Le projet « Espagne » est lié à ce portail
Le projet « Politique » est lié à ce portail

Portail:Politique en Espagne

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Portail  Portail    Projet  Projet    Index des articles  Index des articles    Le bar duCongrès des députés  Le bar du
Congrès des députés




Façade du Congrès des députés.
Portail de la politique en Espagne
2 344 articles sont actuellement liés au portail
Voir les dernières modifications

Élections • Institutions • Législatures • Partis • Personnalités


L'Espagne est une monarchie constitutionnelle à régime parlementaire dans laquelle le roi est le chef de l'État et le président du gouvernement le chef du gouvernement. Le pouvoir exécutif est exercé par le gouvernement. Le pouvoir législatif appartient aux Cortes Generales, composé du Congrès des députés élu et du Sénat élu et désigné. Le Tribunal suprême est la plus haute juridiction du pays.

L'actuelle constitution de l'Espagne a été approuvée par le Parlement le puis ratifiée par référendum le . Elle est entrée en vigueur le .

Depuis les années 1980, l'Espagne a engagé un processus de transfert des compétences de l'État central vers ses communautés autonomes ; processus qui n'est pas encore achevé.

L'Espagne est un pays multipartiste dans lequel deux partis principaux alternent au pouvoir depuis 1982 : le Parti populaire et le Parti socialiste ouvrier espagnol. Le scrutin proportionnel tend à favoriser l'un ou l'autre des principaux partis mais permet l'éclatement des forces politiques au Parlement. Les élections générales ont lieu au maximum tous les quatre ans.
.

Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Scrutins récents
Dernière procédure électorale Prochaine procédure électorale
PSOE (2015) Logo.png Flag of Catalonia.svg
1 mois et 7 jours depuis la ratification de Pedro Sánchez au poste de secrétaire général du PSOE. 68 jours avant le référendum sur l'indépendance de la Catalogne prévu pour le .
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Institutions
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Notions
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Élections et partis politiques
Flag of Spain.svg 1 an et 29 jours depuis les élections générales.

Lors des dernières élections générales, le , le Parti populaire a remporté un total de 137 sièges sur les 350 du Congrès des députés ; parvenant à constituer un gouvernement minoritaire soutenu ponctuellement par Ciudadanos, le Parti nationaliste basque et la Coalition canarienne.

Sièges au Congrès des députés à l'issue des élections de 2016.
Drapeau de l'Espagne Partis politiques nationaux 
Partis politiques régionaux 
Drapeau de l’Union européenne Élections européennes (dernières élections en 2014)
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Évènements
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Communautés autonomes
Flag of Catalonia.svg

La Constitution espagnole de 1978 déclare que l'Espagne est une nation indissoluble qui reconnaît et garantit le droit à l'autonomie des régions qui la constituent. On reconnaît à la Catalogne, comme au Pays basque et à la Galice, un statut particulier de « communauté historique ». Compte tenu de la capacité d'accéder à l'autonomie, cela a entraîné en 1979 le statut d'autonomie de la Catalogne. Dans un processus initié par l'Andalousie et achevé en 1985, les quatorze autres communautés autonomes ont obtenu leurs propres statuts d'autonomie. À partir de 2003, on enregistre une série d'amendements concernant les divers statuts d'autonomie (notamment, aux côtés de la Catalogne, ceux de l'Aragon, la Communauté valencienne, les îles Baléares et les îles Canaries).

Le statut d'autonomie de 1979 et l'actuel, approuvé en 2006, déclarent que la Catalogne, en tant que « nationalité » d'Espagne, exerce son autogouvernance comme une communauté autonome, conformément à la Constitution et au statut d'autonomie de la Catalogne, qui est un droit institutionnel de base.

Le préambule de 2006 sur le statut d'autonomie affirme que le Parlement a défini la Catalogne comme une nation, mais que la Constitution espagnole reconnaît la Catalogne comme une réalité nationale. Le préambule n'a pas de valeur juridique, donc le statut est le même que ce qu'il était en 1979, c'est-à-dire une communauté autonome. Bien que ce statut ait été approuvé à la fois par le Parlement catalan et par le Parlement espagnol et, plus tard, par un référendum en Catalogne, il a été juridiquement contesté par les Communautés autonomes environnantes de l'Aragon, des îles Baléares et par la Communauté valencienne, ainsi que par le Parti populaire. Les objections sont fondées sur divers aspects tels que le patrimoine culturel et le principe de « solidarité entre les régions ». En novembre 2008, le tribunal constitutionnel est chargé d'évaluer la constitutionnalité des articles en cause. Le 10 juillet 2010, elle récuse les nouveaux statuts comme non conformes à la constitution sur plusieurs points tels que les notions de nation, de justice autonome et la fiscalité. Cette décision entraîne une manifestation rassemblant plus d'un million de personnes le lendemain.

