Star Trek 3 : À la recherche de Spock

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Star Trek (homonymie).

Star Trek 3 :
À la recherche de Spock

Titre original Star Trek III: The Search for Spock
Réalisation Leonard Nimoy
Scénario Harve Bennett
Acteurs principaux
Sociétés de production Cinema Group Ventures
Paramount Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre science-fiction
Sortie 1984
Durée 105 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Star Trek 3 : À la recherche de Spock (Star Trek III: The Search for Spock) est un film américain de science-fiction réalisé par Leonard Nimoy et sorti en 1984. Il fait suite à Star Trek 2 : La Colère de Khan.

Synopsis[modifier | modifier le code]

De retour sur Terre, après la terraformation de la planète Genesis, Kirk apprend que l'USS Enterprise va être démantelé car trop vieux pour être réparé. L'équipage, profondément marqué par la disparition de Spock, comme l'évoque le poignant éloge funèbre, sera probablement réaffecté sur d'autres vaisseaux.

Sarek, le père de Spock, annonce à Kirk que son fils ne se serait pas laissé mourir sans transmettre son âme, le Katra, fut-ce à un humain. Grâce à la fusion mentale, le Vulcain découvre que Kirk n'est pas le dépositaire de l'esprit de son ami. En fait, c'est le docteur McCoy qui abrite l'âme de Spock ce qui expliquerait le comportement étrange du médecin depuis leur retour de Genesis.

Kirk n'obtient pas l'autorisation de Starfleet pour sauver ses deux amis, Spock qui ne serait pas « totalement » mort et McCoy qui risque de tomber dans la folie, car la planète est considérée en zone interdite. Et c'est un sujet interdit.

« Genesis est au centre d'une controverse galactique. Jusqu'à ce qu'elle ait pris fin vous ne devez parler à personne de ce que vous savez de Genesis. Genesis est en quarantaine. »[1]

Cette prudence semble justifiée, car un commandant Klingon, Kruge, se montre particulièrement intéressé par Genesis, persuadé que la technologie ayant permis de la rendre vivable peut servir d'arme.

Pendant ce temps, l'USS Grissom, le seul vaisseau autorisé par Starfleet à s'approcher du nouveau monde repère une masse métallique. Il s'agit du cylindre à photons ayant servi de sarcophage pour Spock. Des signes de vie animale sont détecté à proximité du cylindre qui s'est posé en douceur sur la planète. David, le fils de Kirk et créateur du programme Genesis se téléporte à la surface de Genesis en compagnie de Saavik pour en découvrir la source. En plus d'un microbe ayant exagérément évolué, les deux scientifiques découvrent que le cercueil ouvert de Spock ne contient que sa tunique funéraire. Un peu plus loin, un cri attire leur attention.

Avec l'aide de ses fidèles compagnons, Uhura, Scotty, Sulu et Chekov, Kirk vole l' Enterprise pour aller chercher le corps de Spock sur la planète Genesis et le ramener avec McCoy au Mont Seleya sur Vulcain. Uhura envoie « dans le placard »[1] le contrôleur de dock afin de libérer l'Enterprise et Scotty ira jusqu'à saboter l' USS Excelsior (NCC-2000) qui doit prendre l'Enterprise en chasse (« Plus la plomberie est délicate, plus elle est facile à boucher »[1]).

Pendant que David et Saavik découvrent que l'effet Genesis a régénéré les cellules de Spock qui est âgé à ce moment entre 8 et 10 ans terriens, l' USS Grissom est détruit par l'oiseau de proie commandé par Kruge.

Toutes les anomalies qui se produisent sur la nouvelle planète sont dues à l'utilisation de protomatière, illégalement utilisée par David. À cause de ce produit instable, « Genesis vieillit par à-coups, et Spock avec elle »[1]. Ainsi, Saavik doit aider l'adolescent à passer le Pon farr, une pénible fièvre sexuelle qui terrasse tous les sept ans les Vulcains mâles.

