Jean-François Paul de Gondi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Famille de Gondi et Retz.
Paul de Gondi
Image illustrative de l'article Jean-François Paul de Gondi
Biographie
Naissance 20 septembre 1613
Naissance Montmirail (Royaume de France)
Ordination sacerdotale novembre 1643
Décès 24 août 1679 (à 65 ans)
Décès Paris (Royaume de France)
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
19 février 1652 par le
pape Innocent X
Titre cardinalice Cardinal-prêtre
de S. Maria sopra Minerva
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 31 janvier 1644
Fonctions épiscopales Archevêque coadjuteur de Paris (1644-1654)
Archevêque de Paris

Ornements extérieurs Cardinaux.svg
Blason Albert de Gondi (1522-1602).svg
Non sine labore
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Jean-François Paul de Gondi, cardinal de Retz [ ʁɛ ][1], est un homme d'État et mémorialiste français né à Montmirail le 20 septembre 1613 et mort à Paris le 24 août 1679.

Biographie[modifier | modifier le code]

Une formation à la carrière ecclésiastique[modifier | modifier le code]

Neveu de Jean-François de Gondi, premier archevêque de Paris, il naît dans une famille de petite noblesse florentine, qui a suivi Catherine de Médicis lors de sa venue en France. Son père Philippe-Emmanuel de Gondi a été le protecteur de Vincent de Paul, qui demeure chez lui de 1613 à 1617. Vincent de Paul n'a donc pas pu être le précepteur et le responsable de la formation intellectuelle et morale du futur cardinal de Retz.

Son frère aîné est Pierre de Gondi, duc de Retz.

Très jeune, il est destiné à l'état ecclésiastique, bien qu'il n'en ait ni le goût (il rêve de se couvrir de gloire sur les champs de bataille), ni les dispositions (il se sent incapable de respecter le vœu de chasteté). D'un esprit curieux, il fait de solides études, lisant en particulier Salluste et Plutarque. Son inclination pour les conspirations le pousse à écrire, à l'âge de vingt-cinq ans, un récit historique intitulé La Conjuration du comte de Fiesque (1639).

En 1643, à la mort de Louis XIII, il est nommé coadjuteur de son oncle. Il est consacré le 31 janvier 1644 et reçoit l'évêché in partibus de Corinthe. Très vite, il se rend populaire par l'éloquence de ses sermons, sa générosité en matière d'aumônes, ses amitiés avec les Grands, comme les Rohan, et ses accointances avec le parti dévot.

Le coadjuteur, frondeur[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Par ambition — il convoite le gouvernement de Paris, détenu par le duc de Montbazon —, par désir d'obtenir le chapeau de cardinal, par goût naturel pour l'intrigue et par opposition politique au ministériat et la monarchie absolue, il se lance dans la Fronde dès son début. Il tente au départ de s'imposer comme médiateur entre la reine et les parlementaires rassemblés en Chambre Saint-Louis. Anne d'Autriche le congédie sans ménagement, et jette ainsi le coadjuteur dans le camp des Frondeurs. Après l'échec de la paix de Saint-Germain, il tente d'organiser la révolte en lui donnant un chef. Le Grand Condé refuse ce rôle. Gondi doit se rabattre sur son frère cadet, le prince de Conti, qu'il juge pourtant « un zéro qui ne multipliait que parce qu'il était prince du sang. »

Quand les régiments de l'armée d'Allemagne désertent en mars 1649, bien que leur chef Turenne reste avec la Fronde, Gondi sent le vent tourner. Il négocie en hâte avec la reine un codicille, réservant honneurs et places à lui-même et à ses amis. Malheureusement, Mathieu Molé, président du Parlement de Paris, divulgue le contenu du codicille, faisant ainsi brusquement chuter la popularité du coadjuteur.

Quand, après la Fronde parlementaire, Condé est trouvé trop puissant, la régente ne peut que se tourner vers Gondi et sa puissante coterie. Grâce à sa maîtresse, Charlotte de Lorraine, fille de la duchesse de Chevreuse, le coadjuteur s'est retrouvé conseiller intime de Gaston de France, oncle du roi. La reine le rencontre au cloître Saint-Honoré. Gondi accepte de faire défection, en échange du chapeau tant convoité. Les princes sont arrêtés le 18 janvier 1650.

Le 25 novembre, néanmoins, après avoir transféré les princes au Havre, hors de portée de Gondi, Mazarin lui refuse la barrette. De nouveau, Gondi se retourne, entraînant Gaston de France avec lui. Après avoir réclamé le renvoi de Mazarin, il est informé que la reine va emmener le roi à Saint-Germain, où a fui le cardinal. Il ameute la foule, qui va au Palais-Royal vérifier que le roi est bien dans son lit. Deux meneurs surveillent le sommeil royal. Louis XIV ne pardonna jamais cette humiliation au coadjuteur. Il devient en 1651, abbé commendataire de l'abbaye Notre-Dame de la Chaume de Machecoul, à la suite de son oncle Jean-François de Gondi.

