Margarita Robles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Margarita Robles
Illustration.
Margarita Robles, en .
Fonctions
Ministre espagnole de la Défense
En fonction depuis le
(11 mois et 16 jours)
Président du gouvernement Pedro Sánchez
Gouvernement Sánchez
Prédécesseur María Dolores de Cospedal
Porte-parole du groupe socialiste au Congrès des députés

(11 mois et 18 jours)
Législature XIIe
Prédécesseur José Luis Ábalos
Successeur Adriana Lastra
Députée aux Cortes Generales

(1 an, 11 mois et 9 jours)
Élection
Circonscription Madrid
Législature XIIe
Groupe politique Socialiste
Successeur Gema López Somoza
Membre du Conseil général du pouvoir judiciaire

(5 ans, 2 mois et 10 jours)
Secrétaire d'État à l'Intérieur

(1 an, 11 mois et 20 jours)
Ministre Juan Alberto Belloch
Prédécesseur Rafael Vera
Successeur Ricardo Martí
Biographie
Nom de naissance María Margarita Robles Fernández
Date de naissance (62 ans)
Lieu de naissance León (Espagne)
Nationalité Espagnole
Parti politique Proche du PSOE
Profession Magistrate

Signature de

Margarita Robles
Ministres de la Défense d'Espagne
Secrétaires d'État à l'Intérieur

María Margarita Robles Fernández, née le à León, est une juge et femme politique espagnole proche du PSOE.

Elle est la première femme à présider une chambre du contentieux administratif, la première femme à présider une Audience provinciale - celle de Barcelone - et la troisième femme à pousser les portes du Tribunal suprême[1]. En , elle est nommée sous-secrétaire de la Justice puis de 1994 à 1996, elle est secrétaire d'État à l'Intérieur. De 2004 à , elle est magistrate de la Troisième chambre du Tribunal suprême.

De à , elle est membre du Conseil général du pouvoir judiciaire après avoir été élue sur proposition du PSOE. Elle fait partie de l'association de magistrats Juges pour la démocratie.

En , elle annonce son retour en politique en intégrant la deuxième place sur la liste socialiste au Congrès des députés dans la circonscription de Madrid en vue des élections générales du mois de juin suivant. Élue députée de la XIIe législature, elle préside la commission de la Justice puis est désignée porte-parole du groupe parlementaire le . Elle est nommée ministre de la Défense le dans le gouvernement Sánchez.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elle est célibataire[2].

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Margarita Robles naît à León dans la communauté autonome espagnole de Castille-et-León le d'un père avocat. À ses douze ans, sa famille déménage à Barcelone ; ville où elle effectue ses études de droit[3]. Première de sa promotion, elle intègre la magistrature en 1981[4] ; elle est alors la quatrième femme espagnole à devenir juge[5].

Une rapide ascension au sein de la magistrature[modifier | modifier le code]

À vingt-six ans, elle est nommée juge au tribunal de Balaguer dans la province de Lérida puis officie à Sant Feliu de Llobregat et ensuite à Bilbao. Elle est alors la première femme à présider une chambre du contentieux administratif.

Le , elle est mutée à l'Audience provinciale de Barcelone et en prend la présidence[6]. Elle est, à trente-quatre ans, la première femme à présider ce type de juridiction[3].

Sous-secrétaire puis secrétaire d'État[modifier | modifier le code]

Proche du PSOE, elle est nommée le sous-secrétaire de la Justice, sur proposition du ministre de la Justice Juan Alberto Belloch[7]. Elle remplace alors Fernando Pastor López sous le dernier mandat de Felipe González à la tête de l'exécutif et se met en retrait de la magistrature[8]. Sous son mandat, elle fait de ses principales priorités la mise en place de jugements rapides au sein de l'État. Elle occupe ce poste jusqu'au lorsque, au cours d'un remaniement, elle est nommée secrétaire d'État chargée de l'Intérieur, devenant numéro deux du nouveau ministère de la Justice et de l'Intérieur[9].

Elle quitte ses hautes fonctions publiques le avec la victoire des conservateurs aux élections générales et le renvoi des socialistes dans l'opposition[10].

Retour à sa vocation initiale[modifier | modifier le code]

À sa démission, elle sollicite sa réintégration dans la magistrature et devient juge du contentieux à l'Audiencia Nacional d'Espagne. À partir de 2004, elle est magistrate de la Troisième chambre du Tribunal suprême[11].

