Portail:Histoire de la zoologie et de la botanique

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Portail Histoire de la zoologie, de la botanique et des disciplines annexes

De gauche à droite : Gessner, Réaumur et Lamarck

Ce portail a deux ambitions : vous présenter les articles en relation avec l'histoire de la zoologie, l'histoire de la botanique et des disciplines annexes ainsi que de coordonner l'action des Wikipédiens. Il s'agit d'un sous-projet du projet sur l'histoire des sciences.

Aujourd'hui, l'histoire de la zoologie et de la botanique est bien représentée sur la Wikipédia en français avec 5 932 articles biographiques ou historiques. Wikipédia est la première source d'information francophone sur le web sur ce sujet. Mais beaucoup reste à faire et nombre d'articles existants peuvent être améliorés.

La zoologie et la botanique semblent être, pour bien des gens, des disciplines poussiéreuses et archaïques, la modernité semblant s'exprimer avec la génétique. Pourtant, ce sont ces sciences qui ont permis la formulation de la théorie de l'évolution ou de l'écologie. Leur importance est encore plus manifeste aujourd'hui alors que la biodiversité est fortement menacée. L'histoire de ces disciplines permet de mieux comprendre les enjeux de nos sociétés actuelles.

Dans le cadre du projet Évaluation, destiné à établir une version stable de l'encyclopédie francophone Wikipédia, il a été initié une procédure d'évaluation des articles reliés à ce portail, vous trouverez plus d'informations ici. La page de discussion de chaque article comporte un tableau donnant l'état d'avancement de chaque article ainsi que son importance. Ce tableau est en général complété par une liste des tâches à accomplir en priorité sur chaque article. L'évaluation de l'avancement comme de l'importance peut être à tout moment discutée, n'hésitez pas à nous faire part de vos commentaires... ...

Les grandes thématiques

Start-here.svgPlusieurs pistes sont à votre disposition pour découvrir les articles du portail :

Nuvola apps ksig.pngVous souhaitez nous aider à enrichir et améliorer l'encyclopédie Wikipédia sur ce thème ? Rejoignez-nous et participez au projet correspondant.

Le dossier

L'histoire de la biologie marine

L'étude de la vie dans les mers et les océans a contribué à l'avancée des connaissances dans de nombreux domaines : bien sûr en zoologie et en biologie, mais aussi en embryologie, dans le domaine de l'évolution, de l'écologie, etc. Ce dossier est destiné à rappeler les principales étapes de cette histoire et à orienter vers les articles majeurs.

Les origines

Gravure de 1531.

La vie des océans a intéressé dès l'Antiquité comme en témoignent les publications d'Aristote, de Pline l'Ancien ou d'Élien. Il faudrait citer en particulier le poème intitulé les Halieutiques d'Oppien de Corycos, un auteur gréco-latin qui vivait au IIe siècle. L'auteur y décrit les techniques de pêche de son époque mais aussi les espèces de poissons pêchées, d'une façon plus ou moins juste.
À la Renaissance, l'auteur le plus important est peut-être Pierre Belon (v. 1517-1564) qui fait paraître L'histoire naturelle des estranges poissons marins, avec la vraie peincture et description du daulphin, et de plusieurs autres de son espèce (1551) suivi de La Nature et diversité des poissons, avec leurs pourtraicts représentez au plus près du naturel (1555). Sa définition du mot poisson est très large par rapport à aujourd'hui : il y rassemble tous les animaux marins y compris la baleine ou l'otarie, des crustacés ou des anémones, l'hippopotame et la loutre de mer (et même le caméléon). Pourtant, ses commentaires, souvent basés sur ses propres observations, sont très bons et surpassent ceux de ses contemporains.

Page de titre de l’Ichographia (1685).

Le XVIIe siècle est marqué par l'œuvre de John Ray (1627-1705) et Francis Willughby (1635-1672). Ces deux hommes se rencontrent à Cambridge et se lient bientôt d'amitié. Ils voyagent ensemble en Europe où ils observent des animaux dans leurs milieux. La prospection des marchés des grandes villes leur permet de découvrir, sur les étals des pêcheurs, de nombreuses espèces nouvelles pour eux. John Ray fait paraître en 1686 De Historia piscium à partir des notes de son ami Willughby. C'est une étape importante car l'ouvrage augmente considérablement le nombre d'espèces connues et surtout propose une classification pour les poissons qui sera exploitée par Peter Artedi (1705-1735).

Le XVIIIe siècle

Un hydre tiré de l'œuvre de Trembley.

