Ulrich Zwingli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ulrich Zwingli

Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de Zwingli, peinture à l'huile de Hans Asper (en), 1531 ; Kunstmuseum Winterthour.

Nom de naissance Huldreich Zwingli
Activités Réformateur protestant
Théologien
Pasteur
Homme de lettres
Naissance 1er janvier 1484
Wildhaus (Toggenbourg)
Décès 11 octobre 1531
Kappel am Albis
Langue d'écriture Allemand
Mouvement Réforme protestante
Genres Exégèse
Prédication

Œuvres principales

95 Thèses (1523)

Ulrich Zwingli — on trouve aussi Huldreich Zwingli et Huldrych Zwingli, et même Zwingle, Zvingle ou Hulking Twinkle, ou encore Zuingle Haudry, en francisant — est un réformateur protestant suisse, né à Wildhaus (canton de Saint-Gall) le 1er janvier 1484 et décédé le 11 octobre 1531 à Kappel am Albis (canton de Zurich).

Très présent dans la société, il est un des principaux artisans des différentes tentatives de convertir, y compris militairement, la Suisse à la Réforme. En 1523, il parvient à faire adopter la Réforme par le canton de Zurich, premier canton à le faire. Il est, depuis Zurich, à l'origine des Églises réformées de Suisse alémanique, tandis que Guillaume Farel et Jean Calvin sont les principaux réformateurs en Suisse romande. Il est l'une des références historiques du protestantisme libéral.

Après un ministère fructueux à Glaris et à Einsiedeln, où il combattit la mariolâtrie, Zwingli fut appelé comme prédicateur à Zurich. Logicien rigoureux, il alla plus loin que Luther en ce sens que, selon lui, ce qui n'était pas enseigné dans la Bible devait être aboli : la Cène représentait un mémorial, sans présence réelle du Christ, et les images, qu'il considérait comme des idoles, devaient être enlevées des églises. Enfin, l'ancienne liturgie devait être remplacée.

Biographie[modifier | modifier le code]

Moments clés de sa vie[modifier | modifier le code]

  • 1502 : S'inscrit à l'université de Bâle où il obtient le grade de maître en arts.
  • 1506 : Achève ses études de théologie et est ordonné prêtre à Constance.
  • 1506-1516 : Curé de Glaris. Ses sermons anti-mercenariat ne plurent pas à la communauté rurale.
  • 1516-1518 : Chapelain de l'abbaye d'Einsiedeln (Notre-Dame des Ermites).
  • 1512 : Comme aumônier militaire des Suisses à la solde du pape, il participe aux batailles de Novare (1513) et de Marignan 1515.
  • 1513 : Apprend le grec.
  • 1516 : Rencontre Érasme et l'imprimeur Froben à Bâle.
  • Fin 1518 : Il est appelé comme prédicateur de la collégiale de Zurich.
  • 1519 : 1er janvier. Zwingli prêche pour la première fois à la Grossmünster de Zürich. Marqué par l'épidémie de peste qui décime plus du tiers des habitants de la ville cette année-là[1], il approfondit sa foi et devient peu à peu un authentique réformateur.
  • 1519 : Devient curé de Zurich.
  • 1520 : Renonce volontairement à sa pension papale.
  • 1522 : 16 mai. Par la publication de Vermahnung an die zu Schwyz, dass sie sich vor fremden Herren hutend, Zwingli commence à se faire connaitre en dehors de Zurich.
  • 1523 : Il passe définitivement à la Réforme avec la rédaction des 67 Thèses (les Schlussreden) qu'il rédige pour participer à la première dispute de Zurich qui se tient le 29 janvier. Dès lors Zwingli va tout faire pour que Zurich devienne une cité réformée.
  • 1524 : Épouse la veuve Anna Reinhart. Ils auront quatre enfants.
  • 1525 : septembre. Zurich abolit la messe. Berne l'interdit en 1528, Bâle et Glaris en feront de même en 1529.
  • 1526 : Mars. Le premier culte réformé est célébré. Les moines se dépouillent de leurs habits religieux, la lecture du texte sacré se substitue au chant et les reliques sont abandonnées. Mai : Zwingli est excommunié à la dispute de Baden (canton d'Argovie).
  • 1529 : Colloque de Marbourg. Sous la présidence du Landgrave Philippe de Hesse Zwingli y rencontre Luther pour faire le point de leurs accords et désaccords sur la doctrine eucharistique. 1re bataille de Kappel. La Réforme, grâce à la Ligue évangélique réunissant les cantons de Berne, Saint-Gall, Bâle et Zurich, et sous l'action de Zwingli, s'étend aux bailliages communs («alliance combourgeoise») après la première paix de Kappel.
  • 1531 : En octobre, les cantons suisses catholiques attaquent les Zurichois et les battent à la 2e bataille de Kappel. Zwingli - aumônier des troupes zurichoises - est tué sur ce champ de bataille le 11 octobre 1531 alors qu'il assiste blessés et mourants.

Biographie détaillée[modifier | modifier le code]

Jeunesse (1484-1518)[modifier | modifier le code]

Ulrich Zwingli nait le 1er janvier 1484 à Wildhaus dans le Toggenbourg (canton de Saint-Gall). Il a neuf frères et sœurs. Son père est un simple paysan, amman ou magistrat de sa paroisse qui, connaissant toute l'importance de l'instruction, ne négligea rien pour lui en assurer les avantages. Zwingli en puisa les éléments à Bâle et à Berne. Les dominicains, augurant favorablement de ses débuts, cherchèrent à l'attirer dans leur ordre : mais son père, voulant l'y soustraire, l'envoya se perfectionner à l'université de Vienne en Autriche au semestre d'hiver 1498. Cependant le jeune Zwingli n'y apprit qu'un peu d'astronomie, de physique et de la philosophie. Zwingli est exclu de l'université. Deux ans plus tard, on le retrouve à Bâle où le professeur Thomas Wyttenbach l'encourage à se consacrer à des études de théologie.

De retour dans sa patrie, après une absence de deux ans, il revint une seconde fois à Bâle, où il fut bientôt nommé régent. À peine âgé de dix-huit ans, il se livra avec toute l'ardeur d'un jeune homme aux devoirs de sa place ; et il acquit une connaissance plus profonde des langues qu'il était obligé d'apprendre à ses élèves. Il avait une inclination prononcée pour Horace, Salluste, Pline le Jeune, Sénèque, Aristote, Platon et Démosthène, dont la lecture l'occupait nuit et jour, et qui contribuèrent si puissamment à agrandir ses idées et à polir son style. Il ne négligea pas néanmoins l'étude des sciences nécessaires à l'état auquel il se destinait. Il eut pour professeur de théologie Thomas Wyttenbach, dont l'enseignement, sans avoir rien d'extraordinaire, s'élevait cependant au-dessus des préjugés de ses contemporains[2].

D'autres historiens font l'éloge de la méthode qu'il employait dans l'enseignement, et de la confiance qu'il inspirait à ses disciples. En 1506, il prit le degré de maître des arts, et fut promu à la cure de Glaris. Ce bénéfice lui convenait assez, parce qu'il le rapprochait de ses parents, et parce qu'il était honorable d'être à vingt-deux ans pasteur d'un chef-lieu de canton. L'évêque de Constance lui conféra les ordres sans difficulté, et souscrivit à son installation.

