Saab Automobile

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saab (homonymie).

SAAB Automobile

Description de l'image  Saab wordmark grey.svg.
Création 1947
Dates clés 1964 Intègre Scania-Vabis
1969 Fusion Saab-Scania
1990 Scission avec Saab AB
1995 GM au capital à 50 %
2000 Cédé à GM
2010 Cédé à Spyker Cars NV
2011 Faillite
2012 Acquis par NEVS
2013 Redémarrage de la production à l'usine de Trollhättan
2014 Arrêt de la production à l'usine de Trollhättan et cessation de paiement
Personnages clés Gunnar Ljungström
Sixten Sason
Per Gillbrand
Forme juridique Société par actions
Siège social Drapeau de Suède Trollhättan (Suède)
Direction Kai Johan Jiang (PDG)
Mattias Bergman (DG)
Actionnaires National Modern Energy Ltd
Qingbo Investment Co. Ltd
Activité Automobile
Société mère National Electric Vehicle Sweden AB
Sociétés sœurs Orio AB
Filiales Saab Automobile Powertrain
Saab Automobile Tools AB
SAAB Properties AB
Effectif 701[1] (2013)
Site web www.saabcars.com

Saab Automobile est le nom d'un constructeur automobile suédois issu du constructeur aéronautique du même nom. Ce nom est l'acronyme de Svenska Aeroplan Aktiebolaget, qui peut se traduire par « Société par actions d'aéroplanes suédois »[2].

Saab Automobile AB et Saab AB sont depuis 1990 deux entreprises distinctes, mais à l'histoire commune.

Ancienne filiale de General Motors, le constructeur suédois avait été racheté par l'artisan néerlandais Spyker Cars le 26 janvier 2010[3], à la suite de la faillite de sa maison mère américaine, puis devait être cédé à deux industriels chinois fin 2011[4]. Faute d'accords avec GM, le constructeur demanda sa mise en faillite le 19 décembre 2011[5]. Le consortium sino-suédois National Electric Vehicle Sweden AB (NEVS) s'en portera finalement acquéreur en juin 2012[6], mais Saab et Spyker assigneront General Motors le 6 août 2012 pour avoir refusé les accords précédents avec deux industriels chinois[7].

L'entreprise Orio AB, anciennement Saab Automobile Parts AB, indépendante et bien portante, continue d'assurer la distribution des pièces détachées[8].

Le logo serti sur la voiture ressemblait à celui du constructeur de poids lourds Scania, Saab en ayant été une société sœur de 1964 à 1989.

Histoire[modifier | modifier le code]

Saab (Svenska Aeroplan Aktiebolaget) est née en 1937 de la volonté du gouvernement social démocrate de l'époque de doter la Suède d'une industrie aéronautique capable, en cette période troublée, de défendre la neutralité du pays. L'activité démarre par des constructions sous licence, puis elle décolle avec la création du premier avion de conception suédoise, le B 17, suivi du B 18, qui apparaîtra sur le logo décorant les modèles de la marque automobile dans les années soixante. Le retour à la paix et les incertitudes qui pèsent sur l'avenir de l'aéronautique vont conduire les dirigeants de l'entreprise à chercher une diversification. Les automobiles Saab vont naître en 1947 de la nécessité de ce redéploiement industriel.

Naissance de la division automobile[modifier | modifier le code]

Saab 92001 (Ursaab)

La direction du projet, le développement d'un véhicule économique adapté au marché suédois, fut confiée à l'ingénieur Gunnar Ljungström, qui s'entoura d'une vingtaine d'ingénieurs et de techniciens de l'aéronautique. La légende ajoute que seuls deux membres du groupe possédaient un permis de conduire.

En moins de deux ans, ces passionnés parvinrent à transformer leurs compétences du domaine de la construction aéronautique en une solide connaissance des automobiles, sans pour autant renier leurs origines. Leur apprentissage méticuleux s'alimentait de modèles Opel, DKW, Hanomag et Adler. Le prototype UrSaab reçut par exemple les feux avant de la VW coccinelle.

La première Saab fut ainsi présentée à la presse et au public le 10 juin 1949[9]. Dotée d'un profil semblable à celui d'une aile d'avion, elle ne ressemblait à aucune autre voiture commercialisée à cette époque. Le modèle industrialisé, redessiné par le designer industriel Sixten Sason (Karl-Erik Sixten Andersson), fut commercialisé dès décembre 1949 sous le nom de Saab 92. Animée d'un deux cylindres à deux temps de 764 cm3 d'origine DKW, elle développait une puissance de 19 kW pour atteindre 105 km/h en vitesse de pointe.

Encore partie intégrante du groupe Saab originel en 1945, la division automobile qui entre-temps intégra Scania en 1964 devint parfaitement indépendante dès 1990, prenant ainsi le nom de Saab Automobile AB au capital partagé à 50 % entre General Motors (GM) et Saab-Scania. Puis en 1995 le groupe Saab-Scania se divisa en deux compagnies distinctes ; Saab Automobile AB, qui appartiendra pour moitié à GM, et Scania AB. C'est en janvier 2000 que GM acquiert définitivement 100 % du capital[10].

Saab-Scania (1969-1989)[modifier | modifier le code]

En 1969, la division automobile Saab fusionne avec le constructeur suédois de véhicules industriels Scania-Vabis AB pour former Saab-Scania AB.

La gamme Saab 99 a été élargie en 1973 avec l'ajout d'un modèle coupé combi, un style de carrosserie qui est rapidement devenu une caractéristique de Saab. Grâce à son succès, la millionième Saab a été produite en 1976.

En 1974 voit le jour un curieux prototype de véhicule à vapeur, développé par l'ingénieur Ove Platell. Le véhicule développait 119 kW[11].

Pour compléter sa gamme à la stricte destination des pays nordiques, Saab conclut un accord avec Fiat en 1978 pour vendre la Lancia Delta rebadgée en Saab 600, puis élabore conjointement une nouvelle plate-forme. L'accord de 1985 a abouti à la Saab 9000, sœur et clône des Fiat Croma et Lancia Thema, qui seront toutes trois bâties sur la même plateforme (Tipo 4) et partageront de très nombreux éléments de carrosserie, portières notamment. La Saab 9000 sera la première grande voiture de luxe et de qualité de la marque. L'Alfa Romeo 164 utilisera également la même plateforme mais avec une carrosserie entièrement spécifique.

L'année 1978 sera également celle du lancement de la Saab 900. Presque un million d'exemplaires ont été produits, ce qui en fait le modèle Saab le plus vendu. La version convertible très populaire lancée en 1986, qui sera entièrement produite dans l'usine Saab-Valmet en Finlande, qui représente près de 20 % des ventes du modèle.

Fin de l'ère GM[modifier | modifier le code]

Usine Saab à Trollhättan

Début 2009, frappée comme nombre de constructeurs automobiles par la crise économique, GM souhaite se séparer de Saab Automobile AB, qui est alors mise en redressement judiciaire par le tribunal de Vänersborg[12]. Cette procédure place la société dans une certaine protection temporaire face à ses créanciers et la sépare de facto de sa maison mère. Dans ce contexte difficile de l'industrie automobile, la production de SAAB chute fortement de 2007 à 2009, avec 95 000 voitures en 2007, 40 000 en 2008 et 20 800 en 2009[13].

En février 2009, Saab Automobile est officiellement mise en vente, sous l'égide de la Deutsche Bank, et menacée de fermeture en cas d'échec dans la sélection des repreneurs potentiels[14]. Courant juin 2009 le suédois Koenigsegg, spécialisé dans les voitures sportives haut de gamme, signe un engagement officiel pour reprendre le constructeur[15], mais finira par se rétracter le 24 novembre 2009, devant la difficulté de refinancement[16].

Le constructeur néerlandais Spyker Cars, soutenu par la banque russe Covers Group, se pose alors en repreneur de la dernière chance, devant le concurrent canadien Magna International soutenu par la Sberbank. La date limite des négociations reste fixée au 31 décembre. Mais alors que Spyker est sur le point d'accéder au soutien financier de la Banque européenne d'investissement (BEI), General Motors estime que la transaction ne pourra se faire avant la date fatidique. La maison mère décide le 18 décembre 2009 de rompre les discussions, pour annoncer l'arrêt définitif des activités de Saab Automobile à partir de janvier 2010 et, à terme, sa disparition. Entre temps, le constructeur américain annonce rester ouvert à toute autre proposition de rachat[17]. De nouvelles offres apparaissent notamment chez Spyker Cars, Genii-Ecclestone, Merbanco et Samuelsson-Nygren[18]. Après quantité de rumeurs et rebondissements, Victor Muller (Spyker Cars) et GM annoncent séparément au soir du 26 janvier 2010 la signature d'un accord de vente ; Saab Automobile AB est cédée au Néerlandais pour 400 millions de dollars, dont 74 millions en liquidités et 326 millions en actions préférentielles[19] de la nouvelle entité Saab-Spyker. La vente sera finalisée courant février, avec le soutien d'un prêt de 400 millions d'euros de la Banque Européenne d'Investissement garanti par l'État suédois[20]. Cet épisode aura engendré une mobilisation sans précédent de passionnés à travers le monde, notamment grâce à internet et au site SaabsUnited animé par Steven Wade, Australien de Tasmanie à qui Victor Muller annoncera prioritairement par téléphone la signature de l'accord, avant même la conférence de presse[21].

Ère Spyker Cars[modifier | modifier le code]

Le 23 février 2010 Spyker Cars annonce la finalisation de la vente, Saab Automobile et Spyker Cars resteront deux entités indépendantes sous l'égide de la maison mère Spyker Cars N.V[22]. Toutes les activités sont réunies à Trollhättan, exceptée la division pièces détachées et accessoires qui siège à Nyköping. Le Néerlandais commence par redémarrer la production de la nouvelle Saab 9-5, ainsi que celle du crossover 9-4X. Les ventes reprennent lentement, avec la 9-3 qui sera remplacée en 2012 par la nouvelle 9-3, première voiture entièrement développée sous l'ère Spyker Cars. Le renouveau de l'identité Saab conduit au renouvellement du tissu des partenariats industriels. Saab Automobile conclut d'abord un partenariat avec le motoriste BMW et PSA dès septembre 2010, pour un moteur 1.6t essence 4 cylindres[23], tout en s'associant à l'Étasunien American Axle Manufacturing (AAM) pour fonder l'entreprise e-AAM Driveline Systems, siégeant à Trollhättan, destinée au développement d'un système innovant de transmission intégrale électrique[24]. Y participe l'un des fondateurs du système XWD, l'ancien ingénieur Saab Peter Johansson. En mars 2011 le constructeur signe un accord avec l'Allemand ZF Chassis Systems, pour l'installation d'une usine de développement et d'assemblage de châssis à Halvorstorp, à 3 km des usines Saab de Trollhättan. Sous le nom ZF Sverige AB, la filiale assemblera les châssis modulaires et essieux arrières réservés aux nouvelles Saab[25]. Entre-temps l'identité visuelle de la marque est confiée au designer Jason Castriota, qui présentera les orientations stylistiques avec le concept-car PhoeniX, au salon automobile de Francfort 2011. Et la holding Spyker Cars N.V. change de nom pour Swedish Automobile N.V. (Swan) en juin 2011[26].

Moins d'un an après l'acquisition, les sous-traitants exigent le financement immédiat de leur partenariat, les négociations sur un paiement différé avec intérêts n'aboutissent pas. IAC arrête ses livraisons le 31 mars, entraînant dans la foulée l'arrêt de l'usine[27]. Après une brève reprise du travail, de nouveaux sous-traitants adoptent la même attitude et l'usine s'arrête complètement début avril. Le financement à court et moyen terme devient difficile en raison d'un refus du gouvernement suédois de la participation d'Antonov, et la production s'arrête à nouveau début juin. En dépit d'accords commerciaux avec les Chinois Pang Da et Youngman pour 245 millions d'euros, Saab doit fin juin reporter la rémunération de ses collaborateurs ; les fonds chinois étant bloqués jusqu'à l'approbation des accords par les autorités chinoises[28]. Victor Müller continue toutefois de négocier avec l'office de la dette suédois, pour faire entrer au capital de l'entreprise de nouveaux investisseurs et assurer les liquidités à court terme nécessaires à la reprise de la production. En attendant la concrétisation de futurs accords et pour gagner du temps, Swan demandera le 7 septembre 2011 au tribunal de Vänersborg le placement de Saab Automobile sous protection de la loi suédoise sur les faillites[29]. Ne seront concernées que Saab Automobile AB avec les filiales Saab Automobile Powertrain AB et Saab Automobile Tools AB. Et tandis que Vänersborg notifie son refus dès le lendemain[30], le tribunal de Göteborg reçoit le constructeur en appel et accorde finalement la protection, donnant à Saab trois mois pour se réorganiser[31].