Ce siècle est marqué par plusieurs étapes majeures. On considère souvent le comte Luigi Ferdinando Marsigli (1658-1730) comme le fondateur de l'océanographie avec la publication en 1725 de son Histoire physique de la mer. Celui-ci initie à l'histoire naturelle le français Jean André Peyssonnel (1694-1759) qui va découvrir en 1726 la nature animale des coraux, mais sa découverte est d'abord reçue avec un grand specticisme avant d'être confirmée en 1744 par le genevois Abraham Trembley (1710-1784). Ses Mémoires pour servir à l'histoire d'un genre de polypes d'eau douce à bras en forme de cornes sont discutés par René-Antoine Ferchault de Réaumur (1683-1757), Charles Bonnet (1720-1793) et Lazzaro Spallanzani (1729-1799) : cette controverse passionne l'Europe scientifique.
L'essor des grands voyages d'exploration au XVIIIe siècle (voir l'article sur ce sujet) va entraîner de nombreuses découvertes importantes mais la vie des océans, au-delà de la surface et des rivages, demeure en grande partie totalement inconnue. Il faut cependant citer les travaux très importants de François Péron (1775-1810) sur les méduses. Péron et Charles Alexandre Lesueur (1778-1846) reviennent de leur tour du monde de 1800 à 1804 avec plus de 100 000 spécimens dont de nombreuses nouvelles espèces.
C'est Peter Artedi (1705-1735) qui fournit à Carl von Linné (1707-1778) les éléments pour sa classification des poissons.
Le siècle s'achève avec les premiers travaux de Georges Cuvier (1769-1832) mais surtout de Jean-Baptiste de Lamarck (1744-1829) qui vont apporter les éclaircissements nécessaires à la bonne compréhension de la classification des invertébrés.

Le XIXe siècle

Des recherches très populaires

Planche de Haeckel.

L'étude de la vie des océans est l'occasion d'ouvrages très richement illustrés. Il faut notamment citer l'œuvre de Philip Henry Gosse (1810-1888) en Grande-Bretagne mais aussi Ernst Haeckel (1834-1919) en Allemagne. Cet intérêt est surtout entretenu par la vogue des aquariums, y compris dans les villes loin des mers. De nombreux amateurs participent à la diffusion des connaissances auprès du grand public, comme Sir John Graham Dalyell (1775-1851).
Les mers européennes font l'objet du travail fondateur d'Edward Forbes (1815-1854) que Robert Alfred Cloyne Godwin-Austen (1808-1884) publie posthumément sous le titre de The Natural History of European Seas (1859). Les régions zoogéographiques sont pour la première fois clairement décrites à l'exception des zones les plus profondes qui sont décrites sans vie.
C'est Otto Friedrich Müller (1730-1784) qui est à l'origine de l'utilisation de dragues pour l'étude de la biologie des fonds marins (1799). C'est à cette époque que s'engage une sorte de course pour la recherche de preuves de vie de plus en plus loin de la surface. Le suédois Otto Martin Torell (1828-1900) est l'un de ces pionniers : il effectue des draguages sur la côte du Spitzberg à plus de 2 200 mètres. Il en ramène divers invertébrés, il atteint 2 500 dans les eaux arctiques. La pose des câbles sous-marins pour les liaisons téléphoniques apporte à son tour des moissons d'informations. Mais les squelettes de foraminifères et de globigérines qu'on rapporte alors sont l'objet de controverses au sujet de leur origine. Certains, comme l'allemand Christian Gottfried Ehrenberg (1795-1876) et l'anglais Thomas Henry Huxley (1825-1895), soutiennent que ces animaux vivent à la surface avant de couler au fond de l'océan après leur mort.
Au-delà de la controverse sur la vie à grande profondeur, c'est aussi sa nature qui suscite un immense intérêt. Le norvégien Georg Sars (1837-1927) découvre un crinoïde que l'on croyait disparu depuis l'ère secondaire. Cela entraîne de nombreuses spéculations : certains supposent que les grandes profondeurs jouent le rôle de sanctuaire pour des espèces ayant disparu des zones les plus proches de la surface.

L'essor de la biologie marine au XIXe siècle

HMS Challenger

C'est dans ce climat que sont lancées d'immenses expéditions d'exploration des mers. L'une des plus célèbres est celle du Challenger sous la direction de Sir Charles Wyville Thomson (1830–1882). Outre des milliers de nouvelles espèces d'invertébrés, l'expédition réalise un très grand nombre de mesures. C'est le plus long voyage scientifique jamais réalisé, et l'exploitation des spécimens rapportés va mobiliser des scientifiques de nombreux pays : Alexander Emanuel Agassiz (1835-1910) des États-Unis, Albert von Kolliker (1817-1905) de Suisse, Paulus Peronius Cato Hoek (1851-1914) des Pays-Bas, Ernst Haeckel (1834-1919) d'Allemagne, Francis Buchanan White (1842-1894) de Grande-Bretagne, etc.
Cette expédition, et l'intérêt de ses résultats, va susciter de nombreuses vocations (comme celle d'Alexander Agassiz) et faire engager de nombreux programmes de recherche. Comme pour les grands voyages de circumnavigation du XVIIIe siècle, les nations rivalisent pour organiser des voyages d'étude des fonds marins : le gouvernement allemand finance trois voyages entre 1874 et 1899, c'est le cas aussi de l'Italie, de l'Amérique, de la Russie, etc.

Albert Ier de Monaco.

Les amateurs, du moins les plus fortunés d'entre eux, ne sont pas en reste. Il faut citer ici le rôle très important du « prince des mers », Albert Ier de Monaco (1848-1922). Il va, durant trente ans, financer des voyages à travers toutes les mers du globe. Les navires qu'il équipe sont parmi les plus modernes de leur époque. La qualité de leurs équipements attire de nombreux scientifiques français : Louis Joubin (1861-1935), Louis Roule (1861-1942), Léon Vaillant (1834-1914), Jean Baptiste François René Koehler (1860-1931), etc. À ceux-ci, viennent s'ajouter l'allemand Karl Andreas Heinrich Brandt (1854-1931), le norvégien Erik Leonard Ekman (1883-1931) et le britannique John Young Buchanan (1844-1925). Les observations vont faire l'objet de 110 volumes dont la parution s'échelonne jusqu'en 1955.

Les stations biologiques

Le laboratoire de Roscoff.

À ces laboratoires flottants, il faut ajouter les stations de biologie marine dont le nombre va rapidement augmenter durant la deuxième moitié du siècle. Des laboratoires étudiant la vie du bord des mers ont été signalés dès le XVIIIe siècle mais ils ne sont presque pas occupés. Leur véritable origine doit être trouvée durant le siècle suivant : en 1843, le belge Pierre-Joseph van Beneden (1809-1894) fonde un laboratoire à Ostende ; en 1859, le français Victor Coste (1807-1873) crée un laboratoire à Concarneau ; en 1869, le français Antoine Fortuné Marion (1846-1900) fonde celui de Marseille ; le russe Alexandr Onufrievich Kowalevsky (1840-1901) dirige le laboratoire créé à Sébastopol ; en 1872, le français Henri de Lacaze-Duthiers (1821-1901) crée la station de Roscoff puis, neuf ans plus tard, celle de Banyuls-sur-Mer ; le français Alfred Giard (1846-1908) crée la station marine de Wimereux en 1874, etc.

Le laboratoire de Dohrn.

Anton Dohrn (1840-1909) est à l'origine d'un des laboratoires les plus prestigieux du XIXe siècle : la Station zoologique de Naples (1872). Le choix de la ville n'est pas fait au hasard. Cette ville attire de nombreux touristes, aussi Dohrn a l'idée de créer, en parallèle à la station, un aquarium payant, les recettes contribuant au financement de l'institution. La ville lui offre des terrains en bord de mer et Dohrn fait construire, sur ses moyens personnels, un laboratoire et une bibliothèque très modernes. Il a l'idée brillante de louer ses équipements à des institutions de recherche du monde entier. Dès lors, le passage à la station de Naples devient une étape habituelle dans la formation de la plupart des biologistes de son époque.

Les découvertes de la biologie marine au XIXe siècle

L'Institut de zoologie de Kiel.

L'un des domaines qui bénéficie le plus des recherches du XIXe siècle est celui des invertébrés marins dont le nombre des espèces connues augmente considérablement. L'étude du développement des embryons (ou embryogénèse) est utilisée par Ernst Haeckel (1834-1919) dès 1866 pour proposer une filiation des différents phylums d'animaux. On retrouve de nombreux embryologistes parmi les biologistes marins, comme le français Paul Hallez (1846 - 1938) spécialiste des vers plats, ainsi que le français Yves Delage (1854-1920) qui fait paraître en 1892 une étude sur l'embryogénie des éponges. La station zoologique de Naples va être le lieu de rendez-vous des principaux embryologistes du temps : Alexandr Onufrievich Kowalevsky (1840-1901) y rencontre Élie Metchnikoff (1845-1916). Toujours à Naples, les allemands Theodor Boveri (1862-1915), Hans Adolf Eduard Driesch (1867-1941) et Curt Herbst (1866-1946) et les américains Charles Otis Whitman (1842-1910) et Edmund Beecher Wilson (1856-1939), sont à l'origine de nouvelles théories de l'évolution embryologique.

Scène de pêche en Italie vers 1880.

C'est à partir de l'étude du benthos de la baie de Kiel et d'Helgoland que Karl August Möbius (1825-1908) définit la notion de biocénose. Ses travaux sont à l'origine de l'écologie benthique. L'étude de la biologie marine a une implication pratique : celle de l'évaluation des stocks halieutiques. C'est notamment l'objectif des recherches de Victor Hensen (1835-1924) qui définit le terme de plancton. Ses études sont à l'origine de l'écologie pélagique quantitative. Les herbiers de posidonies sont étudiés par Antoine Fortuné Marion (1846-1900). L'allemand Friedrich Dahl (1856-1929) réalise les premiers prélèvements quantitatifs de benthos en 1893.
Le siècle s'achève avec l'organisation des premières rencontres internationales sur l'exploitation halieutique (la première à Stockholm en 1899). Ces rencontres aboutissent, en 1902, à la création du Conseil international pour l'exploration de la mer.

