Parti nationaliste basque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Parti national et Parti nationaliste basque (France).
(eu) Euzko Alderdi Jeltzalea
Image illustrative de l'article Parti nationaliste basque
Logo officiel
Présentation
Président Andoni Ortuzar
Fondation 1895
Siège Sabin Etxea, Bilbao
Fondateur Sabino Arana Goiri
Organisation de jeunesse Euzko Gaztedi Indarra
Idéologie Nationalisme basque[1]
Démocratie chrétienne[2]
Affiliation européenne Parti démocrate européen
Groupe au Parlement européen Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe
Couleurs vert, blanc et rouge
Site web http://www.eaj-pnv.eu
Représentation
Parlement basque
27 / 75
Congrès des députés
5 / 18
Parlement européen
1 / 50
(au sein de la Coalition pour l'Europe)
Sénat
3 / 12
Parlement de Navarre
1 / 50
(au sein de Nafarroa Bai)

Le Parti nationaliste basque (PNB) (en espagnol : Partido Nacionalista Vasco, PNV et en basque : Euzko Alderdi Jeltzalea, EAJ) est un parti nationaliste basque démocrate-chrétien.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2015). Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Ancien logo du parti.

Fondation et années 1930[modifier | modifier le code]

EAJ-PNB a été créé en 1895, par Sabino Arana Goiri, à Bilbao, en Biscaye, avec son frère Luis. Les deux frères sont indissociables. Ils créent le drapeau basque (ikurrina), ainsi que l'Eusko Abendaren Ereserkia (Hymne du peuple basque). Le XIXe siècle est marqué par l'éclosion de nations reposant sur la souveraineté des peuples. À la suite de la perte des institutions biscayennes, les fueros et une industrialisation massive qui sapent les fondements de l'identité biscayenne et basque, Sabino Arana Goiri reprend ce nouveau concept de nation, en adoptant les thèses raciales de l'époque et en les adaptant au cas basque : « arraza » ou « la souche familiale ». Il parle d'Euzkadi comme un « ensemble de familles basques » (La Patria, 10 mai 1903). Ce nationalisme défend le renouveau de la société traditionnelle, en se basant sur les valeurs catholiques et celles du peuple basque. Sabino Arana Goiri a un rapport particulier à l'Espagne, à la fois xénophobe, d'un point de vue national et défenseur des ouvriers espagnols, d'un point de vue catholique. À la fois, anti-espagnol, anti-libéral sur le plan économique et anti-communiste, Sabino Arana Goiri, épaulé par son frère, crée un instrument de « libération nationale et sociale » du peuple basque : EAJ-PNB. Il défend une nation, basée sur les sept territoires historiques du Pays basque : Araba, Baxe-Nafarroa, Bizkaia, Gipuzkoa, Lapurdi, Nafarroa et Xiberoa : « Zazpiak-Bat », « les sept en un ». Lui-même est avant tout Biscayen. Son premier livre : Bizkaia por su independencia (pour l'indépendance de la Biscaye) relate une idée maîtresse : la Biscaye a toujours été un territoire libre qui s'est auto-gouverné. Marqué par le nationalisme triomphant de son époque, de type allemand, objectif : « je suis construit basque », lui-même évoluera sur le plan intellectuel, en s'ouvrant au nationalisme de type français, basé sur la subjectivité : « je choisis d'être basque ». Régulièrement emprisonné par l'État espagnol, malgré son activité pacifique, Sabino Arana Goiri contracte une maladie rare et meurt prématurément, en 1903, à l'âge de 38 ans.

À la suite de la perte des dernières colonies espagnoles et au sentiment de décadence de l'empire qui en découle, les milieux économiques de la moyenne bourgeoisie biscayenne et Bilbaina fortement basquistes, se rapprochent d'EAJ-PNB et de Sabino Arana Goiri, à travers la sociedad culturelle " Euskal Herria " dirigée par l'armateur Ramon de la Sota, un des rares grands industriels, à soutenir les thèses d'EAJ-PNB. L'Alderdi (le Parti) se développe alors rapidement, en Biscaye, puis dans les autres territoires du Pays basque sud. À la fin de la dictature de Primo de Rivera, la République espagnole est rétablie en 1931. EAJ-PNB devient le premier Parti du Pays basque sud ou espagnol. Il suit les préceptes du catholicisme social, l'aile sociale de l'Église, fondatrice de la démocratie chrétienne.

