Signalisation Tramway

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Signalisation du (T)(4) francilien : Signal de type R17 imposant l'arrêt au tram avant une traversée routière - Sevran (Seine-Saint-Denis), France.
Signalisation du (T)(4) francilien : Signal d'exploitation (zones d'aiguillages) imposant l'arrêt - Bondy (Seine-Saint-Denis), France.

La Signalisation Tramway, normalement propre à chaque réseau de tramway, présente de nombreux points communs en Europe.

Histoire[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

En France, elle est différente de la signalisation routière, car les tramways ne sont pas soumis au code de la route[1]. Certains signaux routiers lui sont néanmoins applicables[2]. La signalisation spécifique des tramways est définie par chaque réseau, avec une harmonisation définie par des préconisations du CERTU[3].

La conduite à vue[modifier | modifier le code]

Dans la plupart des cas, l'exploitation des lignes de tramways repose sur le principe de la « conduite à vue », ou « conduite tramway ».

Contrairement au cas des chemins de fer et aux réseaux de métro, où la signalisation assure au conducteur du convoi que la voie est libre devant lui, le traminot doit en permanence adapter sa vitesse, de façon à éviter tout contact avec une autre rame qui le précède, ou avec l'environnement rencontré (véhicules aux carrefours, piétons, etc.).

La conduite à vue, mode normal de conduite, est fondamentalement différente de la « marche à vue » pratiquée sur le réseau ferré national français.

Les signaux d’exploitation[modifier | modifier le code]

Aux carrefours (SLT : Signalisation Lumineuse de Trafic)[modifier | modifier le code]

Dans la signalisation des tramways, on distingue plusieurs signaux :

  • L’« Horizontal » : il interdit le passage. Si le feu ne passe pas au vertical, le conducteur peut repartir sur ordre, sans dépasser la vitesse de 10 km/h et en faisant fonctionner ses feux de détresse.
  • Le « Vertical » (ou « Oblique » dans le cas d'un aiguillage avec changement de direction) : il autorise le passage.
  • Le « disque » : il ordonne l'arrêt. Cependant, le conducteur peut franchir ce signal à condition qu'il ne soit pas en mesure de s'arrêter avant.
  • Le « disque clignotant » : le signal est en dérangement. Le conducteur peut traverser le carrefour de lui-même. Il doit faire usage de ses feux de détresse et circuler à une vitesse inférieure à 10 km/h.
  • Un « signal éteint » : le signal est en dérangement. Le conducteur doit marquer un arrêt équivalent à un stop. Pour s'avancer, il doit allumer ses feux de détresse et ne pas dépasser la vitesse de 10 km/h.

En outre, il existe lors des traversées des carrefours un système d'aide à la conduite (SAC) propre à chaque réseau (ou système de transport). Le SAC permet d'avoir une plus grande sécurité aux carrefours en aidant le conducteur à anticiper son freinage. En outre, il est toujours associé, de fait, au mât du signal qui précède le carrefour.

Le SAC le plus couramment rencontré dans les réseaux français peut présenter plusieurs indications.

  • Le losange permet d'informer le conducteur que celui-ci a été pris en charge (gestion de la priorité tramway au carrefour, géré par le contrôleur).
  • Le point d'exclamation annonce le « Vertical ». De plus, il peut aussi être utilisé afin d'annoncer le « Disque »[4].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

En manœuvre[modifier | modifier le code]

Signaux de direction[modifier | modifier le code]
Exemple de télécommande d'aiguillages (en bas à gauche)

En règle générale, les aiguillages sont annoncés par des signaux qui leur sont propres. Leur manœuvre peut être télécommandée par le traminot depuis sa cabine de conduite ou gérée à distance depuis le système central de supervision de la signalisation ferroviaire. Lorsque la commande s'effectue, un signal lui confirme sa direction. Ce signal est aussi appelé « Indicateur d'Aiguille » (ou IA).

Signaux divers[modifier | modifier le code]

La signalisation lumineuse de sécurité est nécessaire dans des endroits dangereux tels que les lieux de manœuvres, passage à niveaux, croisement de lignes, et lorsqu'une seule voie permet la circulation de tramway dans les deux sens. Il peut soit être du type routier à trois feux, soit du type réduit à deux feux.

  • Le feu vert (ou Voie Libre) : l'itinéraire est protégé des trams de sens contraire, les aiguillages sont dans la positions adéquate ; il permet le passage.
  • Le feu orange : l'itinéraire est protégé des trams de sens contraire, les aiguillages sont dans la position adéquate, cependant il y a un risque et appelle à une vigilance accrue.
  • Le feu rouge : il interdit le passage car il protège un obstacle : aiguillage, tram en manœuvre, etc.

Autres signaux[modifier | modifier le code]

Signaux relatifs à l'énergie électrique[modifier | modifier le code]

Les signaux « Couper traction » et « Rétablir traction » sont utilisés pour informer le conducteur qu'il va rencontrer une zone alimentée par un autre transformateur. À ce titre il ne faut plus qu'il utilise l'énergie électrique pour continuer à accélérer. Ces deux signaux sont généralement espacés de la distance nécessaire pour éviter la formation d'arc électrique, qui équivaut à la distance d'une ou plusieurs rame(s) de tramway selon le réseau emprunté.