Lorsque l'Entreprise arrive, trop tard, sur les lieux du drame, il est incapable de tenir tête dans un combat contre le vaisseau Klingon. Kirk joue de son célèbre « bluff » pour déstabiliser Kruge, mais ce dernier joue avantageusement sa partie en ayant capturé Saavik, Spock et David, puis en tuant ce dernier qui s'est sacrifié à la fois pour sauver les Vulcains et pour « payer » ses erreurs quant à l'expérience truquée de Genesis.

Kirk, est acculé à auto détruire son vaisseau afin, comme le dira McCoy, de « transformer la mort en une chance de vivre »[1]. En effet, après une lutte acharnée sur la planète qui se meurt, Kirk retourne la situation et fuit Genesis avec son équipage, Saavik et Spock à bord de l'oiseau de proie de Kruge qui avait payé de sa vie son entêtement à obtenir le secret de Genesis.

Le film se termine sur la « résurrection » de Spock au cours de le cérémonie du Fal-Tor-Pan. Mais Kirk aura payé un lourd tribut pour remplir son devoir vis-à-vis de son ami : il aura perdu son fils et son astronef ; de plus, en désobéissant à sa hiérarchie, il sera devenu un déserteur de Starfleet (« Faites ça, et votre carrière est finie ! »[1]). Cependant, lorsque Sarek le lui fait remarquer, Kirk se contentera de lui répondre : « Si je ne l'avais pas fait, c'est mon âme qui serait morte. » [1].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Drapeau des États-Unis États-Unis : 1er juin 1984
Drapeau de la France France : 13 février 1985

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

Après le succès critique et commercial de Star Trek 2 : La Colère de Khan (1982), les dirigeants de Paramount Pictures souhaitent rapidement mettre en chantier une suite. Réalisateur du précédent film, Nicholas Meyer ne souhaite pas rempiler car il n'a pas accepté les changements opérés sans son accord[3]. Le poste de réalisateur est proposé à James Goldstone[4], qui le refuse. Enthousiasmé par le projet, Leonard Nimoy accepte d'endosser à nouveau son rôle de Spock à la seule condition qu'il puisse réaliser le film[5]. D'abord récitent, le chef de la Paramount Michael Eisner se laisse finalement convaincre[6].

Harve Bennett avait été chargé d'écrire ce 3e film, dès le premier jour d'exploitation de Star Trek 2 : La Colère de Khan[7]. Ils décident d'utiliser le dernier contact entre Spock et McCoy à la fin de La Colère de Khan pour justifier la « renaissance » de Spock[6]. L'idée du katra vulcain est suggérée par Leonard Nimoy, qui se réfère à l'épisode Le mal du pays de la série originale (saison 2, épisode 1)[8].

À l'origine, les Romuliens devaient être les antagonistes, mais Leonard Nimoy et la Paramount préfèrent les Klingons[5]. De plus, la recherche de Genesis par les Klingons est mise en parallèle avec la recherche à l'armement nucléaire effectuée par l'URSS à cette époque[6].

Le script est finalisé en 6 semaines[6]. Le budget de production est alors estimé à 16 millions de dollars[9], supérieur à celui du 2e film mais bien loin du budget excessif du premier film.

Casting[modifier | modifier le code]

Edward James Olmos était le choix original de Leonard Nimoy pour le rôle de Kruge. Cependant, Harve Bennett lui préfère Christopher Lloyd[4].

Kirstie Alley, qui incarnait Saavik dans La colère de Khan (1982), n'a pas voulu reprendre le rôle, par peur d'être cataloguée. Leonard Nimoy rencontre alors Robin Curtis, qui est engagée le lendemain[4].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage a lieu du 15 août 1983 au 20 octobre 1983[10]. Il débute dans les Paramount Studios[11].

Durant le tournage dans les Paramount Studios, un important incendie s'est déclaré. William Shatner aurait sauvé de nombreuses personnes avant l'arrivée des secours[5].