Le XXe siècle

L'écologie marine fait l'objet de divers travaux comme ceux du danois Carl Georg Johannes Petersen (1860-1928) sur l'écologie du benthos ou du français Paul Marais de Beauchamp (1883-1977) sur l'écologie intertidale. En 1924, le français Marcel Prenant (1893-1983), s'inspirant, des méthodes mises au point dans le domaine de phytosociologie, étudie les milieux rocheux. Les communautés intertidales sont étudiées par Édouard Fischer-Piette (1899-1988). William Emerson Ritter (1856-1944), le laboratoire (Laboratoire de biologie marine (MBL)) de Woods Hole, dirige l'école d'écologie pélagique des États-Unis.

Orientation bibliographique

  • Michel Glémarec (2007). Qu’est-ce que la biologie marine ? De la biologie marine à l’océanographie biologique, Vuibert (Paris) et ADAPT (Paris), collection Inflexions : 187 p. (ISBN 2-7117-7195-0[à vérifier : isbn invalide])

Édité dans une très intéressante collection d'histoire des sciences, Michel Glémarec, fait paraître une histoire de la biologie marine qui fera date.

Voir aussi...
  • Agnès Bériot (1962). Grands Voiliers autour du monde. Les voyages scientifiques 1760-1850, Éditions du Pont Royal (Paris) : 295 p.
  • Christian Carpine (2002). La Pratique de l’océanographie au temps du prince Albert Ier, Institut océanographique (Paris) : 331 p. (ISBN 2-77260-0225-0[à vérifier : isbn invalide])
  • Margaret B. Deacon (1997). Scientists and the Sea 16550-1900 : A Study of Marine Science [2e édition], Ashgate Publishing, Limited (Hampshire) : 512 p. (ISBN 0122078500)
  • Eric L. Mills (1991). Biological Oceanography : An Early History, 1760-1960, Cornell University Press (Ithaca) : xvii + 378 p. (ISBN 0801423406)
  • Jean-René Vanney (1993). Le Mystère des abysses. Histoires et découvertes des profondeurs océaniques, Fayard (Paris), collection Le temps des sciences : 522 p. (ISBN 2-213-03065-0)
Sur internet
  • (en) BEMON (Biographical Etymology of Marine Organism Names) est un excellent site qui donne quelques éléments biographiques sur un très grand nombre de personnalités liées à l'étude de la biologie marine.
  • (en) 2400 ans de malacologie offre une information bibliographique essentielle sur plus de 7 000 malacologistes.
  • (fr) (en) Fishbase n'est pas un site historique mais c'est une incontournable base de données sur tous les poissons du monde. À noter une base de données bibliographiques très complète.


Les dossiers du portail HZB

Les dossiers du portail HZB ont pour vocation d'apporter un éclairage approfondi sur un aspect particulier de l'histoire naturaliste. Ils présentent les principaux articles sur le sujet et vous offrent aussi une orientation bibliographique spécialisée. Nous vous proposons de participer à l'élaboration des prochains dossiers du portail HZB :


L'actualité

Les dernières parutions

Les Planches du Dictionnaire universel d’histoire naturelle de Charles d’Orbigny. Portraits d’animaux

Planche tirée du Dictionnaire universel

La famille d'Orbigny compte plusieurs naturalistes. Parmi eux Charles Henry Dessalines d'Orbigny (1806-1876), aide préparateur en géologie au Muséum national d'histoire naturelle et auteur d'un important Dictionnaire universel d’histoire naturelle dont la parution s'étale de 1841 à 1849. Un grand nombre de collaborateurs participent à sa réalisation parmi lesquels Geoffroy Saint-Hilaire père (1772-1844) et fils (1805-1861), Victor Audouin (1797-1841), Gabriel Bibron (1805-1848), Bréau, etc. L'ouvrage rencontre un grand succès et sera réédité deux fois.

Une sélection de planches de ce Dictionnaire universel (n'ayant pour sujet que des animaux) vient d'être rééditée. Elle est accompagnée d'un texte signé par Éric Baratay, professeur d'histoire contemporaine à Lyon, auteur de plusieurs ouvrages notamment sur les zoos. Celui-ci replace cette aventure éditoriale dans son contexte, et présente certains des collaborateurs scientifiques comme certains artistes. Les illustrations sont très belles, même si elles n'atteignent la réussite de l'œuvre d'un John Gould (1804-1881) ou, surtout, d'un Edward Lear (1812-1888). On peut regretter l'absence de noms latins en face des illustrations.