Après des années de tergiversation, sous la République espagnole, EAJ-PNB arrache finalement un Statut d'Autonomie, le 06 octobre 1936, en pleine guerre civile espagnole et se battra aux côtés des Républicains. Le Gouvernement basque, dirigé par le Jeltzale Jose Antonio Agirre, parvient à mobiliser 100 000 volontaires, " les gudaris ", les combattants basques. Ils se battent contre le franquisme et plus tard le nazisme, avec les Résistants français. Le Bataillon Gernika contribue à la libération de la Pointe de Grave, en Gironde. L'écrivain François Mauriac, ami du président Agirre, écrit : « vous avez marqué le tournant de la démocratie-chrétienne en Europe », s'agissant des seuls catholiques de l'État espagnol, ouvertement anti-franquistes.

Dictature franquiste[modifier | modifier le code]

EAJ-PNB est interdit durant le franquisme. Le Président ou Lehendakari Agirre est condamné à mort et en pleine 2e guerre mondiale, se cache… à Berlin, avant de rejoindre le continent américain via les pays scandinaves ! Il relate cet épisode rocambolesque de sa vie, dans le livre : " De Gernika à Nueva York, pasando por Berlin ", " De Gernika, à New York, en passant par Berlin ". EAJ-PNB et le Gouvernement Basque se reconstituent dans la clandestinité et l'exil. Membre de la démocratie chrétienne européenne, EAJ-PNB participe à la construction de l'Union Européenne. Exemple : la CDU allemande, le parti de Mme Merkel adhère à ce mouvement, au siège du Gouvernement Basque, en exil, à Paris (avenue Marceau). Le régime franquiste, en collaboration avec le Gouvernement français spolie cet immeuble. Les Résistants basques, le Gouvernement Basque et EAJ-PNB, en général, ont été une nouvelle fois trahis. L'espoir de voir le régime franquiste renversé par les alliés occidentaux disparaît. Durant des années, EAJ-PNB, le Gouvernement basque et les services secrets basques " los Servicios - Zerbitzuak " avaient coopéré notamment avec la CIA, dans la lutte contre le communisme. Le Lehendakari Agirre avait affirmé que les défaites du moment préparaient les victoires à venir...

Le dictateur Franco meurt en novembre 1975. Au Pays basque sud, le mouvement ETA : " Euskadi Ta Askatasuna " (Pays basque et liberté), créé en 1959, entame sa macabre série d'attentats. EAJ-PNB a toujours rejeté, puis, condamné et combattu ETA par éthique humaniste du droit fondamental à la vie et pour des raisons politiques, d'un combat contre-productif.

Principal parti de la Communauté autonome du Pays basque[modifier | modifier le code]

Lors des premières élections en 1977 suivant la fin du franquisme, l'EAJ-PNV se place en tête du scrutin au Pays basque. L'année suivante, le parti appelle à abstention lors du référendum constitutionnel espagnol, mais soutient lors du référendum organisé quelques mois plus tard, le Statut d'autonomie du Pays basque. Enfin, lors des premières élections au Parlement basque en 1980, le parti 38 % des suffrages exprimés, s'impose comme le principal parti de la communauté autonome.

À la tête du gouvernement basque à partir de 1980, l'EAJ-PNV entreprend de défendre le Statut d'autonomie, de nouveaux mouvements de décentralisation, la discrétisation de la violence politique et la restructuration de l'industrie manufacturière.

En 1985, des tensions au sein du parti mènent à la création d'un groupe dissident dans la bastion de la province de Guipuscoa, qui devient un parti à part entière en 1987, lorsque ses membres créent Eusko Alkartasuna (« Solidarité basque », EA), dont le président du gouvernement basque, Carlos Garaikoetxea, prend la tête. Cette scission est principalement due à :

Des dissensions idéologiques entre les deux partis apparaissent également. EA adopte une ligne sociale-democratique, alors que l'EAJ-PNV demeure lié à sa ligne démocrate-chrétienne. La scission est d'autant plus amère pour l'EAJ-PNV, qu'elle est conduite par le chef du gouvernement en personne. Depuis 1991, les deux partis forment une coalition électorale lors de nombreux scrutins afin de maximiser le vote nationaliste.

À la suite des élections au Parlement basque de 2009, l'EAJ-PNV perd la tête du gouvernement basque après 29 ans, du fait d'un accord passé entre le Parti socialiste du Pays basque-Gauche basque et le Parti populaire, qui permet au socialiste, Patxi López, d'ouvrir une parenthèse de trois ans à la gestion de la communauté autonome par l'EAJ-PNV.

EAJ-PNB, en Pays basque nord ou français[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Parti nationaliste basque (France).

L'influence d'EAJ-PNB est considérable sur la vie culturelle, sociale et économique, du Pays basque nord ou français, en tant que Parti promoteur du drapeau basque, l'ikurriña ou d'institutions majeures : Eusko Ikaskuntza (Société d'Études basques), Euskaltzaindia (Académie de la langue basque) ou encore, Euskalzaleen Biltzarra (la réunion des Euskalzale). Les Euskalzale sont attachés à la langue et à la culture basque. EAJ-PNB a également permis le développement des ikastolas (école immersive en langue basque) et des coopératives, repris au nord, avec la génération abertzale et euskalzale, des années 1970. Sabino Arana Goiri avait lui-même noué des contacts avec des personnalités du Pays basque nord, comme M. Pierre Broussain, maire d'Hazparne-Hasparren (Lapurdi), à l'époque.

Le premier mouvement régionaliste, nommé " Euskalherriste ", dans les années 1930 a été influencé par EAJ-PNB, au sud. La génération des dirigeants démocrates chrétiens, des années 1960 et 70, au premier rang desquels, Michel Labéguerie, Jean Errecart ou Jean Etcheverry-Ainchart a nourri des liens étroits avec EAJ-PNB. Un groupe de sympathisants jeltzale anime la revue « Ager » dans les années 1980. EAJ-PNB se constitue officiellement en Parti politique, en 1990 et entame une activité militante et partisane, à partir de 1996 et jusqu'à nos jours.

Dans les institutions européennes[modifier | modifier le code]

Il est membre fondateur du Parti démocrate européen (PDE ) avec notamment le MoDem en France ainsi que l'Olivier et la Marguerite de Romano Prodi en Italie. Il compte un député européen en la personne de Izaskun Bilbao, qui siège au groupe ADLE.

Ailleurs[modifier | modifier le code]

Le parti a également des bureaux dans les pays où habitent des minorités basques : Venezuela, Argentine, Mexique, Uruguay, Chili et aux États-Unis.

Idéologie[modifier | modifier le code]

Dans ses statuts, l'EAJ-PNV se définit comme un parti « basque, démocratique, aconfessionnel et humaniste, ouvert au progrès et à toutes les avancées de la civilisation au bénéfice de l'humain ». Il est généralement considéré comme un parti démocrate-chrétien[2] de centre droit, bien que certains observateurs comme l'Enquête sociale européen le situe au centre de l'échiquier politique[1].

À une approche basée sur les principes traditionnels du nationalisme romantique du XIXe siècle (langue, la religion, l'ethnie...) et se sont ajouté la doctrine sociale de l'Église, puis le « droit des citoyens à décider librement et démocratiquement ».

« En tant que nationalistes basques nous travaillons à l'articulation politique des territoires basques [...]. Dans la culture politique que nous professons, les projets politiques sont légitimés par le consentement explicite des tous les citoyens. Le futur commun des Basques s'articule autour d'un projet libre et démocratiquement partagé. »

— Iñigo Urkullu, Conférence d'avril 2008[3]

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élections générales espagnoles[modifier | modifier le code]

Année Congrès des députés Sénat
 % Députés Rang
1977 29,3
8 / 21
1er
1 / 12
1979 26,7
7 / 21
1er
8 / 12
1982 31,7
8 / 21
1er
7 / 12
1986 27,2
6 / 21
1er
7 / 12
1989 22,8
5 / 21
1er
4 / 12
1993 24,5
7 / 19
1er
3 / 12
1996 25,0
5 / 19
1er
4 / 12
2000 30,4
7 / 19
1er
6 / 12
2004 33,7
7 / 19
1er
6 / 12
2008 27,1
6 / 18
2e
2 / 12
2011 27,4
5 / 18
1er
4 / 12

Remarque : Ce tableau présente les résultats du PNV dans la seule circonscription où le parti se présente, autrement-dit au Pays basque.

