José Antonio Alonso

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
José Antonio Alonso
Illustration.
Fonctions
Porte-parole du groupe Socialiste
au Congrès des députés espagnol
Prédécesseur Diego López Garrido
Successeur Soraya Rodríguez
Ministre de la Défense d'Espagne
10e ministre de la Défense depuis 1977
Président du gouvernement José Luis Rodríguez Zapatero
Prédécesseur José Bono
Successeur Carme Chacón
Ministre de l'Intérieur d'Espagne
Président du gouvernement José Luis Rodríguez Zapatero
Prédécesseur Ángel Acebes
Successeur Alfredo Pérez Rubalcaba
Biographie
Date de naissance (54 ans)
Lieu de naissance León (Espagne)
Nationalité Espagnole
Parti politique Parti socialiste ouvrier espagnol
Conjoint Celima Gallego
Profession Magistrat

José Antonio Alonso

José Antonio Alonso Suárez (né le 28 mars 1960 à León, Espagne) est une Personnalité politique espagnole membre du Parti socialiste et actuellement porte-parole du groupe Socialiste au Congrès des députés.

Biographie[modifier | modifier le code]

José Antonio Alonso est un ami d'enfance de José Luis Rodríguez Zapatero, avec qui il a effectué l'ensemble de ses études (primaires, secondaires et supérieures), étudiant le droit à l'université de León. Il devient juge à 25 ans à peine, en 1985.

Il est d'abord en poste à Torrelavega et Santoña (Cantabrie) puis à Pampelune. En 1988, il est muté à Las Palmas de Gran Canaria. Un an plus tard, en 1989, il est nommé juge pénal à Madrid puis, peu après, magistrat à l'Audience provinciale.

De 1994 à 1998, il a été porte-parole du syndicat de magistrats Juges pour la démocratie (JpD), ayant la réputation d'être l'un des juges les plus progressistes. Cependant, tous s'accordent à reconnaître qu'Alonso a toujours fait preuve d'un grand professionnalisme, laissant de côté ses opinions politiques au moment de décider des verdicts.

Il a fait partie du Conseil général du pouvoir judiciaire de novembre 2001 à janvier 2004.

Il a participé à de nombreux cours universitaires et conférences sur le langage, l'économie, les lois et l'histoire espagnoles. Il est passionné de philosophie et a rédigé de nombreux essais politiques.

Il est marié et père d'un enfant.

Activité politique[modifier | modifier le code]

Ministre de Zapatero[modifier | modifier le code]

Le 14 mars 2004, il est élu député socialiste de León à l'occasion des élections législatives. Le 18 avril suivant, il est nommé ministre de l'Intérieur du gouvernement dirigé par José Luis Rodríguez Zapatero.

Deux ans plus tard, le 11 avril 2006, il est désigné ministre de la Défense en remplacement de José Bono, démissionnaire. Il est remplacé au ministère de l'Intérieur par Alfredo Pérez Rubalcaba. A son nouveau poste, il a organisé l'envoi de soldats espagnols au Liban dans le cadre du renforcement de la Finul, et renforcé la présence militaire espagnole en Afghanistan.

Porte-parole du groupe PSOE[modifier | modifier le code]

Il est réélu député dans la province de León lors des législatives du 9 mars 2008. Le 26 mars, il est désigné comme le nouveau porte-parole du groupe Socialiste au Congrès des députés, ce qui l'exclut de facto du prochain gouvernement. Son ministère est confié à Carme Chacón. Il entre officiellement en fonction le 8 avril.

Non affilié à un parti politique de par son statut de juge, il a annoncé le 2 juillet 2008 qu'il adhérait au PSOE[1].

Retrait de la vie politique[modifier | modifier le code]

Remplacé, le , par Soraya Rodríguez, il annonce, le 20 décembre suivant, son retrait de la vie politique pour raisons personnelles[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]