Dissidents anglais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Catalogue grand format des dissidents en 1647.

Les Dissidents anglais (en anglais : English Dissenters) sont des chrétiens anglais qui firent sécession de l'Église d'Angleterre[1].

Ils s'opposaient à l'interférence de l'État dans les affaires religieuses et fondèrent leurs propres communautés du XVIe au XVIIIe siècle. Les Dissidents triomphèrent un temps lors du gouvernement d'Oliver Cromwell, mais après la Restauration de la monarchie, en 1660, l'épiscopat fut rétabli et les droits civiques des Dissidents limités, dès 1662, par l’Act of Uniformity et le Test Act.

Parmi les Dissidents les plus connus, on peut citer le fondateur de la secte des Puritains Henry Jacob (1563-1624), l'éditeur Joseph Johnson (1738-1809), la mystique Jane Leade (1623-1704) ou encore le chimiste et théologien Joseph Priestley (1733-1804), ainsi que le fondateur d'une académie dissidente à Kendal (Cumbria), le révérend Caleb Rotherham[2], qui instruisit l'un des pères de la Révolution industrielle, le fondeur et beau-frère de Joseph Priestley, John Wilkinson.

Dissidents rationnels[modifier | modifier le code]

Au XVIIIe siècle, un groupe de Dissidents se fait connaître sous l'appellation de « Dissidents rationnels » (Rational Dissenters). Sur nombre de points, ils sont plus proches de l'anglicanisme que les autres sectes de Dissidents. Toutefois, ils estiment que les religions d'État empiètent sur la liberté de conscience. Ils sont farouchement opposés à la structure hiérarchique de l'Église et aux liens financiers qui la lient au gouvernement. Comme les Anglicans modérés, ils désirent un ministère instruit et une église ordonnée, mais ils fondent leur opinion sur la raison et la Bible plutôt que sur des appels à la tradition et à l'autorité. Ils rejettent la Trinité et le péché originel, affirmant qu'ils sont irrationnels. Les Dissidents rationnels pensent que Chrétienté et foi devraient être disséquées et évaluées au moyen d'une nouvelle discipline émergente, la science, et qu'une foi en Dieu plus forte en surviendra[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. The Oxford Dictionary of the Christian Church, par F. L. Cross (éditeur), E. A. Livingstone (éditeur) Oxford University Press, USA; 3e édition p. 490 (13 mars 1997).
  2. Sketch of the Life of Dr. Caleb Rotherham
  3. Philip, p. 36.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Mark Philip, Enlightenment and Dissent, vol. 4,‎ 1985, « Rational Religion and Political Radicalism. »