Agence de développement de la culture kanak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Agence de développement de la culture kanak (ADCK) est un établissement public à caractère administratif qui assure depuis 1989[1], date de sa création à la suite de la signature des accords de Matignon-Oudinot, la mise en valeur et la promotion de la culture kanak de Nouvelle-Calédonie.

Ses missions sont :

  • de rechercher, collecter, valoriser et promouvoir le patrimoine culturel kanak ;
  • de mettre en oeuvre et développer la création artistique kanak ;
  • de susciter l’émergence de pratiques et de références culturelles communes à la Nouvelle-Calédonie ;
  • d’être un pôle de rayonnement et d’échanges régionaux et internationaux

Le Centre culturel Tjibaou est l'outil privilégié de l'ADCK. Il est le lieu d'affirmation identitaire et un espace de rencontre et de création culturelle.

Depuis le transfert à la Nouvelle-Calédonie l'établissement se nomme officiellement : Agence de développement de la culture kanak - centre culturel Tjibaou.

Organisation[modifier | modifier le code]

Direction[modifier | modifier le code]

Depuis sa création, jusqu'au 21 août 2012, Marie-Claude Tjibaou, veuve du dirigeant historique du mouvement indépendantiste et identitaire kanak Jean-Marie Tjibaou, en est la présidente du conseil d'administration. Le jour de la signature de la convention entre l'État et la Nouvelle-Calédonie fixant les modalités du transfert de l'agence du premier à la seconde, le conseil d'administration élit pour nouveau président le journaliste Wallès Kotra directeur régional de NC 1ère, tandis qu'une fonction de vice-président est créée et confiée à l'élue de l'Avenir ensemble Isabelle Ohlen.

Les directeurs successifs ont été :

  1. 1989 - 2006 : Octave Togna (militant UC, fondateur de la station indépendantiste Radio Djiido)
  2. 2006 - 2011 : Emmanuel Kasarhérou
  3. Depuis 2011 : Emmanuel Tjibaou (fils de Jean-Marie et Marie-Claude Tjibaou, linguiste en langues kanak)

Administration[modifier | modifier le code]

L'administration de l'ADCK comprend un secrétariat général (dirigé par le secrétaire général, actuellement Ashley Vindin, et comprenant notamment le service financier), un service informatique et des télécommunications (SIT, dont le responsable est Fabrice Mosca), et 7 départements :

  • Département technique qui veille à l’entretien et à la préservation du bâtiment et des jardins du Centre culturel Tjibaou (responsable : Thierry Plantagenest),
  • Département communication (responsable : Sarah Guemrirene),
  • Départent accueil et jeune public (DAJP) chargé de sensibiliser et de faire découvrir aux différents publics la culture kanak à travers des visites, des animations culturelles et artistiques (responsable : Aude-Christelle Forest),
  • Département spectacle (responsable : Nadège Lagneau),
  • Département de la médiathèque (responsable : Manuel Castejon),
  • Département des arts plastiques et des expositions (DAPEX, responsable : Pétélo Tuilalo),
  • Département recherche et patrimoine (DRP) conduit des programmes de recherche sur la culture kanak, notamment dans le domaine du patrimoine culturel kanak intangible comme la tradition et la littérature orale (responsable : Emmanuel Tjibaou).

Références[modifier | modifier le code]

Délibération n° 79/CP du 23 février 2012 portant organisation et fonctionnement de l’agence de développement de la culture kanak - centre culturel Tjibaou (ADCK-CCT)


Liens externes[modifier | modifier le code]