (es) Julio M. Lázaro, « La solidez frente a las situaciones conflictivas », El País,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  39. (es) A. Martínez, « Fernández de la Vega: Una pionera en romper techos de cristal », La Razón,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  40. (es) « María Teresa Fernández de la Vega, una vicepresidenta para las grandes crisis », El País,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  41. (es) Agence EFE, « Los 16 ministros de Zapatero prometen su cargo ante el Rey », El Mundo,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  42. (es) « Cambio de carteras nuevas y viejas, y una llave de memoria », El País,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  43. (es) Luis R. Aizpeolea et Camilo Valdecantos, « El Gobierno desclasificará los informes del CNI si no afectan a la seguridad », El País,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  44. (es) Miriam Ruiz Castro, « De la ‘crisis de los cayucos’ de 2006 a las pateras de 2018: los veranos en que la migración fue noticia », El Periódico de España,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  45. (es) « El Gobierno acuerda con la Iglesia un nuevo modelo de financiación que suprime la dotación directa », El Mundo,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  46. (es) « De la Vega defiende la Ley de Memoria Histórica como heredera de la transición », El Mundo,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  47. (es) « El Congreso aprueba la Ley de Memoria Histórica sin el apoyo del PP y de ERC », El País,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  48. (es) « Por primera vez la persona más valorada de la política española es una mujer, De la Vega », El Mundo,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  49. (es) Anabel Díez, « El PSOE reclama a Zapatero un candidato del máximo nivel para la alcaldía de Madrid », El País,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  50. (es) « Zapatero se inclina por proponer a De la Vega como candidata para la Alcaldía de Madrid », El Mundo,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  51. (es) M. Suárez, « Zapatero descarta a De la Vega como candidata a la Alcaldía de Madrid », El Norte de Castilla,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  52. (es) Mariano Calleja, « Zapatero designa a Miguel Sebastián candidato a la Alcaldía de Madrid », El Comercio,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  53. (es) Ferran Bono, « De la Vega encabezará la lista de la "ilusión" frente al "victimismo" », El País,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  54. (es) Ferran Bono, « La vicepresidenta votará en Beneixida », El País,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  55. (es) Joaquín Ferrandis, « El PP logra en Valencia el escaño de EU », El País,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  56. (es) Esther Mucientes, « Zapatero confirma su Gobierno, por primera vez con mayoría de mujeres al frente », El Mundo,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  57. (es) « Los 17 ministros del nuevo Gobierno de Zapatero prometen sus cargos ante el Rey », El Mundo,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  58. (es) Agence EFE, « De la Vega y Chacón, más valoradas que Zapatero », El Confidencial,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  59. (es) « De la Vega reúne mañana a los delegados del Gobierno, tras asumir vicepresidencia la Función Pública », Europa Press,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  60. (es) José L. Lobo, « La enfermedad de De la Vega pone al descubierto su desmesurado poder en el Gobierno », El Confidencial,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  61. (es) Luis R. Aizpeolea, « La actuación de Saiz levantó tensiones entre Fernández de la Vega y Chacón », El País,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  62. (es) Miguel González, « Saiz renuncia al perder el apoyo del Gobierno », El País,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  63. (es) Alberto Fernández, « De la Vega, la "huella imborrable" del Gobierno Zapatero que se desvaneció con la crisis », RTVE,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  64. (es) A. V. M., « De la Vega evoluciona "muy bien" después de ser operada de urgencia por un problema intestinal », RTVE,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  65. (es) « De la Vega abandona el hospital », Público,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  66. (es) « La Comisión de Coordinación del Gobierno evalúa en Moncloa los primeros trabajos para liberar el Alakrana », Europa Press,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  67. (es) « Zapatero: 'Nuestros marineros están libres y volverán a casa' », El Mundo,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  68. (es) A. M., « De la Vega se responsabiliza de la gestión del ‘Alakrana’ y niega el choque con Defensa », El Confidencial,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  69. a et b (es) « Zapatero anuncia una amplia remodelación del Gobierno de la que sale fortalecido Rubalcaba », Cadena SER,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  70. (es) « De la Vega: "Ha sido un honor y un privilegio" », Cadena SER,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  71. (es) « De la Vega, la más rica », El Adelantado,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  72. (es) Agence EFE, « La ex vicepresidenta De la Vega ya es consejera permanente del Estado », El Mundo,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  73. (es) Agence EFE, « De la Vega se despide de su escaño pero no de 'sus valores y principios' », El Mundo,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  74. (es) « María Núria Buenaventura y Margarita Pin nuevas diputadas de ICV y PSOE », La Información,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  75. (es) « La Consejera de Estado De la Vega promete luchar contra la injusticia », El País,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  76. (es) « Fernández de la Vega apoya la candidatura de Chacón », Servimedia,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  77. (es) Juanma Romero, « Sánchez elige a Teresa Fernández de la Vega como presidenta del Consejo de Estado », El Confidencial,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  78. (es) Óscar García, « El Congreso respalda por unanimidad que María Teresa Fernández de la Vega presida el Consejo de Estado », Cadena SER,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  79. (es) Víctor Ruiz de Almirón, « Fernández De la Vega toma posesión como presidenta del Consejo de Estado », ABC,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  80. (es) « La filósofa Victoria Camps entra en el Consejo de Estado », El País,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  81. (es) José María Brunet, « María Teresa Fernández de la Vega renuncia como presidenta del Consejo de Estado », El País,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  82. (es) Agence EFE, « Fernández de la Vega es nombrada consejera permanente del Consejo de Estado », El Periódico de España,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  83. (es) Lourdes Pérez, « La dimisión de De la Vega al frente del Consejo de Estado abre otro vacío institucional », El Correo,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  84. (es) José María Brunet, « La exministra de Trabajo Magdalena Valerio, nueva presidenta del Consejo de Estado », El País,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  85. (es) María Alonso, « Magdalena Valerio, en el BOE este martes », La Crónica de Guadalajara,‎ (lire en ligne, consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 28 novembre 2022 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 28 novembre 2022 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.