Lotus F1 Team

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec Team Lotus, présente en Formule 1 de 1958 à 1994.
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec Lotus Racing, écurie de Tony Fernandes présente en Formule 1 en 2010.
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec Team Lotus, écurie de Tony Fernandes présente en Formule 1 en 2011.
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec Lotus Renault GP, dénomination commerciale de l'écurie de Formule 1 Renault F1 Team en 2011.

51° 55′ 12″ N 1° 23′ 25″ O / 51.92, -1.39028

Lotus F1 Team
logo

Discipline Formule 1
Localisation Drapeau du Royaume-Uni Enstone
Dirigeants et pilotes
Président Drapeau : Luxembourg Gérard Lopez
Directeur Drapeau : Luxembourg Gérard Lopez
Directeur technique Drapeau : Royaume-Uni Nick Chester
Pilotes 8 Drapeau de la France Romain Grosjean
13 Drapeau du Venezuela Pastor Maldonado
Pilotes essayeurs Drapeau de la France Charles Pic
Drapeau du Danemark Marco Sørensen
Drapeau de la France Nicolas Prost
Caractéristiques techniques
Châssis Lotus E22
Moteurs Drapeau : France Renault Energy F1
Pneumatiques Drapeau de l'Italie Pirelli
Résultats
Début en CM F1 Grand Prix d'Australie 2012
GP disputés 39
Points marqués 618
Titres constructeurs 0
Titres pilotes 0
Victoires en Grands Prix 2
Podiums 24
Pole positions 0
Meilleurs tours en course 5

Lotus F1 Team est une écurie de Formule 1 britannique qui débute en compétition en tant que constructeur à l'occasion de la saison 2012. Basée à Enstone en Angleterre, Genii Capital est l'actionnaire majoritaire de l'équipe. Le constructeur Lotus Cars, initialement commanditaire publicitaire principal, ne constitue plus qu'un prête-nom pour l'équipe. En 2013, Genii Capital vend 35 % de ses parts au consortium d'investissement Infinity Racing. Lotus F1 Team, bien que distincte de sa devancière Team Lotus présente en Formule 1 de 1958 à 1994 et qui remporta six titres mondiaux des pilotes et sept titres constructeurs, souhaite s'inscrire dans sa continuité à travers son logotype et la livrée noire et or de ses voitures.

Historique[modifier | modifier le code]

2009-2011 : L'arrivée en plusieurs étapes de Lotus Cars[modifier | modifier le code]

2010 : Lotus Cars soutient l'écurie de Tony Fernandes[modifier | modifier le code]

En 2009, la FIA lance un appel d'offres pour accueillir de nouvelles équipes à compter de 2010. La petite structure Litespeed présente sa candidature sous le nom de Litespeed Lotus alors qu'elle n'a aucun lien ni avec Lotus Cars, ni, avec le Team Lotus. Si la candidature de Litespeed n'est finalement pas retenue, Lotus Cars annonce alors sa volonté de prendre des mesures pour protéger son nom et sa réputation. À la suite du retrait de l'écurie BMW Sauber, un nouvel appel d'offres est lancé et le gouvernement malaisien inspiré par l'action de Litespeed, décide d'inscrire une nouvelle équipe nommée Lotus F1 Racing liée à Lotus Cars : le constructeur automobile national Proton, groupe automobile fondé en 1983 détient depuis 1998 80 % de Lotus Cars. La candidature est retenue le 15 septembre 2009 et, en 2010, l'écurie est baptisée Lotus Racing, Lotus Cars ayant accordé à l'écurie de course une franchise d'utilisation de son nom[1].

2011 : Lotus Cars soutient l'écurie Renault F1 Team[modifier | modifier le code]

Toutefois, après une saison en Formule 1, Lotus Cars est déçu des performances de l'écurie de course dirigée par Tony Fernandes et dénonce son partenariat. Concommitament, l'entreprise annonce son soutien à l'écurie Renault F1 Team pour la saison 2011. L'équipe est renommée Lotus Renault GP et les voitures prennent la livrée noir et or du Team Lotus dans les années 70-80. Si Tony Fernandes ne peut plus utiliser la dénomination Lotus, il a entretemps racheté les droits d'utilisation du nom Team Lotus pour sa propre écurie[2],[3]. En 2011, on compte donc deux écuries Lotus en championnat du monde : celle de Tony Fernandes, qui a perdu le soutien de la marque automobile Lotus cars, et l'écurie Lotus Renault GP, qui aligne des châssis Renault.

Le conflit autour du nom Lotus s'arrête fin 2011 quand Fernandes renomme son équipe Caterham F1 Team, ce qui permet à l'équipe d'Enstone de devenir officiellement l'équipe Lotus à compter de 2012.

2012 : Première saison en tant que constructeur[modifier | modifier le code]

Kimi Räikkonen à bord de la la Lotus E20 lors du Grand Prix d'Abou Dabi 2012

Le 29 novembre 2011, après de longues discussions avec Williams F1 Team, Kimi Räikkönen choisit de s'engager chez Lotus pour une durée de deux ans. Il remplace dans un premier temps Robert Kubica toujours en convalescence suite à son accident en rallye. Le 9 décembre 2011, Romain Grosjean devient son coéquipier.

La saison commence en fanfare pour la jeune équipe avec deux très bonnes qualifications du français Romain Grosjean. Le pilote qui effectue son retour en Formule 1 ne peut conclure en course et abandonne coup sur coup. Kimi Räikkönen marque néanmoins régulièrement des points en se classant septième en Australie puis cinquième en Malaisie. Le quatrième Grand Prix de la saison au Bahreïn vient mettre en lumière l'équipe basée à Enstone grâce à un double podium[4] - Raikkonen signant la deuxième position juste devant son coéquipier qui réalise son premier podium en Formule. Sur les huit courses disputées en Europe, l'écurie réalise sept podiums dont cinq grâce à Kimi Räikkönen. Lors du Grand Prix de Belgique, Romain Grosjean est condamné par la FIA à une course de suspension pour avoir causé un accrochage au départ[5]. Lotus F1 Team fait alors appel à son troisième pilote, titulaire l'année précédente chez Marussia, Jérôme d'Ambrosio. Si l'équipe inscrit des points lors de chaque Grand Prix, elle perd du terrain sur ses rivaux lors des Grands Prix asiatiques de Singapour et du Japon où Grosjean est à nouveau mis en cause dans un accrochage dès le début de l'épreuve et sanctionné par les commissaires. Lotus choisit alors de cesser le développement de son double DRS, système permettant d'augmenter l'appui au niveau de l'aileron arrière et de concentrer son attention sur les échappements à effet Coandă[6].

À Abou Dabi, lors d'un Grand Prix mouvementé, Kimi Räikkönen offre à son écurie sa première victoire en championnat du monde de Formule 1[7]. Le 22 novembre, l'équipe annonce un partenariat avec le groupe Coca-Cola via sa boisson énergisante Burn, puis en Australie, un partenariat avec Columbia Records.

2013 : Confirmation des bons résultats[modifier | modifier le code]

Le 17 mars 2013, Kimi Räikkönen, septième sur la grille de départ, remporte le Grand Prix inaugural en Australie grâce à une stratégie à deux arrêts alors que ses concurrents directs passent trois fois par les stands. Il obtient également le meilleur tour en course lors de l'ultime boucle de la course. L'écurie affirme sa régularité au Grand Prix de Bahreïn où, partis huitième et onzième, Kimi Räikkönen et Romain Grosjean terminent la course sur le podium derrière Sebastian Vettel. Après être partis respectivement quatrième et cinquième du Grand Prix d'Allemagne, Räikkönen et Grosjean terminent encore sur le podium derrière Vettel. Le Finlandais reste troisième du championnat du monde des pilotes avec 116 points et Grosjean est huitième avec 51 points tandis que l'écurie se maintient à la quatrième place du championnat du monde des constructeurs derrière Red Bull, Mercedes et Ferrari.

Néanmoins, la saison est marquée par un conflit avec Kimi Räikkönen : l'écurie choisit de privilégier ses ingénieurs et fournisseurs pour assurer le développement de sa monoplace au cours de la saison et ne verse pas son salaire. Räikkönen décide, après le Grand Prix d'Italie, de quitter l'écurie à la fin de la saison pour rejoindre Ferrari en 2014, ce qui accentue les frictions avec son équipe. Le 10 novembre 2013, Steve Robertson, son manager annonce que le Finlandais met fin à sa saison afin de se faire opérer du dos (le problème remonte à un accident avec Sauber en 2001) à Salzbourg le jeudi précédent le Grand Prix automobile des États-Unis 2013. Depuis le Grand Prix d'Abou Dabi, il ne pouvait dormir sans de puissants analgésiques. Un certificat médical permet à Räikkönen de préserver son contrat avec Lotus : le Finlandais pourra ainsi être payé normalement lorsque le management de Lotus sera en mesure de réunir la somme correspondant au salaire impayé du Finlandais[8],[9]

En pleine lutte pour la seconde place du championnat contre Ferrari, Lotus cherche un pilote capable de marquer des points importants. Sont ainsi contactés Heikki Kovalainen, Pastor Maldonado, Rubens Barrichello, Kamui Kobayashi, Michael Schumacher et Davide Valsecchi[10]. Ferrari, qui a payé le salaire en souffrance de Nico Hülkenberg chez Sauber afin que son contrat reste valide, oppose son refus à ce transfert[11]. Finalement, Lotus engage Heikki Kovalainen libéré par Caterham[12]. Lotus termine quatrième du championnat du monde avec 315 points.

2014 : Changement de direction[modifier | modifier le code]

Le 24 janvier 2014, il est annoncé qu'Éric Boullier quitte l'écurie avec effet immédiat. Il est remplacé dans ses fonctions par Gérard Lopez, le propriétaire de l'écurie, afin d'« accroître le rôle de Genii dans l’équipe et de réduire les fossés entre les activités commerciales, stratégiques et sportives »[13].

2015 : Début d'une nouvelle collaboration avec Mercedes[modifier | modifier le code]

Après plusieurs mois de discussions, de spéculations, de négociations sur le moteur de l'écurie britannique, Lotus F1 Team annonce le 9 octobre 2014, que les monoplaces Lotus E23 seront équipées du V6 Mercedes, pour la saison 2015[14].

Résultats en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Résultats de l'écurie Lotus F1 Team en championnat du monde de Formule 1
Saison Écurie Châssis Moteur Pneus Pilotes Grands Prix disputés Points inscrits Classement
2012 Drapeau : Royaume-Uni Lotus F1 Team Lotus E20 Renault V8 Pirelli Drapeau : Finlande Kimi Räikkönen
Drapeau : France Romain Grosjean
Drapeau : Belgique Jérôme d'Ambrosio
20 303 4e
2013 Drapeau : Royaume-Uni Lotus F1 Team Lotus E21 Renault V8 Pirelli Drapeau : Finlande Kimi Räikkönen
Drapeau : France Romain Grosjean
Drapeau : Finlande Heikki Kovalainen
19 315 4e
2014 Drapeau : Royaume-Uni Lotus F1 Team Lotus E22 Renault V6 Pirelli Drapeau : France Romain Grosjean
Drapeau : Venezuela Pastor Maldonado
14 8 8e


Tableau synthétique des résultats de l'écurie Lotus F1 Team en Formule 1
Saison Écurie Châssis Moteur Pneus Pilotes Courses Points
inscrits
Classement
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
2012 Lotus F1 Team E20 Renault V8
RS27-2012
Pirelli AUS MAL CHI BAH ESP MON CAN EUR GBR ALL HON BEL ITA SIN JAP COR IND ABU USA BRÉ 303 4e
Kimi Räikkönen 7e 5e 14e 2e 3e 9e 8e 2e 5e 3e 2e 3e 5e 6e 6e 5e 7e 1re 6e 10e
Romain Grosjean Abd Abd 6e 3e 4e Abd 2e Abd 6e 18e 3e Abd 7e 19e* 7e 9e Abd 7e Abd
Jérôme d'Ambrosio 13e
2013 Lotus F1 Team E21 Renault V8
RS27-2013
Pirelli AUS MAL CHI BAH ESP MON CAN GBR ALL HON BEL ITA SIN COR JAP IND ABU USA BRÉ 315 4e
Kimi Räikkönen 1re 7e 2e 2e 2e 10e 9e 5e 2e 2e Abd 11e 3e 2e 5e 7e Abd
Romain Grosjean 10e 6e 9e 3e Abd Abd 13e 19e* 3e 6e 8e 8e Abd 3e 3e 3e 4e 2e Abd
Heikki Kovalainen 14e 14e
Légende
Légende : ici
  • * le pilote n'a pas fini la course, mais a été classé parce qu'il a parcouru plus de 90 % de la distance de la course.

Lotus F1 Junior Team[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Lotus F1 Junior Team.

Lotus F1 a sa filière de jeunes pilotes, à l'instar du Red Bull Junior Team, pour Red Bull Racing. Le Lotus F1 Junior Team existe depuis 2002, et évoluait sous le nom de Renault Driver Development, à l'époque, pour le Renault F1 Team. Des pilotes, comme Romain Grosjean sont notamment issus de cette filière.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://motorsport.nextgen-auto.com/Lotus-F1-doit-faire-honneur-a-son-heritage.html
  2. Proton refuse à Fernandes le droit d'utiliser le nom Team Lotus, sur motorsport.nextgen-auto.com, consulté le 27 septembre 2010
  3. Lotus Racing devient Team Lotus, sur motorsport.nextgen-auto.com, consulté le 25 septembre 2010
  4. « Résultats du Grand Prix de Bahreïn 2012 », sur fan-f1.com,‎ 22 avril 2012 (consulté le 9 octobre 2012)
  5. « GP de Belgique : Romain Grosjean écope d'une course de suspension », sur 20minutes.fr,‎ 3 septembre 2012
  6. « Lotus adopte les échappements Coanda et abandonne le double DRS », sur fan-f1.com,‎ 9 octobre 2012
  7. « Räikkönen et Lotus s'imposent à Abou Dhabi », sur autohebdo.fr,‎ 4 novembre 2012
  8. Olivier Ferret, « F1 - Raikkonen arrête sa saison et va se faire opérer », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 10 novembre 2013 (consulté le 10 novembre 2013)
  9. Olivier Ferret, « F1 - Robertson : Raikkonen ne pouvait pas finir la saison », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 10 novembre 2013 (consulté le 10 novembre 2013)
  10. Olivier Ferret, « F1 - Lopez aurait bien voulu voir Schumacher dans une de ses Lotus », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 15 novembre 2012 (consulté le 15 novembre 2013)
  11. Olivier Ferret, « F1 - Ferrari a bloqué le passage d’Hulkenberg chez Lotus », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 14 novembre 2012 (consulté le 14 novembre 2013)
  12. communiqué officiel Lotus F1 Team, « Heikki Kovalainen chez Lotus F1 Team », sur lotusf1team.com,‎ 14 novembre 2012 (consulté le 14 novembre 2013)
  13. Guillaume Navarro, « Eric Boullier remplacé par Gérard Lopez chez Lotus », sur toilef1.com,‎ 24 janvier 2014 (consulté le 24 janvier 2014)
  14. Jacques-Armand Dupuis, « F1 – Lotus roulera avec le V6 Mercedes en 2015 », sur autohebdo.fr,‎ 9 octobre 2014 (consulté le 9 octobre 2014)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]