Le cardinal et la chute[modifier | modifier le code]

Le 19 février 1652, Gondi, grand adversaire de Mazarin, obtient enfin le chapeau des mains d'Innocent X. Quand le roi rentre à Paris en octobre 1652, l'un des premiers gestes de Mazarin est de faire jeter en prison le tout nouveau cardinal de Retz (16 décembre). Celui-ci est mené à Vincennes.

Le 21 mars 1654, son oncle, l'archevêque de Paris, meurt. Retz est toujours en prison, malgré l'intercession de ses amis et même du pape. Retz signe une renonciation suffisamment vague pour être dénoncée aussitôt après. Placé en résidence surveillée au château de Nantes, il s'en échappe grâce à une corde dissimulée sous sa simarre. Furieux, Mazarin déclare vacant l'archevêché, et Retz gagne l'Espagne, puis Rome. Il nomme des vicaires qui parviennent à administrer le diocèse pour lui. En 1655, Alexandre VII succède à Innocent X. Mazarin le dépeint au pape comme un janséniste endurci. Alexandre VII, élu en partie grâce à l'appui de Retz, nie le tout vivement.

Pendant ses années d'exil, Gondi, après sa fuite du château de Nantes, vient se réfugier à Belle-Île-en-Mer qu'il a hérité de son grand-oncle, Albert de Gondi. En difficulté, il consent à vendre Belle-Île au surintendant Nicolas Fouquet pour environ quatorze cent mille livres. Fouquet achève ce que son prédécesseur a commencé, à savoir l'agrandissement des fortifications du Palais.

Le cardinal de Retz se réfugie par la suite dans son château de Commercy, centre de la principauté qu'il avait héritée de sa mère en 1640[2].

Retz voyage alors en Europe, s'intéressant à la politique locale. Il prend ainsi parti en faveur des Stuarts. Quand Mazarin meurt en 1661, Retz espère rentrer en grâce, sous-estimant la rancune de Louis XIV. En 1662, Retz se résigne à renoncer à son siège. En échange, il obtient l'abbaye de Saint-Denis, un bénéfice considérable. Il peut regagner Paris en 1668. Il continue à se mêler de politique, mais uniquement celle entre Paris et Rome. Il empêche Alexandre VII d'excommunier le Parlement de Paris, qui a rejoint la Sorbonne dans son combat contre l'infaillibilité pontificale. Il prend part aux conclaves de Clément IX et Clément X, et attire quelques suffrages sur sa tête en 1676.

Il meurt le 24 août 1679, après s'être retiré dans son abbaye de Saint-Denis. Il y est inhumé, mais Louis XIV interdit qu'on y dresse un monument – ce qui évitera d'ailleurs la profanation de sa tombe en 1793, alors que les corps des rois seront tous jetés à la fosse commune par les révolutionnaires.

Retz, mémorialiste[modifier | modifier le code]

Édition des Mémoires datée de 1731 (parue chez J-F Bernard à Amsterdam).

Le cardinal de Retz reste connu pour ses Mémoires, rédigés entre 1675 et 1677[3] et publiés seulement en 1717. Retz y raconte, d'une plume spirituelle et sous forme romancée, son implication dans la Fronde.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Œuvres complètes, publiées par Jacques Delon aux Éditions Honoré Champion :
    • t. I. Œuvres oratoires, politiques et religieuses, 2005.
    • t. II. Discours philosophiques. Controverses avec Desgabets sur le cartésianisme, 2005.
    • t. III. Correspondance. Affaire du cardinalat, 2005.
    • t. IV. Correspondance. Lettres épiscopales, 2005.
    • t. V. Correspondance. Affaires d’Angleterre et Affaires de Rome, 2007.
    • t. VI. Correspondance. Affaires privées. Textes établis, avec introduction, notes, bibliographie, reproduction de manuscrits, illustrations, index des noms de personnes, index des noms de lieux, 2009.

Armoiries[modifier | modifier le code]

Armes Blasonnement
Ornements extérieurs Cardinaux.svg
Blason Albert de Gondi (1522-1602).svg
D'or, à deux masses d'armes de sable, passées en sautoir et liées de gueules.

Généalogie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Philippe-Emmanuel de Gondi[4], comte de Joigny, marquis de Belle-Île, baron de Montmirel, seigneur de Dampierre et de Villepreux, général des Galères de France, et de Françoise Marguerite de Silly[5] (1584-1625), dame de Commercy (voir le paragraphe Généalogie ci-dessous).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Marie Pierret, Phonétique historique du français et notions de phonétique générale, Louvain-la-Neuve, Peeters,‎ 1994, p. 103-104.
  2. Notice de la Lorraine qui comprend les duchés de Bar et de Luxembourg, l'Électorat de Trèves et les trois évêchés, Augustin Calmet p. 227.
  3. Selon André Bertière, Le cardinal de Retz mémorialiste, (Thèse d’État, 1977)[réf. insuffisante].
  4. Fils d'maréchal de Retz, et de Claude Catherine de Clermont (1543-18/02/1603).
  5. Fille d'Antoine de Silly (????-1609), comte de La Rochepot, et de Marie de Lannoy.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]