En , elle est proposée par la PSOE pour intégrer le Conseil général du pouvoir judiciaire (CGPJ)[12]. Suite à un pacte entre le PSOE et le PP, elle est l'une des sept femmes parmi les vingt membres à être élues par une majorité des trois cinquièmes des membres du Congrès des députés et du Sénat[13]. Elle est alors l'une des membres les plus actifs et soutient la destitution du président du conseil général et du Tribunal suprême[14].

Margarita Robles est une membre active de l'association de magistrats progressistes Juges pour la démocratie (JpD)[3].

Elle quitte le Conseil général du pouvoir judiciaire le . Deux jours plus tard, le ministre de la Justice et grand notaire du Royaume, Alberto Ruiz-Gallardón, lui décerne la distinction de grand-croix de l'ordre de San Raimundo de Peñafort en sa qualité d'ancien membre du CGPJ[15].

La candidate surprise de Sánchez au Congrès[modifier | modifier le code]

Elle fait son retour en politique en après que Pedro Sánchez lui propose d'occuper la place vacante sur les listes socialistes pour la circonscription de Madrid à l'occasion des élections générales du . En effet, Irene Lozano renonce à conserver la quatrième place sur les listes socialistes dans la Communauté de Madrid et Carme Chacón renonce à conduire la liste du PSC dans la circonscription de Barcelone[16]. En conséquence, Sánchez charge Meritxell Batet, numéro deux à Madrid, de remplacer Chacón[17] et se retrouve avec la deuxième place libre, réservée à une femme, sur la liste madrilène qu'il offre à Margarita Robles[18]. Celle-ci accepte et se place en disponibilité de son poste de magistrate du Tribunal suprême.

Le cependant, la commission permanente du Conseil général du pouvoir judiciaire vote par 4 voix contre 3 qu'une disponibilité entraîne la perte de la fonction de magistrat du Tribunal suprême[19].

Le , elle est élue députée pour la circonscription de Madrid au Congrès des députés en tant qu'indépendante[20]. Elle prend la présidence de l'une des six commissions permanentes dévolues aux socialistes, en l’occurrence la commission de la Justice.

Lors du second vote d'investiture de Mariano Rajoy le , elle est l'une des quinze parlementaires socialistes à avoir voté « non » et ainsi rompu la discipline de vote imposée lors du Comité fédéral socialiste[21]. La commission provisoire considère alors la possibilité de la destituer de la présidence de la commission de la Justice mais renonce du fait que Robles ne possède pas sa carte au PSOE[22].

Porte-parole du groupe socialiste[modifier | modifier le code]

Restée fidèle à Pedro Sánchez après son éviction du secrétariat général du PSOE au début du mois d', elle l'aide à reconquérir le parti en vue du 39e congrès fédéral devant se tenir au mois de suivant. Le , au lendemain du congrès fédéral, elle se voit récompensée de son soutien par sa nomination comme porte-parole du groupe socialiste au Congrès des députés[23]. Elle remplace alors José Luis Ábalos, porte-parole provisoire désigné secrétaire à l'Organisation et numéro trois du PSOE, à compter du . Bien que n'étant pas membre du parti, il s'agit de la deuxième personne à devenir porte-parole du groupe parlementaire au Congrès après José Antonio Alonso[24].

Elle abandonne en conséquence la présidence de la commission de la Justice. Plusieurs noms circulent pour la remplacer : Sofia Hernanz, députée des Baléares[25], mais celui d'Isabel Rodríguez García est finalement retenu[26].

Ministre de la Défense[modifier | modifier le code]

Le , lors du débat de la motion de censure présentée par le PSOE contre le gouvernement de Mariano Rajoy, elle intervient afin de fixer la position du groupe parlementaire socialiste sur la motion[27]. La défense initiale du texte de la motion revient au secrétaire à l'Organisation du parti, José Luis Ábalos, à l'image de la motion de censure présentée par Felipe González et soutenue par Alfonso Guerra[28]. Au cours de son intervention, elle annonce que Pedro Sánchez demandera conseil à l'ancien président du gouvernement socialiste José Luis Rodríguez Zapatero afin d'établir le nouvel organigramme gouvernemental[29].

