Autoroute A86 (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Autoroute française A86)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir A86.
Autoroute française A86
A86
Carte de l’autoroute A 86
Autres dénominations    (double trait bleu : l'A86)
super-périphérique parisien
Historique
Ouverture de 1994 à 2011
Caractéristiques
Longueur 79 km
Direction Circulaire
De N13 à Paris
Intersections A15 à Gennevilliers
A3 à Bobigny
A4 à Nogent-sur-Marne
A6 à Rungis et Fresnes
N118 à Clamart
Vers N12 à Paris
Villes principales Hauts-de-Seine : Antony, Châtenay-Malabry, Le Plessis-Robinson, Clamart, Ville-d'Avray, Marnes-la-Coquette, Vaucresson, Rueil-Malmaison, Nanterre, Colombes, Gennevilliers, Villeneuve-la-Garenne, Versailles, Jouy-en-Josas, Villeneuve-la-Garenne -
Seine-Saint-Denis : Saint-Denis, Aubervilliers, La Courneuve, Drancy, Bobigny, Noisy-le-Sec, Rosny-sous-Bois, Montreuil -
Val-de-Marne : Fontenay-sous-Bois, Nogent-sur-Marne, Joinville-le-Pont, Maisons-Alfort, Créteil, Choisy-le-Roi, Thiais, Rungis, Fresnes -
Essonne : Verrières-le-Buisson -
Yvelines : Vélizy-Villacoublay, Jouy-en-Josas, Versailles
Réseau Autoroute française

L’autoroute A 86 (super-périphérique parisien) est une autoroute française qui, depuis l'ouverture du second tronçon du Duplex A86 le 9 janvier 2011, forme une boucle complète autour de Paris[1], à une distance variant entre 2[2] et 7 km du boulevard périphérique parisien.

C'est la deuxième des quatre voies de contournement de Paris avec le boulevard périphérique, la Francilienne et le grand contournement de Paris.

Sa fonction essentielle est de relier entre elles les préfectures et sous-préfectures de la petite couronne parisienne : Antony, Créteil, Nogent-sur-Marne, Bobigny, Saint-Denis, Nanterre et Versailles.

En 2009, certains tronçons ont enregistré un trafic moyen journalier annuel de véhicules dépassant 275 000[3].

Le projet[modifier | modifier le code]

Le PADOG (Plan d’aménagement et d’organisation générale de l’agglomération parisienne) en vigueur de 1960 à 1965, envisageait la réalisation de l'autoroute A86, mais les travaux furent retardés compte tenu des réticences des riverains qui souhaitaient préserver leur cadre de vie et éviter les nuisances.

Les premiers terrains seront achetés en 1963. Les travaux commenceront finalement en 1968 selon les plans décidés dans le Schéma directeur d'aménagement et d'urbanisme de 1965. Le tracé, d'une longueur de 78 kilomètres, suivait globalement celui de la route nationale 186 autour de Paris, en plein cœur d'un tissu très urbanisé.

Par la suite, la crise économique qui suivra les chocs pétroliers, ralentira les travaux qui s'étaleront sur quarante ans[4]. La décision de mise en concession du dernier tronçon entre Rueil-Malmaison et Versailles permettra de venir à bout de sa construction.

  • En 2009, 69 kilomètres sont en service avec l'ouverture du tronçon Rueil-Malmaison - A13.

Circulation[modifier | modifier le code]

L'autoroute A86 à Vélizy-Villacoublay
Portion couverte de l'autoroute à Rueil-Malmaison

L'autoroute A86 est très empruntée par les Franciliens aux heures de pointe en semaine travaillée, particulièrement le matin et en fin d'après-midi à la sortie des bureaux. Elle permet de se déplacer de banlieue à banlieue et de contourner Paris en évitant le périphérique. Elle a permis de remplacer dans cette fonction la RN 186, cette dernière ayant soit disparu lorsque le tracé de l'A 86 s'est confondu avec le sien soit conservé un caractère d'axe urbain.

Plusieurs parties de l'A 86 sont couvertes ou en tunnel :

Difficultés à l'est[modifier | modifier le code]

L'A86 possède un tronçon commun avec l'A 4 au niveau de Nogent-sur-Marne et de Joinville-le-Pont dans les deux directions. Ce tronçon ne comporte que 4 voies de chaque côté, ce qui crée un goulet d'étranglement (avant le tronçon commun, l'A 4 a trois voies et l'A86 deux, on a donc une réduction de cinq à quatre voies) et a pour conséquence de gros embouteillages qui se répercutent sur une dizaine de kilomètres en moyenne sur les deux autoroutes, y compris en période creuse (congés).

Au centre, l'A 86 sort à Bobigny de sa section souterraine.

En 2005, afin de désengorger la circulation, des travaux ont été engagés pour ouvrir deux nouvelles voies, une dans chaque direction. Les travaux se sont terminés en juillet 2005 et les voies supplémentaires ont été mises en service dès septembre 2005. Ces voies ne sont ouvertes qu'aux heures d'affluence, permettant une gestion dynamique de l'exploitation : lorsque la circulation ralentit, la bande d'arrêt d'urgence est supprimée et devient une voie de circulation (elle n'est plus indispensable du fait de la vitesse réduite) ; ceci se fait par :

  • des panneaux d'information dynamique, qui indiquent si la voie est ouverte ou fermée ;
  • une barrière mobile de 69 m qui se place en diagonale de la voie lorsque celle-ci est fermée, et se rabat le long de la glissière de sécurité lorsqu'elle est ouverte ; elle est complétée de barrières de dissuasion de 25 m situées le long de la route, qui empêchent d'emprunter cette voie en continu lorsqu'elle est fermée mais permet l'arrêt d'urgence.

En novembre 2006, une concertation est engagée pour aménager le tronc commun aux autoroutes A 4 et A86. Elle fait l'objet d'un débat public conduit avec le concours de la Commission nationale du débat public.

Difficultés à l'ouest[modifier | modifier le code]

Le Duplex est un tunnel à péage, sous concession COFIROUTE, reliant Rueil-Malmaison et Pont-Colbert (Jouy-en-Josas) sur deux niveaux de circulation superposés et unidirectionnels, qui a finalement permis de totalement boucler l'A86 à l'ouest de Paris.

Article détaillé : Duplex A86.

Le 26 juin 2009, la section Rueil-MalmaisonA 13 (Versailles-Le Chesnay) est ouverte dans le sens Rueil-Malmaison-A 13 ; dans l'autre sens, elle est ouverte depuis le 1er juillet 2009. Le second tronçon entre l'A13 et Pont-Colbert (Jouy-en-Josas) a été creusé entre juin 2005 et le 24 août 2007[8] et a ouvert le 9 janvier 2011. Sont seuls autorisés les véhicules légers à 4 roues dont le gabarit en hauteur est limité à 2 mètres, ne fonctionnant ni au gaz de pétrole liquéfié (GPL) ni au gaz naturel pour véhicules (GNV) ; les motos et les camions sont également interdits. En septembre 2009, le préfet des Hauts-de-Seine, coordonnateur de l'opération, a réuni une table ronde afin d'étudier avec la Fédération française des motards en colère (FFMC) les conditions d'une éventuelle ouverture du tunnel aux deux-roues motorisés[9]. Cependant, en juin 2012, le tunnel leur reste interdit.

Les véhicules lourds sont dans l'obligation d'effectuer un contournement plus important en empruntant (du sud au nord) la RN 12 (ex-RN 286) entre le Pont Colbert et Saint-Quentin-en-Yvelines, l'A 12 jusqu'à Rocquencourt, la RN 186 jusqu'au Port-Marly et la RN 13 jusqu'à Rueil-Malmaison (ex-RN13 - RD913). Un troisième tunnel est depuis longtemps à l'étude entre l'A12 (à hauteur de Bailly) et Rueil-Malmaison, où pourront circuler les véhicules lourds. Cependant, le coût de cet ouvrage fait que sa construction est loin d'être à l’ordre du jour.

Sorties[modifier | modifier le code]

Liaison avec Autoroute A4 (tronc commun)

Ouvrages d'art[modifier | modifier le code]

Viaduc ou Pont[modifier | modifier le code]

Tunnels[modifier | modifier le code]

Un tunnel est un ouvrage de plus de 300 m répondant à certaines caractéristiques (Art. L.118-1 et R.118-1-1. du Code de la voirie routière). Il existe de nombreux tunnels sur le parcours de l'A86, dont beaucoup, en 2012, sont en cours de modernisation[10] :

Comparaison avec d'autres rocades[modifier | modifier le code]

L'autouroute A86 est comparable en longueur avec la rocade londonienne composée par les North Circular and South Circular Road.

Les rocades parisiennes (Francilienne en rouge, l'A86 en jaune et le Périphérique en noir) comparées aux rocades londoniennes (M25 en bleu et North/South Circular Road en vert).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le super-périphérique parisien A86 est bouclé à l'ouest, article du 6 janvier 2011 sur le site « lesechos.fr »
  2. Distance boulevard périphérique - A86 à Saint-Denis : 2 kilomètres
  3. [PDF] dir.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr
  4. Une autoroute urbaine dans l'agglomération parisienne sur le site web Strabon de l'académie de Versailles
  5. Le Duplex A86 inauguré sur le site Portail Béton
  6. Le Parisien - Le second tunnel de l’A 86 ouvrira le 9 janvier, article du 3 décembre 2010
  7. Le Parisien - A 86 : le superpériphérique est enfin bouclé, article du 8 janvier 2011
  8. Le Parisien, supplément Yvelines 25 août 2007
  9. PERSEVERANCE ET FERMETE ONT PAYE : GRACE A LA FFMC LE TUNNEL A86 VA ETRE OUVERT AUX 2 ROUES MOTORISES article du 28 juillet 2009 sur le site de la Fédération française des motards en colère (FFMC)
  10. Détail sur le site « tunnels-idf.fr »
  11. Localisation des tunnels Guy-Môquet et Moulin sur le site « tunnels-idf.fr » de la direction interdépartementale des routes d'Île-de-France, consulté le 2 août 2010

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]