Ulrich Zwingli

Dès ce moment Zwingli crut devoir recommencer ses études théologiques sur un nouveau plan qu'il s'était formé. Après avoir relu les auteurs classiques de l'ancienne Grèce, pour se rendre leur langue familière, et pour en approfondir toutes les beautés, il se livra à l'étude du Nouveau Testament, et à la recherche des textes qui servent de fondement aux dogmes catholiques. Il suivit la méthode qui consiste à interpréter un passage obscur par un passage analogue plus clair, un mot inusité par des mots plus connus, ayant égard au lieu, au temps ; à l'intention de l'écrivain et à une foule d'autres circonstances qui modifient et changent souvent la signification des mots : II se mit ensuite à lire les Pères de l'Église, pour savoir de quelle manière ils avaient entendu les endroits qui lui semblaient obscurs. Ce n'était pas assez pour lui de connaître le sentiment des anciens théologiens ; il voulut aussi consulter les modernes, même les écrivains qui avaient été frappés d'anathème, comme John Wyclif et Jean Huss.

Il paraît cependant qu'il se borna d'abord à gémir en secret sur les abus qui déshonoraient le clergé, et qu'il ne se pressa pas de les attaquer de front : le moment favorable n'était pas encore venu, mais il s'avançait à grands pas : gardant sur les articles de foi qui lui déplaisaient le silence le plus absolu, il ne les approuvait ni ne les condamnait.

En 1512, lorsque 20 000 Suisses marchèrent à la voix de Jules II, pour secourir l'Italie contre les armes de Louis XII, Zwingli accompagna le contingent de Glaris, en qualité d'aumônier. Le fameux Matthieu Schiner, cardinal évêque de Sion, légat a latere, le chargea de distribuer à ses compatriotes les gratifications du pape.

Après la bataille de Novare, où il avait été présent, Zwingli retourna dans sa paroisse reprendre ses fonctions pastorales, qu'il quitta de nouveau en 1515 pour marcher avec les Suisses au secours du duc de Milan, attaqué par François Ier, et il fut témoin de la bataille de Marignan, aussi fatale à sa patrie que la victoire de Novare lui avait été glorieuse. Zwingli avait prévu ce désastre, et il s'était efforcé de le prévenir dans un discours qu'il adressa aux Suisses à Monza, près de Milan. Zwingli interpréta la défaite de Marignan comme une punition divine envers les mercenaires suisses, engagés par des princes étrangers et menant la guerre par appât du gain[3].
Le manque d'harmonie entre les chefs dit son historien à l'insubordination des soldats et leur penchant à suivre tour à tour des impulsions opposées, lui faisaient craindre pour eux quelque grand revers dont il aurait désiré de les préserver par ses conseils. Il approuva le refus qu'ils avaient fait d'accéder au traité offert par le roi de France, avant de connaitre la volonté de leurs gouvernements, Il donna de grands éloges à leur courage, les conjurant de ne pas se livrer à une sécurité doublement dangereuse, au moment où ils étaient en présence d'un ennemi supérieur en nombre. Il pria les chefs de renoncer à leurs rivalités ; il exhorta les soldats à n'écouter que la vois de leurs officiers, et à ne pas compromettre par une déci marche imprudente leur propre vie et la gloire de leur pays.

Le désastre de Marignan fortifia Zwingli dans son aversion pour toute guerre qui n'est point entreprise dans le dessein de défendre la patrie. Peu de temps après son retour de Milan il fut nommé à la cure d'Einsiedeln, autrement Notre-Dame des Ermites, L'austérité de ses principes et la publication de la Fable du bœuf et de quelques autres animaux, contre l'usage barbare des Suisses de se mettre à la solde de l'étranger lui avaient fait des ennemis à Glaris.

Ne pouvant plus y rester sans éprouver des désagréments, il prit possession d'Einsiedeln en 1516. Cette abbaye était alors sous la direction de Théobald, baron de Geroldseck, qui en était administrateur, à cause de l'extrême vieillesse de l'abbé Conrad de Rechberg quoique ce religieux eût plutôt reçu l'éducation d'un soldat que celle d'un moine, il aimait les sciences et la régularité, et il voulait qu'elles fussent en honneur dans son abbaye ; il y appela Zwingli.

Celui-ci accepta volontiers un poste qui le mettait en relation directe avec les hommes les plus éclairés de la Suisse. Tout son temps fut employé à l'étude ou à l'accomplissement de ses devoirs. Il débuta dans la carrière de la réformation en conseillant à l'administrateur d'effacer l'inscription placée au-dessus de la principale porte de l'abbaye : Ici l'on obtient rémission plénière de tous les péchés[4], et de faire enterrer les reliques, objets de la dévotion superstitieuse des pèlerins. Il introduisit ensuite quelques changements dans la discipline d'un couvent de femmes qui était sous sa direction.

Bientôt il écrivit à Hugues de Landenberg, évêque de Constance, pour l'engager à supprimer dans son diocèse une foule de pratiques puériles et ridicules, qui pouvaient entraîner des maux sans remède. Il développa les mêmes idées dans un entretien avec le cardinal de Sion, et lui fit sentir la nécessité d'une réforme générale. La chose n'était pas difficile[5].

Jusque-là Zwingli ne s'était guère communiqué qu'à ses amis ou à des hommes dont il connaissait la droiture. Le jour où il devait commencer la prédication de ce qu'il appelle le pur Evangile ne tarda pas à luire. Ce fut le jour même où l'on célébrait la fête de la consécration de l'église d'Einsiedeln par les anges. Au milieu d'une nombreuse assemblée que la solennité avait attirée, il monta en chaire, et prononça le discours d'usage tous les sept ans. Après un exorde plein de chaleur et d'onction, qui avait disposé les auditeurs à une attention soutenue, il passa aux motifs qui les réunissaient dans cette église, déplora leur aveuglement sur les moyens qu'ils employaient pour plaire à Dieu[6]

Ce discours produisit un effet étonnant : quelques auditeurs furent scandalisés d'une pareille doctrine, tandis que le plus grand nombre donna les marques les moins équivoques de son assentiment. On dit même que quelques pèlerins remportèrent leurs offrandes, ne croyant pas devoir contribuer au luxe qui était étalé dans l'abbaye de Notre-Dame des Ermites. Ces circonstances excitèrent l'animosité des moines contre celui qui diminuait ainsi leurs revenus.

Cependant, il ne paraît pas que les supérieurs aient été irrités de sa conduite, puisque le pape Léon X lui fit remettre, vers la même époque, par le nonce Pucci, un bref dans lequel Zwingli était revêtu du titre de chapelain du Saint-Siège, et gratifié d'une pension. Le sermon du réformateur fut prononcé dans le courant de suivant ses historiens, d'où il suit qu'il devança Luther d'un an dans ses prédications, et que quand bien même la prédication des indulgences n'aurait point occasionné l'explosion, elle eût éclaté infailliblement d'elle-même à la première occasion qui se serait présentée.

Le chapitre de Zurich le nomma curé de cette ville, à la sollicitation de ses partisans. Il s'y rendit vers la fin de l'année, et peu de jours après son arrivée, il parut devant le chapitre, déclara qu'il abandonnerait, dans ses discours, l'ordre des leçons dominicales, qui avait été suivi depuis Charlemagne, et qu'il expliquerait sans interruption tous les livres du Nouveau Testament.

