Gare de Colombes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Colombes
Image illustrative de l'article Gare de Colombes
Quai et voies (vue vers Argenteuil) en 2009.
Localisation
Pays France
Ville Colombes
Adresse 2-4, rue Saint-Denis
92700 Colombes
Coordonnées géographiques 48° 55′ 25″ N 2° 15′ 34″ E / 48.923476, 2.259512 ()48° 55′ 25″ Nord 2° 15′ 34″ Est / 48.923476, 2.259512 ()  
Gestion et exploitation
Propriétaire RFF / SNCF
Exploitant SNCF
Service TransilienLigne J du Transilien
Caractéristiques
Ligne(s) Paris-Saint-Lazare à Ermont-Eaubonne
Voies 2 voies à quai + 2 voies de passage
Quais 1 quai central
Zone 3 (tarification Île-de-France)
Correspondances
Bus et Noctilien Voir Correspondances

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Colombes

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Colombes

Géolocalisation sur la carte : Paris et la petite couronne

(Voir situation sur carte : Paris et la petite couronne)
Colombes

La gare de Colombes est une gare ferroviaire française de la ligne Paris-Saint-Lazare - Ermont-Eaubonne, située sur le territoire de la commune de Colombes, dans le département des Hauts-de-Seine en région Île-de-France.

C'est une gare SNCF desservie par les trains du réseau Transilien Paris Saint-Lazare (ligne J). Elle se situe à 7,2 km de la gare de Paris-Saint-Lazare.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

La gare, établie en viaduc à l'est du centre-ville, se situe au point kilométrique 7,250 de la ligne de Paris-Saint-Lazare à Ermont-Eaubonne. Elle constitue le troisième point d'arrêt de la ligne après la gare de Bois-Colombes et précède la gare du Stade.

Historique[modifier | modifier le code]

Inauguration de la gare le 27 avril 1857
La gare, avant le passage de la voie en viaduc.

La première voie ferrée à avoir traversé Colombes est celle pour transport de voyageurs construite de Paris à Saint-Germain-en-Laye en 1837. Cette voie ferrée avait occasionné beaucoup de désagréments aux Colombiens, car elle provoquait une saignée dans le territoire agricole de la commune, la coupant en deux, avec un nombre insuffisant de passages à niveaux.

Aussi, lors du projet de nouvelle ligne de chemin de fer allant d'Asnières à Argenteuil, les conseillers municipaux de Colombes donnent des avis négatifs lors de l'enquête publique de novembre 1848. Ils finissent par accepter, mais en demandant des aménagements tels qu'un pont au niveau de la rue Saint-Denis qui conduit de Nanterre à Saint-Denis. Mais seul un passage à niveau sera mis en place, source de nombreux accidents[1].

La ligne est inaugurée ainsi que la gare de Colombes le 27 avril 1857. La gare est alors abritée par l'ancienne tour-observatoire du marquis de Courtanvaux. Celui-ci possédait un domaine à Colombes et avait fait construire cette tour pour ses travaux en astronomie en particulier sur des mémoires à l'Académie des sciences à propos des éclipses de soleil du 16 août 1765 et du 5 août 1766. La tour a été démolie plus tard en 1887[1].

Une nouvelle station construite en 1863 à l'entrée de la rue de l'agent Sarre lui succède. L'augmentation du trafic ferroviaire provoque des embouteillages et des accidents sur les passages à niveau de la rue Saint-Denis et de la rue des Bourguignons.

À partir de 1934, des travaux importants sont entrepris par l'Administration des chemins de fer de l'État : électrification du réseau, passage à quatre voies et suppression des passages à niveau. La voie est en tranchée dans la gare de Bois-Colombes, puis surélevée à Colombes par un viaduc de 585 mètres de long, 18 de large et à 5,5 mètres de hauteur[1].

L'armature du viaduc est constituée de poutrelles en acier posées par des portiques en béton armé. Le viaduc couvre un vaste espace public couvert partiellement transformé en parking.

La gare est reconstruite en 1935, encastrée sous les voies entre les piliers sur l'actuelle rue du Bournard. Un quai central permet d'accéder aux trains dans les deux sens[1].

En 1988, des travaux importants élargissent la rue du Bournard en la transformant en rue à grande circulation et réduisent le trafic dans la rue Saint-Denis. La gare voit son entrée déplacée vers la rue Saint-Denis, mais garde son aspect général[1].

Le nombre de voyageurs quotidiens se situait entre 7 500 et 15 000 en 2004[2].

En 2012, 10 130 voyageurs ont pris le train dans cette gare chaque jour ouvré de la semaine[3].

Desserte[modifier | modifier le code]

La gare est desservie par les trains de la ligne J du réseau Paris Saint-Lazare du Transilien, la ligne constituant le groupe IV du réseau, à raison d'un train tous les quarts d'heure toute la journée, extrême soirée comprise, et d'un train toutes les dix minutes aux heures de pointe[4].

Tous les trains sont omnibus d'Asnières à Ermont-Eaubonne ; certains trains d'extrême soirée se dirigent vers Cormeilles-en-Parisis ou terminent à Argenteuil. Sauf lors d'incidents ou de mouvements sociaux, les trains du groupe VI desservant les gares au-delà d'Argenteuil vers Mantes-la-Jolie, d'une part, et vers Pontoise ou Gisors, d'autre part, sont généralement directs et empruntent les voies extérieures, ici dépourvues de quais.

Les trains étaient jusqu'au 27 août 2006 en direction d'Argenteuil et Cormeilles-en-Parisis. Depuis les travaux du projet de liaison directe Ermont - Saint-Lazare, ils se dirigent après Argenteuil vers leur nouveau terminus Ermont - Eaubonne.

Les trajets sont assurés par des BB 17000 ou des BB 27300 qui tractent et poussent (réversibilité) des voitures de banlieue à deux niveaux (VB 2N) ou des RIB 70. Le temps de trajet est, selon les trains, de 11 ou 14 minutes depuis Paris-Saint-Lazare.

Correspondances[modifier | modifier le code]

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e [PDF] Les voies du chemin de fer à Colombes, réédition 2011, sur colombes.fr. Consulté le 14 février 2014.
  2. Stif - Atlas des transports publics en Île-de-France
  3. [PDF]« Délibération n° 2012/301, séance du 10 octobre 2012 », sur le site du STIF (consulté le 25 août 2013) : « Déploiement de nouveaux afficheurs Infogare TFT/TLED lignes L&J, Volet information voyageurs : Identifiant PQI 181 », p. 15. Le STIF définit le nombre de montants pour une gare comme le nombre de voyageurs y prenant le train les jours ouvrés et hors période de vacances scolaires.
  4. Transilien - Fiches horaires

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]


Origine Arrêt précédent Train Arrêt suivant Destination
Ermont-Eaubonne Le Stade Transilien Ligne J du Transilien Bois-Colombes Paris-Saint-Lazare