Federico Trillo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Trillo.
Federico Trillo
Federico Trillo, en 2001.
Federico Trillo, en .
Fonctions
Ministre espagnol de la Défense

(3 ans, 11 mois et 20 jours)
Président du gouvernement José María Aznar
Gouvernement Aznar II
Prédécesseur Eduardo Serra Rexach
Successeur José Bono
Président du Congrès des députés

(4 ans et 9 jours)
Législature VIe
Prédécesseur Félix Pons
Successeur Luisa Fernanda Rudi
Deuxième vice-président du Congrès des députés

(6 ans, 3 mois et 6 jours)
Président Félix Pons
Législature IVe, Ve
Prédécesseur Antonio Carro Martínez
Successeur Joan Marcet
Député aux Cortes Generales

(22 ans et 6 mois)
Élection
Réélection




Circonscription Alicante
Groupe politique Populaire
Successeur Julia de Micheo
Biographie
Nom de naissance Federico Trillo-Figueroa Martínez-Conde
Date de naissance (65 ans)
Lieu de naissance Carthagène (Espagne)
Nationalité espagnole
Parti politique AP, puis PP
Diplômé de université de Salamanque
université complutense
Profession avocat

Federico Trillo

Federico Trillo-Figueroa Martínez-Conde (né le à Carthagène, en Murcie) est un homme politique espagnol du Parti populaire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Titulaire d'une licence de droit de l'Université de Salamanque, il est également docteur en droit de l'Université complutense de Madrid.

En 1974, il sort premier de la promotion du corps juridique de la Marine, et intègre le ministère public de la Zone maritime de la Méditerranée, puis la Direction des constructions navales militaires.

Cinq ans plus tard, il réussit les concours pour devenir avocat au Conseil d'État.

Marié, père de cinq enfants et membre de l'Opus Dei, il est également collaborateur de l'Association d'études pour le progrès social et membre de la Commission espagnole de l'histoire militaire.

Engagement politique[modifier | modifier le code]

Il intègre le cabinet juridique de la Coalition populaire (CP, centre-droit) en 1983. Il entre au comité exécutif national trois ans plus tard, et participe activement, en 1989, au processus de rénovation interne qui conduit à la naissance du Parti populaire.

Le , il est élu député pour la province d'Alicante, puis devient deuxième vice-président du bureau du Congrès des députés. Il est reconduit suite aux législatives du .

De 1991 à 1996, il est porte-parole du Parti populaire pour les questions de justice et représente son groupe parlementaire devant le Tribunal constitutionnel.

Réélu lors des élections anticipées du , Federico Trillo est élu président du Congrès des députés le 27 mars, avec 179 voix au premier tour de scrutin.

Il reste en poste jusqu'aux élections législatives du , remportées par le PP à la majorité absolue. Il est remplacé par Luisa Fernanda Rudi et devient, le 28 avril, ministre de la Défense dans le second gouvernement de José María Aznar.

Son mandat est marqué par le déclenchement de la guerre d'Irak de 2003, à laquelle l'Espagne participe, et à l'affaire dite du "Yak 42". Le , un avion Yakolev 42 de transport s'écrase en Turquie, causant 62 victimes. Trillo et son ministère furent accusés de ne pas avoir pris en compte la douleur de famille, et il fut établi que certains collaborateurs du ministère s'étaient trompés dans l'identification génétique des cadavres.

Par ailleurs, c'est lui qui avait ordonné, en 2002, l'assaut des Forces armées espagnoles sur l'îlot Persil, un territoire contesté entre l'Espagne et le Maroc sur lequel ce dernier avait envoyé six membres de ses Forces auxiliaires.

Le , il est réélu député d'Alicante alors que son parti perd les élections législatives face au Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE). Federico Trillo devient alors porte-parole du groupe PP à la commission constitutionnelle.

Il conserve son siège aux élections du . Le 22 juin suivant, il est élu coordinateur pour la Justice du comité exécutif national du Parti populaire, et quitte alors la commission constitutionnelle pour devenir porte-parole à la commission de la Justice du Congrès des députés.