En avril 2012, la dette de Saab s'élève à 13 milliards de couronnes soit 1,47 milliard d'euros selon le rapport de liquidation, cependant Saab ne peut couvrir qu'un tiers de sa dette évaluée à 3,6 milliards de couronnes soit 435 millions d'euros[32].

Projet de vente à Pang Da et Youngman[modifier | modifier le code]

Le 28 octobre 2011, Swedish Automobile N.V. annonce avoir signé un mémorandum d'acquisition avec les deux groupes chinois, le constructeur Youngman et le distributeur Pang Da[4] pour la vente et l'achat de 100 % des parts de Saab Automobile AB et de sa filiale anglaise, contre paiement de 100 millions d'euros. Mais GM s'opposera à tout processus d'acquisition par des acteurs chinois, craignant une mise en concurrence avec ses propres accords de développement sur le marché chinois, notamment avec SAIC, et la fuite des brevets Saab qu'il détient sur les 9-5, 9-4X et 9-3 II[33]. Le 19 décembre au matin, devant les veto successifs de GM, Victor Muller demande au tribunal de Vänersborg la mise en faillite de Saab Automobile, incluant Saab Automobile Tools AB et Saab Powertrain AB. Au soir le tribunal nomme les administrateurs Hans Bergqvist et Anne-Marie Pouteaux pour mener à bien l'opération. Et tandis que la communauté des passionnés organise des festivités planétaires de soutien le 14 janvier 2012, dans 40 pays, sous le slogan « We are many, we are Saab »[34], le tribunal nomme un troisième administrateur à la demande du syndicat. Le juriste Kent Hägglund, du cabinet DLA Nordic, devra éviter les biais de jugement s'agissant entre autres des droits sur l'acronyme Saab et sur le logo au griffon[35].
Le 27 août 2012, Youngman et Spyker montent une coentreprise qui prévoit de fabriquer une voiture haut-de-gamme issue de la plateforme Saab PhoeniX. Youngman prévoit 29,9 % de participation au capital, c'est-à-dire 25 millions d'euros afin que l'entreprise elle-même en faillite puisse trouver les fonds nécessaires au développement de cette voiture. Le nom de Saab sur ces futures voitures portant sa technologie ne fut pas confirmé[36].

NEVS relance Saab[modifier | modifier le code]

Après d'interminables négociations, les administrateurs portent finalement leur choix sur un repreneur et annoncent, dans une conférence de presse le 13 juin 2012, la décision de vendre Saab Automobile à un consortium sino-japonais de véhicules électriques : National Electric Vehicle Sweden AB (NEVS)[37]. L'accord de vente, finalisé le 31 août 2012[38], concerne l'acquisition de Saab Automobile AB, Saab Automobile Powertrain AB et Saab Automobile Tools AB, les droits sur la plate-forme Phoenix, les outils, l'usine d'assemblage, le pôle recherche et développement, ainsi que toutes les parts sur les installations Saab de Trollhättan. Dirigée par son actionnaire principal, Kai Johan Jiang, l'entreprise NEVS entend développer des véhicules électriques sur la base de la plateforme Phoenix, ainsi que des Saab 9-3 électriques à partir d'une technologie japonaise. Les accords avec GM comprennent une licence pour la 9-3 II ; les 9-4X et 9-5 sont donc exclues de la future activité Saab[39].

La transaction entre Spyker et Nevs est achevée tardivement le lundi 3 septembre, soit plus d'un mois après son acquisition[40]. Nevs s'engage à garder l'usine à Trollhättan et à employer des ingénieurs locaux pour la conception de la Saab 9-3 II électrique. Cependant les nouvelles voitures serviraient prioritairement au marché automobile chinois, même si des exportations en Europe pourraient être envisagées[41]. NEVS engage pourtant dès la fin 2012 des négociations avec Saab Automobile Parts et de nouveaux fournisseurs, en vue d'assurer la production de Saab 9-3 conventionnelles dénuées de pièces d'origine GM. Ce lancement permettrait une transition plus fluide avant les 9-3 électriques[42] équipées de batteries en lithium - polymère (Li-Po)[43]. Ce projet, confirmé en janvier 2013[44], prévoit le redémarrage des lignes de production pour août 2013. Nevs se donne pour objectif de produire 120 000 voitures par an à compter de 2016[45].

Le 10 janvier 2013, Nevs et la ville de Qingdao signent un accord pour la construction d'une usine automobile destinée à combler la capacité de production de l'usine de Trollhättan pour le marché chinois, cependant cet accord serait fortement mis en cause en raison des doutes sur la réelle stratégie de Nevs, alors soupçonné de délocalisation dissimulée[46]. En mars 2013, Nevs investit physiquement les lieux du siège social à Trollhättan[47].

Le 22 août 2013, Saab redémarre les lignes de production de l'usine de Trollhättan[48], et la première Saab 9-3 à essence de pré-production sort des lignes le 18 septembre à 13 heures 22 minutes précisément, dans une version classique couleur argent dénuée des réarrangements du design. Son capot porte le nouveau logo rond noir-argent, la poignée de coffre l'acronyme SAAB, avec un identifiant de châssis passant du YS3 originel au nouveau YTN[49].

Le 2 décembre 2013, avec une cadence de 10 voitures par semaine, l'usine de Trollhättan produit la première Saab 9-3 (2.0L 220 chevaux) destinée à la vente sous l'ère Nevs ; disponible en Suède et en Chine. Une commande de 200 modèles 9-3 électriques est par ailleurs effectuée par la ville de Qingdao[50] pour une livraison prévue en avril 2014 ; l'automobile est assemblée en Suède, les batteries installées en Chine. Le 16 janvier 2014, le constructeur annonce 31 voitures vendues dont la moitié achetées le jour même de la mise en vente des nouvelles voitures. La majorité des acheteurs étant des distributeurs souhaitant vérifier la fiabilité et la qualité des pièces construites par NEVS[51].

  • Indépendance de Saab Parts AB (Orio)

La société Saab Automobile Parts AB, qui gère les pièces détachées pour le parc existant, reste indépendante et opérationnelle pour répondre à son obligation de garantir pendant 10 ans la fourniture de pièces détachées[52]. Le 6 novembre 2012 Lennart Stahl, PDG de Saab Parts, annonce la création d'une filiale française pour alimenter 56 garagistes français[53]. Elle sera dirigée par Phillipe Van der Meulen, ancien PDG de Saab France[54]. Le 8 décembre, Saab Automobile Parts est nationalisée et passe sous le contrôle de l'Office national de la dette suédois. Ce transfert garantit à long terme la fourniture des pièces détachées[55]. Depuis le 13 novembre 2013 la compagnie adopte une nouvelle identité, Orio, pour étendre la fourniture de pièces détachées à d'autres marques, en plus de Saab Automobile[56].

  • La marque et les emblèmes

Scania AB notifie à NEVS, le 16 août 2012, son refus de prolonger les droits d'utilisation du célèbre griffon à tête rouge couronné d'or[57]. NEVS signe toutefois un accord avec Saab AB qui autorise l'acronyme SAAB sur les véhicules, puis présente le nouveau logo en janvier 2013 : un cercle gris contenant l'acronyme gris ou argent sur fond gris clair, de dessin semblable à celui qui ornait le volant des Saab de 1981 à 1984. Cette nouvelle identité visuelle est une réalisation du partenariat entre NEVS et le Stockholm Design Lab AB[58]. La disparition du griffon est considérée par certains analystes comme la fin de la marque[59] et de son identité[60].

  • Origines de NEVS

NEVS est une jeune société de droit suédois, fondée au printemps 2012 par deux investisseurs pour concourir au rachat de Saab Automobile. Elle est détenue à 78 % par le Chinois National Modern Energy Holdings (NME Holdings), fondé par Kai Johan Jiang et spécialisé dans l'industrie écologique. L'investisseur japonais Sun Investment, fondé par Sanefumi Sammy Shoji, ingénieur et homme d'affaire spécialisé en véhicules électriques, joue un rôle de passerelle vers les technologies japonaises. Kai Johan Jiang, qui vit en Suède depuis ses études, dirige également Dragon Power, une entreprise chinoise de biocarburant. Nevs prévoit de produire son premier véhicule électrique Saab en 2014[61].

  • Traitement des reliquats de l'ère précédente

En décembre 2012, 78 Saab de l'époque Spyker, dont des modèles d'étude uniques, sont vendues aux enchères[62]. D'autres modèles de série fabriqués en 2012 sont vendus le 19 mars 2013. La vente aux enchères de 78 prototypes Saab aura pris fin le 3 avril 2013 pour un chiffre d'affaires de 13 millions de SEK[63]. Parmi les modèles figuraient une 9-5 Aero Sportcombi de 2012, des 9-4X 3.0 V6 XWD et des 9-5 2.0 TiD4 Vector Sportcombi. Le 26 mars 2013, la Suède obtiendra une aide européenne de 5,5 millions d’euros pour reclasser les licenciés de Saab Automobile de la part du Fonds européen d'ajustement à la mondialisation[64].

  • Nouvelle crise

Le 20 mai 2014, contre toute attente, l'usine Saab de Trölhattan est de nouveau à l'arrêt en raison de son manque de liquidité par le service de réglementation suèdois. En effet, la ligne qui produisait 6 véhicules par jour a été interrompue car le fond d'investissement de la ville de Qingdao possédant 22% de NEVS n'a pas amené les liquidités nécessaires à Saab. L'arrêt est officiellement prévu pour 1 mois. Pendant ce temps, le porte parole de NEVS indique être en discussion avec d'autres constructeurs pour négocier un partage de plateforme ou même une entrée en capital[65],[66]. Le nom des constructeurs Dongfeng et Mahindra sont dévoilés. D'un coté, Donfeng déjà actionnaire de PSA s'interesse à la plateforme Pheonix pour développer des modèles spécifiques souhaite une coopération technique en échange d'une entrée au capital qui permettrait de finaliser la plateforme de la Saab 9-3 III. De l'autre Mahindra qui souhaite aussi pouvoir utiliser la plateforme Phoenix en prenant 50% du capital de Saab tout en participant au travail de recherche et développement en mettant des moyens financiers comme l'a fait Tata motors avec Jaguar et Land Rover[67][68][69]. En attendant, Nevs est forcé d'hypothéquer ses bâtiments et ses véhicules pour pouvoir effectuer un emprunt de 58 millions de couronnes, le responsable de la communication Mikael Östlund tente de rassurer en ne parlant que d'une simple « poursuite de financement de l'entreprise ». Environ 100 consultants ont été licenciés en raison de la difficulté de l'entreprise à payer ses salariés en juin. La compagnie a notamment mis en gage ses paliers automobiles pour souscrire à un autre emprunt de 38 millions de dollars pour payer ses taxes et ses frais. Saab devient endetté d'un montant de 22,9 millions de couronnes (3,3 millions de dollars) auprès d'un total de 19 fournisseurs. Le principal créancier étant Euroform, fournisseur de mobilier de voiture, créditeur de 11,5 millions de couronnes[70]. Le 12 août 2014, Saab est en cessation de paiement[71]et ses dettes sont chiffrées à 50 millions de couronnes sois 5,4 millions d'euros.[72]

Une série de procès[modifier | modifier le code]

  • Plainte contre General Motors

Le 6 août 2012, les constructeurs automobiles Spyker et Saab Automobile portent plainte aux États-Unis dans le Michigan contre le constructeur automobile américain General Motors, pour avoir provoqué de manière intentionnelle et par ses actions la faillite de Saab, en ayant refusé le projet de vente à Youngman de peur de se mettre en compétition contre Saab dans le marché chinois.
Les deux sociétés réclament 3 milliards de dollars américains, soit 2,3 milliards d'euros de remboursement de préjudice qui, selon le président de Spyker Victor Müller ancien propriétaire de Saab, représente la valeur du renflouement qu'aurait effectué Youngman si les accords avaient été menés à terme. General Motors est aussi accusé d'avoir publié de fausses informations concernant les droits que lui conféraient les contrats[73].
Les frais de procédure s'élèvent de un à deux millions de dollars. Un délai de 20 jours est donné à GM pour pouvoir répondre de la plainte le 26 août 2012[74]. Mais le 24 août 2012, Spyker donne un sursis d'un mois à GM pour pouvoir répondre à la plainte. La réponse du géant américain est donc finalement attendue le 28 septembre 2012[75]. Le 29 septembre 2012, General Motors refuse tout arrangement à l'amiable malgré le sursis donné par Saab. La plainte de Saab en justice est donc confirmée[76]. En novembre 2012, GM effectue une demande d'irrecevabilité de la plainte pendant que Saab fait opposition à cette demande devant le tribunal[77]. Le 11 juin 2013, le tribunal rejette la plainte de Saab pendant que Spyker examine la décision du tribunal pour prendre la décision de faire appel ou non [78],[79],[80],[81],[82] puis fait appel le 20 juin 2013[83],[84],[85].