À partir du suivant, certains noms de ministres sont dévoilés comme celui de Josep Borrell, chargé d'occuper le portefeuille des Affaires étrangères. Bien que la présence de Margarita Robles au gouvernement soit acquise[30], son domaine de compétences n'est pas certain dans la mesure où elle est d'abord promise à la Justice puis à l'Intérieur voire à la tête d'un superministère ressemblant les départements précédents[31]. Sánchez lève le doute le au cours d'une conférence de presse donnée au palais de la Moncloa et annonce la nomination de l'ancienne juge au ministère de la Défense[32], lequel reprend le contrôle du Centre national de renseignement (CNI), auparavant placé sous l'autorité de la vice-présidente du gouvernement Soraya Sáenz de Santamaría[33]. La nomination est publiée au bulletin officiel de l'État le lendemain[34] ; elle prend ainsi la suite de María Dolores de Cospedal[35]. Lors de la passation de pouvoirs, la nouvelle ministre rend hommage à Carme Chacón, première femme à exercer ces fonctions, et paraphrase le discours de celle-ci : « depuis l'amour profond que nous avons pour l'Espagne, nous allons travailler. Depuis mon amour profond pour l'Espagne, je vais travailler pour cette Espagne unie et diverse à la fois, pour la paix, pour la liberté. Et personne ne va mieux travailler pour l'Espagne, pour la paix et pour la liberté, depuis ce ministère, que les Forces armées et leur ministre à la tête »[36]. Devant la présence de José María Barreda, María Teresa Fernández de la Vega et José Enrique Serrano, elle indique vouloir travailler en continuité des politiques menées par sa prédécesseur car le ministère dont elle hérite est un ministère dans lequel aucun « intérêt partisan » ne tient[36].

Questionnée sur son rôle de chef de file du PSOE au Congrès des députés[37], Robles est relevée le même jour de ses responsabilités parlementaires, qui reviennent à la vice-secrétaire générale du PSOE, Adriana Lastra[38].

Distinctions et décorations[modifier | modifier le code]

