Lotus 72

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Lotus 72

Lotus 72

Emerson Fittipaldi sur la lotus 72D lors des essais du Grand Prix d'Allemagne 1971

Présentation
Équipe Team Lotus
Constructeur Drapeau du Royaume-Uni Lotus
Année du modèle 1970-1975
Concepteurs Colin Chapman
Maurice Philippe
Spécifications techniques
Châssis Monocoque en Aluminium
Suspension avant Barre de torsion/Double fourche/Cables
Suspension arrière Barre de torsion/Double fourche/Cables
Nom du moteur Ford-Cosworth DFV V8
Cylindrée 2 993 cm³
Configuration 8 cylindres en V à 90°
Orientation du moteur longitudinale
Position du moteur centrale-arrière
Boîte de vitesses Hewland FGA 400
Nombre de rapports 5
Système de carburant Réservoir de 205 L
Système de freinage Freins à disque Girling
Poids 540 kg
Dimensions Empattement : 2 540 mm
Voie avant : 1 448 mm
Voie arrière : 1 448 mm
Carburant Shell
Pneumatiques Goodyear et Firestone
Histoire en compétition
Pilotes Drapeau de l'Allemagne Jochen Rindt
Drapeau du Brésil Emerson Fittipaldi
Drapeau du Royaume-Uni Graham Hill
Nombreux autres pilotes
Début Grand Prix d'Espagne 1970
Courses Victoires Pole Meilleur tour
75 20 17 9
Championnat constructeur 1970 : 1er avec 59 pts
1971 : 5e avec 21 pts
1972 : 1er avec 61 pts
1973 : 1er avec 92 pts
1974 : 4e avec 42 pts
1975 : 7e avec 9 pts
Championnat pilote 1970 : Jochen Rindt champion
1972 : Emerson Fittipaldi champion
1972 : Emerson Fittipaldi champion

Chronologie des modèles (1970-1975)

La Lotus 72 est une monoplace de Formule 1 de l'écurie Lotus, conçue par Colin Chapman et Maurice Philippe pour la saison 1970. Elle a permis de remporter deux titres de champion du monde pilotes avec Jochen Rindt (1970) et Emerson Fittipaldi (1972) et trois titres de champion du monde des constructeurs.

Développement[modifier | modifier le code]

La Lotus 72 est une monoplace à la conception aérodynamique révolutionnaire (notamment via le principe de la carrosserie en coin), elle lance le principe des pontons latéraux pour accueillir les radiateurs qui étaient précédemment logés dans le « nez » des monoplaces. Ceci contribue à améliorer la répartition des masses comme le firent aussi d'autres éléments novateurs tels que les disques de freins avant "inboard", les suspensions à barre de torsion et l'empattement très long (2 540 mm)[1]. L'amélioration aérodynamique de la voiture permet une meilleure pénétration dans l'air et donc une vitesse de pointe plus conséquente.

Les compétences de Colin Chapman permettent la production de l'un des modèles les plus remarquables de l'histoire de la Formule 1. Les facultés du moteur et de l'aérodynamique contribuent à produire une voiture capable de tenir les rivaux à distance et il faut plusieurs années avant qu'elle ne soit véritablement concurrencée. Cependant, des problèmes concernant le comportement de la voiture ont dû être surmontés. Les suspensions ont dû être modifiées en raison d'un manque de sensation causée par la forme des suspensions antiplongée, conçues pour empêcher le nez de la voiture de trop s'affaisser lors des freinages, et des suspensions anticabrage placé à l'arrière. Une fois que les suspensions furent modifiées, il n'y eut pas d'autres problèmes[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Fittipaldi au volant de la Lotus 72E

La voiture fait son apparition lors du deuxième Grand Prix de la saison 1970, en Espagne, pilotée par Jochen Rindt et John Miles. Rindt prend rapidement ses marques et remporte le Grand Prix des Pays-Bas, de France, de Grande-Bretagne et d'Allemagne coup sur coup. Rindt est bien partit pour gagner le championnat du monde, mais il se tue dans un accident lors des qualifications à Monza alors qu'il teste le comportement de la Lotus 72 lorsque les ailerons sont retirés[3]. Son remplaçant, Emerson Fittipaldi, remporte le Grand Prix des États-Unis, aidant ainsi Rindt à devenir le premier champion du monde de F1 à titre posthume. L'addition des points de Rindt et Fittipaldi permit également à Lotus de remporter son quatrième titre des constructeurs.

En 1971, la voiture est développée par un ingénieur de chez BRM, Tony Rudd. Il travaille en particulier sur la refonte de la suspension arrière et de l'aileron arrière afin d'obtenir plus d'appuis. Fittipaldi lutte pendant la saison mais il effectue de bons résultats et termine à une respectable sixième place. En 1972, le travail de développement effectué aide Fittipaldi à devenir le plus jeune champion du monde de F1 de l'histoire[4]. Il remporte cinq des onze courses et permet à Lotus de devenir une nouvelle fois champion du monde des constructeurs. La voiture arbore une livrée noire et d'or car Imperial Tobacco introduit une nouvelle marque et décide de fournir davantage de fonds pour Lotus en échange d'une livrée spécialement conçue pour la marque. Lotus est donc maintenant sponsorisée par les cigarettes John Player Special.

La saison 1973 voit l'apparition de nouvelles règles afin d'améliorer la sécurité. Ces règles comprennent notamment l'obligation d'avoir une structure capable de se déformer sur les côtés des voitures. C'est donc pour rester aux normes que les pontons de la Lotus 72 sont remaniés, la carrosserie élargie et la voiture dotée de nouveaux ailerons. En 1973, Fittipaldi est rejoint par le suédois Ronnie Peterson, celui-ci trouve rapidement ses marques et forme un couple avec la machine. Lors de sa première saison avec Lotus, Peterson remporte quatre courses, tandis que Fittipaldi en remporte trois, mais leur lutte interne permet à Jackie Stewart d'arracher le championnat des pilotes. Toutefois leurs victoires permet à Lotus de conserver le titre de champion des constructeurs. En 1974, Fittipaldi, qui part chez McLaren[5], est remplacé par Jacky Ickx et Peterson devient le pilote numéro 1.

Cette année-là, la Lotus 72 doit être remplacée par la Lotus 76, une version allégée et retravaillée de la Lotus 72, mais le projet s’avère trop ambitieux et Lotus doit abandonner le développement de la Lotus 76. Lotus reviens donc à l’inépuisable Lotus 72 au milieu de la saison 1974. Cependant, de légères modifications lui sont apportées, un élargissement du train avant et arrière, afin de garder une voiture compétitive[6]. Peterson remporte trois courses et se bat pour le titre pilote, bien soutenu par Ickx qui réalise des performances solides dont plusieurs podiums. La Lotus 72, maintenant âgée de quatre ans, termine à la quatrième au classement des constructeurs. En 1975, la Lotus 72 n'est toujours pas remplacée et commence à ne plus pouvoir suivre le rythme. Il devient donc évident que la voiture, même avec de nouvelles modifications, ne pourra plus se battre contre la Ferrari 312 T tenante du titre ou contre la nouvelle Brabham BT44. Lotus termine donc à la 7e place au championnat des constructeurs avec seulement neuf points inscrit.

Après 20 victoires, 2 championnat des pilotes et 3 constructeurs, la Lotus 72 est retirée pour la saison 1976 et remplacée par la Lotus 77.

Résultats complets en championnat du monde[modifier | modifier le code]

saison Écurie Monoplace Moteur Pneus Pilotes 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 Points inscrits Clas.
1970 Team Lotus 72
72B
72C
Ford Cosworth DFV F RSA ESP MON BEL NED FRA GBR ALL AUT ITA CAN USA MEX 59* Champion
Drapeau de l'Autriche Jochen Rindt Abd. 1 1 1 1 Abd.
Drapeau du Royaume-Uni John Miles nq Abd. 7 8 Abd. Abd. Abd.
Drapeau du Brésil Emerson Fittipaldi 1 Abd.
Drapeau de la Suède Reine Wisell 3 n.c.
Brooke Bond Oxo Racing 72C Drapeau du Royaume-Uni Graham Hill n.c. Abd. Abd.
World Wide Racing 72C Drapeau de l'Espagne Alex Soler-Roig nq
1971 Team Lotus 72C
72D
Ford Cosworth DFV F RSA ESP MON NED FRA GBR ALL AUT ITA CAN USA 21 5e
Drapeau du Brésil Emerson Fittipaldi Abd. Abd. 5 3 3 Abd. 2 7 NC
Drapeau de la Suède Reine Wisell 4 nc Abd. DSQ 6 8 4 5 Abd.
Drapeau de l'Afrique du Sud Dave Charlton Abd.
1972 Team Lotus 72D Ford Cosworth DFV F ARG RSA ESP MON BEL FRA GBR ALL AUT ITA CAN USA 61 Champion
Drapeau du Brésil Emerson Fittipaldi Abd. 2 1 3 1 2 1 Abd. 1 1 11 Abd.
Drapeau de l'Australie David Walker DSQ 10 9 14 14 18 Abd. Abd. Abd. Abd.
Drapeau de la Suède Reine Wisell Abd. 10
Scuderia Scribante Drapeau de l'Afrique du Sud Dave Charlton Abd. nq Abd. Abd.
1973 Team Lotus 72D
72E
Ford Cosworth DFV G ARG BRA RSA ESP BEL MON SWE FRA GBR NED ALL AUT ITA CAN USA 92 Champion
Drapeau du Brésil Emerson Fittipaldi 1 1 3 1 3 2 12 Abd. Abd Abd. 6 Abd. 2 2 6
Drapeau de la Suède Ronnie Peterson Abd. Abd. 11 Abd. Abd. 3 2 1 2 11 Abd. 1 1 Abd. 1
Scuderia Scribante 72D Drapeau de l'Afrique du Sud Dave Charlton Abd.
1974 Team Lotus 72E Ford Cosworth DFV G ARG BRA RSA ESP BEL MON SWE NED FRA GBR ALL AUT ITA CAN USA 42** 4e
Drapeau de la Suède Ronnie Peterson 13 6 1 Abd. 8 1 10 Abd. 1 3 Abd.
Drapeau de la Belgique Jacky Ickx Abd. 3 Abd. Abd. 11 5 3 5 13 Abd.
Team Gunston F Drapeau de l'Afrique du Sud Ian Scheckter 13
Drapeau de l'Afrique du Sud Paddy Driver Abd.
1975 Team Lotus 72E
72F
Ford Cosworth DFV G ARG BRA RSA ESP MON BEL SWE NED FRA GBR ALL AUT ITA USA 9 7e
Drapeau de la Suède Ronnie Peterson Abd. 15 10 Abd. 4 Abd. 9 15 10 Abd. Abd. 5 Abd. 5
Drapeau de la Belgique Jacky Ickx 8 9 12 2 8 Abd. 15 Abd. Abd.
Drapeau du Royaume-Uni Jim Crawford Abd. 13
Drapeau du Royaume-Uni Brian Henton 16 NC
Drapeau du Royaume-Uni John Watson Abd.
Team Gunston 72E Drapeau de l'Afrique du Sud Guy Tunmer 11
Drapeau de l'Afrique du Sud Eddie Keizan 13

Légende : ici

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Michael Oliver, Lotus 72: The History of an Formula One Icon, Coterie Press Ltd,‎ 2003 (ISBN 978-1-9023-5106-3)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alpha Auto, ed. Erasme
  2. Michael Oliver, Lotus 72: The History of an Formula One Icon, Coterie Press Ltd,‎ 2003, 24–25 p. (ISBN 978-1-9023-5106-3)
  3. « The Lotus 72 story », sur forix.autosport.com (consulté le 4 mars 2011)
  4. Record aujourd'hui détenu par Sebastian Vettel
  5. Il conduit alors la McLaren M23 qui est fortement inspirée de la Lotus 72
  6. Michael Oliver, Lotus 72: The History of an Formula One Icon, Coterie Press Ltd,‎ 2003, 174–176 p. (ISBN 978-1-9023-5106-3)