Réseau de bus SNCF Transilien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article connexe : Transilien.
Réseau de bus SNCF Transilien
Image illustrative de l'article Réseau de bus SNCF Transilien

Situation Île-de-France
Type Autobus
Exploitant SNCF
Réseaux connexes TC en Île-de-France :
(M) Métro de Paris
(RER) RER d'Île-de-France
Transilien Transilien
(T) Tramway d'Île-de-France
(BUS) Autobus d'Île-de-France

(BUS) Autobus d'Île-de-France
RATP (xx, 1xx, 2xx, 3xx, 4xx, 5xx, spéciales…)
Noctilien (Nxx, N1xx)
Optile (Liste des réseaux)
T Zen (ligne 1)
Mobilien (lignes 100…)
SNCF Transilien
En projet (lignes T Zen 2 à 5, TCSP Barreau de Gonesse, TCSP Massy - Saint-Quentin, etc.)

Transilien Transilien
Lignes Transilien
(RER)(A) (B) (C) (D) (E)
TransilienLigne H du Transilien Ligne J du Transilien Ligne K du Transilien Ligne L du Transilien Ligne N du Transilien Ligne P du Transilien Ligne R du Transilien Ligne U du Transilien
(T)(4)
Secteurs Transilien
(Paris-Nord, Paris-Est, Paris Sud-Est, Paris Rive-Gauche, Paris-Saint-Lazare)

Le réseau de bus SNCF Transilien est l'ensemble des lignes de bus exploitées par la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) dans le cadre de son activité Transilien.

Histoire[modifier | modifier le code]

Réseau[modifier | modifier le code]

Réseau de jour[modifier | modifier le code]

La journée, la SNCF assure l'exploitation de lignes d'autobus ou d'autocar chargées de remplacer les trains SNCF, suite à des fermetures de gares, de lignes ou portions de lignes ou afin de faire face à un arrêt prématuré dans la journée de l'exploitation ferroviaire d'une portion de ligne.

Navette Pereire - Pont Cardinet[modifier | modifier le code]

Créée le 5 juillet 1996 en remplacement de la liaison ferrée Pereire - Pont-Cardinet[1], cette navette exploitée par SNCF Transilien relie la gare de Pereire - Levallois à celle de Pont-Cardinet et dessert le 17e arrondissement de Paris, à l'aide d'autobus offrant 47 places dont 17 assises, et accessibles aux personnes à mobilité réduite[2] depuis la fin des années 2000. Depuis le 5 septembre 2011, elle dessert huit arrêts et fonctionne du lundi au samedi de h 30 à 20 h 30, à raison d'un bus toutes les dix minutes et de h 30 à 20 h 30, les dimanches et jours fériés, à raison d'un bus toutes les vingt minutes[3],[4].

Avant le 5 septembre 2011, la navette Pereire - Pont-Cardinet ne desservait qu'un arrêt intermédiaire situé à la Porte d'Asnières, créé en mai 2009, afin de favoriser l'accès des habitants du quartier Pereire - Porte d'Asnières - Pont Cardinet aux gares SNCF Transilien[2]. Elle fonctionnait de h 20 à 20 h 50 du lundi au vendredi, à raison d'un bus toutes les cinq minutes de h 25 à h 25 et de 16 h 5 à 19 h 0 et d'un bus toutes les dix minutes de h 20 à h 20, de h 35 à 16 h 0 et de 19 h 10 à 20 h 50. Elle fonctionnait les samedis de h 30 à 20 h 50 à raison d'un bus toutes les dix minutes toute la journée, et les dimanches et jours fériés de h 30 à 20 h 50 à raison d'un bus tous les quarts d'heure toute la journée. La desserte s'effectuait selon le circuit suivant : Pereire - Levallois → Porte d'Asnières → Pont-CardinetPereire - Levallois, et ainsi de suite.

Ligne Coulommiers - La Ferté-Gaucher[modifier | modifier le code]

Depuis 2003, suite à des problèmes techniques[5] et logistique du matériel roulant SNCF, la section Coulommiers - La Ferté-Gaucher de la Ligne P du Transilien est assurée par des autocars bleus Transilien.

Affrétés par les sociétés Darche-Gros et V.A.S., ils longent la voie ferrée inutilisée par la départementale D66, au long de la vallée du Grand Morin ; d'abord en utilisant des autocars de marque Irisbus Iliade, puis depuis 2006, les modèles Temsa Safari (certification à la norme ISO 9001)[6]. Le transfert sur route de la desserte a été jugé préférable au convoiement à vide des autorails depuis leurs dépôts éloignés (c'est le même motif qui a conduit à la fin de la desserte ferroviaire entre Saint-Rémy-lès-Chevreuse et Limours).

La réouverture du tronçon fermé entre les gares de Coulommiers et de La Ferté-Gaucher est inscrit en phase 3 (horizon 2021-2027) du Schéma directeur de la région Île-de-France (SDRIF), adopté par délibération du Conseil régional d'Île-de-France le 25 septembre 2008[7].

Desserte de Port-Villez et de Ménerville[modifier | modifier le code]

Poteau de l'arrêt d'autobus Transilien de la gare de Ménerville avec son aubette, en septembre 2010.

