Ligne 1 du tramway d'Île-de-France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tramway ligne 1
Les rames TFS nos 103 et 213 à la station Gare de Saint-Denis durant la « marche à blanc »
Les rames TFS nos 103 et 213 à la station Gare de Saint-Denis durant la « marche à blanc »

Réseau Tramway d'Île-de-France
Date d’ouverture  : Bobigny - Pablo Picasso à La Courneuve - 8 Mai 1945
 : prolongement de La Courneuve - 8 Mai 1945 à Gare de Saint-Denis
 : prolongement de Bobigny - Pablo Picasso à Gare de Noisy-le-Sec
Dernière extension  : prolongement de Gare de Saint-Denis à Les Courtilles
Terminus Les Courtilles
Gare de Noisy-le-Sec
Exploitant RATP
Conduite (système) Conducteur (Conduite à vue)
Matériel utilisé TFS
(35 rames au 15/11/2012)
Dépôt d’attache Bobigny
Points d’arrêt 36
Longueur 17 km
Temps de parcours 64 min
Communes desservies Asnières-sur-Seine
Gennevilliers
Villeneuve-la-Garenne
L'Île-Saint-Denis
Saint-Denis
La Courneuve
Drancy
Bobigny
Noisy-le-Sec
Jours de fonctionnement Tous les jours
Fréquentation
(moy. par an)
29,3 millions[1]
2/4
Lignes connexes (1) (2) (3a) (3b) (4) (5) (7)

SourceSource

La ligne 1 du tramway d'Île-de-France, plus souvent simplement nommée T1, est une ligne exploitée par la Régie autonome des transports parisiens (RATP) qui a été mise en service en 1992 entre Bobigny et Saint-Denis, marquant le grand retour de ce mode de transport dans la région Île-de-France après trente-cinq ans d'absence.

Depuis un premier prolongement à l'est le suivi d'un second à l'ouest opéré le , elle relie Les Courtilles, située à cheval sur les communes d'Asnières-sur-Seine et de Gennevilliers, en correspondance avec la ligne 13 du métro de Paris, à la gare de Noisy-le-Sec située sur le territoire de la commune éponyme en un peu plus d'une heure et dessert trente-six arrêts sur dix-sept kilomètres. La ligne, qui a rencontré un rapide succès, transportait 115 000 voyageurs en moyenne par jour ouvré en 2009[2].

Un prolongement à l'ouest à travers Colombes, permettant une correspondance avec le T2 est prévu, avec une première étape aux Quatre-Routes à l'horizon 2017. À l'est, un second prolongement jusqu'au Val de Fontenay, resté bloqué plusieurs années par suite de l'opposition de la municipalité centriste de Noisy-le-Sec, est finalement validé par le STIF depuis juillet 2009 après un changement de majorité et programmé pour 2015. Toutefois un nouveau changement de la majorité municipale de cette commune, fin 2010, compromet une nouvelle fois le projet.

Plan de la ligne T1
Plan de la ligne T1.

Histoire[modifier | modifier le code]

Chronologie[modifier | modifier le code]

La rame TFS no 103 entre les stations Gare de Gennevilliers et Parc des Chanteraines, durant la « marche à blanc » sur le prolongement aux Courtilles, en .
  •  : mise en service entre Bobigny - Pablo Picasso et La Courneuve - 8 Mai 1945
  •  : prolongement à l'ouest de La Courneuve - 8 Mai 1945 à Gare de Saint-Denis
  •  : prolongement à l'est de Bobigny - Pablo Picasso à Gare de Noisy-le-Sec
  •  : prolongement à l'ouest de Gare de Saint-Denis à Les Courtilles

Renaissance du tramway[modifier | modifier le code]

La ligne 1 du tramway d'Île-de-France, qui marque le retour de ce mode de transport disparu de la région en 1957[note 1], est le résultat d'un long combat mené notamment par le conseil général de Seine-Saint-Denis et les villes concernées. Le schéma directeur d'aménagement et d'urbanisme de la région parisienne évoque en juillet 1976 la création de lignes de rocade au nord et au sud de l'agglomération pour faciliter les liaisons de banlieue à banlieue en croissance constante. Un schéma directeur des sites propres est dessiné par la RATP à la demande de la direction régionale de l'Équipement d'Île-de-France, notamment le long de la route nationale 186 (N 186) dont le trafic routier doit être à terme fortement délesté par la mise en service progressive de l'autoroute A86.

En 1977, l'institut d'aménagement et d'urbanisme de la région d'Île-de-France (IAURIF) reçoit pour mission de la direction régionale de l'Équipement d'étudier la création de deux lignes de rocade structurantes en banlieue, dont une relierait le quartier d'affaires de La Défense, à l'ouest, à la préfecture de la Seine-Saint-Denis, Bobigny, à l'est. L'institut propose le tramway, dont la capacité est supérieure au bus, et dispose de plusieurs autres avantages, dont un faible bruit, l'absence de pollution directe, l'adaptabilité à l'évolution du trafic et sa bonne accessibilité pour les handicapés grâce à son plancher bas. Le tramway semble parfaitement convenir pour des liaisons de banlieue à banlieue, dont le trafic ne justifie pas la création d'une ligne de métro tout en étant trop élevé pour une simple ligne de bus[3].

Débouché de l'autoroute A86 à Bobigny, en .

En 1980, l'IAURIF étudie plus particulièrement la liaison Saint-Denis - Bobigny, première étape de la rocade, en partenariat avec la RATP, qui reste pour sa part assez réservée quant au mode de transport, le seuil de trafic attendu semblant incertain pour assurer la rentabilité d'un tramway. Le conseil général de la Seine-Saint-Denis s'engage alors fortement en faveur du projet, d'autant que le changement politique national intervenu en mai 1981 portant la gauche au pouvoir favorise son aboutissement[a 1].

En 1982, la RATP met en œuvre, avec la direction départementale de l'Équipement de Seine-Saint-Denis (DDE 93), une première étude de faisabilité d'un projet de tramway, qui traverse des communes peuplées de proche banlieue, mais touchées par la désindustrialisation et le recul démographique. La ligne est en correspondance avec trois lignes de métro et une gare ferroviaire, ce qui accroît son attractivité en cumulant la desserte de rocade avec le rabattement sur les lignes radiales. La première version du schéma de principe est présentée en mars-avril 1983. L'IAURIF précise son attachement aux « solutions de niveau intermédiaire entre les systèmes ferrés lourds et l'autobus victime des encombrements de la circulation ». Toutefois l'institut laisse ouvert le choix du mode de transport, précisant juste son choix de la traction électrique, soit un choix entre le tramway et le trolleybus[a 2].

Un comparatif est donc proposé, entre trois solutions : tramway, autobus articulé et trolleybus articulé. L'étude démontre que l'installation d'un tramway est d'un coût initial plus élevé, mais que son coût d'exploitation par voyageur est plus faible dès la première année et draine un trafic supérieur. Le bilan est positif pour ce mode en moins de douze années d'exploitation. Le schéma de principe met en lumière l'attractivité du tramway moderne aux yeux du public. Son effet sur l'aménagement urbain est également démontré, avec la réhabilitation des secteurs traversés et une utilisation plus rationnelle de la voirie. Le , le schéma de principe est approuvé par le conseil d'administration de la RATP ; il est cosigné par la régie et la DDE 93 en avril 1984. Le syndicat des transports parisiens entérine également le schéma. Le projet est alors inscrit au contrat de plan État-région[a 2].

Le pôle multimodal de Bobigny - Pablo Picasso, en .

Le trafic attendu est de 55 000 voyageurs pour un jour ouvrable moyen, soit un trafic annuel de quinze millions de voyageurs, avec un intervalle minimal de quatre minutes aux heures de pointe, et une vitesse commerciale prévue de 19 km/h. Le coût de construction de l'infrastructure est évalué au à 470 millions de francs hors taxe, soit 71,65 millions d'euros, et celui du matériel roulant, de 135 millions de francs HT, soit 20,58 millions d'euros HT[a 2]. La nouvelle ligne est en correspondance avec la ligne 5 du métro à la station Bobigny - Pablo Picasso, avec la ligne 7, prolongée le , à la station La Courneuve - 8 Mai 1945, avec la ligne 13 à la station Basilique de Saint-Denis (à distance) et avec la ligne D du RER à la gare de Saint-Denis. Elle est longue de 9,1 kilomètres et comporte vingt-deux stations. Le matériel pris comme référence est le tramway français standard de Nantes, qui connaît un succès certain.

Le financement est acté dans le contrat de plan État-région en 1984. Le projet, alors réévalué à 520 millions de francs, soit 79,3 millions d'euros, est pris en charge par l'État à 50 %, par la région à 42,8 %, et par le département à 7,2 %, ce dernier assurant pour l'essentiel le surcoût lié au mode tramway. L'enquête publique s'effectue en juin et , avec avis favorable du commissaire enquêteur rendu en août. La RATP devient le maître d'ouvrage délégué, et le projet est déclaré d'utilité publique le . La mise en service est alors prévue pour 1988. Enfin, l'avant-projet est adopté par le syndicat des transports parisiens en , avec quelques modifications, pour un coût atteignant 535 millions de francs HT, soit 81,56 millions d'euros[a 2]. Parmi ses modifications, l'une vise la desserte de la commune de L'Île-Saint-Denis : en effet, le tracé initial devait traverser la commune mais l'opposition du Conseil général des Hauts-de-Seine de l'époque fit limiter le projet à la gare de Saint-Denis[4].

Alternance politique et remise en cause du projet[modifier | modifier le code]

L'ouvrage de franchissement de la ligne de Grande Ceinture à Bobigny, en .

Les élections législatives de mars 1986 portent la droite au pouvoir et placent en conjonction politique l'État et la région. Le programme à tendance libérale du nouveau gouvernement met en danger le projet, par le choix général de réduire les investissements publics. Le tramway provoque par ailleurs toujours le débat quant à son efficacité réelle. La RATP relance par conséquent des études à la demande du gouvernement et rend son rapport au ministre des Transports, Jacques Douffiagues, en juin 1987. Il conclut que le remplacement du tramway par une ligne de bus en site propre est possible. Mais cette technique présente ici trois inconvénients : une dégradation des performances en termes de vitesse et de régularité, une reprise globale de la procédure, ce qui retarderait fortement le projet, enfin l'accord des collectivités locales, une modification du mode tramway pouvant entraîner la remise en cause du projet et de son financement[a 3].

Au niveau financier, le remplacement du tramway par une ligne de bus en site propre réduirait les coûts d'infrastructure de 36 à 45 %. L'achat de matériel roulant de type bus serait de même nettement moins élevé, passant de 238 à 45 millions de francs, respectivement pour le tramway et le bus. Mais le bilan de la solution tramway est cependant positif, avec des résultats d'exploitation supérieurs. Le tramway a une plus grande attractivité, et le matériel roulant possède une durée de vie nettement supérieure. La RATP maintient donc sa préférence au mode tramway.

Une nouvelle alternance politique nationale a lieu en 1988. Le 21 juillet, le conseil de direction du fonds de développement économique et social (FDES) décide de débloquer 110 millions de francs, soit 16,77 millions d'euros, pour le financement du projet, dont la mise en service est maintenant prévue pour fin 1992, soit plus de quatre années de retard sur la prévision initiale de 1984. La RATP est désignée maître d'ouvrage de l'opération, et assistée par plusieurs autres : DDE 93, services techniques des communes de Bobigny et Saint-Denis, et la SNCF pour l'ouvrage de franchissement de la ligne de Grande Ceinture à Bobigny[a 4]. Un programme d'aménagements paysagers avec traitement des façades est parallèlement mis en œuvre par le Conseil général, avec plantation d'arbres et mobilier urbain spécifique, dessiné par le cabinet Chemetov-Huidobro. Les travaux de déviation des ouvrages des concessionnaires sont entrepris à partir d'avril 1989, puis ceux d'infrastructure à partir de mai 1990[a 5].

Naissance du T1[modifier | modifier le code]

La rame TFS no 104 à la station La Courneuve - 8 Mai 1945, en .

La ligne est mise en service en deux étapes au cours de l'année 1992. L'avancement satisfaisant des travaux permet l'ouverture d'un premier tronçon de 3 600 mètres le entre Bobigny - Pablo Picasso et La Courneuve - 8 Mai 1945[a 6].

Le second tronçon de 5 400 mètres est mis en service le entre La Courneuve - 8 Mai 1945 et Gare de Saint-Denis. Mais un dépassement des coûts de 94 millions de francs demande un financement complémentaire[a 6].

Les résultats d'exploitation sont alors étroitement surveillés, pour confirmer - ou non - la pertinence du choix du mode tramway. Une première enquête, dès octobre 1992, décompte 19 000 voyageurs quotidiens. En mars 1993, soit trois mois après son ouverture complète, le trafic atteint déjà 52 500 voyageurs par jour, soit un chiffre proche des prévisions initiales de 55 000 voyageurs. Depuis, la fréquentation a continué sa croissance : 80 000 voyageurs quotidiens en novembre 2000, puis 98 900 six mois après l'inauguration du tronçon Bobigny – Noisy-le-Sec, et enfin, 115 000 voyageurs en mars 2007. À cette date, les deux stations les plus fréquentées sont La Courneuve - 8 Mai 1945 et Bobigny - Pablo Picasso[5]. La charge est homogène dans les deux sens par l'équilibre des échanges en station et le trafic est régulier toute la journée. L'intervalle est de 5 minutes et 30 secondes et la vitesse commerciale de 17 km/h, contre 11 km/h pour le bus. La nouvelle ligne constitue donc bien un saut qualitatif et un outil efficace d'aménagement urbain[a 6].

Rénovation et modernisation de la ligne[modifier | modifier le code]

La rame TFS no 116 sur le quai central allongé de la station Hôtel de Ville de La Courneuve, en .

Du 25 juin au , la ligne T1 a été interrompue sur la totalité de son parcours, afin de permettre la réalisation d'importants travaux de rénovation[6].

La plate-forme a été reprise à la suite d’affaissements survenus en plusieurs endroits. Le système de priorité aux feux a été installé au niveau des carrefours, avec comme objectif, à terme, une diminution du temps de parcours de 10 % permise par une augmentation espérée de la vitesse commerciale moyenne de 2 km/h (passage de 17 à 19 km/h). Le plan de voies de l'arrière-gare du terminus Bobigny - Pablo Picasso a été remanié, en prévision du prolongement de la ligne à Noisy-le-Sec, avec en particulier l'installation d'une jonction en triangle permettant aux rames d'entrer et de sortir du dépôt de Bobigny de n'importe quelle direction (Saint-Denis ou Noisy)[7],[6]. De plus, les aiguillages ont été remplacés et une voie supplémentaire a été ajoutée afin de permettre notamment la circulation de « services partiels » et d'améliorer la régularité en cas d'incident[6].

Ces travaux ont également permis de remanier la station Hôtel de Ville de La Courneuve. Située sur le terre-plein central de la route nationale 186, elle avait dû être construite avec un unique quai central desservant les deux voies, à cause de la faible largeur de la rue à cet endroit-là. Cette configuration a fini par la rendre dangereuse au fur et à mesure de l'augmentation du trafic. Comme de hauts immeubles de part et d’autre de la rue empêchent absolument tout élargissement du quai, celui-ci a été allongé afin de créer deux demi-stations[note 2] décalées[6].

Le système SIEL à la station Basilique de Saint-Denis, en .

Aux arrêts, le système d’annonce des temps d’attente « Alexis », de première génération, a été remplacé par le système SIEL, plus performant et plus lisible. Les distributeurs de billets de première génération également, ont être remplacés par de plus modernes, capables de délivrer tous les titres de transport et plus seulement les tickets à l’unité ou en carnet. Les abris des dix stations les plus fréquentées : Gare de Saint-Denis, Théâtre Gérard Philipe, Basilique de Saint-Denis, La Courneuve - Six Routes, Hôtel de Ville de La Courneuve, La Courneuve - 8 Mai 1945 et Bobigny Pablo Picasso ont été intégralement rénovés[6].

Pendant cette période, pour permettre la continuité de service, les tramways ont été remplacés par des bus articulés. Ils circulaient jusqu'à une fréquence de quatre minutes en période de pointe, contre six minutes pour le tramway, de manière à offrir une capacité d'emport globalement inchangée. Dans la mesure du possible, les arrêts des bus de substitution étaient positionnés à proximité immédiate des stations de tramway, sauf dans Saint-Denis à cause des sens uniques et de l'étroitesse de certaines rues empruntées par le tramway. La substitution par autobus entraînait un allongement du temps de parcours, de l'ordre d'une dizaine de minutes[6]

Un premier prolongement : de Bobigny à Noisy-le-Sec[modifier | modifier le code]

Les rames TFS nos 106 et 203 à la station Gare de Noisy-le-Sec, en .

La première étape du prolongement à l'est de la ligne vers Montreuil est inscrite au contrat de plan État-région 1994-1998. Ce premier tronçon qui relie Bobigny à la gare de Noisy-le-Sec, d'un coût de 28,5 millions d'euros[7], permet un rabattement sur le RER E, ouvert en 1999, et une meilleure desserte d'équipements publics à Bobigny et Noisy-le-Sec. Le schéma de principe est approuvé en avril 1997 et la déclaration d'utilité publique est prononcée en avril 1999.

Le , la ligne est prolongée de 2,9 kilomètres pour aboutir la gare de Noisy-le-Sec, après avoir desservi cinq nouvelles stations : Jean Rostand, Auguste Delaune, Pont de Bondy, Petit Noisy et Gare de Noisy-le-Sec. Le tracé du prolongement utilise presque intégralement la voirie urbaine en site propre, à l'exception d’un pont créé ex nihilo sur le canal de l'Ourcq. Initialement, la station Jean Rostand ne devait ouvrir que lors du prolongement de la ligne au sud de la gare de Noisy-le-Sec, mais l'importance du trafic espéré et le retard accumulé par les travaux ont favorisé son ouverture en même temps que le reste du prolongement[7].

La station Pont de Bondy a été réalisée au sommet de rampes fort prononcées réalisées pour permettre le franchissement du canal de l'Ourcq. La station Petit Noisy possède des quais décalés, compte tenu de la faible largeur de la voirie. Enfin, le terminus Gare de Noisy-le-Sec a été réalisé dans une configuration provisoire avec un plan de voies minimaliste, afin de préparer le prolongement en direction du sud déjà envisagé[7].

La ligne T1 dessert depuis cette date vingt-six stations et transporte en moyenne 100 000 voyageurs chaque jour ouvrable en 2003[a 6], fréquentation qui atteint en semaine 115 000 voyageurs par jour en 2008[8].

Renouvellement des voies[modifier | modifier le code]

Vue des travaux de renouvellement des voies à l'été 2010 à Basilique de Saint-Denis, sur pose antivibratile renforcée.
Les voies en cours de renouvellement, avec pose antivibratile renforcée, à la station de Basilique de Saint-Denis, en .

Victimes d'une usure prématurée due notamment à une fréquentation (115 000 voyageurs par jour) qui a largement dépassé les anticipations, les voies les plus anciennes ont été changées en allant d'est en ouest au cours de chantiers organisés l'été des années 2006 à 2010, les tramways étant, durant ces périodes, remplacés par des bus articulés[9],[10],[11]. Le chantier de l'été 2010 a permis le remplacement de 3 600 m de rails, prévus pour durer trente ans[12].

En raison de la proximité immédiate des habitations de la ZAC du centre-ville de Saint-Denis, une pose antivibratile renforcée a été choisie. Chaque coupon de rail posé est enserré dans une longrine de béton, dont il est isolé par une enveloppe caoutchouteuse. Chaque longrine longitudinale est posée sur des longrines perpendiculaires à la voie, dont elle est isolée par une autre bande caoutchouteuse. Les coupons de 8 m sont ensuite soudés entre eux puis le revêtement de la voie est placé entre les rails.

Dans les zones moins sensibles aux vibrations, on insère plus simplement sur le lit de béton des plaques, préfabriquées en usine, entre les deux files de rails d'une des voies, afin d'achever la plate-forme et son aspect pavé traditionnel. Cette pose est très différente de celle initiale de la ligne, où des pavés de granit avaient été posés de manière traditionnelle lors de l'achèvement de la plate-forme, mais n'avaient pas résisté à l'orniérage de la voie[13].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Du 6 mars au , l'exploitation du tramway a été interrompue entre l'arrêt 8 mai 1945 et la gare de Saint-Denis en raison du percement d'une conduite d'eau qui a endommagé gravement les voies au niveau de l'arrêt Stade Géo André. Cet incident a nécessité la mise en place d'un service de substitution par bus[14].

Un second prolongement : de Saint-Denis à Asnières - Gennevilliers[modifier | modifier le code]

Inauguration du prolongement de la ligne vers Les Courtilles avec un tramway à la station Le Village à Gennevilliers, le .

Le , la ligne est prolongée à l'ouest dans les Hauts-de-Seine en première étape, de Gare de Saint-Denis à la station de métro Les Courtilles[15]. Long de 4,9 kilomètres, le prolongement permet la desserte de dix nouvelles stations : L'Île-Saint-Denis, Mairie de Villeneuve-la-Garenne, La Noue, Chemin des Reniers, Parc des Chanteraines, Gare de Gennevilliers, Timbaud, Le Village, Le Luth et Les Courtilles. Il est parcouru en environ dix-sept minutes à une vitesse commerciale moyenne de 17 km/h grâce à la priorité aux feux. Elle concerne 55 150 emplois et habitants, situés à moins de 500 mètres d'une des nouvelles stations. Le trafic prévu est d'environ 43 000 voyageurs quotidiens en semaine, soit 11,5 millions de voyageurs annuels[16].

Ce prolongement aura coûté 119,02 millions d'euros (hors matériel roulant)[17] financés par le Conseil régional d'Île-de-France (39,8 %), l'État (23,8 %), le Conseil général des Hauts-de-Seine (20,5 %) et la RATP, sur prêt bonifié de la région (15,9 %). Le coût du matériel roulant (neuf rames supplémentaires), estimé à 13 millions d'euros, devait être financé par la RATP dans le cadre du contrat STIF - RATP, mais finalement, aucune commande de nouveau matériel n'a été passée, le parc existant étant suffisant pour assurer cette nouvelle desserte.

Il s'inscrit dans la perspective de la réalisation du « Grand Tram », future rocade de tramways autour de Paris. En parallèle avec les objectifs du Plan de déplacements urbains (PDU) d'Île-de-France et du schéma directeur de la région Île-de-France (SDRIF), ce projet permet, entre autres, de relier de nombreux centres urbains entre eux et surtout d'améliorer les liaisons de banlieue à banlieue. Il permet en outre de mailler le réseau avec des correspondances possibles avec le RER C à Gennevilliers et avec la ligne 13 prolongée à la station Les Courtilles, ouverte le , à la limite d'Asnières-sur-Seine et de Gennevilliers[18].

Le projet de prolongement de la ligne aux Courtilles est né dans les années 1990 : après la phase de concertation préalable d'octobre 1999 à février 2000, l'approbation du schéma de principe complémentaire a eu lieu en juin 2005. L'enquête préalable à la déclaration d'utilité publique et l'enquête parcellaire se sont déroulées de décembre 2005 à janvier 2006. La déclaration d'utilité publique et l'arrêté de cessibilité ont été prononcées, le 11 décembre 2006 avec approbation de l'avant-projet. La convention financière correspondante a été approuvée par le conseil d'administration du STIF le 13 décembre 2006[19].

Le pont du Grand Bras de Seine en cours de confortement à L'Île-Saint-Denis, en .

Les travaux des concessionnaires d'ouvrage ont démarré fin 2008[20]. Les travaux d'infrastructure ont débuté, quant à eux, fin juillet 2009 avec le réaménagement de l’ancienne route nationale 14 à Saint-Denis et le renforcement des ponts du Grand Bras et du Petit Bras de Seine[21], pour une mise en service prévisionnelle envisagée initialement à la mi-2012. Le , le premier rail a été officiellement soudé, en présence des élus. À cette date, 40 % des travaux ont été réalisés, et 25 % des rails ont été posés, conformément au calendrier prévisionnel[22].

La commune de L'Île-Saint-Denis avait émis des réserves sur la capacité du pont entre la rue du Port (à Saint-Denis) et la rue Méchin à supporter le passage du tramway. Les ingénieurs du Syndicat des transports d'Île-de-France (STIF) jugeait le pont trop peu solide pour le supporter. En 2003, la bataille fut âpre pour le sauver, à coups de pétition, de manifestations, de bals de protestation organisés sur le pont, et d'études contradictoires. Finalement, la structure du pont a été renforcée, permettant de conserver cet édifice centenaire[4].

Le , après trois années de travaux, le prolongement est entré dans sa phase d'essais, pour une durée de deux mois. Pendant cette période, les essais techniques ont consisté à mettre à l'épreuve la signalisation et l’ensemble des infrastructures ferroviaires. La conformité de la voie, le système électrique, l’adéquation entre les infrastructures et le gabarit des rames ont ainsi été vérifiés. Dans chacune des dix nouvelles stations, l’attention a été portée sur les « lacunes », ces espaces se trouvant entre la rame et le quai. Les essais ont enfin permis de vérifier la bonne visibilité des conducteurs, de jour comme de nuit, et notamment l’absence d’obstacles visuels gênants[23].

Du 20 août au , les trois cents conducteurs de la ligne ont alors, à raison de deux jours chacun, découvert le nouveau parcours et s’y sont familiarisés. Deux ou trois rames dédiées à la formation ont ainsi circulé, à une vitesse ayant progressivement augmenté jusqu'à atteindre un temps de parcours optimum[24].

Les rames TFS nos 114 et 208 à la station Les Courtilles, durant la « marche à blanc », en .

Enfin, du 27 octobre au , soit durant quatre semaines, la « marche à blanc » a eu lieu sur la totalité du prolongement. Une marche à blanc permet de rôder le fonctionnement de la ligne étendue et de parfaire la familiarisation des conducteurs. Pour les piétons, automobilistes et conducteurs de deux roues, elle offre à tous le temps de s’habituer à la cohabitation avec le tramway dans des conditions normales d’exploitation. Il s'agit d'une étape obligatoire pour l’obtention de l’autorisation préfectorale de mise en service du prolongement.

En pratique, les voyageurs descendaient tous au terminus Gare de Saint-Denis, mais les tramways continuaient leur route, sans voyageur, sur la totalité du prolongement. Ils fonctionnaient comme s’ils assuraient un service normal, respectant les bons horaires et les bonnes fréquences, dans des conditions réelles de circulation[24],[25].

Sur un plan économique, la RATP, par le biais de sa fondation, aidera à la création de cent cinq microentreprises sur trois ans, le long de ce prolongement, en partenariat avec l'Association pour le droit à l'initiative économique, qui délivre des microcrédits aux entrepreneurs[26].

Après ce prolongement, un autre est prévu à plus long terme vers l'ouest jusqu'à Nanterre. Il permettra d'interconnecter le T1 et le T2 ou de rejoindre La Défense et la banlieue ouest via la ligne A du RER.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Tracé et stations[modifier | modifier le code]

Plan des voies du T1.
Plan des voies de la ligne et de l'atelier de Bobigny, avant le prolongement à Asnières - Gennevilliers.
Plan géographiquement exact de la ligne.
Plan géographiquement exact de la ligne, avant le prolongement à Asnières - Gennevilliers.

La ligne T1 est longue de 17 kilomètres. Elle est implantée en site propre, sauf dans le Village de Gennevilliers (entre les stations Le Village et Timbaud) et L'Île-Saint-Denis où les voies sont globalement mêlées dans la circulation automobile. De Saint-Denis à Noisy, des plots ou murets en béton empêchant les automobilistes d'accéder à la plate-forme du tramway[3].

Tracé[modifier | modifier le code]

Le tracé naît, avenue de la Redoute à Asnières-sur-Seine, face à la station terminus de la branche Asnières-Gennevilliers de la ligne 13 du métro, Les Courtilles. La ligne se dirige ensuite en site propre vers l'est, traverse le boulevard intercommunal et emprunte l'avenue Lucien-Lanternier située dans Gennevilliers. Le tracé se place alors en position latérale au nord de l'avenue, et dessert le quartier du Luth. Après avoir desservi la station Le Village, située rue Pierre-Timbaud, les deux voies de tramway[27] se dissocient, tout en demeurant la plupart du temps en site propre, afin de traverser le vieux Gennevilliers : les tramways en direction de Noisy empruntent alors la place Jean-Grandel puis les rues Félicie et Jules-Larose, tandis que les tramways en direction d'Asnières-Gennevilliers restent sur la rue Pierre-Timbaud désormais à sens unique.

Avant de traverser le rond-point enjambant la route nationale 315, la ligne dessert la station Timbaud réalisée en deux demi-stations situées sur chacun des itinéraires dissociés. Puis à l'engagement sur le rond-point, les deux voies s'associent à nouveau pour ensuite se placer en position latérale au nord de l'avenue du Général-de-Gaulle. La ligne dessert la gare de Gennevilliers, passe sous les voies de la ligne C du RER, longe et dessert le parc départemental des Chanteraines. Le tracé passe ensuite en position axiale, dès son passage en dessous de l'autoroute A86, marquant l'entrée dans la commune de Villeneuve-la-Garenne. Le tracé emprunte désormais l'avenue de Verdun et dessert notamment l'hôpital Nord 92 ainsi que la mairie de la commune.

Arrivé au niveau du quai d'Asnières, la voie empruntée par les tramways allant en direction de Noisy-le-Sec quitte le site propre pour passer en site banalisé, c'est-à-dire dans la circulation routière, afin de franchir le premier bras de la Seine. La voie empruntée par les trams allant dans le sens contraire demeure en site propre. Une fois le premier bras franchi, le tracé emprunte la rue Méchin afin de desservir le centre de la commune de L'Île-Saint-Denis.

Une rame TFS dans la circulation routière s'éloigne de la station L'Île-Saint-Denis, en .

Les deux voies du tramway sont à cette occasion mêlées à la circulation routière, compte tenu de l'étroitesse de la rue. La ligne enjambe ensuite le second bras de la Seine pour entrer dans Saint-Denis. Sur le pont, les deux voies empruntent à tour de rôle un site propre situé au milieu de l'ouvrage.

Le tracé croise ensuite la route nationale 14, emprunte la rue du Port et passe en dessous des voies ferrées de la banlieue Nord, au-delà desquelles se trouvent la station Gare de Saint-Denis, située à proximité de la gare de même nom, sur le pont enjambant le canal Saint-Denis. La ligne emprunte ensuite la rue Auguste-Delaune, rendue piétonne, puis contourne l'église Saint-Denis-de-l'Estrée. Le tracé s'incurve vers le nord, et se situe alors à l'est du boulevard Jules-Guesde où se situe la station Théâtre Gérard Philipe. La ligne s'incurve de nouveau, cette fois en direction de l'est, et se situe du côté nord du boulevard Carnot, jusqu'à la station Marché de Saint-Denis. La ligne s'incurve une nouvelle fois vers le sud-est et traverse un nouveau quartier au nord de la basilique, où une station donne correspondance à distance avec la branche Saint-Denis de la ligne 13 du métro.

Par le boulevard de la Commune-de-Paris, elle rejoint la route nationale 186 qu'elle emprunte en position axiale en direction du sud-est. Un ouvrage dédié permet à la ligne de franchir l'autoroute A1. Elle traverse La Courneuve, dont elle dessert l'hôtel de ville par la seule station à quai central de la ligne, puis le terminus de la ligne 7 du métro, par une station implantée au centre du carrefour des Quatre-Routes. Le tracé, toujours placé dans l'axe de la N 186, se situe ensuite en limite des communes de Drancy, au nord, et de Bobigny, au sud[a 7].

La ligne quitte sa position axiale après la station Drancy-Avenir et se place du côté sud de la route. Elle franchit ensuite sur un ouvrage spécifique les voies de la ligne de Grande Ceinture, et dessert les stations Gaston Roulaud puis Escadrille Normandie-Niémen. Le tracé quitte à cette hauteur la route nationale 186 et s'incurve en direction du sud-sud-est pour atteindre le centre de Bobigny par l'avenue Jean-Jaurès. Après les stations La Ferme et Libération, la ligne s'oriente vers l'est, et se place en position latérale au sud du boulevard Lénine. Après la station Hôtel de Ville de Bobigny, le tracé se poursuit le long du centre commercial Bobigny 2, jusqu'à l'importante gare routière de Bobigny - Pablo Picasso, où elle donne correspondance avec la ligne 5 du métro et de nombreuses lignes de bus[a 8].

Une rame TFS quittant la station Jean Rostand en direction de Gare de Saint-Denis.
Une rame TFS quittant la station Jean Rostand en direction de Gare de Saint-Denis, en .

Après le triangle de raccordement avec l'atelier de Bobigny, en courbe de 30 mètres de rayon, le tracé s'infléchit vers le nord, et rencontre la N 186 qu'elle traverse pour se positionner au nord de cette voie, nommée ici avenue Paul-Vaillant-Couturier, en direction du sud-est. La ligne traverse de nouveau l'avenue, cette fois vers le sud, se place en position latérale sud et se poursuit vers l'est. Elle s'oriente au sud par une courbe de 33,75 mètres de rayon, avant de franchir le canal de l'Ourcq par un ouvrage dédié en béton armé qu'elle atteint après une rampe de 5 ‰. Dorénavant à Noisy-le-Sec, la ligne se dirige vers le sud par un tracé en « S », avec courbe de 33,75 mètres de rayon, suivie d'une contre-courbe de 50 mètres de rayon. Elle atteint l'avenue de Paris, ou N3, qu'elle traverse, puis se dirige vers le sud-ouest en empruntant dans l'axe l'avenue Gallieni. Elle passe sous l'autoroute A86 puis sous la ligne de Grande Ceinture dont les ouvrages successifs la surplombent, avant d'atteindre la station Petit Noisy, à quais décalés. Le tracé s'achève rue Jean-Jaurès à la station Gare de Noisy-le-Sec, prolongé de deux voies en impasse, après avoir franchit les faisceaux de voie de la banlieue Est[a 9].

Principaux ouvrages d'art[modifier | modifier le code]

Le pont de Bondy.
Le Pont de Bondy, en .

La ligne est essentiellement située dans l'emprise de l'ancienne route nationale 186, sauf à Noisy-le-Sec, où elle suit une voie communale, et dans le centre-ville de Saint-Denis, où elle est en site propre intégral entre Basilique de Saint-Denis et Marché de Saint-Denis.

Il a néanmoins fallu réaliser plusieurs ouvrages d'art pour accueillir la ligne :

Liste des stations[modifier | modifier le code]

      Station Lat/Long Zone Communes Correspondances[28]
  o   Asnières - Gennevilliers
Les Courtilles
48° 55′ 49″ N 2° 17′ 03″ E / 48.930254, 2.28403 (Asnières - Gennevilliers - Les Courtilles) 3 Asnières-sur-Seine, Gennevilliers (M)(13)
  o   Le Luth 48° 55′ 53″ N 2° 17′ 17″ E / 48.931523, 2.288084 (Le Luth) 3 Gennevilliers
  o   Le Village 48° 56′ 00″ N 2° 17′ 40″ E / 48.933229, 2.294538 (Le Village) 3 Gennevilliers
  o   Timbaud 48° 55′ 59″ N 2° 18′ 05″ E / 48.933098, 2.301474 (Timbaud) 3 Gennevilliers
  o   Gare de Gennevilliers 48° 56′ 00″ N 2° 18′ 28″ E / 48.933346, 2.307732 (Les Barbanniers/Gare de Gennevilliers) 3 Gennevilliers (RER)(C)
  o   Parc des Chanteraines 48° 56′ 02″ N 2° 18′ 49″ E / 48.933835, 2.313742 (Parc des Chanteraines) 3 Gennevilliers
  o   Chemin des Reniers 48° 56′ 04″ N 2° 19′ 17″ E / 48.934557, 2.321419 (Chemin des Reniers) 3 Villeneuve-la-Garenne
  o   La Noue 48° 56′ 06″ N 2° 19′ 40″ E / 48.935089, 2.327904 (La Noue) 3 Villeneuve-la-Garenne
  o   Mairie de Villeneuve-la-Garenne 48° 56′ 08″ N 2° 20′ 00″ E / 48.935523, 2.333274 (Mairie de Villeneuve-la-Garenne) 3 Villeneuve-la-Garenne
  o   L'Île-Saint-Denis 48° 56′ 09″ N 2° 20′ 21″ E / 48.935738, 2.339052 (L'Île-Saint-Denis) 3 L'Île-Saint-Denis
  o   Gare de Saint-Denis 48° 56′ 10″ N 2° 20′ 47″ E / 48.936066, 2.346369 (Gare Saint-Denis RER) 3 Saint-Denis (RER)(D)
TransilienLigne H du Transilien
  o   Théâtre Gérard Philipe 48° 56′ 15″ N 2° 21′ 01″ E / 48.937562, 2.350216 (Théâtre Gérard Philipe) 3 Saint-Denis
  o   Marché de Saint-Denis 48° 56′ 19″ N 2° 21′ 21″ E / 48.938623, 2.355883 (Marché de Saint-Denis) 3 Saint-Denis (T)(5)
  o   Basilique de Saint-Denis
Hôtel de Ville
48° 56′ 17″ N 2° 21′ 39″ E / 48.938071, 2.360826 (Basilique de Saint-Denis) 3 Saint-Denis (M)(13)
  o   Cimetière de Saint-Denis 48° 56′ 11″ N 2° 21′ 50″ E / 48.93625, 2.363777 (Cimetière de Saint-Denis) 3 Saint-Denis
  o   Hôpital Delafontaine 48° 56′ 01″ N 2° 22′ 16″ E / 48.933554, 2.371182 (Hôpital Delafontaine) 3 Saint-Denis
  o   Cosmonautes 48° 55′ 54″ N 2° 22′ 41″ E / 48.931771, 2.378153 (Cosmonautes) 3 Saint-Denis

La Courneuve

  o   La Courneuve — Six Routes 48° 55′ 48″ N 2° 23′ 05″ E / 48.929993, 2.384746 (La Courneuve — Six Routes) 3 La Courneuve
  o   Hôtel de Ville de
La Courneuve
48° 55′ 39″ N 2° 23′ 32″ E / 48.927457, 2.392238 (Hôtel de Ville de La Courneuve) 3 La Courneuve
  o   Stade Géo André 48° 55′ 28″ N 2° 24′ 07″ E / 48.924383, 2.402068 (Stade Géo André) 3 La Courneuve
  o   Danton 48° 55′ 22″ N 2° 24′ 24″ E / 48.922733, 2.406623 (Danton) 3 La Courneuve
  o   La Courneuve - 8 Mai 1945 48° 55′ 15″ N 2° 24′ 38″ E / 48.920745, 2.410645 (La Courneuve - 8 Mai 1945) 3 La Courneuve (M)(7)
  o   Maurice Lachâtre 48° 55′ 09″ N 2° 24′ 50″ E / 48.919197, 2.413805 (Maurice Lachâtre) 3 Drancy, Bobigny
  o   Drancy - Avenir 48° 55′ 04″ N 2° 25′ 04″ E / 48.917798, 2.417705 (Drancy - Avenir) 3 Drancy, Bobigny
  o   Hôpital Avicenne 48° 54′ 57″ N 2° 25′ 32″ E / 48.915707, 2.42551 (Hôpital Avicenne) 3 Drancy, Bobigny
  o   Gaston Roulaud 48° 54′ 51″ N 2° 25′ 53″ E / 48.914091, 2.431299 (Gaston Roulaud) 3 Drancy, Bobigny
  o   Escadrille Normandie-Niémen 48° 54′ 46″ N 2° 26′ 08″ E / 48.912696, 2.435448 (Escadrille Normandie-Niémen) 3 Drancy, Bobigny
  o   La Ferme 48° 54′ 35″ N 2° 26′ 15″ E / 48.909671, 2.437452 (La Ferme) 3 Bobigny
  o   Libération 48° 54′ 25″ N 2° 26′ 19″ E / 48.906942, 2.438616 (Libération) 3 Bobigny
  o   Hôtel de Ville de Bobigny
Maison de la Culture
48° 54′ 24″ N 2° 26′ 38″ E / 48.906542, 2.443953 (Hôtel de Ville de Bobigny) 3 Bobigny
  o   Bobigny - Pablo Picasso
Préfecture - Hôtel du Département
48° 54′ 24″ N 2° 27′ 00″ E / 48.906548, 2.449993 (Bobigny - Pablo Picasso) 3 Bobigny (M)(5)
  o   Jean Rostand 48° 54′ 28″ N 2° 27′ 16″ E / 48.90781, 2.454355 (Jean Rostand) 3 Bobigny
  o   Auguste Delaune 48° 54′ 24″ N 2° 27′ 38″ E / 48.90669, 2.460505 (Auguste Delaune) 3 Bobigny
  o   Pont de Bondy 48° 54′ 18″ N 2° 28′ 11″ E / 48.905059, 2.46978 (Pont de Bondy) 3 Bobigny, Noisy-le-Sec
  o   Petit Noisy 48° 54′ 02″ N 2° 27′ 55″ E / 48.900417, 2.4654 (Petit Noisy) 3 Noisy-le-Sec
  o   Gare de Noisy-le-Sec 48° 53′ 45″ N 2° 27′ 37″ E / 48.895933, 2.460331 (Noisy-le-Sec RER) 3 Noisy-le-Sec (RER)(E)

Les stations en gras servent de départ ou de terminus à certaines missions.

Aménagement des stations[modifier | modifier le code]

Mobilier de station typique des stations ouvertes avant 2012. On peut voir, au centre et en beige, le distributeur automatique de titres de transport. Ici, le mobilier de la station Petit Noisy, en .

Toutes les stations sont équipées de bornes du Système d'information en ligne (SIEL). Des distributeurs automatiques de titres de transport (au détail, en carnet, en coupon hebdomadaire et mensuel) sont installés sur les quais des stations. Elles sont toutes accessibles aux personnes à mobilité réduite (PMR), y compris aux utilisateurs de fauteuil roulant[29]. Elles possèdent des quais latéraux de 2,50 mètres à 3 mètres de largeur, généralement placés face à face[3],[29].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Exploitation de la ligne[modifier | modifier le code]

La rame TFS no 202 sur le pont du Petit Bras de Seine à L'Île-Saint-Denis, durant la « marche à blanc », en .

Le T1 est une ligne de tramway d'Île-de-France exploitée par la Régie autonome des transports parisiens (RATP). Elle fonctionne de h 30 à h 30 du dimanche au jeudi et de h 30 à h 30 les vendredi, samedi et veilles de jours fériés[30],[31]. Les tramways relient Les Courtilles à la gare de Noisy-le-Sec en 64 minutes[32] grâce à une vitesse commerciale de 17 km/h[33].

Les rames circulent à la fréquence d'un passage toutes les cinq minutes aux heures de pointe et de six à huit minutes aux heures creuses, du lundi au vendredi. La fréquence est de quinze à vingt minutes de 21 h à la fin du service. Le samedi, l'intervalle entre deux rames varie de six à dix minutes en journée et de sept à dix minutes les dimanches et jours de fêtes[30],[31].

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

La ligne T1 est équipée de trente-cinq rames[34] du matériel Tramway français standard (TFS), identique à celui équipant le réseau grenoblois, dont trente et une en circulation au plus fort du trafic[24]. Longues de 29,4 mètres et larges de 2,30 mètres, les rames permettent d'accueillir de 178 à 252 voyageurs. Elles bénéficient d'un plancher bas sur les deux tiers de leur longueur ; seules les parties extrêmes, situées au-dessus des bogies moteurs, ont leur plancher à 65 cm au-dessus du quai[33]. Deux versions du Tramway français standard (TFS) cohabitent sur la ligne de tramway.

La rame TFS no 216 marque l'arrêt à la station Hôpital Avicenne. Le conducteur surveille la montée et la descente des voyageurs à l'aide des rétroviseurs rétractables.
La rame TFS no 216 à la station Hôpital Avicenne, en . Le conducteur surveille la montée et la descente des voyageurs à l'aide des rétroviseurs rétractables.

La première version est celle de 1992, qui se caractérise par des moteurs à courant continu. Elles se différencient aussi par leur avertisseur sonore au ton plus grave que les rames suivantes ; les rames sont numérotées 101 à 117. La première rame d'entre elles a été reçue le par l'atelier de Bobigny et a accompli ses premiers essais, le 24 février suivant[35].

La seconde version est celle de 1994, qui se caractérise par des moteurs asynchrones ; les rames sont numérotées 118, 119 et de 201 à 216. En 1995, les deux premières rames issues de cette version, numérotées 118 et 119 ont été livrées, en même temps que celles de la ligne T2 et leur sont identiques. En 2003/2004, les seize rames suivantes, numérotées 201 à 216, sont arrivées en provenance de la ligne T2, à la suite de leur remplacement par des Citadis 302, un nouveau matériel offrant plus de places. Ce redéploiement a permis de renforcer le parc de la ligne en vue de son prolongement à Noisy-le-Sec puis à Asnières - Gennevilliers.

Les rames 101 à 119 adoptaient à l'origine une livrée à base de gris. Elles ont toutes été équipées de la ventilation réfrigérée et ont vu leur intérieur rénové. Les rames 201 à 216 ont été quant à elles rénovées de 2004 à 2006 après leur transfert sur la ligne[36].

Le prolongement au Val de Fontenay nécessitant quinze rames supplémentaires, il est envisagé à cet échéance l'achat de cinquante nouvelles rames, anticipant ainsi le renouvellement du parc initialement programmé en 2022[37].

Conduite et signalisation[modifier | modifier le code]

Article connexe : Signalisation Tramway.
La signalisation tramway à l'entrée de la station Hôtel de ville de La Courneuve, en .

La conduite sur la ligne se fait en « conduite à vue » : on ne trouve donc sur la ligne que des panneaux de limitation de vitesse, des signaux de protection d'itinéraires et des signaux protégeant le franchissement des carrefours. Pour ces derniers, la voirie est équipée de signaux tricolores classiques de type R11 tandis que la ligne est équipée de signaux de type R17 et R18[note 3] associés à la signalisation routière. Ces feux sont accompagnés d'une signalisation d'aide à l'exploitation, un losange lumineux signalant la prise en charge de la demande de priorité au carrefour.

Les signaux de protection d'itinéraires ou signaux d'exploitation se situent avant les appareils de voies (aiguillages). Les panneaux de limitation de vitesse se présentent quant à eux comme des panneaux carrés avec des chiffres noirs sur fond blanc. Enfin, les indicateurs de coupure de courant sont implantés en amont de chaque secteur d'alimentation de la ligne aérienne de contact (LAC). Deux ronds blancs alignés en position verticale annoncent une ligne électrique alimentée, alignés en position horizontale une ligne non alimentée[a 10].

Les machinistes du T1 sont au nombre de trois cents. Dans le cadre du prolongement de la ligne aux Courtilles, cinquante conducteurs supplémentaires sont venus s'ajouter aux deux-cent cinquante déjà présents sur la ligne. Les nouveaux sont tous des conducteurs de bus, ayant suivi une formation préalable de trois semaines avant d’obtenir l’autorisation de conduire un tramway. Une dizaine d'entre eux conduisent aussi bien des tramways du T1 que ceux du T2 ou des autobus[24].

Controverse[modifier | modifier le code]

Le [38], la RATP fut mise en cause pour avoir utilisé une rame de tramway de la ligne 1 afin de transporter des familles Roms expulsées d'un camp le matin-même. Cette mise à disposition n'aurait pas été le fruit d'une réquisition demandée par la Préfecture de Seine-Saint-Denis. Le tramway en cause a réalisé le transport sous escorte policière de 150 personnes de Saint-Denis jusqu'au terminus de la ligne à Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis).

Accidents[modifier | modifier le code]

La pertinence de cette section est remise en cause, considérez son contenu avec précaution. En discuter ?

Le , deux adultes et deux enfants sont gravement blessés dans une collision avec un véhicule aux abords de la station Cosmonautes. Le véhicule se serait déporté sur la voie du tramway, qu'il a légèrement fait dérailler[39]. Une des passagères de la voiture âgée de 5 ans décède de ses blessures quelques jours plus tard[40].

Ateliers[modifier | modifier le code]

Voie d'accès aux ateliers traversant le parc de la Bergère à Bobigny.
La voie d'accès aux ateliers traversant le parc de la Bergère à Bobigny, en .

Les rames de la ligne sont entretenues par les ateliers de maintenance de Bobigny, ateliers qui entretiennent également le matériel roulant de la ligne 5 du métro. Ils sont reliés à la ligne T1 au niveau de la station Bobigny - Pablo Picasso par une voie unique qui traverse le parc de la Bergère.

Les ateliers de Bobigny servent de remisage aux trente-cinq rames de tramway de la ligne, ainsi que de centre de maintenance. Ils comprennent un hall de maintenance et un faisceau de voies de garage, l'emprise dédiée au seul tramway couvrant une surface de 10 000 m2, dont 1 570 m2 de surface couverte. Le hall de maintenance accueille une voie de deux positions de maintenance, sur pilotis et avec passerelle d'accès à la toiture des rames. Une voie est équipée de vérins mobiles pour réaliser les échanges de bogies. Un tour en fosse permet les opérations d'inspection, de réparation ou encore le reprofilage (« réalésage ») des roues en fosse afin de limiter les risques pour la sécurité et les nuisances sonores. Une station-service, dotée d'une machine à laver à rouleaux, permet par ailleurs d'effectuer les opérations de nettoyage extérieur et intérieur des rames ainsi que le remplissage de leurs sablières[a 11].

Tarification et financement[modifier | modifier le code]

La tarification de la ligne est identique à celles des deux autres lignes de tramway exploitées par la RATP ainsi que l'essentiel des lignes de bus et accessible avec les mêmes abonnements. Un ticket t+ permet un trajet simple quelle que soit la distance avec une ou plusieurs correspondances possibles avec les lignes de bus et de tramway pendant une durée maximale de 1 h 30 entre la première et la dernière validation, mais pas avec le métro ou le RER.

Le financement du fonctionnement de la ligne (entretien, matériel et charges de personnel) est assuré par la RATP. Cependant, les tarifs des billets et abonnements dont le montant est limité par décision politique ne couvrent pas les frais réels de transport. Le manque à gagner est compensé par l'autorité organisatrice, le Syndicat des transports d'Île-de-France (STIF), présidé depuis 2005 par le président du Conseil régional d'Île-de-France et composé d'élus locaux. Il définit les conditions générales d'exploitation ainsi que la durée et la fréquence des services. L'équilibre financier du fonctionnement est assuré par une dotation globale annuelle aux transporteurs de la région grâce au versement transport payé par les entreprises et aux contributions des collectivités publiques[41].

Trafic[modifier | modifier le code]

À la station Gare de Saint-Denis avant le prolongement de la ligne à Asnières-Gennevilliers, en .

La ligne 1 a rencontré un rapide succès et est en 2009 la ligne de tramway au trafic le plus élevé du réseau francilien : elle transporte en moyenne 115 000 voyageurs par jour ouvré[42]. Le nombre total de voyageurs transportés représente 50 % de plus que la fréquentation de la ligne 2. De 1993 (première année de pleine exploitation) à 2006, le trafic a presque doublé, augmentation comparable à celle constatée sur la ligne 2. La ligne 3, ouverte en décembre 2006, atteint un niveau comparable de fréquentation après une année pleine d'exploitation. Le prolongement de la ligne à Asnières-Gennevilliers devant apporter 43 000 voyageurs supplémentaires par jour ouvré selon les estimations du STIF, la ligne est depuis devenue la seconde en termes de trafic après la ligne T3 prolongée[42].

Année[a 12] 1992 1993 1994 1995
[note 4]
1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006
Nombre de voyageurs
(en millions)
3,9 15,3 17,0 15,7 16,9 16,7 16,2 20,7 23,0 21,9 23,2 23,5 27,6 28,4 29,3

Projets[modifier | modifier le code]

Le tronçon inauguré en 2013 ayant dégradé les conditions de transport sur le tronçon Bobigny/Saint-Denis (problèmes techniques répétés, accroissement des intervalles entre deux rames, surcharge...), le STIF, la RATP, les villes et le Conseil général de la Seine-Saint-Denis ont décidé de mettre en place le programme d'action « PACT1 », visant à déployer sur tous les carrefours le système « Gerfaut II » pour une meilleure gestion des feux tricolores afin de gagner 10 % sur le temps de parcours. Le projet suppose l’augmentation du nombre de rames et divers aménagements de voirie pour fluidifier la circulation, ainsi que l’agrandissement des quais pour éviter les effets de cohue. Le conseil d'administration du STIF a voté début 2014 un vœu émis par le Conseil général demandant le renouvellement anticipé du matériel roulant[43].

Prolongements à l'ouest[modifier | modifier le code]

Prolongement d'Asnières-Gennevilliers à Colombes[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]
Le prolongement suivra la majeure partie de l'itinéraire de la ligne de bus RATP 304 qu'il remplacera vraisemblablement. Ici, un bus Agora L de la ligne aux Courtilles, en .

La liaison entre Asnières - Gennevilliers et Nanterre devait faire l'objet de discussions pour la phase 2 (2013-2020) de l'avant-projet du SDRIF de 2006. L'IAURIF, la région Île-de-France et la RATP ont publié en novembre 1999 un document de synthèse présentant ce projet, s'inscrivant dans le cadre de la création du réseau ORBITALE, réseau maillé irriguant la proche couronne selon des techniques variables. Ce prolongement de 11,8 km desservirait cinq communes : Nanterre, Colombes, Bois-Colombes, Asnières-sur-Seine et Gennevilliers, et notamment la préfecture des Hauts-de-Seine, le Palais de Justice et l'Hôtel de Ville de Nanterre, l'Université Paris X, les hôpitaux de Nanterre et de Colombes, deux parcs départementaux (Nanterre, Colombes) et de nombreux établissements d'enseignement. Mais en 2009, une réalisation de ce tronçon en trois phases est finalement avancée.

Le , dans le cadre d'un contrat particulier avec la région, le conseil général des Hauts-de-Seine s'engage en faveur de la réalisation anticipée d'une partie de ce prolongement, sur 900 mètres, jusqu'au carrefour des Quatre Routes, en limite d'Asnières, Bois-Colombes et Colombes, avec une ou deux stations supplémentaires. Le coût prévisionnel de cette opération est estimé à 36 millions d'euros HT (valeur 2008)[44]. Dans ce même contrat, quatre millions d'euros sont affectés au financement d'études portant sur le tronçon situé sur la ville de Colombes, qui permettra à terme de relier le carrefour des Quatre-Routes au T2 à hauteur des terrains de La Marine, boulevard Charles-de-Gaulle, et d'assurer la correspondance vers La Défense. C'est dans ce cadre que la ville de Colombes s'est prononcée en faveur d'un tracé passant par le centre-ville, notamment par la gare de Colombes, plutôt qu'un tracé longeant l'A86 sur l'intégralité du parcours[45].

Le , le STIF approuve la convention de financement et annonce le démarrage des premières études, en vue d'une concertation préalable annoncée pour le quatrième trimestre 2011[46]. Le 6 juillet 2011, le conseil du STIF annonce l'organisation d'une concertation sur le prolongement de la ligne jusqu'au T2 en octobre et novembre 2011. Le nouveau tronçon, long de six kilomètres, comporterait onze ou douze stations, et serait parcouru en vingt minutes, avec une mise en service prévue à l'horizon 2017. Deux variantes, nord et centre, sont alors envisagées : selon l'itinéraire retenu, le trafic prévu sur le prolongement à l'horizon 2020, serait respectivement de 80 000 et 108 100 voyageurs par jour. Le coût de l'opération est évalué à 135 millions d'euros pour le tracé nord, et 125 millions d'euros pour le tracé centre, hors matériel roulant et acquisitions foncières[47].

Le , le STIF annonce que le tracé nord, avec une variante possible plus au centre, est retenu[48],[49].

En 2013, la réalisation du projet est phasé en deux étapes : Les Courtilles - Quatre Routes et Quatre Routes - Gabriel Péri.

Première étape jusqu'à Quatre Routes[modifier | modifier le code]
Le prolongement de la ligne à Quatre-Routes sera réalisé dans la continuité des voies du terminus Les Courtilles. Ici, l'arrière-station du terminus en .

À l'horizon 2017, la ligne T1 sera prolongée d'une station, de Les Courtilles à Colombes - Bois-Colombes - Asnières-sur-Seine - Quatre Routes.

Au , le calendrier prévisionnel est établi comme suit[50] :

  • fin 2013 : dossier enquête publique et schéma de principe ;
  • 2014 : enquête publique ;
  • 2014 : début des travaux ;
  • horizon 2017 : mise en service.

La station du tracé retenu[50] :

Stations Lat/Long Zone Communes Correspondances[28]
  o   Quatre Routes 48° 55′ 37″ N 2° 16′ 24″ E / 48.926856, 2.273348 (Quatre Routes) 3 Colombes, Bois-Colombes, Asnières-sur-Seine

Le nom de la station n'est pas définitif. Les coordonnées et les zones sont approximatives.

Seconde étape jusqu'à Gabriel Péri[modifier | modifier le code]
Le prolongement de la ligne à Colombes se connectera à la ligne T2 à la station Parc Pierre Lagravère, mise à 3 voies pour l'occasion. Ici, la station en .

Après 2017, la ligne T1 sera prolongée de Colombes - Bois-Colombes - Asnières-sur-Seine - Quatre Routes à Colombes - Gabriel Péri. Long de moins de six kilomètres, le prolongement desservira dix nouvelles stations[47],[50]. L'intervalle de passage sera de quatre minutes à l'heure de pointe à la mise en service et de dix minutes aux heures creuses. La vitesse commerciale prévue sera d'environ 18 km/h[51].

Le prolongement sera parcouru en moins de vingt minutes et nécessitera la livraison d'une quinzaine de rames supplémentaires. Ces dernières seront remisées et entretenues au sein du site de maintenance et de remisage de La Marine à Colombes, construit dans le cadre de l'extension de la ligne T2 au Pont de Bezons. Une bande de terrain a été, pour ce faire, réservée afin de permettre la création de deux voies de remisage pour le T1[51].

Le trafic prévu sur le prolongement à l'horizon 2020, s'il était mis en service à cette échéance, serait de 80 000 voyageurs par jour. Le coût de l'opération est évalué à 135 millions d'euros, hors matériel roulant et acquisitions foncières[47],[50].

Stations desservies[modifier | modifier le code]

Les stations du tracé retenu sont listées ci-dessous d'ouest en est[50] :

Stations Lat/Long Zone Communes Correspondances[28]
  o   Gabriel Péri 48° 54′ 49″ N 2° 13′ 36″ E / 48.913538, 2.226767 (Gabriel Péri) 3 Colombes (T)(2) (à distance)
  o   Parc Pierre Lagravère 48° 55′ 04″ N 2° 13′ 28″ E / 48.917654, 2.224495 (Parc Pierre Lagravère) 3 Colombes (T)(2)
  o   Les Greves 48° 55′ 12″ N 2° 13′ 40″ E / 48.920021, 2.227772 (Les Greves) 3 Colombes
  o   Charles Péguy 48° 55′ 20″ N 2° 13′ 58″ E / 48.922182, 2.232842 (Charles Péguy) 3 Colombes
  o   Île Marante 48° 55′ 29″ N 2° 14′ 20″ E / 48.924632, 2.239021 (Île Marante) 3 Colombes
  o   Stade Yves du Manoir 48° 55′ 42″ N 2° 14′ 53″ E / 48.928209, 2.24799 (Stade Yves du Manoir) 3 Colombes
  o   Pierre de Coubertin 48° 55′ 44″ N 2° 15′ 16″ E / 48.928759, 2.254337 (Pierre de Coubertin) 3 Colombes
  o   Valmy Nord 48° 56′ 01″ N 2° 15′ 20″ E / 48.933679, 2.255563 (Valmy Nord) 3 Colombes
  o   Gare du Stade 48° 56′ 05″ N 2° 15′ 45″ E / 48.934673, 2.26256 (Gare du Stade) 3 Colombes TransilienLigne J du Transilien
  o   Fossés-Jean 48° 55′ 55″ N 2° 15′ 59″ E / 48.93198, 2.266422 (Fossés-Jean) 3 Colombes

Les noms des stations ne sont pas définitifs. Les coordonnées et les zones sont approximatives.

Prolongement de Colombes à Rueil-Malmaison[modifier | modifier le code]

Le prolongement de la ligne à Rueil devrait suivre l'itinéraire de la ligne de bus RATP 258, à partir de la place de la Boule, qu'il remplacera vraisemblablement. Ici, un bus Citelis Line de la ligne à la place de la Boule, en .

Le tronçon entre Colombes-La Marine et Nanterre-La Boule, dont la réalisation est intégrée au projet de l'étape entre Rueil-Malmaison et Nanterre - La Boule, est repoussé à une date non encore fixée. Toutefois une préfiguration avec un bus à haut niveau de service est envisagée[52].

Quant au tronçon entre Nanterre et Rueil, il devait être en discussion pour la phase 3 (2020-2030) de l'avant-projet du SDRIF de 2006. En janvier 2009, les maires de Nanterre et de Rueil-Malmaison proposent une réalisation anticipée d'un tronçon du T1 reliant leurs deux communes, sans attendre l'achèvement complet de la ligne depuis Saint-Denis. Les maires demandent à ce que ce projet relève du plan de relance du département des Hauts-de-Seine. La ligne desservirait le quartier du Petit-Nanterre (avenue de la République), la gare de Nanterre-Université, la préfecture et la mairie de Nanterre (avenue Joliot-Curie), la place de la Boule, puis suivant l'axe de la route nationale 13 qui serait requalifiée à l'occasion, le centre-ville de Rueil, puis le château de Malmaison[53]. Finalement, le contrat particulier entre la région et le département signé le 19 juin 2009 prévoit le lancement d'études complémentaires relatives à ce tronçon mais, dans un premier temps, dans une configuration bus à haut niveau de service sur les RD 913, 131 et 986, pour un coût estimé à 100 millions d'euros[54].

Le département des Hauts-de-Seine prévoit la création de 14 stations supplémentaires[55] au-delà de Colombes. Le nom des stations en 2012 correspond à des noms de code, et leur emplacement est projectif et approximatif.

Au , le calendrier prévisionnel est établit comme suit[56]. :

  • 2014 : Élaboration du DOCP (Dossier d'objectifs et caractéristiques principales) ;
  • 2015 : Concertation et études complémentaires ;
  • 2016 : Approfondissement des études en vue de l'enquête publique.

Les stations attendues par le département des Hauts-de-Seine sont, d'ouest en est, les suivantes[57] :

Stations Lat/Long Zone Communes Correspondances[28]
  o   École 48° 52′ 21″ N 2° 09′ 48″ E / 48.87263, 2.163358 (École) 3 Rueil-Malmaison
  o   Osiris 48° 52′ 33″ N 2° 10′ 12″ E / 48.87583, 2.169881 (Osiris) 3 Rueil-Malmaison
  o   Hôtel de ville 48° 52′ 43″ N 2° 10′ 37″ E / 48.87853, 2.176894 (Hôtel de ville (Rueil-Malmaison)) 3 Rueil-Malmaison
  o   André Malraux 48° 52′ 54″ N 2° 11′ 08″ E / 48.88169, 2.185589 (André Malraux) 3 Rueil-Malmaison
  o   Boulevard National 48° 53′ 03″ N 2° 11′ 34″ E / 48.88427, 2.192783 (Boulevard National) 3 Nanterre, Rueil-Malmaison
  o   Place de la Boule 48° 53′ 15″ N 2° 12′ 03″ E / 48.88746, 2.200886 (Place de la Boule) 3 Nanterre envisagé : (M)(15)
  o   Hôtel de ville 48° 53′ 28″ N 2° 12′ 26″ E / 48.89101, 2.207181 (Hôtel de ville (Nanterre)) 3 Nanterre
  o   Joliot Curie 48° 53′ 38″ N 2° 12′ 43″ E / 48.89378, 2.211995 (Joliot Curie) 3 Nanterre
  o   Préfecture 48° 53′ 47″ N 2° 12′ 55″ E / 48.89638, 2.215178 (Préfecture) 3 Nanterre existant : (RER)(A) (à distance)
envisagé : (M)(15)(18) (RER)(E) (à distance)
  o   Gare de Nanterre-Université 48° 54′ 05″ N 2° 12′ 53″ E / 48.901518, 2.214657 (Gare de Nanterre-Université) 3 Nanterre (RER)(A)
TransilienLigne L du Transilien
  o   Cité Arago 48° 54′ 11″ N 2° 12′ 26″ E / 48.90309, 2.207251 (Cité Arago) 3 Nanterre
  o   Les Saules 48° 54′ 32″ N 2° 12′ 57″ E / 48.90893, 2.215718 (Les Saules) 3 Nanterre
  o   Hôpital de Nanterre 48° 54′ 44″ N 2° 13′ 25″ E / 48.91213, 2.223489 (Hôpital de Nanterre) 3 Nanterre

Prolongement à l'est jusqu'au Val de Fontenay[modifier | modifier le code]

Le prolongement au Val de Fontenay prendra naissance à l'extrémité des infrastructures existantes dans l'arrière-gare de la station Gare de Noisy-le-Sec. Ici, la station avec une rame TFS à quai et une autre dans l'arrière-gare, en .

En 2017[58],[59], en complément du prolongement à Noisy-le-Sec réalisé en 2003, un nouveau prolongement sera mis en service jusqu'à la gare RER du Val de Fontenay. Long de 7,7 kilomètres, il desservira quinze nouvelles stations[60], situées dans les communes de Noisy-le-Sec, Romainville, Montreuil, Rosny-sous-Bois et de Fontenay-sous-Bois[61].

À cette occasion, l'actuelle ligne T1 sera amputée du tronçon Bobigny - Pablo Picasso à Gare de Noisy-le-Sec, qui sera rattaché au prolongement afin de constituer une nouvelle ligne de tramway reliant Bobigny - Pablo Picasso à la Gare du Val de Fontenay. D'une longueur totale de 10,7 kilomètres, cette nouvelle ligne desservira au total vingt-et-une stations : les quinze stations issues du prolongement ainsi que les six stations du tronçon Bobigny - Pablo Picasso - Gare de Noisy-le-Sec (Bobigny - Pablo Picasso, Jean Rostand, Auguste Delaune, Pont de Bondy, Petit Noisy et Gare de Noisy-le-Sec) qui seront réaménagées pour l'occasion. La nouvelle ligne sera exploitée à raison d'un tramway toutes les quatre minutes aux heures de pointe et toutes les six minutes aux heures creuses et reliera les deux terminus en environ vingt-cinq minutes[60].

Elle sera en correspondance avec la ligne E du RER à la gare de Noisy-le-Sec et à celle du Val de Fontenay, avec la ligne A du RER à la gare du Val de Fontenay, avec dix-huit lignes de bus sur l’ensemble du prolongement, avec la ligne 11 du métro de Paris à la future station « Place Carnot » à Romainville, avec la future Tangentielle Nord à la gare de Noisy-le-Sec, avec la ligne 3 du T Zen à Pont de Bondy[60] et, enfin, avec la future Ligne 15 aux stations Bobigny - Pablo Picasso, Pont de Bondy et Val de Fontenay[62].

Elle nécessitera l'acquisition de rames nouvelles, pour assurer son exploitation. Le TFS n'étant plus au catalogue du constructeur Alstom et sous-dimensionné pour le trafic à assurer, le matériel sera très certainement une version du Citadis du même constructeur. Ce prolongement devrait être fréquenté par 50 000 voyageurs chaque jour et 14,6 millions par an[63]. Le coût des travaux est estimé à 528 millions d'euros, dont 78 pour l'achat des nouvelles rames nécessaires à sa desserte[58].

Au , le calendrier prévisionnel est établi comme suit[62],[59] :

  • 2012 : approbation du schéma de principe ;
  • 17 juin au 31 juillet 2013 : enquête publique ;
  • 2013 : déclaration d’utilité publique ;
  • 2013 : approbation de l’avant-projet et convention de financement ;
  • Début 2014 : début des travaux ;
  • 2017 : mise en service.

Historique[modifier | modifier le code]

Vue d'un tramway à Noisy-le-Sec vers 1900. Le prolongement du T1 au Val de Fontenay par la rue Jean-Jaurès utiliserait l'itinéraire d'une ligne du début du vingtième siècle.
Le prolongement au Val de Fontenay utiliserait l'itinéraire d'une ligne du début du XXe siècle. Ici, un tramway sur la rue Jean-Jaurès à Noisy-le-Sec.

Dans un premier temps, il était prévu de phaser le projet en deux étapes en reliant Noisy-le-Sec à Montreuil, pour un trafic estimé à 28 000 personnes par jour et un investissement d'environ 205 millions d'euros pour 5,2 km. La ligne aurait été prolongée dans un second temps vers Val de Fontenay.

Après une première concertation en 2001, le schéma de principe de l'extension jusqu'à Montreuil-Murs à pêches a été validé par le conseil d'administration du STIF en octobre 2002. Mais l'opposition à cette extension devient un des enjeux de la campagne électorale de l'équipe de l'opposition sortante lors de l'élection municipale de Noisy-le-Sec de janvier 2003, faisant suite à l'annulation par le conseil d'État du résultat des élections de 2001[64]. Menée par Nicole Rivoire (UDF), l'opposition remporte le scrutin de 2003 et réussit à faire arrêter le projet[65]. La nouvelle équipe municipale conteste le passage du tram dans le centre-ville, dans un sens par le boulevard Michelet et dans l'autre par la rue Jean-Jaurès[66].

En 2005, une nouvelle concertation est réalisée sous l'égide du STIF pour tenter de faire avancer le projet, mais en l'absence d'accord sur le tracé, le dossier reste une nouvelle fois bloqué[37]. La municipalité de Nicole Rivoire dit alors que « le tramway n'est décidément pas le bienvenu à Noisy-le-Sec »[67]. Aucun accord n'ayant été trouvé avant la fin 2006[68], les crédits de 140 millions d'euros alloués par l'État dans le cadre du contrat de plan État-région 2000-2006 sont perdus.

En 2008, le changement de majorité à Noisy-le-Sec permet au STIF de relancer le dossier[69], avec l'organisation d'une troisième concertation[8]. Cette nouvelle phase de concertation préalable est organisée du 3 novembre au 30 décembre 2008, sous l'égide de Michel Gaillard, garant nommé par la Commission nationale du débat public. Le dossier présenté est, cette fois, un prolongement en une seule étape jusqu'à Val de Fontenay[70].

Trois tracés possibles pour la traversée de Noisy-le-Sec sont alors proposés au public[71] :

  • le tracé « Jaurès » fait passer la ligne dans l'axe central de la ville, soit en site propre dans le sens sud-nord et partagé avec les voitures dans le sens nord - sud, soit avec une « piétonnisation » partielle ménageant l'accès automobile des riverains, aux véhicules de livraison ou de service. La longueur de ce tracé est de 2 km pour un coût de 75 millions d'euros ;
  • le tracé « dissocié Jaurès - Michelet » par lequel la ligne emprunte la rue Jean-Jaurès dans le sens nord - sud, et sa parallèle, le boulevard Michelet, dans le sens sud - nord, comme la ligne de bus 105 le faisait. Le tracé était de 2,2 km pour un coût de 80 millions d'euros ;
  • le tracé « ouest » contournant le centre-ville, en desservant la zone d'activité située à l'ouest de celui-ci, ainsi que la base de loisirs de la Corniche des forts, moyennant un tracé de 2,4 km et un coût de 115 millions d'euros, mais une circulation plus rapide[67].
Une rame Citadis de la ligne T2 à la station Issy - Val de Seine, en .

Cette concertation a permis de constater la persistance des inquiétudes qui avaient bloqué le précédent projet (vibrations et bruit du tramway, difficultés de circulation automobile et notamment d'accès aux commerces, problèmes de stationnement, absence de piste cyclable, inquiétudes devant l'arrivée de voyageurs venant des cités des communes voisines)[67], mais également un apaisement des esprits[72]. Toutefois, la concertation n'a pas permis de privilégier clairement l'un des tracés, ce qui a amené le maire à déclarer « très solennellement, je ne me prononcerai pas »[67] à la clôture des débats. La municipalité a toutefois indiqué qu'elle exigerait un « projet de qualité », impliquant un réaménagement de la gare de Noisy-le-Sec, jugée obsolète et trop petite pour assumer le trafic du RER, de la Tangentielle Nord et du tramway, ainsi qu'un remplacement des rames TFS par des rames neuves. Ces dernières seront très certainement des rames Citadis du constructeur Alstom déjà présentes en Île-de-France, notamment sur la ligne T2. Elles seront capables de gravir la rampe menant de Noisy-le-Sec à la place Carnot de Romainville[73]. Dans ce contexte, le coût du projet pourrait atteindre 550 millions d'euros, voire plus si une solution d'alimentation par le sol était retenue dans la traversée de certains secteurs de Noisy-le-Sec, comme certains le demandent, pour relier Noisy à Fontenay (8 km environ). Le coût de ce projet amène certains à s'interroger sur sa pertinence, mais le STIF semble disposé à le soutenir. Serge Méry, vice-président du STIF et de la région (1998-2010) a ainsi déclaré « c'est cher, mais c'est la poursuite d'une ligne de rocade, qui va de plus permettre de retravailler la ville. Et on aura largement plus de 40 000 passagers »[67].

Le , le STIF annonce que la concertation publique a permis de retenir le tracé « Jaurès »[37],[74]. Toutefois, le 12 décembre 2010, un nouveau rebondissement compromet une nouvelle fois la réalisation du prolongement. En effet, à la suite de dissensions internes au sein des élus de gauche à Noisy-le-Sec, une élection municipale anticipée est organisée afin d'élire un nouveau conseil municipal. C'est Laurent Rivoire (Nouveau Centre), fils de Nicole Rivoire, maire qui s'était opposé au tracé central, qui est élu maire[75]. Il s'oppose à son tour au tracé du tramway en centre-ville par la rue Jean-Jaurès, préférant une desserte des quartiers ouest de la ville[76]. Ce revirement sème la discorde au sein des élus locaux du département, en particulier ceux des communes voisines concernées qui attendent le tramway depuis plus de dix ans, et craignent de voir le STIF et la région abandonner le projet, en particulier avec la multiplication des projets de grande envergure, comme Arc Express ou le métro du Grand Paris, qui risquent de mobiliser les financements disponibles[77].

Le , le STIF annonce la tenue de l'enquête publique sur le prolongement début 2013, avec une ouverture toujours prévue en 2017, quinze nouvelles stations, un temps de parcours d'environ trente-cinq minutes, et une estimation de trafic de 50 000 voyageurs par jour. Le coût des travaux est dorénavant estimé à 528 millions d'euros, dont 78 pour l'achat des nouvelles rames nécessaires à sa desserte[58].

À la suite de l'enquête publique sur le prolongement, qui s'est tenue du 17 juin au 31 juillet 2013[78], [79], la déclaration d'utilité publique du prolongement a été signée par les deux préfets le 17 février 2014[80]. Le maire de Noisy-le-Sec annonce immédiatement qu'il en demanderait l'annulation devant le Tribunal administratif[81].

Stations desservies[modifier | modifier le code]

Les stations desservies par la ligne nouvelle sont listées ci-dessous du nord au sud. On retrouve en italique, les stations déjà existantes, issues du T1 actuel[62],[82] :

      Station Lat/Long Zone Communes Correspondances[28]
  o   Bobigny - Pablo Picasso
Préfecture - Hôtel du Département
48° 54′ 24″ N 2° 27′ 00″ E / 48.906548, 2.449993 (Bobigny - Pablo Picasso) 3 Bobigny existant : (M)(5)
envisagé : (M)(15)
  o   Jean Rostand 48° 54′ 28″ N 2° 27′ 16″ E / 48.90781, 2.454355 (Jean Rostand) 3 Bobigny
  o   Auguste Delaune 48° 54′ 24″ N 2° 27′ 38″ E / 48.90669, 2.460505 (Auguste Delaune) 3 Bobigny
  o   Pont de Bondy 48° 54′ 18″ N 2° 28′ 11″ E / 48.905059, 2.46978 (Pont de Bondy) 3 Bobigny, Noisy-le-Sec envisagé : (M)(15) T Zen 3 (horizon 2015)
  o   Petit Noisy 48° 54′ 02″ N 2° 27′ 55″ E / 48.900417, 2.4654 (Petit Noisy) 3 Noisy-le-Sec
  o   Gare de Noisy-le-Sec 48° 53′ 45″ N 2° 27′ 37″ E / 48.895933, 2.460331 (Noisy-le-Sec RER) 3 Noisy-le-Sec existant: (RER)(E)
envisagé : Tangentielle Nord (horizon 2018)
  o   Saint Jean 48° 53′ 35″ N 2° 27′ 24″ E / 48.893126, 2.456602 (Saint Jean) 3 Noisy-le-Sec
  o   Place Jeanne-d'Arc 48° 53′ 24″ N 2° 27′ 10″ E / 48.889984, 2.452751 (Place Jeanne-d'Arc) 3 Noisy-le-Sec
  o   Rue Hélène 48° 53′ 18″ N 2° 27′ 02″ E / 48.888354, 2.450579 (Rues Louise / Hélène) 3 Noisy-le-Sec
  o   Carrefour de la Vierge 48° 53′ 12″ N 2° 26′ 55″ E / 48.886802, 2.448475 (Carrefour de la Vierge) 3 Noisy-le-Sec, Romainville
  o   Place Carnot 48° 53′ 02″ N 2° 26′ 27″ E / 48.883969, 2.440777 (Place Carnot) 3 Romainville envisagé : (M)(11) (horizon 2019)
  o   Collège Gustave Courbet 48° 52′ 42″ N 2° 26′ 29″ E / 48.878456, 2.44134 (Collège Courbet) 3 Romainville
  o   Libre Pensée 48° 52′ 33″ N 2° 26′ 34″ E / 48.875926, 2.442885 (Libre Pensée) 3 Romainville
  o   Route de Romainville 48° 52′ 20″ N 2° 26′ 51″ E / 48.872306, 2.447622 (Route de Romainville) 3 Montreuil
  o   Aristide Briand 48° 52′ 14″ N 2° 27′ 06″ E / 48.870521, 2.451656 (Aristide Briand) 3 Montreuil
  o   Rue de Rosny 48° 52′ 01″ N 2° 27′ 28″ E / 48.867041, 2.457702 (Rue de Rosny) 3 Montreuil
  o   Théophile Sueur 48° 51′ 48″ N 2° 27′ 49″ E / 48.863461, 2.463586 (Théophile Sueur) 3 Montreuil envisagé : (M)(9)
  o   Côte du Nord 48° 51′ 44″ N 2° 28′ 26″ E / 48.862204, 2.47381 (Côte du Nord) 3 Montreuil
  o   Victor Hugo 48° 51′ 42″ N 2° 28′ 56″ E / 48.861682, 2.482318 (Victor Hugo) 3 Montreuil, Rosny-sous-Bois, Fontenay-sous-Bois
  o   Faidherbe 48° 51′ 39″ N 2° 29′ 18″ E / 48.860729, 2.488198 (Faidherbe) 3 Rosny-sous-Bois, Fontenay-sous-Bois
  o   Gare du Val de Fontenay 48° 51′ 18″ N 2° 29′ 25″ E / 48.855007, 2.490183 (Val de Fontenay) 3 Fontenay-sous-Bois existant : (RER)(A)(E)
envisagé : (M)(1)(15)

Les noms des stations issues du prolongement (comprises entre Saint-Jean et Gare du Val de Fontenay inclus, ne sont pas définitifs. Leurs coordonnées et leurs zones sont approximatives.

Découpage de la ligne en tronçons indépendants[modifier | modifier le code]

La rame TFS no 214 à la station Bobigny - Pablo Picasso, en .

Compte tenu des prolongements de la ligne existante, précédemment présentés, vers l'est et l'ouest[note 5],[67], une étude menée en 2010 par la RATP a permis de justifier la nécessité d'exploiter la ligne entre Val de Fontenay et Les Courtilles en deux arcs[51], à l'instar de la ligne T3[83] :

  • 1er arc : de Les Courtilles à Bobigny – Pablo Picasso, d'une longueur d'environ 14 kilomètres. Il correspond à l'actuelle ligne T1 sans le tronçon Bobigny - Noisy-le-Sec mis en service en 2003 ;
  • 2e arc : de Bobigny – Pablo Picasso à Val de Fontenay, d'une longueur de 11 kilomètres[51].

Le STIF confirme l'exploitation de la ligne en deux tronçons lors de son conseil du 13 décembre 2012[58]. Un complément de cette étude d'exploitation est en cours pour analyser l'exploitation du prolongement à Colombes. Les premiers résultats démontreraient la pertinence d'un 3e arc, entre Les Courtilles et Gabriel Péri, d’environ 6 kilomètres. Ce lieu de correspondance serait compatible avec un nouveau prolongement vers Rueil-Malmaison. Des études d’insertion sont en cours pour vérifier la faisabilité technique d’un double terminus à cet endroit[51].

Autour de la ligne 1[modifier | modifier le code]

Bilan socio-économique[modifier | modifier le code]

La rame TFS no 101 à l'entrée de la station Pont de Bondy, en .

En novembre 2003, le Conseil général des ponts et chaussées (CGPC) rend un avis sur le bilan de la ligne Saint-Denis - Bobigny. Celui-ci est établi en mars 1999 par la RATP au titre de la loi d'orientation des transports intérieurs (LOTI) qui prévoit l'évaluation a posteriori pour la collectivité des grandes infrastructures de transports en France.

Dans son avis, le CGPC estime le bilan positif quant à la fréquentation, l'augmentation du trafic étant largement supérieure à celle constatée sur l'ensemble du réseau francilien sur la même période. Cette augmentation est particulièrement significative aux heures creuses, marquant une hausse de la mobilité grâce à la simplicité d'accès du tramway, qui génère toutefois un taux de fraude élevé faute de contrôle suffisant. En revanche, l'impact du tramway sur l'aménagement urbain et le développement local ne répond pas aux espérances du département et de l'État, hormis la requalification considérée comme réussie de la route nationale 186. De la même manière, l'impact du tramway sur les prix du foncier et de l'immobilier et sur les activités économiques n'est pas perceptible. Malgré un coût financier plus lourd que prévu pour la collectivité, le Conseil estime positif le bilan de la ligne[84].

Dans un rapport sur les transports ferroviaires régionaux en Île-de-France de novembre 2010, la Cour des comptes estime, quant à elle, le bilan de la ligne en demi-teinte. Si le trafic a connu une progression spectaculaire, avec une fréquentation multipliée par 2,5 par rapport aux trois anciennes lignes de bus du parcours et supérieure à celle prévue par le schéma de principe de 1983, la vitesse commerciale en revanche n'atteint que 17 km/h, au lieu des 19 km/h prévus par le schéma. L'intervalle minimal constaté est de cinq minutes au lieu des quatre minutes prévues, situation qui découle, selon la RATP, des difficultés de gestion de la priorité aux feux des carrefours, relevant de trois gestionnaires différents. Ces inconvénients réduisent la rentabilité socio-économique du projet. Le report du trafic automobile vers le tramway est évalué à 3,7 % au lieu des 6 % prévus initialement, le report des piétons vers le tramway étant plus notable, avec 7,3 %. Le coût de la réalisation a atteint 139,2 millions d'euros (valeur 1985), dont 102,2 millions pour l'infrastructure et 37 millions pour le matériel roulant, soit un dépassement de 46 % par rapport au schéma de principe, et de 25,3 % par rapport à l'avant-projet[85].

Mais la Cour souligne que ces montants n'incluent pas le coût des déviations de réseaux, soit 13 millions d'euros (1985), ni les travaux d'aménagement sous maîtrise d'ouvrage du département, s'élevant à 20,1 millions d'euros (valeur 1985), surestimant ainsi artificiellement la rentabilité du projet. En février 2007, le conseil d'administration de la RATP approuve le marché de remplacement de la plate-forme du tramway, d'un montant de 23,7 millions d'euros HT, dont le coût supplémentaire, n'incluant pas le service de bus de substitution mis en place durant quatre périodes estivales, est la conséquence d'une erreur de conception initiale[86].

Environnement sonore[modifier | modifier le code]

En 2012, une étude acoustique commandée par le conseil général de Seine-Saint-Denis met en évidence plusieurs points :

  • La mise en service du tramway entre Bobigny et Nois-le-Sec a eu pour effet une baisse significative du niveau sonore en façade des habitations des rues fréquentées par le tramway (de 1 à 3 dB(A))[87] ;
  • Le changement de matériel envisagé, couplé à une augmentation de l'offre, ne changera pas significativement l'environnement sonore des rues fréquentées par le tramway sur le même tronçon (écart inférieur à 2 dB(A))[88] ;
  • Le prolongement envisagé de Noisy-le-Sec à Val de Fontenay n'engendrera pas de variation significative du niveau sonore en façade des habitations des rues fréquentées par le tramway, le trafic routier étant prépondérant[89] ;
  • Le niveau sonore en façade des habitations de rues parallèles au tramway peut parfois augmenter par report du trafic routier[89].

Culture[modifier | modifier le code]

Le film Les Passagers de Jean-Claude Guiguet avec Bruno Putzulu, Stéphane Rideau, Fabienne Babe, Véronique Silver et Philippe Garziano, utilise cette ligne de tramway comme leitmotiv[90]. La ligne est également citée par Grand Corps Malade dans la chanson Saint-Denis de son premier album, Midi 20[91]. Elle inspire le chanteur Thomas Pitiot pour son album « Le Tramway du bonheur[92] ». Elle est aperçue fugitivement dans le clip Donna de la chanteuse Wallen[93].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le dernier tramway a circulé à Paris en 1937, et le dernier de la région à Versailles en 1957.
  2. Une demi-station par sens de circulation
  3. Sur un fond noir, une barre horizontale de couleur blanche signale l'arrêt, un rond blanc annonce un signal d'arrêt et une barre verticale blanche la voie libre.
  4. Effet des grèves de décembre 1995
  5. La longueur de la ligne qui résulterait du prolongement au Val de Fontenay, ainsi que de celui vers l'ouest, atteindrait 25 km, et son exploitation pourrait être délicate.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Chiffre 2006 in Jean Tricoire, Le Tramway à Paris et en Île-de-France [détail de l’édition], p. 82
  2. [PDF]Ligne 5 du tramway, bientôt sur les rails, encadré, p. 3 du PDF. Consulté le 26 avril 2011.
  3. a, b et c Jean Robert, Les Tramways parisiens, p. 521
  4. a et b Le Parisien - Dix nouvelles stations jusqu'à Asnières, Éric Bueau, édition de Seine-Saint-Denis, page 3, 15 juin 2010
  5. « Seine-Saint-Denis: les particularités du tramway T1 », Le Post,‎ 21 novembre 2008 (consulté le 22 novembre 2008)
  6. a, b, c, d, e et f Métro-Pole : « Cet été, le T1 fait relâche », article du 22 mai 2001
  7. a, b, c et d Métro-Pole - Projets : « Prolongement à Noisy-le-Sec »
  8. a et b [PDF] STIF - Le tram T1 poursuit son chemin ! Concertation du 3 novembre au 30 décembre 2008
  9. [PDF]Travaux de rénovation de la ligne T1 du tramway : communiqué RATP du 10 juillet 2009 pour la campagne 2009
  10. « Rail Express », Le Parisien,‎ 9 juillet 2010 (consulté le 10 juillet 2010)
  11. Pas de tram entre Saint-Denis et La Courneuve, Le Parisien, édition de Seine-Saint-Denis, 15 juillet 2010
  12. Bertrand Tang, « Saint-Denis - La Courneuve : Dernier coup de lifting pour le tramway », Le Parisien, édition Seine-Saint-Denis,‎ 29 juillet 2010, p. I
  13. [PDF] Synthèse du tramway de Seine St Denis/Bobigny
  14. « Perturbation du Tramway T1 : vers une reprise prochaine du trafic », RATP (consulté le 19 avril 2012)
  15. Le Parisien - Hauts-de-Seine : les élus craignent des pannes sur le nouveau tram, article du 1er octobre 2012
  16. RATP : extension réseau - L'offre de service
  17. RATP : extension réseau - Les acteurs et le financement
  18. STIF - T1 aux Courtilles : Descriptif et principales caractéristiques du projet
  19. RATP : extension réseau - Le planning détaillé
  20. [PDF] Dossier de presse du STIF à la suite de son conseil d'administration du 13 décembre 2006
  21. [PDF] Communiqué de presse : 10 nouvelles stations T1 de Gare de Saint-Denis à Asnières-Gennevilliers-Les Courtilles
  22. [PDF] RATP - Le 16 octobre 2010 : Soudure de rail du tramway T1 Saint-Denis/Asnières Gennevilliers
  23. RATP.fr - Actualités : « Tramway T1 à Asnières - Gennevilliers : les essais commencent »
  24. a, b, c et d [PDF]T1+10 Le journal du prolongement, no 4 - juin 2012 : « Premiers trams en vue ! »
  25. Le Parisien - On a testé le parcours, article du 30 octobre 2012
  26. Le Parisien - L'arrivée du T1 fait pousser les entreprises, article du 30 octobre 2012
  27. Une voie par sens de circulation
  28. a, b, c, d et e Pour alléger le tableau, seules les correspondances avec les transports guidés (métros, trains, tramways, ...) et les correspondances en étroite relation avec la ligne sont données. Les autres correspondances, notamment les lignes de bus, sont reprises dans les articles de chaque station.
  29. a et b T1 avance de 10 - "CAP 2012 : Les 10 nouvelles stations T1"
  30. a et b Ratp : « Prolongement tramway : cap à l'ouest pour le T1 ! », article du site internet.
  31. a et b T1 Plan de ligne, horaires, correspondances et informations utiles.
  32. Métro-Pole : « Le grand loto du tramway », article du 26 mai 2009
  33. a et b T1 avance de 10 : « Cap 2012 : Écologique, fiable et spacieux »
  34. « Histoire et patrimoine : Les matériels en service », Site de la RATP (consulté le 5 novembre 2008)
  35. Jean Robert, op. cit., p. 524
  36. MetroPole - Tramway Français Standard (TFS)
  37. a, b et c [PDF] « Prolongement du T1 de Noisy-le-Sec à Val-de-Fontenay : une situation enfin débloquée grâce à la concertation », STIF,‎ 8 juillet 2009 (consulté le 17 janvier 2011)
  38. France Info - Un tramway pour les roms , article du 1er septembre 2011.
  39. « Collision entre une voiture et un tram à Saint-Denis », leparisien.fr,‎ 22 décembre 2013 (consulté le 24 décembre 2013)
  40. « Accident de tramway à Saint-Denis : la fillette décédée » (consulté le 31 décembre 2013)
  41. Le financement des transports franciliens - Site du STIF
  42. a et b [PDF] STIF - Ligne 5 du tramway bientôt sur les rails, 30 juin 2010
  43. « Les conditions de transport sur le T1 nécessitent une action rapide et concertée », Conseil général de la Seine-Saint-Denis,‎ 24 février 2014 (consulté le 25 février 2014)
  44. « Quatre nouveaux grands projets », sur hauts-de-seine.net
  45. [PDF] Mosaique, journal de la ville de Colombes, mai 2010, no 17, p. 12, consulté le 30 janvier 2011
  46. [PDF] Communiqué du STIF du 8 décembre 2010 - Début des études du « prolongement du prolongement » du T1 à l’ouest de Gennevilliers - Les Courtilles au tramway T2 à Colombes – Pont de Bezons
  47. a, b et c [PDF] STIF - Le nouveau prolongement du T1 vers l’ouest sera présenté au grand public par le STIF en octobre et en novembre 2011 , communiqué du 6 juillet 2011
  48. Prolongement du T1 d’Asnières - Gennevilliers Les Courtilles au T2 à Colombes : le Conseil du STIF retient le tracé nord, Communiqué de presse, Conseil du 11 avril 2012.
  49. Prolongement d‘Asnières – Gennevilliers – Les Courtilles à Colombes, avril 2012.
  50. a, b, c, d et e STIF : « T1 ouest Asnières - Colombes - Département : 92 », page consultée le 8 novembre 2012
  51. a, b, c, d et e [PDF]Prolongement du T1 - « De la station Asnières - Gennevilliers - Les Courtilles au T2 à Colombes », dossier d'objectifs et de caractéristiques principales, seconde partie, 2011
  52. Le Parisien - Le département finance quatre nouveaux projets, article du 20 juin 2009
  53. Le Parisien - Un projet de tramway entre Nanterre et Rueil, article du 23 janvier 2009.
  54. Conseil général des Hauts-de-Seine - Transports en commun : quatre nouveaux grands projets
  55. Hauts-de-Seine - Open Data - La plateforme des données publiques du département.
  56. STIF - Prolongement de la ligne de tramway T1 vers Nanterre et Rueil-Malmaison, article du 11 décembre 2013
  57. Hauts-de-Seine - Open Data - La plateforme des données publiques du département.
  58. a, b, c et d [PDF] STIF - Prolongement du T1 et du T3, communiqué de presse du conseil du 13 décembre 2012
  59. a et b T1 Bobigny - Val de Fontenay : « Le calendrier du projet », consulté le 26 décembre 2012.
  60. a, b et c T1 Bobigny - Val de Fontenay : « Le Projet » 1, consulté le 26 décembre 2012
  61. T1 Bobigny - Val de Fontenay : « Le Projet » 2, consulté le 26 décembre 2012
  62. a, b et c STIF : « T1 Noisy-le-Sec - Val-de-Fontenay - Départements : 93/94 », page consultée le 8 novembre 2012
  63. [PDF] Pièce H – Évaluation socio-économique du dossier denquête publique du prolongement, consulté le 16 février 2014 sur le site officiel du prolongement, page 619.
  64. Décision 239909 du Conseil d'État annulant le résultat des élections municipales de 2001 à Noisy-le-Sec, Revue de l'actualité juridique française
  65. Blandine Seigle, « La bataille du tramway », Le Parisien, édition Seine-Saint-Denis,‎ 24 juin 2006 (lire en ligne)
  66. « Concertation III, le retour de la vengeance du tram », Actualités, sur http://www.metro-pole.net, MétroPole,‎ 29 décembre 2008 (consulté le 23 février 2014) Metropole - Concertation III, le retour de la vengeance du tram
  67. a, b, c, d, e et f François Enver, « Le T1 de Noisy-le-Sec est-il un luxe ou une nécessité ? », Ville & Transports - Magazine,‎ 28 janvier 2009 (ISSN 1774 3869)
  68. Le Parisien 24 juin 2006, édition Seine-Saint-Denis
  69. 20 minutes - Le T1, un tramway qui s'est fait désirer
  70. « Le T1 poursuit son chemin », sur le site de la concertation préalable,‎ 2008 (consulté le 4 février 2009)
  71. STIF - Plan du tracé
  72. [PDF] Rapport de Michel Gaillard, garant de la concertation
  73. [PDF] STIF - Bilan de la concertation préalable
  74. RATP : extension réseau - Prolongement T1 Noisy-le-Sec / Val-de-Fontenay
  75. Le Parisien - Les désunions de la gauche ont fait basculer la ville, article du 14 décembre 2010]
  76. Le Parisien - « Non au tracé actuel du T1 », article du 17 décembre 2010
  77. Le Parisien - T1, ça bloque de nouveau, article du 17 janvier 2011
  78. « Le dossier d'enquête publique », sur http://www.t1bobigny-valdefontenay.fr,‎ 2013 (consulté le 21 février 2014)
  79. « Conclusions et avis motivé de la commission d'enquête » [PDF], sur http://www.val-de-marne.gouv.fr,‎ 2 septembre 2013 (consulté le 21 février 2014)
  80. « Le T1 de Bobigny à Val de Fontenay déclaré d’utilité publique ! » [PDF], Communiqué de presse, sur http://www.stif.org, STIF,‎ 19 février 2014 (consulté le 23 février 2014)
  81. S. T., « Tramway T1 : La déclaration d'utilité publique signée par les préfets », Le Parisien, édition Seine-Saint-Denis,‎ 20 février 2014, p. V
  82. T1 Bobigny - Val de Fontenay : « Carte interactive » du prolongement, consulté le 26 décembre 2012
  83. Exploitation en deux arcs (site officiel du tramway).
  84. [PDF] Avis du Conseil Général des Ponts et Chaussées sur le bilan LOTI de la ligne de tramway Saint-Denis - Bobigny
  85. [PDF] Cour des comptes - Rapport sur les transports ferroviaires régionaux en Île-de-France, novembre 2010, p. 97
  86. [PDF] Cour des comptes - Rapport sur les transports ferroviaires régionaux en Île-de-France, novembre 2010, p. 98
  87. [PDF] Ligne de tramway T1 de Bobigny à Val-de-Fontenay : Étude acoustique, rapport du bureau d'études Arcadis de novembre 2012, consulté le 16 février 2014 sur le site officiel du prolongement, page 37.
  88. [PDF] Ligne de tramway T1 de Bobigny à Val-de-Fontenay : Étude acoustique, rapport du bureau d'études Arcadis de novembre 2012, consulté le 16 février 2014 sur le site officiel du prolongement, page 27.
  89. a et b [PDF] Ligne de tramway T1 de Bobigny à Val-de-Fontenay : Étude acoustique, rapport du bureau d'études Arcadis de novembre 2012, consulté le 16 février 2014 sur le site officiel du prolongement, page 31.
  90. Chronicart - Les passagers
  91. TS Rocks - Grand Corps Malade, texte de la chanson Saint-Denis
  92. « Le Tramway du bonheur », Site de Thomas Pitiot (consulté le 4 janvier 2013)
  93. Clip Donna sur « youtube.com », consulté le 25 novembre 2010.
  1. p. 65-66
  2. a, b, c et d p. 67
  3. p. 68
  4. p. 69
  5. p. 69-70
  6. a, b, c et d p. 70
  7. p. 74
  8. p. 78
  9. p. 79
  10. p. 140
  11. p. 81
  12. p. 142

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Geographylogo.svg

Les coordonnées de cet article :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 1er mars 2011 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.