Il promit aussi de n'avoir en vue que la gloire de Dieu, l'instruction et l'édification des fidèles Cette déclaration fut approuvée par la majorité du chapitre. La minorité la regarda comme une innovation dangereuse. Zwingli répondit aux objections qu'il revenait à l'usage de l'Église primitive, qu'on avait observé jusqu'à Charlemagne ; qu'il se servirait de la méthode employée par les Pères de l'Église dans leurs homélies, et qu'avec l'assistance divine, il espérait prêcher de manière qu'aucun partisan de la vérité évangélique n'aurait lieu de se plaindre. On put voir, dès son premier sermon, prononcé le jour de la Circoncision, 1519, qu'il serait fidèle à son plan. Il en fut comme de tout ce qu'il avait fait jusqu'alors : les uns s'en édifièrent, les autres s'en scandalisèrent. S'il se fût contenté d'attaquer les abus, qui oserait le blâmer maintenant ? Mais il mit beaucoup d'aigreur dans ses attaques ; et, en outre, il s'éleva contre des pratiques vénérables, avec une amertume sans excuse. Il jugeait sévèrement : il fut jugé de même.

Les esprits s'animèrent ; et il en naquit des tempêtes. Du reste, il se fit remarquer par une conduite très régulière. Il fit chasser de la ville par les magistrats toutes les filles publiques. Vers ce temps-là, Léon X envoya le cordelier Bernard Samson dans les treize cantons, pour y prêcher les indulgences, dont le produit était destiné à l'achèvement de la magnifique basilique de St-Pierre. Ce religieux éhonté ne craignit pas d'user de toutes sortes de supercheries pour tromper ses auditeurs. Il porta l'insolence à un point inconcevable. Quand il paraissait en public, il faisait crier à haute voix : Laissez approcher d'abord les riches, qui peuvent acheter le pardon de leurs péchés ; après les avoir satisfaits, on écoutera les prières du pauvre. Tant d'excès indignèrent les plus patients.

Vieillesse[modifier | modifier le code]

L'évêque de Constance défendit aux curés de son diocèse de le recevoir dans leurs paroisses. Presque tous obéirent ; mais aucun ne mit autant d'ardeur dans son obéissance que le curé de Zurich. Il avait prévenu les désirs du prélat : il les avait même dépassés. En 1520, Zwingli renonça à la pension qu'il recevait du St-Siège, et obtint du conseil de Zurich qu'on prêcherait purement l'Évangile dans le canton. L'ambition de Charles Quint et de François Ier, qui se disputaient la couronne impériale, fournit à Zwingli l'occasion de développer de nouveau ses talents. Les deux compétiteurs s'efforcèrent d'intéresser la confédération helvétique en leur faveur.

Zwingli était d'avis de garder la plus stricte neutralité ; et il s'en expliqua ouvertement. Lorsque les deux rivaux se furent déclaré la guerre, Zwingli, qui penchait pour la France, détourna le canton de Zurich de se joindre aux autres cantons ; ce qui lui attira la haine des personnages les plus marquants de la confédération, et lui enleva plusieurs partisans dans sa propre paroisse. Bientôt il engagea le conseil de Zurich à refuser au pape un secours de troupes que le saint-père demandait pour attaquer le Milanais ; et ce ne fut qu'après la promesse formelle d'employer ailleurs les Suisses que Léon X put obtenir trois mille Zurichois. La sagesse des avis de Zwingli fut manifestée par l'évènement. Cependant son aversion pour une nouvelle alliance avec François Ier lui fit le plus grand tort dans l'esprit de beaucoup de personnes, qui ne furent pas fâchées de pouvoir confondre dans la même haine ses principes politiques et ses opinions religieuses.

Le 14 mai 1522, Zwingli adressa une allocution très éloquente aux habitants de Schwyz, que la défaite de la Bicoque, commune à tous les cantons, excepté celui de Zurich, avait portés à réfléchir sur la position fâcheuse dans laquelle ils se trouvaient engagés et sur les moyens d'en sortir[7]

Quoique cette allocution soit plus conforme aux règles de la morale qu'à celles de la politique, les habitants du canton de Schwyz l'accueillirent favorablement. Ils chargèrent le secrétaire d'État d'exprimer leur reconnaissance à Zwingli ; et peu de temps après ils firent une loi dans leur assemblée générale pour abolir toute alliance et tout subside durant vingt-cinq ans.

Pendant le carême de cette même année 1522, quelques personnes attachées à la nouvelle doctrine avaient enfreint publiquement l'abstinence et le jeûne ; le magistrat les fit mettre en prison, et refusa de les écouter. Zwingli entreprit de les justifier, dans un Traité sur l'observation du carême, qu'il terminait en priant les hommes versés dans l'intelligence des Écritures de le réfuter, s'ils croyaient qu'il avait fait violence au sens de l'Évangile. Cet ouvrage fut comme un manifeste de la part de Zwingli. Il jeta l'alarme parmi les ecclésiastiques et tous ceux qui étaient dévoués à l'Église catholique. L'évêque de Constance, pressé par ses propres craintes, et par de nombreuses sollicitations, adressa un mandement à ses diocésains, pour les prémunir contre la séduction. Il écrivit en même temps au conseil de Zurich, qui ne répondit pas de manière à le satisfaire ; et au chapitre de la même ville, qui permit à Zwingli de se défendre par un traité publié le 22 août dans lequel il établissait : que l'Évangile seul est une autorité irrécusable, à laquelle il faut recourir pour terminer les incertitudes, et décider toutes les disputes, et que les décisions de l'Église ne peuvent être obligatoires qu'autant qu'elles sont fondées sur l'Évangile[8].

Pendant que Zwingli composait ce traité, la diète de Baden ordonna l'arrestation d'un curé de village qui avait prêché la nouvelle doctrine, et le fit transférer dans les prisons de l'évêché de Constance. Le réformateur n'eut pas de peine à voir que les gouvernements des cantons s'opposaient à la propagation de ses opinions. Dans le dessein de les gagner, il leur adressa, en son nom et en celui de neuf de ses amis, un précis de sa doctrine et une prière expresse de laisser libre la prédication de l'Évangile[9].

Zwingli finissait par demander aux cantons de tolérer le mariage des prêtres, et s'élevait fortement contre les inconvénients du célibat. Il adressa une requête à l'évêque de Constance pour l'engager à se mettre à la tête de la réforme, et à permettre qu'on démolît avec prudence et précaution ce qui avait été bâti avec témérité. Cette levée de boucliers souleva contre lui les prêtres et les moines, qui le décrièrent et le traitèrent en chaire de luthérien, injure la plus forte que l'on connût alors. Le scandale était à son comble. L'évêque de Constance crut bien faire en interdisant toute espèce de dispute jusqu'à ce qu'un concile général eût prononcé sur les points controversés. Mais il ne fut obéi ni des uns ni des autres ; et les discussions continuèrent avec autant de violence et d'acharnement qu'auparavant.

Zwingli s'imagina qu'il n'y avait pas de meilleur moyen pour y mettre un terme que de se présenter, dans les premiers jours de 1523, devant le grand conseil et de solliciter un colloque public, où il pût rendre compte de sa doctrine en présence des députés de l'évêque de Constance. Il promit de se rétracter si on lui prouvait qu'il était dans l'erreur ; mais il demanda la protection spéciale du gouvernement, dans le cas où il prouverait que ses adversaires avaient tort. Le grand conseil fit droit à sa demande et adressa, peu de jours après, une circulaire à tous les ecclésiastiques du canton, pour les convoquer dans la maison de ville le lendemain de la fête de Saint-Charlemagne (29 janvier), afin que chacun eût la liberté de désigner publiquement les opinions qu'il regardait comme hérétiques et pût les combattre l'Évangile à la main. Il se réservait le droit de prononcer définitivement sur ce qui serait dit de part et d'autre et de procéder contre quiconque refuserait de se soumettre à sa décision. Aussitôt que cet acte fut devenu public, Zwingli fit paraitre soixante-sept articles qui devaient être soumis au colloque : il y en avait de très raisonnables.

