Pierre Montet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montet.
Pierre Montet
Égyptologue
Pays de naissance Drapeau de la France France
Naissance
Villefranche-sur-Saône (Rhône)
Décès
Paris (XIIIe)
Nationalité française

Pierre Montet est un égyptologue français, né le à Villefranche-sur-Saône (Rhône), décédé le à Paris (XIIIe).

Pierre Montet se consacre à l’égyptologie dès 1905 et travaille en 1910 à l’Institut français d'archéologie orientale du Caire, fouillant à Abou Rawash, au nord de Gizeh, puis en Moyenne-Égypte, où il explore les tombes des sites d’Assiout et de Béni-Hassan, puis dans les régions de montagnes désertiques du Ouadi Hammamat, en Haute-Égypte, sur le site des plus anciennes mines d’or entre le Nil et la mer Rouge.

Il exhume en 1923 dans la Nécropole royale de Jebail (Byblos), le sarcophage d'Ahiram qui présente pour la première fois 21 des 22 caractères de l'alphabet phénicien. Ces inscriptions dans leurs formes sont l'exemple le plus ancien de l'alphabet phénicien et le prototype de tous les alphabets actuels.

Masque mortuaire en or de Psousennès Ier découvert sur sa momie à Tanis par Pierre Montet en 1940.

Montet se préoccupe de retrouver en Égypte même les vestiges de la présence des Hébreux sous les Ramessides. Il décide alors de fouiller dans le delta. Son choix se porte sur le site de Tanis, encore mal connu et que l’on a longtemps confondu avec la cité de Pi-Ramsès. Ses découvertes capitales, faites entre 1939, 1940 et 1946, lui vaudront les plus grands honneurs de la communauté scientifique.

Il met au jour plusieurs tombes inviolées de pharaons et dignitaires de l'Égypte antique : les pharaons Heqakheperrê Setepenrê Sheshonq II (XXIIe dynastie) en mars 1939, puis Psousennès Ier (XXIe dynastie) en février 1940, ainsi que celle du général Oundebaouended, contemporain de Psousennès Ier en 1946. Ces tombes inviolées renfermaient un trésor d'une exceptionnelle valeur, comparable au trésor de Toutânkhamon.

Ce trésor de Tanis est exposé principalement au musée égyptien du Caire. De nombreuses pièces issues des fouilles de la mission Montet sont visibles au musée du Louvre.

Il est appelé à enseigner au Collège de France, est élu à l’Institut de France (Académie des inscriptions et belles-lettres) qu'il préside en 1963, année du tricentenaire de cette institution.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Scènes de la vie privée dans les tombeaux égyptiens de l'Ancien Empire, n°24, publication de la faculté des lettres de Strasbourg, Paris, 1925.
  • Byblos et l'Égypte, quatre campagnes de fouilles à Gebeil, 1921-1922-1923-1924, n°11, Bibliothèque archéologique et historique, Paris, 1928.
  • Les nouvelles fouilles de Tanis, n°20, publication de la faculté des lettres de Strasbourg, Paris, 1933.
  • Le drame d'Avaris, P. Geuthner, Paris, 1941.
  • Tanis, douze années de fouilles dans une capitale oubliée du delta égyptien, Payot, Paris, 1942.
  • La vie quotidienne en Égypte - au temps des Ramsès, Éd. Hachette, 1946, Paris.
  • Avec A. Lézine, P. Amiet et E. Dhorme, La nécropole royale de Tanis, 1947-1960, en trois grands volumes décrivant tous les objets exhumés.
  • Isis, ou, À la recherche de l'Égypte ensevelie, Hachette, Paris, 1956.
  • Géographie de l'Égypte ancienne, Ire partie, To-mehou, la Basse Égypte, Lib. C.Klincksieck, Paris, 1957.
  • Lettres de Tanis, 1939-1940, la découverte des trésors royaux, présentées par sa fille Camille Montet Beaucour, Éd. du Rocher, Monaco, (posthume) 1998.

Sur les autres projets Wikimedia :