Josep Borrell

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Borrel.

Josep Borrell
Illustration.
Josep Borrell, en .
Fonctions
Ministre espagnol des Affaires étrangères, de l'Union européenne et de la Coopération
En fonction depuis le
(5 mois et 13 jours)
Président du gouvernement Pedro Sánchez
Gouvernement Sánchez
Prédécesseur Alfonso Dastis
Président du Parlement européen

(2 ans, 5 mois et 27 jours)
Législature 6e
Prédécesseur Pat Cox
Successeur Hans-Gert Pöttering
Député européen

(4 ans, 11 mois et 23 jours)
Élection
Législature 6e
Groupe politique PSE
Porte-parole du groupe socialiste
au Congrès des députés

(1 an, 1 mois et 3 jours)
Législature VIe
Prédécesseur Juan Manuel Eguiagaray
Successeur Luis Martínez Noval
Ministre espagnol des Travaux publics, des Transports et de l'Environnement

(5 ans, 1 mois et 23 jours)
Président du gouvernement Felipe González
Gouvernement González III et IV
Prédécesseur Javier Sáenz de Cosculluela (Travaux)
José Barrionuevo (Transports)
Successeur Rafael Arias-Salgado (Équipement)
Isabel Tocino (Environnement)
Député aux Cortes Generales

(17 ans, 8 mois et 24 jours)
Élection
Réélection


Circonscription Barcelone
Législature IIIe, IVe, Ve, VIe, VIIe
Groupe politique Socialiste
Biographie
Nom de naissance Josep Borrell i Fontelles
Date de naissance (71 ans)
Lieu de naissance La Pobla de Segur (Espagne)
Nationalité Espagnole
Parti politique PSOE
Conjoint Cristina Narbona
Diplômé de Université polytechnique
de Madrid

Université Stanford
Institut français du pétrole
Profession Universitaire
Ingénieur

Josep Borrell
Ministres espagnols des Affaires étrangères
Présidents du Parlement européen
Ministres espagnols de l'Équipement

Josep Borrell i Fontelles, né le à La Pobla de Segur, est un universitaire et homme politique espagnol membre du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE). Depuis le 7 juin 2018, il est ministre des Affaires étrangères, de l'Union européenne et de la Coopération.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Il commence ses études à l'université de Barcelone, en génie industriel, mais abandonne cette voie en 1965 et intègre l'Université polytechnique de Madrid, d'où il ressort ingénieur aéronautique.

Il décide alors de poursuivre ses études et obtient un master en recherche opérationnelle de l'Université Stanford et un autre en économie d'énergie de l'Institut français du pétrole.

Il décroche ensuite un doctorat en sciences économiques à l'Université complutense de Madrid.

Carrière[modifier | modifier le code]

Il y devient professeur d'analyse économique, puis professeur des universités de mathématiques de l'entreprise. Entre 1972 et 1981, il occupe un poste d'ingénieur à la Compagnie espagnole des pétroles, S.A. (CEPSA), où il fut également délégué syndical.

Il préside l'Institut universitaire européen de Florence, en Italie, depuis .

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Débuts et ascension[modifier | modifier le code]

Il adhère au Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) en 1974[1],[2]

Cinq ans plus tard, il est élu conseiller municipal de Majadahonda, près de Madrid, et devient en même temps responsable de la politique fiscale du gouvernement pré-autonome de la Communauté de Madrid.

En 1982, les socialistes remportent les législatives du 28 octobre, et Josep Borrell est nommé secrétaire général à l'Économie du ministère de l'Économie et des Finances. En 1984, il est promu secrétaire d'État aux Finances et se voit chargé de la lutte contre la fraude fiscale.

À l'occasion des législatives anticipées de 1986, il est élu député de la province de Barcelone, et se voit réélu lors du scrutin suivant, en 1989.

