Le projet « Espagne » lié à ce portail
Le projet « Politique » lié à ce portail

Portail:Politique en Espagne

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Portail  Portail    Projet  Projet    Index des articles  Index des articles    Le bar duCongrès des députés  Le bar du
Congrès des députés




Façade du Congrès des députés.
Portail de la politique en Espagne
2 462 articles sont actuellement liés au portail
Voir les dernières modifications

Élections • Institutions • Législatures • Partis • Personnalités


L'Espagne est une monarchie constitutionnelle à régime parlementaire dans laquelle le roi est le chef de l'État et le président du gouvernement le chef du gouvernement. Le pouvoir exécutif est exercé par le gouvernement. Le pouvoir législatif appartient aux Cortes Generales, composé du Congrès des députés élu et du Sénat élu et désigné. Le Tribunal suprême est la plus haute juridiction du pays.

L'actuelle constitution de l'Espagne a été approuvée par le Parlement le puis ratifiée par référendum le . Elle est entrée en vigueur le .

Depuis les années 1980, l'Espagne a engagé un processus de transfert des compétences de l'État central vers ses communautés autonomes ; processus qui n'est pas encore achevé.

L'Espagne est un pays multipartiste dans lequel deux partis principaux alternent au pouvoir depuis 1982 : le Parti populaire et le Parti socialiste ouvrier espagnol. Le scrutin proportionnel tend à favoriser l'un ou l'autre des principaux partis mais permet l'éclatement des forces politiques au Parlement. Les élections générales ont lieu au maximum tous les quatre ans.
.

Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Scrutins récents
Dernière procédure électorale Prochaine procédure électorale
PSOE (variante de imagen de marca, 2015).svg Flag of Catalonia.svg
5 mois et 23 jours depuis la ratification de Pedro Sánchez au poste de secrétaire général du PSOE. -71 jours avant le référendum sur l'indépendance de la Catalogne prévu pour le .
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Institutions
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Notions
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Élections et partis politiques
Flag of Spain.svg 1 an, 5 mois et 15 jours depuis les élections générales.

Lors des dernières élections générales, le , le Parti populaire a remporté un total de 137 sièges sur les 350 du Congrès des députés ; parvenant à constituer un gouvernement minoritaire soutenu ponctuellement par Ciudadanos, le Parti nationaliste basque et la Coalition canarienne.

Sièges au Congrès des députés à l'issue des élections de 2016.
Drapeau de l'Espagne Partis politiques nationaux 
Partis politiques régionaux 
Drapeau de l’Union européenne Élections européennes (dernières élections en 2014)
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Évènements
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Communautés autonomes
Flag of the Basque Country.svg

La communauté autonome du Pays basque (appelée aussi Euskadi) ou la Communauté autonome basque est l'une des 17 Communautés autonomes de l'Espagne, une des trois autonomies historiques reconnues par le gouvernement espagnol en 1979 avec la Catalogne et la Galice, et composée de 3 provinces historiques basques: l'Alava, la Biscaye et le Guipuscoa.

Elle est située dans le nord de l'Espagne et dispose d'une autonomie certaine dans plusieurs domaines : fiscalité (tous les impôts sont levés par l'administration fiscale basque qui reverse 5 % des impôts à l'Espagne), enseignement, police (police autonome Ertzaintza), soins de santé Osakidetza, etc. La capitale de la communauté est Vitoria-Gasteiz (province d'Alava).

Le nom en basque est Euskal Autonomia Erkidegoa et en espagnol il s'agit de la Comunidad Autónoma del País Vasco.

Lire la suite
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Communautés autonomes
Flag of Melilla.svg

La Constitution de autorise Melilla à se constituer en une communauté autonome. Entre et , Melilla n'a pas eu recours à cette disposition et constituait une commune de la province de Cadix. En , les Cortes Generales adoptent la loi organique accordant à Melilla le statut de ville autonome (en espagnol : Ciudad Autónoma).

La gouvernance décentralisée de la ville repose sur deux organes :

  • l'Assemblée, constituée de 25 membres élus pour quatre ans et qui exerce le « pouvoir normatif » ;
  • le président, qui préside le conseil de gouvernement, l'Assemblée et exerce le rôle de maire.

Melilla ne constitue donc pas une communauté autonome, à l'image de l'Andalousie, mais bénéficie d'institutions spécifiques, hybrides entre celles d'une ville et ceux d'une autonomie.

Partie intégrante de l'Union européenne, Melilla n’y est cependant pas incluse dans son espace fiscal, échappant ainsi à toute TVA sur les prix à la consommation des marchandises et des services. Depuis 1863, c’est tout le territoire de l’enclave qui est un port-franc alors qu’autrefois, il se limitait au rocher supportant la citadelle et à ses quais.

Lire la suite
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Citation
Left pointing double angle quotation mark sh3.svg Le débat politique basé sur la criminalisation de l'adversaire est un prélude au totalitarisme. Right pointing double angle quotation mark sh3.svg Carles Puigdemont, le 1 juin 2016.
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Lumière sur une personnalité historique
Bundesarchiv Bild 102-09414, Primo de Rivera.jpg

Miguel Primo de Rivera (Jerez de la Frontera, 8 janvier 1870 – Paris, 16 mars 1930) est un général et homme politique espagnol. Il dirige l’Espagne du 13 septembre 1923 (coup d’État à Barcelone) au 28 janvier 1930, date de sa démission.

Lire la suite
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Des élections marquantes
SpainProvinceMapCongress1996.png

Les élections générales espagnoles de 1996 (en espagnol : Elecciones generales de España de 1996) se sont déroulées le dimanche dans le but d'élire les 350 membres du Congrès des députés et les 208 membres du Sénat de la VIe législature. Ce sont les septièmes élections générales depuis la transition démocratique. Le président du gouvernement sortant, le socialiste Felipe González, en poste depuis quatorze ans, convoque les élections de manière anticipées après la rupture du pacte de gouvernement avec la CiU et l'impossibilité de voter le budget de l'État. De fait, les élections initialement prévues pour le se trouvent avancées de 70 semaines.

Ces élections sont les plus disputées depuis le retour de la démocratie puisque le Parti populaire de José María Aznar réussit à battre les socialistes et obtient 156 sièges, soit quinze de plus que le parti au pouvoir. Izquierda Unida réalise son meilleur score historique en décrochant 21 sièges. Bien qu'ayant gagné le Parti socialiste ouvrier espagnol dans les urnes, le PP se trouve obligé à négocier l'investiture de son chef. Après deux mois de rudes négociations, le PP signe un accord avec la CiU qui dispose de 16 sièges (pacte du Majestic), le PNV (5) et la Coalition canarienne (4) ; en conséquence Aznar est investi président du gouvernement le à la majorité absolue.

Lire la suite
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Un article au hasard
Nous vous proposons de lire au hasard l'article :

« Marta González Vázquez »

Vous pouvez aussi retenter votre chance.
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Articles promus
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Voir aussi
Sur les autres projets Wikimedia
Commons-logo.svg

Wikimedia Commons
(Ressources multimédia)
Politique de l'Espagne


Wikinews-logo.svg

Wikinews
(Actualités)
Politique espagnole


Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif