María Dolores de Cospedal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
María Dolores de Cospedal
María Dolores de Cospedal, en juin 2016.
María Dolores de Cospedal, en juin 2016.
Fonctions
Ministre espagnole de la Défense
En fonction depuis le
(4 mois et 19 jours)
Président du gouvernement Mariano Rajoy
Gouvernement Rajoy II
Prédécesseur Pedro Morenés
Députée aux Cortes Generales
En fonction depuis le
(1 an 2 mois et 10 jours)
Élection
Réélection
Circonscription Tolède
Législature XIe et XIIe
Groupe politique Populaire
Secrétaire générale du Parti populaire
En fonction depuis le
(8 ans 9 mois et 1 jour)
Président Mariano Rajoy
Prédécesseur Ángel Acebes
Présidente de la Junte des communautés
de Castille-La Manche

(4 ans et 11 jours)
Gouvernement Cospedal
Législature VIIIe
Coalition PPCLM
Prédécesseur José María Barreda
Successeur Emiliano García-Page
Sénatrice aux Cortes Generales

(4 ans 9 mois et 3 jours)
Élection
Réélection
Circonscription Castille-La Manche
Législature VIIIe et IXe
Groupe politique Populaire
Prédécesseur Rosa Romero Sánchez
Biographie
Nom de naissance María Dolores de Cospedal García
Date de naissance (51 ans)
Lieu de naissance Madrid (Espagne)
Parti politique Parti populaire
Diplômé de Université San Pablo-CEU
Profession Avocate de l'État

María Dolores de Cospedal María Dolores de Cospedal
Ministres de la Défense d'Espagne
Présidents de la Junte des communautés de Castille-La Manche

María Dolores de Cospedal García, née le à Madrid, est une haute fonctionnaire et femme d'État espagnole membre du Parti populaire (PP).

Elle est sous-secrétaire du ministère des Administrations publiques entre et puis sous-secrétaire du ministère de l'Intérieur jusqu'en . En suivant elle devient conseillère aux Transports et aux Infrastructures de la Communauté de Madrid.

Elle est élue présidente régionale du PP et sénatrice de Castille-La Manche en . Elle échoue en à prendre la présidence de la communauté autonome. En elle est désignée secrétaire générale du Parti populaire par Mariano Rajoy. Aux élections autonomiques de , elle conquiert la majorité absolue et se trouve investie présidente de la Junte des communautés de Castille-La Manche après 28 ans de pouvoir socialiste.

Elle perd son poste à la suite des élections autonomiques de et se trouve élue au Congrès des députés après les élections législatives de suivant. En , elle est nommée ministre de la Défense.

Biographie[modifier | modifier le code]

Université et début de carrière[modifier | modifier le code]

Titulaire d'une licence en droit, obtenu à l'université CEU San Pablo de Madrid, elle passe avec succès le concours du corps supérieur des avocats de l'État en . Elle intègre l'année suivante le service juridique du ministère des Travaux publics et des Transports, avant d'être nommée en chef des avocats de l'État du ministère des Affaires sociales[1] pour deux ans.

En , elle entre au cabinet ministériel du ministre du Travail et des Affaires sociales Javier Arenas. Elle est mutée en à l'ambassade espagnole aux États-Unis en tant que conseillère pour le travail et les affaires sociales.

Une haute fonctionnaire de l'ère Aznar[modifier | modifier le code]

Elle revient cependant au ministère du Travail dès le , quand elle est nommée secrétaire générale technique par le nouveau ministre Manuel Pimentel[2].

Après la nouvelle victoire du PP aux élections générales de , Cospedal est appelée le suivant par le nouveau ministre des Administrations publiques Jesús Posada pour exercer les fonctions de sous-secrétaire du ministère[3]. Le , le nouveau ministre de l'Intérieur Ángel Acebes la choisit pour occuper cette même responsabilité au sein de son département[4].

Ses derniers jours en fonction sont marqués par les attentats de Madrid du 11 mars 2004.

Un retour à sa vocation première[modifier | modifier le code]

Après que les socialistes ont retrouvé le pouvoir en , elle est relevée de son poste[5]. Elle retourne alors au corps des avocats de l'État et représentant l'Espagne devant la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH).

Un début de carrière politique régional[modifier | modifier le code]

Le , María Dolores de Cospedal est nommée à 39 ans conseillère aux Transports et aux Infrastructures de la Communauté de Madrid dans le premier conseil de gouvernement d'Esperanza Aguirre. Elle y retrouve alors Ignacio González, ancien secrétaire d'État du ministère de l'Intérieur[6].

À l'unanimité du comité exécutif régional, elle est élue le présidente du Parti populaire de Castille-La Manche (PPCLM) et chef de file aux élections autonomiques de [7]. L'ancienne ministre Elvira Rodríguez la remplace dans l'exécutif autonomique de Madrid huit jours plus tard.

Le , elle est élue au Sénat par les Cortes de Castille-La Manche. Au cours des élections autonomiques du , elle se trouve opposée au président socialiste sortant José María Barreda. Elle améliore sensiblement le score du PPCLM en progressant de cinq points et trois députés sur 47, sans remettre en cause la majorité absolue de Barreda.