Depuis le 14 décembre 2008, suite au cadencement de la ligne J du Transilien, la desserte ferroviaire des gares de Port-Villez (5 voyageurs par jour) et de Ménerville (10 voyageurs par jour), dont la longueur des quais ne permettait plus la desserte par les nouveaux trains TER mis en circulation également le 14 décembre 2008 par la région Haute-Normandie, a été supprimée. Désormais, elles sont desservies par un service de minibus assurant des correspondances avec des trains TER, respectivement à Bonnières et Rosny-sur-Seine[8].

Lignes Corbeil-Essonnes - La Ferté-Alais / Melun[modifier | modifier le code]

Sur la Ligne D du RER d'Île-de-France, après les heures de pointe de soirée, l'offre de transport évolue sur les branches de Melun via Corbeil et Malesherbes :

  • Après 20 h 30 (heure à Corbeil), la branche Corbeil-Essonnes - Melun n'est plus desservie par les trains, un service de substitution par autocar est mis en place à raison d'un départ par heure à partir d'environ 21 heures : 4 départs par nuit pour Melun et 3 départs pour Corbeil ;
  • Après 22 h 30 (heure à Corbeil), la branche Corbeil-Essonnes - Malesherbes n'est plus desservie par les trains, un service de substitution par autocar est mis en place uniquement entre Corbeil-Essonnes et La Ferté-Alais à raison d'un départ par heure : 5 départs pour La Ferté-Alais à partir de 20 h 30 environ et 3 départs pour Corbeil à partir de 21 heures environ.

Ligne Mantes-la-Jolie - Les Mureaux - Conflans-Saint-Honorine[modifier | modifier le code]

Le dernier train de la ligne J du Transilien de bout en bout part à 18 h 19 du lundi au vendredi sauf les jours fériés, et à 19 h 24 les samedis, dimanches et jours fériés, depuis Mantes-la-Jolie. Dans l'autre sens, le dernier train de bout en bout au départ de Paris-Saint-Lazare est à 20 h 42.

Jusqu'à 22 h 30, des navettes ferroviaires de la ligne J du Transilien circulent entre Mantes et Conflans-Sainte-Honorine où une correspondance est assurée de ou vers Paris.

Ensuite, jusqu'à la fin de service, des autocars prennent le relais sur les parcours suivants, en coupant le parcours Mantes - Conflans en deux sections (pour ne pas trop allonger les temps de parcours des gares situées entre Meulan et Mantes) :

  • Mantes - Les Mureaux, avec desserte des gares de Mantes-Station, Limay, Issou, Gargenville, Juziers, Meulan (correspondance aux Mureaux de ou vers Paris-Saint-Lazare avec les trains de la ligne Paris-Saint-Lazare - Mantes-la-Jolie via Poissy) ;
  • Les Mureaux - Conflans-Sainte-Honorine, avec desserte des gares de Thun-le-Paradis, Vaux-sur-Seine, Triel, Chanteloup-les-Vignes, Andrésy, Maurecourt, Conflans-Fin-d'Oise (correspondance à Conflans-Sainte-Honorine de ou vers Paris-Saint-Lazare et aux Mureaux de ou vers Mantes-la-Jolie).

Certains syndicats de cheminots demandent que les trains circulent à nouveau jusqu'à la fin du service[réf. nécessaire].

Il n'y a aucune desserte par autocar Noctilien sur cette ligne.

Réseau de nuit[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Noctilien.
Totem Noctilien de la ligne N154.

La nuit, la SNCF assure l'exploitation d'une partie des lignes du réseau de bus d'Île-de-France dénommé « Noctilien », fonctionnant toutes les nuits de l'année entre h 30 et h 30 du matin : les Lignes de bus Noctilien de N100 à N199 (à l'exception des lignes N122, N130 et N153) qui desservent la desserte de la grande banlieue à l'aide d'autocars assurant des dessertes directs ou semi-directs.

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

Tarification et financement[modifier | modifier le code]

La tarification de la plupart des lignes de bus Transilien est identique sur tous les réseaux de bus franciliens et accessibles avec les mêmes abonnements. Sauf sur le réseau de nuit Noctilien dont la tarification est particulière (voir l'article Noctilien), un ticket t+ permet un trajet simple quelle que soit la distance, avec une ou plusieurs correspondances possibles avec les autres lignes de bus et de tramway pendant une durée maximale de 1 h 30 entre la première et dernière validation.

Le financement du fonctionnement des lignes (entretien, matériel et charges de personnel) est assuré par la SNCF. Cependant, les tarifs des billets et abonnements dont le montant est limité par décision politique ne couvrent pas les frais réels de transport. Le manque à gagner est compensé par l'autorité organisatrice, le STIF, présidé depuis 2005 par le président du Conseil régional d'Île-de-France et composé d'élus locaux. Il définit les conditions générales d'exploitation ainsi que la durée et la fréquence des services. L'équilibre financier du fonctionnement est assuré par une dotation globale annuelle aux transporteurs de la région grâce au versement transport payé par les entreprises et aux contributions des collectivités publiques[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]