Star Trek, le film

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Star Trek (homonymie).
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne le film de 1979. Pour le film de 2009, voir Star Trek (film, 2009).

Star Trek, le film

Titre original Star Trek: The Motion Picture
Réalisation Robert Wise
Scénario Alan Dean Foster
Harold Livingston
Gene Roddenberry
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Science-fiction
Sortie 1979
Durée 126 minutes (version cinéma)
131 minutes (Director's cut)

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Star Trek, le film est un film américain de science-fiction réalisé par Robert Wise et sorti en 1979. C'est le premier film sorti sur grands écrans adapté de l'univers Star Trek, créé par la série télévisée du même nom diffusée à partir de 1966.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Une entité extraterrestre apparemment hostile, et maître d'une nuée se développant sur plus de 80 unités astronomiques, se dirige tout droit vers la Terre. L'Amiral Kirk est chargé par Starfleet de reconnaître l'entité et évaluer la menace. Il reprend alors les commandes de l'USS Enterprise, qu'il avait abandonnées à la suite de sa promotion, et découvre un vaisseau entièrement remodelé. Le capitaine Will Decker, évincé de son commandement, accepte néanmoins de le seconder grâce à sa connaissance des modifications apportées au vaisseau. Sur la route d'interception de l'entité, l’Enterprise accueille Spock qui revient de sa retraite sur Vulcain. Spock a été en contact mental avec l'entité, qui se fait appeler V'Ger.

Quand l'Enterprise entre dans la nuée, son équipage découvre une masse phénoménale de connaissances, accumulée par V'Ger au cours de son voyage. V'Ger désigne l'équipage comme étant des « unités carbone » et en tue une, le lieutenant Ilya (qui avait eu une histoire très forte avec Decker plusieurs années auparavant) pour mieux les examiner. Malgré toute sa volonté, Kirk ne peut que tenter de comprendre ce que veut V'Ger, car la survie de son vaisseau n'est soumise qu'au bon vouloir de l'entité. Celle-ci finit par révéler qu'elle retourne sur Terre pour retrouver le Créateur, et se joindre à lui.
On découvre que V'Ger est une machine résultant de l'ancienne sonde VOYAGER VI lancée à la fin du vingtième siècle par les humains. Lors du passage du temps de la sonde dans l'espace, seules les lettres V GER sont demeurées.
V'Ger comprend alors que les « unités carbone » sont son Créateur et demande à fusionner avec elles. Le capitaine Decker se sacrifie donc afin que V'Ger (qui a pris l'apparence du lieutenant Ilia) puisse fusionner avec lui.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Légende : Doublage de la version cinéma (1980) / Doublage de la version Director's cut (2000)

Production[modifier | modifier le code]

Génèse du projet[modifier | modifier le code]

Lorsque la série originale s'arrête en 1969, Paramount Pictures décide de lancer, à la demande des fans, un projet intitulé Star Trek, Phase II pour la télévision. Cette nouvelle série réunirait la même équipe d'acteurs à l'exception de Leonard Nimoy qui s'est juré de ne plus jamais porter les oreilles pointues de M. Spock. En guise d'épisode pilote, le scénariste Harold Livingstone imagine l'histoire d'une sonde qui aurait disparu après son lancement, aurait été recueillie par une sorte de planète-machine et serait devenue très puissante et très dangereuse. Pour compenser l'absence de Spock, l'équipage de l'Enterprise se voit affublé d'un nouveau personnage : Xon, un être 100% vulcain (Spock n'étant que vulcain par son père et humain par sa mère) qui ne dégage aucune émotion. au fil des années, le projet passe du stade de série télévisée à celui de film à petit budget.

Pré-production[modifier | modifier le code]

En 1977, suite à l'énorme succès de La Guerre des étoiles, Paramount ressort le projet Star Trek, Phase II et envisage finalement d'en faire une adaptation pour le grand écran. Harold Livingstone et Alan Dean Foster décide d'utiliser le concept de la sonde disparue. Celle-ci devient V'Ger et menace de détruire la Terre s'il n'obtient pas d'information.

Robert Wise, deux fois lauréat de l'Oscar du meilleur réalisateur, est choisi pour réaliser le film.