Au jour fixé le colloque ouvrit ses séances. L'évêque de Constance y était représenté par Jean Faber, son grand vicaire, et par d'autres théologiens ; le clergé du canton avait à sa tête Zwingli et ses amis. Il y avait en tout près de six cents personnes. Le bourgmestre de Zurich exposa le but de la convocation et exhorta les assistants à manifester leurs sentiments sans crainte. Le chevalier d'Anweil, intendant de l'évêque, Faber et Zwingli prirent successivement la parole. Celui-ci demanda instamment qu'on le convainquît d'hérésie, s'il en était coupable, en se servant toutefois de la seule autorité de l'Écriture. Le grand vicaire éluda la question, mais insensiblement et par son indiscrétion la dispute s'entama. Zwingli, qui s'exprimait avec beaucoup d'éloquence et de facilité, le poussa vivement; Faber s'aperçut qu'on l'écoutait avec défaveur et refusa de poursuivre. Alors la séance fut levée, et le conseil ordonna que Zwingli, n'ayant été ni convaincu d'hérésie ni réfuté, continuerait à prêcher l'Évangile comme il l'avait fait, que les pasteurs de Zurich et de son territoire se borneraient à appuyer leur prédication sur l'Écriture sainte, et que des deux côtés on eût à s'abstenir de toute injure personnelle. Cette décision de l'autorité civile en matière de religion irrita les catholiques qui jetèrent les hauts cris ; mais elle assura le triomphe de la réforme qui, dès ce moment, ne cessa de se fortifier de jour en jour par les écrits et les discours de Zwingli.

Vers la même époque, le pape Adrien VI lui adressa, un bref très flatteur, pour l'engager à maintenir les privilèges du Saint-Siège. Il publia le procès-verbal de la conférence et îa défense des soixante-sept articles sous le titre de Areheielèsgli. Cependant rien n'était changé dans le culte, et les offices se faisaient comme par le passé, lorsqu'il parut un écrit très véhément intitulé Jugement de Dieu sur les images. Les têtes ardentes en furent exaltées, et un cordonnier nommé Klaus Hottinger, accompagné de quelques fanatiques, renversa un crucifix élevé à la porte de la ville. Cet homme fut arrêté ; on voulait le punir, mais les avis furent partagés sur la culpabilité. Zwingli lui-même, tout en convenant qu'Hottinger méritait châtiment pour avoir agi sans l'autorisation du magistrat, déclarait formellement que la défense d'adorer les images ne regardait pas moins les chrétiens que les Israélites. Dans cette perplexité, le grand conseil convoqua un nouveau colloque pour examiner si le culte des images était autorisé par l'Evangile et s'il fallait conserver ou abolir la messe. Le 28 octobre 1523, plus de neuf cents personnes des cantons de Schaffhouse, de Saint-Gall et de Zurich se trouvaient réunies dans cette dernière ville ; les autres cantons n'avaient pas voulu s'y rendre. Le colloque dura deux ou trois jours.

Zwingli parut avoir entrainé la majorité de l'assemblée ; mais il ne réussit pas à persuader le grand conseil, qui ne prit aucune détermination, par la crainte peut-être de choquer les autres cantons et les évêques qui avaient refusé d'envoyer des députés au colloque. En janvier 1524, il se tint une troisième conférence, qui fut un nouveau triomphe pour le réformateur. L'abolition de la messe en fut le résultat, et désormais le sénat et le peuple de Zurich montrèrent la plus grande déférence aux avis de Zwingli. Ce fait, consigné dans le Musée des protestants célèbres, ne se trouve pas dans la Vie de Zwingli, par Hess. Cet historien dit seulement que l'évêque de Constance ayant envoyé au sénat de Zurich une Apologie de la messe et du culte des images, le réformateur y répondit avec tant de solidité que le gouvernement permit d'enlever des églises les statues et les tableaux, que l'on remplaça par des inscriptions tirées des livres saints. Quant à la messe, elle ne fut définitivement supprimée qu'en 1525, le jour de Pâques, où l'on célébra la cène. Il avait été question du célibat ecclésiastique dans la conférence d'octobre 1523 ; Zwingli s'était attaché à prouver qu'il n'a aucun fondement dans le Nouveau Testament : c'était tout pour lui. Le gouvernement de Zurich ne se prononça pas d'une manière expresse sur ce point délicat : il se borna à là simple tolérance du mariage des prêtres.

Zwingli en profita, et le 2 avril 1524, il épousa Anne Reinhart, veuve d'un magistrat, de laquelle il eut un fils. Dans le même temps, il s'occupa de réformer le chapitre de Zurich, l'abbaye de Fraumûnster et les religieux mendiants. Les revenus des communautés supprimées furent employés à la dotation des professeurs de l'université, qu'il organisa avec autant de talent que de sagesse. Nommé recteur du gymnase en 1525, il appela auprès de lui les hommes les plus distingués dans la nouvelle réforme, les Pellican, les Gollinus, et leur confia l'enseignement du grec et de l'hébreu.

Les autres chaires furent à peu près aussi bien remplies. Tout allait suivant ses désirs, sans secousses et sans effusion de sang ; il jouissait d'une grande considération quand les divisions intestines de la réforme vinrent troubler son repos et lui mettre les armes à la main contre ceux mêmes qui, à son exemple, avaient secoué le joug de l'autorité. Les chefs du parti des anabaptistes en Suisse, Mantz et Grebel, d'accord avec Thomas Münzer, s'étaient engagés en présence de Zwingli à ne plus prêcher leurs opinions et lui, de son côté, avait promis de ne point les attaquer publiquement. Les frères manquèrent les premiers à leurs engagements, et le réformateur se crut affranchi des siens. Toute la Suisse retentit des déclamations contre les abus que la réforme avait laissé subsister et des désirs de les voir disparaitre. Les opinions les plus extravagantes furent suivies des crimes les plus atroces. Le gouvernement de Zurich désirait mettre un terme à ce débordement ; il força les anabaptistes d'entrer en conférence avec Zwingli.

Ce moyen valait mieux que la persécution ; mais il n'eut pas le succès qu'on en avait attendu. Deux conférences eurent lieu à différentes reprises ; et, si quelques-uns des plus modérés d'entre les anabaptistes se rendirent aux raisonnements de Zwingli, ils n'exercèrent aucune influence sur l'esprit de la multitude, qui persévéra dans ses égarements. Il faut le dire aussi : Zwingli, très louable sous le rapport de la tolérance qu'il professa constamment et sans restriction, ne s'éloignait pas assez des erreurs de l'anabaptisme, ou ne les combattait que par d'autres erreurs aussi répréhensibles, de l'aveu même des protestants[10].

Une autre dispute qui tracassa beaucoup Zwingli fut celle qu'il eut à soutenir contre Luther au sujet de la présence de Jésus-Christ dans l'eucharistie. Le réformateur saxon admettait la réalité ; le réformateur de Zurich s'en tenait à la figure. Celui-ci avait consigné sa doctrine dans le Commentaire sur la vraie et la fausse religion, qu il publia en 1525. Immédiatement après, Œcolampade fit paraître, à Bâle, une Explication des paroles de l'institution de la sainte Cène, suivant les anciens docteurs, dans laquelle il appuyait et défendait les sentiments de son ami[11].

II fut sensible à Luther de voir, non plus des particuliers, mais des églises entières de la réforme se soulever contre lui. Il traita d'abord Œcolampade avec assez de ménagement, mais il s'emporta avec beaucoup de violence contre Zwingli et déclara son opinion dangereuse et sacrilège. Celui-ci n'épargna rien pour adoucir l'esprit de Luther, dont il estimait le courage et le talent ; il lui expliqua sa doctrine dans un langage plein de modération ; mais Luther fut inflexible et ne voulut entendre à aucun accommodement. Tout était brouillé dans la réforme : les uns se prononçaient en faveur du Saxon, et les autres en faveur du Zurichois. Le landgrave de Hesse, qui prévit tous les maux que pouvait entraîner un si grave démêlé, résolut de rapprocher les deux partis, et Marbourg fut choisi pour le lieu de la conférence.

Zwingli s'y rendit en 1529, avec Rodolphe Collinus, Martin Bucer, Hédion et Œcolampade ; Luther avec Melanchthon, Osiander, Jonas, Agricola et Brentius. Après bien des entretiens particuliers et des contestations publiques, ces théologiens rédigèrent quatorze articles qui contenaient l'exposition des dogmes controversés, et ils les signèrent d'un commun accord. Quant à la présence corporelle dans l'eucharistie, il fut dit que la différence qui divisait les Suisses et les Allemands ne devait pas troubler leur harmonie, ni les empêcher d'exercer, les uns envers les autres, la charité chrétienne, autant que le permettait à chacun sa conscience. Pour sceller la réconciliation des deux partis, le landgrave exigea de Luther et de Zwingli la déclaration qu'ils se regardaient comme frères. Zwingli y consentit sans peine ; mais on ne put arracher de Luther que la promesse de modérer à l'avenir ses expressions lorsqu'il parlerait des Suisses. Zwingli observa religieusement ses engagements, et la paix ne fut troublée qu'après sa mort. Pendant qu'il était en querelle avec Luther, il continuait ses controverses avec les catholiques. Eckius, chancelier d'Ingolstadt, et Jean Faber, grand vicaire de l'évêque de Constance, lui firent proposer, en 1526, une conférence à Baden ; mais, comme il se doutait qu'on lui tendait un piège pour s'emparer de sa personne, il refusa de s'y trouver, et l'événement justifia ses soupçons. Œcolampade lui-même, qui l'avait pressé de s'y rendre, lui écrivit peu de jours après son arrivée à Baden : Je remercie Dieu de ce que vous n'êtes pas ici. La tournure que prennent les affaires me fait voir clairement que si vous étiez venu nous n'aurions échappé au bûcher ni l'un ni l'autre.

Ne pouvant sévir contre sa personne, on condamna sa doctrine et ses écrits ; ce qui ne nuisit point aux progrès de la réforme. Au commencement de 1528, Berne l'embrassa de la manière la plus solennelle. Une assemblée nombreuse fut convoquée dans cette ville ; Zwingli y assista, d'après l'invitation de Haller, qui avait composé dix thèses sur les points essentiels de la nouvelle doctrine. Elles furent discutées dans dix-huit séances et signées à la fin par la majorité du clergé bernois, comme fondées sur l'Écriture, et autorisées par délibération des magistrats. L'éloquence véhémente de Zwingli brilla dans cette occasion du plus vif éclat et lui acquit l'ascendant le plus marqué. Après ce triomphe, tous ses collègues le regardèrent comme leur chef et leur soutien ; et l'autorité qu'ils lui accordèrent tacitement contribua puissamment à maintenir l'union parmi eux. De retour à Zurich, après trois semaines d'absence, Zwingli y continua ses fonctions de pasteur, de prédicateur, de professeur et d'écrivain avec un zèle et un talent remarquables ; il institua des synodes annuels, composés de tous les pasteurs du canton, et devant lesquels devaient être portées les affaires générales de l'Église. Rien ne se faisait dans le canton, même en matière de législation, qu'il ne fût consulté.

Il était devenu l'oracle des Suisses qui partageaient ses opinions religieuses. Les catholiques, de leur côté, le détestaient autant que les protestants l'estimaient. Ils le regardaient généralement comme un boute-feu et comme la cause des maux de la patrie. Ils persécutaient violemment les partisans des nouvelles idées, qui, à leur tour, ne se montraient ni assez prudents, ni assez réservés. Au milieu de tant de tracasseries, de tant de violations de la liberté de conscience de part et d'autre, il était impossible que la paix se conservât. Elle fut rompue en 1529. Les Suisses s'armèrent et marchèrent les uns contre les autres ; mais, par la sagesse du landamman de Glaris, les deux partis parvinrent à se concilier ; ils signèrent, à Kappel, une trêve qui mit fin aux hostilités, tout en laissant subsister les passions intraitables qui pouvaient les renouveler à chaque instant. En 1530, Zwingli envoya à la diète d'Augsbourg une confession de foi approuvée de tous les Suisses, et dans laquelle il expliquait nettement que le corps de Jésus-Christ, depuis son ascension, n'était plus que dans le ciel, et ne pouvait être autre part ; qu'à la vérité, il était comme présent dans la cène par la contemplation de la foi, et non pas réellement ni par son essence. Il accompagna sa confession de foi d'une lettre à Charles-Quint, dans laquelle il tient le même langage. La même année, il envoya à François Ier, par son ambassadeur, une autre confession de foi[12]

Luther ne l'épargna pas sur cet article, pas plus que sur d'autres non moins importants. Cependant la trêve de Kappel am Albis ne dura pas deux ans entiers. Les mêmes causes. produisirent les mêmes effets. Les hostilités n'avaient été que suspendues. Zwingli, dont l'influence était connue de tout le monde, fut accusé de fomenter le fanatisme des protestants et d'attiser le feu de la discorde. Sensible à cette accusation, et ne pouvant supporter l'idée des fléaux qui menaçaient la patrie, il conjura le conseil, dans le mois de juillet 1531, de lui accorder sa retraite. Le conseil s'y refusa, et Zwingli resta à son poste. La guerre était sur le point d'éclater. Les Zurichois montraient une exigence insatiable, et les catholiques devenaient de plus en plus intolérants. Zwingli plaidait avec éloquence la cause des victimes d'un zèle trop ardent[13].

Fin de vie et mort[modifier | modifier le code]

Le 6 octobre de la même année, les cinq cantons publièrent leur manifeste et entrèrent en campagne. Les protestants s'armèrent aussi, et Zwingli reçut du sénat l'ordre de les accompagner. Il obéit. Un pressentiment funeste le tourmentait ; mais il n'en fit pas moins tous ses efforts pour encourager les Zurichois. « Notre cause est bonne, leur dit-il, mais elle est mal défendue. Il m'en coûtera la vie et celle d'un grand nombre d'hommes de bien, qui désiraient rendre à la religion sa simplicité primitive, et à notre patrie ses anciennes mœurs. N'importe : Dieu n'abandonnera pas ses serviteurs ; il viendra à leur secours, lorsque vous croirez tout perdu. Ma confiance repose sur lui seul et non sur les hommes. Je me soumets à sa volonté. » II arriva le 10 à Kappel am Albis avec les siens. Le combat s'engagea vers les trois heures de l'après-midi. Dans les premiers moments de la mêlée, il reçut un coup mortel et tomba sans connaissance. Revenu à lui, il se soulève, croise ses mains sur sa poitrine, fixe ses regards vers le ciel et s'écrie - Qu'importe que je succombe. : ils peuvent bien tuer le corps, mais ils ne peuvent rien sur l'âme.

Quelques soldats catholiques, qui le voient dans cet état, lui demandent s'il veut se confesser ; il fait un signe négatif, mais qu'ils ne comprennent pas. Ils l'exhortent à recommander son âme à la sainte Vierge ; et d'après son refus plus expressif, un d'entre eux lui plonge l'épée dans le cœur, en lui disant : Meurs donc, hérétique obstiné. Le lendemain, Jean Schonbrunner, qui s'était éloigné de Zurich par attachement pour la religion catholique, ne put s'empêcher de dire en le voyant : Quelle qu'ait été ta croyance, je sais que tu aimas ta patrie, et que tu fus toujours de bonne foi ; Dieu veuille avoir en paix ton âme. La soldatesque fut moins tolérante et moins humaine : elle déchira son cadavre, livra ses lambeaux aux flammes et jeta les cendres aux vents. Zwingli avait 47 ans quand il mourut.

Bossuet a dit de lui, d'après Léon de Juda : « C'était un homme hardi, et qui avait plus de feu que de savoir. II y avait beaucoup de netteté dans son discours, et aucun des prétendus réformateurs n'a expliqué ses pensées d'une manière plus précise, plus uniforme et plus suivie : mais aussi aucun ne les a poussées plus loin ni avec autant de hardiesse » Luther, opposé à Zwingli sur un certain nombre de points dont l'Eucharistie, propose pour Zwingli, non sans provocation, la piquante épitaphe que voici "Celui qui tira l'épée, périra par l'épée".

Théologie[modifier | modifier le code]

En collaborant avec le magistrat (1519), cela aboutit en 1524 à l'abolition de la messe. 1525 - La première communauté Anabaptiste naît près de Zurich par les disciples de Zwingli. Zwingli nie toute influence qu'aurait eu Martin Luther sur lui mais admet après coup, que les écrits du célèbre réformateur lui auraient été utiles.

Pouvoir temporel pouvoir spirituel selon Zwingli[modifier | modifier le code]

Zwingli voit un seul pouvoir qui doit être uni. c'est la différence avec Luther qui voyait le pouvoir divisé en deux parties : - temporel (le roi sur Terre) - eternel (Dieu au ciel) Dans un premier temps, il pense que l'Église doit par tous les moyens (Politiques, militaires etc.), gagner la confédération helvétique à la Réforme. Ce n'est que par la suite qu'il veut gagner l'Allemagne et faire progresser la Réforme jusqu'à Zurich puis la France. Il rencontre Luther pour mettre sur pied une grande alliance (1520-1529). En 1531 : affrontements entre Catholiques et Protestants. Zwingli accompagne ses troupes en tant qu'aumônier. Il est blessé puis tué. La réforme en Suisse arrête son expansion.

Pour lui, l'église visible doit être intégrée dans la société. Le magistrat chrétien avait le droit et la responsabilité de déterminer les formes externes de la vie et du culte ainsi que de gouverner la république chrétienne. Le magistrat travail avec le "prophète" qui explique et proclame les Écritures pour le bien de toute la communauté.

Théologie eucharistique[modifier | modifier le code]

Dans ses premières années à Zurich, il proclame la doctrine mémorialique (symbole de la cène). Il combattait la doctrine consubstantiationaliste de Luther. Zwingli développa une doctrine de la cène nommée plus-tard par Jean Calvin "Présence spirituelle".

Œuvres[modifier | modifier le code]

Traités :

  • 1522 : avril. De la Liberté des mets.
  • 1522 : mai. Exhortation contre les enrôlements et les pensions.
  • 1522 : juillet. Prière et exhortation amicale en faveur du mariage des prêtres.
  • 1524 : Le Berger.
  • 1525 : De la vraie et fausse religion, en latin (commentarius de vera et falsa religione)

Ouvrages :

  • 1530 : Fidei Ratio.
  • 1531 : Expositio Fidei

Publications[modifier | modifier le code]

Zwingli est l'auteur d'ouvrages imprimés en 4 volumes in-fol. publiés à Zurich en 1544-1545 par Rodolphe Gualter qui est l'auteur de la Préface apologétique. Il est également l'auteur de 4 tomes en 3 volumes in-fol. publiés à Zurich en 1581. Les deux premiers tomes renferment ses traités de controverse et des discours, dont quelques-uns avaient été imprimés séparément de son vivant. Le troisième et le quatrième contiennent ses commentaires sur l'Écriture sainte[14].

Bibliographie ancienne[modifier | modifier le code]

MM. Usteri et Vogelin de Zurich ont publié depuis 1819, en allemand, des extraits des Œuvres complètes de Zwingli, rangés par ordre de matières. Ce réformateur a laissé un grand nombre d'ouvrages, qui sont encore inédits. On peut consulter sur sa vie et sur ses écrits : Oswald Myconius, De cita et obitu Zwinglii ; J.-Gr. Hess, Vie de Zwingli Paris, 1810, in--8 ° ; Richard, Ulrich Zwingli, etc., Strasbourg, 1819 ; J. Willm, Musée des protestants célèbres; Bayle, Chaufepié, Jurieu ; Mosheim, Histoire ecclésiastique, et l'abbé Pluquet, Dictionnaire des hérésies, t. 2.

La vie de Zwingli a été écrite en allemand par H.-W. Rotermundt, Brème, 1819 ; par H. TMueller, Leipsick, 1819 ; par J.-M. Schuler, Zurich, 1818 ; par G. Rœder, Coire, 1834 ; par J.-J. Hottinger, Zurich, 1842. C'est également en langue allemande qu'est écrit le livre de M. E. Zeller : Tableau du système théologique de Zwingli, Tubingue, 1853, in-18. Le second volume des Études sur la réformation du XVIe siècle, par M. Victor Chauffour-Kestner Paris, 1833, 2 vol. in-18), est consacré à Zwingli.

Principaux ouvrages[modifier | modifier le code]

  • La foi réformée, 2000, Éditeur / Édition : Bergers et Mages, (ISBN 2-85304-157-3)- traduction française de Fidei Ratio et de Expositio Fidei, les deux opuscules de la fin de la vie du réformateur.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ulrich Zwingli : Deux exhortations à ses confédérés, Genève: Labor & Fides, 1989-01-01.
  • J. V Pollet : Huldrych Zwingli: Biographie et théologie, Genève: Labor & Fides, 1989-01-01.
  • P. Stephens : Zwingli le théologien, Genève: Labor & Fides, collection Histoire et société, 1999
  • Huldrych Zwingli : La foi réformée, (96 pages), Éditions Olivetan (Les Bergers et les Mages. Janvier 2000). Préface d'André Gounelle.
  • J. V Pollet : Huldrych Zwingli et le Zwinglianisme: Essai de synthèse historique et théologique mis à jour d'après les recherches récentes, Vrin, 2000-05-03.
  • Maimbourg : Histoire du Calvinisme, Paris, 1682

Annexes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

« Ulrich Zwingli », dans Louis-Gabriel Michaud, Biographie universelle ancienne et moderne : histoire par ordre alphabétique de la vie publique et privée de tous les hommes avec la collaboration de plus de 300 savants et littérateurs français ou étrangers, 2e édition,‎ 1843-1865 [détail de l’édition]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. François Walter, Histoire de la Suisse, tome 1, L'invention d'une Confédération (XVe-XVIe siècles), Neuchâtel, Alphil - Presses universitaires suisses, 2009.
  2. Au milieu du travail le plus assidu, dit un de ses historiens, et des occupations les plus sérieuses, Zwingli ne perdit jamais sa douce gaieté, et ne cessa de cultiver un talent dont il avait appris les éléments dans son enfance, la musique. Cet art faisait alors une partie essentielle de l'instruction des jeunes gens destinés à l'état ecclésiastique ; Zwingli le regardait comme une ressource pour reposer l'esprit après un travail fatigant, pour lui donner de nouvelles forces et adoucir la trop grande austérité du caractère. Aussi recommanda-t-il souvent la musique aux hommes destinés à une vie laborieuse et sédentaire. Vie de Zwingli, par Hess, p. 14.
  3. François Walter, Histoire de la Suisse. Tome 1 : L'invention d'une Confédération (XVe-XVIe siècles), Neuchâtel, Éditions Alphil - Presses universitaires suisses, 2009
  4. Vie de Zwingli, par Hess, p. 45.
  5. Bossuet avoue dans son Histoire des variations que tout le monde en sentait le besoin, et que tout était disposé pour la propager, lorsqu'elle éclata en Allemagne. « Les nouvelles lumières, dit Zwingli à l'évêque de Sion, qui se sont répandues depuis la renaissance des a lettres, affaiblissent la crédulité des peuples, lui ouvrent les yeux sur une foule de superstitions, et l'empêchent d'adopter aveuglément ce que lui enseignent des prêtres sans vertus comme sans talents. Il commence à blâmer hautement la fainéantise des moines, l'ignorance des prêtres, l'inconduite des prélats, et ne veut plus accorder sa confiance à des hommes qu'il ne peut respecter. Si l'on n'y prend garde, la multitude perdra bientôt le seul frein qui puisse retenir ses passions, et marchera de désordre en désordre. Le danger s'accroît tous les jours, et le délai peut devenir funeste. Il faut, sans perdre de temps, s'occuper d'une réforme ; mais elle doit commencer par les supérieurs, et s'étendre de là aux inférieurs. Si les princes de l'Église donnaient l'exemple ; s'ils revenaient eux-mêmes à une conduite plus conforme à l'Evangile ; si l'on ne voyait plus les évêques manier l'épée au lieu de la crosse, les prélats se mettre à la tête de leurs sujets pour se faire entre eux une guerre acharnée, les ecclésiastiques de tout rang dissiper en débauches honteuses les revenus des bénéfices accumulés sur leur tête, alors on pourrait s'élever contre les vices des laïques, sans avoir à craindre leurs récriminations, et l'on pourrait espérer l'amendement du peuple. Mais une réforme dans les mœurs est impossible, si l'on ne fait disparaitre ces essaims de pieux fainéants qui se nourrissent aux dépens du citoyen laborieux ; si l'on n'abolit des cérémonies superstitieuses et des dogmes absurdes, également propres à choquer le bon sens des hommes raisonnables, et à effaroucher la piété des hommes religieux.
  6. Il s'écria : Cessez de croire que Dieu réside dans ce temple plus que partout ailleurs. Dans quelque région de la terre que vous habitiez, il est près de vous ; il vous entoure ; il vous exauce, si vos prières sont dignes d'être exaucées ; mais ce n'est point par des vœux stériles, par de longs pèlerinages, par des offrandes destinées à orner des images sans vie, que vous obtiendrez la faveur divine. Résister aux tentations, réprimer les désirs coupables, fuir toute injustice, soulager les malheureux, consoler l'affligé, voilà les œuvres qui sont agréables au Seigneur. Hélas, je le sais, c'est nous- mêmes, ministres des autels, nous qui devrions être le sel de la terre ; c'est nous qui avons égaré dans un labyrinthe d'erreurs la multitude ignorante et crédule. C'est pour satisfaire notre avarice et accumuler des trésors, que nous avons élevé au rang des bonnes œuvres d'inutiles et vaines pratiques. Trop dociles à notre voix, les chrétiens de nos jours, négligeant d'accomplir la loi de Dieu, ne songent qu'à racheter leurs crimes sans y renoncer. Vivons au gré de nos désirs, disent-ils, enrichissons-nous du bien d'autrui, ne craignons pas de souiller nos mains de sang et de meurtres ; nous a trouverons dans les grâces de l'Église des expiations faciles. Oh ! les insensés î croient-ils obtenir la rémission de leurs mensonges, de leurs impuretés, de leurs adultères, de leurs homicides, de leurs trahisons, au moyen de quelques prières récitées en l'honneur de la reine du ciel? comme si elle était la protectrice de tous les malfaiteurs ! Ah ! désabuse-toi, peuple égaré ! Le Dieu de la justice ne se laisse pas fléchir par des paroles que la bouche prononce. et que le cœur désavoue. Il ne pardonne qu'à celui qui pardonne lui-même à l'ennemi qui l'offense. Ces élus de Dieu, aux pieds desquels vous venez ici vous prosterner, sont-ils entrés dans la gloire du ciel en se reposant sur le mérite d'autrui? Non, c'est en marchant dans le sentier de la loi, en accomplissant la volonté du Très-Haut, en affrontant la mort pour rester fidèles à leur rédempteur. Imitez la sainteté de leur vie, marchez sur leurs traces ; ne vous en laissez détourner ni par les dangers, ni par les séductions : voilà le culte que vous devez leur rendre. Mais, au jour de la détresse, ne mettez votre confiance qu'en Dieu, qui d'un mot a créé les cieux et la terre. À l'approche de la mort, n'invoquez que Jésus-Christ, qui vous a rachetés au prix de son sang ; lui seul est médiateur entre Dieu et les hommes
  7. Ah ! leur disait-il à la fin, si vous avez encore soin de votre ancienne gloire, si vous vous souvenez de vos ancêtres et des périls qu'ils a ont bravés pour la défense de leur liberté, si le salut de la patrie vous est cher, repoussez les funestes dons de quelques princes ambitieux ; a repoussez-les, tandis qu'il en est temps encore. Ne vous laissez pas tromper par les promesses des uns ; ne vous laissez pas effrayer par les menaces des autres. Imitez vos alliés de Zurich, qui par des lois sages et sévères ont arrêté les débordements de l'ambition. Si vous vous joignez à eux, bientôt la Suisse entière suivra votre exemple, et reviendra à la conduite sage et modérée de ses aïeux
  8. Voici comment il conclut : Je vais vous apprendre maintenant quel est le christianisme que je professe, et que vous cherchez à rendre suspect. Il commande à chacun d'obéir aux lois et de respecter les magistrats, de payer le tribut et les impositions à qui il appartient, de ne rivaliser qu'en bienfaisance, d'user de support, de soulager le pauvre, de partager les peines du prochain, de regarder tous les hommes comme des frères. Il veut enfin que le chrétien n'attende son salut que de Dieu et de Jésus-Christ, son Fils unique, notre maître et notre Sauveur, qui donne la vie éternelle à ceux qui croient en lui. Tels sont les principes dont je ne me suis jamais écarté dans ma prédication
  9. En nous accordant cette liberté, leur disait-il, vous n'avez rien à craindre. Il y a des signes certains auxquels chacun peut reconnaitre les prédicateurs véritablement évangéliques. Celui qui, négligeant son intérêt personnel, n'épargne ni soins ni travaux pour faire connaitre et révérer la volonté de Dieu, pour ramener les pécheurs à la repentance, et donner des consolations aux affligés, celui-là est d'accord avec Jésus-Christ. Mais quand vous voyez des docteurs présenter tous les jours à la vénération du peuple de nouveaux saints, dont il faut gagner la faveur parades offrandes ; quand ces docteurs vantent sans cesse l'étendue du pouvoir sacerdotal et la puissance du pape, croyez qu'ils a songent beaucoup plus à leurs richesses qu'au soin des âmes confiées à leur conduite. Si de tels hommes vous conseillent d'arrêter la prédication de l'Évangile par des décrets publics, fermez l'oreille à leurs insinuations, et soyez sûrs que leur but est d'empêcher qu'on n'attente à leurs bénéfices et à leurs honneurs : dites que cette œuvre, si elle vient des hommes, se détruira d'elle-même ; mais que si elle vient de Dieu, en vain toutes les puissances de la terre se ligueraient contre elle.
  10. Bossuet les a relevées dans le second livre de son Histoire des variations, avec autant de force que d'impartialité. « Zwingli, dit son biographe Hess, n'attribuait pas au baptême le pouvoir de laver le chrétien de la tache du péché originel ; il ne croyait pas non plus qu'un enfant mort avant le baptême ne pût pas être sauvé. Quant au péché originel, il le regardait comme une disposition à faire le mal, et non comme un péché véritable ; et il ne pensait pas qu'il pût attirer à l'homme la damnation éternelle. Il comparait la nature humaine, après la chute d'Adam, à un cep de vigne frappé par là grêle, qui a perdu une grande partie de sa vigueur naturelle ; ou à une plante transportée des climats du Midi dans ceux du Nord, où elle n'a plus la même force de végétation. »
  11. « Zwingli disait positivement, suivant Bossuet, qu'il n'y avait point de miracle dans l'eucharistie, ni rien d'incompréhensible que le pain rompu nous représentait le corps immolé, et le vin le sang répandu ; que Jésus-Christ, en instituant ces signes sacrés, leur avait donné le nom de la chose ; que ce n'était pourtant pas un simple spectacle, ni des signes tout à fait nus ; que la mémoire et la foi du corps immolé et du sang répandu soutenaient notre âme ; que cependant le Saint-Esprit scellait dans les cœurs la rémission des péchés, et que c'était là tout le mystère. La raison et le sens humain n'avaient rien à souffrir dans cette explication. L'Écriture faisait de la peine ; mais quand les uns opposaient, ceci est mon corps, les autres répondaient : je suis la vigne, je suis la porte, la pierre était Christ. »
  12. Où l'on remarque le passage suivant : Lorsque St-Paul assure qu'il est impossible d'être agréable à Dieu sans la foi, il parle des incrédules qui ont connu l'Évangile et n'y ont pas ajouté foi. Je ne puis croire que Dieu enveloppe dans la même condamnation celui qui ferme volontairement les yeux à la lumière, et celui qui, sans le vouloir, vit dans les ténèbres ; je ne puis croire que le Seigneur rejette loin de lui des peuples dont tout le crime est de n'avoir jamais entendu parler de l'Évangile. Non, cessons de poser des bornes téméraires à la miséricorde divine ; pour moi, je suis persuadé que, dans cette réunion céleste de toutes les créatures admises à contempler la gloire du Très-Haut, vous devez espérer de voir l'assemblée de tout ce qu'il y a eu d'hommes saints, courageux, fidèles et vertueux dès le commencement du monde. Là, vous verrez les deux Adam, le racheté et le rédempteur. Vous y verrez un Abel, un Enoch, un Noé, un Abraham, un Isaac, un Jacob, un Juda, un Moïse, un Josué, un Gédéon, un Samuel, un Phinées, un Elie, un Elisée, un Isaïe avec la Vierge, mère de Dieu, qu'il a annoncée, un David, un Ezéchias, un Jonas, un Jean-Baptiste, un St-Pierre, un St-Paul. Vous y verrez Hercule, Thésée, Socrate, Aristide, Antigonus, Nurna, Camille, les Gâtons, les Scipions. Vous y verrez vos prédécesseurs et tous vos ancêtres qui sont sortis de ce monde dans la foi. Enfin, il n'y aura aucun homme de bien, aucun esprit saint, aucune âme fidèle que vous ne voyiez là avec Dieu. Que peut-on penser de plus beau, de plus agréable, de plus glorieux que ce spectacle? Qui jamais, s'écrie Bossuet, après avoir cité ce passage, s'était avisé de mettre ainsi Jésus-Christ pêle-mêle avec les saints ; et à la suite des patriarches, des prophètes, des apôtres et dû- Sauveur même, jusqu'à Numa, le père de l'idolâtrie romaine, jusqu'à Caton, qui se tua même comme un furieux ; et non-seulement tant d'adorateurs des fausses divinités, mais encore jusqu'aux dieux et jusqu'aux héros, un Hercule, un Thésée qu'ils ont adoré? Je ne sais pourquoi il n'y a pas mis Apollon ou Bacchus, et Jupiter même. ; s'il en a été détourné par les infamies que les poètes leur attribuent, celles d'Hercule étaient-elles moindres ? Voilà de quoi le ciel est composé, selon ce chef du second parti de la réformation ; voilà ce qu'il a écrit dans une confession de foi, qu'il dédie au plus ;grand roi de la chrétienté ; et voilà ce que Bullinger, son successeur, nous en a donné comme le chef-d'œuvre et comine le dernier criant de ce cygne mélodieux.
  13. Ce sont, disait-il, des Suisses auxquels une faction veut enlever une partie de la liberté que leurs ancêtres leur ont transmise. Autant il serait injuste de vouloir forcer nos adversaires à abolir chez eux le catholicisme, autant il est injuste d'incarcérer, de bannir, de dépouiller de leurs biens des citoyens parce que leur conscience les pousse à embrasser des opinions qui leur paraissent vraies.
  14. Voici le jugement que porte Richard Simon de cette dernière partie des ouvrages de Zwingli : « II paraît assez simple dans ses Commentaires sur la Bible et peu exercé dans l'étude de la critique. Bien que plus modeste que Luther et Calvin, il ne laisse pas d'avoir les mêmes défauts qu'eux et de suivre ses préjugés. Sa modestie, de plus, paraît encore, en ce qu'il ne semble pas avoir abandonné entièrement l'ancien interprète latin, qui était autorisé depuis si longtemps dans toute l'Église d'Occident.... Outre que ces patriarches des nouvelles réformes ne pouvaient pas donner autant de temps qu'il était nécessaire à des ouvrages de cette nature, les leçons de théologie et de morale les occupaient presque entièrement. Aussi en ont-ils rempli tous leurs commentaires sur l'Écriture. Ses remarques sur les Évangiles et sur quelques Épîtres des apôtres sont des recueils de ses prédications et de ses leçons, lesquels ont été publiés après sa mort. Bien qu'il suive la méthode des déclamateurs, il est pour l'ordinaire plus modeste dans ses instructions que la plupart des premiers protestants. Aussi y mêle-t-il moins de controverse, s'arrêtant assez sur le sens littéraire. Comme le fanatisme était déjà répandu de son temps, et que plusieurs préféraient leur esprit particulier à la raison, il tâche de concilier ces deux choses sans tomber dans la vision. Il suppose que cet esprit doit être réglé par la parole de Dieu, parce qu'autrement il y aurait de l'illusion.... Ses notes sur quelques Épîtres de St-Paul sont plus exactes et plus à la lettre que ce que nous avons de lui sur les Évangiles.... Étant éloigné des sentiments de Luther, dans ce qui regarde la foi et les bonnes œuvres, il n'a fait aucune difficulté de mettre au nombre des livres sacrés l'Épître de St-Jacques, qu'il a aussi commentée... Enfin ses disciples ont publié sons son nom des remarques sur l'Épitre de St-Jean, d'où il paraît qu'il n'a point eu dans son exemplaire grec le célèbre passage où il est parlé des trois personnes de la Trinité, car il ne l'explique point. Au reste, ce novateur s'exprime dans tous ses discours d'une manière simple, nette, allant ordinairement droit à son but, si ce n'est qu'il est quelquefois trop rhéteur. »

Liens externes[modifier | modifier le code]