Décorations officielles[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) « Margarita Robles: «El sistema que tenemos permite la corrupción» - Jot Down Cultural Magazine », Jot Down Cultural Magazine,‎ (lire en ligne, consulté le 28 juin 2017)
  2. (es) Ediciones El País, « Entrevista | "Me tocó comer platos indigestos en Interior" », EL PAÍS,‎ (lire en ligne, consulté le 28 juin 2017)
  3. a b et c (es) Ediciones El País, « Margarita Robles », EL PAÍS,‎ (lire en ligne, consulté le 28 juin 2017)
  4. (es) « Quién es quién en el nuevo CGPJ », El Imparcial,‎ (lire en ligne, consulté le 28 juin 2017)
  5. « La Revista: Ellas juzgan », sur www.elmundo.es (consulté le 28 juin 2017)
  6. (es) « Real Decreto 476/1991 del 21 de marzo, por el que se nombra Presidente de la Audiencia Provincial de Barcelona a doña Margarita Robles Fernández », sur boe.es,
  7. (es) « Real Decreto 1243/1993 de 23 de julio, por el que se nombra a doña Margarita Robles Fernández sub-secretaria de Justicia. », sur boe.es,
  8. (es) « Real Decreto 1388/1993, de 30 de julio, por el que se declara en la situación administrativa de Servicios Especiales en la Carrera Judicial a doña María Margarita Robles Fernández. », sur boe.es,
  9. (es) « Real Decreto 980/1994, de 13 de mayo, por el que se nombra a doña Margarita Robles Fernández Secretaria de Estado de Interior. », sur boe.es,
  10. (es) « Real Decreto 783/1996, de 7 de mayo, por el que se dispone el cese de doña Margarita Robles Fernández como Secretaria de Estado de Interior. », sur boe.es,
  11. (es) « Real Decreto 2316/2004, de 10 de diciembre, por el que se nombra en propiedad Magistrada de la Sala Tercera del Tribunal Supremo a doña Margarita Robles Fernández. », sur boe.es,
  12. (es) « Margarita Robles será vocal del CGPJ a propuesta del PSOE y Gema Gallego, por el PP - elConfidencial.com », sur www.elconfidencial.com (consulté le 28 juin 2017)
  13. « PSOE y PP renuevan el Consejo del Poder Judicial y lo sacan de la trinchera política PROPUESTA PARA EL NUEVO CONSEJO GENERAL DEL PODER JUDICIAL. La Verdad », sur www.laverdad.es (consulté le 28 juin 2017)
  14. (es) José Antonio Hernández, « La negativa del presidente del Supremo a dimitir fractura el Poder Judicial », EL PAÍS,‎ (lire en ligne, consulté le 28 juin 2017)
  15. (es) « Real Decreto 967/2013, de 5 de diciembre, por el que se concede la Gran Cruz de la Orden de San Raimundo de Peñafort al expresidente y exvocales del Consejo General del Poder Judicial. », sur boe.es,
  16. (es) Pere Ríos, Anabel Díez, « Chacón renuncia a ser diputada y se reserva para el congreso del PSOE », EL PAÍS,‎ (lire en ligne, consulté le 28 juin 2017)
  17. (es) Pere Ríos, « Batet será la candidata del PSC por Barcelona y no habrá primarias », EL PAÍS,‎ (lire en ligne, consulté le 28 juin 2017)
  18. (es) Anabel Díez, José Marcos, « La juez Margarita Robles será la número dos del PSOE por Madrid », EL PAÍS,‎ (lire en ligne, consulté le 28 juin 2017)
  19. (es) Reyes Rincón, « El Poder Judicial le quita a la candidata del PSOE Margarita Robles su plaza en el Supremo », EL PAÍS,‎ (lire en ligne, consulté le 28 juin 2017)
  20. « Margarita Robles Fernández », sur Grupo socialista (consulté le 31 août 2016)
  21. (es) José Marcos, « Los diputados díscolos del PSOE alegan que votaron en conciencia », EL PAÍS,‎ (lire en ligne, consulté le 28 juin 2017)
  22. (es) « El PSOE estudia quitar a Margarita Robles la Presidencia de la Comisión de Justicia », abc,‎ (lire en ligne, consulté le 28 juin 2017)
  23. (es) Fernando Garea, « Margarita Robles será la nueva portavoz del PSOE en el Congreso », EL PAÍS,‎ (lire en ligne, consulté le 28 juin 2017)
  24. (es) Luis Ángel Sanz, « La magistrada Margarita Robles será la nueva portavoz del PSOE en el Congreso de los Diputados », ELMUNDO,‎ (lire en ligne, consulté le 19 juin 2017)
  25. (es) « El PSOE nombra a Sofía Hernanz presidenta de la Comisión de Justicia », El periódico de Ibiza,‎ (lire en ligne, consulté le 28 juin 2017)
  26. (es) « Pedro Sánchez saca a otra crítica de la dirección del PSOE en el Congreso », El Mundo,‎ (lire en ligne, consulté le 7 juillet 2017)
  27. (es) « El PSOE desplaza a Robles y será Ábalos quien defenderá la moción de censura. », sur publico.es, (consulté le 7 juin 2018).
  28. (es) « Sánchez convierte a Ábalos en su Alfonso Guerra y será quien defienda la moción de censura. », sur elespanol.com, (consulté le 7 juin 2018).
  29. (es) « Pedro Sánchez recurre a Zapatero para reestructurar el Gobierno. », sur elconfidencialdigital.com, (consulté le 5 juin 2018).
  30. (es) « Sánchez busca ministerio para Robles, quemada y cuestionada en el Congreso. », sur esdiario.com, (consulté le 7 juin 2018).
  31. (es) « Margarita Robles será superministra de Interior y Justicia en el Gobierno de Pedro Sánchez. », sur okdiario.com, (consulté le 7 juin 2018).
  32. (es) « Margarita Robles, pionera en la incorporación de la mujer al poder judicial. », sur heraldo.es, (consulté le 7 juin 2018).
  33. (es) « Margarita Robles, la autopista con el PNV. », sur elmundo.es, (consulté le 7 juin 2018).
  34. (es) « Real Decreto 357/2018, de 6 de junio, por el que se nombran Ministros del Gobierno. », sur boe.es, (consulté le 7 juin 2018).
  35. (es) « Los 11.000 millones en gasto militar que Cospedal prometió hasta 2030, ¿en el aire?. », sur elconfidencial.com, (consulté le 8 juin 2018).
  36. a et b (es) « Margarita Robles rinde homenaje a Carme Chacón en su toma de posesión. », sur elconfidencial.com, (consulté le 7 juin 2018).
  37. (es) « Las exigencias de poder de Robles paralizaron varios nombramientos. », sur elpais.com, (consulté le 8 juin 2018).
  38. (es) « Adriana Lastra sustituirá a Margarita Robles como portavoz del PSOE en el Congreso. », sur eleconomista.es, (consulté le 7 juin 2018).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Fiche sur le site du Congrès des députés : XIIe législature.