Il existe aussi des signaux permettant d'indiquer au chauffeur que la ligne aérienne de contact (aussi appelée LAC) est alimentée en courant ou pas. Différents symboles existent en fonction des réseaux sur lesquels ils sont utilisés.

Ce symbole est appelé « Indicateur de Courant Coupé » (ICC). Il est utilisé sur le réseau de la RATP (feux blancs jusqu'en 2012, feux verticaux verts et les feux horizontaux rouges pour les lignes ouvertes à partir de 2012 : prolongement du T3a, T3b, T5 et T7).

Ici, c'est le symbole utilisé sur le réseau de Montpellier et de Lille – Roubaix – Tourcoing (il est identique à celui utilisé dans le métro parisien).

Signaux de limitation de vitesse[modifier | modifier le code]

Les signaux indiquent au conducteur la vitesse qu'il ne doit pas dépasser. Ceux-ci peuvent aussi être semblables aux panneaux routiers (B14 et B33)

Les cas particuliers[modifier | modifier le code]

Les zones à visibilité réduite[modifier | modifier le code]

Signalisation lumineuse du tramway de Rouen.
À gauche : signalisation traditionnelle de tramway, ici présentant l’« Horizontal », avec en plus l'indicateur triangulaire jaune clignotant du système d'aide à la conduite. Sur ce réseau, le SAC à l'annonce du « Vertical » est matérialisé par la l'allumage fixe de cet indicateur.
À droite : ensemble de signaux implantés en sortie du dépôt, avec, sur le signal S.244, une signalisation rouge/verte utilisée dans les zones à faible visibilité, de type cantonnement d'espacement, et, en dessous, un indicateur de position d'aiguillage.
Les croix lumineuses du signal S.246 indiquent la présence de courant de traction

Dans les zones où la visibilité est la plus réduite et ne permet pas la conduite à vue en toute sécurité, il est mis en place des signaux de protection de la voie en aval, similaires à des signaux de cantonnement.

Le cas existe dans le tunnel du tramway de Strasbourg (mis en place suite à une collision) et du tramway de Rouen, ainsi que dans certaines courbes.

Le block tramway[modifier | modifier le code]

Dans le cas de vitesses limites plus élevées que 70 km/h, ou dans des sections à mauvaise visibilité (tunnel notamment), on considère qu'il n'est plus possible de conduire à vue. Il est donc nécessaire de mettre en place un système de signalisation d'espacement, simplifiée par rapport au « grand chemin de fer ».

Ce type de signalisation, automatique, est présent sur la ligne Rhônexpress (agglomération de Lyon) entre Meyzieu-ZI et l'aéroport Saint-Exupéry, sur le tram-train Nantes - Châteaubriant à partir de la Chapelle-sur-Erdre, sur la ligne 1 du tramway de Valenciennes (Famars Université - Espace villars), sur le tramway de Rouen, dans les sections souterraines, et sur le tramway de Strasbourg, également dans les tunnels.

Les intersections barriérées[modifier | modifier le code]

Intersection barriérée (IB) à la station Reconnaissance - Balzac de la ligne 3 du tramway de Lyon.
Les barrières se relèvent après le passage d'une rame.
On distingue également la signalisation tramway spécifique à ces intersections barriérées : Au premier plan, le panneau de l'IB9, éteint (pas de tramway détecté) et, au droit de la rame, le panneau d'annonce de l'IB suivante, allumé à l'orange : tramway détecté

Certaines lignes de tramway circulent à vitesses élevées et en sites propres, ce qui nécessite d'assurer la protection des intersections avec les routes. C'est le cas de la ligne 3 du tramway de Lyon, où la ligne, dès qu'elle sort de son tracé urbain traditionnel, voit les carrefours routiers protégés par des passages à niveau à signalisation automatique dotés de deux demi-barrières, appelés « intersections barriérées » et dotés d'une signalisation ferroviaire particulière : un losange orange allumé placé à distance de l'intersection indique la détection de la rame, un signal rond bleu allumé indique, au droit du carrefour, que les barrières sont abaissées et interrompent la circulation automobile et piétonne.

La ligne 1 de Valenciennes dans sa section rapide (70 km/h) entre Valenciennes et Denain présente également des intersections barriérées.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Art. R. 110-3 du Code de la Route
  2. Les signaux routiers A9, B27b B45b, C7 et C20c créés par les arrêtés des 13 et 16 novembre 1998 sont applicables aux tramways.
  3. (fr) [PDF] Christian Babilotte, « Signalisation liée aux TC urbains de surface Points à examiner », sur http://www.bhns.fr/,‎ 23 mai 2001 (consulté le 18 mars 2013)
  4. (fr) [PDF] « Signal d'Aide à la Conduite pour les réseaux de transports guidés type tramway ou assimilé », sur http://firm.application.equipement.gouv.fr/, STRMTG,‎ septembre 2007 (consulté le 18 mars 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]