Musique[modifier | modifier le code]

Star Trek III: The Search for Spock
Original Motion Picture Soundtrack

Bande originale de James Horner
Sortie 1984
Durée 46:15
Genre musique de film
Label GNP Crescendo Records
Critique

Bandes originales de Star Trek

James Horner compose la musique du film, après avoir composé celle de Star Trek 2 : La Colère de Khan. Le réalisateur Leonard Nimoy voulait cependant engager son ami Leonard Rosenman mais se dit que la présence de James Horner assurera la continuité avec le film précédent. Leonard Rosenman se chargera finalement de la musique de Star Trek 4 : Retour sur Terre[13]. James Horner adapte ici la musique du ballet Roméo et Juliette de Sergueï Prokofiev[14].

Liste des titres[modifier | modifier le code]

  1. Prologue and Main Title - 6:27
  2. Klingons - 5:55
  3. Stealing the Enterprise - 8:33
  4. The Mind Meld - 2:30
  5. Bird of Prey Decloaks - 3:37
  6. Returning to Vulcan - 4:49
  7. The Katra Ritual - 4:29
  8. End Title - 6:12
  9. The Search for Spock - 3:43

Nominations[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Le film est un succès mitigé au box-office américain. C'est le 7e de la saga sur 12 en termes de recettes en Amérique du Nord[16].

Pays / Région Box-office Nombre de semaines Classement TLT[17] Source
Drapeau : France Paris 33 300 entrées - - JP box-office[18]
Drapeau de la France France 108 669 entrées - - JP box-office[18]
Drapeau des États-Unis États-Unis 76 471 046 dollars 8[19] - Box Office Mojo[20]
Alt=Image de la Terre Mondial 87 071 046 dollars - JP box-office[18]

Clins d'œil[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Dans le script français.
  2. (en) Dates de sortie sur l’Internet Movie Database
  3. Terry Lee Rioux 2005, p. 250.
  4. a, b, c et d (en) Anecdotes sur l’Internet Movie Database
  5. a, b et c « Secrets de tournage », sur AlloCiné.fr (consulté le 3 février 2014)
  6. a, b, c et d Harve Bennett, Leonard Nimoy et William ShatnerStar Trek III: The Search for Spock, Special Collector's Edition: Captain's Log [DVD - disque 2/2]. Paramount Pictures.
  7. Terry Lee Rioux 2005, p. 251.
  8. Terry Lee Rioux 2005, p. 255.
  9. Fischer, op. cit., p. 34.
  10. (en) Business sur l’Internet Movie Database
  11. (en) Lieux de tournage sur l’Internet Movie Database
  12. (en) James Horner - Star Trek III: The Search for Spock (Original Soundtrack) - Allmusic.com
  13. Bond (2010), op. cit., p. 7.
  14. Bond (1999), op. cit., p. 114.
  15. (en) Distinctions sur l’Internet Movie Database
  16. (en) Box-office US de la saga Star Trek - Box Office Mojo.com
  17. Tous les temps - All Time
  18. a, b et c Fiche box-office - JP box-office
  19. (en) Box-office US par semaine - Box Office Mojo.com
  20. (en) Box-office - Box Office Mojo

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Jeff Bond, The Music of Star Trek, Lone Eagle Publishing Company,‎ 1999 (ISBN 1-58065-012-0)
  • (en) Jeff Bond et Lukas Kendall, Notes de l'album - Star Trek III: The Search for Spock Expanded Original Motion Picture Soundtrack, Retrograde Records,‎ 2010, disque compact
  • (en) Bob Fisher, « Director Leonard Nimoy focuses on 'Star Trek III: The Search for Spock », On Location: the Film and Videotape Production Magazine, vol. 7, no 12,‎ avril 1984, p. 34–40
  • (en) Terry Lee Rioux, From Sawdust to Stardust: The Biography of DeForest Kelley, Pocket Books,‎ 2005 (ISBN 0-7434-5762-5)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :