Baidu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Idéogrammes chinois Cette page contient des caractères chinois. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec Beidou, satellite de géolocalisation.

Baidu

alt=Description de l'image Baidu logo.svg.
Création 2000
Personnages clés Robin Li, Chairman, CEO
Shawn Wang, CFO
David Zhu, COO
Forme juridique Public Company (S.A. avec appel public à l'épargne)
Action NASDAQ : BIDU
Siège social Drapeau de Chine Beijing (Chine)
Activité services internet
Produits moteur de recherche
Effectif 16 082 (2011)
Site web www.baidu.com
Chiffre d’affaires en augmentation 4,3 milliard ¥ (2009)
(environ 452 millions €)
Résultat net en augmentation 1,4 millions ¥ (2009)
Le siège de l'entreprise à Pékin

Baidu (chinois : 百度, pinyin : bǎi dù) est une entreprise internet chinoise. Son moteur de recherche chinois qui peut chercher du texte et des images. En juin 2013, c'est le site le plus consulté de Chine et le 5e site le plus consulté sur Internet[1]. Baidu veut dire « Cent degrés » en chinois. Baidu propose un index de plus de 740 millions de pages web, 80 millions d'images et 10 millions de fichiers multimédia[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondé par Li Yanhong (李彦宏) et Eric Xu (徐勇) en janvier 2000 à Běijīng, dans le quartier de Zhōngguān Cūn (中关村), Baidu est devenu très rapidement Numéro 1 grâce sa technologie de recherche en mandarin. Face à Google, son slogan est « Baidu connaît mieux le chinois ».

Baidu a été introduit en bourse au Nasdaq de New York et ses premières cotations ont affolé le marché, passant en quelques heures de 27 à plus de 122 dollars, soit une progression de 354%. Aujourd'hui, Baidu traite plus de 200 millions de recherches. Les services de Baidu comprennent recherche web, actualités, images, musiques, forums, questions/réponses.

Baidu suit les consignes du ministère de la sécurité publique (公安部信息网络安全 Gōng'ānbù xìnxī wǎngluò ānquán) et filtre les questions comme les réponses. Du 28 avril au 3 mai 2008, les recherches contenant « 家乐福 » jialefu (Carrefour, les hypermarchés français, très implantés en Chine) recevaient pour réponse « Cette recherche n'est pas autorisée actuellement », alors que se préparaient des manifestations non officielles contre les symboles de la France, notamment une journée de boycott de Carrefour le 1er mai, après les incidents du relais de la flamme olympique 2008 et les manifestations pro Tibet[réf. nécessaire]. Très obéissant aux ordres de la censure, Baidu est aussi plus prompt à proposer des liens de téléchargements quasi illégaux (MP3, DivX...)[3].

L'entreprise est en pleine croissance. Après avoir compté 6 000 employés en 2006, elle a atteint plus de 10 000 en 2010.

Jusqu'en 2009, le moteur proposait d'acheter une place privilégiée dans les résultats sans pour autant avertir qu'il s'agissait de publicité de telle sorte que le site a fini par faire apparaître des distributeurs illégaux de médicaments en tête de classement, et s'est retrouvé au centre d'un véritable cyclone médiatique[3]. À la suite à cette affaire l'entreprise a perdu beaucoup en crédibilité auprès des internautes chinois mais reste la référence locale. Elle a depuis fait son mea culpa et modifié ses pratiques en vue d'acquérir une nouvelle respectabilité nécessaire pour s'ouvrir à l'international[3].

Le lundi 4 juillet 2011, Microsoft et Baidu officialisent leur partenariat dans le domaine de la recherche sur Internet. Du fait de cet accord, les mots-clés en anglais saisis sur le moteur de recherche chinois livreront les résultats proposés par le Bing anglophone. Cet accord permet à Bing de s'ouvrir sur le marché chinois (même si ce n'est pas visible par l'internaute chinois) et à Baidu de se diversifier à l'international et de densifier ses activités.

Le mardi 22 février 2011, China Telecom (中国电信) et l'agence de presse Chine nouvelle (新华), lancent un nouveau moteur de recherche nommé Panguso (盘古搜索), dans un contexte où Baidu est le premier moteur de recherche avec 73 % des requêtes en Chine et le second, Google, obtient 24 % des requêtes.[réf. nécessaire]

En octobre 2014, Baidu acquiert une participation dans l'entreprise brésilienne Peixe Urbano, spécialisé dans la vente internet promotionnelle, pour un montant inconnu[4].

Baidu Japon[modifier | modifier le code]

Baidu a annoncé son entrée sur le marché de la recherche en décembre 2006, et la version bêta, Baidu Japon est en ligne depuis le 20 mars 2007. Fort de ses techniques de recherche dans les textes constitués de caractères chinois, japonais et coréens, Baidu a utilisé ces atouts pour reproduire sa réussite au Japon[5].

Baidu.jp est censuré en Chine continentale. La raison officielle est l'absence de filtrage des réponses concernant les sites pornographiques japonais.

Baidu Baike[modifier | modifier le code]

En mai 2006, Baidu a lancé une encyclopédie collaborative en ligne inspirée de Wikipédia, la version chinoise faisant à l'époque l'objet d'un blocage par Pékin. Ce nouveau service, baptisé Baidu Baike, est fortement censuré pour éviter d'offenser le gouvernement chinois. Wikipédia était devenu de plus en plus populaire en Chine avant son blocage en 2005. En septembre 2009, Baidu Baike comptait 1,5 million d'articles (contre 3 millions pour Hudong, et 270 000 pour Wikipédia en chinois). Et en avril 2011, trois millions d'articles étaient disponibles.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. baidu.com - Site Info from Alexa (en)
  2. Baidu.com, Inc. (ADR): Company Report (en). URL visitée le 13 mai 2006.
  3. a, b et c LA CHINE l'autre pays d'InTernet, Micro hedbo, N°700, semaine du 15 au 21 septembre, p. 26.
  4. China's Baidu buys control of Brazil's Peixe Urbano in expansion push, Reuters, 9 octobre 2014
  5. Baidu Japon, la version bêta est en ligne (fr). URL visitée le 5 juin 2007.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]