  • Éric Baratay (2007). Les Planches du Dictionnaire universel d’histoire naturelle de Charles d’Orbigny. Portraits d’animaux, Fage éditions (Lyon) : 335 p. (ISBN 978-2-84975-070-4)


Darwin hérétique. L’éternel retour du créationnisme

La théorie de l'évolution souvent qualifiée un peu hâtivement de darwinisme (lequel n'étant qu'une des principales étapes de sa conception) est la cible actuelle de nombreuses attaques. L'auteur, Thomas Lepeltier, historien des sciences et journaliste à Oxford, revient sur les théories, remontant parfois avant Darwin, qui tentent de réunir foi religieuse et conception scientifique. Il revient ainsi sur divers théoriciens, comme John Ray (1627-1705), affirmant au XVIIe siècle la fixité des espèces, thème repris plus tard par Georges Cuvier (1769-1832), Louis Agassiz (1807-1873) et sa théorie de grandes catastrophes périodiques après lesquelles Dieu recrée le monde... Il retrace également les mouvements créationnistes aux États-Unis qui renaissent à la fin XIXe siècle et aborde l’Intelligent Design. L'actualité de cet ouvrage, utilement complété par un index, risque de ne pas faiblir durant les prochaines années.

  • Thomas Lepeltier (2007). Darwin hérétique. L’éternel retour du créationnisme, Seuil (Paris), collection Science ouverte : 253 p. (ISBN 978-2-02-088213-2)


Histoire de l'ornithologie britannique et américaine

Ornithologues à l'affut

Deux ouvrages viennent de paraître sur l'histoire de l'ornithologie. Le premier, signé Scott Weidensaul, aborde l'histoire de l'ornithologie américaine des premiers explorateurs, comme Mark Catesby (1683-1749), aux Christmas Bird Counts (ou comptage d'oiseaux de Noël) qui ont rassemblé pas moins de 57 000 personnes en 2005.
Le second, de Peter Bircham, sur l'histoire de l'ornithologie britannique, aborde une période historique plus longue puisqu'il débute avec Aristote et Pline. L'auteur s'est attaché à retrouver les premières descriptions d'un grand nombre d'espèces d'oiseaux de Grande-Bretagne. On y apprend ainsi que la première description de la linotte à bec jaune date de 1562 et celle du blongios nain de 1666.
Ces deux livres reviennent sur la transformation progressive de l'ornithologie, d'une science tournée vers la description d'espèces et la constitution de collections d'individus morts, à une discipline militante de la protection des habitats et des espèces, l'une des branches les plus populaires de l'histoire naturelle.

  • Scott Weidensaul (2007). Or a Feather. A Brief History of American Birding, Harcourt Inc. (Orlando, Floride) : 358 p. (ISBN 978-0-15-101247-3)
  • Peter Bircham (2007). A History of Ornithology. A Survey of British Natural History, Collins (Londres), collection The New Naturalist Library : xii + 482 p. (ISBN 0-00-719970-8)
Le tricentenaire de Buffon

Portrait de Buffon

L'année 2008 était celle du 300e anniversaire de la naissance de Buffon (1707-1788). Cette commémoration, assez discrète dans les médias, a été l'occasion de la parution de nombreux ouvrages. Tout d'abord, les éditions Gallimard (1.) ont consacré un volume de la fameuse collection de la Pléiade à un choix de textes tirés de l’Histoire naturelle de Buffon. Une réédition complète a été entreprise par Honoré Champion (2.), le tome I comporte notamment un texte important : la description du cabinet de curiosités du Jardin du roi. Il faut signaler également qu'un site du CNRS offre l'intégralité du texte consultable en ligne.
Yves Laissus (6.) nous donne une très illustrée, mais un peu courte, bibliographie sur Buffon. Elle n'occulte pas l'ouvrage de référence de l'historien Jacques Roger (7.) paru originellement en 1989.
Thierry Hoquet, philosophe et historien des sciences, aborde les illustrations de l’Histoire naturelle dans une très intéressante monographie (4.). 2007 était aussi le 300e anniversaire de la naissance d'un autre homme célèbre, Carl von Linné (1707-1778). Thierry Hoquet les réunit (5.) et évoque leurs oppositions et de quelle manière la science en a, en définitive, tiré profit.
Marie-Jean Hérault de Séchelles (1759-1794) rencontre le respecté et déjà âgé Buffon en 1785 dans son fief de Montbard. Il tire de ce voyage un récit (3.) où il dévoile certains traits de caractère, vrais ou supposés, du grand homme.

  1. Buffon (2007). Œuvres, Gallimard (Paris), collection Bibliothèque de la Pléiade : 1 677 p. (ISBN 2070118037)
  2. Buffon (2007). Œuvres complètes. : Volume 1 ; Histoire naturelle, générale particulière, avec la description du cabinet du Roy, Honoré Champion, collection L'âge des lumières : 1 376 p. (ISBN 274531601X)
  3. Hérault de Séchelles (2007). Voyage à Montbard, Le Promeneur, collection Le cabinet des lettres : 95 p. (ISBN 2070786102)
  4. Thierry Hoquet (2007). Buffon illustré. Les gravures de l'Histoire naturelle (1749-1767), Muséum national d’histoire naturelle de Paris, collection Archives : 816 p. (ISBN 978-2-85653-601-8)
  5. Thierry Hoquet (2007). Buffon/Linné. Éternels rivaux de la biologie ?, Dunod (Paris), collection Quai des sciences : 232 p. (ISBN 9782100507184)
  6. Yves Laissus (2007). Buffon. La nature en majesté, Gallimard (Paris), collection Découvertes, n° 504 : 128 p. (ISBN 978-2-07-034317-1)
  7. Jacques Roger (2004). Buffon. Un philosophe au Jardin du roi, Fayard (Paris) : 645 p. (ISBN 2-213-02265-8)


Pionniers de la photographie animalière

Laurent Arthur, du muséum de Bourges et spécialiste des chauves-souris, signe là un très important ouvrage de référence. Il retrace la passionnante histoire des premiers photographes animaliers. Il ne s'agit pas que d'une technique nouvelle, même si ces pionniers font preuve d'une immense imagination pour réussir à photographier les animaux. Il s'agit d'un véritable changement de philosophie : le fusil, instrument de base des naturalistes, est volontairement délaissé et est bientôt l'objet de critiques. Il s'agit d'approcher l'animal vivant, libre, dans son milieu naturel.
Ces photographes sont inconnus du grand public, qu'il s'agisse des frères Richard (1862-1928) et Cherry Kearton (1871-1940), de George Edward Lodge (1860-1954) ou de Cordelia Stanwood (1865-1958). Pourtant, leur vie et leur œuvre sont toutes à redécouvrir.
Il est possible de découvrir certains de leurs ouvrages sur le site d'Internet Archive.

  • Laurent Arthur (2006). Pionniers de la photographie animalière, Pôles d’images (Barbizon) : 175 p. (ISBN 2-915561-03-6)
Orientation bibliographique :

Nous vous proposons une importante orientation bibliographique sur les histoires de ces disciplines.
Anciennes actualités et archives

  • Page d'actualité en juillet 2007
    • Entretien avec André Charpin, président de la Société botanique de France, Un naturaliste à Paris, 1834 par Alfred Moquin-Tandon, Découvrir Linné..., Les noms de reptiles et d'amphibiens d'Europe, Entretien avec Jean Lescure
  • Archives d'actualités


Lumière sur ...

Alfred Russel Wallace

Alfred Russel Wallace (8 janvier 1823 - 7 novembre 1913) est méconnu ; il est pourtant le co-découvreur de la théorie de l’évolution par la sélection naturelle avec Charles Darwin.

Autodidacte, il commence sa carrière de zoologiste pour les collectionneurs de papillons sur le bassin fluvial de l’Amazone, puis dans l’archipel malais où il identifia la ligne Wallace séparant la faune australienne de celle de l’Asie. C’est au cours de ses expéditions qu’il va comprendre divers processus naturels qui vont l’amener à élaborer la théorie sur la sélection naturelle. Wallace fut également l’un des principaux penseurs évolutionnistes du XIXe siècle, contribuant au développement de la théorie de l’évolution grâce notamment au concept de couleurs d’avertissement chez les animaux ou à celui d’effet Wallace. Il fut aussi considéré comme un expert en matière de répartition géographique des espèces animales et est parfois appelé le « père de la biogéographie ».

Wallace fut fortement attiré par les idées radicales. Sa défense du spiritisme et sa croyance en une origine immatérielle pour les plus hautes facultés mentales de l’être humain mit à mal ses relations avec le monde scientifique, tout spécialement avec les précurseurs de l’évolution. Il fut en outre l’un des premiers grands scientifiques à s’inquiéter des conséquences de l’activité humaine sur l’environnement.

Les cheminements...

Nous vous proposerons ici des cheminements à travers Wikipédia afin de découvrir les différents aspects de l'évolution de ces sciences.

Un article au hasard

En 1844, il y a 170 ans, le 3 juin, abattage des derniers grands pingouins provoquant par ce fait l'extinction de l'espèce.

Les voyages

Durant le XVIIIe et XIXe siècles, les voyages d'exploration se multiplient. Cherchant à cartographier, à conquérir, ils ont aussi pour but de dresser l'inventaire du vivant, d'enrichir les muséums, de découvrir des espèces utiles. Vous pouvez découvrir ici une description des principaux voyages (plus d'une cinquantaine).

La philatélie

C'est une façon étonnante de découvrir les naturalistes sur les timbres-poste. Ce cheminement permet de découvrir des personnalités méconnues voire inconnues des francophones. D'ailleurs, certains articles sont à créer. À vous de jouer !

Cheminements à venir

  • Les femmes dans les sciences naturelles.
  • Les institutions scientifiques.
  • Les collections.

Les ressources numériques

Nous vous proposons dans cette section, une sélection des meilleures ressources numériques librement consultables

L'université Louis Pasteur de Strasbourg

Il convient de signaler ici une remarquable bibliothèque numérique, tant pour ses choix que pour la haute qualité de la numérisation : Documents numérisés par le Service commun de documentation de l'université Louis Pasteur. Actuellement 271 documents sont proposés aux lecteurs. Dans le domaine de l'histoire naturelle, on trouve notamment les ouvrages majeurs de Conrad Gessner (1516-1565) (ici), d'Ulisse Aldrovandi (1522-1605) (ici), de Leonhart Fuchs (1501-1566) (ici), de Pierre Belon (v. 1517-1564) (ici) et de bien d'autres. La navigation, simple mais efficace, permet de se déplacer par discipline ou par auteur.
Star*.svg Parmi les nouvelles mises en ligne : l’Histoire naturelle éclaircie dans une de ses parties principales, l'ornithologie... de François Salerne (1705-1760), les tomes 1 et 7 du Mineral conchology of Great Britain de James Sowerby (1757-1822) et de James De Carle Sowerby (1787-1871) ainsi que des ouvrages de Jan Jonston (1603-1675), de Jean-Frédéric Hermann (1768-1793) et Antoine Joseph Dezallier d'Argenville (1680-1765)
Gtk-dialog-info.svg Pour plus d'informations, cliquez ici.

Quelques autres adresses

Gallica (Recherche Gallica) est la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France. Au 19 janvier 2010, Gallica proposait à la consultation en ligne 984 138 documents. Les collections de la Bibliothèque nationale de France s'élèvent à un nombre total de 14 millions de livres et d'imprimés dont le catalogue est accessible en ligne (Catalogue BNF. Le modèle Wikipedia Modèle:BNF permet de génèrer un lien vers la notice d'une publication (papier ou en ligne) via son identification FRBNF.

Le site Internet Archive présente plus de 230 000 documents numériques gratuitement consultables. Parmi eux, un grand nombre d'ouvrages sur l'histoire naturelle comme ceux de l'ichtyologiste et historien des sciences américain David Starr Jordan (1851-1931) (voir ici) ou du biologiste et philosophe britannique Sir Julian Huxley (1887-1975) (voir ici).

Le site de la bibliothèque université de Göttingen offre une sélection de 800 ouvrages numériques également librement consultables dont des nombreux livres de Peter Simon Pallas (1741-1811), de Jules René Bourguignat (1829-1892), de Carl Alexander Clerck (v. 1710-1765), etc.

Les derniers articles créés...

Le pictogramme C picto HZB.png symbolise une création d'article, E picto HZB.png symbolise un article sous forme d'ébauche et Plus picto HZB.png indique l'enrichissement significatif d'un article.

13 mars

24 décembre

  • E picto HZB.png Plus picto HZB.png Nérée Boubée (1806-1863), naturaliste, entomologiste, géologue, auteur et enseignant français.

14 décembre

17 novembre

  • C picto HZB.png E picto HZB.png Nérée Boubée (1806-1863), naturaliste, entomologiste, géologue, auteur et enseignant français.

16 août

15 août

14 août

13 août

12 août

11 août

15 mai

11 avril

Heinrich Cotta (1763-1844).

9 avril

  • E picto HZB.png Gerard Troost (1776-1850), médecin, naturaliste et minéralogiste américano-néerlandais.

8 avril

6 avril

4 avril

3 avril

2 avril

1er avril

31 mars

30 mars

26 mars

24 mars

19 mars

17 mars

15 mars

13 mars

10 mars

Quelques anniversaires...

Quelques anniversaires

6 janvier : Joseph Pitty Couthouy (1808-1864), militaire, paléontologiste et conchyliologiste américain.
15 février : Anton Menge (1808-1880), naturaliste allemand.
29 février : Hugh Falconer (1808-1865), géologue, paléontologiste, paléoanthropologue et botaniste britannique.
3 mars : Johan Christian Fabricius (1745-1808), entomologiste et économiste danois.
7 mars : Alfred William Howitt (1830-1908), anthropologue et naturaliste australien.
9 avril : Philipp Christoph Zeller (1808-1883), entomologiste allemand.
13 avril : Franz von Leydig (1821-1908), zoologiste et spécialiste de l'anatomie comparée allemand.
26 avril : Karl August Möbius (1825-1908), botaniste et écologue allemand.
5 mai : Pierre Jean Georges Cabanis (1757-1808), médecin, physiologiste et philosophe français.
20 mai : Pierre Baux (1708-1790), médecin et naturaliste français.
1er juin : Henry Doubleday (1808-1875), entomologiste et ornithologue britannique.
21 juin : Bernard du Bus de Gisignies, paléontologiste, ornithologue et homme politique belge.
8 juillet : George Robert Gray (1808-1872), conservateur du département ornithologue au British Museum.
22 juillet : Pierre Lyonnet (1708-1789), artiste et naturaliste hollandais.
1er août : Edward Tyson (1650-1708), médecin et anatomiste britannique.
8 août : Alfred Giard (1846-1908), zoologiste et biologiste français.
8 août : André Paillot (1885-1944), entomologiste français.
30 août : Jean-Charles Chenu (1808-1879), médecin militaire et malacologiste français.
31 août : Étienne Pierre Ventenat (1757-1808), botaniste français.
14 septembre : Rodolfo Armando Philippi (1808-1904), naturaliste chilien d'origine allemande.
4 octobre : Martin de Sessé y Lacasta (1751-1808), naturaliste espagnol.
11 octobre : William Saville-Kent (1845-1908), biologiste marin britannique.
16 octobre : Albrecht von Haller (1708-1777), naturaliste allemand.
17 octobre : William Harris Ashmead (1855-1908), entomologiste américain.
18 octobre : Charles Thomas Bingham (1848-1908), entomologiste britannique.
1er novembre : Ludwig Carl Christian Koch (1825-1908), arachnologiste allemand.
21 novembre : Camillo Róndani (1808-1879), entomologiste italien.
23 novembre : Charles Cardale Babington (1808-1895), botaniste britannique.
27 novembre : Albert Gaudry (1827-1908), paléontologiste français.
29 novembre : Adolphe Bellevoye (1830-1908), illustrateur et entomologiste français.
12 décembre : Guillaume Philippe Schimper, paléontologiste et botaniste français.
28 décembre : Joseph Pitton de Tournefort (1656-1708), botaniste français.