Ministre de Felipe González[modifier | modifier le code]

Le , à l'occasion d'un important remaniement du gouvernement, Josep Borrell est nommé ministre des Travaux publics et des Transports, nouveau poste créé par Felipe González en fusionnant les départements des Travaux publics et de l'Urbanisme, et des Transports, du Tourisme et des Communications.

Reconduit au Congrès des députés aux législatives de 1993, il conserve son portefeuille, avec le titre de « ministre des Travaux publics, des Transports et de l'Environnement ». C'est la première fois dans l'histoire gouvernementale espagnole qu'un département fait explicitement référence à l'environnement.

Il conserve son siège aux élections générales du , remportées par le Parti populaire, puis intègre l'année suivante la commission exécutive fédérale du PSOE, formée par Joaquín Almunia, nouveau secrétaire général du parti[3].

Chef de file avorté des socialistes[modifier | modifier le code]

Le 24 avril de l'année suivante, il remporte, avec 55,1 % des voix, les primaires organisées au sein du Parti socialiste ouvrier espagnol afin de choisir son candidat à la présidence du gouvernement dans le cadre des prochaines élections législatives, battant Joaquín Almunia à la surprise générale[4].

Il est cependant contraint de renoncer tout juste un an plus tard, le , du fait du manque d'appui de l'appareil du parti et d'un scandale autour d'une fraude fiscale présumée de deux de ses anciens collaborateurs au ministère de l'Économie et des Finances[5].

Réélu au Congrès des députés lors du scrutin du , puis lors des élections du , il est choisi pour prendre la tête de liste socialiste aux européennes du 13 juin[6].

Président du Parlement européen[modifier | modifier le code]

Cinq semaines plus tard, le , Josep Borrell est élu président du Parlement européen au premier tour de scrutin, par 388 voix contre 208 au libéral polonais Bronisław Geremek et 51 suffrages au communiste français Francis Wurtz[7].

Conformément à l'accord passé avec les conservateurs, il abandonne son poste le et se voit remplacé par l'allemand Hans-Gert Pöttering[8].

Depuis 2007[modifier | modifier le code]

Dans le cadre des troubles politiques qui suivent le référendum de 2017 sur l'indépendance de la Catalogne, il se positionne contre l'indépendance, en prenant la parole à la fin d'une manifestation[9].

Ministre des Affaires étrangères[modifier | modifier le code]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Divorcé de la Française Caroline Mayeur, avec qui il a eu deux enfants, Josep Borrell est actuellement le compagnon de l'ancienne ministre de l'Environnement, Cristina Narbona.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) Juan González Ibáñez, « José Borrell: " Nadie debe temer nada de mi cada día más probable victoria" en las primarias », El País,
  2. (es) Oriol Solé Altimira, « Josep Borrell, un veterano europeísta y azote del independentismo », Eldiario.es,  : « Su etapa en el PSOE, partido en el que ha militado toda su vida (no en el PSC), »
  3. (es) « Un 55% de caras nuevas en la ejecutiva del PSOE », El País,‎ (ISSN 1134-6582, lire en ligne)
  4. (es) « Borrell vence en 16 de las 21 federaciones del Partido Socialista », El País,‎ (ISSN 1134-6582, lire en ligne)
  5. (es) « Borrell renuncia como candidato por el escándalo de sus ex colaboradores », El País,‎ (ISSN 1134-6582, lire en ligne)
  6. (es) « Borrell elegido por unanimidad cabeza de lista a las Europeas », Cadena SER,‎ (lire en ligne)
  7. « Union européenne - Parlement : Josep Borrell élu président », sur www.rfi.fr, (consulté le 9 septembre 2018)
  8. « Hans-Gert Poettering, nouveau Président du Parlement européen », sur www.europarl.europa.eu, (consulté le 9 septembre 2018)
  9. Patrick Bèle, « Les anti-indépendantistes veulent se faire entendre », Le Figaro, samedi 7 / dimanche 8 octobre 2017, page 8.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]