Désormais députée autonomique pour la circonscription de Tolède, elle préside le groupe du PP et siège à la commission de la Justice[8]. Elle est réélue à la chambre haute des Cortes Generales en .

2008, l'entrée sur la scène nationale[modifier | modifier le code]

Après la nouvelle défaite du PP au cours des élections parlementaires du , le président du parti Mariano Rajoy annonce le qu'il propose de nommer María Dolores de Cospedal au poste de secrétaire générale en remplacement d'Acebes. Le choix d'une femme, mère célibataire ayant eu un enfant par FIV et se revendiquant centriste est unanimement salué par les dirigeants du Parti populaire, y compris les plus critiques à l'égard de Rajoy[9],[10].

Une victoire historique en Castille-La Manche[modifier | modifier le code]

Au cours d'une réunion expresse du comité électoral national le , elle est investie à l'unanimité chef de file pour les élections autonomiques du suivant[11]. Elle précise qu'en cas de victoire, elle conservera ses fonctions dans l'appareil du parti contrairement à la volonté des cadres du PP[12].

Au cours du scrutin autonomique, le PPCLM totalise 48,9 % des suffrages exprimés, soit 25 députés sur 49 aux Cortes. L'emportant partout sauf dans la circonscription de Ciudad Real, les conservateurs prennent le pouvoir dans ce fief du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) pour la première fois depuis [13]. Au cours du débat d'investiture elle indique vouloir supprimer le Défenseur du peuple, le conseil économique et social, le conseil de la concurrence et étudier la viabilité du contrôleur des comptes publics[14]. Elle prend ses fonctions le en présence du ministre de la Politique territoriale Manuel Chaves, de l'ancien président de la Junte José Bono et de nombreux hauts responsables du PP[15].

Au cours du congrès national du Parti populaire de , elle se trouve confirmée dans ses fonctions de secrétaire générale et voit son pouvoir augmenter fortement en reprenant à son compte les fonctions d'Esteban González Pons, chargé jusqu'à présent de la communication et désormais délégué aux études et aux programmes[16].

Lors des élections autonomiques du , le PP perd plus de 150 000 voix. Il remporte alors 16 députés sur 33 aux Cortes. Avec 38,2 % des suffrages exprimés, il conserve son statut de première force politique de la communauté autonome mais ne dispose d'aucun allié pour gouverner. Ainsi le , le socialiste Emiliano García-Page est investi à sa succession avec le soutien de Podemos. Il entre en fonction deux jours plus tard.

Élection au Congrès des Députés[modifier | modifier le code]

Le mercredi , elle démissionne de son mandat parlementaire aux Cortes de Castille-La Manche pour se présenter comme tête de liste pour la circonscription de Tolède au Congrès des députés lors des élections générales du suivant[17]. Elle siège alors à la députation permanente, à la commission constitutionnelle et préside la commission conjointe pour la Sécurité nationale[18].

Après que le Congrès a échoué à investir un président du gouvernement dans les délais constitutionnels, les Cortes Generales sont dissous. Elle mène de nouveau la liste du PP de Tolède pour les élections législatives anticipées du [19].

Ministre de la Défense[modifier | modifier le code]

Le , María Dolores de Cospedal est nommée à 50 ans ministre de la Défense[20]. Seconde femme après la socialiste Carme Chacón à diriger ce département ministériel, sa nomination est vue comme une récompense après ses années difficiles à la direction du PP[21]. Elle sous-entend ce même jour qu'elle compte conserver le secrétariat général du parti, ce que certains cadres de la formation jugent impossible étant donné la nature de son ministère[22].

