Star Trek : Générations

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Star Trek (homonymie).

Star Trek : Générations

Titre original Star Trek: Generations
Réalisation David Carson
Scénario Ronald D. Moore
Brannon Braga
Sociétés de production Paramount Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Science-fiction
Sortie 1994
Durée 117 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Star Trek : Générations (Star Trek: Generations) est un film américain de science-fiction réalisé par David Carson et sorti en 1994.

7e film de la saga Star Trek, Star Trek : Générations constitue une transition entre l'équipage de la série originale et celui de La Nouvelle Génération. En effet, c'est la dernière apparition du capitaine Kirk, secondé par Scotty et Chekov.

Le remaniement de l'équipe s'explique par le fait que les studios Paramount Pictures ont souhaité que le film soit compréhensible par les non-initiés, et donc simplifié sur de nombreux points et en particulier la rencontre entre le capitaine James Kirk et le capitaine Jean-Luc Picard[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Les officiers de Starfleet à la retraite James T. Kirk, Montgomery Scott et Pavel Chekov sont invités à l'inauguration du nouveau vaisseau : l’Enterprise NCC-1701-B. Lors de la parade le navire reçoit un appel de détresse de deux vaisseaux transportant des réfugiés El-Aurian dont la planète vient d'être ravagée par les Borgs pris au piège dans le Nexus, un ruban énergétique mystérieux. L'opération de sauvetage tourne mal: seulement 47 personnes sauvées. Parmi elles un scientifique El-Aurian, Tolian Soran. Si l'Enterprise B est sauvée, le capitaine Kirk est porté disparu et considéré comme mort au combat.

Soixante-dix huit ans plus tard, les membres de l'équipage de l’Enterprise NCC-1701-D, dirigé par le capitaine Jean-Luc Picard, sauvent (de nouveau) Tolian Soran de la destruction de sa base stellaire. Ce dernier fera tout pour faire aboutir son plan qui vise à le faire retourner dans ce mystérieux ruban énergétique - en fait une porte vers une nouvelle dimension appelée Nexus - et qui rend inévitable la destruction de l’USS Enterprise et de deux systèmes solaires, ainsi que la mort de millions de personnes. Dans sa course contre le temps pour arrêter Soran, le Capitaine Picard recevra l'aide de la dernière personne à laquelle il s'attendait...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Coproducteur : Peter Lauritson
Producteur délégué : Bernard Williams
Drapeau des États-Unis États-Unis : 18 novembre 1994
Drapeau de la France France : 29 mars 1995

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

Après la sortie de Star Trek VI : Terre inconnue en 1991, il est envisagé de produire un nouveau film en y incluant les personnages de la série Star Trek : La Nouvelle Génération, diffusée dès 1987 à la télévision. La Paramount approche alors le producteur de la série, Rick Berman, pour produire un nouveau film Star Trek[4]. Rick Berman approche Ronald D. Moore et Brannon Braga en leur précisant que le studio a approuvé un deal de deux films. Les deux scénaristes pensaient que Rick Berman leur avait donner rendez-vous pour leur annoncer que Star Trek : La Nouvelle Génération allait être annulée. Leur première ébauche de script est finalisée en juin 1992[5].

Rick Berman pense que le film peut servir de passage de relai entre les personnages de la série originale et Star Trek : La Nouvelle Génération[4]. Dans le script initial, les personnages de la série originale n'apparaissaient que durant le prologue avec le personnage de Guinan pour servir de lien. La question de la mort du Capitaine Kirk a longtemps été débattue, après que l'idée de faire mourir un personnage de La Nouvelle Génération soit refusée. Le studio et William Shatner suivent alors de très prêt l'évolution de l'écriture[5].

En mars 1994, le script est remanié avec notamment une séquence dans laquelle John Harriman entraîne ses prédécesseurs sur l’Enterprise B. L'histoire personnelle de Jean-Luc Picard est ensuite ettofée, à la demande de Patrick Stewart, pour être plus dramatique et touchante[6].

Alors que la production cherche un réalisateur, Leonard Nimoy décline l'offre et refuse également de reprendre son rôle de Spock[5]. Le Britannique David Carson est alors choisi, malgré son inexpérience au cinéma (il avait cependant déjà mis en scène des épisodes de Star Trek : La Nouvelle Génération et Star Trek: Deep Space Nine[7]).

Casting[modifier | modifier le code]

Leonard Nimoy a refusé de reprendre son rôle de Spock, notamment après avoir lu le script : il a l'impression que les dialogues liés au personnage pourraient être prononcés par n'importe quel autre. Le texte de Spock sera finalement pour le personnage de Scotty[8]. DeForest Kelley devait quant à lui reprendre son rôle de Leonard McCoy. Mais en raison de sa santé, il ne peut obtenir l'assurance obligatoire pour tourner. Ses dialogues sont alors incorporés à ceux de Pavel Chekov[8].

Les producteurs ont demandé à George Takei de reprendre son rôle de Hikaru Sulu. Mais il trouve que le personnage n'est pas assez exploité et refuse de revenir. Jacqueline Kim incarne alors sa fille Demora, qui reprend le texte prévu pour Hikaru Sulu[8].

Tournage[modifier | modifier le code]

Lady Washington a servi pour une recréation en holodeck.
La Valley of Fire, dans le Nevada, a servi pour la planète Veridian III.