Élections au Parlement basque[modifier | modifier le code]

Année  % Mandats Tête de liste Rang
1980 38,1
25 / 60
Carlos Garaikoetxea 1er
1984 42,0
32 / 75
Carlos Garaikoetxea 1er
1986 23,7
17 / 75
José Antonio Ardanza 1er
1990 28,5
22 / 75
José Antonio Ardanza 1er
1994 29,8
22 / 75
José Antonio Ardanza 1er
1998 28,0
21 / 75
Juan José Ibarretxe 1er
2001[4] 42,7
33 / 75
Juan José Ibarretxe 1er
2005[4] 38,7
29 / 75
Juan José Ibarretxe 1er
2009[4] 38,7
30 / 75
Juan José Ibarretxe 1er
2012[4] 34,6
27 / 75
Iñigo Urkullu 1er

Élections européennes[modifier | modifier le code]

Année Voix Mandats Élus
Espagne Pays basque
1987 1,18%[5] 19,4%
0 / 60
1989 1,91%[6] 21,0%
1 / 60
Juan Antonio Gangoiti Llaguno
1994 1,91%[7] 25,9%
1 / 64
Josu Jon Imaz
1999 2,90%[8] 33,9%
1 / 64
Josu Ortuondo Larrea
2004 5,15%[9] 35,3%
1 / 54
Josu Ortuondo Larrea
2009 5,18%[10] 28,5%
1 / 50
Izaskun Bilbao
2014 5,44%[11] 27,5%
1 / 54
Izaskun Bilbao

Dirigeants[modifier | modifier le code]

Présidents d'EAJ/PNB depuis 1895[modifier | modifier le code]

Sabin Etxea, siège du PNV, à Bilbao.
  • 1895-1903 Sabino Arana Goiri[12]
  • 1903-1906 Ángel Zabala Ozamiz[12]
  • 1906-1908 Députation formée par Santiago Alda, Alipio Larrauri, Antonio Arroyo, Vicente Larrinaga et Eduardo Arriaga.
  • 1911?-1916 Luis de Arana y Goiri
  • 1916-1920 Ramón Bikuña
  • 1920-1930 Ignacio Rotaeche (Comunión Nacionalista Vasca)
  • 1922-1930 Luis de Arana y Goiri (Aberri)
  • 1930 Ceferino de Jemein (Aberri)
  • 1931-1932 Ramón Bikuña
  • 1932-1933 Luis de Arana y Goiri
  • 1933-1934 Jesús Doxandabaratz
  • 1934-1935 Isaac López Mendizábal
  • 1935-1951 Doroteo Ciáurriz
  • 1951-1953 Juan Ajuriaguerra
  • 1957-1962 Jose Agerre
  • 1975-1977 Ignacio Unceta
  • 1977-1980 Carlos Garaikoetxea
  • 1980-1984 Xabier Arzalluz
  • 1984-1985 Román Sudupe
  • 1985-1986 Jesús Insausti
  • 1986-2004 Xabier Arzalluz
  • 2004-2008 Josu Jon Imaz
  • 2008-2012 Iñigo Urkullu
  • Depuis 2012 Andoni Ortuzar

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « European Social Survey. Appendix A3 political parties », sur europeansocialsurvey.org,‎ 2012 (consulté le 9 juillet 2015)
  2. a et b (en) Wolfram Nordsieck, « Parties and Elections in Europe » (consulté le 4 juillet 2015)
  3. Conférence du 15 avril 2015 d'Iñigo Urkullu, président de l'EAJ-PNV
  4. a, b, c et d Alliance avec Eusko Alkartasuna
  5. Membre de l'Union européïste qui n'a pas obtenu de siège.
  6. Membre de la Coalition nationaliste qui a obtenu un siège tournant dont entre juin 1989 et juillet 1992 pour le PNV-EAJ.
  7. Membre de la Coalition nationaliste qui a obtenu deux sièges tournant dont un pour le PNV-EAJ de juin 1994 à janvier 1999.
  8. Membre de la Coalition nationaliste - Europe des peuples qui a obtenu deux sièges dont un pour le PNV-EAJ.
  9. Membre de Galeusca - Peuples d'Europe qui a obtenu deux sièges dont un pour Convergence démocratique de Catalogne.
  10. Membre de la Coalition pour l'Europe qui a obtenu deux sièges dont un pour le PNV-EAJ.
  11. Membre de la Coalition pour l'Europe qui a obtenu trois sièges dont un pour le PNV-EAJ.
  12. a et b Le Conseil National du Parti Nationaliste Basque (Euzkadi Buru Batzar) fut créé en 1911. C'est pour cela que Sabino Arana Goiri et Ángel Zabala furent « seulement » présidents du Conseil Régional de Biscaye (Bizkai Buru Batzar).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]