  • Plainte de BMW contre Saab Automobile Parts AB

Le 24 août 2012, le constructeur bavarois BMW porte plainte contre Saab Automobile Parts pour ne pas avoir payé la livraison de moteurs qu'il a effectué en 2010. En effet, BMW avait conclu en 2010 avec Saab un accord portant sur la fourniture de moteurs quatre-cylindres essence turbo destinés à motoriser la future Saab 9-3 III de troisième génération. La 9-3 III n'ayant jamais vu le jour à la suite de la faillite de Saab, BMW réclame à Saab Automobile Parts AB, la filiale pièces détachées toujours opérationnelle, la somme de 2,6 millions d'euros, les pièces ayant été selon BMW livrées mais pas payées. Saab Automobile Parts dément toute responsabilité[86],[87] et finit par gagner le procès le 15 janvier 2014, BMW devant payer en plus 2.570.000 couronnes de frais de justice [88],[89].

  • Arrestation de l'ancien Pdg de Saab

Le 21 mai 2013, trois hauts dirigeants de Saab dont l'ancien Pdg Jan-Ake Jonsson sont arrêtés pour fraude comptable et fiscale. Le Pdg de l'époque Victor Müller est quant à lui soupçonné d'avoir abusé de sa rémunération compte tenu de la situation de l'entreprise à l'époque (773 000 $ annuel[90]) mais ne fait cependant pas partie des dirigeants qui ont été arretés, cependant il reste sur la sellette, la justice suédoise comptant lui imposer un interrogatoire [91],[92],[93],[94],[95]. L'ancienne avocate générale Kristina Geers est aussi suspectée [96]. Le 28 mai, les autorités locales annoncent finalement que Victor Müller n'est plus suspect[97]. En 2014, Spyker subit une perquisition à son siège en Hollande plusieurs pièces ont été remises au procureur en chef suédois chargé de l'instruction Olof Sahlgren qui affirme que des procédures d'extradition sont en cour[98].

  • Plainte de LaboTest contre Saab

Le 12 août 2014, Saab est mis en cessation de paiement suite à une plainte par son fournisseur LaboTest qui réclame 150 000 couronnes suedoises, sois 16 320 euros, cependant, après un arrangement à l'amiable, Saab obtient un sursis le temps de pouvoir retrouver ses liquidités pour pouvoir payer ses dettes. [99]

Évolution de l'emblème[modifier | modifier le code]

Si l'Ursaab affichait la marque par un écu rouge à bords chromés, le véritable logotype du constructeur Saab montrait initialement l'acronyme chrome sur fond bleu, sur des ailes chrome. Dès 1963 l'acronyme changea de casse de caractère, et se posa sur un avion bimoteur à hélice représenté de face, un Saab 18. L'ensemble était d'abord simplement chromé, puis rapidement chromé sur fond bleu dans un trapèze isocèle aux coins arrondis. En 1984, à la suite de la fusion avec Scania, Carl Frederik Reuterswärd dessina dans un double cercle le mythique griffon couronné, issu du logo Scania-Vabis AB et emblème de la Scanie, sa région d'origine. L'animal, symbole de vigilance, était entouré de haut en bas des mentions Saab et Scania. Le 14 août 2000 sous l'ère GM apparut un logo plus simple, rond à fond bleu, où s'inscrivait la tête de griffon rouge couronnée d'or surmontant l'acronyme Saab en blanc ou chrome[100]. Le 14 janvier 2013, le logo est représenté par l'acronyme entouré d'un cercle, en gris foncé sur fond gris pâle ou argent[101]. Dessiné par le cabinet Stockholm Design Lab, il reprend l'emblème classique figurant sur le volant des Saab entre 1981 et 1984.

Orientation technologique[modifier | modifier le code]

Innovation et sécurité[modifier | modifier le code]

Déformation d'une 9-3

L'histoire de Saab demeure très liée à celle de la sécurité et de l'innovation dans l'automobile. En effet, dès 1962 toutes les Saab se voient d'office équipées de ceintures de sécurité. Saab inventera également l'allumage automatique des phares (1969), les pare-chocs auto-réparateurs (1971), la protection contre l'impact latéral (1972), le filtre à pollen (1978), les plaquettes de frein sans amiante (1983), l'air conditionné sans CFC (1992), les appuis-têtes actifs anti-coup-du-lapin SAHR[102] (1996), les sièges ventilés (1997). Autant d'équipements aujourd'hui standards, mais pour lesquels Saab s'est montré précurseur.

La sécurité par l'électronique fait également partie de la recherche et développement Saab. En 1992 déjà le constructeur expérimente les commandes électriques sur automobile, le drive-by-wire, pour remplacer le volant par un manche[103]. Il cherche également à optimiser par ordinateur la gestion de la motricité. En 2007, le constructeur met à l'étude un système d'alerte pour la perte de vigilance du conducteur, le Driver Attention Warning System, basé sur un dispositif d'analyse des yeux par deux caméras infrarouges miniatures[104].

En 2011, à l'occasion de la présentation du concept PhoeniX, Saab présente un logiciel d'information et multimédia (infotainment), un système embarqué intégré à l'ordinateur de bord, basé sur le système d'exploitation Android de Google. Nommé IQon, il facilite l'interaction entre le conducteur, ses appareils et la voiture. Évolutif, des applications peuvent y être ajoutées sous couvert d'une vérification de compatibilité par Saab ; il était appelé à équiper les futures Saab[105]. En 2012, la nouvelle 9-3 devait bénéficier du système eXWD développé conjointement avec Saab par e-AAM Driveline Systems AB[106], une assistance électrique à la transmission qui a pour particularité, entre autres, de proposer la première application du torque vectoring électrique. Il s'agit d'augmenter le couple sur la roue arrière extérieure au virage pour ajouter au véhicule une rotation que les roues directrices ne peuvent offrir, augmentant ainsi considérablement l'agilité sur routes sinueuses ou enneigées[107]. Les autres constructeurs utilisaient jusqu'à présent le frein sur les roues intérieures (Audi, BMW).

Moteurs turbocompressés[modifier | modifier le code]

900 turbo 16 Aero (1984).

Une autre spécificité de Saab tient à la diffusion, à partir de 1976, de la technologie du moteur turbo auprès du grand public, ceci grâce à l'ingénieur Per Gillbrand. Auparavant, cette technologie apparue en 1902 se réservait quasiment à la compétition automobile puis au très haut de gamme ; notamment sur la Chevrolet Corvair Monza en 1962, la BMW 2002 en 1973 ou la Porsche 911 en 1975. Dès 1977, la première Saab équipée d'un moteur turbo-compressé apparaissait dans les concessions : la Saab 99 Turbo. Suivront les Saab 900 Turbo 16, ainsi que les modèles Aéro qui développent aujourd'hui jusqu'à 280 ch. Seuls les moteurs 2.0 essence de 130 ch et 1.8 essence de 122 ch sont dépourvus de cette technologie. En 1995, Saab réitère avec l'invention de Thomas Jansen ; un turbo asymétrique sur le 3.0 V6 B308 qui équipera la Saab 9-5 en 1999. Le principe d'entraîner la turbine à partir des gaz d'échappement d'un seul des deux bancs de cylindres est une première mondiale, notamment dans la gestion indépendante des deux bancs de trois cylindres. L'innovation strictement Saab prend une pause après le rachat de 2010, le constructeur signera un accord pour utiliser le moteur essence Prince développé par PSA-BMW dans les futurs modèles de l'ère Spyker Cars[108], sans suites.

Conscience écologique[modifier | modifier le code]

9-X BioHybrid à moteur hybride.

L'avenir de Saab s'oriente résolument vers les technologies automobiles à haute qualité environnementale. Déjà engagé sur la voie écologique avant l'heure, avec l'abandon de l'amiante en 1983 et des chlorofluorocarbones en 1992, le constructeur initie l'Europe à l'éthanol avec l'apparition en 2005 de ses moteurs BioPower turbo à injection directe, mis au point par l'équipe de Kjell Bergström. Compatibles à l'essence sans plomb, ils sont optimisés pour le Superéthanol E85 issu, en Suède, de la biomasse non agricole. Saab travaillait également sur des solutions hybrides, avec le test d'un prototype sur base 9-3 dès septembre 2005 sous la direction de Tommy Lindholm[109]. La marque prévoyait également l'installation de cellules photovoltaïques sur le toit de ses véhicules, assurant la recharge de la batterie, et une alimentation électrique du turbo destinée à soulager la charge du moteur. Enfin, Saab Automobile participait à un programme suédois pour le développement d'une voiture électrique civile, la True Electric ZE 9-3 (Zero Émission), en partenariat avec ElectroEngine in Sweden AB, Innovatum AB, Boston-Power Inc. et Power Circle. L'assemblage d'une centaine de Saab 9-3 Aero électriques était prévu pour 2010[110], et ce seront finalement des 9-3 ePower Sport Hatch assemblées dès 2011 qui entameront des essais en Suède[111].

Le nouvel élan donné par NEVS en 2012 voue la marque aux véhicules électriques dès 2014, avec des 9-3 II équipées de batteries japonaises[112] et de futurs modèles basés sur la plate-forme hybride Phoenix.

Modèles[modifier | modifier le code]

Modèles actuels[modifier | modifier le code]

Cabriolet 9-3II Vector 2010

Modèles anciens[modifier | modifier le code]

SAAB 96 V4 en pleine course
9-3II pilotée par Per Eklund en 2006

Véhicules expérimentaux et prototypes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (sv)Peter Kadhammar, « Nu lever Saaben igen – den ska bli en elbil », dans Aftonbladet, 8 février 2014, article.
  2. Edito-Service SA, « Les noms de marque et leur origine », Genève, 1979.
  3. AFP via Le Figaro.fr, « GM confirme la vente de Saab pour 74M$ », 26 janvier 2010, article.
  4. a et b (en) Swedish Automobile Signs MoU With Pang Da And Youngman For The Sale Of Saab Automobile And Saab GB (communiqué de presse)
  5. Le Monde avec AFP, « Le constructeur automobile suédois Saab se déclare en faillite », 19 décembre 2011 article
  6. France24 avec AFP, « Automobile : Saab repris par le groupe NEVS, financé par des fonds sino-japonais », 13 juin 2012 - article
  7. Le Point - Auto-Addict avec AFP, « Spyker et Saab portent plainte contre GM et réclament 3 milliards de dollars », 6 août 2012, Article
  8. Antoine Dufeu, « La filiale française Saab Parts officiellement créée », in Caradisiac.com, 7 novembre 2012 - article.
  9. Saab Car Museum, Trollhättan
  10. (en) Groupe Saab, « One name, two companies » - article
  11. (en)Ove Platell, « Progress of Saab Scania's steam power project », in Automotive Engineering Congress and Exposition, Detroit, Michigan, February 23-27, 1976, numéro 760344, Warrendale, PA : Society of Automotive Engineers, 1976.
  12. A.G. Lesechos.fr, « La justice suédoise vole au secours de Saab », 20 février 2009, A.G. - article
  13. Agence Thomson Reuters, 15 février 2010
  14. Boursier.com, General Motors, la Cour suédoise approuve la demande de Saab, 20 février 2009
  15. Personnel de rédaction, « Le repreneur de Saab fabrique vingt bolides par an », Les Échos,‎ 16 juin 2009 (lire en ligne)
  16. Agence AFP, 24 novembre 2009
  17. (en) Nelson D. Schwartz, « G.M. Plans to Close Saab After Sales Talks Collapse », in New York Times, New York, 18 décembre 2009, page A1. - [1]
  18. (en) Jack Ewing, « New Bids Emerge for G.M.’s Saab Unit », in New York Times, New York, 8 janvier 2010 - [2]
  19. Qui selon l'accord sont accompagnées d'une date limite de vente au 31 décembre 2016, Saab ayant le droit d'exiger leur cession avant cette date, et représentent moins de 1 % des droits de vote. Elles sont assorties d'un dividende de 6 % dès 2012, et de 12 % dès juillet 2014.
  20. (en) Nelson D. Schwartz, « G.M. Enters Agreement to Sell Saab to Spyker », in New York Times, New York, 26 janvier 2010, (page B1) - article
  21. (en) Hilton Holloway, « Folk Makt helps save Saab », in Autocar, Teddington (G.B.), 26 janvier 2010 - article
  22. Lefigaro.fr, « Spyker finalise le rachat de Saab », 23 février 2010 - (en) Bulletin de Spyker Cars
  23. (en) Ola Kinnander & Chris Reiter, « BMW, Saab Automobile to Agree on Engine-Purchasing Deal », in Bloomberg.com, 27 septembre 2010 article.
  24. (en) Swade, « Press Release: Saab Automobile and AAM form new technology company: e-AAM Driveline Systems », in Saabsunited.com, 24 septembre 2010 article.
  25. Challenges.fr, « Saab et ZF Chassis Systems signent un contrat d'approvisionnement », 21 mars 2011 article 20110321.LQA0280.
  26. Challenges.fr, « Spyker Cars N.V. devient Swedish Automobile N.V. », 7 juin 2011 article LQA0806
  27. Usinenouvelle.com, « Spirale infernale pour Saab », 31 mars 2011 article.
  28. Cyrille Pluyette, « Saab en danger de mort », in Lefigaro.fr, 23 juin 2011, article
  29. Isabelle de Foucaud, « Le constructeur automobile Saab dépose le bilan », in Lefigaro.fr, 07 septembre 2011 article.
  30. Arielle Goncalves, « La justice suédoise refuse son aide à Saab », in Les Échos, 8 septembre 2011, article
  31. Leparisien.fr avec AFP, « Suède : Saab obtient un sursis de trois mois pour se réorganiser », 21 septembre 2011, article 1618806
  32. 20 Minutes avec AFP, « Les actifs de Saab couvrent moins d'un tiers de ses dettes », 10 avril 2012 - article
  33. (en) Bernie Woodall & Gilbert Kreijger, « UPDATE 3-GM rejects Saab rescue plan under Chinese owners », in Reuters, 7 novembre 2011 - article
  34. (sv) Tina Demargne Moilanen, « Världsfest för Saabfans », in Nyteknik.se, 12 janvier 2012 article 3382636
  35. (sv) Tribunal de Vänersborg, « Beslut om medförvaltare i Saab-konkurserna », bulletin Saab 2012-01-12 Bulletins Affaire Saab.
  36. Tangi Salaün avec Reuters, « Le titre Spyker bondit de 25 % après un accord avec Youngman », in Easybourse.com, 27 août 2012 article.
  37. Les Échos, AVCE AGENCES, « Le constructeur automobile est finalement repris par le groupe National Electric Vehicle Sweden », 13 juin 2012 - article
  38. (en)Johan Andersson, service presse de National Electric Vehicle Sweden AB, « National Electric Vehicle Sweden AB has finalized acquisition of the Saab Automobile bankruptcy estates », 31 août 2012 - communication de presse
  39. (sv) Marie Alpman & Lars Anders Karlberg, in NyTeknik, « Därför köper NEVS Saab Automobile », 13 juin 2012 - article
  40. Frédéric Papkoff, « Des nouvelles de Saab et NEVS, achat finalisé », in Leblogauto.com, 3 septembre 2012 article.
  41. Benoit Landon, « Saab : le nom survit mais le logo disparaît », in Autodeclic.com, 4 septembre 2012 article.
  42. Emmanuel Genty, « Saab 9-3, le retour ? », in 'Cnetfrance.fr, 31 octobre 2012 article.
  43. Benoît Solivellas, « Saab : une batterie Li-Po pour la 9-3 électrique », 25 mars 2013, article
  44. Emmanuel Genty, « La production de la Saab 9-3 relancée en 2013 », in Autosource.fr, 18 janvier 2013 [3].
  45. Comité des constructeurs français d'automobiles, « NEVS prévoit de produire des Saab 9-3 à Trollhättan à compter du mois d’août », 28 janvier 2013 article.
  46. Olivier Thomas, « Saab : un avenir en Chine ? », in Motorlegend.com, 10 janvier 2013 article.
  47. Frédéric Euvrad, « Saab : NEVS investit les lieux », in Blogautomobile.fr, 16 mars 2013 article
  48. Gilles Olivier, « Saab va à nouveau produire des voitures », in Le Guide de l'Auto, 23 août 2013 article
  49. Tim, « Pre-production has started », in Saabsunited.com, 18 septembre 2013 article
  50. (en)Tim, « Production-line to be rebuilt to accommodate electric cars », in Saabsunited.com, 13 février 2014, article.
  51. Frédéric Euvrard, « NEVS/SAAB : Les ventes ont démarré », in Blogautomobile.fr, 16 janvier 2014, article.
  52. Clotilde Chenevoy, « Saab Auto Parts crée une filiale France », in Journalauto.com, 6 novembre 2012 article
  53. Boursier.com, « Saab Automobile Parts AB : poursuit son développement en Europe », 6 novembre 2012 article
  54. Antoine Dufeu, « La filiale française Saab Parts officiellement créée », in Caradisiac.com, 7 novembre 2012 article.
  55. Frédéric E., « Saab : Saab Automobile Parts passe sous contrôle de l'OND », in Blogautomobile.fr, 8 décembre 2012 article.
  56. (en)Tim, « SAAB Parts: Press-conferance: The future for the company », in Saabsunited.com, 12 novembre 2013 article
  57. (sv) Lars Anders Karlberg, « Scania lägger krokben för Saabs kinesiska ägare », in Nyteknik, 16 août 2012 article
  58. (en)Tim, « Press-Release, NEVS keeps the SAAB wording as logo », in Saabsunited.com, 14 janvier 2013 article
  59. Jacques Deshaies, « Saab de retour ? », in Autonet.com, 4 septembre 2012 article.
  60. Soufyane Benhammouda, « Saab : vers une renaissance », in Motorlegend.com, 7 septembre 2012 article.
  61. Auto-Addict / Le Point, avec AFP, « Les nouvelles Saab attendues en 2014 », 3 semptembre 2012 - article
  62. Olivier Pagès, « Vente aux enchères de modèles Saab uniques », in Caradisiac.com, 29 novembre 2012 article.
  63. « Les prototypes Saab se répandent partout en Europe », LeLezard,‎ 29 avril 2013 (lire en ligne)
  64. Audric Doche, « Les employés licenciés de Saab vont être reclassés grâce à une aide de l'Europe », Caradisiac.com,‎ 26 mars 2013 (lire en ligne)
  65. http://www.leblogauto.com/2014/05/saab-production-a-larret.html
  66. http://online.wsj.com/news/articles/SB10001424052702304422704579573690817423658
  67. http://blogautomobile.fr/saabnevs-des-nouveaux-protagonistes-entrent-en-lice-236210#axzz34sOkk8BS
  68. http://www.hindustantimes.com/business-news/mahindra-eyes-buying-sweden-s-saab-again/article1-1230567.aspx
  69. http://www.journalauto.com/lja/article.view/20108/le-cadavre-saab-bouge-encore/1/constructeurs
  70. http://www.swedishwire.com/business/19457-saab-owner-pledges-assets-to-save-the-company
  71. « Cessation de Paiement Saab »
  72. « 5,4 millions d'euros de dette »
  73. Pierre-Benoît Sepulchre, « Spyker réclame 3 milliards de dollars à GM », in Autoblog, 9 août 2012 article
  74. (en)BBC News, Saab owner hits GM with $3bn lawsuit, 6 août 2012 article
  75. Leblanc (Barbara), GM veut plus de temps pour répondre à la plainte de Spyker, in Usine Nouvelle, 24 août 2012 article
  76. Le Point avec AFP, Faillite de Saab: GM dément toute intervention illégale, 29 septembre 2012 - article.
  77. (en)Warburton (Simon), Netherlands : Spyker opposes General Motors' Motion to Dismiss on complaint, in Just-auto.com, 13 novembre 2012 article.
  78. http://www.romandie.com/news/n/SaabFaillite_la_justice_americaine_rejette_une_plainte_contre_GM62110620131050.asp
  79. http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2013/06/11/97002-20130611FILWWW00322-saabfaillite-plainte-contre-gm-rejetee.php
  80. http://www.lepoint.fr/auto-addict/actualites/faillite-de-saab-la-justice-americaine-rejette-une-plainte-contre-gm-plaignants-11-06-2013-1679592_683.php
  81. http://www.bfmtv.com/economie/justice-americaine-rejette-plainte-saab-contre-general-motors-535158.html
  82. http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/automobile/20130611trib000769625/banqueroute-de-saab-la-justice-americaine-rejette-une-plainte-contre-gm-.html
  83. http://www.lepoint.fr/auto-addict/actualites/spyker-fait-appel-pour-son-rejet-de-plainte-dans-la-faillite-de-saab-20-06-2013-1684249_683.php
  84. http://auto.lapresse.ca/actualites/saab/201306/21/01-4663874-faillite-de-saab-spyker-en-appel-du-rejet-de-sa-plainte-contre-gm.php
  85. http://www.ccfa.fr/Spyker-va-faire-appel-du-rejet-de,123585
  86. (en)Zander (Christina), BMW Sues Saab Automobile Parts for EUR2.6 Million over Unpaid Deliveries, 22 août 2012 article
  87. Primard (Alexandre), BMW réclame 2,6 millions d'euros à Saab, in Caradisiac.com, 27 août 2012 - article
  88. http://www.affarsvarlden.se/affarsjuridik/article3797845.ece
  89. http://www.automotorsport.se/artiklar/nyheter/20140123/saab-parts-vann-tvisten-med-bmw
  90. http://www.auto123.com/fr/actualites/saab-victor-muller-nest-plus-soupconne?artid=156270
  91. http://www.caradisiac.com/Trois-anciens-cadres-de-Saab-arretes-pour-fraude-86821.htm
  92. http://pro.largus.fr/s_informer/juridique_fiscal/lancien-pdg-de-saab-jon-aake-jonsson-arrete-pour-fraude-2790369.html
  93. http://blogautomobile.fr/saab-trois-anciens-dirigeants-arratas-188520#axzz2UFCPeBfo
  94. http://www.mensup.fr/moteurs/automobile/a,69264,trois-anciens-dirigeants-de-saab-arretes-pour-fraude.html
  95. http://blogautomobile.fr/saab-victor-muller-collimateur-de-justice-suedoise-188830#axzz2UFCPeBfo
  96. http://sverigesradio.se/sida/artikel.aspx?programid=125&artikel=5543093
  97. http://argent.canoe.ca/nouvelles/international/lancien-numero-un-de-saab-questionne-par-le-fisc-suedois-28052013
  98. http://www.svd.se/naringsliv/nyheter/saab-utredare-later-muller-vanta_3588830.svd
  99. « Sursis Saab »
  100. (en) Saab Museum, The history of the Saab emblem
  101. Autoplus, « Saab a un nouveau logo », 28 janvier 2013 article
  102. Saab's Active Head Restraint, ou appuis-tête actif Saab.
  103. (en) Suzan Watts, « Computer systems developed for aircraft are beeing adapted for use on the road, Car firm forges ahead with drive-by-wire prototype », in The Independent, 11 mars 1992.
  104. Auto-Innovation, article 979, 14 novembre 2007 - article
  105. (en) Matthew Higgins, « IQon by Saab : Android on Board », in Android.AppStorm, 15 mars 2011 article
  106. (en) Forging Magazine, « American Axle/Saab Venture Will Offer Electric AWD, Hybrid Drivelines », in Forgingmagazine.com, 26 septembre 2010 - article
  107. (en) Red J, « AMS tests eAAM’s electric 4WD system », in Saabsunited.com, 18 avril 2011 article.
  108. « Saab bientôt des moteurs BMW », sur www.autonews.fr
  109. (sv)Niclas Köhler, « Saabs ingenjörer bygger ny elhybrid », in 'Nyteknik.se, 13 avril 2005 article 35237
  110. (en) Electroengin in Sweden AB, True Electric, Press Release 20091215, Uppsala, 15 décembre 2009 - site www.electroengine.se
  111. (en) Steven Wade, « Saab Zero Emissions EV fleet under construction » in inside.saab.com, 23 mai 2011 article
  112. Lapresse.ca avec AFP, « Les nouvelles Saab attendues en 2014 », 3 septembre 2012 article.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]