Le tournage débute alors que celui de la septième et dernière saison de Star Trek : La Nouvelle Génération a lieu. Les scènes sans les acteurs principaux de La Nouvelle Génération sont tournées en premier. L'épisode final de la série est diffusé aux États-Unis le 23 mai 1994, soit quelques mois avant la sortie en salles de Star Trek : Générations[9].

Pour la cérémonie de promotion de l’Enterprise B en holodeck, le Lady Washington est utilisé, et certains membres de son équipage apparaissent même dans le film[10].

Le “climax” du film sur Veridian III est tourné pendant une dizaine de jours dans la Valley of Fire près de Las Vegas. Le tournage y a été rude, en raison de fortes chaleurs, surtout pour William Shatner portant un costume assez épais[11].

D'autres scènes sont tournées à Pasadena, Alabama Hills, Palmdale et dans les Paramount Studios de Los Angeles[12].

Musique[modifier | modifier le code]

Star Trek: Generations
Original Motion Picture Soundtrack

Bande originale de Dennis McCarthy
Sortie 7 décembre 1994[13]
Durée 60:43[13]
Genre musique de film
Format CD, cassette audio[14]
Label GNP Crescendo Records[13]
Critique

Bandes originales de Star Trek

Dennis McCarthy compose la bande originale. C'est sa première contribution à la saga ; il retravaillera sur la Star Trek: Voyager l'année suivante.

Liste des titres[modifier | modifier le code]

  1. Star Trek Generations Overture* 4:14[13]
  2. Main Title* 2:53
  3. The Enterprise-B* / Kirk Saves the Day 3:13
  4. Deck 15* 1:41
  5. Time Is Running Out 1:12
  6. Prisoner Exchange 2:57
  7. Outgunned 3:21
  8. Out of Control / The Crash 2:07
  9. Coming To Rest :57
  10. The Nexus / A Christmas Hug 7:07
  11. Jumping the Ravine 1:37
  12. Two Captains* 1:32
  13. The Final Fight 6:15
  14. Kirk's Death* 2:45
  15. To Live Forever* 2:42
    Effets sonores
  16. Enterprise-B Bridge 3:13
  17. Enterprise-B Doors Open 0:13
  18. Distress Call Alert 0:10
  19. Enterprise-B Helm Controls 0:16
  20. Nexus Energy Ribbon 1:38
  21. Enterprise-B Deflector Beam 0:08
  22. Enterprise-B Warp Pass-By 0:14
  23. Enterprise-D Transporter 0:12
  24. Tricorder 0:30
  25. Hypo Injector 0:03
  26. Communicator Chirp 0:06
  27. Door Chime 0:07
  28. Enterprise-D Warp Out #1 0:22
  29. Bird of Prey Bridge/Explosion 2:51
  30. Klingon Sensor Alert 0:08
  31. Bird of Prey Cloaks 0:04
  32. Bird of Prey De-Cloaks 0:10
  33. Klingon Transporter 0:12
  34. Soran's Gun 0:11
  35. Soran's Rocket De-Cloaks 0:05
  36. Shuttlecraft Pass-By 0:21
  37. Enterprise-D Bridge/Crash Sequence 3:21
  38. Enterprise-D Warp Out #2 0:09

* = contient le thème de Star Trek composé par Alexander Courage[13]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • ASCAP Film and Television Music Awards 1995 : prix ASCAP top box-office pour Dennis McCarthy[15]
  • Sci-Fi Universe Magazine 1995 : prix des lecteurs pour le meilleur scénario

Nominations[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

C'est l'un des moins bons films de la saga au box-office, arrivant 8e sur 12[16].

Pays / Région Box-office Nombre de semaines Classement TLT[17] Source
Paris 61 897 entrées - - JP box-office[18]
Drapeau de la France France 220 935 entrées - - JP box-office[18]
Drapeau des États-Unis États-Unis 75 671 125 dollars - Box Office Mojo[2]
Alt=Image de la Terre Mondial 119 912 463 dollars - JP box-office[18]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Nemecek 2003] (en) Larry Nemecek, Star Trek: The Next Generation Companion, Pocket Books,‎ 2003 (ISBN 0-7434-5798-6)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir les bonus de l'édition collector en DVD
  2. a et b (en) Box-office - Box Office Mojo
  3. (en) Dates de sortie sur l’Internet Movie Database
  4. a et b Nemecek 2003, p. 308.
  5. a, b et c Nemecek 2003, p. 309.
  6. Nemecek 2003, p. 310.
  7. (en) David Carson sur l’Internet Movie Database
  8. a, b et c (en) Anecdotes sur l’Internet Movie Database
  9. Nemecek 2003, p. 307.
  10. Nemecek 2003, p. 316.
  11. Nemecek 2003, p. 315.
  12. (en) Lieux de tournage sur l’Internet Movie Database
  13. a, b, c, d et e (en) Star Trek: Generations - star trek soundtracks.com
  14. a et b (en) Dennis McCarthy - Star Trek: Generations (Original Motion Picture Soundtrack) - Allmusic.com
  15. (en) Awards - Internet Movie Database
  16. (en) Box-office US de la saga Star Trek - Box Office Mojo.com
  17. Tous les temps - All Time
  18. a, b et c Fiche box-office - JP box-office