Portail:Politique en Espagne

Accès au projet et à sa discussion :
Le projet « Politique en Espagne » lié à ce portail
Bistro du projet « Politique en Espagne » lié à ce portail
Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Portail de la politique en Espagne

Il y a actuellement 3 765 articles liés au portail.

Introduction
Façade du Congrès des députés.

L'Espagne est une monarchie constitutionnelle à régime parlementaire dans laquelle le roi est le chef de l'État et le président du gouvernement le chef de gouvernement. Le pouvoir exécutif est exercé par le gouvernement. Le pouvoir législatif appartient aux Cortes Generales, composé du Congrès des députés élu et du Sénat élu et désigné. Le Tribunal suprême est la plus haute juridiction du pays.

L'actuelle constitution de l'Espagne a été approuvée par le Parlement le puis ratifiée par référendum le . Elle est entrée en vigueur le .

Depuis les années 1980, l'Espagne a engagé un processus de transfert des compétences de l'État central vers ses communautés autonomes ; processus qui n'est pas encore achevé.

L'Espagne est un pays multipartite dans lequel deux partis principaux alternent au pouvoir depuis 1982 : le Parti populaire et le Parti socialiste ouvrier espagnol. Le scrutin proportionnel tend à favoriser l'un ou l'autre des principaux partis mais permet l'éclatement des forces politiques au Parlement. Les élections générales ont lieu au maximum tous les quatre ans.

Scrutins récents
Dernière procédure électorale Prochaine procédure électorale
Flag of Andalusia.svg Flag of Spain.svg
1 mois et 28 jours depuis les élections andalouses. 285 jours avant les élections municipales et de 12 parlements autonomes.
Notions
Évènements
Communautés autonomes
Drapeau de la communauté autonome.

La Constitution espagnole de 1978 déclare que l'Espagne est une nation indissoluble qui reconnaît et garantit le droit à l'autonomie des régions qui la constituent. On reconnaît à la Catalogne, comme au Pays basque et à la Galice, un statut particulier de « communauté historique ». Compte tenu de la capacité d'accéder à l'autonomie, cela a entraîné en 1979 le statut d'autonomie de la Catalogne. Le statut d'autonomie de 1979 et l'actuel, approuvé en 2006, déclarent que la Catalogne, en tant que « nationalité » d'Espagne, exerce son autogouvernance comme une communauté autonome, conformément à la Constitution et au statut d'autonomie de la Catalogne, qui est un droit institutionnel de base.

Le préambule de 2006 sur le statut d'autonomie affirme que le Parlement a défini la Catalogne comme une nation, mais que la Constitution espagnole reconnaît la Catalogne comme une réalité nationale. Le préambule n'a pas de valeur juridique, donc le statut est le même que ce qu'il était en 1979, c'est-à-dire une communauté autonome. Bien que ce statut ait été approuvé à la fois par le Parlement catalan et par le Parlement espagnol et, plus tard, par un référendum en Catalogne, il a été juridiquement contesté par les Communautés autonomes environnantes de l'Aragon, des îles Baléares et par la Communauté valencienne, ainsi que par le Parti populaire. Les objections sont fondées sur divers aspects tels que le patrimoine culturel et le principe de « solidarité entre les régions ». En , le tribunal constitutionnel est chargé d'évaluer la constitutionnalité des articles en cause. Le , elle récuse les nouveaux statuts comme non conformes à la constitution sur plusieurs points tels que les notions de nation, de justice autonome et la fiscalité. Cette décision entraîne une manifestation rassemblant plus d'un million de personnes le lendemain.

Lire la suite
Citation
Left pointing double angle quotation mark sh3.svg
Je voudrais les remercier pour l'amour qu'ils m'ont souvent donné. Je voudrais saluer leur esprit de dépassement. Nous sommes une grande nation. Nous devons y croire. Je me sens fier des Espagnols et rien ne me rendrait plus fier si, par mon travail, les Espagnols pouvaient se sentir fiers.
Right pointing double angle quotation mark sh3.svg Felipe VI lors de son discours d'intronisation le 19 juin 2014.
Élections et partis politiques
Drapeau de l'Espagne. 2 ans, 9 mois et 6 jours depuis les élections générales.

Lors des dernières élections générales, le , le Parti socialiste ouvrier espagnol a remporté un total de 120 sièges sur les 350 du Congrès des députés, devançant le Parti populaire. Avec 52 élus, le parti d'extrême droite Vox devient la troisième force politique du pays, tandis que Ciudadanos s'effondre avec à peine 10 députés.

Sièges au Congrès des députés à l'issue des élections de novembre 2019.

Drapeau de l'Espagne Partis politiques nationaux :

Partis politiques régionaux :

Drapeau de l’Union européenne Élections européennes (dernières élections en 2019)

Institutions
Un article au hasard
Nous vous proposons de lire au hasard l'article :

« Raimon Obiols »

Vous pouvez aussi retenter votre chance.
Lumière sur une personnalité historique
Portrait de la personnalité évoquée.

Alberto Núñez Feijóo, né le à Ourense, est un homme politique espagnol, membre du Parti populaire (PP).

Haut fonctionnaire galicien entre 1991 et 1996, il passe les sept années suivantes dans la haute fonction publique espagnole. En 2003, il entre au gouvernement régional de Galice, dont il devient vice-président l'année suivante. Il prend, en 2006, la présidence du Parti populaire de Galice, qu'il amène à la victoire aux élections régionales de 2009. Il est alors investi président de la communauté autonome.

Lire la suite
Des élections marquantes
Carte des élections.

Les élections municipale de se tiennent le dimanche afin d'élire les 67 515 conseillers municipaux des 8 095 communes d'Espagne pour un mandat de quatre ans. Des élections dans 13 communautés autonomes se déroulent le même jour.

Avec 27 % des voix et 22 744 élus, le Parti populaire (PP) est le vainqueur du scrutin, devant le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) qui totalise 25 % des suffrages et 20 818 sièges. Bien que le PP vire en tête, il perd l'intégralité de ses victoires du précédent scrutin et de nombreux bastions du fait de l'alliance entre le PSOE, les listes citoyennes et les « marques blanches » issues du parti Podemos. L'arrivée au pouvoir de maires issus de la société civile ou de partis alternatifs au bipartisme — Manuela Carmena à Madrid, Joan Ribó à Valence ou Pedro Santisteve à Saragosse — fait naître l'expression de « mairies du changement » (en espagnol : ayuntamientos del cambio). À l'issue du scrutin, le Parti populaire perd la présidence de dix des 38 députations provinciales.

Lire la suite
Portails connexes
Projets Wikimédia associés
Wikimedia-logo.svg
Lien vers Wikimedia Commons

Wikimedia Commons
(Ressources multimédia)
Politique en Espagne


Lien vers Wikinews

Wikinews
(Actualités)
Politique en Espagne