Confession de foi écossaise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
John Knox

Sous le règne de Marie Stuart, le 15 août 1560, la noblesse écossaise fait accepter par le Parlement, une confession de foi préparée par John Knox et sept autres ecclésiastiques réformés. Elle se veut calviniste.

Contenu[modifier | modifier le code]

Comme les calvinistes, elle refuse le dogme de la transsubstantiation et la présence réelle physique du Christ. Mais Knox se distingue de Jean Calvin en étant plus nuancé sur la prédestination. Il insiste sur l'élection éternelle.

Mise en œuvre[modifier | modifier le code]

Cette confession n'a rien de contraignant pour les clercs qui n'étaient soumis à aucun serment ou profession de foi préalable. La seule mesure politique d'importance prise par le Parlement fut l'abolition de l'autorité pontificale. Jusqu'en 1566, aucune loi n'obligea les prêtres catholiques à céder la place à des ministres réformés : beaucoup se maintinrent dans leurs paroisses.

En 1561, un Book of Discipline est élaboré par une commission d'ecclésiastiques. À la différence de Genève, les seuls ministères sont les pasteurs et les anciens. Ils étaient élus par les paroisses. Surtout, on instaurait des « superintendants », dont l'autorité s'exerçait sur des régions analogues aux anciens diocèses, soumis à des magistrats et à la Couronne. Beaucoup d'évêques catholiques devinrent des superintendants, certains embrassant sincèrement la foi nouvelle.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Histoire du Christianisme tome 7 De la Réforme à la Réformation, 1450-1530, sous la responsabilité de Marc Venard, 926 p., (ISBN 2-7189-0624-3)
  • (en) The Scottish Reformation, COWAN.