La charte de qualité

Si vous n'avez jamais participé à Wikipédia, prenez le temps de lire ces articles : Contribuer à Wikipédia

Afin d'homogénéiser la réalisation des articles et d'assurer une bonne qualité aux articles, voici quelques règles :

  1. Toujours indiquer la date de naissance et de mort de toute personne citée dans un article.
  2. Indiquer la source ou les sources des informations contenues sur un article.
  3. Limiter le nombre de liens rouges.
  4. Vérifier les liens afin de minimiser les mauvaises directions.
  5. Faire la liste des principales publications lorsqu'il s'agit d'un article biographique.
  6. Donner, pour les articles les plus importants, une orientation bibliographique.
  7. Respecter au mieux la Charte du contributeur en science sur Wikipédia

Portail de qualité

Médaille de qualité

Ce portail a été défini comme article de qualité faisant honneur à l’encyclopédie Wikipédia libre, universelle et gratuite. Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion ainsi que celle de la liste des articles de qualité.

Articles de qualité

Bon article Georg Forster (1754-1794), naturaliste allemand. Il accompagne son père lors du deuxième voyage de Cook autour du monde. Ce grand naturaliste, qui disparaît à quarante ans, est, comme A.M.S. Merian, très méconnu en France.

Bon article Jacques Delisse (1773-1856), botaniste et pharmacologue français. Membre de l'expédition Baudin descendu à l'île Maurice, il y ouvre la première pharmacie connue puis y fonde une société d'histoire naturelle ainsi qu'une banque.

Article de qualité Alfred Russel Wallace (1823-1913) était un naturaliste, géographe, explorateur, anthropologue et biologiste britannique. Il est le co-découvreur de la théorie de l'évolution par la sélection naturelle avec Charles Darwin.

Bon article La tulipomanie, qui survint dans le nord des Provinces-Unies au milieu du XVIIe siècle, est le nom donné à un effondrement subit des cours de l'oignon de tulipe qui avaient atteint un niveau astronomique.

Bon article Charles Darwin (1809-1882) est un naturaliste anglais dont les travaux sur l'évolution des espèces vivantes ont révolutionné la biologie. En ses débuts géologue, il a formulé l'hypothèse selon laquelle toutes les espèces vivantes ont évolué au cours du temps à partir d'un seul ou quelques ancêtres communs grâce au processus connu sous le nom de « sélection naturelle ».

La vie du portail

Ce projet a besoin de vous ! Il s'agit de faire la liste des manques actuels afin de coordonner nos efforts. Pour vous aider dans l'enrichissement ou la création des articles, voici une liste comparative des articles en français, en anglais et en allemand.

Nous recherchons des traducteurs !

De l'anglais

Discussion:Ronald Aylmer Fisher/Traduction Discussion:Lorenz Oken/Traduction en:Samuel George Morton

De l'allemand

Discussion:Johann August Carl Sievers/Traduction Discussion:Peter Kolb/Traduction Discussion:Engelbert Kaempfer/Traduction Discussion:Caspar Friedrich Wolff/Traduction Discussion:Konrad Lorenz/Traduction

Du polonais

Du néerlandais

Du suédois

Du russe

Du portugais

Discussion:Alexandre Rodrigues Ferreira/Traduction

Ajouter des Évènements

Portail:Histoire de la zoologie et de la botanique/Évènement

Organisation des données

Les articles à travailler


Autres portails.

Avertissement


Ce portail a été reconnu comme « portail de qualité » le 3 avril 2008 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion ainsi que le vote l’ayant promu.