Lire la suite
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Communautés autonomes
Flag Ceuta.svg

La Constitution de autorise Ceuta à se constituer en une communauté autonome. Entre et , Ceuta n'a pas eu recours à cette disposition et constituait une commune de la province de Cadix. En , les Cortes Generales adoptent la loi organique accordant à Ceuta le statut de ville autonome (en espagnol : Ciudad Autónoma).

La gouvernance décentralisée de la ville repose sur deux organes :

  • l'Assemblée, constituée de 25 membres élus pour quatre ans et qui exerce le « pouvoir normatif » ;
  • le président, qui préside le conseil de gouvernement, l'Assemblée et exerce le rôle de maire.

Ceuta ne constitue donc pas une communauté autonome, à l'image de l'Andalousie, mais bénéficie d'institutions spécifiques, hybrides entre celles d'une ville et ceux d'une autonomie.

Avant l'entrée de l'Espagne dans ce qui était alors la Communauté européenne, en 1986, la ville avait eu le statut de port franc. L'enclave est incluse dans l'Union européenne.

Lire la suite
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Citation
Left pointing double angle quotation mark sh3.svg La politique est la science et l'art de proposer à la société le modèle qu'elle aime. Right pointing double angle quotation mark sh3.svg Julio Anguita le 23 mai 2004.
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Lumière sur une personnalité historique
Mariano Rajoy 2015 (cropped).jpg
Mariano Rajoy Brey [maˈɾjano raˈxoi βɾei] (né le à Saint-Jacques-de-Compostelle) est un homme d'État et politique espagnol, président du gouvernement depuis 2011.

Membre de l'Alliance populaire (AP), il est élu député de la province de Pontevedra en 1986, puis devient vice-président du gouvernement régional de Galice en 1987. En 1989, il est désigné secrétaire général de l'AP en Galice, avant d'être choisi, en 1990, comme vice-secrétaire général du nouveau Parti populaire (PP), successeur de l'AP.

À la suite de la victoire du PP aux élections générales anticipées de 1996, il est nommé ministre des Administrations publiques par José María Aznar. Désigné ministre de l'Éducation et de la Culture trois ans plus tard, il devient, après les élections générales de 2000, le bras droit d'Aznar, en tant que premier vice-président du gouvernement et ministre de la Présidence. En 2001, il passe au ministère de l'Intérieur, mais est rappelé à celui de la Présidence, qu'il cumule avec le poste de porte-parole du gouvernement, lors d'un important remaniement ministériel en .

En 2003, Aznar le choisit comme successeur et secrétaire général du PP. Il est toutefois défait par le Parti socialiste de José Luis Rodríguez Zapatero aux élections générales de 2004, devenant de ce fait chef de l'opposition. À nouveau battu aux élections générales de 2008, il remporte les élections générales anticipées de 2011 et devient alors président du gouvernement.

Lire la suite
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Des élections marquantes
SpainProvinceMapCongressA2015.png

Les élections générales espagnoles de 2015 (en espagnol : Elecciones generales de España de 2015) sont les élections des 350 membres du Congrès des députés et des 208 membres (sur 266) élus au suffrage direct du Sénat organisées le 20 décembre 2015 en Espagne. Ce sont les douzièmes élections générales depuis la transition démocratique.

Ces élections voient la disparition de la bipolarisation du système politique qui caractérisait l'Espagne depuis la transition démocratique. Au Congrès des députés, le Parti populaire (PP) arrive en tête avec 28,72 % des voix et obtient 123 sièges, mais il perd sa majorité absolue. Le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) est deuxième avec un score historiquement faible de 22,02 % des voix et 90 sièges. Podemos et Ciudadanos réalisent des scores élevés et obtiennent respectivement 69 et 40 sièges.

Au Sénat, le Parti populaire (PP) conserve une majorité absolue en obtenant 124 sièges. Le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) obtient 48 sièges et Podemos obtient 16 sièges.

Lire la suite
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Un article au hasard
Nous vous proposons de lire au hasard l'article :

« Directoire civil »

Vous pouvez aussi retenter votre chance.
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Articles promus
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Voir aussi
Sur les autres projets Wikimedia
Commons-logo.svg

Wikimedia Commons
(Ressources multimédia)
Politique de l'Espagne


Wikinews-logo.svg

Wikinews
(Actualités)
Politique espagnole


Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif