José Antonio Alonso

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
José Antonio Alonso
Image illustrative de l'article José Antonio Alonso
Fonctions
Porte-parole du groupe PSOE
au Congrès des députés
8 avril 200814 février 2012
Législature IXe
Prédécesseur Diego López Garrido
Successeur Soraya Rodríguez
Ministre espagnol de la Défense
10 avril 200612 avril 2008
Président du gouvernement José Luis Rodríguez Zapatero
Gouvernement Zapatero I
Prédécesseur José Bono
Successeur Carme Chacón
Ministre de l'Intérieur
17 avril 200410 avril 2006
Président du gouvernement José Luis Rodríguez Zapatero
Gouvernement Zapatero I
Prédécesseur Ángel Acebes
Successeur Alfredo Pérez Rubalcaba
Biographie
Nom de naissance José Antonio Alonso
Suárez
Date de naissance 28 mars 1960 (54 ans)
Lieu de naissance León (Espagne)
Parti politique PSOE
Diplômé de Université de León
Profession Magistrat

José Antonio Alonso
Ministres de la Défense espagnols
Ministres de l'Intérieur espagnols

José Antonio Alonso Suárez, né le 28 mars 1960 à León, est un homme d'État espagnol membre du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE). Il est ministre de l'Intérieur entre 2004 et 2006, ministre de la Défense de 2006 à 2008 et porte-parole du groupe PSOE au Congrès des députés entre 2008 et 2012.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Originaire de la ville de León, il est un ami d'enfance de José Luis Rodríguez Zapatero, avec qui il accomplit son cursus scolaire et universitaire. Après avoir obtenu sa licence de droit à l'université de León, il devient juge en 1985.

Un magistrat mouvant[modifier | modifier le code]

Il est d'abord affecté en Cantabrie, à Torrelavega et Santoña, passant ensuite en Navarre, dans la capitale Pampelune. En 1988, il accède au grade de magistrat et se voit muté à Las Palmas de Gran Canaria. Il devient juge pénal à Madrid en 1989, puis obtient un poste à la cour nationale.

Un magistrat engagé[modifier | modifier le code]

Il est nommé en 1994 porte-parole des Juges pour la démocratie (JpD), une association professionnelle de magistrats classée parmi les progressistes. Il abandonne ce poste en 1998 et est élu, trois ans plus tard, au Conseil général du pouvoir judiciaire (CGPJ).

Un ministre de Zapatero[modifier | modifier le code]

Pour les élections législatives du 14 mars 2004, Zapatero se présente en tête de liste à Madrid. Il choisit alors Alonso pour lui succéder comme tête de liste dans la province de León, même s'il n'appartient pas au PSOE. Élu au Congrès des députés, José Antonio Alonso est nommé le 17 avril suivant ministre de l'Intérieur du premier gouvernement de José Luis Rodríguez Zapatero.

Lors du remaniement ministériel du 10 avril 2006, il devient ministre de la Défense en remplacement du baron socialiste José Bono. À ce poste, il organise l'envoi de soldats espagnols au Liban dans le cadre du renforcement de la Finul, et accroît la présence militaire espagnole en Afghanistan.

Porte-parole au Congrès[modifier | modifier le code]

Il est réélu parlementaire au cours des élections législatives du 9 mars 2008, mais à la fin du mois Zapatero le choisit pour succéder à Diego López Garrido au poste de porte-parole du groupe socialiste au Congrès. Il est de fait exclu du futur gouvernement et entre officiellement en fonction le 8 avril suivant.

Le 2 juillet, il annonce qu'il prend sa carte au Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE)[1].

Retrait de la vie politique[modifier | modifier le code]

Il mène une fois encore la liste socialiste dans sa province natale à l'occasion des élections législatives anticipées du 20 novembre 2011, marquées par le retrait de la vie politique du président du gouvernement. Initialement reconduit dans ses fonctions de porte-parole, il est remplacé le 14 février 2012 par Soraya Rodríguez sur décision du nouveau secrétaire général du parti, Alfredo Pérez Rubalcaba.

Il décide de mettre un terme à sa carrière politique le 20 décembre suivant[2].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est marié et père d'un enfant.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]