Casting[modifier | modifier le code]

Les acteurs de la série originale reprennent leurs rôles respectifs avec un grand enthousiasme. Jeffrey Katzenberg, producteur exécutif du film, parvient à convaincre Leonard Nimoy à reprendre son rôle de M. Spock. À cette équipe se joignent deux nouvelles recrues : L'actrice indienne Persis Khambatta qui campe le lieutenant Ilia et Stephen Collins celui du jeune et fougueux capitaine Decker. David Gautreaux, qui devait à l'origine tenir le rôle de Xon, est finalement engagé pour celui du commandant Branch qui n'apparaît qu'au début du film.

Tournage[modifier | modifier le code]

Le film se tourne dans les mêmes décors que la série, ceux-ci ayant tout de même été modernisés. Pour éviter de reproduire les mêmes effets spéciaux kitsch avec jadis des petites maquettes, la production favorise la construction d'une nouvelle maquette de l'Enterprise dans un format plus grand (environ 2m70 de long), plus sophistiqué et surtout possible à filmer sous des angles plus divers.

Montage[modifier | modifier le code]

Le calendrier étant très serré pour une sortie prévue en fin d'année, l'équipe d'effets spéciaux, dirigée par Douglas Trumbull, s'approprie les rushes une fois les prises filmées afin de rajouter sur les fonds bleus divers effets de lumières essentiellement par Rotoscopie.

Musique[modifier | modifier le code]

Les producteurs font appel à Jerry Goldsmith, tout juste oscarisé pour sa participation sur le film de Richard Donner La Malédiction. Lorsque Goldsmith présente une première version de la musique pour le film, Robert Wise n'est pas très emballé et demande alors un remaniement pour mieux correspondre à ses « visions de navire ». Il insiste également pour qu'il y ait un thème principal au film, un élément que le compositeur avait omis jusque là.

Sortie[modifier | modifier le code]

Le film est présenté en avant-première à Washington alors qu'il n'a subi aucune projection-test. Il sort dans les salles le et est un succès immédiat.

Version Director's cut[modifier | modifier le code]

En 1999, Robert Wise contacte la Paramount et propose de retravailler le montage du film. Une nouvelle génération d'informaticiens améliore des séquences par ordinateur comme celle sur la planète Vulcain, qui comporte désormais un ciel et des statues gigantesques, et celle de l'arrivée de la navette de Kirk à la Fédération des Planètes qui possède cette fois-ci des vues futuristes de la ville de San Francisco.

Cette version contient également de nouveaux éléments importants comme Ilia se servant de son pouvoir pour soulager la douleur de Chekov, après que celui-ci se soit brûlé le bras en recevant une décharge électrique, ou encore M. Spock pleurant pour l'avenir de V'Ger.

Les génériques de début et de fin ont eux-aussi subi des modifications : ils contiennent un arrière plan avec les étoiles défilant vers l'avant. Quant aux inscriptions jadis blanches, elles sont été colorisées en couleur dorée.

Pour la version française, le film a été entièrement redoublé.

Héritage[modifier | modifier le code]

Le succès du film a ouvert la voie à de nombreuses suites et de séries télévisées telles que Star Trek : La Nouvelle Génération ou encore Star Trek : Deep Space Nine.

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays / Région Box-office Nbre de sem. Classement TLT[4] Source
Paris 178 584 entrées 3 sem. - Box-office stars[1]
Drapeau de la France France 694 042 entrées - - JP box-office[5]
Drapeau des États-Unis États-Unis 82 258 456 dollars - Box Office Mojo[1]
Alt=Image de la Terre Mondial 138 958 456 dollars - JP box-office[5]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Source [6]:

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Pour les biens de son personnage, Persis Khambatta a subi 1h30 à 2 heures de maquillage par jour, visant à se faire tondre le crâne et tartiner celui-ci de fond de teint.
  • Lorsqu'il s'est engagé sur le film, Stephen Collins était d'avantage motivé par l'idée de travailler avec Robert Wise que de faire Star Trek.
  • Pour la séquence de la rencontre avec V'Ger, les acteurs du film ont eux-même proposé au réalisateur comment ils joueraient leur scène.
  • Le film a connu un premier remontage pour sa première diffusion à la télévision en 1983.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Box-office - Box Office Mojo
  2. Dates de sortie - Internet Movie Database
  3. (fr) Box-office Paris du 19/03/80 au 25/03/80 sur Boxofficestars.com
  4. Tous les temps - All Time
  5. a et b Fiche box-office - JP box-office
  6. (en) Distinctions - Internet Movie Database