Au cours du XVIIIe congrès national du PP, elle est confirmée le comme secrétaire générale par Rajoy, mais se voit adjoindre un coordonnateur général en la personne de Fernando Martínez-Maíllo, précédemment vice-secrétaire général à l'Organisation[23]. Quelques heures plus tôt, les délégués avaient rejeté par 303 voix pour et 328 voix contre l'« amendement anti-Cospedal », proposé par un militant du PP de Castille-La Manche qui entendait limiter le cumul des fonctions et mandats[24]. Au cours du premier tour de l'élection pour la présidence de la fédération régionale du parti, ouvert à tous les adhérents, , elle obtient 96 % des suffrages exprimés. Ayant remporté plus de 50 % des voix et une avance supérieure à 15 % sur son adversaire, elle sera la seule à prétendre à sa reconduction devant les délégués du congrès régional[25]. Elle est reconduite à la présidence de la fédération régionale du Parti populaire le suivant par 95,4 % des suffrages exprimés, soit 663 voix sur 701[26].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Mère d'un enfant, elle est mariée depuis avec Ignacio López del Hierro, de 19 ans son aîné.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) Ministère des Affaires sociales, « Orden de 2 de agosto de 1994 por la que se nombra a doña María Dolores de Cospedal García en el puesto de trabajo de Abogada del Estado, Jefa A, del Servicio Jurídico de este departamento. », sur boe.es,‎ (consulté le 5 novembre 2016).
  2. (es) Ministère du Travail et des Affaires sociales, « Real Decreto 222/1999, de 5 de febrero, por el que se nombra a doña María Dolores de Cospedal García Secretaria general técnica del Ministerio de Trabajo y Asuntos Sociales. », sur boe.es,‎ (consulté le 5 novembre 2016).
  3. (es) Ministère des Administrations publiques, « Real Decreto 664/2000, de 5 de mayo, por el que se nombra Subsecretaria de Administraciones Públicas a doña María Dolores de Cospedal García. », sur boe.es,‎ (consulté le 5 novembre 2016).
  4. (es) Ministère de l'Intérieur, « Real Decreto 737/2002, de 19 de julio, por el que se nombra Subsecretaria del Interior a doña María Dolores de Cospedal García. », sur boe.es,‎ (consulté le 5 novembre 2016).
  5. (es) Ministère de l'Intérieur, « Real Decreto 629/2004, de 19 de abril, por el que se dispone el cese de doña María Dolores de Cospedal García como Subsecretaria del Interior. », sur boe.es,‎ (consulté le 5 novembre 2016).
  6. (es) Manuel Cuéllar, « Aguirre nombra consejera de Transportes a una abogada cercana a Ángel Acebes », sur elpais.com,‎ (consulté le 5 novembre 2016).
  7. (es) Isabel Salvador, « Dolores de Cospedal, nueva presidenta del PP en Castilla-La Mancha », sur elpais.com,‎ (consulté le 5 novembre 2016).
  8. (es) Cortes de Castille-La Manche, « Cospedal García, María Dolores de », sur cortesclm.es/ (consulté le 6 novembre 2016).
  9. (es) Carlos Cué, « Rajoy designa 'número dos' del PP a una mujer enfrentada a la Iglesia », sur elpais.com,‎ (consulté le 5 novembre 2016).
  10. (es) « Los dirigentes del PP aplauden de forma unánime el nombramiento de Cospedal », sur elpais.com,‎ (consulté le 5 novembre 2016).
  11. (es) Carlos Cué, « Cospedal confirmada, Camps pospuesto », sur elpais.com,‎ (consulté le 5 novembre 2016).
  12. (es) Carlos Cué, « Dirigentes del PP piden que Cospedal deje su cargo si es elegida presidenta », sur elpais.com,‎ (consulté le 5 novembre 2016).
  13. (es) Natalia Junquera, « El Gobierno de Castilla-La Mancha pasa por primera vez a manos del PP », sur elpais.com,‎ (consulté le 5 novembre 2016).
  14. (es) Eva Saíz, « Cospedal elimina tres organismos de control con un ahorro simbólico », sur elpais.com,‎ (consulté le 5 novembre 2016).
  15. (es) Eva Saíz, « Cospedal presenta su "mochila de valores” arropada por la plana mayor del PP », sur elpais.com,‎ (consulté le 5 novembre 2016).
  16. (es) Francesco Manetto et Carlos Cué, « Rajoy entrega el poder a Cospedal con Arenas como único freno interno », sur elpais.com,‎ (consulté le 5 novembre 2016).
  17. (es) Junte électorale de Madrid, « Candidaturas proclamadas para las elecciones al Congreso de los Diputados y al Senado, convocadas por Real Decreto 977/2015, de 26 de octubre », sur juntaelectoralcentral.es/,‎ (consulté le 5 novembre 2016).
  18. (es) Congrès des députés, « De Cospedal García, María Dolores », sur congreso.es/ (consulté le 5 novembre 2016).
  19. (es) Junte électorale de Madrid, « Candidaturas proclamadas para las elecciones al Congreso de los Diputados y al Senado, convocadas por Real Decreto 184/2016, de 3 de mayo. », sur juntaelectoralcentral.es/,‎ (consulté le 5 novembre 2016).
  20. (es) Présidence du gouvernement, « Real Decreto 417/2016, de 3 de noviembre, por el que se nombran Ministros del Gobierno. », sur boe.es,‎ (consulté le 4 novembre 2016).
  21. (es) Natalia Junquera, « María Dolores de Cospedal, premio tras el “camino de espinas” », sur elpais.com,‎ (consulté le 5 novembre 2016).
  22. (es) Natalia Junquera, « La ministra Cospedal se resiste a perder el control y la dirección del PP », sur elpais.com,‎ (consulté le 5 novembre 2016).
  23. (es) Marisol Hernández et Marisa Cruz, « Rajoy mantiene a Cospedal como secretaria general pero da parte de su poder a Fernando Martínez-Maillo », sur elmundo.es,‎ (consulté le 11 mars 2017).
  24. (es) Natalia Junquera, « La enmienda anti-Cospedal pierde por solo 25 votos en el congreso del PP », sur elpais.com,‎ (consulté le 11 mars 2017).
  25. (es) Javier Casqueiro, « Cospedal arrasa a su rival del PP y será candidata única en Castilla-La Mancha », sur elpais.com,‎ (consulté le 11 mars 2017).
  26. (es) « Cospedal, reelegida presidenta del PP de CLM con el 95,43 % de los votos », sur larazon.es,‎ (consulté le 19 mars 2017).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]